12 février, 2024

Une atmosphère irréelle.

Comme les lecteurs le savent, j’ai quelques kilomètres au compteur. Et comme le cafetier dans Uranus, je pourrais dire : « Monsieur, je suis cafetier, socialiste et franc maçon, c’est pour vous dire que j’en ai entendu des conneries dans ma vie »

Dans la réalité, je n’ai été aucun des trois, mais j’ai travaillé depuis cinquante ans dans la finance et je peux détromper ceux qui se feraient des illusions : il n’y a guère de différences entre ce qui se dit dans un café en banlieue et ce qui se dit dans les comités d’investissement des plus grandes sociétés financières.

Et le rouge de la honte me monte au front quand je pense à toutes les âneries que j’ai proférées dans ma (longue) carrière. Heureusement, dans ces moments, je me souviens de ce que dit la sagesse populaire « quand je me vois, je me désole, mais quand je vois les autres, je me console »

La réalité est simple : les marchés financiers ont été inventés pour qu’un maximum de gens aient l’air complètement idiots le plus souvent possible, et ils remplissent parfaitement leur rôle.

Tout cela pour dire que je croyais avoir vu à peu près toutes les façons d’avoir l’air stupide, et encore une fois j’avais tort.

Je m’explique.

Dans le passé, les erreurs commises se produisaient parce que nous nous trompions sur l’analyse que nous faisions de la réalité.

Comme le futur est complètement imprévisible, se tromper n’était cependant pas trop grave. Une comète tombait sur la terre et mettait en faillite toutes les maisons de retraite pour diplodocus méritants et leurs cours de bourse s’effondraient. Ce qui était embêtant pour leurs actionnaires, et pour ceux qui avaient conseillé l’achat de ces sociétés. Mais personne ne pouvait prévoir l’arrivée inattendue d’une comète et donc personne n’était vraiment fâché.

Convaincu que personne ne pouvait prévoir l’avenir, je me suis donc attaché depuis longtemps à ne même pas en parler, me contentant d’analyser la réalité présente sans trop me fatiguer à en prévoir l’évolution.

Ce qui ne m’avait pas empêché de mettre au point une technique, non pas pour prévoir le futur (je ne suis pas idiot) mais pour analyser le présent.

Je commençais toujours par essayer de découvrir quels étaient les faits importants et parmi ces faits, lesquels étaient des causes et lesquels des conséquences.

Ce travail fait, j’essayais de comprendre si des enchaînements similaires avaient eu lieu dans le passé, et si oui quels en avaient été les résultats.

Et enfin, si plusieurs exemples convergeaient dans le même sens, je disais que comme les mêmes causes tendent à produire les mêmes effets, voici à quoi il fallait s’attendre (ce qui n’était pas une prévision, mais une probabilité).

C’est ce que l’on appelait la bonne vieille logique aristotélicienne et que l’on apprenait quand on faisait ses « humanités ».

Cette méthode est aujourd’hui complètement déconsidérée.

Nous sommes entrés dans un monde nouveau où la réalité n’existe pas et où en invoquer l’existence vous amène à être traité de facho, d’extrême droite, de vendu, aux Russes, aux Chinois, aux Mahométans, à Israël, aux sociétés pétrolières, au grand capital…, le corrompu restant toujours moi mais les corrupteurs variant en fonction des obsessions de celui qui m’insulte, (depuis quelques temps, grosse poussée des acheteurs Israéliens, qui semblent remplacer les acheteurs Chinois et pétroliers. Fâcheusement hélas, toujours aucun effet sur mon compte bancaire).

Le nouveau but n’est plus de comprendre la réalité pour essayer de s’adapter du mieux possible mais de passer un jugement sur ce qui est bien et sur ce qui est mal, ce qui veut dire que nous sommes invités à sortir de la froide logique pour nous soumettre à une morale collective.

Et ceux qui s’attellent à cette tâche sont des êtres d’élites que Thomas Sowell appelle les « oints du Seigneur ». Ils ont en effet reçu de Dieu ou de Gaia la capacité de distinguer le bien du mal et, comme toujours, sont prêts à se sacrifier pour nous guider vers les lendemains qui chantent. Et bien entendu, c’est à eux et à seuls que revient la lourde charge de nous donner les nouvelles tables de la Loi.

Embarrassés par cette responsabilité, curieusement, ils veulent nous convaincre qu’ils sont habilités à nous conduire grâce à la profonde compréhension qu’ils ont d’un futur qui pour eux est certain. Et comme la Science est pour eux la seule chose qui soit certaine (ce qui est idiot), ils veulent offrir aux fidèles la preuve scientifique de la nécessité d’embrasser leur nouvelle morale, ce qui n’est possible que si vous êtes prêts à commettre des fraudes scientifiques

Et donc, une grande nouveauté est apparue récemment dans les débats : la fraude scientifique.

La quasi-totalité des prêtres de la nouvelle religion partent donc de leurs certitudes morales pour aller chercher les faits qui confirment leurs certitudes, en laissant soigneusement les autres faits de côté. Ce qui en soi est déjà frauduleux.  Le cas échéant, ils iront jusqu’à créer de toutes pièces les faits dont ils auraient besoin pour prouver leurs thèses, selon le bon vieil axiome que 97 % de ces « nouveaux » scientifiques trouvent des résultats qui sont en parfait accord avec les attentes de ceux qui les payent.

Et donc, dans le débat, il y a les « faits « qui sont acceptables qui confirment la doxa officielle et les faits qui la mettent en doute et donc qui sont inacceptables et ne peuvent être retenus dans une discussion entre gens de bonne compagnie.

Et, dans nombre de débats, je me fais rembarrer au prétexte que mes faits sont des faits « de droite » et donc inacceptables et que seuls peuvent être retenus les faits qui ont reçu la bénédiction des oints du seigneur, qui eux sont de gauche.

Mais je dois dire que la notion qu’il y a des faits de droite (irrecevables) et des faits de gauche (acceptables) est tout à fait nouvelle pour moi, comme elle l’aurait été pour Aristote ou Saint Thomas d’Aquin…

Ce qui m’amène à mon sujet, le monde irréel dans lequel nous vivons.

Qu’il s’agisse de la guerre en Europe, de l’immigration, de la destruction de nos agricultures par Bruxelles, de la baisse de l’espérance de vie aux USA, de l’état de guerre au Moyen Orient, de la déroute de nos productions énergétiques alternatives, de l’effondrement de l’industrie allemande, de la baisse des niveaux de vie des plus pauvres dans les pays développés, les seuls faits qui sont portés à la connaissance des populations et qui pourraient expliquer tous ces désastres latents sont les faits « de gauche » qui, curieusement sont tous favorables au maintien des politiques préconisées depuis des lustres par les riches et les puissants.

Tout aussi curieusement, les faits de droite qui essayent de se frayer un chemin vers les populations malgré tous les interdits dont ils sont l’objet, sont eux portés par des individus isolés, complotistes, désobéissants et irrespectueux des vrais hommes de qualité.

Nous avons eu dans notre histoire une période vaguement similaire, et je pense à la drôle de guerre qui dura de l’été 1939 à juin 1940.

Bien abrités derrière la Ligne Maginot, nous attendions… on ne savait pas trop quoi. Mais celui disait que tout cela allait mal se terminer était démis de ses fonctions immédiatement. Cette atmosphère irréelle dura 9 mois, pendant lesquelles la Pologne fut écrasée sans que nous bougions.

Et la France s’écroula en quelques jours, non sans que tous les anciens ministres radicaux socialistes responsables du désastre ne se soient précipités à Notre Dame pour prier la Vierge de sauver la France. Ce qu’elle fit, mais avec mauvaise grâce et passablement de retard.

Nous en sommes au même point.

Les organes officiels refusent de considérer que la « cause première » des désastres qui nous guettent se trouve dans leur politique visant à détruire les nations, les familles, la propriété, les frontières, politique qu’ils suivent avec obstination depuis des années.

En revenant à ma méthode de toujours, je peux donc annoncer ce qui n’est pas une prévision mais une certitude : ce qui ne peut pas durer, en général ne dure pas.

Et comme je suis depuis des années fasciné par la monnaie et que c’est dans ce domaine que les pires excès ont été commis, c’est par la monnaie que le désastre va arriver et c’est donc par la monnaie que la réalité va nous rattraper.

 

 

 

Conclusion

John Pierpont Morgan avait coutume de dire que la monnaie c’était l’or et que tout le reste c’était du crédit.

Crédit, vient de l’Italien « Crédito », je crois, j’ai confiance …

La monnaie fiduciaire n’est donc qu’une convention qui ne repose que sur la confiance.

La confiance est en train de disparaître sur la monnaie allemande.

C’est ce que montre le graphique : depuis 2000, il valait mieux avoir de l’or que des obligations allemandes.

Je crains le pire pour l’euro si nous « cassons » 200 puisque cela voudra dire que l’or a fait mieux que les obligations allemandes depuis 1967….

Mais après tout, ce ne sera que la troisième fois en un siècle que la monnaie allemande disparaîtra.

 

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

38 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Franck

    25 février 2024

    Donc toutes les etudes d’econometries ,d analyse financiere etc ne serait que de l esbrouffe ?
    les competances techniques dans ce domaine ne servent a rien sur le plan de la prévivion ?
    ca serait un peu comme la psychanalyse ?

    Répondre
  • Emmanuel Portier

    13 février 2024

    Article brillant, comme toujours.
    (rendant juste à César ce qui est à César : « Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot. C’est te dire si, dans ma vie, j’en ai entendu des conneries. », Michel Audiard, un idiot à Paris)

    Répondre
  • Nanker

    13 février 2024

    Donc ce sont les Italiens qui – depuis le début? – ont raison? Ils vivent à crédit, donc sur le dos des Allemands. Et avec tous ces beaux Euros ils achètent de l’or, en loucedé bien sûr, on est en Italie, cazzo.

    Et quand la belle escroquerie de la monnaie unique disparaîtra, qui mordra la poussière? L’Allemagne. Et qui sortira de tout cela avec une pureté virginale? L’Italie.
    Comme en 1945 diront certains. Quelle rigolade…

    Répondre
    • Rien de neuf sous le soleil

      13 février 2024

      en un sens oui… en France, il faudrait faire le calcul entre ce que nous coûte l’Euro (transferts européens, délocalisations, rigidités administratives) et ce qu’il nous rapporte (planche-à-billets à taux bas). En tous cas, les improductifs sont largement bénéficiaires avec l’Euro : d’où la peur sourde d’une partie de la population d’en sortir. On nage dans la schizophrénie.

  • Victoire

    13 février 2024

    A-t-on percé le plancher des 200 ? Combien d’années de vie donnez-vous encore à l’euro ? Avant l’effondrement de l’Europe ?

    Répondre
  • Renaud

    13 février 2024

    Celui ou celle qui ne cherche pas le bien commun et qui est deconnectè de la pratique de la vertu sera forcément déconnecté des réalités du monde. L’abandon de notre souveraineté au profit d’un mondialisme ou d’une inclusion totale qui consiste à tout fusionner peut importe la valeur morale des gens créé une réalité délirante ou a = b. Ce que font nos politiques en passant du coq à l’anne montrent à quel point ils ne suivent aucune règles de vie, ils sont prêt à marchander n’importe quelle valeur pour rester au pouvoir. Pouvoir qu’il perdent dans l’opinion car l’opinion reconnait naturellement ce qui a de la valeur ou non (la sécurité, la bienveillance, la souveraineté, le controle des frontières), et ils sont en train de refaire le coup aux pauvres habitants de mayotte, votre problème c’est le droit du sol et l’éducation qu’il leur disent. Nop le problème c’est que l’on fait passer des concepts idéologiques avant la sécurité des citoyens.

    La vérité, le factuel n’est ni de droite ni de gauche, il est tout simplement. Idem pour les valeurs morales, mais nous les marchandons tellement qu’on a oublié qu’elles devaient être au dessus de tout.

    Le discours le déclin du courage de soljenitsyn dit tout de notre époque, la pauvreté spirituelle engendre la pauvreté morale et matérielle ainsi que des décisions déconnectés de la réalité. Mais ce qui est abbérant, c’est qu’ils continuent davantage alors que le peuple dit non ou qu’on leur met le nez dans le caca par des preuves, des chiffres irréfutables ou que leurs mensonges sont révélés.

    Répondre
  • Ravel alain

    13 février 2024

    c’est exactement ce que je pense, voici 10 ans quand j’achetais de l’or les banques me disaient « Monsieur l’or cela ne rapporte rien » heureusement que je ne les ai pas écouté.

    Répondre
  • raphanel

    13 février 2024

    Merci pour ces réflexions très pertinentes. Une solution ne serait elle pas de sortir de cette Europe qui nous pousse vers l’abîme ?

    Répondre
  • CHARLOTTE

    13 février 2024

    La disparition de l’euro en ALLEMAGNE puis en FRANCE , je l’espère, serait un MIRACLE.
    Puis-je avoir votre avis ?
    Merci Monsieur GAVE j’apprends beaucoup avec vous .

    Répondre
  • Genon

    13 février 2024

    Entièrement d’accord avec vous, je pense effectivement que nous allons droit dans le décor. Je me demande même, si parfois l’Europe ne sert pas de test grandeur nature, pour voir jusqu’ou la résistance peut être efficiente et pouvoir analyser les dégâts Ce qui ferait de l’Europe une zone dévastée…et un cas d’école.

    Répondre
  • Lejeune

    13 février 2024

    Bravo Mr Gave pour vos brillants articles et émissions. L’Economie du réel a disparu pour tous nos gouvernants adolescents attardés de pacotilles. Avec la complicité de médias mainstream et de pseudos journalistes. Mais vous avez raison la vérité dérange, mais elle finit toujours par s’imposer, surtout quand les caisses sont vides. La vérité du réel arrive à grands pas et l’atterrissage va être très brutal et les pendules vont être remises à l’heure.

    Répondre
  • A. Ravoux

    13 février 2024

    A l’heure actuelle, il faut arrêter de parler de gauche ou de droite, extrêmes ou pas. De toute façonla droite me fait penser aux RINO americains puisquelle veut juste etre khalifea la place du khalife. , Le problème se situe entre être fagocite par une Europe fédérale qui est l’objectif des usa mais ne déplaît pas non plus aux russes et une Europe des nations ou chaque nation a sa souveraineté. Du reste, Il ne m’étonnerait pas que ce soient les allemands qui décident de sortir de l’euro en fait.

    Répondre
  • Francis Averous

    13 février 2024

    Je vois que, malgré tout, la vérité des faits commence à faire douter l’homme de la rue qui remet en cause le discours dominant, que ce soit sur les énergies « renouvelables », le « réchauffement » climatique, que même les acharnés ont dû rebaptiser changement climatique. Le revirement de Macron sur le nucléaire a été particulièrement réjouissant à observer….

    Répondre
  • Henri-Jean CAUPIN

    13 février 2024

    Un exemple qui renforce les propos de Charles GAVE : les Energies dites « alternatives EnR » produisent du courant dit gratuit en marginal de 10 % à 25 % du temps calendaire selon le soleil et les caprices du vent. Pour attirer les capitaux privés, les prix sont garantis vers 200 €/MWh avec des priorités de livraison imposées comme des voies d’urgence en hurlant sur autoroutes pour les ambulances et les gendarmes. « En même temps », la doxa de Gauche a décidé d’imposer l’hydrogène par électrolyse qui serait « pas chère » avec du courant EnR « gratuit » pourtant cité à 200 €/MWh ci dessus . Cherchons l’erreur avec la volonté résiliente de la trouver, pas de chercher pour chercher en restant assurés d’être payés

    Répondre
  • Jacques Peter

    13 février 2024

    On en revient toujours à l’idée qu’il est absurde d’avoir une monnaie commune pour des économies à la compétitivité différente.

    Répondre
    • Francesco

      13 février 2024

      La preuve sera donnée par Mr Charles Gave dans sa prochaine livraison : le montant mensuel du smic dans les 20 pays ayant adopté l’€ et la croissance depuis la mise en place de l’€ dans les pays européens qui ne l’ont pas adopté..

    • breizh

      14 février 2024

      ce n’est pas un problème de monnaie commune, qui existait avant l’euro (l’écu), mais de monnaie unique.

  • olivier

    13 février 2024

    En parlant de Fraude scientifique, un autre est systématiquement présent aujourd’hui: Le réchauffement climatique. Dogme ou vérité absolue imposée par des élites écologistes ayant noyauté les élites de la communauté scientifique?
    Aujourd’hui, on a remis les pratiques de l’inquisition à jour, en « annulant » simplement sur les réseaux sociaux les personnes qui émettent le moindre doute sur le changement climatique (pardon, le réchauffement, car parler de changement c’est déjà être qualifié d’imposteur)
    Avec des méthodes de communication dignes de l’Allemagne nazie, de la Chine de Mao ou de l’Urss de Staline, des media tels que France Info, LCI, FranceTV et autres vont simplement attaquer toute personne émettant une opinion differente, en par exemple le classant comme Antivax, complotiste, pro-Poutine, Antisioniste, personne d’extreme droite… et j’en passe des meilleures. (Encore récemment dans une émission le 5 février de France Info, une propagande ouverte qui serait affligeante si elle n’était aussi dangereuse dans ses propos ultra extremistes)
    Donc dans la France d’aujourd’hui, il est visiblement désormais interdit de penser, sous peine d’etre traité de tous les noms, il devient obligatoire d’adhérer au dogme imposé par des élites autoproclamées. Quelle est la différence avec les pays autoritaires ou théocratiques? aucune

    Répondre
  • Edouard

    13 février 2024

    Gardons pieds sur terre. Ce qui fait la valeur d’une monnaie c’est son pouvoir d’achat. Tant que le dollar permet d’acheter des I phones et du pétrole, il a une valeur. Les US achètent plus à l’UE qu’ils ne vendent. Les deux monnaies sont donc liées. Les variations existent mais l’effondrement n’est pas réaliste.

    Répondre
  • Général de Guerrelasse

    13 février 2024

    N’oublions pas parmi les causes premières la destruction de l’instruction qui dépend de l’état et de l’éducation qui dépend des familles (famille que détruit l’état et le wokisme)

    Répondre
  • Jean

    13 février 2024

    Ce qui ne saurait durer c’est qu’on laisse l’Euro s’écrouler, comme nous l’a démontré le passé…
    Que va-ton inventer cette fois ci pour maintenir le rafiot a flots? Il doit bien encore exister un moyen d’appauvrissment général pour le bien commun non?

    Répondre
  • Alain

    12 février 2024

    A mon sens ils ne refusent pas de considérer la cause première car ils n’agissent pas par aveuglement mais bien de manière délibérée car le désastre est leur objectif

    Répondre
  • mempamal

    12 février 2024

    quand, dans la majorité des pays de l’ocde, j’observe les ratio capitalisation/pib et dette globale/pib

    je crois au miracle

    Répondre
  • Philippe

    12 février 2024

    Monsieur Gave votre démonstration m’amène à conclure : sortez de l’euro ,et mettez les en dans une ou plusieurs de ces devises mais laquelle ? Le Yen , $ australiens , Couronnes Norvégiennes , ou pour appliquer votre graphique en Or ..? Merci par avance de votre réponse

    Répondre
  • pipoMaster

    12 février 2024

    C’est toujours le pourquoi qui personnellement m’intrigue? idéologie, incompétence, et je viens de réaliser qu’à nouveau il y avait un élément à prendre en compte: Notre président n’a pas d’enfant; notre premier ministre n’a pas d’enfants, le chancelier allemand n’a pas d’enfant. L’avenir de notre descendance est confié à des gens sans descendance.

    Répondre
    • Saffroy Michel

      13 février 2024

      Normal ces gens n’ ont pas de couilles : ils constituent une fin de race et, après plusieurs avortements, leurs femelles sont devenues stériles et en faveur de l’adoption de petits maghrébiens !  » Après moi le déluge » pensent-ils in petto sans oser se le dire ouvertement … Il n’est donc pas étonnant que leur  » politique  » du chien crevé au fil de l’eau leur laisse comme seule ambition la construction d’un bunker à 150 millions de dollars au fin fond de la Patagonie. L’avenir appartient donc aux musulmans prolifiques d’Afrique …

  • Karl Descombes

    12 février 2024

    Euh…
    La monnaie allemande c’est actuellement l’Euro, non?
    J’ai juste?

    Répondre
    • Robert

      12 février 2024

      C’ est effectivement la « colonne vertébrale » de l’ Euro…
      La disparition de l’ Euro pourrait signifier l’ éclatement de l’ UE, laquelle ne serait pas sauvée par le fameux « couple » Franco-allemand qui n’existe plus que dans l’esprit de nos eurolâtres français !

  • sissou

    12 février 2024

    Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et effectivement vous nous éclairez par des points précis facile à comprendre et qui décrive les maux de notre société. Difficile d’y voir clair avec les médias de gauche de droite? Tout pareil et les mensonges…Incroyable votre justesse de raisonnement concernant l’Allemagne depuis 2 ans vous nous annonciez leur déclin et nous y sommes! Celui de la France est passé sous silence par nos Mozarts…

    Répondre
    • Robert

      12 février 2024

      Par contre, le déclin de la France est bien pris en compte à l’étranger, notamment à Bruxelles et à Berlin !
      En ce qui concerne notre classe politique, elle est servie par des escrocs de la pensée et des manipulateurs serviles.
      Mais il me semble que ça marche de moins en moins. Les faits s’imposent, même aux plus réfractaires !

  • bibi

    12 février 2024

    Ais je bien vu des bitcoin ?

    Répondre
    • Philippe

      14 février 2024

      L’envolée Bitcoin repose sur une promesse de l’inventeur selon laquelle il h’y aura jamais plus de 21 millions de Bitcoins écrits . D’ou le pari que le $ en continuelle expansion vaudra sans cesse moins que Bitcoin strictment limité . Qui nous dit que cet inventeur ( australien mais portant le pseudonyme Nakamoto ) n’ émettra jamais une duplication voire bien plus …Après tout il détient sa propre planche a billets , il est souverain , il n’ aucune dette , n’est responsable devant personne .

    • Traderidera

      18 février 2024

      Philippe ne connait visiblement pas le Bitcoin. « Nakamoto » n’a plus aucune prise sur le bitcoin. C’est maintenant une monnaie décentralisée, dont les « responsables » sont les mineurs, lesquels doivent s’entendre pour changer les règles, et croyez-moi ou non, aucun n’a envie de changer les règles. D’autres part, Charles suppose que 21 M de bitcoins, c’est trop peu pour concurrencre l’or: grande ignorance encore: tout bitcoin est divisible en 100.000 satoshis, lesquels, quand ils vaudront 1 $ chacun ….. et puis pourquoi pas 100 ou 1000 … et à ce moment là, les mineurs seront tous d’accord pour créer une nouvelle subdivision satoshis en … doublezons ou autres, ce qui ne remettra pas le bitcoin en question, au contraire.

    • Traderidera

      18 février 2024

      Par contre, il faut ajouter que TOUS les autres « coins » sont des business avec à leur tête un homme ou un petit comité très restreint qui s’en met plein les poches et qui gère comme ils veulent leur bébé, ce sont pour moi des arnaques pures et simples, ETH compris.

  • Alex

    12 février 2024

    Une idéologie est un système de pensée cohérent avec lui-même mais non avec la réalité

    Répondre
    • Robert

      12 février 2024

      Une idéologie est un système de pensée dictatorial !

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!