FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Revenons près de cinquante ans en arrière.

Je suis dans une université Américaine dans l’état de New-York, suivant les cours de la business school et étant en même temps professeur assistant (en économie) pour payer mes études. Quelques mois après mon arrivée, le patron du département me convoque pour me dire que j’allais enseigner la comptabilité analytique aux jeunes étudiants. A quoi je lui réponds que je n’avais jamais fait de comptabilité dans ma vie.

« Aucune importance », me dit-il, « vous allez l’apprendre en même temps que vos élèves ».

Et me voilà professeur de comptabilité…et le plus rigolo est que j’ai absolument adoré, au point que le même directeur me dira un an plus tard que je devrais passer un doctorat dans cette matière pour l’enseigner.  Il me fallait revenir en France pour faire mon service militaire et je déclinais donc la proposition. A quoi tient la vie…

 

Pourquoi ai-je adoré la comptabilité ?

 

La comptabilité en partie double qui s’est vraiment développée en Italie au XIII siècle est une merveille de logique. Sans sa création, le capitalisme n’aurait sans doute pas pu voir le jour. Le principe en est simple : Il est impossible de passer une seule écriture, il faut toujours en passer deux.

Si vous achetez une voiture pour votre société et que vous la payez cash, le compte voiture de fonction augmentera du prix de la valeur de la voiture, et le compte cash diminuera d’un montant équivalent. Et toutes les sorties de cash en fin de parcours s’équilibrent avec toutes les entrées de cash, soit qu’il s’agisse de recettes soit qu’il s’agisse d’emprunts ou d’amortissements.

Bref, la comptabilité vous apprend « Qu’un repas gratuit, ça n’existe pas » comme le disait Milton Friedman.

 

Et je crois très sincèrement que cette expérience a fait de moi un économiste pas tout à fait comme les autres. Ainsi, quand un homme politique propose une nouvelle dépense, je vois en général assez vite au crédit de qui il faut l’enregistrer (ceux qui vont voter pour lui) mais j’essaie aussi autant que faire se peut de comprendre au débit de qui elle va aller, c’est-à-dire qui va payer.

 

Prenons le « débat » absolument surréaliste qui a lieu en France en ce moment sur ce qu’il est convenu d’appeler le « Revenu Universel ». La logique de la proposition de mes ODS est à crever de rire ou de désespoir.

 

  • Première proposition : il n’y a pas assez de travail pour tout le monde. Ah bon ? Et pourquoi y a-t-il trop de travail en Allemagne ou en Grande-Bretagne et pas assez de travailleurs ? Et pourquoi l’inverse en France ? C’est rigolo, mais plus il y a de gens qui travaillent dans un pays et moins il y a de chômeurs. Se pourrait-il que ce soit le chômage qui crée le chômage ? Et que payer les gens à ne rien faire engendre du chômage ?

 

  • Deuxième proposition : il faut libérer une partie de la population de la malédiction du travail en permettant aux paresseux de rester au lit. On a vu le résultat de cette politique avec les subventions aux intermittents du spectacle qui sont devenues un véritable gouffre financier en France. Je voudrais bien que l’on m’explique pourquoi ce qui ne marche pas pour les intermittents devrait fonctionner à la satisfaction générale pour la population dans son ensemble.

 

  • Troisième proposition : Ça ne coutera rien si on abolit toutes les autres subventions. Eclat de rire général ici. Si on file ce revenu universel à tout le monde, y compris à ceux qui n’en ont pas besoin à partir de l’enveloppe actuelle des dépenses de solidarité, par construction ceux qui en ont besoin auront moins d’aide puisqu’ils devront la partager avec ceux qui n’en ont pas besoin. Donc le budget solidarité va exploser à la hausse.

 

  • Et enfin, quatrième proposition, la connotation morale : « il faut arrêter de perdre sa vie à la gagner» Le travail avilirait -il ?  Je ne le crois pas. On pense ici à la citation de Richelieu « l’homme est un mulet qui se gâte au repos » ou au proverbe de mon enfance, « l’oisiveté est la mère de tous les vices ».

 

Je conçois très bien que toutes ces remarques sont le fait d’un esprit égoïste et quelque peu ranci et donc je vais enlever mon chapeau de moraliste pour mettre ma visière de comptable et mes manches de lustrine (ce qui est bien pire) pour passer à ce que nous enseignerait une comptabilité en partie double si elle était pratiquée dans ce cas de figure.

 

Je vois très bien qui va bénéficier de cette « libération », et ce sont ceux qui se sont illustrés place de la République il y a un an où ils ont fait preuve d’une créativité qui a changé la vie de la population dans son ensemble, en incitant un certain nombre de citoyens à voter Marine. Pas de problème sur le poste « crédit » donc.

Mais je dois passer une seconde écriture…

A qui vais-je donc attribuer le débit ?

 

Réfléchissons.

Les bénéficiaires de ces allocations vont s’en servir pour consommer des biens ou des services qui ont été produits par le travail de ceux qui eux ont décidé de continuer à travailler. Et donc ces pauvres laborieux vont connaitre une baisse de leur pouvoir d’achat. Il ne peut pas en être autrement.

 

Allons plus loin. Nos passagers clandestins qui sont dans le bus mais qui n’ont pas payé leur ticket peuvent présenter leurs créances sur trois formes de travail, le travail du passé, le travail du présent ou le travail du futur.

 

  1. Le travail du passé, qui en bonne théorie économique s’appelle le stock de capital, est égal à l’épargne des générations passées. Nos « non travailleurs » ne vont pas contribuer à la croissance de ce stock de capital, bien au contraire.  Comme sur le long terme, l’épargne égale l’investissement, cela veut dire que l’investissement va baisser ou croitre moins vite que si tout le monde s’était retroussé les manches. Et donc ceux qui travaillent vont souffrir d’une baisse de la productivité de leur travail et donc d’une baisse de leur niveau de vie.  Et comme le stock de capital va baisser, les générations futures vont avoir un niveau de vie fortement en baisse. Travailler plus pour gagner moins, voilà ce qui attend les bosseurs. Gageons qu’ils vont tous partir pour Hong-Kong ou pour Londres.
  1. Le travail actuel. La proposition est simple pour ceux qui ne travaillent pas : Ils ont un droit inaliénable sur la production de ceux qui travaillent. Ce qui veut dire en termes clairs que le départ pour Londres ou pour Hong-Kong s’impose de façon urgente. Rajoutons que compte tenu de la construction européenne, tous ceux qui n’ont pas envie de travailler en Europe auront un droit sur le travail des français qui continuent à se lever le matin, à condition de venir vivre en France. Attendez-vous à une invasion non pas du plombier, mais du fainéant Polonais …ce qui est bien pire.
  1. Le travail du futur. Qu’à cela ne tienne me diront les partisans de ce projet brillant d’intelligence et de générosité. Pour financer tout cela il suffira à l’Etat d’emprunter sur les marchés financiers, c’est-à-dire de faire payer ceux qui ne sont pas encore nés et qui donc n’ont pas pu voter cette merveilleuse proposition. Remarquons ici que l’Etat français est déjà en quasi cessation de paiement et que l’Europe nous interdit tout accroissement et du déficit et de l’endettement, et l’on voit immédiatement la qualité de la réflexion intellectuelle qui a entouré ce projet. Combien de pays se sont enrichis dans l’histoire en émettant de la dette à tour de bras ? Euh…

 

Le revenu universel est donc surement une remarquable invention politique pour essayer d’enfumer le peuple une fois encore mais une totale imbécillité économique et comptable. Nos ODS ne se lasseront jamais à l’évidence de proposer des projets idiots.

Que des braves gens vous dis-je, et qui bien sur veulent le bonheur de l’humanité.

Encore une fois en effet, nous avons une proposition faite par des « oints du seigneur » qui n’ont jamais travaillé ailleurs que dans le secteur public ou dans la politique.  Dans le domaine de la répartition des revenus, c’est certainement aussi idiot que l’a été et le reste l’euro dans le domaine des monnaies ou dans le domaine de la fiscalité l’impôt sur la fortune. Ce qui est amusant, c’est que ce sont quasiment les mêmes, tous sortis du même moule qui sont à l’origine des trois idées.  Aucun n’a jamais fait une échéance de sa vie ni trouvé un client pour pouvoir payer ses salariés. Il est beaucoup plus simple de conquérir le pouvoir politique et d’envoyer les gendarmes chez ceux qui ne voudraient pas payer.

 

Et bien sur, fidèles à leurs habitudes, ils ne nous présentent que le coté « crédit » et personne ne nous parle du coté « débit », c’est-à-dire de qui va payer et comment. Comme toujours, quand il s’agit d’une proposition faite par mes ODS, il n’y aura que des gagnants.

Hélas, dans la réalité comptable Il faut inscrire le débit au compte de ceux qui bossent, qui ont bossé ou qui vont peut-être bosser dans le futur.

Si l’un ou l’autre des lecteurs de l’IDL a une autre idée, surtout, surtout qu’il m’en fasse part.

Et je conclus en rappelant ce que disait Margareth Thatcher.

« Le socialisme durera aussi longtemps que les socialistes auront l’argent des autres à dépenser. »

Inutile de souligner que le revenu universel est l’exemple quasiment parfait d’une dépense de type socialiste, donc économiquement et logiquement stupide.

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s'est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 " Des Lions menés par des ânes "(Editions Robert Laffont) où il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage "L'Etat est mort, vive l'état" Editions François Bourin 2009 prévoyait la chute de la Gréce et de l'Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal research (www.gavekal.com) et Gavekal securities.

Partager sur

209 Commentaires

  1. comme je l’ai deja dis,jaie beaucoup cette idee de RU. pour la financer eventuellement on pourrait supprimer roulement de tambour l EN l’education nationale…
    on vire professeurs des ecoles,prof des colleges profs des lycees,on garde lycees professionnels et universites.
    budget paie passe de 1500 e et plus a 700 euros de ru.les enfants devront etre instruits dans le prive,chez leur graand parents ou chez les profs vires qui se seront mis a leur compte.on verifie leur connaissance une fois par an par un test passe sur internet.j’ai pas fait les calculs mais ca devrait bien faire 100 milliards?

    Répondre
    • La réponse est dans votre question. Le fait de ramener l’éducation à l’argent, où plutôt économiser dans l’éducation nationale, est l’erreur faite depuis des décennies. Les économies, c’est ailleurs qu’il faut aller les chercher. Simplement mettre les professeurs en concurrence dans un système où seuls les bons professeurs/enseignants restent, les mauvais partent. Si il y a bien un domaine où il faut mettre le paquet, c’est bien l’éducation. L’éducation et l’investissement sont moteurs de croissance, d’innovation, les emplois de demain.

    • Bien d’accord.
      L’éducation est le seul secteur intéressant mais il est vrai que Dieu, qu’elle perte de temps, d’argent et de motivation pour tous à notre époque.

  2. Quelle horreur, Mélenchon est sur le point de se donner à Benoît Hamon !

    Répondre
    • n’importe quoi, ce que vous dites là, melenchon est contre le revenu universel, il est pour l’activation des dépenses passives du chomage.

    • Kesako? en pratique « l’activation des dépenses passives du chômage « ?

  3. Bravo pour avoir lancé un si beau feu d’artifice d’opinions allant de la plus sage et logique à la plus socialisante laquelle est « toujours l’antichambre du fascisme », de gauche ou de droite peu importe, comme disait Léo Ferré.

    Répondre
  4. @prolife

    son chateau 800? coute le prix de deux 50m2 au metro Jaures (valeur le boncoin 400ke samedi soir vendu en 3h, pas par moi)

    j’ai signalé l’attaque stupide isf contre macron qui était frappée du sceau de l’infamie
    le fait qu’il démente formellement son homosexualité (selon lui la rumeur viendrait de sarkozy): pourquoi mentirait-il la dessus?!!

    Maintenant Macron doit dire que Fillon doit concourir, puis qu’il interdira le syndicat de la magistrature et supprimera les subventions au journal Le Monde: sinon il est disqualifié.

    Répondre
    • Ne pas en parler? Surement une question de conseillers en communication.
      Je rapporte juste ce que j’ai entendue de personnes le côtoyant pas mal, et il est vrai que dans les off de video, c’est un je ne sais quoi, quasi imperceptible mais pour moi c’est le principe du postiche à cheveux.

      Si vous vous posez la question de savoir si quelqu’un en porte un, c’est qu ‘il y a en général un problème quelque part. Ce n’est as une question qui vient à vous spontanément sinon. Je ne me suis jamais interrogé de savoir si Gérard Larcher était homo par exemple. Ou Philippe Seguin…

  5. Allez M. Gave, soyez sympa, accordez nous un revenu « universel » à la hauteur des dividendes du capital de l’Etat, cette espèce de coopérative dont nous sommes sociétaires que ça nous plaise ou pas.
    Soit 12€47 par personne et par mois, à un cheval près.
    AMHA ça serait pédagogique, en mettant en évidence la vraie valeur de l’Etat.

    Répondre
  6. Et pourquoi pas un impôt sur le revenu négatif au lieu d’un revenu universel ?

    Pour chaque euro gagné en travaillant, l’État vous félicite de votre activité et de votre contribution à la société en vous reversant un euro.

    Ou quelque chose dans le genre. (J’avoue ne pas avoir réfléchis à son mécanisme ni à ses conséquences, c’est juste une idée comme ça).

    Bien sûr cela impliquerait que l’État arrête de se gaver, mais dans le meilleur monde, pourrait-elle être une idée intéressante ou complètement farfelue ?

    Répondre
    • Cela existe déjà. Combien d’individus vivent déjà des largesses de l’Etat Providence ? Plusieurs millions très certainement et, parmi eux beaucoup n’ont jamais (ou si peu) cracher au bassinet pour pouvoir en profiter. C’est cela l’Etat Providence. A vos poches Citoyens.

    • Comme toujours quand l’Etat verse quelque chose, qui paye ?

      Si pour recevoir 1 je dois d’abord donner 1, autant laisser la pièce dans ma poche.

    • Aujourd’hui pour avoir créer 1€ de richesse l’état vous remercie en vous laissant aimablement 0.5€ avec les quels vous pourrez avoir la joie de payer taxe et impôts.

  7. Comment flinguer son monopole sur la tech ?

    Aryanniser ou américaniser la.

    http://www.msn.com/en-in/news/newsindia/h-1b-visa-bill-introduced-in-us-minimum-pay-more-than-doubled/ar-AAmrdMz

    Washington: A legislation has been introduced in the US House of Representatives which among other things calls for more than doubling the minimum salary of H-1B visa holders to $130,000, making it difficult for firms to use the programme to replace American employees with foreign workers, including from India.

    https://pbs.twimg.com/media/C3btULTXAAQKKUR.jpg

    https://www.washingtonpost.com/politics/how-bannon-flattered-and-coaxed-trump-on-policies-key-to-the-alt-right/2016/11/15/53c66362-ab69-11e6-a31b-4b6397e625d0_story.html?utm_term=.2d61260536f4

    « When 2/3 or 3/4 of the CEO’s of Silicon Valley are from South Asia or from Asia, I think … » Bannon said : « A country is more than an economy. We’re a civic society ».

    Il y a plusieurs phases dans le déni :

    1. D’abord on est confiant dans la personne
    2. Les infos pointent le problème. On hésite mais on continue de penser que comme ça vient des médias « mainstream », alors il vaut mieux supporter le contraire (comme le Roumain avec le Général Salan).
    3. On commence à voir qu’on s’est trompé de cheval, on continue néanmoins à le défendre en prétextant que ce n’est qu’une erreur comme tout le monde peut en faire.
    4. L’erreur devient manifeste aux yeux de tout le monde mais par amour propre de son égo et haine du camp adverse (oui mais Clinton aurait fait pire !), on ne défend plus la personne directement mais on attaque les autres.
    5. L’erreur entraîne de graves problèmes, on ne peut plus nier, on tente d’expliquer les erreurs par la faute des autres qui l’ont poussé là.
    6. De mal en pis, on en arrive à un point où il n’est plus possible de défendre, alors on esquive le sujet.
    7. On se sert de cet échec pour défendre ses propres points de vue, si on ne fait pas ce que je préconise, on arrive d’arriver à une colère telle que des personnes comme cela peuvent arriver au pouvoir.

    Pour l’instant, je vois qu’on est toujours au point 2 sur ce site.

    Les géants de la Silicon Valley iront à Shenzen, Singapour, Vancouver ou à Bengalore ouvrir des succursales et l’Etat américain se retrouvera avec un manque à gagner fiscal pas possible en particulier la Californie qui paraît-il songe à prendre son indépendance !

    A noter que le PIB californien est supérieur à celui de la France avec 40 millions d’habitants, 75 % des travailleurs seraient d’origine étrangère et les ouvriers licenciés de la Rust Belt ne les remplaceront pas comme Data scientist ou web developper, le taux de chômage étant de 2 % chez les informaticiens !

    En chassant les Juifs, Hitler a fait que les articles scientifiques qui s’écrivaient en Allemand le fussent en Anglais, les Asiatiques continueront certes à publier en Anglais mais la compétitivité du pays en pâtira.

    Le Nasdaq va-t-il redescendre sur Terre ?

    Répondre
    • https://www.youtube.com/watch?v=NK0Y9j_CGgM

      Le Dr Michio Koku (Professeur de Physique au City College) affirme que sans le H-1B, le système universitaire scientifique américain s’effondrera ainsi que l’économie américaine, que les USA produisent des générations d’abrutis, 50 % des PHD sont étrangers, chez lui c’est rien de moins que 100 %.

      On ne parle plus d’argent mais d’identité ! Trump & Bannon préfèrent une Amérique WASP et ses générations de débiles (Y et millenials) plutôt qu’une Amérique multiculturelle.

      Que vous le vouliez ou non, le WASP qui était 90 % de l’Amérique et qui menait le monde à la baguette c’est FINI.

      Ce baroud d’honneur désespéré ne fera qu’accélérer ce déclin relatif des USA.

      Les USA étaient derrière l’Allemagne en termes de Prix Nobel avant la guerre et ils ont récupéré les juifs chassés par les Nazis et l’élite est-européenne chassée par le bolchevisme.

      Depuis ils ont « acheté » les talents comme un club de foot mais leur centre de formation est à la ramasse, se priver des « transferts » les mènera à la ruine mais au moins ils ne seront qu’entre eux !

      Albion veut le même destin, pour l’instant les marchés font du wishful thinking en pensant que Trump & May agiront pragmatiquement avec le business comme les Anglo-Saxons l’ont fait depuis des dizaines d’années, mais là on flatte les passions xénophobes, la raison est mise au placard.

      L’Allemagne n’avait AUCUN intérêt à se « débarrasser » de ses Juifs qui n’étaient pas des usuriers suçant le paysan allemand mais des scientifiques, journalistes, médecins, entrepreneurs … et pourtant ils l’ont fait !

      L’Algérie et les pays Africains n’avaient aucun intérêt économique à « virer les Blancs » et pourtant ils l’ont fait (à l’exception du Maroc).

      Le Japon n’a aucun intérêt économique à ne pas faire venir des travailleurs étrangers mais ils préfèrent une société homogène ethniquement quitte à avoir une croissance nulle à cause de leur natalité.

      La natalité WASP n’est pas tellement meilleure.

      http://www.zonebourse.com/AMERICAN-AIRLINES-GROUP-I-15171667/actualite/La-lune-de-miel-entre-Trump-et-Wall-Street-prend-fin-23782432/

      On voit on le sait mais on ne veut y croire, on réessaie, on fait semblant d’y croire en sachant que c’est inutile mais on veut y croire puis on se fait une raison, on veut de nouveau y croire jusqu’au jour où on ne peut plus pratiquer le déni.

      Une baisse des taux sur les sociétés, bien mais il faudra bien trouver l’argent quelque part pour financer son déficit et donc les taux monteront, vous qui parlez de « comptabilité analytique » :

      Actif :
      – Baisse d’impôts sur les sociétés
      – Profits plus élevés pour les sociétés et leurs actionnaires
      – Augmentation des marchés actions

      Passif :
      – Emprunts massif pour couvrir le déficit
      – Hausse des taux
      – Baisse des marchés obligataires

      C’est donc un transfert du pouvoir public vers le secteur privé dans le but de créer des emplois à haute valeur ajoutée … sauf qu’Apple fait la majorité de ses profits avec des informaticiens, designers … et que la moitié de ses effectifs sont d’origine étrangère. Seront-ils convaincus d’importer TOUS les composants sur le sol américain pour faire assembler ses produits par des petites mains américaines en revendant les produits bien plus cher ? Si c’est le cas, les produits Apple au Canada seront bien moins cher et il faudra construire un mur au Nord pour éviter la contrebande.

      La société des 60 c’est fini, Trump est une sorte de Le Pen américain, le candidat zemmourien des USA qui n’a jamais digéré l’évolution du monde mais c’est un FAIT ACCOMPLI irréversible.

      Donald n’est pas Ronald, il est Marine Le Pen fait homme (blond, autoritaire, xénophobe, replié sur soi, anti-mondialisation, anti-UE, protectionniste, mercantiliste et agressif), en espérant que le FN ne passe pas et que l’expérience Trump vaccine l’Europe des démagogues populistes.

      Jean-Pierre Petit a bien raison … l’Amérique s’européanise, l’Europe se japonise (Les arrogants britanniques surnagent grâce à leurs emprunts monstrueux qu’ils ont d’ailleurs arrêté de contracter d’après les chiffres tombés tout à l’heure).

      Vous avez moqué la démographie en ne parlant que des taux de la Fed dans votre analyse 100 % monétariste nonobstant le rejet des étrangers, le vieillissement … elle revient comme un boomerang.

  8. Bonjour,
    C’est pour des idées tel que celle là que j’ai pris ma famille et me suis barré loin de France. Je sais, pour beaucoup nous sommes des laches qui ont fuit le navire et qui reviendront la queue entre les jambes pour profiter de la sécu, etc, etc …

    J’adore M Gave, il sait exprimer ce que nous ressentons sans arriver à mettre les bons mots, enfin pour la majorité d’entre nous. Il existe toujours des personnes très douées 🙂
    H16 par exemple, qui tient les memes raisonnements, les memes conclusions.

    Bref, tout cela pour dire, que ceux qui peuvent se barrer de cet enfer communiste, le fasse. On ne peut pas raisonner des dogmatiques. Bientôt ils vont jeter en pature dans des camps, tout ceux qui ne pensent pas comme eux.
    Quand on tente d’expliquer à qq que l’on dépense déjà l’argent que l’on à pas et qu’il répond que c’est parce qu’on le dépense mal (ca c’est vrai), qu’il faut plus d’argent pour le dépenser mieux…. y’a plus qu’a partir (suffit de lire les commentaires plus haut, c’est flippant)

    Bref, bon courage à vous, les fous furieux semblent de plus en plus libre, je pense que les prochains mois vont être sport en France, la connerie n’a pas finie de monter… Et les années avenir, si nos grands champions passent en tant que présigland … s’annoncent magique. 

    Amicalement.

    Répondre
  9. Je viens de lire l’article de maitre Piketty dans le Monde d’aujourd’hui.

    Il est fou !!

    Répondre
    • il fait juste son travail de salarié

    • Ainsi, l’Immonde n’aurait pas encore fait faillite ? Ah oui, c’est vrai, il y a les subventions…

  10. Merci pour ce brillant article. Vous avez esquissé une des conséquences de ce RU communiste s’il venait à être un jour appliqué : la fermeture des frontières et le contrôle féroce de la démographie. Les socialistes viendront ensuite nous expliquer qu’ils ne sont nullement nationalistes. Le socialisme ne fonctionne déjà pas dans un monde fermé, alors dans un monde ouvert…

    Répondre
  11. Alfred Sauvy, démographe et économiste(pas libéral mais pas démagogue, a écrit un livre fin des années 70,la machine et le chômage .Il démontrait la vacuité de l’antienne du travail détruit par la machine, le progrès. Et rebelote on nous ressort cette chanson épuisée .
    Laissez faire: un jeune (par ex)sans diplôme extraordinaire saura en baignant dans les formidables mutations trouver une activité qui deviendra rémunératrice.il ne se posera pas le problème de l’emploi, il va agir, cette action va créer sans doutes des désirs et des échanges et c’est reparti!
    Je sais c’est scandaleux, surtout pour tous les « agités du bocal » qui vivent des peurs millénaristes qu’ils alimentent.
    Il est memes de vieux métiers (ébénisterie etc) qui retrouvent un marché grace à internet et ses plateformes qui permettent pour un faible cout d’être visible sur l’ensemble de la « planète ».
    Ce qui aussi réfute cette autre ânerie du produire local à tout prix. Grace à la logistique qui sera de plus en plus performante l’entrepreneur memes modeste, peut produire dans la région qui lui plait et gagner ma vie en échangeant partout dans le monde avec les meilleures prix choses impassible si vous comptez seulement sur le marché local.
    Le boulanger local y gagne aussi car il va vendre à ceux qui commercent tout azimuts lui aussi va acheter des produits aux antipodes et donner l’occasions à un producteur asiatique, africain d’accéder lui aussi au « confort modernes ». Un monde parfait ,non, meilleur oui. De nouveaux problèmes(pollution, maladie),l’agir humain ( la technique ,la science , le travail)vas’y attaquer…
    Je suis désolé d’énoncer de pareilles évidences( mais bon).
    Quand au Ru L’économiste libéral et sympathique Jean-Marc Daniel le défend sous prétexte d’économie d’échelle et de confusion des allocations. Ce sont les meilleurs arguments. Mais seulement sur le « papier » en réalité l’histoire, la pratique, comme pourrait ,je pense , le dire Charles Gaves ,prouve toujours le contraire. Quand à donner celui-ci aux seuls français cela je crois contrevient au droit européen et à la compassion néo- chrétienne socialiste.

    Répondre
    • « Il démontrait la vacuité de l’antienne du travail détruit par la machine »
      Vous pouvez remonter plus loin, Bastiat le démontait déjà quand la peur des machines qui allait supprimer les emplois en 1850.

      http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html#les_machines

  12. https://pbs.twimg.com/media/C3grbg-WMAAyFdg.jpg:large

    Le Canard enchaîné prétend que Fillon a employé 2 de ses gamins pour 84 000 € et 900 000€ sa femme à la Revue des 2 mondes.

    Je pense qu’il faut réduire la dépense publique !

    Est-ce François Hollande se servant de l’Etat pour fouiller les poubelles pour favoriser son poulain Macron ou Rachida Dati qui balance parce qu’elle n’a pas eu le VIIème, ou les 2 ?

    Qui dans l’écurie républicaine a les mains assez propres pour y aller ?

    Répondre
    • Ce que le canard enchainé « prétend » je m’en tamponne le coquillart sur la commode de l’entrée.

    • @prolife

      c’est dingue! suis dégouté.
      chez 0hedge, François Fillon, désolé pour lui, s’appelle texto « Le Pen’s Main Rival »

      la sofres, on en reparlera ultérieurement

    • Ce que démontre si besoin cette Curie sur Fillon , c’ est bien la preuve que nous ne sommes plus dans une démocratie . Notre oligarchie française s’ était choisie son champion en macron . Fillon était trop un obstacle .

      J’ ai peur de constater le pouvoir de cette caste .

      Oh bien sûr , elle est éduquée , propre et respectable mais quel mépris du peuple .

    • Mitterand a écrit un livre : « Le coup d’Etat permanent » où paraît-il, il vitupère le fait que de Gaulle se serve de l’Etat à son compte personnel, on sait ce qui Mitterrand fit de son passage à l’Elysée, Flamby le bon élève ne pourra qu’imiter le maître.

      En même temps, désolé mais la manière dont Fillon s’est servi dans la caisse pour mener sa vie de château est aussi un manque de respect envers ce peuple.

      Bizarre, quand la gauche tape dans la caisse vous hurlez au respect du Droit mais que c’est la droite vous l’excusez.

      Quand on est de droite, on peut voler, faire du protectionnisme …

      Quant à Macron, il est beau, c’est suffisant pour une électrice moyenne.

    • BEAU POUR UNE ELECTRICE MOYENNE? Mais enfin, Macron est homo. Désole mais tout le milieu parisien le sait! Ce qui en soit n’a aucune importance si ce n’est qu’un homme aussi progressiste devrait affronter ses réalités.

    • Ah bon ? On m’a dit que quand un jeune épousait une cougar ça pouvait cacher une homosexualité !

      Il n’empêche que Macron a la côte chez la gent féminine.

    • Bon après, on s’en fiche totalement et absolument.

      Juste pour dire.

    • «Fillon s’est servi» ?
      Il a payé son assistant parlementaire avec la somme qu’il lui était allouée pour le payer. Rien n’est illégal! Rappelons qu’il s’agit d’un contrat de droit privé. Si le député embauche un imbécile, c’est son problème si le boulot n’est pas fait !
      Maintenant cette « affaire » met au jour la façon de gérer et payer les assistants parlementaires, ce n’est pas un problème lié en FF en particulier.

    • Boule puante supplémentaire :

      http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-fillon-aurait-touche-200-000-euros-pour-un-emploi-qu-il-n-a-jamais-revele-7787023271

      « Mediapart » révèle que le candidat à la présidentielle est salarié depuis 2012 par une société de conseil. Un contrat dont il n’a jamais fait état publiquement.

      ————

      Cela expliquerait sa vie de château.

      Personnellement qu’un homme politique tape fortement dans la caisse ne me gêne pas trop à condition qu’il gère bien le pays, Mazarin en est le meilleur exemple.

      En tout cas les Socialistes n’ont pas de vergogne à utiliser la puissance publique pour leur intérêt personnel (après les écoutes h24 de Monsieur Bismuth-Sarkozy et son arrestation).

      J’espère pour Hollande que Fillon ne gagnera pas les élections …

    • Les rumeurs annoncent qu’Envoye Special remettrait le couvert bientôt.

      Tenir dans l’orage et l’adversité, après la pluie, le beau temps !

      Trop jeune pour avoir connu Bernard Tapie et ce qu’ont pu lui faire ses « camarades » du PS, JAMAIS je ne voterai socialiste.

    • « Personnellement qu’un homme politique tape fortement dans la caisse ne me gêne pas trop à condition qu’il gère bien le pays, Mazarin en est le meilleur exemple. » Meilleur exemple encore, Talleyrand…

  13. Bonjour Monsieur
    En effet vous avez raisons: aucun exemple de socialisme n’a jamais fonctionné. Il s’agit d’une idéologie hémiplégique et démagogique, facile à imposer, qui fonctionne un moment lorsque la machine tourne à plein régime. Quand le système se casse la figure, soit le socialisme disparaît, soit il devient répressif.
    Pour Trump, nous ne sommes pas Américains. Chacun ses problèmes. Je préfèrerais voir les médias Francais s’inquiéter de l’avenir de la France avec son système autoritaire inégalitaire non pragmatique et sentimentale.
    Par ailleurs, pourquoi remplacer le cerveau humain par un cerveau artificiel? L’homme est devenu si nul qu’il ne peut plus résoudre ses problèmes? Je pense que la machine ne remplacera jamais le cerveau humain, incapable d’appendre l’art de faire les choses. Si l’homme fait faillite face à l’homme, son avenir est celui d’un personnage du filme Mad Max, en pleine crise énergétique….

    Répondre
  14. Je suis d’accord avec le fond de l’article, ce revenu universel est une hérésie. Et le remplacement des etres humains par les machines semble oublier que ces mêmes machines restent encore specialisees sur certaines taches (lire l’excellent Zero to One de Peter Thiel). Dans une économie de marche fonctionnelle, les gens feront autre chose, et de nombreux emplois comme la vente,l’accueil, la creativite ne demandent pas une comprehension fine des mathematiques ou une capacite heritee de l’enfance a s’asseoir dans une salle de classe patiemment.
    Cependant, les exemples de Londres et surtout de Hong Kong ne me paraissent pas les meilleurs (Hong Kong pour le travail de sape de plus en plus fort provenant du continent, Londres pour le climat). Je choisi a tous les coups Singapour ou Sydney (pour ce coup-ci, j’abuse, je suis un Clermontois converti Sydneysider 🙂 ).

    Répondre
  15. Il est fascinant de voir un politicien de gauche travailler contre le peuple et pour le cartel.
    Le QE pour le peuple est indispensable pour maintenir le système encore quelques années et essayer de prévenir dans leur esprit l’arrivée des deux blondes dans le coeur de l’eurosystème.
    Comme tout QE, comptablement il retournera là il faut (auchan, soc gen,… bercy AFT BCE et alibaba-cf magnétoscopes du PS de 1982-)

    le revenu universel et plus d’immigration ponzi (si possible inassimilable afin que les salaires restent réprimés)
    Ron paul « They will keep coming as long as the incentives remain. »
    Merkel distribuant à tout va mais surtout pas aux allemands et encore moins que rien aux grecs (pillage des capacités de production)

    #deporttheFED

    Répondre
  16. « Si l’un ou l’autre des lecteurs de l’IDL a une autre idée, surtout, surtout qu’il m’en fasse part. »

    Je suis d’accord pour penser que l’idee ne tient pas la route, encore moins en France ou l’on peut s’attendre a ce que cela s’ajoute aux aides existantes plutot que de les remplacer.
    Ceci dit, il semble y avoir egalement un debat sur le sujet aux US, ils appellent ca BIG (Basic Income Guarantee) donc cela peut valoir la peine de regarder les arguments en detail si il faut les combattre (un excellent argument contre ne fait pas le poids face a une multitude d’arguments pour, y compris debiles).

    Si cela vous interesse, il y a deux podcasts de Russ Roberts avec Michael Munger sur http://www.econtalk.org : je n’ai pas encore ecoute le deuxieme mais le premier etait de qualite.

    Répondre
    • Merci beaucoup

    • ils vont faire aussi surtout remboursement de taxe

      mais cela ne fonctionne JAMAIS

  17. Grande Nouvelle. Le magazine Suisse l’Hebdo ferme. J’avais l’habitude d’aller sur son site pour y lire Guy Sorman. Avant sa fermeture, j’ignorais totalement que c’était une Bible d’oints du Seigneurs (ODS). Je l’ai compris en lisant les autres chroniques pour comprendre les raisons de cette fermeture et j’y ai retrouvé un ramassis de litanies gauchistse de style gnangnan (style la pub, c’est mauvais et autres conneries du même genre). Et ces gens font bel et bien preuve d’un mépris parfait pour ce qu’est l’humanité. Dommage pour Guy Sorman (mais je suis certain qu’on retrouvera ses chroniques ailleurs, probablement sur son ancien site, Le Futur, c’est tout de suite), mais avec de tels morons qui leurs servaient de journalistes, ce canard n’a que ce qu’il mérite.

    Répondre
  18. Bonsoir
    Selon la BRI, le volume des transactions sur les changes en 2010 atteignait 5 300 milliards de dollars par jour. Une taxe de 0,4% sur ces transactions financerait le montant annuel estimé du RU en France en 21 jours environ et permettrait de ne pas taxer les entreprises productrices et donc les travailleurs (du balayeur au DG).
    Ceci dit, je ne suis pas favorable à ce RU pour des raisons morales d’abord, ensuite parce qu’une faible augmentation des revenus ne favoriserait que les importations de produits à faible valeur et ne profiterait que très peu aux entreprises françaises et pas à ses récipiendaires qui ne seraient qu’ abêtis et avilis un peu plus.
    Il vaudrait cent fois mieux financer la recherche des capacités des sans travail pour leur proposer ensuite une formation aux nouveaux métiers ou une réorientation.
    la question de l’occupation, d’une grande partie de la population sans emploi du fait de la technologie et de l’IA est ‘abord une question politique et touche tout le monde puisque des robots opèrent désormais mieux que de bons chirurgiens dans certains cas.
    Le pouvoir d’achat d’un chirurgien génère du CA chez pas mal d’artisans et commerçants alentour, sans parler des impôts et cotisations diverses. Si son CA baise de 30% parce que la clinique qui l’emploie investit dans des robots et qu’il travaille moins, cela retentit sur tout le monde.
    Le RU tel qu’il est envisagé aujourd’hui est idiot mais la question reste posée. Simplement, si les politiques sont pourvus de suffisamment d’intelligence sociale pour se faire élire et réélire, il semblerait que l’intelligence rationnelle prédictive leur fasse défaut. Aussi passent-ils la patate chaude aux entrepreneurs.
    A qui ils délèguent aussi le recouvrement des taxes ce qui me semble anormal au possible. Les entrepreneurs n’ont pas à être de modernes fermiers généraux.
    j’en profite pour dire que je pense que la TVA est, par définition et comme son nom l’indique, une taxe sur le travail, l’inventivité la qualité et la productivité, donc éminemment nuisible. Il aura fallu ce très grand pervers de VGdE pour berlurer tout le monde. Tout prélèvement à la source qui dissimule petit à petit les coûts de la machine étatique est antidémocratique, et empêche les citoyens de prendre conscience de ce qui est exigé d’eux sans aucune garantie de pertinence ou d’efficacité en retour.
    Cordialement.

    Répondre
    • @ Steve: Vous soulevez à juste titre le problème de fond. Le non-emploi, généré en grande partie par l’essor des automatismes et des technologies est un problème de société, et donc « politique », au sens premier du terme.
      Il doit donc être traité (résolu est peut-être ambitieux)au moins en partie par des mesures politiques, lesquelles ont forcément des incidences dans les domaines économiques et financiers.
      Le problème c’est que si nous comptons sur le « Marché » seul pour régler la question, nous risquons de nous trouver dans une situation qui deviendra ingérable et entraînera des troubles sociaux dont nous pouvons déjà distinguer les prémices.
      C’est ni plus ni moins que la démocratie (ce qu’il en reste) qui est menacée.
      Mais, in fine, c’est peut être l’objectif recherché…

    • Omg. Tout votre monde de pensée est inversé .

    • Si j’ai bien tout compris alors depuis le début de la révolution industrielle le nombre de personnes occupant un emploi n’aurait du cesser de décroitre vu que de plus en plus de travail est réalisé par des machines, et pourtant même en France il n’y a jamais eu autant de personne occupant un emploi, mais comment cela est donc possible?

      La réponse est pourtant évidente la valeur ajoutée ne disparait pas quand le travail jadis fait par un homme est fait par une machine, c’est même pire elle s’accroit en effet si on remplace un humain par une machine c’est parce qu’il y a un gain, salaud de patrons!
      La valeur ajoutée qui s’accroit quand on remplace un humain par une machine, elle va juste ailleurs c’est même pour ça que la condition de vie des humains ne cessent de progresser.

      De plus c’est dans les pays développé ou l’on trouve le plus de robots par employés qu’il y a le moins chômage.
      Les causes du chômage qui est un mal typiquement français sont à chercher ailleurs un indice (l’état français dépense 57% pour un taux de chômage de 10.2% au sens du BIT quand l’état suisse lui dépense 35% du PIB pour un taux de chômage de 3%)

      Étonnant non!

    • Heuuu la suisse est un très mauvais exemple…qui ne reflète absolument pas la plupart des autres pays.

    • @graffy
      Vous avez entièrement raison la Suisse est effectivement un très mauvais exemple, ce pays sans quasi aucunes ressources naturelles a des dépenses publiques du tiers de son PIB, et il est peuplé d’arriérés surtout germanophones qui ne voient pas ou se trouve la beauté du socialisme, et en plus les citoyens possèdent mêmes des armes de guerres chez eux légalement.

      La Suisse ça doit devenir le modèle des social-démocraties européennes qui sont en état de putréfaction avancée.

    • Bonsoir
      Juste une précision:n’importe quoi la machine mieux que le chirurgien. … je ne sais pas où vous avez entendu de telles bêtises.
      Vous êtes victime de votre incapacité à accepter le risque. En tout cas le jour où il ne restera plus que des androïdes pour opérer les gens, il va falloir vachement vous creuser la cervelle pour faire endosser la responabilite des foirages chirurgicales des robots à quelqu’un….et je peux non seulement vous assurer qu’il va y en avoir beaucoup et qu’en plus il faudra accepter que la machine vous récuse lorsqu’elle jugera que votre intervention est trop risquée pour elle, à cause de celui qui programme et de la firme qui assure le robot… Bon courage en tout cas. Je ne pense pas que les chirurgiens accepteront ça ou alors ils en auront tellement assez du risque encouru qu’ils vous laisseront vous demerder avec les machines.

    • La robotisation des blocs opératoires est une réalité, et pour l’instant il y a encore besoin d’humain mais plus pour très longtemps.

      La robotisation elle permet une plus grande précision des actes grâce à la démultiplication que jamais la main du chirurgien le plus expert ne pourra avoir.

      Bientôt les blocs seront entièrement automatisés et grâce aux progrès de l’imagerie le robot qui vous opèrera aura déjà pratiqué sur vous l’opération avec succès en simulation avant de vous opérer réellement et comme il sera doté d’une intelligence artificielle et d’une énorme banque de donnée il sera capable de faire face à un imprévu.

    • Rebonjour
      La chirurgie est faite d’une multitude d’imprévus un peu comme un vol en avion mais en bien pire, car souvent la moindre petite anomalie peut transformer une intervention simple en accident de la route.
      La robotisation des blocs n’est pas une réalité, il s’agit juste d’une interface qui permet de faire joujou en commandant sur console un pantin articulé. Aucune IA n’est actuellement en activité au bloc ou robot autonome qui décide. Aucune IA ne pourra reproduire l’art d’opérer un être vivant car la variabilité technique est énorme et peu reproductible. La chirurgie n’a rien à voir avec un démontage / remontage de voiture. C’est bien souvent une question de feeling au delà de la technique pure.
      Par ailleurs, n’oubliez pas qu’il existe en chirurgie un problème de responsabilité comme déjà cité. Aucun chirurgien digne de ce nom n’acceptera de cosigner une intervention réalisée par une IA. Donc l’indication sera posée par qui? Qui en sera responsable? Par conséquent, c’est l’assurance même de cette industrie qui décidera qui sera opérée ou non.
      Arrêtez de croire que le fait de mettre des machines partout supprimera la risque. Il sera la même, exactement le même et on va en rajouter un autre en plus car on aura supprimé le savoir chirurgicale chez l’homme. Si bien que le jour ou la machine ne saura pas, ne voudra pas ou déconnera, personne ne saura, ne pourra ou voudra vous sauvez la peau (pas de savoir, pas d’expérience, pas d’assurance…). Je suis d’ailleurs certains qu’en cas d’intervention chirurgicale vous concernant, vous allez chercher un bon chirurgien et pas le premier venu. Par contre pour la machine, il n’y aura pas le choix… On verra qui fait confiance à qui le moment venu… Les avancées médicales viennent uniquement des hommes. La chirurgie avec un homme disparaîtra le jour ou nous n’en aurons plus besoin (nouveaux médicaments…). Restera alors la chirurgie traumatologique et là je peux vous assurer qu’aucune machine ne pourra gérer un truc de ce genre avec des tissus qui ne ressemblent plus à rien, du polytraumatisme, etc
      Encore une fois vous êtes victimes d’une incapacité maladive à appréhender le risque. Elle vous pousse à demander une IA partout: avions, médecins, militaires, policiers, votre banquier, votre chien….. C’est un monde épouvantable ou l’homme fait faillite face à l’homme, incapables les uns les autres de se faire encore confiance. C’est une folie pure. Encore une fois posez vous la question de savoir pourquoi vous voulez inventer un homme artificiel…. Avez vous vu Matrix ou Terminator?

  19. J’avoue que j’attendais avec délectation un article de Charles sur le RU ne doutant à aucun moment qu’il ne mangeait pas de ce pain là.

    J’ai entendu des arguments plus ou moins pertinents de gens naviguant dans la galaxie libérale assurant la promo de ce RU. J’ai relevé d’emblée qu’ils accordaient à l’état un rôle émancipateur à l’individu. A la bonne heure, le gentil état a enfanté du SMIC et de tout plein de gentilles idées qui n’ont cessé de fausser tout prix de marché justifiant toujours plus d’aides sociales pour pallier les conséquences désastreuses de ces gentilles idées. Maintenant on nous propose un « clearing » salvateur! Il faut bien effectivement être un ODS pour croire que cette fois-ci, ça va enfin marcher.

    En plus de servir sur un plateau un levier puissant à la démagogie politicienne, le RU est vicié à l’origine. Je n’attends pas que l’état m’aide à m’émanciper, l’expérience montre que la réalisation de ses projets personnels nécessite plutôt de s’émanciper de l’état et que celui-ci se contente d’assurer ses missions régaliennes et rien d’autre.

    Certains vont me dire que vouloir s’émanciper de l’état et de ses bidouillis plus ou moins collectivistes quand on est bac+5 c’est plus facile. Je note en réponse que le pouvoir d’achat des plus modestes est systématiquement rogné par les conséquences de l’état « stratège » qui désorganise les prix de marché et les vertus de la concurrence.

    Le RU est un truc d’ODS parce qu’encore une fois on veut agir sur les conséquences en laissant tranquillement les causes bien au chaud. On va dire que c’est de saison mais je crains que ça dure un peu trop longtemps.

    Répondre
    • +1

  20. J’ai une idée débile de plus pour les politocards !
    :
    En plus du revenu universel, je demande le Sexe Universel : interdiction de dire non à toute proposition de rapports !

    Répondre
  21. Bonjour M. Gave, Merci pour votre travail. Juste un élément que je crains d’avoir mal compris. Pourquoi « Les bénéficiaires de ces allocations vont s’en servir pour consommer des biens ou des services qui ont été produits par le travail de ceux qui eux ont décidé de continuer à travailler. Et donc ces pauvres laborieux vont connaitre une baisse de leur pouvoir d’achat. », si les laborieux reçoivent l’allocation universelle en plus de leur salaire?
    Merci, Myrto303

    Répondre
    • Et vous croyez que l’argent redistribué aux pauvres laborieux aura été pris ou de toutes les façons?

      Il n’y a qu’une seule poche productive= les laborieux!

      Formidable: vous gagnez 300. On vous prend 200 mais on vous redonnera 100 soyez heureux vous aurez donc 200 dans la grande bonté de l’état.

      D’autant que connaissant ce dernier, les frais de perception dans un sens puis dans l’autre (pensez on crée tellement de richesse en créant des bons postes de fonctionnaires pour gérer cette affaire,que l’on doit forcement rémunérer) donc votre laborieux touchera surement 160 à la fin de la journée. mais quelle formidable croissance engendrée par la création de poste de 2 fonctionnaires avec l’argent de ses 40. et quel pic de croissance dans la consommation avec ces 160+40+100 qui feront mathématiquement beaucoup plus que les 300 de notre pauvre laborieux.
      C’est mathématique, cela ne peut pas être faux.

    • Je crois que Myrto303 ne le voyait pas comme ça mais plutôt comme cela :
      Salaire 300 et RU 300
      Pauvre : 300
      Laborieux : salaire 300 + RU 300 = 600 – 200 (dans votre exemple) = 400
      Cela ne fonctionne que si on taxe le pauvre de 100 mais la distribution n’est plus la même.

    • Ha oui,aucune connotation politique entre « pauvre et laborieux » c’est pour l’exemple.

    • Oui, c’est comme ça que je le voyais Graffy. Mais cela répond à ma question. Bien sûr, tout dépend du taux d’imposition. Je dois dire que l’idée du revenu universel fait son chemin au Québec (la province déjà la plus taxée au Canada!).
      Myrto303

  22. Je suis assez consterné de voir la place qu’à pris cette mesure dans le débat public surtout qu’à côté, on met sous le tapis l’état des fonctions régaliennes de l’Etat français qui aurait bien besoin de financements…

    Apparemment, rien que le « revenu décent » de Valls qui apparaissait plus accessible aurait coûté, en plus de la fusion de toutes les aides sociales, la baguette de 30 milliards d’euros…

    Répondre
  23. L’Amérique s’avance vers une dictature d’extrême-droite c’est plus important que les allocs démagogiques qui ne verront jamais le jour.

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-4170800/amp/Croatian-woman-detained-LAX-set-deported.html

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-4170800/amp/Croatian-woman-detained-LAX-set-deported.html

    http://observer.com/2017/01/donald-trump-bannon-flynn-national-security-coup/

    https://twitter.com/realDonaldTrump/status/826073437735100418

    http://www.politico.com/blogs/2016-gop-primary-live-updates-and-results/2016/03/donald-trump-geneva-conventions-221394

    https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2017/01/30/trump-is-ruling-america-with-the-agenda-of-europes-far-right/?tid=sm_tw&utm_term=.6ee67f17cb51

    L’éminence grise de Trump :

    http://www.thedailybeast.com/articles/2016/08/22/steve-bannon-trump-s-top-guy-told-me-he-was-a-leninist.html

    Ca vole pas très haut …

    « La situation est sérieuse mais il y a de l’espoir. »

    Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit car je n’en étais pas un, quand ils ont pris les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit car je n’en étais pas un, quand ils ont pris les syndicalistes, je n’ai rien car je n’étais pas syndicaliste quand ils m’ont pris, il n’y avait plus personne pour s’opposer.

    Répondre
    • Qu’ est ce qui vous gêne ? Qu’ un état qui a des frontières les rappellent ?pas vraiment nouveau

      Chinese act

      Japonese act

    • @idlibertes

      Puisque vous ne lisez pas les liens ou que vous ne le comprenez pas :

      – Une femme croate arrêtée et déportée en Croatie alors qu’elle était en règle.
      – Trump’s national security coup cuts military and spies out of big decisions (Trump évince les chefs militaires et du renseignement pour y mettre son clan, il est « new-yorkais » nous avait-il dit)
      – Un président qui se permet de troller sur Twitter en appelant les médias le parti d’opposition
      – Un président américain qui considère les conventions de Genève contre le problème, que dire de ses méthodes de facho ?
      – Un président dont le but est supporter avec Poutine l’extrême-droite européenne et faire éclater l’UE soit-dit au passage.
      – Un président dont le gourou explique qu’il faut faire disparaître l’Etat américain.
      On peut rajouter à cela
      :
      – Un président qui nomme son neveu comme conseiller et qui a accès à tous les dossiers alors que les responsables militaires ne sont pas garantis d’avoir accès aux dossiers
      – Un président qui fait INTERDIRE aux scientifiques de publier ce qui ne plaît pas aux idées reçues de Mister Trump. Comment un gros beauf pareil peut dire aux scientifiques de la NASA ça tu publies, ça tu fous à la poubelle ? Si les Soviétiques avaient un 1/4 du 1/10 du tout ça vous hurleriez au Lyssenkisme.

      Les libéraux, vous prétendez défendre des principes … en fait vous êtes des anglo-américanophiles primaires …

      Ah oui, un autre gros bouffon mais italien cette fois-ci qui se réjouissait de la victoire de son alter-ego américain vient de se rendre compte … qu’il ne peut plus aller avec Madame aux USA car celle-ci est d’origine iranienne !

      https://www.rtbf.be/info/insolites/detail_pres-d-un-million-de-signatures-contre-la-venue-de-donald-trump-au-royaume-uni?id=9516677

      UK ou US, il faut choisir.

      http://www.bfmtv.com/international/face-a-la-censure-de-trump-les-scientifiques-americains-entrent-en-resistance-sur-twitter-1091055.html

      Comprendre Trump :

      http://www.businessinsider.com/carter-page-trump-russia-igor-sechin-dossier-2017-1

      Poutine l’aide à gagner et verse à lui et à ses amis une coquette somme provenant de la vente de Rosneft en échange, Trump s’engage à appliquer une politique pro-russe.

      That’s a great deal !

      Trump a aussi parlé d’aller piller le pétrole irakien, donc il nomme un dirigent pétrolier (T-Rex) dont le seul travail diplomatique sera de gérer les pipelines et les puits en Irak et en Syrie (là où traîne … Daesh) en se les partageant avec Poutine.

      Dernière chose :

      http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/l-ex-espion-russe-retrouve-mort-est-il-a-l-origine-des-rumeurs-sur-trump_1874270.html

      L’espion qui en savait trop a été liquidé, Theresa May est inquiète pour ses James Bond du MI-6 en Russie et demande à Trump de prendre ses distances … La distance séparant Londres de Washington est bien plus large que celle avec Bruxelles mais le grand large n’est-ce pas ce qu’Albion recherche ????

    • Alors que cela soit en effet bien clair, je ne vais jamais voir vos 90 liens mis par jour. J’ai une vie moi!

      C’est le principe de Pierre et le loup, vous m’en mettriez un ou deux, je serais susceptible de mais vos listes….. m’épuisent.

      Quant au fond.

      1 Une femme croate dit qu’elle était en règle, on verra bien ce qu’en dit la justice.
      2 Il est président, s’il veut mettre sa nanny aux commandes, c’est lui le chef. Je ne suis pas citoyen américain, je n’ai pas voté, je ferme ma gueule.
      3. les media sont un parti d’opposition quand ils balancent les conneries qu’ils balancent

      Enfin, le daily mail est très satisfait des rapports entre Theresa May et trump donc j’imagine que cela doit surtout être une question de media que vous lisez

      mais en tout état de cause, je ne comprends pas bien pourquoi vous vous excitez dans votre coin. Trump n’est pas votre président. Les Usa se sont choisi un champion, pour le meilleur ou pour le pire mais honnêtement, je crains moins sa politique que celle de madame Benghazi Clinton.

      On verra bien mais je n’ai pas peur du tout.

      Allez vous chercher du maalox en attendant, parce que votre route va être longue avec trump pendant les années à venir

    • @Nolife
      Cela ne vous dirait pas, d’aller polluer d’autres sites, d’autres blogues, je sais pas moi ceux de « Libération » ou bien « Le Monde ». Il me semble que vous y seriez bien plus à l’aise parmi vos semblables pour présenter vos élucubrations pour ne pas dire vos fadaises…

    • Non, on ne met pas son gendre au pouvoir quand il n’a aucune qualification, c’est pas l’Afrique !

      Les médias sont contre l’extrême-droite ce qui est à leur honneur, il ne sont pas un « parti ».

      Le dailymail lui est un média d’extrême-droite, pas étonnant en attendant un million de Britanniques ont signé contre la venue de Trum.

      Sa grâcieuse Majesté est d’ailleurs gênée par la venue de l’animateur TV.

      http://www.bbc.com/news/uk-38805196

      Theresa May’s decision to invite Donald Trump to a state visit has put the Queen in a « very difficult position », a former head of the Foreign Office says.

      […]

      He said the Queen would want to receive the president in a « celebratory, warm, friendly visit », but a state visit at the moment would seem « quite controversial ».

      It got the Queen directly involved with « this early turbulent period of the Trump presidency, when these controversial policies are being announced and so on, »he said.

      ——

      Trump est effectivement le président des USA mais quand il veut mettre fin à l’UE, il devient notre ennemi !

      « Tout Français doit lire ce livre (Mein Kampf) »
      Lyautey, 1934

    • Le Daily Mail d’ extrême droite !!! J’ ai vécu 10 ans en 🇬🇧. Le daily mail c’ est la Mark and spencers lady . C edt l’ anglaise Middle classe avec des valeurs . Rien d’ extrême droite !

    • Tout homme qui mettrait fin à l’UE aurait ma reconnaissance éternelle et serait mon Dieu.

      Quant à son gendre, il faudrait savoir ce que vous voulez: tout le monde râle qu’il n’y a que des politique politiciens en politique. Voici un homme qui est entrepreneur immobilier, et qui a vécu sa vie entière dans le privé.

      Alors quoi?

    • Vous et les média êtes en train de péter les plombs avec ce Trump. Il n’avance pas masqué et il a été élu sur son programme… Aux USA !

    • La presse britannique est devenue xénophobe à un point pas possible ces dernières années.

      Le Dailymail ne fait que relater des « faits divers » dont la fiabilité laisse à douter dont le seul but est de flatter les passions et les tripes du prolo de Liverpool.

      Dommage que le pays qui a The Economist, le Financial Times … ait aussi The Sun, The Daily mail …

      Au passage, je n’ai jamais compris pourquoi la moitié d’un journal britannique est composé de faits divers …

      https://www.ft.com/content/57f104d2-e742-11e6-893c-082c54a7f539

      L’Allemagne manipule sa monnaie pour sucrer des parts de marché aux autres … sauf que ce tocard ignore sans doute que l’Allemagne a renoncé à son Deutsche Mark et que l’€ est géré collectivement et que c’est un ITALIEN qui a décidé du QE et de faire baisser l’€ pour favoriser son pays (l’Italie) et que les Allemands HURLENT contre cette politique.

      Ce tocard sait-il que les produits allemands sont très sophistiqués et qu’il n’y a pas de substituts directs.
      Sait-il aussi qu’une population vieillissante aura tendance à moins consommer et donc avoir une balance courante excédentaire. Sait-il aussi qu’en cas de retour au Deutsche Mark, les investisseurs vendront leur dollar pour du DM et que donc les USA seraient forcés de se discipliner pour éviter une fuite des capitaux.

      Si Trump veut réindustrialiser à l’ancienne son pays, il devra acheter des machines-outils majoritairement allemandes (celles que produisent les Américains sont adaptées pour l’aéronautique et l’aviation) et qu’avoir un euro plus fort coûtera plus cher en investissement …

      D’autre part, ce Peter Navarro veut faire exploser l’UE (divide and conquer) pour négocier avec des Etats plus faibles face aux USA et ordonner aux firmes américaines de rapatrier leurs usines aux USA, la France je crois sera une des première victime, l’Allemagne et l’Italie ont leur propre industrie, la France, elle, dépend pas mal des capitaux américains.

    • Une femme renvoyée chez elle, vous appelez ça une déportation ? C’est comme ceux qui parlent de ghettos en France sans savoir quelle est la définition du mot. Faut consulter mon pauvre.

    • c’est la propension des gauchistes de tout accentuer, les mots, les diplômes, les taxes..ect

    • Le problème de votre histoire de fin, c’est que le communiste m’a emmené chez les nazis, sous le regard complice du social-démocrate, après dénonciation par le syndicaliste.

    • Je suis aux USA et je ne me sens pas encore en dictature. C’est mal connaitre la constitution americaine et votre commentaire prouve votre ignorance. Vous etes beaucoup plus en « police state » en France. Ici les gens ont des armes.

    • La première décision des nazis lorsqu’ils ont occupé la France a été de désarmer la population. Cette décision a depuis été consciencieusement appliquée par chaque gouvernement « républicain », avec une rigueur jamais démentie.

    • Ce sont plutôt les démocrates pour le coup qui veulent désarmer. Les républicains US sont plutôt pro gun.
      L’amérique « concrète « je vais dire est très attachée à son second amendment.

    • Une des clés de l’élection était la nomination de nouveaux juges a la SCOTUS.
      Les nouveaux juges de Mme Clinton entendaient soutenir des restrictions au 2A

      L’Amérique qui a voté Trump (le « cœur » des US) possède environ 90% des armes en circulation dans le pays…

      Un président qui défend le 2A, et aussi le 1A menacé par le « politiquement correct », c’est un peu tout le contraire du fascisme

    • En Italie les socialistes ont desarme tous les Italiens a la suite de l’episode des brigades rouges. tous les stocks d’armes de la seconde guerre mondiale restes chez les citoyens ont ete confisques

    • Pauvre gaucho sans cervelle et sans vie…. Ici aux USA tout le monde supporte TRUMP !!!!
      il y uniquement les « main stream media » et tout au plus qq milliers de « basanes » qui manifestent.

      les chiffres sont gonfles par ces memes medias de complaisance…. d’ailleurs en-dehors des médias personne ne manifestent !
      Hey…. benoit Brise fer…. lorsque tous ces basanes vont decider de s’occuper de ta fille ou de ta femme tu feras quoi avec ton petit tout petit opinel…….. L’Amerique a encore des cojones…. le francais est un VEAU assiste….. l’américain un cow-boy……..et les honnêtes citoyens ont armes a la difference de l’idiot de francais…. donc un francais d’ici te dit très poliment d’aller te faire….. mettre dans ces pays si tu les aiment tant !

    • Bon j ai laissé passé parce que cela venait du cœur . Mais quand même ….

      Va te faire si tu les aimes , c’ est es pas ent .

    • bonjour.
      Je me suis laisse emporter…. mais je suis reste poli….. ce toto ou ce fouteur de m…. n’a rien a faire sur ce site. le mieux est de l’ignorer a l’avenir….
      Merci pour l’info sur Macron. J’en étais quasi sur… on s’en fout mais la vie privée a toujours un impact sur la vie professionnelle donc on ne s’en fout pas…. Malheureusement « l’autre champion » du volant ou du changement de vitesse a un gros problème « prive » du meme genre…. si ce n’est pire… Si vous ne le saviez pas.

    • oui il parait que Closer tiendrait une couverture

      attendons

    • @Thierry
      Non, non. Je m’insurge. Restez poli. Ce site avait jusqu’à maintenant évité les invectives et la rage. Restons sur le terrain de la raison.

    • même si c’est dit très poliment ?

  24. Voici mon « 1 ct » _ Alors que les murs se disloquent de plus en plus vite et que l’on a épuisé quasiment toute notre capacité d’endettement, on voit bien que nos « Nouveaux Nobles » cherchent désespérément une solution pour calmer le jeu et pouvoir continuer à jouir de leurs privilèges quitte à faire payer encore plus ceux qui ont su trouver un travail utile et le conserver.
    Pour ma part je pense que le principal problème n’a pas été diagnostiqué (hormis la tumeur protéiforme de l’emploi public tous azimuts). La mutation d’une partie de l’économie via internet génère une destruction créatrice qui me semble très bonne mais qui a réussi à échapper à l’impôt.
    Prenons l’exemple d’un service internet de voyance/astrologie (pour alléger un peu le sujet). Sauf la roulote de madame Irma qui devait déjà tout faire au noir, un bon vieux magazine imprimé d’astrologie devait s’insérer dans l’économie locale en assumant toutes ses obligations légales (cotisations, impots et taxes…). Aujourd’hui devenu site internet, il est domicilié avec soin à HongKong, La Valette ou en Andorre et ne paye sans doute plus rien aux états dans lesquels résident ses clients. On est donc passé de l’enfer fiscal au paradis sans passer par le purgatoire ! Le manque à gagner (j’adore cette expression) pour l’état est de plus en plus important et il faut bien le combler car les dépenses ne baissent pas(!)
    Mais Bercy ne compte plus que 375.000 fonctionnaires(sous le Sapin), comment voulez vous qu’ils puissent imaginer des solutions avec le peu de temps libre qu’ils doivent avoir !
    Plus sérieusement je crois que seule la refonte complète de notre système fiscal avec, pour les entreprises WEB étrangères une assiette directement sur le CA réalisé avec des clients Français, permettra de gérer cette transition.
    Ouf

    Répondre
    • Taxer le CA est une hérésie tout à la fois économique, fiscale et comptable, ce qui fait beaucoup pour une seule proposition.

    • Ah mais monsieur , il vous sera répondu que l’ on peut être cocu , coiffeur et communiste

    • Le service d’astrologie domicilié en Andorre n’est pas vraiment « cocu » puisque son bénéfice offshore n’est pas du tout taxé. Il n’est pas plus « coiffeur » ni « communiste » car ces obligations comptables sont réduites voir inexistantes… Mais je n’aime pas plus les taxes que vous autres, qu’elles soient sur le CA ou sur le résultat. Je cherche juste à ne pas être toujours le trésorier payeur général en tant que salarié Français.

    • Non mais j’ai bien compris l’idée. Que ce soit les grandes entreprises qui paient et je ne suis pas forcement contre mais vous ne pourrez jamais empêcher qu’il existe ce que les juristes appellent un « forum shopping » et que les entreprises, en tant que consommateur fiscal,, cherchent un moyen de payer le moins possible LEGALEMENT.

      C’est ce qu’offre le Delaware aux USA aussi par ex.

      Toutefois , penser que nos difficultés économiques françaises viendraient de là, il y a quand même un grand pas.

      Si la France ne pratiquait pas les 35 heures, une législation du travail qui fait qu’un salarié est plus protégé qu’un Panda nain, que les possibilités de crédit aux entreprises sont quasi nulles etc etc, bref, si la France n’était pas aussi peu attractive juridiquement, nous n’aurions pas à subir autant la concurrence légale et fiscale.

      Pouvez vous reprocher à un tiers de chercher le meilleur moyen de consommer en mettant en concurrence des systèmes légaux?

      Sinon, pourquoi se payer des fiscalistes et des juristes?

      Ce n’est surement « pas juste »

      Mais est ce que la justice est de ce monde?

      Et surtout, ne nous sommes nous pas mis dans cette situation tous seuls?

    • Ah ! Alors quel est le dogme ?

    • Comme quoi, Gave a raison. Oui, on peut.

    • Il existe déjà un truc qui s’appelle la TVA.

    • TVA qui, comme son nom l’indique, concerne la VA et pas le CA.

    • Je sens le bon moment pour parler chiffre d’affaire et bénéfice net 🙂

    • Yep, mais la TVA est une taxe sur le CA déductible, purement et simplement.

      Et il est dit que c’est sur la «VA», et pourtant c’est bien 20% du CA…! Le 20% se calcule sur le CA, et non sur un agrégat intermédiaire bizarre (un «SIG»). On parle d’ailleurs du CA TTC et du CA HT.

    • En outre, j’aime beaucoup l’idée de ne réduire toutes les taxes uniquement à la TVA. Je trouve que cela a beaucoup de sens (imposer le travail a toujours été aberrant, imposer le stock de capital est débile).

      The one tax: VAT.

    • Assez d’accord avec cela

  25. Vous êtes gentils avec faineants polonais et glandeurs grecs! élargissez vos horizons, nous avons le regroupement familial! Hamon fait d’une pierre deux coups

    Répondre
  26. Bonjour et merci pour cet article « pédagogique » qui donne des arguments contre le Revenu Universel.

    Je souhaiterais rajouter un élément complémentaire:
    Le Revenu Universel ne prend absolument pas en compte les besoins psychologiques de l’humain et a fortiori ceux des chômeurs/précaires.

    J’ai connu à la fois chômage et précarité du travail et j’y suis toujours d’ailleurs aujourd’hui. Je vais parler pour moi-même. Ces situations procurent un sentiment de honte et d’inutilité que l’assistanat ne soignent absolument pas, bien au contraire. Beaucoup parlent du confort de « l’assisté » mais ne mesurent sans doute pas la difficulté morale permanente que ces situations procurent et qui ne fait que s’aggraver avec le temps.

    Le Revenu Universel permet peut-être d’augmenter les ressources des « assistés » mais quid de leur confiance en eux, de leur sentiment d’appartenance à la nation, de leur sentiment de mérite, etc? Je ne parlerais que pour ma propre personne: je ne souhaite pas voir mes ressources vitales augmenter de quelques dizaines d’euros et rester dans une situation de honte qui abîme mes relations sociales et fragilise toujours plus ma place dans la nation. Je souhaite être reconnu pour mon travail et pour mes compétences, je souhaite arriver à une situation où je peux honnêtement me dire que je m’en sors grâce à moi-même et à mon travail et où je peux regarder mes concitoyens dans les yeux sans honte et sans me sentir citoyens de seconde zone parce que je vis d’une « solidarité » qu’on leur arrache.

    Donc plutôt qu’un revenu universel qui ne ferait que m’enfoncer dans ma situation actuelle, je préfère, et de loin, une libéralisation du marché du travail qui permette à un employeur de me recruter et de me garder ou bien qui me permette de créer mon activité sans avoir besoin de faire l’ENA pour comprendre les exigences du RSI. Pour résumer, je ne veux pas de charité, je veux travailler!

    Et c’est possible: quand je vois la courbe du chômage qui augmente de façon presque parallèle à celle du travail au noir, je me dis qu’il y a en effet beaucoup de travail en France mais qu’il n’y a pas assez de travail légal dans les circonstances actuelles de cette légalité. Il n’y pas de manque de travail, il y a un manque de travail légal, ce qui n’est pas la même chose et qui montrent que les conditions de légalité du travail sont trop contraignantes.

    D’ailleurs, je vous soumets, si M. Gave me lit, une idée sur laquelle je souhaite votre opinion, même si elle est désastreuse: Ne serait-il pas opportun d’inverser le barème des charges qui pèsent sur le travail pour continuer à financer la protection sociale que le socialisme a rendu endémique tout en l’asséchant? C’est peut-être une idiotie mais je pense à un barème de charges qui inciterait l’employeur à rémunérer davantage son salarié parce que ça lui coûterait au final moins cher. Nous sommes d’accord que ce sont les bas salaires qui coûtent le plus cher à la société, puisqu’il faut ensuite payer des allocations et des aides en tout genre pour compenser la faiblesse du salaire qui, de plus, ne peut pas augmenter puisque s’il augmente, il coûte toujours plus cher à l’employeur. Il est donc normal de répercuter le coût de la protection sociale sur les bas salaires!
    Exemple simpliste: Si un employeur tient absolument à embaucher un salarié au SMIC, pour faire simple 1000 euros net, je trouverais normal de dire à l’employeur: vous allez donc payer aussi la protection sociale de ce salarié puisque avec 1000 euros, il ne peut s’en sortir sans aide publique. On peut donc imaginer par exemple que, pour 1000 euros net, l’employeur doive payer, charges compris 4000 euros. Alors que s’il décide de le payer 2000 euros net, les charges seraient abaissées et qu’il ne paieraient qu’un coût total de 3000 euros.
    Certes, mon exemple est très simpliste mais c’est pour illustrer cette idée. Inverser le barème des charges sur le travail pour sortir de schéma actuel de façon « douce » et à terme, sortir de la protection sociale à grande échelle qui en fait réduit la plupart des français à un esclavage masqué, soit de l’état, soit des employeurs.

    Tim

    Répondre
    • « Pour résumer, je ne veux pas de charité, je veux travailler! »

      +1
      C’est tout à votre honneur.

      « Beaucoup parlent du confort de « l’assisté » mais ne mesurent sans doute pas la difficulté morale permanente que ces situations procurent et qui ne fait que s’aggraver avec le temps. »

      Il faut rappeler que la France est devenu un pays multi-culturel. Donc, bien que je comprenne et partage votre sentiment, il y a d’autres personnes en France qui sont différentes, qui vivent en France, qui sont habitées par une autre culture, et qui sont sans pitié avec le système. J’en connais personnellement.

      Mes respects et mes encouragements dans ces durs temps.

    • Je connais peu de  » culture  » ou quand tu restes assis tu es payé ? ( RATP) ?

    • L’avez-vous fait exprès ? « Reste Assis Tu es Payé » RATP

      Moi j’ai aimé

    • Oui , j’ avoue

    • Il y a aussi « Rentre Avec Tes Pieds », un grand classique des jours de grève.

    • Cher monsieur,

      Tout d’abord, merci pour votre magnifique travail.

      Ce qui suit n’est pas politiquement correct, et je ne m’offenserais nullement d’être censuré.

      Je prends tout à fait votre remarque sur la «culture».
      D’une part, il y a toutes les personnes qui ne se sont pas intégrées à la société françaises. Oui, il y a des personnes qui sont venues, avec leur propre culture, et en particulier un état d’esprit propre à leur culture. L’état d’esprit fait partie intégrante de la culture. Le remarquable état d’esprit présenté par notre ami Tim ci-dessus est commun, voire caractéristique, parmi la population autochtone. En revanche, cet état d’esprit est beaucoup plus rare dans au sein des cultures importées, et en particulier au sein de celles qui refusent délibérément de s’intégrer. Ainsi, je connais personnellement certaines de ces personnes qui montent de faux dossiers auprès des institutions de solidarité, ou qui abusent des droits attachés au CDI, et probablement d’autres. Et, contrairement à Tim, ces personnes ne sont nullement gênées – elles trouvent leur attitude normale. Et cette attitude, cet état d’esprit, est partie intégrante d’une culture. Ensuite, je ne vais pas vous lancer la pierre: je crois que toutes les cultures ne se valent pas (opposé de la thèse relativiste). Et, de fait (indépendamment d’un quelconque jugement), toutes les cultures n’ont pas connu le même développement économique. Non parce que on est «payé quand on reste assis» (encore que), mais parce qu’ils pratiquent une autre forme des relations sociales, économiques et humaines.
      D’autre part, comme vous le faites remarquer, au sein même de la société française autochtone, il y a une division de plus en plus saillante entre les traditionalistes et les auto-proclamés «progressistes». C’est encore plus visible aux US, où vivent ensemble, par exemple, la population du Midwest et la population de la Californie, lesquelles sont aux antipodes l’une de l’autre du point de vue des valeurs. Au point que certains «progressistes» américains brandissent des pancartes «Racists out, Refugees in». Cette division existe aussi en France même si elle est moins visible: désolé d’écrire ces mots, mais il y a la France qui se lève tôt, traditionnelle, qui travaille, et une autre France, «progressiste», qui se plaint et qui fait grève. Ce n’est pas bien de se montrer du doigt, de montrer l’existence de cette division, mais cette division est là, elle existe (et d’ailleurs la «progressiste» n’acceptant pas la différence essaye de convertir la traditionaliste, et de façon fourbe, à l’insu de cette dernière). Et peut-être que chaque partie ne mérite pas le titre de «culture», mais il y a bel et bien deux états d’esprit, deux visions du monde, et donc deux «sous-cultures» dirons-nous. (Et ce vivre-ensemble ne me semble guère un bien puisque ni les «progressistes» ni les traditionalistes ne le vivent bien et sont satisfaits.)

      Ce n’est peut-être qu’un différend sur le choix des mots. À votre convenance.

    • Je comprends tout à fait ce que vous dites . J’ ai des tantes enseignantes à la retraite qui touchent à peine de quoi subsister décemment alors que certaines mères de quartier avec des allocations de parent isolés et des aides de mairies etc cumulent pour avoir un niveau de vie avec un appartement de la ville , somme toute , confortable .

      La question ; que faire ?

      Encore plus taper sur ceux qui courent dans la roue de hamster ?

  27. Alors réfléchissons et résumons en deux points simples.

    1° L’IA et la robotique, bien qu’au début de leurs développement, sont déjà supérieurs en termes de rendement et d’économie aux humains. Il n’y a pas trois solutions : soit il faut trouver une manière de vivre ensemble soit c’est la guerre !

    2° La finance est hors réalité depuis longtemps, avec des marchés hors réalité, les taux de change qui permettent à certains d’acheter 300 heures (ou beaucoup plus) de travail avec une seule heure du leur, un système monétaire virtuel qui ne se base sur plus rien de concret (juste de la dette hypothétique). Le constat est grave, comment réformer tout ce bazare tout en prévenant les futurs défis à relever ( énergie – ressources – biodiversité – climat – partage des richesses – protection de notre patrimoine terrestre – disparités sociales et exodes massifs de population etc.)? N’y a t-il pas tout à revoir, du système monétaire au système fiscal, en passant par un partage des ressources (et des moyens de production) ??? Le chantier est phénoménal, il faudra bien commencer quelque part, et le revenu de base, bien qu’aberrant ridicule imparfait et complètement loufoque … finalement n’est-il pas un pas dans la bonne direction, un pas qui aurait le mérite d’éviter une révolution ou une guerre de l’humain contre l’indusdtriedéshumanisée (y faudra inventer un nouveau nom) !

    Répondre
    • Alors, si vous imaginez deux secondes que le revenu de base/universel va affecter en quoique ce soit le monde de la Finance c’est bien que vous être étranger aux meandres de cette derniére. le seul impact que cette chose aurait sera sur les ménages de classe moyenne qui sont ponctionnés comme déja assez peu dans l’histoire.
      la haute finance est comme vous le savez dans des sphères hors impôts hors de France, donc ils ne seront pas touchés par cette enieme ponction étatique.
      Ce sont les revenus moyens commerçants, dentistes, petit entrepreneurs, professeur d’universités , notaires, pharmaciens, gérant de café tabac etc, qui vont payer pour que des crétins chevelus aient le loisir de pouvoir se rassembler place de la république pour taper sur des bambous sans jamais être numéro 1.

      Que les crétins chevelus se réjouissent, je veux bien mais que des personnes que je lis içi a priori capables d’écrire ne comprennent pas l’absurde gabegie que tout ceci représente me dépasse plus que ma vie!

    • Monsieur Gave, j’apprécie depuis longtemps vos billets, mais je ne comprends pas votre partis pris et surtout votre hargne aveugle sur ce sujet, car je suis sûr, sur le fond, que vous ne pouvez qu’être d’accord avec ce que j’écris, même si vous vous le refusez encore pour le moment.

      Oui pour le moment, pour le moment le monde de la finance pose son diktat unilatéral et sans partage, autant à l’économie qu’aux gouvernements, ce sont eux qui ont pouvoir sur les lois et même dans nos pays européens comme on a pu le voir avec la Grèce, mais cette toute puissance qui n’est qu’adossée à de l’énergie bon marché et illimité, qui n’est qu’adossée à un détournement des rôles premiers de la monnaie, qui n’est qu’adossée à de la monnaie virtuelle et sans valeur, qui n’est qu’adossée au pillage des ressources terrestres, cette toute puissance qui n’est qu’adossée à la mise sous tutelle de peuples entiers, et qui aspire des milliards pour quelques uns au détriment de tous les autres, cette toute puissance mondialisée est décriée de toute part par des minorités de plus en plus consistantes … Cette toute puissance est illogique et ne tiens pas compte des besoins de l’humanité, l’hégémonie de la HAUTE finance, comme vous l’appelez, n’est qu’une chimère que le future saura juger et condamner, comme une anomalie de l’histoire qui aura su endormir son monde en le baignant dans ses propres dettes => je comprend vos rires, QUELLE FARCE !

    • Il est logique qu’une puissance méconnaisse les besoins de l’humanité car personne, aucune puissance, aucun individu, ne peut les connaître. Ni la haute finance, ni les politiciens, ni les experts autoproclamés, ni les sauveurs de la planète, ni la majorité, ni les minorités, ni vous, ni moi non plus.

      Vous devriez vous méfier de ceux qui prétendent vouloir le bien de l’humanité, car c’est ce discours qui est fondamentalement illogique. Au mieux, ces généreux bienfaiteurs de l’humanité veulent leur bien, à vos dépens.

    • «je ne comprends pas votre partis pris et surtout votre hargne aveugle sur ce sujet, car je suis sûr, sur le fond, que vous ne pouvez qu’être d’accord avec ce que j’écris, même si vous vous le refusez encore pour le moment.»

      Belle prétention…! Assez surréelle.
      Il vous répond «je ne suis pas d’accord avec vous» et vous lui répondez «mais si, vous ne le savez pas encore»………… Il y a vraiment des gens curieux…! Et la raison invoquée est «parce que je détiens la vérité»… Et dire aux gens qu’ils sont «hargneux» ne les braque pas du tout et donne vraiment envie de se rapprocher de votre point de vue…

      C’est comme Gaïa (ou l’islam ou le communisme, etc.). On ne l’a pas encore compris, mais c’est la vraie religion. Vous ne pouvez que être d’accord avec ce que j’écris, même si vous vous le refusez encore pour le moment.

  28. La même question (celle des robots) s’est posée quand on a inventé la machine à vapeur, puis le moteur électrique, etc. Et ce n’est n’est un RU qui a répondu à la question !
    Relisez Bastiat et l’histoire des haches émoussées…

    Répondre
    • et le velo (dont les bistrotiers ont voulu un contrôle -pour aussi des raisons sanitaires!- car hausse de la concurrence chez eux)

  29. Ah, moi qui n’avais jamais eu à formuler une critique sur un de vos articles. Avec cette ode à la comptabilité, ça partait déjà mal. Et puis le reste a suivi.

    Donner de l’argent public qu’on donne déjà, cela ne changera rien ? Or vous savez très bien que changer la structure des dépenses, changera les taux de consommation, ou influera sur l’offre et la demande comme un autre commentateur vous l’a fait remarquer. Vous auriez dû vous pencher sur ces changements de structuration à dépenses égales.

    Car si effectivement, le RU constituera pratiquement une augmentation des dépenses sociales (car nous sommes en France), il pourrait en être tout autrement en théorie. Ce pourrait même être l’inverse. Nous pourrions envisager de baisser les dépenses sociales en les regroupant. Ce genre de passe passe comptable, l’administration fiscale en a l’habitude, et la plupart des Français n’y verraient que du feu (couplée à une baisse du nombre de fonctionnaires, etc…)

    Enfin, ce revenu universel pourrait n’être versé qu’aux seuls Français pour éviter des phénomènes migratoires négatifs.

    Je ne suis pas forcément pour le RU mais je trouve que votre analyse devrait être complétée. J’ai comme l’impression que vous avez eu envie de nous parler de votre expérience de vie, et que pour lui donner un aspect scientifique, vous l’avez « économisée » (rendue sous les traits de la science économique). L’économie va bien plus loin que la simple comptabilité. Voilà ce que, pour une fois, je ne sens pas dans votre article.

    Répondre
    • Cher monsieur,

      Merci d’intervenir pour la première fois sur notre site.

      Pour répondre à votre question d ‘accroissement de valeur, j’ai peur que vous n’ayez pas compris ce qu’est une création de richesse , économiquement parlant.

      Dans le cas, du RU, si nous réfléchissons sur un territoire donné, la France en l’Espèce, vous devez quand m^me bien comprendre que ceux qui vont payer pour ce RU vont être les autres personnes en activités, c’est à dire la classe moyenne dans son ensemble. Au lieu de percevoir sur un salaire de 1 200, les 940 actuels, ils percevront 650 afin de payer cette grande contribution nationale qu’est le RU .
      Je doute que cette personne choisisse de continuer à travailler donc voila désormais deux personne au RU. Qui va payer, celui qui a 2 200 de salaires qui désormais va toucher 1 300. Pas sur que cela lui plaise beaucoup..

      Car qu’imaginez vous, que la personne qui aujourd’hui touche 2 200 ne sait pas quoi faire de son argent et ne le dépense pas (avec toute la relance de la consommation que vous voulez?

      je ne vois pas bien en qui prendre à Paul (qui dépensait très bien son pognon tout seul merci pour lui) pour le donner à pierre pour qu’il le dépense à sa place créerait la moindre relance en quoi que ce soit en imaginant même que la relance à la consommation fonctionne ce que l’on sait aussi être une belle ânerie?

    • On ne dit pas deux personnes au RU mais deux personnes à la RUE

      RUE = Revenu Universel d’Existence

    • Vous faites votre calcul comme si Le RU se surajoutait comme nouvelle dépense pour l’Etat. Or de ce que j’ai compris, il s’agirait plutôt d’une redistribution de l’imposition existante.
      Faisons un rapide calcul et distribuons 700 euros à 40 millions de personnes majeures durant 12 mois, soit 336 milliards d’euros par an.
      A vue de né, cela fait 17% du PIB.
      Maintenant, enlevons toutes les aides, toutes les allocations, tous les fonctionnaires liés à ces allocations… on pourrait ajuster les entrées et les sorties qui vous sont si chères ? En fait, on pourrait même faire pire : en demandant aux gens de s’assurer au niveau de leur santé, de payer une partie de la scolarité des enfants contre le droit de placer leurs enfants dans les établissement de leurs choix, etc… il se pourrait que, théoriquement, les recettes excèdent les dépenses.

      Pour reprendre votre exemple, on prend déjà beaucoup à Paul pour ne pas habiller Jean. Cette même somme pourrait être affectée de manière plus juste d’un point de vue libéral. D’ailleurs le RU n’est-elle pas une idée libérale ?

      On pourrait aussi imaginer d’ajuster le niveau du RU aux recettes de l’Etat et ainsi faire fonctionner un mécanisme d’offre et de demande.

      Voilà, je vous le répète encore, je ne suis pas particulièrement favorable à cette mesure. Mais, je voudrais bien comprendre théoriquement, ce qui cloche. Et pour l’instant, je n’ai pas de réponse, si ce n’est en matière politique, ou sociologique.

    • Alors

      1/ L’état français dépense déjà plus q’il ne rentre à l’heure actuelle. Donc si quelque chose, il n’est pas question de faire un peu plus ou un peu différent ou je ne sais quoi d’autre, nous n’avons déjà pas les moyens de payer les retraites futures ni les dépenses de sécurité sociale TEL QUE NOUS SOMMES aujourd’hui.

      D’autre part, vous voudriez nous faire croire que cela se substituerait aux aides actuelles! mais cette grande farce. Tout le monde sait très bien que les aides ne font que s’accumuler les uns aux autres et JAMAIS aucun politique n’aura la courage d’effacer les aides aux parents isolés, les aides au logement, etc pour substituer une soit disant grande enveloppe, dont nous n’avons pas les moyens , je le repette.

      Toute cette histoire pue la démagogie à plein nez.

      Que des soit disant libéraux » auto proclamé nous gonflent depuis deux ans ça et là, passe encore, mais que l’on vienne ici nous expliquer la nécessité de cette grande re distribution comme la panacée du renouveau libéral commence à me les briser, menu.

      J’aimerai comprendre votre notion « pourrait être affectée de manière plus juste d’un point de vue libéral » mais pour moi la re affectation étatique est à la justice ce que l’amour courtois est au viol.

    • C’est tout de même la théorie libérale qui nous explique que la loi entre l’offre et la demande de biens ne correspond pas forcément à une égalité entre l’offre et la demande de travailleurs.
      Dans la théorie libérale, le RU sert à écarter du marché du travail les personnes les plus improductives dont l’insertion sur le marché du travail représenterait un coût marginal négatif ?
      Voilà en tous cas ce que j’ai appris durant mes études d’économie, de la part de libéraux qui soutenaient il y a 25 ans l’instauration du RMI de M Rocard avec cette visée en arrière plan.

    • «C’est tout de même la théorie libérale qui nous explique que la loi entre l’offre et la demande de biens ne correspond pas forcément à une égalité entre l’offre et la demande de travailleurs.»

      ?
      Quel est le sens de cette phrase? Quel est le sens de «Un équilibre ne correspond à un autre équilibre.»?

      Et pour quels biens? Pour quelles compétences?

      On pourrait dire aussi «l’offre et la demande de bière ne correspond pas à l’offre et la demande de pneus tracteurs»…

      «Dans la théorie libérale, le RU sert à écarter du marché du travail les personnes les plus improductives dont l’insertion sur le marché du travail représenterait un coût marginal négatif?»

      Pourquoi dans la «théorie libérale»? En quoi cette phrase serait-elle spécifiquement libérale?

      En revanche, la réponse libérale que le «coût marginal négatif» n’existe uniquement à cause des entraves du Léviathan (typiquement, le SMIC). Si le marché du travail n’était pas bousillé par le dieu malveillant État, la rencontre entre les personnes peu productives et les emplois nécessitant peu de productivité se rencontreraient.
      Une personne ayant, dans l’obsolu, un «coût marginal négatif», ça n’existe pas. D’ailleurs, avez-vous un exemple.

      Votre phrase est juste une présentation économique et non social du revenu universel.

      «Voilà en tous cas ce que j’ai appris durant mes études d’économie, de la part de libéraux qui soutenaient il y a 25 ans l’instauration du RMI de M Rocard avec cette visée en arrière plan.»

      La réponse est dans votre phrase: «libéraux qui soutenaient [le] RMI».

      Je crois que vous avez aussi oublié de parler des libéraux qui soutenaient l’instauration du Goulag. Parce que, si l’URSS a foiré, c’est parce que Staline était, en fait, libéral.

      Y a-t-il vraiment besoin d’épiloguer?

      J’ai un scoop pour vous: Piketty n’est pas libéral.

    • @Garofula : et Milton Friedman, il est peut-être socialiste ?

      Je suis catastrophé du manque de culture ambiant en France. Non seulement, vous ne connaissez rien à la théorie économique, mais en plus, vous intervenez dans un débat qui vous dépasse de manière évidente pour défendre quelqu’un qui n’a pas été attaqué.

    • @Sébastien

      Je ne sais pas à qui vous répondez mais pas à moi puisque je ne participe pas à cet échange précis.

    • @Garofula : excusez-moi, je m’adressais à @Woodart.

    • Oui et bien non recevable. Je n’ai rien lu que d’intelligent chez Woodart. Leonardo

    • Une economie forte est une economie basee sur l’investissement qui genere des gains de productivite. Payer des gens a rien faire pour qu’ils satisfassent leurs besoins primaires ne genere rien du tout. C’est pour ca que l’etat social ne marche pas en France.

    • Excusez moi, je ne sais pas à qui vous vous adressez à Woodart ou à moi mais c’est égal.

      Milton Friedman a défendu l’impôt négatif et AUX USA, in abstracto. Insinuer que dans le système français actuel, i pourrait le penser est une escroquerie intellectuelle indécente surtout face à un homme qui l’a bien connu comme Charles Gave

    • Si la rente universelle n’est versée qu’aux seuls Français, quoi que cela puisse signifier, elle n’est par définition plus du tout universelle. Même si les socialistes s’y entendent en matière de lavage de cerveaux et de pollution de dictionnaires, les mots ont encore un sens.

  30. Nous savons bien que nous sommes à l’aube d’une énième révolution industrielle, mais cette fois-ci la robotique et l’intelligence artificielle commencent à remplacer massivement la main d’oeuvre (humaine il faudra commencer à le préciser) pour de la production mais aussi et de plus en plus pour les services, le tout avec une économie d’énergie et de matière subséquente, ce qui n’est pas rien pour relever les défis d’avenir. Tout le monde sait déjà dans ce jeux, que l’humain est déjà largement dépassé par la machine, une machine qui n’en est qu’au début de son évolution, car la machine (le mot robot n’est plus adapté, car un robot c’est bête et ne sait faire que ce qu’on lui à programmé) conçue pour elle même et non plus pour l’humain à encore un univers de possibilité d’évolution. Dans ce nouveau monde, il faudra bien trouver une solution pour subvenir aux besoins de l’humain, que ce soit par une nouvelle taxe à inventer, ou l’adaptation d’un système financier de toute manière déjà déconnecté de l’économie réelle. [[]] C’est par cette réflexion que doit débuter l’étude du revenu universel, et là, nous sommes en plein de cette si miraculeuse comptabilité double 🙂

    Répondre
    • Nul besoin de taxer encore ou d’adapter un système financier qui, en dehors des interventions des banques centrales, fonctionne mieux que jamais et n’est pas du tout déconnecté de l’économie réelle puisqu’il est l’économie réelle.

      Vous pouvez cesser de chercher la solution à vos questionnements.

      En effet, la solution est déjà trouvée : achetez un robot !

    • En effet, la solution est déjà trouvée : achetez un robot !
      C’est ce que j’ai fait. J’ai acheté un aspirateur robot. Ma femme de ménage payée 21 euros de l’heure à l’organisme qui me l’envoie, alors qu’elle ne touche que 9 euros,elle restera chez elle avec le RU. (que de toutes manières, JE payerai.)

    • Pour quelle raison mystérieuse la dame de ménage devrait-elle rester chez elle ? Croyez-vous qu’elle ne va pas s’acheter elle-même un robot ? Possédant ce que produit ce robot, elle disposera de quoi payer d’autres biens et services, par exemple ceux que vous produirez avec votre propre robot, à condition de ne pas le réserver à votre usage personnel. Donc non, vous ne payerez pas de toute manière la Rente Universelle. La stupidité sans borne du socialisme n’est pas inéluctable.

    • Toute cette discussion autour du RU me fait pensé à mon beau frère qui est ingénieur et qui n’arrive pas à comprendre que le communisme ….eh bien…c’est pas bien !
      J’espère que mon aide aura fait avancer le schmilblick .

    • pardon pour la mauvaise relecture : lire « me fait penser »

    • Absolument pas mais bienvenu 😍😍😍polytechnicien le beau-frère ?

    • accrochez-vous !
      ancien chercheur au CNRS reconverti à l’enseignement primaire avec … récupération de son échelle de salaire d’ingénieur et de l’ancienneté!!
      Et c’est normal car lui et toute sa famille (fonction publique) ce sont battus pour obtenir les avantages dont ils ne savent plus quoi faire… jusqu’à dire à mes parents qui sont paysans à la retraite (600 euros par mois pour le couple) qu’ils ne savent plus quoi faire de leur fortune, quel drame !
      Mais c’est vrai que mes parents sont des méchants capitalistes !
      Et moi en plus je suis un salaud de militaire réfugié en suisse ou c’est bien connu, seul les riches habitent !
      je m’égare, je m’égare, pardonnez-moi …

    • Je n’ai pas tout compris mais c’est peut être l(hure ?

  31. Je ne vois pas vraiment d’autre solution pour une éventuelle relance de l’économie que par un accroissement (pas sûr que ce soit judicieux) de la consommation, car ce ne sont pas les robots qui vont se mettre à consommer, non? Un revenu de base en plus du salaire pour les travailleurs ne permettrait-t-il pas à ceux-ci d’enfin s’acheter les biens tant rêvés ? (enfin où est le bonheur, je me le demande ;o)

    Répondre
    • La relance de l’économie parla consommation? mais quelle belle idée, voila 30 ans qu’ils essaient au Japon.

      Vous savez quoi, je propose que nous allions tous passer trois semaines à l’hôpital ainsi nous ferions travailler les hôpitaux et nous aurions aussi une véritable croissance de l’Économie, je ne vois pas d’autres solutions.

      Pareil, je pense que nos enfants devraient rester à l’école tout le temps comme cela nous aurions aussi une croissance de la demande et donc une croissance économique formidable de l’école.

      Ah oui autre chose, je pense qu’il faudrait que l’on crée plus de papiers d’identités comme cela toute la population française pourrait aller dans sa mairie faire des nouveaux papiers et cela creerait aussi un formidable booster pour l’économie française.

      Et vous savez quoi, sur les chantiers, il faut vraiment arrêter tous ces outillages là, grues pelleteuses, etc parce que imaginer si l’on donnait des petites cuilléres à tous les ouvriers la croissance economique que cela génererait pour le pays. les emplois que cela créerait? je me prends à rêver?

    • En quoi prendre 200 à pierre qui les consommait très bien pour les donner à Paul qui les consommera à sa place ,  » relance  » quoique ce soit ??

      Vous avez regardez l’ état d endettement des ménages français ? Vous croyez que nous contournerions ainsi la thésaurisation excessive qui nous menace ?

      Je vais devoir sortir deux secondes .le rire

  32. Les multiples postes de travail libre en Allemagne sont ceux payés à 1 euro symbolique, non seulement c’est un retour à l’esclavage mais cela ne peut être possible qu’adossé à un soutien étatique (encore) pour subvenir aux besoins minimum vitaux de ces pauvres travailleurs (sic). Je cherche encore où est la différence avec le revenu universel, ah oui j’ai trouvé, les entreprises n’ont même plus besoin de payer la main-d’œuvre, bravo les lobbystes, vraiment très forts !

    Répondre
  33. Monsieur Gave, vous n’êtes pas sans savoir que la France est déjà passée au « tout à l’état » depuis longtemps … tout est dûment acquis une fois pour toute (?) , que l’on travaille ou non, tout le monde à droit à un minimum d’éducation, de soins, de salaire ou de revenus sous toutes formes possibles, le tout adossé à une montage phénoménale de lois, de règles et d’administratif. Simplifier tout ce bazar ne permettrait-il pas, finalement, à équilibrer la balance budgétaire étatique? Le tout est juste de faire (pour une fois) les choses en bonne intelligence et non de refaire une tour de pinzi ;o)

    Répondre
    • Supprimer le bazar l’optimisera infiniment mieux qu’aucune autre solution, donc infiniment mieux que la Rente Universelle.

      Faire en sorte que tout le monde ait, non pas droit car il ne s’agit pas d’un droit, mais simplement accès à un minimum d’éducation, de soins, de logement et de nourriture, ne peut en tout état de cause dépasser 10% du PIB en étant extrêmement généreux, soit aujourd’hui moins de 220 milliards d’euros pour l’ensemble de ces prestations (à raison de 25% des 220 milliards pour chacune).

      Une fois ces aides sociales, amplement suffisantes pour satisfaire les besoins, complétées par les dépenses régaliennes (10% aussi), tout le reste de l’économie relève du marché concurrentiel, sans aucune exception imaginable.

      Et dans ce cadre, comme vous n’ignorez pas que les produits s’échangent contre les produits, il ne reste plus qu’à se mettre au boulot.

    • Cela fait des décennies qu’on laisse effectivement l’Etat soit disant gérer tout cela avec le succès que l’on voit.

      Pourquoi diantre pensez vous qu’en lui donnant PLUS De moyens il ferait mieux alors qu’il a démontré sa parfaite incapacité jusqu’alors? Vous êtes maso ou quoi? vous aimez avoir mal?

      Mariez vous, ça vous passera!

    • Bien sûr que le tout à l’Etat n’est pas la solution, c’est bien ce que j’essaie de faire comprendre. L’Etat n’a plus les capacités (ou le courage) de réfléchir et de faire adapter le cadre dans lequel nous évoluons. Les défis d’avenir ne sont pour le moment qu’esquissés par une minorité, mais rien ne permet l’espoir que ces chantiers seront enfin abordés.

      Pour votre info, je suis marié avec deux enfants ( connus ;o) et j’ai deux sociétés anonymes et deux sociétés individuelles …

  34. Une idée : je suis caissier, je n’aime pas mon travail, je le fais par défaut, et je suis donc prêt a me battre pour défendre mon job, mon salaire minimum pour vivre. J’ai fait un minimum d’étude mais je n’ai pas assez d’expérience pour rentrer sur un autre marché de l’emploi. Je pourrai faire un job d’assistance pour personnages âgées en proposant des programmes de maintiens en forme mais cela me prendra un certains temps pour développer un réseau permettant d’avoir une quantité de travail suffisante. Si j’avais un filet de sécurité ça me permettrais de me lancer, de commencer à travailler immédiatement de façon réduite en étant sous le smic et d’ici quelques années être totalement autonome et éventuellement de développer un business.

    Une question : est-ce qu’il y a des situations dans lesquelles on peut penser que le revenu universel peut apporter une création de valeur. Est-ce que sur tous les défauts cité d’en votre texte qui sont justifiés peut-être pour une version socialiste, y en a t’il ne serait-ce qu’un seul qu’il n’est pas possible de gommer en construisant un système intelligent ?

    Répondre
    • Comment voulez vous que le revenu universel soit une CRÉATION DE VALEUR alors qu’il ne s’agit là que d’une grotesque redistribution et donc énième ponction de l’État pour acheter vos voies?

      Etes vous donc si crédule?

    • J’ ai une nouvelle pour vous . Ce coussin de confort existe déjà . On appelle cela les allocations chômage . Alors bien sur si vous quittez votre job du jour où lendemain ou si vous etres licencié pour faute grave . Sinon , vous avez deux mois pour vous retourner .

      Après , si vous pensez que l’ état est la pour rendre tous les éléments de votre petite vie plus douillette et acceptable pour vous , je crois que je ne vais pas pouvoir développer.

      Pour ma part , si allocation il doit y avoir , je pense qu’ elles devraient aller aux personnes les plus fragilisées surtout par l’ âge . Il est infiniment plus difficile d’ être indigent quand on est âgé que quand on est jeune . Revalorisons les retraites déjà avant de parler de filer à des jeunes qui pourraient commencer par monter des armoires Ikea chez leur voisine pour  » financer leur transition « .

    • Il n’est pas question d’augmenter l’enveloppe de prélèvement qui est un frein sur lequel on a déjà les deux pieds.
      Si vous développez votre réflexion trop radicale, même si c’est le meilleur message (qui sait ?) il ne passera pas. Alors plutôt que de refuser de voir une légitimité dans des visions alternatives, il vaut mieux les prendre en compte. Le capitalisme a ses dérives, il use les ressources naturelle et contraint les hommes à vivre dans un schéma imposé. Il est légitime d’avoir en face un dividende du fonctionnement redistribué à tout le monde. Non il n’y a pas de raison de privilégier les personnes âgées qui nous ont laissé une dette énorme, un système politique pourri, ruiné l’éducation, humilié une nation et qui ont profité d’une période faste pour épargner massivement, posséder une grande partie du parc immobilier en faisant monter les prix a un niveau qui impose les jeunes à vivre dans des cages à poules et voir des personnes âgées incapable de se déplacer sur la surface qu’ils possèdent.
      Mais bon ça ne sert à rien de discuter. vous n’avez pas l’esprit ouvert. Vous partez du postulat faux: revenu universel égal forcément dispositif incitatif à devenir oisif sur les dos des autres. Pourtant c’est largement le cas du système actuel et je veux construire une alternative vertueuse avec une philosophie lisible et acceptable par une grande majorité

    • «Alors plutôt que de refuser de voir une légitimité dans des visions alternatives, il vaut mieux les prendre en compte.»

      Voici une vision alternative: le monde entier me donne à moi son argent, à commencer par vous.
      C’est une proposition alternative et il faut la prendre en compte.

      Franchement, je ne sais pas quoi vous dire. Ou si: soyez humble.

      «Le capitalisme a ses dérives»

      Pourriez-vous les énumérer? Car je suis certain que nous n’avons pas les mêmes.

      «il use les ressources naturelle»

      Revoilà le culte de Gaïa. Cela est vrai: le libéralisme n’est pas compatible avec la religion Gaïa. Le libéralisme pense que chaque individu a plus de valeur Gaïa entière.

      «contraint les hommes à vivre dans un schéma imposé»

      ?
      Vous reprochez aux autres vos propres torts.
      C’est la religion Gaïa qui essaye d’imposer de vivre dans un schéma imposé. Et accessoirement le communisme, un truc qui a tué entre 100m人 et 200m人 de personnes à travers le monde au XXe siècle. Mais ça n’était pas contraint; ces personnes ont choisi librement de mourir dans les goulags.

      «Il est légitime d’avoir en face un dividende du fonctionnement redistribué à tout le monde.»

      ?
      Pourquoi? Sur quelles bases? Pour quelles raisons? Sur quel principe?
      Et quel dividence? Dividende de quoi?

      «Non il n’y a pas de raison de privilégier les personnes âgées»

      Lol
      C’était une blague de la part de l’auteur. C’était pour marquer le côté égoïsme des communistes/socialistes/collectivistes et adorateurs de Gaïa comme vous.

      «laissé une dette énorme, un système politique pourri, ruiné l’éducation»

      Alors ça, ce ne sont pas les viocs, mais les [censuré] qui, comme vous, ont fait sciences-po.

      «vous n’avez pas l’esprit ouvert»

      C’est rigolo; il me semble que chaque partie est restée sur ses positions. Donc ce compliment s’applique à vous également.

      «postulat faux: revenu universel égal forcément dispositif incitatif à devenir oisif sur les dos des autres»

      Ouvrez les yeux: n’est-ce pas le cas déjà aujourd’hui? D’ailleurs le communisme a toujours été couronnée partout (sauf en URSS à cause de Staline qui était libéral…!).

      Et si vous étiez honnête, vous reconnaîtriez que la première raison citée est morale, la seconde est économique et la troisième est sociale. La raison que vous citez pourrait ne pas exister et la désapprobation serait toujours présente.

      «je veux construire une alternative vertueuse avec une philosophie lisible et acceptable par une grande majorité»

      Bon courage! Vous avez encore beaucoup beaucoup de chemin à faire. Parce que, pour l’instant, je pense que ce n’est pas un secret, mais vous n’avez rien exposé et vous êtes au niveau zéro.

      Un conseil: apprenez à être humble.

    • Pas du tout. Je pars du postulat que cela va bien les prélèvements étatiques d’un Etat obèse.

    • Je vous confirme avoir un esprit totalement fermé à toute tentative visant à m’expliquer qu’une énième ponction étatique serait une avancée sociale et/ou une relance par la consommation.

      Je méprise vraiment cette classe politique qui, à dessein, se sert d’abord d’envoyés pseudo libéraux pour infiltrer ce message de façon sous jacente pour ensuite, une fois que les médias et les copains et les coquins ont bien été appâté, nourrir de pain et de jeu la populace, toujours à l’écoute quand on lui promet plus.

      Evidemment que le message est écouté et qui s’y oppose de passer pour un dangereux radical, vieux c, réfractaire au changement et au bonheur des peuples.

      J’ai l’impression d’assister à une discussion entre adultes et jeunes ados.
      Des adultes qui ont connu le communisme et qui eux, savent lire un bilan et un compte de résultat et qui surtout sont au fait des chiffres de la France et de son endettement massif.

      Ces promesses électorales sont pour moi, à la limite du délictuel tant mathémathiquement, elles sont irréalisables, c’est un dol caractérisé, un dol national.

      Du reste, je serais assez d’avis de traiter cela comme un contrat. Si , Dieu nous en préserve, Macron ou Hamon devaient arriver au pouvoir, j’aimerai que contractuellement, ils soient tenus au résultat de cette promesse. Supprimer les autres aides et trouver par ailleurs sur les marchés financiers à ce jour les 400 MILLIARDS d’emprunts (alors même que les USA et leurs marchés risque d’influer encore plus vers une récession européenne ).

      Je biche à l’idée de pouvoir les tenir à ce dol. Et ce faisant, j’aimerai aussi que de ce fait, tous les jeunes coqs qui se pavanent céant en imaginant avoir inventer une nouvelle eau sèche, se la coince, ad libitum.

      On peut rêver.

    • « Il est légitime d’avoir en face un dividende du fonctionnement redistribué à tout le monde » Pourquoi?
      Qui êtes vous pour en décider? Avez vous été touché par la grâce? Pensez vous avoir été envoyé pour le bien des hommes?

      La question je vais vous dire n’est pas même de savoir si cela rendrait oisif ou je ne sais quo encore, la question est juste humainement une honte.

      Vouloir taxer la classe laborieuse pour que de pauvres chéris puissent secouer leurs corn flakes le matin en se demandant mollement quelle sera leur alternative de reconversion me fait juste penser à mon arrière grand père qui a tenu ses entrailles depuis les tranchées jusqu’à poste de garde miliaire en marchant ainsi 7 Km pour être recousus avec les tour de bouteilles de Ricard, embarqué dans un train pendant. 36 heures sans eau et qui a survécu. Véridique. (C’était un alsacien bien bâti)

      J’aurai beaucoup aimé avoir son avis sur votre petite mesure de confort pour que soit disant « le monde soit plus juste », le pays des rires et des chants plus harmonieux et les bébés phoques toujours aussi mignons.

      Encore une chance que ce ne soit pas les hommes qui accouchent, parce qu’avec des petites natures comme cela, on irait pas loin dans le remplacement des générations.

      Life is a bitch, and then you die.

      Suck it up

    • Tout à fait d’accord avec ce point comme je l’ai dit « Il n’est pas question d’augmenter l’enveloppe de prélèvement ». Il est possible de faire mieux avec moins. L’assurance chômage est terriblement mal foutu pour la plupart des bénéficiaires; La facilité d’accès à certaines aides et incitatif à une immigration de « moins bonne qualité ». La nature du travail change tellement qu’il me semble que de rendre les gens flexible en minimisant leur risque peut créer beaucoup de valeur parce que plein de chose impossible deviendrait réalisable. Si on adopte votre point de vue, je pense qu’il y a ce qu’il faut pour avoir une bonne gestion publique ; cependant si on part d’un état catastrophique, dont on ne se rends même pas compte à quel point il est catastrophique à cause du report dans le temps des problèmes, je ne vois pas quel plan vous pouvez mettre en place avec le consentement nécessaire.
      Vous voyez beaucoup de gens comme d’incorrigibles idéalistes mais dans le fonds votre approche pragmatique est une forme d’idéaliste. Il faut aussi savoir composer. Je suis très souvent largement d’accord avec vous, mais là je ne vous trouve pas très constructif;

      Il vaut mieux chercher a insérer ses bonnes idées dans des trucs qu’on peut vendre à tout le monde plutôt que de défendre une vérité dont presque personne ne veut.

    • Redonnez moi une définition de la démagogie , qu’ on l’ essaie pour la taille 🤓

    • Pourquoi vous avez besoin de revenir sur hammon/macron alors que je ne défends absolument pas leur version ? Je demande juste de considérer que sous un angle différent le ru peut être intéressant.
      Science Po, non formation math finance
      votre blague de version alternative ? ridicule de comparer le poids d’une personne seule et d’une personne qui se fait élire par des centaines de miliers.
      soyez humble ? valable pour tout le monde
      Le capitalisme a ses dérives, énumération largement incomplète: propagande de désinformation & lobbies contre l’intérêt général, coût a supporter sur long terme pour profit court termes (tabac, environnement, abus financier, …). Peu de scrupule a esclavager les plus pauvres, les enfants et expérimenter sur eux.
      Rien que poser la question en dit long. très long.
      Culte de gaïa ? euh non désolé 🙁 vous devez avoir le réflexe de sortir les même flèches à la vue de fausses similarités avec vos cibles préférées.
      Un dividende parce que c’est une approche plus positive de l’impôt. Vous respirez un air qui vous tue et on vous indemnise pour cela.
      C’est la faut a science po oui mais aussi ceux qui ont voté pour eux ou ceux qui n’ont pas su proposez mieux.
      chaque partie est restée sur ses positions. Mal jugé, je suis très libéral, des règles et principes peu nombreux et appliqués fermement. Moins d’état, moins d’impôts.
      Le communisme ? Ce n’est pas mon sujet. La france me semble largement communiste.
      @idlibertes je suis d’accord avec vos contre arguments mais j’ai du mal m’exprimer parce qu’ils s’opposent à des choses que je ne défends pas. l’état est trop lourd, trop compliqué, je suis pour tout repackager dans un truc simple et minimal.
      je ne défends absolument pas l’égalitarisme car je pense que la prospérité impose la création d’inégalites, que c’est inévitable et qui faut apprendre à l’aimer façon Nietzsche.
      bref, dialogue de sourds. mon humilité, me dire que je me suis très mal exprimé et chercher à faire mieux la prochaine fois. J’aurais du juste demander :
      Si on vous impose sous la torture de participer a une compétition où il faut refondre le système social francais dans un système basé sur un mariage entre le revenu universel et vos idées.
      Quelle est la chose la moins mauvaise que vous êtes capable de sortir ? Je pense que j’ai quand même eu votre réponse qui doit ressemble à quelque chose comme la question est idiote.
      J’espère qu’il ne vous a pas échapper que par définition le ru est très inégalitaire parce qu’il donne a tout le monde la même chose alors qu’en france on a l’habitude de vouloir faire tout payer en fonction de sa capacité à payer. Gagner plus pour payer plus.

    • Bonjour Goerg,

      «Je demande juste de considérer que sous un angle différent le ru peut être intéressant.»

      Il me semble que l’auteur l’a fait et que sa réponse fut «Je suis en désaccord.». Donc, c’est fait, il vous a lu et considéré votre propos.

      «votre blague de version alternative ? ridicule de comparer le poids d’une personne seule et d’une personne qui se fait élire par des centaines de miliers.»

      Non. J’ai juste appliqué votre raisonnement, afin de montrer son absurdité.
      À votre phrase, faut-il comprendre que vous êtes un élu?
      Et donc la valeur d’une personne se détermine par le nombre de personnes qui l’aurait élu?
      Pourquoi cherchez-vous à convaincre votre interlocuteur alors? Il me semble qu’il n’est pas élu, et donc, en tant que non tel, sa valeur est nulle.

      – «propagande de désinformation & lobbies contre l’intérêt général»

      Il s’agit du capitalisme de connivence. Et c’est la façon dont les institutions sont établies qui permettent de telles dérives. Les politiciens sont à vendre. Ils sont sur le marché. De même, de l’autre côté, il y a des gens avec de l’argent qui cherchent à acheter des avantages.
      Et je ne vois pas en quoi cela est spécifique au capitalisme. Cela existait aussi en URSS. À vrai dire, cela est spécifique à tout organisation qui a le monopole de la violence. Quelque soit le système sous-jacent, ceux qui en ont les moyens achètent une part de ce monopole en leur faveur, sachant que ceux qui en sont les mandataires le vendent. En conséquence, le capitalisme de connivence est directement proportionnel à la taille de l’État, aux pouvoirs qui lui sont investis (car, ainsi, ses mandataires ont plus de choses à vendre).
      Idem pour la désinformation: la Corée du Nord ne fait-elle pas désinformation? À nouveau, la désinformation est proportionnelle au pouvoir de l’État.
      Regardez Bruxelles: c’est un centre anti-démocratique, investis de beaucoup de pouvoirs, et donc c’est une vente aux enchères permanentes aux lobbies.

      Par ailleurs, le «capitalisme» ne correspond à aucune théorie (c’est juste un mot diabolisé). Ma réponse ci-dessus est valable pour toute théorie.

      Ensuite, pouvez-vous me définir votre «intérêt général»? Car considérer un «intérêt général» est une approche collectiviste: il y a un machin supérieur pour lequel les individus doivent se sacrifier.

      – «coût a supporter sur long terme pour profit court termes (tabac, environnement, abus financier, …)»

      ?
      Pardonnez-moi, mais cela est assez vague.

      Pour le tabac, le libéralisme dit que chaque personne est propriétaire de son corps. On ne peut pas obliger une personne à «prendre soin d’elle» (quid du contenu de cette expression). Ensuite, je pense que vous faites référence aux conséquences pour la sécurité sociale. Pour ma part, il ne s’agit pas d’un problème lié au capitalisme mais, au contraire, à la collectivisation du social. Fumer augmente la probabilité d’avoir un cancer du poumon. Ainsi, en théorie, l’assurance pour couvrir les frais à terme devrait augmenter (vous prétendez être maths-finance?). La collectivisation empêche cette conséquence d’avoir lieu. Au contraire, elle répartit également sur tous les individus sur ce surcoût. Générant ainsi une déresponsabilisation (un «aléa moral»; celui qui prend les décisions n’est pas celui qui paye, qui assume le risque).
      Cela dit, votre raisonnement est cohérent: si nous supportons les conséquences des actions d’un individu, alors nous devrions avoir notre mot à dire a priori.

      Pour l’environnement, à nouveau, l’écologisme est une religion et elle est incompatible avec le libéralisme.

      Pour les «abus financier[s]»…? Du moment que les gens assument les conséquences de leurs décisions, cela me fait ni chaud ni froid.

      – «Peu de scrupule a esclavager les plus pauvres»

      ? Pouvez-vous donner un exemple?
      Pour ma part, l’asservissement provient du fait que le monopole de la violence a été confié à des mandataires et que ceux-ci mettent ce monopole aux enchères, aussi bien au profit du capitalisme de connivence que des syndicats.

      – «expérimenter sur eux»

      À quoi faites-vous référence?
      À nouveau, pour moi, le problème est que les institutions permettent aux mandataires du monopole de la violence de le vendre.
      Remarquons que, aux US, le trafic de fœtus fut organisé par une collusion de gauchistes, de ploutocrates et du gouvernement fédéral (à travers l’Institut de l’eugénisme, ah non, le Planned Parenthood).

      «Culte de gaïa ? euh non désolé»

      Pourtant vous accordez plus de valeur à l’environnement qu’à l’humain.
      Que vous l’aimiez ou non, cela fait de vous un croyant de l’église Gaïa.

      «Vous respirez un air qui vous tue et on vous indemnise pour cela.»

      Ce sont effectivement les externalités de voisinage dont parlait Milton Friedman: il y a déconnexion entre ceux qui subissent les conséquences et ceux qui décident. À partir du moment où des gens subissent les conséquences, ils devraient effectivement avoir leur mot à dire. C’est effectivement une problématique. On peut en discuter. Mais je ne vois pas le rapport avec le «dividende»; pourriez-vous détailler?

      D’ailleurs, puisque l’article parle de comptabilité, en compta, on considère que la changement de propriétaire a lieu quand le risque est transféré. Ainsi, le propriétaire est celui qui porte le risque. Cela me semble une bonne définition de la propriété.

      «C’est la faut a science po oui mais aussi ceux qui ont voté pour eux ou ceux qui n’ont pas su proposez mieux.»

      Juste pour voir: présentez-vous et essayez de vous faire élire.
      Le système est verrouillé. Il est aux mains des apparatchiks et il y restera.
      Donc présenter une alternative est quasi-impossible.
      Quant au fait de voter pour eux, je vous ferais remarquer que le vote blanc n’est pas prix en compte. Vous faites des maths-fi? Une élection est un jeu à somme nulle. Il y aura forcément un gagnant. Le but n’est pas donc de convaincre les électeurs, mais d’être le moins mauvais et de tuer les autres. Par exemple, c’est particulièrement vrai pour l’élection présidentielle à venir. Aucun des candidats ne séduit. Ils ont tous un taux d’approbation proche de zéro. Et pourtant l’un d’entre eux sera élu et investit des pleins pouvoirs.
      Et ensuite, tous les exemples de collectivisation en France a été fait à l’insu du peuple. Par exemple le monopole de l’éducation ou le monopole de la sécurité sociale. Ou encore récemment, la fonctionnarisation des médecins, en faisant passer ces derniers pour de gros méchants qui refusent le tiers-payant.

      Toute la critique que je vous présente est une part de l’essence du libéralisme: l’État s’arroge des monopoles et sort de ses domaines régaliens (l’essence du libéralisme étant la primauté de l’individu, ce qui a pour conséquence la propriété privée).
      L’objet est donc d’étudier des solutions afin que l’État reste dans ses limites et que ses mandataires n’abusent pas et ne vendent pas les pouvoirs qui leur sont délégués.

      Enfin, sciences-po n’est qu’une conséquence. La caste dirigeante pré-existait. Sciences-po fut une école créée afin de sélectionner ceux qui allaient y appartenir. Donc, aujourd’hui, sciences-po est devenu un moyen commode de désigner les éléments de la caste dirigeante (sachant que, bien évidemment, l’identité n’est point parfaite).
      Aussi, sous la IIIe république, l’école des apparatchiks étaient Normale Sup’.

      «je suis très libéral, des règles et principes peu nombreux et appliqués fermement. Moins d’état, moins d’impôts.»

      Ce que vous dites n’est pas spécialement libéral. Ce n’est pas tant que «moins d’état, moins d’impôts», mais le contenu des «règles». Puisque, l’État devra toujours assumer ses missions «régaliennes», et que icelles sont dues au contenu des «règles». La taille de l’État dépend donc des missions déléguées à l’État. Idem pour les impôts. Idem pour la fermeté.

      Et, de fait, vos idées pré-citées ne sont pas libérales.

      Il ne suffit de se proclamer «libéral» pour l’être (ou tout autre système). D’abord on choisit les idées qui nous correspondent et l’étiquette est la conséquence; on ne choisit pas d’abord l’étiquette. Professez des idées libérales, défendez des idées libérales, et alors vous pourrez prétendre à l’étiquette libérale. Mieux encore: professez et défendez, mais ne clamez rien. (Le fait de commencer par se réclamer libéral est, généralement, est un bon indicateur que les idées qui vont suivre ne sont pas libérales.)

      «Si on vous impose sous la torture de participer a une compétition où il faut refondre le système social francais dans un système basé sur un mariage entre le revenu universel et vos idées.»

      Vous rendez-vous compte que votre question est absurde? Avec des «si», on pourrait mettre Paris en bouteille.

      «Il faut aussi savoir composer.»

      Je vous invite à lire ou à relire «Atlas Shrugged» de Ayn Rand.
      Quand vous appelez à «composer», vous demandez à la personne de renier sa morale. Et, effectivement, cette dernière n’est pas négociable. D’ailleurs vous ne présentez pas à la négociation pas la vôtre non plus.

      D’ailleurs, pour faire quoi? Dans quel sens? Pour quelle contrepartie?
      Vous avez la critique facile, mais, jusqu’à présent, vous avez proposé quoi? Le «revenu universel»? OK, c’est tranché: c’est incompatible avec la morale sous-tendant le libéralisme. Merci pour votre intervention.

      «je ne vous trouve pas très constructif»

      Cf. ci-dessus. Votre interlocuteur pourrait vous retourner le compliment en vous appliquant vos propres arguments à vous-même (plus précisément, leur absence).

      «Il vaut mieux chercher a insérer ses bonnes idées dans des trucs qu’on peut vendre à tout le monde plutôt que de défendre une vérité dont presque personne ne veut.»

      On est au nœud du problème.
      Si, si, si, l’important est bel et bien la vérité.
      Vous êtes un des ces vendeurs contre lequel on peste a posteriori car il vient de nous vendre de la camelote parce que «tout le monde la veut». Et je parie que, vous, vous savez ce que tout le monde veut, n’est-il pas?

      «soyez humble ? valable pour tout le monde»

      Absolument.
      Votre problème est que vous n’êtes pas là pour discuter, comprendre, faire comprendre, progresser, faire progresser, mais pour asséner voire imposer vos idées. Or la vérité que vous détenez est subjective et non objective.
      Et vous vous permettez de qualifier la position de votre interlocuteur de «réflexion trop radicale» (tout ce qui est à ma droite est l’extrême droite). Et vous gratifiez l’interlocuteur de «vous n’avez pas l’esprit ouvert» et de «je ne vous trouve pas très constructif» juste parce que il ne rejoint pas votre position.

      Donc oui, cela s’applique à tout le monde, et c’est un point que vous avez manifestement besoin de travailler.

      Bonne journée.

  35. Bonjour, Apparemment mon précédent post n’a pas fonctionné. je n’habite plus en France donc je n’ai pas suivi ce débat. J’avais cru comprendre que l’idée d’un revenu universel devait remplacer l’aide sociale en France pour laquelle j’avais le chiifre de 600 Milliards (pas sur de ce chiffre). Dans ce cas supprimer ces 600 milliards pour en redistriber 400 ou 500 et par la meme supprimer toute une série d’agences tout en cantonnant l’aide aux seuls français me semblait une bonne idée. J’aimerais connaitre votre opinion. Suis-je naïf ????

    Répondre
    • Bonjour Bruno,

      Déjà séquençons les problèmes

      1/ Question que vous évoquiez: le reverser aux seuls français? A l’heure d’une Economie ouverte et des non frontières Européennes, nous allons nous retrouver non pas avec le plombier polonais (qui lui était plombier) mais avec le glandeur grec. S’imaginez que seuls les français toucherait ce revenu est mal connaitre la nature humaine et les fonctionnements sociaux tels qu’ils existent

      2/ Supprimer les aides actuelles, waorffff, je n’ai jamais croisé une aide sur laquelle les instances seraient revenues. Elles ne font que s’acculer les unes aux autres. Quand le RMI a eté mis en place pour à peu prés les m^mes raisons, avez vous eu l’impression que cela a combattu la misère en France?
      A partir du moment ou il a été empiriquement testé que ce n’était pas la solution aux problèmes de misère que de passer par ce biais en quoi l’augmenter serait la solution cf (thomas sowell)

      3/ La technologie Si l’on doit par exemple en terminer avec les boulots de caissières (dans un monde schumpéterien) et en imaginant que vous soyez pour plus de dépenses étatiques, je vous demande alors s’il ne serait pas plus digne et humain, de prévoir des instances de formation pour ces caissières afin qu’elles puissent travailler en back office de sites internet ou en gestion administrative ?
      L’idée de recevoir juste comme ça un minimum est surement grisant pour toute la population des nuits debout dont le boulot est d’hulluler sou nos fenetres dans des sarongs maronasses en bouffant des graines germées, mais pour une caissière mère de famille,l’idée d’avoir des collègues, une vie annexe au boulot est peut être aussi importante.

      Je ne comprends pas le dichotomie de ces mêmes gauchos qui nous expliquent qu’il est important de créer du « lien social »et qui à coté de cela ne semblent pas comprendre que le monde du travail justement permet d’agrandir ces horizons. Même dans un boulot a priori pas intéressant,( et j’en ai fait).

      Je ne conçois rien de pire, sauf évidemment, grande maladie invalidante mais ce n’est pas le sujet, que de rester chez soi à attendre de toucher son chèque en regardant motus à 11 h du matin dans son bocal carré.

  36. Bonjour,

    Je me lève et lis ce billet. je ne vis plus en France donc je n’ai pas suivi le débat. J’avais cru comprendre que ce revenu Universel dans la théorie devait venir en remplacement des systèmes existants. Sauf erreur j’avais en tête le chiffre de 600 Milliards annuels pour la dépense sociale en france. J’ai toujours trouvé l’idée de prendre 400 ou 500 Milliards de cet argent et de le redistribuer de façon uniforme à tous les français (et seulement les français) comme quelque chose de mieux. Celà supprimerait de nombreuses administrations et on mettrait les français sur un pieds d’égalité. Ce n’est pas le cas ? Visiblement ils veulent rajouter 400 milliards ??? ils sont fous !!! Si cela venait en remplacement de ce qui existe je suis intéressé d’avoir votre opinion.

    Répondre
  37. Pas d’accord. C’est peut pertinent pour une version socialiste idéaliste mais on peut se demander quand même si on ne peut pas faire quelque chose avec cette idée version libérale ?
    Pourquoi ? Pour être constructif et ne pas balayer d’un revers de main des aspirations populaires comme cela se fait trop souvent. Ne peut-on pas avoir si en sélectionnant les meilleures argument on peut en faire une version plus efficace que le système existant ?
    – Le fait que des jobs disparaissent surtout pour les non qualifiés. C’est vrai la société change vite et le fait d’avoir un filet de sécurité permet de faire le saut pour aller vers un emploi moderne plutôt que d’avoir la peur du risque de déclassement qui nous pousse a défendre un emploi condamné.
    – L’enveloppe de redistribution. On peut considérer que cela n’affecte pas ce qui sont en activité puisque qu’on peut équilibrer ce qu’ils touchent avec ce qu’ils reçoivent via l’impôt sur le revenu. On ne peut pas dire que le système actuel soit juste. Pourquoi faire très compliqué quand on peut faire simple. Il y a une partie pour laquelle une aide en cash a du sens (un minimum logement+bouffe), une partie pour laquelle cela n’a pas de sens (soins d’assitance, …)
    – Incitation à ne pas travailler. Il faut retourner le problème. Comment ajuster le mécanisme pour booster l’activité ? On peut imaginer des bonus d’activité (pas de plein revenu minimum pour ceux qui ne travaillent pas un minimum), bonus de relocation dans un endroit ou il y a plus de besoin, etc… C’est l’occasion de faire sauter le SMIC et accepter que les gens aient une activité flexible, avec des périodes plus creuses que d’autre pour se constituer un revenu complémentaire.
    – Travail associatif. Il n’est pas forcément idiot de développer de l’économie non marchande. Des chômeurs pourrait aider des personnes en difficulté pour alléger les coûts de prise en charge ce qui n’est souvent juste pas envisageable à cause de la rigidité des règles. Et cette activité (partiellement publique/privée) peut développer des compétences pour finalement passer sur un emploi marchand.
    Dans ceux qui touchent et qui en en besoin, certains touchent trop, certains pas assez, certains ne touchent pas alors qu’ils devraient. Et on ne sait pas trop qui touche quoi. Il y a des choses pour lesquels il vaut mieux toucher du cash (un minimum pour se payer a bouffer et se loger autre part qu’en plein centre de Paris) et d’autre pour lesquelles il n’y a pas lieu d’avoir des échanges d’argent. (soins d’assistance)
    Conclusion : il y a des arguments permettant de justifier qu’une version constructive mérite d’être mise à l’essai. Pas besoin de commencer avec un dispositif permanent pour 70 millions de personnes. Et si c’est un fiasco ? Ben ce n’est pas comme si on en était à notre premier échec collectif.

    Répondre
  38. Mr Gave, je me permets de rebondir sur votre introduction, mentionnant votre passage comme enseignant en comptabilité, pour vous (Mr Gave, IDL ou lecteurs/commentateurs) demander un explication : pourquoi en comptabilité les dividendes (actionnaires) et bonus (patrons) ne sont pas considérés comme des coûts au même titre que les salaires versés aux « petits » travailleurs ?

    Je cite un passage d’un article du Monde (qui me permet le lien avec mon précédent commentaire sur l’aspect robotique/logiciel) :

    « Or la grande majorité de la population obtient traditionnellement de son travail les revenus qui assurent sa subsistance. La question de l’emploi doit donc être radicalement repensée dans le contexte nouvellement apparu. Il faut tirer les conséquences du scénario qui s’est mis en place : les revenus des ménages vont devoir être dissociés de la force de travail que ses membres représentent, celle-ci cessant rapidement de constituer un atout monnayable.

    La représentation de « l’An 2000 » qui était la nôtre dans les années 1950, supposait que tous bénéficieraient en termes de temps libre et d’opulence du remplacement de l’homme par la machine. C’était ignorer que les principes de la propriété privée veulent que les gains de productivité soient partagés, au titre de profit, entre dividendes revenant aux actionnaires et salaires démultipliés et bonus accordés aux dirigeants des entreprises. Les salaires qu’obtiennent ceux dont les avances sont en travail plutôt qu’en capital ou en gestion, sont comptabilisés en tant que coûts, c’est-à-dire envisagés seulement comme grevant le profit dont les seuls bénéficiaires légitimes sont les investisseurs et les dirigeants de l’entreprise. Le chroniqueur Jonah Goldberg ne s’y trompait pas, qui commentait la décision de la chaîne Applebee’s dans ces termes : « Si quelqu’un se lance dans les affaires, ce n’est pas pour créer des emplois, c’est pour gagner de l’argent. Or la main d’œuvre, c’est un coût ». Il s’agit là d’une évidence, que l’on appelle « compétitivité » et dont nos dirigeants semblent aveugles à l’implication immédiate : l’incitation massive qu’il y a là à éliminer l’emploi purement et simplement, laissant ouverte la question des revenus futurs de ceux qui aujourd’hui ne vivent pas des gains du capital ou de la gestion d’une grosse entreprise mais des revenus du travail. »

    Vous (Mr Gave, IDL, commentateurs/lecteurs) remerciant par avance pour votre éclairage.

    Répondre
    • Si si, les bonus sont des coûts.

      Quant aux dividendes… Quand un propriétaire cueille les pommes de son pommier, est-ce un coût pour le pommier ou le propriétaire??????

    • Cher Patate,

      Dans une comptabilité en partie double, si vous passez une écriture dividences:
      on débite le compte 457 « Associés – dividendes à payer »,
      et on crédite le compte 512 « Banque ».

      Donc si c’est un coût.

      Pour rebondir sur cet article que vous citez, l’auteur fait encore une fois la fameuse analyse marxiste que toute création de richesse ne peut émaner que du travail et donc in fine de la spoliation du travailleur.

      or, il a été démontré depuis l’école autrichienne (donc 19 eme) que l’analyse utilitaire du travail était une Ânerie. La création de richesse intervient car l’entrepreneur a pris un risque avec son pognon. Pour cela, il a besoin aussi d’un certains nombres d’outils que sont le capital, des salariés à qui il loue leur travail pour générer un produit qui lui généra une vente.
      Prenons l’exemple d’un boulanger industriel. S’il emprunte pour acheter des boulangeries dans la région et qu’à terme, cela lui permet de rembourser cet emprunt mais en plus de verser un extra à ses prêteurs. Penserez vous alors que cet extra serait du à la force de travail qu’aurait mis la caissière dans l’entreprise?
      Non, c’est idiot, on le voit tout de suite.

      C’est parce que l’entrepreneur a vendu beaucoup de pain et qu’il a su répondre à une demande dans sa vallée. Le fait que le travail de salariés soit intervenu dans l’equation n’a pas plus d’incidence que la farine ou l’electricité aussi nécessaire à cuire les baguettes et pains au chocolat.

      La main d’oeuvre est bien un cout. Ceux qui vous disent le contraire sont soit Gérard filoche soit Krasuscki, quoique ce soit redondant.

    • Merci beaucoup pour votre réponse.

      Pour resituer un peu ma question, je prenais plutôt comme base des grands groupes transnationaux(industriels, financiers, pharmaceutiques etc) et non pas les entrepreneurs (TPE, PME etc).

      Et du coup, mon interrogation (peut être stupide) serait alors, pourquoi pour augmenter les profits, ces groupes ne baissent-ils pas les bonus accordés au dirigeant ou la rémunération des actionnaires plutôt qu’une coupe dans les effectifs ?
      Je suis conscient qu’il faut forcément des différences de rémunération entre les différents « acteurs » au vue des différences de risques/compétences etc, mais je ne peux comprendre une différence de x400 ou + entre le bas et le haut de l’échelle ?

    • Vous savez , si l’on faisait en sorte qu’il n’y ait aucune personne plus belle que l’autre, il resterait le charme.

    • Parfait. Et qui décide de ce qu’il serait « juste  » de percevoir?

      on fait les footballeurs et les artistes aussi tant qu’on y est?

    • Cela ne servirait à rien de diminuer le dividende pour augmenter les profits, car les dividendes ne figurent pas dans le compte de résultat.

      Rapidement, je viens de regarder une liste des rendements des actions françaises sur Boursorama. Un des plus gros taux de rendement en 2016 est celui d’Engie à 8,9%. BNP est à 4,46%. Il n’y a rien de délirant.

      En fait, ce qui importe dans la politique de dividendes, c’est de distribuer assez pour ne pas faire fuir les investisseurs, mais ne pas trop distribuer afin de disposer de la trésorerie suffisante pour réaliser des investissements.

      Pour ce qui est des salaires, je pars du principe suivant : si quelqu’un est d’accord de le payer à ce prix, c’est qu’il y retrouve son compte. Nous débattons parfois de ce sujet avec ma compagne. Elle trouve les salaires des footballeurs indécents par rapport à ce que touchent les champions de natation qui le méritent bien plus selon elle. Elle n’a sûrement pas tort, mais le salaire ne dépend pas du mérite. Le salaire dépend de l’intérêt que l’employeur a d’obtenir les talents de tel individu et de l’état du marché du travail. Je peux avoir une opinion, mais qui suis-je pour déterminer le mérite d’une personne ?

    • Krasucki était tout sauf un c*, il savait pertinemment que la main d’oeuvre n’était qu’un cout. Il faisait de la politique en toute connaissance de cause.
      Pas sûr que Filoche soit aussi malin.

    • Au sujet des bonus, Pommier a raison.

      Les actionnaires sont les propriétaires de l’entreprise. Comptablement, ils détiennent une créance sur la société (au passage, ils seront les derniers remboursés en cas de liquidation), et apparaissent donc au passif du bilan.

      Ils sont les derniers servis.

      Au cours de l’année, l’activité génère des produits (ventes) et des charges (achats, salaires, impôts et taxes).

      A la suite de l’exercice, les actionnaires (propriétaires et derniers servis) décident, en assemblée générale, du versement (ou non) d’un dividende (quand ils en ont le choix !).

      Voici l’écriture d’affectation du résultat :
      120 – Profit au débit
      106 – Réserves (légales ou autres) au crédit
      457 – Associés – Dividendes à payer au crédit

      Ensuite, le paiement se fait comme l’a indiqué idlibertes : 457 par 512…

      Le dividende n’est donc pas une charge (il n’y a pas de comptes 6 dans ces écritures), mais un décaissement de trésorerie.

      C’est un peu plus technique que Pommier, mais c’est la même réponse.

    • Et bien merci à Pommier et à vous pour ces 2 réponses qui se rejoignent 😉

  39. En tout cas cette idée permet à Hamon de dégager Valls ce qui est une bonne chose, ensuite cela mènera sans doute à la mort du PS et ça ne verra jamais le jour.

    Il est des conneries UTILES.

    Répondre
    • lol

      Malheureusement, si, ça verra le jour. C’est déjà décidé. Comment pouvez-vous croire que l’idée mourra avec Hamon, alors que l’idée ne vient pas de lui? Je suis sûr que vous avez remarqué que cette formidable «idée» est poussée par de nombreux médias, orateurs et tout ce qui peut influencer le public (indice: follow the money). Le but est de nous mettre en esclavage, de nous tenir en laisse. Maintenant toute leur problématique est de nous la faire bouffer en respectant les formes, en nous faisant croire que «nous sommes en démocratie». Ils sont gentils, ils nous passent de la vaseline.

      Ne pas oublier que, in fine, ce revenu universel viendra directement de la mère nourricière, Gaïa, euh non pardon, la BCE.

  40. Votre article est magique. Vous êtes incroyable.

    « L’oisiveté est la mère de tous les vices. »

    « Gageons qu’ils vont tous partir pour Hong-Kong ou pour Londres.»

    J’y travaille.

    Répondre
  41. Sacré M. Gave !

    Un texte d’un protestantisme édifiant 🙂

    Militant ?

    Excellente journée,

    Répondre
  42. d’une clarté sans faille !!

    Répondre
  43. J’imagine, Monsieur Gave, que vous avez décidé de vous atteler à ce très bon texte après votre débat sur la station Sputnik face à…comment le qualifier…ce petit homoncule hamoniste à pull de Noël que Monsieur Sapir avait malencontreusement choisis pour vous apporter la contradiction. Le résultat fut hilarant, votre colère légitime et drolatique. L’ensemble ressemble à un sketch des Inconnus. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, c’est par ici: https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201701271029819231-gauche-primaire-travail/

    Ce texte vient préciser les quelques points que vous aviez tenté d’aborder et si j’y aurais intégralement souscris il y a encore quelque semaines, ma position a évolué.

    Je pense que le RU est, in fine et en principe, une bonne chose. Je m’explique.
    Il me semble de loin préférable que les cassoc’ et les faiblards crypto-marxistes dans le genre du contradicteur de l’émission de Sapir ou des pouilleux de Nuit de Bourges touchent 600 € à glander plutôt que 1400€ pour livrer un truc en vélo que j’ai déjà reçu sur mon Iphone ou alors pour me faire perdre mon temps à un guichet ou une caisse alors qu’un robot serait plus agréable et plus rapide. Si les gens se sortent les doigts du cul et prennent l’habitude de passer aux caisses automatiques, on pourra licencier la caissière, lui verser 600 €, et ça fera baisser le prix de la note pour tout le monde.

    Elle même gagnera en dignité et en respect de sa personne: psychologiquement, ça doit être dur d’être payé pour faire perdre du temps à des gens qui ne vous ont rien fait, qui viennent faire leurs courses sans la moindre intention belliqueuse.

    En outre, il me semble que c’est le propre du capitalisme, d’être assez performant pour offrir l’indispensable et facturer le superflu… Pareil à ce que votre opérateur vous offre le téléphone et les communications inter-urbaines, le capitalisme finira par considérer comme incontournable le revenu universel… A l’inverse, ceux qui le refusent, proclament qu’ils ne veulent pas payer pour les migrants ou les paresseux ne font qu’exprimer un rejet viscéral du capitalisme, une nostalgie pour les sociétés traditionnelles ou communistes, dans lesquels le Pain occupait la moitié du budget du camarade ou du cul-terreux et dans lesquelles « si tu ne travailles pas, tu ne manges pas », comme on disait en URSS.

    Répondre
    • Le revenu universel se fonde (et votre post aussi) sur le croyance erronée de la fin de la croissance et du travail. or la mondialisation et la révolution numérique obéissent à la destruction créatrice de Schumpeter, faisant émerger des activités et des postes de travail nouveaux auquel il faut se préparer notamment par des investissements dans l’éducation. Le travail mute en s’émancipant du carcan salarial.

      Le revenu universel constitue une illusion ultime, censée offrir à chacun la possibilité de vivre au dépens de tous.

      Au lieu de répéter les erreurs malthusiennes du progrès, nous ferions mieux de repenser notre système étatique de gouvernance.

    • « Le revenu universel constitue une illusion ultime, censée offrir à chacun la possibilité de vivre au dépens de tous. » Ce n’est pas une illusion, c’est l’état actuel des choses en France et dans beaucoup d’autre pays.

      A mon avis l’illusion c’est de croire qu’il pourrait en être autrement, que nos paresseux d’aujourdh’ui le seront plus encore demain avec le RU. L’autre illusion c’est de croire que les paresseux sont ceux qui ne « travaillent » pas. Il y’a un bon paquet de paresseux qui bossent et que le RU inciterait à rester chez eux, pour le bien de tous.

      Les plus opposés au RU sont d’ailleurs des gens payés à peigner la girafe comme on dit, des gens que Pompidou appelait des paresseux qui se lèvent tôt. C’est la meute des paresseux qui se lèvent tôt, qui va s’opposer avec le plus de violence et d’entêtement au Revenu Universel.

      A mon avis c’est l’usage du RU qui permettra non seulement de juger sur pièce, mais de le rendre efficace. Il va permettre de définir ce que c’est vraiment que le « travail » à l’heure des NBIC, à l’heure où un machin comme Whatsapp avec 55 salariés sur 5 ans (25 milliards) crée plus de valeur que Peugeot avec 100 000 salariés sur 100 ans (10 milliards).

    • C’est curieux, les gens comme vous, je ne les rencontre pas dans la vraie vie. Vous faites quoi? Je m’interroge sur votre forme d’esprit. Seriez-vous ingé par hasard?

      «l’usage du RU (…) va permettre de définir ce que c’est vraiment que le “travail” (…) de le rendre efficace.»

      Vive le communisme et la déesse Raison. La Corée du Nord est la première puissance mondiale. D’ailleurs, ils ont un vaccin contre le VIH, c’est Kim III qui l’a dit! Le communisme, c’est plus fort que toi.

      «“si tu ne travailles pas, tu ne manges pas”, comme on disait en URSS.»

      Vous confondez… Ouvrez le vieux livre poussiéreux de votre bibliothèque où il écrit «Bible» sur la couverture et une des premières lignes est «Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front.».

    • Et accessoirement, tu accoucheras dans la douleur. Et si tu n’es pas content, du 1/ ou du 2/ Dieu dans son immense sollicitude t’enverra une famine, des sauterelles, les eaux ou du feu qui descend du ciel.

      Parfois, sans raison aussi, même si tu ne râles pas.

      Juste parce que.

      Pour rappel, j’aimerai juste expliquer à nos « amis » venus directement des entrailles de génération libre ou autres kolkhoze pseudo libéral, qu’un libéral et à fortiori un libertarien, demandera toujours à ce que les fonctions de l’état se limite aux pouvoirs régaliens. (Police, justice, etc).

      Que l’état perçoive un impot pour ce service , soit.

      Qu’il s’immisce dans nos vies pour rendre ce que lui pense être la justice est juste une aberration aussi bien juridique que morale.

      L’etat n’a rien à faire sur le terrain de la moralité . La morale est une notion privée.

    • « C’est curieux, les gens comme vous, je ne les rencontre pas dans la vraie vie. Vous faites quoi?  »

      Un procédé rhétorique de gardien de mirador qui lit Freud entre deux coups de fusils.

      «l’usage du RU (…) va permettre de définir ce que c’est vraiment que le “travail” (…) de le rendre efficace.»

      Extraire des morceaux de phrases différentes ET changer une lettre en douce afin de déformer volontairement des propos est une tare de journaliste mais je ne vous demanderai pas ce que vous faîtes dans la vie, je préfère le dialogue à la psychologie.

      Le plus amusant c’est qu’ensuite vous répondez à la phrase que vous avez fabriquée de toute pièce dans l’optique de me traiter de communiste. Comme si j’avais vraiment dit que le RU allait rendre le « travail » efficace. Misères de l’autosuggestion.

      Vous saviez que refuser de travailler en URSS pouvait vous amener droit en prison ?

      Bref…reprenons.

      Qu’est ce que ca veut dire « Définir ce qu’est vraiment le travail »: si vous passez une journée à gamberger sur un truc en glandant, que vous trouvez la solution le soir, vous « travaillez » beaucoup plus que si vous passez la journée à tâcheronner sans vous poser de questions.

      Plus globalement, pareil à ce que les sociétés ouvertes s’enrichissent au moins autant du talent de ses contempteurs et de ses réfractaires que de celui de ses patriotes, son corollaire, l’économie libérale, devrait savoir tirer partie des dilettantes au moins autant que des tâcherons.

      Faut-il encore pouvoir et savoir les distinguer, et c’est ce que ne fait plus notre immonde EdNat. Son incapacité à sortir de ses écoles des bras pour l’agriculture, la maçonnerie ou la vaisselle est un désastre. C’est qu’en vertu de l’un des délires qui lui servent de principes, chacun a le droit d’acquérir le même savoir et d’être initié aux subtilités de la pensée de Kant et de Kierkegaard, alors que les patrons des entreprises du bâtiment n’ont pas besoin de philosophes sur leurs chantiers. Des bras jeunes et vigoureux pour construire des routes, des ponts et des viaducs, la population européenne en a plein les facs de sociologie, et de la jeunesse bien gironde pour me servir en terrasse, elle en a dans ses facs de lettres à ne plus savoir qu’en faire. Je ne souhaite pas à ces gens de subir les affres du sous-prolétariat, puisque l’argent que le Léviathan rackette pour financer sa chimère de l’édification du genre humain par le professeur des écoles serait alors dans leurs poches, et que ces travailleurs épanouis seraient à coup sûr plus riches à l’intérieur qu’un clochard du concept qui anonne son Deleuze en mordillant ses dreadlocks.

      Je sais des plus beaux esprits qu’ils sont faits pour attendre leurs muses en terrasse et badiner. Je n’ignore pas qu’une civilisation est grande quand elle laisse les meilleurs de ses fils paresser, gaspiller les deniers d’une grande famille en sauteries tapageuses avant d’ atteler son char à une étoile, mais ce monde égalitariste est si laid à voir et tellement marqué par le désordre qu’il envoie les héritiers de Kafka faire les chiottes et les femmes de ménage étudier Kafka.

    • Cher ami,

      C’est bien ce que je dis. Je ne rencontre pas des gens comme vous dans la vraie vie. Votre mode de raisonnement m’est étranger. Donc, non, ma question tient toujours.

      Et oui, vos propos n’ont aucun sens. Le texte que vous nous a avez pondu est quand même sans queue ni tête. Seriez-vous agrégé de philosophie? D’ailleurs, si vous cherchez des gens avec qui vous vous entendrez, je pense que vous trouverez des amis au think tank Génération Libre qui promeut la même vision du «libéralisme» que vous (et qui, comme vous, aiment bien les textes qui sont en compétition avec le brouillard).

      Et non, je n’arrive pas à voir ce qu’il y a de libéral dans la fumée de vos propos.

      Ce que je crois détecter dans vos propos est que la société doit être organisée rationnellement, depuis un centre, par une caste qui détiendrait la vérité. À vrai dire, en essayant de vous déchiffrer, je me suis demandé si vous n’étiez pas maurrassien.

      Et oui, le revenu universel est un principe communiste. Il n’est en rien libéral.
      Après, il y a le communisme mou et le communisme sanglant. Ils diffèrent dans la forme mais pas dans le fonds. Je vous invite à lire ou à relire Soljénitsyne: les gens étaient envoyés au goulag pour un oui ou pour un non; les raisons invoquées étaient purement formelles.

      D’ailleurs, je suis tellement stupide (ah, cette saleté de plèbe, alors!) que je n’ai pas encore compris un seul de vos arguments en faveur du revenu universel. À moins que dans le gloubi-boulga de vos propos, vous entendiez que Kafka/Kant/Kierkegaard/[tout écrivain avec un nom commençant par la lettre K] étaient pour le revenu universel…?

      Et si vous avez vraiment un message à faire passer, si vous voulez vraiment être constructif et faire progresser, il va falloir élaguer et simplifier votre propos afin que les plébéiens comme moi puissent comprendre votre vérité.

      J’ai bien envie de vous retourner votre «bref», mais je vous souhaite une bonne journée. ☺

    • J’ai regardé le débat sur Sputnik, où CG mouche le jeune gadin. Je me suis bien délecté ! Il utilise la célèbre phrase de M. Friedman « il n’y a pas de repas gratuit ». J’en aime bien une autre : « le fromage gratuit, ça existe, mais seulement dans les tapettes à souris… »

    • Personnellement, j’aurais préféré un débat avec Jacques Sapir même, quel intérêt ce genre de pseudo débat avec un bobo idéologue qui n’a aucune culture économique ?
      J’aurais préféré que M. Gave ait le temps de reprendre Jacques Sapir sur justement le mythe que Friedman aurait été un promoteur du RU, ou que Sapir puisse développer son objection à M. Gave sur les raisons de l’échec des régimes socialistes (il me semble que leur étude est sa spécialité). Sur certains points, Sapir me semble être d’accord avec Gave, alors que sur d’autres non, et justement leurs divergences aurait pu permettre un véritable échange, vu que les 2 homes ont un bagage culturel plus poussé que le freluquet.

      D’ailleurs, il me semble que vous avez tous les deux déjà fait une conférence commune sur le thème de penser l’Europe en dehors de l’euro, et que M. Gave a participé à un livre collectif contre l’euro piloté par Sapir sorti l’an dernier.

      J’ai toujours cru comprendre que Sapir était classé chez les économistes « anti-libéraux », donc j’avoue ma curiosité à l’idée que M. Gave puisse échanger avec lui en parfait gentleman, vu sa facilité à sortir de ses gonds face à un anti-libéral 😉

    • Cher Anyanka,

      Effectivement, des étudiants d’Assas les avaient invités tous deux l’an passé pour un débat sur la sortie de l’euro. Ce fut, assez étrangement , un très bon débat.

      Jacques Sapir partage tout à fait les positions de charles sur l’imbécilité foudroyante de l’euro. Sur la nécessité d’une monnaie gérée par une banque indépendante, ils étaient aussi d’accord. Je pense que tant que personne ne rentre dans un concept de gestion étatique, les choses se passent bien.

      Charles était en vérité irrité car surpris car il s’attendait à débattre avec Sapir à dire vrai (et non pas un jeune gandin) et donc face à un adversaire qu’il connaissait et avec lequel il pensait être en accord. D’ou son irritation due à la surprise plus qu’au propos à dire vrai.

  44. Bonjour Mr Gave,

    Même si je partage la quasi totalité de votre réflexion, il me semble dommage que l’on ne prenne pas en compte la dimension robotisation/logiciel dans l’équation.

    Le remplacement de l’homme par la machine/logiciel dans de nombreuses tâches parait être en nette accélération. Bien entendu, cela ouvrira également de nouvelles débouchées (nouveaux métiers) aux jeunes entrepreneurs. Mais le problème qui pourrait apparaitre serait plutôt pour les seniors issues de ces métiers qui devront se reconvertir (besoin de formation, nouveau travail potentiellement moins rémunérateur que le précédent etc.).
    Dans cette étude par exemple http://www.oxfordmartin.ox.ac.uk/downloads/academic/The_Future_of_Employment.pdf les auteurs estiment qu’environ 40% de la force de travail occupe un emploi qui sera remplacé à terme par un ordinateur (sûrement sur-évalué mais quand même).

    Sur cette thématique du RU, il pourrait être également intéressant de relire Polaniy (aide au salaire et lois sur les pauvres –> voir le résultat de Speenhamland)

    Répondre
  45. Excellent article, comme toujours.

    Petit HS, je vous remercie d’avoir rappelé que la comptabilité à double entrée est une invention italienne. De même qu’on trouve les premières sociétés par action à Toulouse (ce qui devrait vous faire plaisir), voilà qui met à mal la thèse de Weber sur l’adéquation protestantisme/capitalisme.

    Dans un autre ordre d’idée, le candidat officiel du PS est effectivement quelqu’un qui n’a jamais travaillé (juste une petite planque dans un institut de sondage) : son parcours est celui d’un apparatchik de parti. Même ministre, il n’a rien fait !
    Il ne connaît absolument pas le monde du travail, qu’il soit public ou privé. Il ne connaît pas le quotidien des gens car (comme beaucoup de députés), il ne vit pas dans sa circonscription.
    Que ce personnage ait une chance d’être élu donne des frissons.

    Répondre
    • Mais le candidat du P.S. doit être un vrai génie, puisqu’il est arrivé à être professeur agrégé avec le simple niveau licence (bac + 3) !

  46. Bonjour, en tous points d’accord avec ce papier.
    Néanmoins, je connaissais déjà le principe du revenu universel par les cercles ‘libertariens’ (j’ai toujours un peu de mal à qualifier de libéraux des jusqu’au-boutistes à la réflexion ‘hors sol’) : https://www.contrepoints.org/2014/04/28/164437-un-argument-libertarien-pour-le-revenu-de-base
    Il ressort également dans plusieurs articles à ce sujet que Friedman aurait été séduit par l’idée d’impôt négatif (http://www.slate.fr/story/117269/revenu-universel-progressiste-liberal)
    Dans la mesure où Charles Gave est probablement le mieux placé en France pour parler de Friedman, j’attends avec impatience une suite à ce billet pour décortiquer le fatras intellectuel qui sous-tend cette idée trompeuse.

    Répondre
    • Ce n’est pas parce que des gens pensent différemment de vous qu’ils sont hors-sol. On dirait un gauchiste intolérant qui veut imposer sa vérité («Tous ceux qui ne pensent pas comme moi sont hors-sol.»). Et ils seraient en droit de vous retourner le compliment (basé sur les mêmes arguments de fond que les vôtres).

      L’article que vous citez n’a rien de libertarien.
      a. Le revenu universel n’est ni libéral ni libertarien. Il s’agit de mettre en esclavage un partie de la population au profit de l’autre.
      b. Le premier argument de l’article est de dire que cela réduirait la bureaucratie. Ok, on échangerait un mal contre un moindre. L’argument est quand même vachement faible. Et le keum est idiot puisque il sous-estime complètement la nuisibilité et l’immoralité des hommes politiques: la complexité augmenterait à nouveau ensuite. Bref, on est proche du niveau zéro pour cet argument.
      c. Le 2e argument… Pffff… Sérieusement? C’est un argument communiste sur la justice social: «Réparer les injustices du passé». Comme le colonialisme, la shoah, le racisme, le fait d’avoir des parents riches, le fait d’être un homme blanc catho, le fait d’être droitier, etc.
      d. Le 3e argument: autorité. Friedman et Hayek était pour. Je n’ai pas souvenir des propos de Friedman et je n’ai pas son livre sous la main. Quoiqu’il en soit, les deux critiquent ardemment le capitalisme de connivence; et Hayek, après avoir rencontré Mises, critiqua l’État providence dans toute son œuvre. Margaret Tchatcher releva la Perfide Albion en prenant conseil auprès de Hayek. Vraiment, c’est malhonnête.
      Et surtout, c’est encore et toujours joué sur une peur qui n’existe que parce qu’elle a été créée par l’État. L’État crée la pauvreté et interdit de travailler. Et après dit que c’est le méchant marché qui est responsable. L’État crée la penurie. Toujours. Puisque que Friedman est la référence: «Mettez l’État en charge du Sahara et il y aura une pénurie de sable.». Malheureusement, l’exemple du Vénézuela est très parlant.
      Et l’État fait tout pour diviser, afin de régner. Et, depuis 150 ans, sa cible est la famille. La famille est l’obstacle principal à son emprise. L’État cherche au contraire à détruire les structures sociales et d’entraide existantes afin d’être le seul restant.
      L’État est le Léviathan, le monstre décrit dans le livre de Job, avec Béhémoth.
      Laissez faire, et tout le monde aura du travail. Et si une personne se retrouve malheureusement indigente (en particulier, sans famille), il faut rappeler que le Léviathan a tout fait pour détruire toutes les structures en dehors de lui. Le Léviathan est responsable, pas nous. Et il faut rappeler que, dans une société chrétienne, nous prenons soin de notre prochain, par nous-même.
      Laissez les gens travailler, laissez les gens vivre, et ils se débrouillerons. Et pour ceux qui ont subit des maux transcendants, il y avait des structures et une morale pour eux, avant que le Léviathan ne les détruise.
      Nous parlons de situations, de peurs, qui sont créées par le Léviathan.

      Globalement, l’article est atterrant et est plutôt de tendance macron/kœnig. Kœnig aurait pu l’écrire et aurait pu être publié sur «Génération libre».

      Ce n’est pas parce que une personne se prétend libertarien qu’elle l’est. Ou dit autrement: l’habit ne fait pas le moine.

      Il y a des libéraux qui se plaignent d’être incompris mais qui se comportent de la même façon envers les libertariens.

      La différence entre un libéral et un libertarien est la différence entre Bastiat et Molinari.

  47. Entièrement d’accord avec votre analyse! je me permettrais d’y apporter ce qui me semble être une « escroquerie » supplémentaire :

    Le « revenu universel », parce qu’il est « universel », créerait une augmentation « universelle du pouvoir d’achat », donc de la demande. Mais dans bien des secteurs, notamment celui du logement, l’offre n’augmentera pas simultanément (bien au contraire !) Il y aura donc mécaniquement : INFLATION. D’ailleurs les propriétaires de logements pourraient même, par anticipation d’une « hausse de pouvoir d’achat », faire monter les prix avant l’application de la mesure (laquelle si j’ai bien compris, serait mise en place graduellement).

    Il n’y a que dans un système d’économie planifiée (type URSS) où l’on peut contrôler totalement les prix, pas en économie de marché ouverte il me semble ?

    Nos ODS semblent ne pas vouloir admettre qu’un commerçant cherche à faire du profit et non pas du social ! Rappelons-nous de la baisse de la TVA pour les restaurateurs il y a quelques années, sont-ils devenus subitement « gentils » ? Les prix ont-ils baissé ?

    Alors question à Monsieur Hamon : Qu’est ce que vous allez dire à vos électeurs lorsque le prix des loyers (entre autres) augmentera en flèche ? Se contenteront-ils d’une « inflation de transition » ??
    J’aime beaucoup cette expression qu’un défenseur du « revenu universel » m’a sorti ! il a été INCAPABLE de me dire combien de temps allait durer cette « transition », ni vers « quoi » celle-ci devait mener ! Il m’a toujours semblé que le SEUL moyen de rééquilibrer les choses était la CROISSANCE, mais peut-être « suffira-t-il » d’implorer le Seigneur pour qu’elle vienne toute seule…

    Répondre
    • Cher Monsieur,

      Tout d’abord, si la relance par la consommation fonctionnait, le japon serait un plein boom et non en déflation.

      Par suite, on ne parle même pas de création monétaire pour le RU mais d’un transfert. Donc, on prendrait à ceux qui travaillent pour le redistribuer à ceux qui ne foutent rien.

      Ensuite pour parler d’inflation, vous n’aurez pas d’inflation tant que les banques centrales contrôleront le prix des actifs ce qui est le cas depuis la mise en place de l’Euro. L’immobilier est maintenu artificiellement déjà à un prix ridiculement haut. J’ai peur que votre analyse Keynésienne ne repose sur des prémisses faussés.
      Tant que l’endettement crée ne joue qu’à faire croitre le prix de vos actifs mais n’intervient pas dans dans un accroissement de votre capital productif ( machines, outils, usines), ces dépenses n’ont aucune incidence sur l’économie réelle.

    • « Ensuite pour parler d’inflation, vous n’aurez pas d’inflation tant que les banques centrales contrôleront le prix des actifs ce qui est le cas depuis la mise en place de l’Euro » – Je n’avais effectivement pas intégré cette donnée fondamentale à mon raisonnement… Donc le résultat est encore pire, car non seulement il y a endettement, mais en plus de cela il n’y a pas de vrais prix!

    • Je vous confirme que nous n’avons plus de vrais prix depuis que les banquiers centraux sont entrés dans le jeu soit depuis facilement 15 ans;

      Aujourd’hui la quantité de la monnaie n’est plus déterminée par les besoins de l’économie réelle mais par la nécessité pour les prix des actifs de ne pas baisser.
      Nous avions depuis toujours un système qui allait de la monnaie à l’économie réelle et de là au prix des actifs.

      Nous sommes passés à un nouveau système ou le cheminement logique va du prix des actifs à la quantité de la monnaie. Economie réelle n’étant m^me plus prise en considération dans la production de la monnaie.

      Une ploutocratie a pris le pouvoir de nos démocraties ou les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

  48. Excellent article, comme à l’accoutumée. Cependant, je me demande si consacrer un article à un délire comme le revenu universel, dont le ridicule n’échappe à personne, ce n’est pas lui faire trop d’honneur.

    La France connait une guerre civile larvée, due aux communautarisme, en premier lieu islamique.
    La France subit une déferlante migratoire qui menace toutes les structures sociales.
    La France doit faire face à une quasi faillite de l’Etat.
    La France doit faire face à une régression économique, entraînant un chômage de masse aux conséquences potentiellement explosives.
    La France doit vivre avec une monnaie absurde qui empoisonne toute l’économie.

    Mais tout va très bien, on peut parler revenu universel, 32 heures et autres fadaises. On dit que le ridicule ne tue pas, mais c’est faux, il va tuer le PS, la France, ou les deux…

    Répondre
    • Votre liste de menaces relève en réalité d’un seul et même problème : l’excès de pouvoir d’un Etat défaillant agissant au détriment de la liberté.

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *