Economie

7:57:33 2017.06.19
Trump et l’Etat Profond : Un complot fort bien monté
7:30:26 2017.06.12
Lettre ouverte à notre nouveau Président
7:38:31 2017.06.05
Rupture entre le monde Anglo-Saxon et le monde Européen.
6:40:35 2017.05.29
A propos de l’épargne de liberté
7:27:05 2017.05.22
Les chances de réussite de monsieur Macron france allemagne       De 1970 à 2000, la variable d’ajustement fut le taux de change entre le franc et le DM, et le DM passa de 1.25 FF /dm à 3.3 FF/dm tandis que la croissance économique en France était au moins aussi forte en France qu’en Allemagne. En 2000, « on » a bloqué le taux de change, les sociétés françaises cessent rapidement d’être  concurrentielles, la variable d’ajustement devient la croissance qui accélère en Allemagne et  qui s’effondre en France, ce qui entraîne hausse du chômage et déficits budgétaires chez nous et le contraire chez les allemands….Pour faire court, le taux de change fixe subventionne les entreprises allemandes et pénalise les entreprises françaises puisque le coût du super siège social « Etat» est supérieur en France à ce qu’il est en Allemagne. Et c’est de ça que nous crevons.     Conclusion   TOUS les Présidents de la République depuis monsieur Mitterrand ont eu comme projet de créer de toutes pièces une Nation Européenne, alors qu’il n’y a pas de volonté de vivre ensemble en Europe, ce qui veut dire que l’Europe n’est pas une Nation.   Il s’agit-là d’une immense erreur conceptuelle de la part d’une classe dirigeante obsédée par l’Allemagne, comparable un peu à la Ligne Maginot dans les années 30 que les mêmes élites, Pétain en premier, soutinrent jusqu'à ce que les allemands entrent dans Paris (de Gaulle y était opposé). Or monsieur Macron, le poulain sélectionné par cette même élite veut accélérer le mouvement vers la Nation Européenne, ce qui ne va faire qu’aggraver les choses. Faire plus de quelque chose qui ne marche pas, c’est ce que fit le communisme pendant un siècle, et chacun en a constaté les résultats heureux.   Pour arriver à ses fins, notre Président va devoir virer environ 40 % des fonctionnaires français ou bien faire baisser leurs salaires et ceux du secteur privé, ce qui a déjà été essayé en Grèce depuis quelques années ou en France en 1934 avec monsieur Laval. Ou alors, les allemands devront transférer aux autorités françaises le montant de la subvention qu’ils touchent grâce au taux de change, ce qui est inenvisageable, même si l’on présente cela comme une contribution à la Défense de l’Allemagne. Enfin, si l’on baisse le salaire du français compétent et travailleur, il ira se faire embaucher ailleurs, en Allemagne ou à Hong-Kong par exemple et ne resteront chez nous que les mauvais, ce qui ne va pas favoriser la croissance… Dans le premier cas, notre volonté de vivre ensemble va exploser. Dans le second, nous allons devenir comme le Sud de l’Italie. Nous irons quémander des subventions ou des emplois en Allemagne comme les Napolitains le font à Milan et la seule industrie de croissance sera la corruption. A mon avis, il n’y a pas, et il ne peut pas y avoir de solution intermédiaire, et monsieur Macron va donc échouer, comme tout le monde avant lui. La réalité est toute simple et c’est cette réalité que le nouveau Président refuse de considérer. Cette réalité, la voici et elle n’a pas changé depuis 17 ans :
  1. On peut avoir 70 % de fonctionnaires de plus que l’Allemagne
  2. On peut avoir un taux de change fixe avec l’Allemagne
  3. On ne peut pas avoir les deux à la fois.
  Jamais je n’ai plus souhaité avoir tort.  
7:31:42 2017.05.15
Parlons à nouveau de l’Asie
7:35:17 2017.05.01
Quand un rocher tombe dans un torrent.
7:54:03 2017.04.10
Le seul sport conforme aux Evangiles