Mis en avant

9:00:37 2017.04.27
Libye : le feu au lac de la Méditerranée
10:29:04 2017.04.26
La France d’Emmanuel Macron risque d’être ingouvernable
8:57:06 2017.04.24
Commentaire à chaud : Le plus dangereux des résultats.
7:32:05 2017.04.20
Venezuela, « le socialisme du XXIe siècle » https://www.youtube.com/watch?v=9u4IxcvlU8o   et un film un peu plus long (8 mn) :   https://www.youtube.com/watch?v=9H8V0aNF7gs              
7:26:50 2017.04.19
Mode d’emploi de l’élection présidentielle
7:01:27 2017.04.17
Elections: Comment Hollande and Co risquent de se prendre le pied dans le tapis. https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSf1g-YIt7iXHTDUjIVk9ZODdlMuaiJCaHf1CYbczBkltSejDQ/viewform?c=0&w=1 "Alors que le Royaume-Uni vient de lancer le processus de sortie de l'Union Européenne dans un environnement économique favorable et bien loin des prévisions alarmistes de certains commentateurs, la question de sortie de l'UE revient en force pour de nombreux autres États membres. Alors que les mêmes experts patentés s'expriment régulièrement sur les conséquences supposées d'un Frexit sur l'économie et le droit français, le Cercle Droit & Liberté propose d'aborder le sujet sous un angle différent de celui mis en avant par la doxa médiatique actuelle. Le mardi 18 avril prochain le Professeur de droit public Olivier Gohin ainsi que l'économiste et écrivain Charles Gave tenteront d'apporter un regard iconoclaste sur la question. Quelle est la procédure juridique à suivre en cas de sortie ? Quelles sont les modalités de déconnexion des systèmes juridiques nationaux et européens ? Les conséquences économiques seront-elles aussi néfastes qu'annoncées ? Ce sont notamment les questions auxquelles répondront nos deux intervenants lors de ce débat qui s'annonce passionnant et à rebours des présupposés actuels sur le sujet ! "
7:58:43 2017.04.13
Ukraine : une guerre en Europe qui ne cesse de durer et dont on oublie de parler
7:25:24 2017.04.12
Le mouvement c’est Macron en marche …arrière police : les secrets inavouables d’un quinquennat », d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé.  Il a été considéré comme comportant « des affirmations trop imprécises pour justifier l’ouverture d’une enquête préliminaire » ! Par ailleurs, on constate que l’enquête sur Bruno Le Roux, ex ministre de l’intérieur, qui a employé ses filles quand il était député progresse très très lentement…   Macron C’est la hausse des dépenses tout de suite   Emmanuel Macron souffre du syndrome des favoris. Quand on gagne à un moment sur tous les tableaux,  l’histoire de France montre souvent que l’on finit par perdre sur tous les tableaux. Etre l’idole des temps nouveaux est une position dangereuse. Le plus dur commence pour lui. Il n’a pas de socle, car il vit de la chute des autres. Avoir adopté au début de sa campagne un positionnement anti-système, alors qu’il en était le pur produit relève de l’acrobatie. Prétendre être le créateur d’un nouveau centrisme qui devrait prendre la place de l’alternance gauche-droite risque de  favoriser un peu plus le FN. On ne peut pas gouverner la France  pas en creux… Emmanuel Macron c’est un peu comme une voiture d’occasion, cela a l’air beau de loin, mais dès que l’on soulève le capot, on se rend compte que ce n’est pas du tout une bonne idée d’acheter le véhicule qu’on vous propose. Il est le dernier avatar d’un système dont les français ne veulent plus.   Son programme économique n’est pas clairement financé, car le modèle de Macron c’est Hollande, dont il est le fils spirituel. La politique économique de François Hollande si largement rejetée, c’est Emmanuel Macron qui l’a mise en œuvre comme ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée, conseiller économique du président, puis comme ministre de l’économie. On est  dans le rafistolage d’un modèle périmé. En matière de dépenses publiques il n’ y aura pas de diminution effective. Avec les mesures qu’il envisage sur la sécurité sociale il n’y en aura plus dans dix ans. Dans le domaine des retraites on ne comprend pas comment il va pouvoir assurer l’équilibre à long terme du régime. Cerise sur le gâteau, la nouvelle taxe d’habitation sera payée par 20% de « petits riches » qui paieront la taxe d’habitation de 80% de « pseudo pauvres »…Le candidat hors parti qui refusait de dire qu’il était socialiste voit comme par hasard se rassembler autour de lui une majorité de soutiens de gauche.   On se passionne beaucoup moins pour l’évolution du patrimoine d’Emmanuel Macron,  les robes de Brigitte Macron qui lui seraient prêtées par LVMH.  La condamnation de Jean Marc Borello, pilier de la campagne de Macron a fait l’objet de peu de commentaires…   L’extrême droite et l’extrême gauche représentent la moitié du corps électoral.   Le programme économique de Marine Le Pen c’est le repli mortifère inspiré du poujadisme.  Son problème est que les français sont plus attachés à l’Europe et à l’Euro qu’elle ne le pense… Le régime que Jean Luc Mélenchon  ressemble beaucoup à celui de la Corée du Nord. Il faut dire que les économistes qui le conseillent appartiennent à l’école des économistes atterrés  (= Philippe Askenazy, Eric Berr, Frédéric Lordon, André Orléan, Henri Steyrdiniak…). La revalorisation proposée du SMIC à 1326€ net par mois tout de suite attire bien évidemment des voix. Tout ceux qui veulent plus peuvent voter pour Nathalie Arthaud la candidate de Lutte Ouvrière qui propose 1800€ net par mois !