Mis en avant

7:40:26 2017.03.23
« Alep est un « Hiroshima sans arme nucléaire « 
8:25:48 2017.03.22
La mesure de l’émotion des électeurs est un exercice difficile
7:28:32 2017.03.20
La question de la semaine : Comment et pourquoi faire disparaître deux millions d’euros
11:40:04 2017.03.15
Le Sahara, un désert aux nombreux enjeux
3:29:54 2017.03.14
La grande illusion du centrisme
7:22:19 2017.03.13
Grande-Bretagne et Europe : Une situation surréaliste. 7067112a11cb4c508f8c8951a36ad111       Explication du Commissaire européen lambda ou de l’homme de Davos de base. Les exportations de la Grande Bretagne vers la zone euro ne progressent plus depuis 10 ans, alors que ses importations de la même zone montent fortement. Cela veut donc dire que l’économie britannique n’est pas compétitive avec les économies de la zone euro et/ou n’a rien à vendre au reste de l’Europe. A la place de se reformer pour redevenir compétitifs, les britanniques ont choisi de sortir de l’Europe et comme ils sont inefficaces, qu’ils n’ont rien à vendre et qu’ils ne seront plus protégés par Bruxelles, leur économie va s’effondrer et ils n’auront que ce qu’ils méritent. Explication de Lord King, ancien gouverneur de la banque d’Angleterre Les exportations de la Grande Bretagne vers le reste du monde hors zone euro se développent admirablement ainsi que les importations anglaises en provenance de cette zone (voir le graphique du bas).  Les exportations anglaises vers l’Europe ne croissent pas tout simplement parce que la zone euro hors Allemagne stagne depuis 20 ans, et donc les importations françaises, italiennes, espagnoles, grecques, portugaises s’écroulent puisque les niveaux de vie locaux se sont ratatinés dans tous ces pays depuis vingt ans également. Et cette chute sans précédent des niveaux de vie en Europe continentale a été créée de toutes pièces par la coexistence de l’euro et de la folie réglementaire de Bruxelles (Cf. le dernier livre de Lord King, the end of Financial alchimy ». En sortant de l’Europe, la Grande-Bretagne coupe donc le lien qui reliait la chaloupe Anglaise au Titanic Bruxellois en train de sombrer, et ce faisant, la Grande-Bretagne se sauve. Bien entendu, si vous croyez comme mon haut fonctionnaire européen que la première thèse est la bonne, par charité il va vous falloir «punir» la Grande –Bretagne pour empêcher la France, l’Italie ou l’Espagne de se suicider. Si vous pensez comme Lord King que le problème est la stagnation de l’Europe et non pas la sortie de la Grande-Bretagne , alors, vous allez dire que depuis vingt ans la Grande- Bretagne achète beaucoup plus au reste de l’Europe qu’elle ne le devrait sans que les européens lui rendent la politesse, tout simplement parce qu’on les y force (politique agricole commune par exemple)  et qu’il vaudrait beaucoup mieux pour l’économie anglaise qu’il achètent ailleurs et moins cher, ce qui ferait monter le niveau de vie des électeurs anglais. Sortir de l’Europe, c’est donc rendre sa liberté de choix au citoyen britannique. Quand j’étais enfant, j’entendais souvent une phrase : « le client est roi » Le lecteur sans instruction remarquera que les anglais nous achètent infiniment plus qu’ils ne nous vendent, que donc ce sont nos clients et qu’il serait peut-être raisonnable d’être aimables avec eux.  Nous devrions en fait être d’une gentillesse extrême puisqu’énormément d’emplois chez nous sont dépendants de leurs achats. Hélas, ceux qui nous gouvernent sont très instruits et on fait l’école nationale d’administration. Et ces génies pensent que si les anglais ont un déficit, c’est tout simplement parce qu’ils sont mal gérés et qu’il est urgent de punir les gens mal gérés sans même réfléchir une seconde que ces incapables sont nos clients. Les punir, c’est les inciter à acheter ailleurs. Il faut quand même être complètement crétin, ou avoir fait de très longues études, ou être fonctionnaire, ou les trois à la fois pour punir financièrement ceux qui vous achètent beaucoup plus de produits qu’ils ne nous en vendent. Or, c’est ce que propose de faire les Barnier et Juncker de ce monde. Bien entendu s’ils le font, les usines VW et BMW fermeront à Wolfsburg et à Munich tout simplement parce que les anglais iront acheter leurs voitures en Suède, en Corée ou au Japon. Ce ne sont pas les fabricants de voitures qui manquent et la moitié des surplus allemands est due à des exportations de voitures dont plus personne n’aura besoin dans 10 ans. Je peux par contre assurer le lecteur que tout le monde aura toujours besoin des services de la City dans 10 ans. Et la zone Euro pendant ces mêmes 10 ans continuera de s’enfoncer de façon imperturbable et cela durera tant que les Barnier and Co ne seront pas virés, c'est-à-dire tant que les peuples ne se seront pas libérés… Aux urnes citoyens, Formez vos bataillons Allons, allons !
7:03:25 2017.03.09
Géopolitique des collectivités locales
6:07:00 2017.03.07
Les électeurs ont maintenant besoin de régler leurs comptes avec leurs élites.