FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Monsieur le Président,

Je n’ai pas été l’un de vos électeurs, mais comme vous, j’aime mon pays. Je vais donc dans cette petite missive énoncer quelques réalités d’expérience, mon seul but étant de vous aider dans la lourde tâche qui vous attend. Mon but est d’expliquer pourquoi l’économie française stagne depuis fort longtemps. Pour ce faire, je vais comparer les évolutions des économies françaises et anglaises sur le long terme et  je commence par une constatation. De 1955 à 1980, l’économie française a connu une croissance plus forte que celle de l’économie Britannique. L’inversé est vrai aujourd’hui et le déclin relatif de la France  vis-à-vis de la Grande-Bretagne a commencé aux alentours des années 1980-1985 comme en fait foi le graphique ci-dessous.

1Que s’est il  donc passé au milieu des années 80? Le poids de l’Etat s’est envolé en France.

2De 1960 à 1978, la part de l’Etat dans l’économie  a été supérieure en Grande-Bretagne à ce qu’elle était en France. Depuis 1978, la dépense étatique s’est envolée en France et a été contrôlée  en Grande Bretagne. La France a décidé que l’Etat était la solution, et la Grande-Bretagne que l’Etat était le problème.  (Mitterrand contre Thatcher).

A ce point du raisonnement, un esprit logique peut tout à fait penser qu’il s’agit la d’une coïncidence fortuite : comparaison n’est pas raison, comme chacun le sait.

Pour essayer de prouver le lien de causalité entre les deux phénomènes, je vais diviser le poids de l’état de chaque pays l’un par l’autre et comparer ce ratio à la différence des taux de croissance moyens sur  7 ans de chacun des deux PIB.

L’idée ici est simple : quand le poids de l’Etat dans l’économie augmente de façon structurelle, la croissance de cette économie ralentit de façon tout aussi structurelle, et c’est ce que montre le graphique suivant.

3A ce point de l’analyse, je dois fournir une explication théorique cette relation inverse (poids de l’Etat, croissance économique), que je vais emprunter à Schumpeter. La croissance économique provient de ce qu’il a appelé la « destruction créatrice » qui est un processus parfaitement Darwinien. Cette destruction créatrice ne peut pas avoir lieu dans le secteur public, puisqu’il ne peut pas y avoir de faillite. Et donc toute augmentation du secteur public réduit la part de l’économie où la croissance peut se passer, ce qui amène à une baisse du taux de croissance général.

Si cette analyse est la bonne, plus la part de l’Etat dans l’économie augmente, plus la rentabilité des entreprises devrait baisser puisque ce sont elles qui en définitive financent l’Etat.

Vérifions.

4

Et comme ce sont les sociétés qui créent l’emploi, quand leur rentabilité baisse, le chômage augmente, ce qui veut dire qu’embaucher des fonctionnaires  c’est créer du chômage.

5

Conclusion

Shakespeare dans l’une de ses pièces, explique que le Roi d’Angleterre n’a pas à récompenser les partisans du Prince de Galles, c’est à dire ceux qui l’ont soutenu lorsqu’il n’était pas encore Roi.

Vous devriez vous inspirer de cet adage, c’est-à-dire ne pas chercher à favoriser ceux qui vous ont porté au pouvoir, ni écouter leurs conseils, puisque vous êtes roi.

Le moment de trahir vos amis pour servir votre pays est arrivé.

En d’autres termes, si vous ne faites pas baisser la dépense étatique dans les années qui viennent, c’est-à-dire si vous ne trahissez pas la classe technocratique dont vous êtes issu, vous échouerez comme tous vos prédécesseurs.

Trahir vos amis ou réussir en tant que Président tel est votre dilemme.

Je vous souhaite de réussir.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faîtes rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

44 Commentaires

  1. Ai entendu Arthuis sur Bfm dire que macron était schumpeterien

    Alors que son economiste pisani ferry considère que le non sauvetage de LEH est le responsable de la crise actuelle

    Alors que j’ai un titre encadré dans un bureau d’une banque autrichienne qui a fait naturellement faillite et qu’a gérée schumpeter.

    Pour l’instant, macron est schumpeterien mais qu’avec le PS

    Répondre
    • Oui il a crée un parti politique qui a détruit le PS, donc effectivement il y a de la création destructrice.

      Pour le reste, il incarne le startupisme si ce néologisme convient.

      Pour la crise, sauver Lehman n’aurait servi à rien contrairement à ce que racontent les économistes.

      Une faillite ou un crash boursier ne « détruit » pas, cela correspond simplement au moment où les investisseurs ont compris les erreurs de valorisation et de jugement sur l’économie.

      En l’occurrence, l’économie américaine avait été surévaluée à cause d’une bulle immobilière. Ce qu’il aurait fallu c’est de ne pas faire de subprimes.

      Quant à Macron, on peut espérer qu’il taxe l’immobilier et relâche la fiscalité sur les entreprises afin de drainer les capitaux des secteurs improductifs comme l’immobilier vers les secteurs productifs.

    • je voudrais répondre en fait à #nolife sur « l’immobilier capital improductif »;
      nolife, je pense que vous avez la mémoire courte et pas beaucoup de culture économique!
      il n’y a pas si longtemps on citait volontiers l’adage suivant: « quand le bâtiment va, tout va »; pour vous et Macron c’est un capital improductif et c’est probablement pour cela qu’il n’est pas propriétaire, mais sa femme si; les artisans que je contacte pour faire le ravalement de ma maison ou refaire ma salle de bains ne sont visiblement pas de cet avis et les ouvriers qu’ils emploient non plus;
      Macron par contre est un des rares de nos responsables politiques à posséder au moins un compte actions et il doit aisément comprendre sa douleur! Qu’il faille diminuer la fiscalité, actuellement un vrai racket fiscal, sur le capital mobilier me parait certes une évidence mais pourquoi ne taxerait-on pas les oeuvres d’art qui ornent (qui dorment dans) un certain nombre de modestes appartements parisiens? Ces oeuvres sont peut-être des capitaux productifs?
      Je crois que l’animateur de ce blog disait pour ne pas dire assénait, il me corrigera peut-être, qu’il ne faut pas taxer, sinon très faiblement, le capital; surtout le capital productif qui sert à créer de la richesse et qui est de surcroit souvent risqué; je suis entièrement de cet avis;
      on peut par contre taxer les revenus du capital mais pas les surtaxer comme c’est le cas actuellement des dividendes que vous touchez hors d’un PEA (de l’ordre de 80% pour un contribuable dans la tranche des 30%).

  2. Mr Gave,

    Je partage votre analyse. Mais je voudrais aller plus loin et essayer d’apporter d’autres éléments de réponse.

    La relation entre poids de l’Etat dans les affaires économiques et efficacité économique est connue. Plus l’Etat dépasse son périmètre de compétences pour s’immiscer de ce qui ne le regarde pas. Plus la capacité du marché libre à jouer son rôle d’allocation des ressources se voit diminuée. La prise de risque devient trop couteuse voire tout simplement impossible.

    Cette relation n’est pas un fait théorique mais un fait avéré et observé en tout lieu. Par conséquent sur le long terme ce qui distingue la performance économique entre deux pays. C’est (Certis paribus) le niveau de liberté dont peuvent jouir les entrepreneurs. Bien sur le droit de propriété doit pouvoir être assuré par des institutions solides, un système juridique performant, un système politique adapté etc. La France fait partie des pays avancés, seulement comme vous dites l’Etat est un peu trop gourmand, ce qui nuit à la compétitivité du pays.

    La démonstration du lien de cause à effet précédent, ne nous dit pas pourquoi l’Etat a pris une telle envergure. Votre analyse nous explique que c’est parce que l’Etat est trop gros que l’économie décline.

    Mais la question à se poser c’est POURQUOI le poids de l’Etat a atteint une telle PROPORTION ?
    Car il me semble que c’est en répondant à cette question qu’on pourra solutionner le problème.

    Ça n’est pas pour le plaisir ! J’espère. On peut évoquer la corruption. Un système politique opaque, qui spolie les contribuables au service d’une élite quasi oligarchique. L’incompétence de notre administration qui gaspille l’argent publique. Une idéologie malsaine (de type communiste) qui prône la spoliation du preneur de risque au profit des autres. Une préférence nationale pour la taxation.

    Je pense que toutes ces explications ne sont valables que sur le court/moyen terme. Dans un système (relativement) démocratique comme le notre, ces imperfections tendent à disparaître avec le temps. Les gens finissant par s’apercevoir de ce qui ne va pas, corrige la situation par une sanction des urnes.

    Car non la France n’est pas une dictature ! Ça n’est pas un exemple de démocratie, mais c’est une démocratie moderne. Que les médias fassent du sale boulot, c’est à eux d’en payer le prix. C’est aussi au citoyen à adopter un raisonnement critique, les français sont instruits. Le système tel qu’il est conçu est de type DEMOCRATIQUE.

    Je considère que l’on ne peut pas expliquer ce problème sans évoquer le niveau insupportable d’INJUSTICE qu’il y a dans ce pays. Or la justice (sociale) au même titre que la liberté est fondamentale pour donner les moyens à tous les talents de s’exprimer. L’injustice est à distinguer des inégalités. Les inégalités peuvent être justifiées et justifiable, l’injustice JAMAIS.

    Une personne née avec 500’000 euros sur son compte et l’autre avec 0, il y a inégalité de richesse. Et alors, ou est le problème ? C’est ainsi. L’un mesure 1.90 m et l’autre 1.60 m il y a inégalité, et alors que peut-t on y faire ? L’injustice apparaît quand il n’y a pas EGALITE DES CHANCES. Dès cet instant les dès sont pipés, le mérite n’est pas rémunéré à sa juste valeur, ce qui créer des distorsions au sein de la société.

    Un niveau d’injustice trop élevé engendre des coûts. D’un côté il y a un manque à gagner du fait que tout le potentiel de l’économie n’est pas pleinement utilisé. De l’autre il y a des phénomènes sociaux couteux qui apparaissent et qui s’accompagnent généralement de violence, de montée d’activités criminelles etc. Encore une fois, c’est un fait qui est observable dans tout pays ou règne l’injustice.

    Ce faisant l’Etat doit intervenir de plus en plus à mesure que le nombre de personnes concerné par l’injustice sociale grandit. Du fait de ce coût d’intervention (coût sécuritaire, social etc) sa taille grandit puisqu’il lui faut dégager des financements (taxation). C’est un cercle vicieux car plus il intervient moins il laisse de place au marché plus l’économie s’affaiblie, sans pour autant que les injustices diminuent.

    Il faut donc travailler sur les injustices, pour espérer que l’Etat ne s’occupe de ce qui le regarde. Et chaque Steve Jobs ou Bill Gates qui a n’a les capacités et la volonté pourra devenir ce qu’il rêve d’être. A savoir un entrepreneur heureux et non un salarié précaire ou pire encore : un chômeur désespéré. C’est ce qui distingue la France des autres grands pays performants du genre UK, Canada, ou encore Australie.

    Respectueusement

    Répondre
  3. Etant un grand fan de Jancovici, j’ajouterai quand même ce graphique :
    http://crudeoilpeak.info/wp-content/uploads/UK_offshore_production_by_field_1975-2016.jpg

    En 1980 l’Angleterre se met à produire du pétrole en masse. Légère chute en 1990 comme on le voit sur la croissance du PIB de votre graphique, et reprise en 1993.

    C’est un facteur exogène d’importance majeure : être exportateur de pétrole ou du moins plus importateur, ça rapporte un paquet de pognon, chose que n’a pas eut la France même si on pourrait dire qu’à partir des années elle a eut le nucléaire qui a généré aussi un paquet d’énergie mais probablement avec plus « d’effort ».

    Toujours est-il que la situation anglaise n’est pas incroyable aujourd’hui au vu de la balance des comptes courant quasi en record mondial de déficit si il n’y avait pas les états unis devant. La croissance future anglaise va se compliquer.

    Répondre
    • Oui, les Anglo-Saxons ont toujours crâné avec leurs bulles immobilières, leurs crédits à la consommation « tirant la croissance » …

      De plus ils ont des secteurs de service performants ce qui agit comme « maladie hollandaise » pour le reste de l’économie.

  4. Bonsoir Mr Gave,

    Je ne comprends pas pourquoi demander au président la baisse des dépenses étatiques sans évoquer la question de l’euro.
    D’autant plus qu’il me semble que dans l’un de vos livres (des « Lions menés par des Ânes ? ») vous disiez que le poids de l’état en France s’est surtout accéléré avec l’adoption de l’euro.
    Ces élections ayant « malheureusement » montré l’attachement des Français à la monnaie unique, quel pourrait être selon vous le scénario de sortie ?

    Sommes nous condamnés à une horreur sans fin ?

    Merci,
    Anthony.

    Répondre
    • Ce ne sont pas les Français qui sont attachés à la monnaie unique, c’est Patrick Drahi, Serge Dassault, Pierre Berger et Martin Bouygues.

      Tant que le pouvoir médiatico-financier (parce qu’il faut être riche pour subventionner des médias à pertes) sera pour l’euro on l’aura.

      Le jour où ils décideront de jouer aux dominos avec l’UE en faisant tomber l’euro on aura plus l’euro.

      Sauf que les Allemands vont aller voir les Italiens et les Espagnols pour leur demander de régler les soldes Target 2, et ils vont pas être content quand ils verront qu’ils ne seront pas solvables.

      Quand à nous, on aura une monnaie dévaluée mais on aura plus aucune usine ni savoir faire pour exporter.

      Et les Allemands ils auront toutes les usines d’Europe mais plus personne pour leur acheter des produits. Du chômage et des faillites en masse.

    • Cher monsieur,

      Parmi les pre acquis sur ce site, le fait que Charles Gave soit un libéral en faisant parti, le fait que ce dernier soit contre l’euro est une donnée sous jacente perpétuelle.
      Nous partons du principe içi même que tout le monde le sait un peu comme l’on peut partir du principe que le diner est le soir et le petit- déjeuner le matin. Le répéter constamment est un peu redondant pour ceux qui suivent et je trouve que les listes à la prévert reprenant à chaque fois chez certains libéraux tous les prémisses des uns et des autres est un manque de foi envers l’interlocuteur.
      Nous sommes des libéraux, nous partons du principe de l’individu est informé et non pas demeuré.

      Quant aux questions sur l’euro, je vous adresse vers le module recherche en tapant « euro » voire le dossier de 45 pages en PDF annexe remis à jour il y a trois mois qui évoque toutes ces questions.

    • Bonsoir,

      Merci pour votre réponse ainsi que pour la référence sur l’euro.

      Anthony.

    • @leonard
      J’ai comme un doute sur le financement à perte des médias. Il y a, dans ce doux pays, ce qu’on appelle le soutien à la liberté d’expression. Les montants d’argent public qui rentrent (indirectement) dans les poches des personnes que vous citez sont assez importants pour ne pas les ignorer. Une étude plus attentive sur la situation financière réelle de leurs armes de guerre serait très intéressante, à mon avis.

  5. Bonsoir Mr Gave,
    Je suis un de vos lecteur.
    Et je suis d’accord avec vos recommandations,mais il en manque une et d’importance.Il s’agit de la monnaie unique, qui est un véritable handicap pour la France.Sans souveraineté monétaire pas de salut.

    et normalement, à stade, vous devriez me demander si je connais UPR?

    Répondre
    • Sérieusement?
      Vous pensez venir Expliquer à Charles Gave le problème de la monnaie unique?

    • @Bergil > c’est peu dire que Mr GAVE ne se place pas en partisan de l’€uro…Il a été l’un des 1ers à en montrer le dysfonctionnement.

      Ces dysfonctionnements étant compliqués à comprendre, les Français ne s’y intéressent pas. Il est vrai qu’il est toujours plus aisé de vivre dans l’ignorance et c’est ce qui sauve les élite actuelles ; la fainéantise intellectuelle d’une très majorité de la population vis à vis des vrais enjeux du monde, que ce soient des sujets d’économies ou des enjeux géopolitiques, tout cela passe bien au-dessus de la tête de Mme Michu.

      Moi-même je ne suis pas économiste et n’ai de leçon à donner à personne en la matière. Je me permets seulement, lorsque il me semble avoir compris qqhose, de transmettre mes connaissances.

      En l’espèce, lorsque vous parlez de monnaie unique au sujet de l’€uro et je crois que vous faîtes une confusion.

      Puisque vous faites allusion à l’UPR, je vous incite à regarder une conférence donnée par Vincent Brousseau « L’euro avant, pendant, après » via Youtube (à partir de 1h06).

      Vous y ferez le distinguo entre monnaie unique, monnaie commune, et ce qu’est l’€uro…C’est à dire ni l’une ni l’autre. Pour faire simple je serais tenté de vous résumé les choses ainsi :

      > monnaie unique = 1 zone monétaire (1 seul pays) = 1 seule Banque Centrale = 1 monnaie

      > monnaie €uro = 1 zone monétaire (19 pays) = 20 Banques Centrales (19 BCN + BCE) = 20 types d’€uros

  6. A propos de la « destruction créatrice », il serait préférable d’inverser la proposition et parler de « création destructrice ». Par exemple, il a fallu inventer les automobiles AVANT de se passer des chevaux comme force motrice, entraînant dans un second temps la destruction/reconversion des emplois liés à l’activité obsolète. La création précède nécessairement la destruction.

    Quant aux services publics, ils sont effectivement impuissants à créer des richesses au bilan de leur activité, non seulement parce qu’ils ne peuvent faire faillite mais également parce qu’ils procèdent de la contrainte. Dans l’économie libérée de la contrainte étatique abusive, si les parties acceptent d’échanger, c’est bien parce que chacune y gagne selon ses préférences personnelles, la première des préférences personnelles étant d’assurer sa propre survie. En revanche, lorsque l’échange est contraint, il se réduit à un jeu à somme nulle (absence de croissance), voire négative (décroissance) puisqu’au moins une des parties, celle qui ne consent pas à l’échange mais qui s’y trouve contrainte par la force publique à travers les prélèvements obligatoires, y perd plus qu’elle n’y gagne.

    Il ne peut y avoir création de richesse en dehors de l’échange volontaire. D’ailleurs, si l’Etat non régalien créait la moindre richesse, alors le vol, le dol, ou même le meurtre, seraient des facteurs de croissance et il serait positif de les encourager. En effet, il n’y a aucune différence de nature entre un prélèvement obligatoire (pour financer des activités non régaliennes) et un crime : les deux relèvent de la contrainte imposée, les deux détruisent les richesses présentes et futures. Par exemple, il n’y a aucune différence entre l’impression monétaire par une banque centrale et l’impression monétaire par un faux monnayeur, les deux contribuant à détruire les richesses.

    Activités régaliennes légitimes : police, justice, armée, diplomatie. Activités non régaliennes, illégitimes dans le secteur public : monnaies et banques, éducation et santé, assurances et retraites, logement, énergies et transports, activités culturelles.

    Répondre
    • Votre deuxième paragraphe est remarquable car il souligne que toute contrainte trop étendue tue les degrés de liberté d’un ensemble complexe et interdépendant. C’est d’ailleurs la raison tragique du recul inéluctable de toute dictature lequel est encore plus prononcé si cette dictature est en plus religieuse car alors c’est le retour à la pureté violente du Haut-Moyen-Âge garantie!

    • « le vol, le dol, ou même le meurtre, seraient des facteurs de croissance  »

      c’est déjà le cas pour le PIB.
      l’ouragan katrina ou le bataclan sont bon pour le PIB en instantané.
      (croque mort, construction de minarets, achat d’ambulances, flingues etc…)

  7. Quel est le bilan de la V ème république, qui se voulait instaurer un pouvoir fort, capable de diriger un pays prospère, respecté et démocratique ?
    En fait l’élection présidentielle et le scrutin majoritaire ont conduit à l’élection de présidents démagogiques et faibles, de majorités en réalité minoritaires, et comme bilan un pays super endetté, en déclin économique, et inféodé à un pouvoir supranational. Le summum vient d’être atteint: 400 députés élus par 15 % des français, un président plébiscité, mais inconnu et sans programme, et donc probablement sans autorité. Question: à combien sera l’endettement en 2022 ?

    Répondre
  8. les fonctionnaires ne servent à rien et doivent disparaitre, les salaires doivent baisser afin de rendre l’entreprise compétitive, la rente doit disparaitre et les retraités reprendre les chemins des usines : voilà en gros l’objectif de Macron. Car Macron n’est nullement le candidat des fonctionnaires mais celui des banques et des grandes fortunes. Et la liste que j’ai énoncé est bien celle des ces gens. Maintenant comment le peuple va réagir à cela, nul ne le sait : si Macron agit durant les vacances d’été, il a une chance que la pillule passe, en revanche en septembre….. et là il pourra dire : vous avez été assez cons pour m’élire et vous avez été assez cons pour élire 450 députés, maintenant vous fermez votre gueule !!! le vrai problème M Gave, ce ne sont pas uniquement les charges (les allemands en paient bcp aussi) c’est surtout le fait que plus personne ne veut plus travailler (le gros mot !!!!) ne veut plus produire (qu’est ce que cela veut dire ????) ne veut plus créer de la richesse (kezako ???) pourtant il faut faire vivre 7 millioons de fonctionnaires qui ne servent à rien, 7 millions de chomeurs qui s’y trouvent très bien et 20 millions de retraités : cela représente un fardeau insupportable pour tous les pays !!! j’ai regardé et en Seine Maritime (76 – Rouen) il y a 4 fonctionnaires agricoles pour un agriculteur : combien de temps cela peut-il durer ????? il faudra faire comme en Allemagne : on paie très peu le fonctionnaire et quand il rentre à la maison il produit pour vivre !!!

    Répondre
    • Je ne dirais pas que les fonctionnaires sont inutiles, ils sont de bons électeurs qui aujourd’hui votent ps, fi ou em et peut-être fn pour les policiers, c’est pour ça qu’un gars comme fillon n’aurait jamais été élu même sans ses affaires (d’ailleurs le silence est de mise depuis que l’élection est passé).
      Donc pour résumer les fonctionnaires permettant à la gauche, de Juppé à Mélenchon, de rester en place et je place macron et le fn à gauche de Juppé

    • je ne dis pas mieux. Ceux qui ont voté Macron vont la sentir passer : bien fait. Il faudra qu’ils vendent leurs multiples résidences secondaires.

  9. dans une societe de capitalisme de connivence et financiarisee,l’augmentation du nombre de fonctionnaires est ineluctable: il s’agit de controler l’initiative privee d’une part afin qu’elle ne vole pas des parts de marches aux copains et d’extorquer le maximum de valeur des producteurs. donc necessite de controleurs,inspecteurs divers,juristes,gens d’armes.plus tout l’appareil de propagande pour faire passer la pilule parce que la viande d’un mouton non stresse est de meilleure qualite.

    Répondre
  10. voir le site chevallier.biz : Macron échouera puisqu’il n’y aura pas de frexit. L’abstention record de ces législatives montre que la masse des français commence à intégrer le fait que les députés ne servent à rien puisque tout se décide à Bruxelles. Mieux vaut tard que jamais. 400 députés élus avec 13,5 % des inscrits. Et nous sommes en démocratie : quelle farce !

    Répondre
  11. Bonsoir
    Il y a peut être trop de fonctionnaires ici ou là, mais pas assez dans certaines administrations: voir « L’empire de l’or rouge », qui commence à faire du bruit.
    Le fonctionnement de cette industrie vérolée montre ce qu’il advient lorsqu’on laisse la bride sur le cou à certains capitaines d’industrie.
    Quand à la destruction créatrice, on voit bien la destruction en Lybie ou en Afghanistan, mais la création qui devrait s’ensuivre se fait attendre et ce qui apparaît n’est pas ce qu’on peut rêver de mieux: retour du trafic d’esclaves en Lybie et concentration du marché de l’opium en Afghanistan vers quelques seigneurs de la guerre avec ruine et asservissement des petits paysans.

    La stagnation de la l’angleterre dans les années 75 80 était beaucoup due au fait que les impôts confisquaient tous les gains et les augmentations de salaires: il valait mieux ne pas travailler plus car on y perdait! Alors les gens s’arrêtaient de travailler.

    L’Etat est inflationnaire par nature, ce qui importe donc c’est le mécanisme de régulation de sa taille à mettre en place.
    Cordialement

    Répondre
    • La destruction créatrice c’est pas la destruction des infrastructures d’un pays lol.
      La destruction créatrice c’est la faillite d’une entreprise par la concurrence d’une autre qui invente un moyen de faire la même chose plus efficacement ou mieux en dépensant la même énergie. Ca détruit donc des entreprises mais derrière ça libère de l’énergie mieux employée et dont l’excédent peut permettre de créer d’autres richesses.

      L’état ne pouvant être en faillite, ses processus ne sont pas en concurrence et ne sont donc pas ou peu optimisés. Donc la richesse produite par l’état croît moins vite car le risque n’existe pas.

  12.  » je n ai pas vote pour vous ,mais comme vous j aime mon pays »
    Première phrase ,première supposition non vérifiée et très sujette à caution concernant le banquier ayant pas mal de lacunes en histoire géographie
    L article du jour part mal….pourtant…
    Votre raisonnement est clair et juste ,mais la question est de savoir comment dans un système » démocratique  » décadent ,si ce que vous dites est applicable .Meme en trahissant ses amis qui vont bientôt commencer les grèves ….ça me rappelle une histoire de Karcher …mais c est beau d avoir quelque soit l âge des illusions…qui ne dureront pas plus d une annee…
    Désolé de ne pas être entièrement d accord avec ces prévisions qui démontrent ce qui s est déjà passé .

    Répondre
  13. « Lettre ouverte à notre nouveau Président
    Je n’ai pas été l’un de vos électeurs, mais comme vous, j’aime mon pays. »

    De même, comme beaucoup je n’ai pas pu voter pour lui.

    Mais je suis confiant sur l’avenir de notre pays depuis que la première Dame vient enfin d’emménager avec son fils
    https://twitter.com/polNewsForever/status/874076407554596864

    pour défendre les valeurs de la France (face au vendeur de camelote par exemple…)
    https://twitter.com/whitehousedress/status/874078603293675520

    , l’art de vivre à la française, sur le long terme
    papier peint Zuber au fond: Eldorado
    https://static01.nyt.com/images/2016/11/28/us/28BANNON-2/25BANNON-2-superJumbo.jpg
    un autre, cadeau de Zuber: la Guerre de l’indépendance
    https://reaganlibrary.archives.gov/archives/photographs/large/c6170-8.jpg

    pouvons-nous être « plus français que lui » ? ;-))

    Répondre
  14. Comme je vous suis! L’état ne fait que réduire la part du privé avec une constance hallucinante sur 50 ans. La même caste est à sa tête, elle annonce déjà l’augmentation de la CSG. Au fait, hollande, ce petit homme rigolo, réduisait les moins-values déductibles des actionnaires de moitié en violation de tout droit. Attendons de voir les dégâts sur les retraites de la petite moitè de français qui paie des impôts dont la voix vaut beaucoup moins que l’autre moitié qui ne paie plus d’impôts. C’est mal parti et personne n’arrête un boulet en chute libre! Évidemment tout le monde souhaite que nous nous trompions.
    Et si cela changeait ? Hum.

    Répondre
  15. On ne peut que souscrire à vos pensées et analyses hélas trois fois hélas il faudra se battre encore et encore 5 ans c’ est vraiment long !

    Répondre
  16. Magistral !

    Répondre
  17. Bonjour M. Gave,
    je ne vais pas vous (re)faire des éloges que vous méritez pour (quasiment) tous vos articles et livres;
    mais vos graphiques inverses (ou inversés – ratio de dépenses gouvernementales au PIB et …) me déroutent un peu;
    si vous aviez la bonté et la patience de les expliciter un peu plus je serais ravi!
    PS: cela n’est pas urgent!

    Répondre
  18. Macron, plus de 400 sièges, alors qu’il était au coude à coude avec Le Pen durant le premier tour de la présidentielle ; alors même qu’elle avait tous les médias contre elle. Il n’y a rien de démocratique dans ce système de scrutin. Il va falloir se battre parce qu’ils sont d’une malveillance totale. Se battre, non pour les faire tomber, ils vont tomber sans notre intervention par l’impossibilité d’intégration des populations d’Asie continentale et d’Afrique, mais se battre pour restaurer les pays durant ce désastre en cours.

    Répondre
    • Moins de 6.4M de voix hier sur +47M d’inscrits, 51% d’abstention mais ils se « gardent de tout triomphalisme »… Quelle blague… Ils doivent tous avoir le nez dans une montagne de coke

  19. Le probléme est que monsieur MACRON à été placé au pouvoir en temps qu’enarque pour préserver les avantages de cette classe qui auraient été remis en question par FILLON et pas par JUPPÉ qui était compatible avec le système en place,c’est pour cette raison que le lynchage de FILLON a été organisé par la haute administration et les tenants du capitalisme de connivence qui possèdent les médias français.Je ne pense pas que cet homme issu des Young Leader trahira ceux qui l’on fait roi.Ses électeurs seront les cocus de l’histoire ce que chacun de ses dérapages verbaux auraient dû les alerter : une aritocratie de sachants méprisant le peuple ,il sera mondialiste et immigrationiste la culture Française n’existant pas et la colonisation un crime contre l’humanité,tout est dit.

    Répondre
    • le lynchage de Fillon a surtout démarré lorsqu’il s’est montré non immigrationniste-contre les sanctions Russes et en plus a séduit les cathos.Cela en était trop, bien qu’il a été lui aussi dans le groupe Bildelberg.

  20. L’augmentation de poids de l’Etat correspond à la création administrative des régions, cette « échelle pertinente ».

    Répondre
  21. Parfaite démonstration qui ne souffre que d’un défaut : celui à qui elle s’adresse se fiche éperdument de la France, des Français et du reste. C’est un politicien qui (comme tous les autres) se préoccupe avant tout de sa carrière, de ses revenus, de son avenir politique.

    Répondre
  22. Un politique n’a pas d’amis, il n’a que des alliés (selon les circonstances)…

    Répondre
  23. Ce matin, les media sont contents, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes (!). « La France est de retour » dit-on.
    Pourtant, comme le fait remarquer un de vos confrère blogueur, En Marche écrase les élections avec un score de perdant. Il obtient en effet moins de voix que l’UMP en 2012.
    Le fossé entre les élites et le peuple ne s’est pas réduit, il s’est au contraire creusé.
    Jusqu’à quand abusera-t-on de notre patience ?

    Répondre
  24. TRES CLAIR! Mais en gardant Ferrand et Bayrou and Co… La France et les français ont d’ores et déjà été trahis….

    Répondre
  25. Mirabeau disait qu’un girondin ministre n’est pas un ministre girondin.
    Attendons…

    Répondre
  26. Trahir ses amis n’est pas trop dur pour un homme politique, il suffit de voir comment Valls s’est fait claquer la porte au nez …

    Répondre
    • Bonjour cher Monsieur Gave,

      Avez vous envoyé cette lettre ouverte au Présidetn de la France.

      Bien à vous,

      Anne’lyse

    • Je ne suis pas  » Monsieur Gave  » mais je suis cher quand même.

      En coulisses, il se murmure qu’il compte faire tourner le pays par toute l’énarchie et que les « politiciens » ne seront que de façades …

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *