Auteurs

6:58:31 2017.12.11
Bitcoin et Big Brother
12:11:32 2017.12.07
Arabie Saoudite : Vision 2030
3:46:19 2017.12.05
La télévision montre toujours ce qui se passe mal dans l’économie libre
6:53:21 2017.12.04
Correspondance
6:29:25 2017.11.30
Qu’est-ce que les guerres de civilisation ? Caractéristiques des guerres civilisationnelles Huntington définit les guerres de civilisation comme des affrontements entre des États de civilisation différente, ou entre groupes différents présents au sein des États. La finalité de ces guerres est le contrôle du sol et l’élimination du groupe qui n’est pas membre de la civilisation. La purification ethnique est souvent la conséquence de ces conflits. Par conséquent, ces guerres ne peuvent pas avoir de fin négociée ou partagée puisque la fin de la guerre ne peut être que la disparition complète du groupe culturel que l’on combat. Tant qu’un morceau de ce groupe subsiste, la guerre ne peut être qu’entre parenthèses, attendant le moindre prétexte pour repartir. Ce sont donc des conflits longs, très difficiles à résoudre autrement que par l’expulsion d’un groupe. Il n’y a pas de concession possible, pas d’entente et pas de vie en commun. Ces guerres provoquent des morts, mais aussi de nombreux réfugiés qui partent vers d’autres zones ou d’autres pays, déstabilisant ainsi d’autres régions. Elles ont donc des effets expansionnistes importants. Dans ces guerres de civilisation, la religion est la différence la plus profonde qui existe entre les peuples. Elles ont toutes la religion pour fondement. La langue, l’ethnie, la culture peuvent intervenir, mais c’est la religion qui en est la cause fondamentale. Cette analyse d’Huntington est contredite par certains historiens, notamment Bernard Lugan pour l’Afrique, qui estime que la cause première est l’ethnie ; la religion servant de catalyseur à l’expression du conflit ethnique. En Afrique, on constate souvent que les ethnies choisissent une religion par opposition à des ethnies voisines dont elles sont adversaires.   La guerre de civilisation ancre également dans l’esprit des populations que seule la guerre peut résoudre une crise ou un conflit. Dans les mondes chinois et musulmans, la guerre est ainsi l’élément privilégié pour la résolution des conflits.   Usage de la guerre pour résoudre une crise, entre 1929 et 1979 : Chine : 76.9% États musulmans : 53.5% URSS : 28.5% États-Unis : 17.9% Grande-Bretagne : 11.5%   Ces analyses faites par Huntington démontrent que la Chine demeure un pays très belliqueux, ce qui n’est pas forcément rassurant pour l’avenir de cette zone.   L’essor de la conscience identitaire   Lors des guerres de civilisation, les radicaux finissent toujours par déborder les modérés et par ravir la direction des affaires. Les modérés sont rejetés, car considérés comme trop mous et trop conciliants. Mais ils peuvent ressurgir en fin de combat, quand les extrémistes ont montré leur inefficacité et leur impasse, et quand les populations en ont assez de la violence, à condition qu’ils n’aient pas été éliminés. La conscience identitaire ravive le problème posé par les diasporas. Dans les guerres étatiques, le conflit bouillonne du haut vers le bas. Dans les guerres de civilisation, il bouillonne du bas vers le haut. Les diasporas peuvent alors être des éléments dangereux dans les pays où elles sont présentes. En 1940, les États-Unis avaient arrêté plusieurs milliers de Japonais qu’ils avaient préventivement mis en prison afin d’éviter que ceux-ci ne soient des agents dormants de Tokyo et n’attaquent le pays hôte. L’islamisme révèle à la France le problème posé par ces personnes qui partent se former en Syrie pour revenir faire le djihad dans l’hexagone.   Avec les moyens de communication modernes, télévision et courriel, les diasporas se sentent beaucoup plus proche de leur pays d’origine qu’auparavant. C’est une façon de resserrer les liens et de maintenir des contacts entre les populations. On est désormais émigrés sans l’être vraiment, ce qui ne facilite pas l’intégration dans le pays d’accueil.   Arrêter les guerres de civilisation   Ce sont des conflits intermittents donc interminables. Il est impossible d’y mettre un terme, car les raisons de la guerre sont civilisationnelles et culturelles, or ces aspects-là ne disparaissent pas, sauf en cas d’épuration d’un des groupes belligérants. La guerre d’Algérie ne s’est achevée que lorsque les Européens ont été expulsés. En revanche, la guerre peut marquer des pauses et connaître des trêves, mais sans jamais vraiment s’arrêter.   Le conflit peut s’arrêter quand les deux partis sont épuisés et que les radicaux ne peuvent plus combattre. Les modérés reprennent alors les négociations. Pour cela, il faut l’intervention d’un pays tiers qui conduit les négociations, car étant seuls les pays ne peuvent négocier par eux-mêmes, leurs haines sont trop importantes. Ceux qui acceptent les accords et les signes risquent leur vie, car cela ne plait pas aux extrémistes. C’est le cas de Rabbin, de Sadate ou de Gandhi. Les radicaux veulent remettre en marche la machine guerrière, n’acceptant pas la négociation. De fait, les conflits reprennent et ne sont pas arrêtés.   L’analyse d’Huntington peut sembler pessimiste. Il analyse bien les conflits qui ont eu lieu, notamment le conflit dans les Balkans dont les pages sont remarquables, mais il ne voit pas comment sortir du cycle des guerres de civilisation. Certains l’ont trouvé trop pessimiste à cause de cela. Comprendre le monde actuel était déjà suffisamment compliqué sans qu’il se risque à faire de la prospective sur l’incertitude des décennies à venir.      
10:03:39 2017.11.28
L’économie de la souscription va départager les gagnants et les perdants
6:36:49 2017.11.27
HIBOO ici si vous désirez obtenir plus de renseignements sur les abonnements payants.   Nos valeurs   Ce sont ces valeurs qui ont motivé la création de Hiboo et qui quotidiennement animent ceux qui travaillent à son développement :
  1. La liberté de pensée : ne pas se laisser enfermer dans un schéma de pensée dominant, ouvrir son esprit à des idées nouvelles, écouter les entrepreneurs et les managers et comprendre leur culture sont nécessaires pour une analyse pertinente dans un monde divers et en mutation. Nous l’apprécions également chez les managers dans leurs décisions pour leur entreprise.
  2. La transparence: nous justifions nos avis et portons à la connaissance des investisseurs et des entreprises les éléments sur lesquels ils ont été fondés. Plus globalement, convaincus que la connaissance fonde la confiance, nous nous engageons pour une information plus accessible.
  3. La mesure: notre travail d’analyse peut affecter tant les entreprises que nous étudions que les investisseurs qui utilisent notre travail. Nous sommes très attentifs à ce que nous mettons en ligne et à qualifier le niveau de confianceque nous avons dans nos appréciations.
  Cette nouvelle aventure  dans laquelle se lance mon ami Guillaume Rouvier commence exactement là où l’Institut des Libertés s’arrête. Sur ce site, vous trouverez tout ce dont vous pourrez avoir besoin pour choisir en connaissance de cause les valeurs qui constitueront le socle de votre épargne et la philosophie est exactement la même que la nôtre : honnêteté intellectuelle, gratuité, vues alternatives, conseils tirés d’une longue expérience… En réalité, un individu de bonne volonté se retrouve avec ces deux sites aussi bien équipé pour gérer une épargne que les grandes banques de la place. Voila le vrai miracle de l’Internet : permettre à chacun de retrouver son autonomie en échappant à la main mise monopolistique des grandes institutions sur notre épargne. Si vous consacrez quelques heures par semaine à vous occuper enfin de vos avoirs, alors vous deviendrez libre. C’est tout le mal que je vous souhaite. Mais HIBOO  vous sera nécessaire.  
11:02:13 2017.11.23
Qu’est-ce que le choc des civilisations ?