24 juin, 2024

Retour sur le Multiplicateur Keynésien

En ces temps électoraux, j’ai lu dans le programme du Front Populaire qu’en cas de victoire aux élections, les génies du quotidien qui l’avaient rédigé comptaient dépenser énormément d’argent, et donc creuser la dette un peu plus, mais que cela n’avait aucune importance puisque le multiplicateur Keynésien allait se mettre en route « puissamment » , ce qui entraînerait une croissance économique élevée et donc des rentrées fiscales en forte hausse, ce qui ferait baisser le ratio dette sur PIB.

Cette théorie nous vient de Keynes et elle stipulait que dans une récession, le gouvernement devait créer du pouvoir d’achat « ex nihilo », en payant des travailleurs pour faire des trous le matin et les reboucher l’après midi et que de telles pratiques permettraient à la demande finale de rester forte et donc évitera les récessions et les dépressions.

Voilà une théorie qui est facile à vérifier, et c’est ce que je fais dans mon premier graphique.

 

La ligne bleue, graphique du haut, représente l’augmentation du PIB nominal sur les sept dernières années. La ligne rouge représente l’augmentation de la dette étatique sur les mêmes sept années.

Quant à la ligne verte, elle représente la : (augmentation du PIB – augmentation de la dette) divisée par le PIB final.

La logique est toute simple. On voit bien que de 1955 à 2009, toute augmentation de la dette entraîne une augmentation du PIB (ligne verte au-dessus de zéro, la différence des taux de croissance oscillant entre 3 % et 4 %, ce qui est bien.

Depuis 2009, patatras !

 Quand la dette augmente, la valeur créée dans le PIB augmente moins vite que les dettes encourues pour créer cette croissance.

En français normal, cela veut dire que plus le déficit augmente, et plus le pays s’appauvrit. En jargon des Trissotin travaillant au ministère des finances, on appelle cela « une trappe à dettes », telle que définie par … Keynes.

Dans une trappe à dettes, le service de la dette augmente beaucoup plus vite que la création de richesse, et en fin de parcours, il y a inéluctablement banqueroute… Aux USA, le fameux multiplicateur Keynésien est donc devenu négatif et les déficits amènent à l’appauvrissement général, ce que les citoyens locaux sont en train de découvrir.

Quid de la France ? Les Piketty de ce monde qui n’ont jamais rien compris au processus de création de valeur vont sans doute soutenir que la France n’est pas dans une trappe à dettes.

Vérifions.

 

 

Oups ! La seule différence avec le graphique américain est que j’ai laissé les chiffres absolus pour la France et non pas le PIB, tant cette dernière mesure de la richesse créée par la France est une farce statistique.

La conclusion est simple : Augmenter la dette quand le pays est dans une trappe à dettes est aussi criminel que de faire grève dans les usines d’armement en France de 1937 à 1939.

Et donc invoquer la montée en puissance d’un multiplicateur Keynésien aujourd’hui en France, c’est soit être complètement nul, soit être d’une mauvaise foi totale et essayer de se servir de son prestige intellectuel pour déclencher une grave crise économique en espérant que le désastre permettra à ces élites de prendre le pouvoir et d’y rester par la force.  Le but étant toujours le même depuis Robespierre, créer l’Homme Nouveau de leurs rêves et de nos cauchemars, Dieu ayant raté son coup lorsqu’il créa l’Homme, créature désobéissante, égoïste, et qui ne sait pas reconnaître à leur juste valeur ceux qui entendent faire son bien, même contre son gré.

Bien entendu, j’espère que les résultats de l’élection vont permettre à monsieur Piketty et confrères ou sœurs de retourner garder des chèvres dans le Larzac puisque l’école économique de Paris et l’agrégation d’économie qui donne le monopole de l’enseignement a des gens qui n’ont jamais fait quoi que ce soit d’utile, seront fermées, abolies,  en raison de l’incompétence crasse des professeurs sectionnés qui ne représentent que ceux qui croient à la création de l’homme nouveau.

Continuons à délirer et Imaginons donc qu’un nouveau Pinay soit nommé ministre des Finances par un gouvernement français fraîchement élu.

Que devrait-il faire pour nous sortir du Vortex économique dans lequel nous sommes en train de rentrer ?

Telle est la question, l’unique question !

Réponse.

Comme toujours, il faut éviter les solutions technocratiques et partir de la réalité.

Comme l’avait dit Antoine Pinay sous la IV -ème quand il avait été nommé ministre des Finances aux Inspecteurs des Finances qui attendait son discours avec inquiétude, lequel fut fort bref : messieurs, je ne compte pas dépenser plus que les recettes fiscales de notre pays.

Devant tant d’incompétence, le désespoir dans la salle était à couper au couteau.

 Mais c’est ce qu’il fit.

Il faut donc retourner à l’équilibre budgétaire sans augmenter les impôts, car toute augmentation des impôts amène inéluctablement à un accroissement du déficit (voir les travaux de Laffer).

Première étape donc organiser un référendum qui stipulera qu’aucune dépense supplémentaire ne pourra avoir lieu si elle n’est pas approuvée par le peuple

La deuxième étape doit prendre en compte que nous avons atteint à l’évidence atteint les rendements décroissants pour les dépenses étatiques.

Ce qui veut dire que plus nous couperons de dépenses, plus la croissance accélérera.

Et donc faire le contraire de ce que l’on a enseigné à l’ENA depuis  sa création, favoriser l’épargne, défavoriser la consommation, couper les dépenses étatiques, baisser les impôts et établir une « flat tax », déréguler, dérèglementer…

Il faut faire comme Chrétien au Canada, couper toutes les dépenses étatiques en dehors des secteurs régaliens de 20 % par an pour les trois ans qui viennent, et donc faire du Milei.

Hélas, rien de tout cela ne pourra se faire si nous ne récupérons pas nos souverainetés monétaires, budgétaires, fiscales, légales…

Mais je suis persuadé d’une chose : comme le disait Churchill en 1940, la situation est désespérée mais pas sérieuse.

La gabegie et la corruption ont atteint de tels niveaux que ramener le budget français à l’équilibre voire en surplus pourrait être fait très facilement.

Mais encore faudrait il

  1. que le pays leur donne la majorité nécessaire
  2. que les nouveaux dirigeants le veuillent et donc pratiquent une politique de rupture complète avec le passé, même si tous ceux qui ont bénéficié du pillage de notre pays depuis des décennies gueulent comme des orfraies.  

Mais il faudra dire aussi aux français que du sang, des larmes et surtout des tribunaux attendent ceux qui nous ont mis dans cette situation et que pour eux, les petits, tout sera fait pour les épargner autant que faire se pourra.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

19 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • mempamal

    7 juillet 2024

    je vois un RN a 240/250

    ce qui obligera l’oligarchie mondialiste , les presstituées et les troskistes a s’unir.

    on a pas fini de se marrer-

    un seul regret, cette jeunesse gauchiste manipulée qui sans le comprendre roule pour le 1%

    Répondre
  • Patrice Pimoulle

    29 juin 2024

    Oui, mais « je n’ai pas sauve la France pour M. Pinay (Charles de Gaulle) et il faut « debarasser la France de M. Giscard d’Estaing fut-ce au prix de la victoire de M. Mitterrand » (Chirac chez Edith Cresson). Or il faut bien reconnaitre qu’entre de Gaulle et Pinay les Francais choisissent de Gaulle (la grandeur) et qu’entre Giscard et Mitterrand les Francais choisiddent Mtterrand (« un autre modele de developpement »). La politique precede l’economie et Dieu a cree l’homme « libre ». 36, 45, 81, meme combat.

    Répondre
  • Henry

    28 juin 2024

    Article intéressant qui montre que la France évitera peut-être le défaut ? En lisant cela j’ai pensé à une chose. Il faudra surveiller d’autres états si la France fait défaut. J’ai fait une recherche sur eurostat et wikipedia, honte à moi)))), on imagine l’€ dévaluer de 30 à 50 % si la France fait défaut (rien que la Grèce c’était 1à c’est la dessus que je me suis un peu par facilité basé). Quels sont les pays qui vont morfler si l’€ se plante de 30 % (le minimum); Voici les pays européens ayant plus de 10% de leur dette publique en devises non-euro et dont la dette totale dépasse 50% du PIB (j’ai pas pris en compte les échéances) :

    1. Hongrie
    Dette en Devises Étrangères : Environ 30% de la dette publique est en devises étrangères.
    Dette Totale : La dette publique de la Hongrie représente environ 70.5% du PIB.

    2. Pologne
    Dette en Devises Étrangères : Environ 24% de la dette publique est en devises étrangères.
    Dette Totale : La dette publique de la Pologne représente environ 53.8% du PIB.

    3. Roumanie
    Dette en Devises Étrangères : Environ 51% de la dette publique est en devises étrangères.
    Dette Totale : La dette publique de la Roumanie représente environ 47.3% du PIB. (Note: Juste en dessous de 50%, mais pertinent en raison de la proportion élevée de dette en devises étrangères)

    4. Croatie
    Dette en Devises Étrangères : Plus de 10% de la dette publique est en devises étrangères.
    Dette Totale : La dette publique de la Croatie représente environ 74% du PIB.

    5. Slovénie
    Dette en Devises Étrangères : Plus de 10% de la dette publique est en devises étrangères.
    Dette Totale : La dette publique de la Slovénie représente environ 61% du PIB.

    On pensait qu’il y avait tempête à l’Ouest ? Il y aura probablement aussi tempête à l’est.

    Répondre
    • Patrice Pimoulle

      29 juin 2024

      Vous avez parfaitement raison. Conclusion: l’ouest comme l’estsont appeles a devenor les vassaux de la Russie.

    • Philippe

      30 juin 2024

      Italie ? vous avez entendu parler ? Dette/PIB = 125%

  • Nox

    28 juin 2024

    « Ramener le budget français à l’équilibre voire en surplus pourrait être fait très facilement. »
    Je vous rejoins tout à fait.
    Bardella a donné une première piste, la suppression du service audiovisuel public, qui nous coûte 4 milliards par an.
    Ensuite vous nous avez déjà parlé des subventions aux entreprises (160 Mds me semble-t-il), sachant que les chefs d’entreprise préfèreraient la suppression de toutes ces aides au profit d’un marché libre et non faussé.
    Bien sûr il y a bien d’autres pistes, que les « partis de gouvernement » se refusent à envisager car elles sont balisées de nombreuses vaches sacrées…

    Bardella aura-t-il la liberté de penser d’un Chrétien ou d’un Milei ?
    Les municipalités RN ont la réputation d’être très bien gérées. Espérons que cette rigueur à l’échelle d’une ville se retrouve à l’échelle du pays…

    Répondre
  • Laurette

    25 juin 2024

    C’est un véritable choc de constater l’échec dans le temps de ces « incontestables » arguments d’autorité, pratiqués avec succès par tant d’économies et qui sont encore enseignés dans tant de lycées et universités !
    Ceux qui veulent aller dans le sens de ces théories, devraient s’inspirer de ces graphes parlants avant de contribuer au plongeon -inéluctable- de la France.

    Répondre
  • daniel

    25 juin 2024

    Vous rêvez …le RN vient de déclencher une sixième trahison en rassurant l’Europe que rien ne changera quant aux tarifs de l’électricité….et comme le peuple est ignare….

    Répondre
    • fred

      26 juin 2024

      Cher Monsieur,
      Le blog de l’IDL nous permet une liberté d’expression et nous les remercions pour cela. Cependant, il devient insupportable de régulièrement lire à peu près partout, que : « le peuple est ignare ».

      Si on peut considérer effectivement un manque de maturité politique & économique en France – encore faudrait-il se poser la question de savoir pourquoi ? – par rapport à d’autres nations, il me semble qu’il conviendrait soit d’avoir un peu de modération à l’égard de tous les lecteurs de ce blog et des autres.

      Personnellement, je n’ai pas le Savoir et l’expérience de Mr Gave, mais je ne me sens pas pour autant un français « ignare » …grâce à l’IDL ; par curiosité personnelle et gout de réfléchir par moi-même, en qualité de libéral.

      Vous avez le verbe acerbe mais aurez vous autant de courage pour rejoindre le plateau de l’IDL ou de l’université de l’épargne, pour nous sortir de notre [parait-il] ignorance ?

      Que proposez-vous pour nous expliquer clairement le trading HF ; l’achat du bitcoin ; le spread entre l’Allemagne et l’Italie ou encore l faillite des 2/3 et ses conséquences ?

      Au plaisir alors de vous lire sur ces sujets plutôt que sur cette dénégation perpétuelle peu constructive qui ne valorise en rien la France…ce dont la Nation a hélas drastiquement besoin.

    • Luc

      28 juin 2024

      Le peuple en France subit les ravages de l’education nationale , et de l’immigration in incontrolée qui on importe des bac-5 en provenance du continent le plus a la ramasse de la planete.
      si on donne le droit de vote a des singes, on aura une société de singes. c’est aussi simple que ca.
      Le qi du francais moyen a chuté . Meme sur ce site pourtant supposé d’elite le niveau est accablant, mais deja combien de francais s’y connaissent bien en finance ?
      cerrtains articles de l’IDL sont une evidence pour qqun qui s’y connait un peu en finance.

      par ailleurs le chauvinisme et suffisance de certains francais est insupportable

    • Nox

      29 juin 2024

      Les « trahisons » sont inévitables quand le pays est endetté à 110% du PIB. Meloni nous l’a bien montré depuis deux ans.
      Tout ce que j’espère est que au fond d’eux-mêmes ces gens-là seront fidèles aux valeurs de leur électorat et qu’ils sauront exploiter les faibles marges de manœuvre qui leur sont laissées pour faire avancer certains dossiers sensibles. Je pense notamment à la sécurité, la justice et l’immigration.

      Je m’interroge juste sur la raison pour laquelle Bardella fait ce genre d’ajustements, qui peuvent lui coûter des voix, pendant la campagne électorale ? Veut-il rassure les marchés, la commission européenne ? A moins que ce soit par honnêteté ?

  • Nanker

    24 juin 2024

    En bref… dimanche FAITES BARRAGE A MELENCHON!! Avec lui on est sûrs à 100% d’aller dans le mur. Avec les autres, le % baisse.
    (et si l’envie vous prend d’aller voter Macron allez consulter un psy avant le 30).

    Répondre
    • Bastien Mesnil

      25 juin 2024

      J’ai un ami qui dit:
      1)Si vous voulez que la France fasse faillite en deux jours, votez FP
      2) Si vous voulez qu’il fasse faillite en 1 an, votez Macron, avec toutes les émeutes que cela impliquera sur ce laps de temps.
      3) Si vous voulez tenter l’inconnu, et le changement, et qu’il ne vous fait pas peur, votez RN.

      Tout est dit…

    • fred

      26 juin 2024

      consulter le psy n’est pas possible : le système de santé est détruit 😀 (joke)

    • fred

      26 juin 2024

      « aller consulter un psy avant le 30 »
      Pas possible : le système de santé est HS 😀

  • Du goudron et des plumes

    24 juin 2024

    Un militaire de préférence armée de terre pourquoi pas Le Cointre avec pas grand chose ils font des miracles ou un agriculteur un sou non dépensé c est un sou de gagné
    Mais je ne vois aucun homme politique faire le job nous avions dès marionnettes maintenant des guignols ou clowns au choix
    Tu ne sites plus Porcher il reste pourtant un de mes préférés

    Répondre
    • Charles Heyd

      24 juin 2024

      De Gaulle était certes militaire mais avant tout politique et intègre et a montré son talent dans des périodes très dures. Il n’y a rien à attendre d’un militaire s’il n’a pas fait ses preuves en politique. Citez-moi un seul militaire dans ce cas!

    • Patrice Pimoulle

      29 juin 2024

      A Chales Heyd: de Gaulle, un talent? Comparez la Ftance du 5 septembre 1944 avec la France du 27 avril 1969, ans alle jusqu’a ceeles de 1981 et 1989.

    • Robert

      5 juillet 2024

      Patrice Pimoulle : Oui, la comparaison 44-69 est intéressante.
      En 44 un pays « à la ramasse » dévasté par la guerre.
      En 69 : la force de frappe, le nucléaire, une industrie dynamique., un pouvoir d’achat.
      Alors oui, un personnage historique, un talent…

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!