24 October, 2016

La Livre Sterling : Enfin un actif pas cher

Ce petit article s’adresse principalement à ceux des lecteurs de l’IDL qui gèrent de façon personnelle leur épargne, et beaucoup moins à ceux qui préfèrent les grandes envolées lyriques dont je suis coutumier.                                                   Redescendre sur terre de temps en temps est une saine discipline, ne serait ce que pour vérifier que la réalité est toujours là.

Un taux de change mesure simplement le cours entre deux monnaies, telles la livre britannique et le dollar US ou la livre britannique et l’euro.

Il s’agit donc d’un prix  et c’est tout.

L’évolution de ce prix est grosse d’enseignement.

D’après la théorie économique dite de « la parité des pouvoirs d’achat[1] », ce  prix devrait varier sur le long terme en fonction de la différence du taux d’inflation entre les deux pays. Pour faire simple, si le niveau général des prix double dans un pays et ne bouge pas dans le pays d’à coté, alors la monnaie du premier pays devra baisser de 50 % vis-à-vis de la monnaie du deuxième pour que les entrepreneurs du premier pays ne soient pas acculés a la faillite.  (C’est cet ajustement qu’interdit l’euro, d’où la faillite de l’Italie)

De toutes les théories économiques, c’est certainement l’une de celle qui marche le mieux.

Le taux de change entre deux pays retourne TOUJOURS à la parité des pouvoirs d’achat. Mais il y a un léger problème : nul ne sait  QUAND…Et comme le disait fort justement Keynes : «  les marchés peuvent rester irrationnels plus longtemps que je ne peux rester solvable… »

Chaque fois qu’un mouvement important et brutal a lieu entre une monnaie et toutes autres, la question se pose donc en termes simples : pour le financier que je suis, quand dois je intervenir en mettant toutes les chances de mon coté,  surtout lorsque qu’une monnaie  décroche de façon importante et brutale contre toutes les autres monnaies, ce que vient de faire la livre sterling ? Comment déterminer  le niveau à partir duquel je dois intervenir pour jouer l’inéluctable retour vers la parité des pouvoirs d’achat (ou PPA) se fasse en ma faveur?

La réponse à cette question est dans le fond assez simple et requiert d’être bosseur et discipliné.

D’abord, il me faut calculer la différence entre cette PPA et le cours de change du moment, ce qui revient à dire que je dois mesurer l’étendue de la sous évaluation de la monnaie que je veux acheter. Je peux soit la calculer moi-même en ajustant le cours de change par la différence des taux d’inflations entre les deux pays, soit être paresseux et prendre les chiffres que l’OCDE publie chaque mois pour les PPA et calculer l’écart entre le cours de marché (là où est  le cours de change est) et là où le cours de change devrait être(la PPA). Les résultats sont très similaires, donc je suis paresseux…

Une monnaie ne reste pour ainsi dire jamais à cette parité des pouvoirs d’achat mais fluctue constamment de part et d’autre. Il est en fait facile de mesurer statistiquement la dispersion historique autour de cette moyenne et de calculer l’écart type de ces dispersions. Lorsque le taux de change passe ne dessous de la ligne basse pour cet écart type, je considère que nous sommes dans une situation statistiquement anormale et je me prépare à intervenir

C’est ce calcul je montre ci-dessous pour le cours de change entre la livre et la monnaie allemande. (A noter que l’IDL fournit gracieusement un appareil graphique qui permettra au lecteur qui vut s’en donner la peine de faire ces calculs).

livre-1

La livre qui était clairement surévaluée au début de 2015 vis-à-vis de l’Euro est maintenant clairement sous- évaluée (d’environ 12 %).

Est-ce que je dois me précipiter pour acheter de la Livre aujourd’hui ? Je pourrais, et j’aurais sans doute raison d’ici à trois ans, mais entre temps je craindrais d’avoir des sueurs froides tant les marchés ont tendance à sur-réagir dans le court terme.

Je fais donc une deuxième chose : Je calcule aussi la variation sur 12 mois de la livre sterling contre l’euro. Chaque fois dans le passé quand la livre a baissé de 20 % ou plus contre l’euro en un an, il fallait en acheter, tant le marché était « survendu », pour profiter du rebond à court terme qui d’habitude se produit. C’est le cas aujourd’hui, nous sommes à -20 % sur un an.

Il me faut donc acheter de la livre et vendre de l’euro quand je suis dans une situation ou la monnaie anglaise est A LA FOIS sous-évaluée (analyse de long terme) et survendue (analyse de court terme).

Reste là faire le même calcul pour la livre contre le dollar, ou la livre contre le yen ou que sais je encore  et de verifier le résultat à chaque fois..

Au jour d’aujourd’hui, la livre est à la fois « survendue » et  sous évaluée et contre l’Euro et encore plus contre le dollar des Etats-Unis.

C’est ce que je  montre dans le graphique suivant qui illustre la position historique de la livre vis-à-vis du dollar et vis-à-vis de l’euro et où apparaissent clairement  les moments où il faut acheter de la livre contre le dollar et contre l’euro, ce qui permet de constater que ces moments ne sont pas toujours les mêmes.

livre-2

Et l’on voit  sans difficultés que la livre aujourd’hui est sous évaluée de près de deux écart types vis-à-vis du dollar (ce qui est très exceptionnel) et  d’un écart type vis-à-vis de l’euro (ce qui est beaucoup moins exceptionel)  mais est également survendue vis-à-vis de ces deux monnaies (hachurage vertical bleu clair et rose).

Il vaut mieux donc acheter de la livre contre le dollar que contre de l’euro, mais les deux sont possibles aujourd’hui.

Mon conseil est donc simple : Les positions en cash que le lecteur pouvait avoir dans son portefeuille en euro mais surtout en dollar, sauf celles dont il aurait besoin pour des dépenses certaines à court terme, doivent être mises en livre sterling.

Pour ceux qui auraient encore des obligations en Europe, en euro ou en dollars, il faut aussi les vendre pour les mettre en sterling «cash».

Le calcul de l’espérance de gain est facile : si la monnaie britannique retourne à sa parité des pouvoirs d’achat en deux (ou trois) ans ans (ce qui est très raisonnable), le lecteur aura une rentabilité sur son compte en euro d’environ 7 % par an et une rentabilité de prés de 9 % en dollar sur les deux ans qui viennent.

Et dans le monde actuel, rien , mais vraiment rien,  là mon avis ne permet d’espérer une telle rentabilité pour le moyen terme et tout cela sans prendre beaucoup de risque.

Est certain ? Bien sur que non.

Est-ce probable ? Oui. Et la probabilité statistique d’une telle rentabilité est proche de 75 % pour livre contre euro et 90 % pour livre contre dollar, ce qui est assez élevé pour prendre un risque «raisonné».

Qui plus est, tout le monde peut ouvrir un compte en livre sterling dans sa banque et lui demander d’effectuer le change. Vérifiez simplement que votre banque ne vous massacre pas trop sur les commissions… tant ces pauvres banques ont besoin de gagner de l’argent. Leur permettre de gagner un peu d’argent sur votre dos est charitable de votre part. N’acceptez cependant pas de vous faire plumer.

 

[1] J’ai consacré l’une des mes chroniques hebdomadaires à la théorie  de la parité des pouvoirs d’achat il y a plusieurs années et le lecteur intéressé devrait pouvoir la retrouver sur le site.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

37 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • lucio guerrato

    18 November 2016

    lier la variation entre deux monnaies uniquement au differentiel entre lee siff§rent pouvoir d’achat est négliger d’autres facteurs. La demande de monnaie est liée entre autres au taux d’interêt différentiels entre ne pays et l’autre: la demande de livres sterlines augmentera si les taux remunérateur est supérieur à celui de l’euro, par exemple et augmentant la demande la livre va rencherir sur le marché. Autre raison : le mouvement de capitaux, ou une balance commerciale fort déficitaire: dans ce derneir cas je dois acheter des devises pour payer mes importation et en les payant en monnaye nationale celle-ci se dévaluera par rapport à l’autre. Bien évidemment ces mouvements peuvent provoquer des conséquences sur la circulation interne de monnaie (effet inflationniste, surchauffement de l’économe etc. ) mais il est à mon avis trop simple de tout expliquer par un seul facteur identifiable; à savoir la parité de pouvoir d’achat, d’autant plus que le discour se complique en considérant que les acteurs sur le marché travaillent sur des prévisions futures. La parité dollar /euro a changé de 4% uniquement sur la prévision des mésures que Trump pourrait prendre en matière économique bien avant qu’il puisse le prendre matériellement.

    Répondre
    • idlibertes

      18 November 2016

      Cher Monsieur
      Je ne dis en aucun cas que la parité des pouvoirs d’achat est un outil qui me permettrait de prévoir le MOUVEMENT de deux monnaies l’une par rapport à l’autre
      Ce que je dis est tout simple; quand le taux de change de deux monnaies s’est suffisamment écarté de la PPA , alors en deux ou trois ans on y revient toujours
      Il s’agit donc d’une stratégie de retour à la moyenne et non pas du tout d’une stratégiede momentum
      Amicalement
      cg

    • idlibertes

      18 November 2016

      Cher Monsieur
      Je ne dis en aucun cas que la parité des pouvoirs d’achat est un outil qui me permettrait de prévoir le MOUVEMENT de deux monnaies l’une par rapport à l’autre
      Ce que je dis est tout simple; quand le taux de change de deux monnaies s’est suffisamment écarté de la PPA , alors en deux ou trois ans on y revient toujours
      Il s’agit donc d’une stratégie de retour à la moyenne et non pas du tout d’une stratégie de momentum
      Amicalement
      cg

  • chatelain

    31 October 2016

    Merci de ces conseils qui soulèvent une nouvelle question de mon coté.

    Vous suggérez dans votre dernier livre pour un français de s’endetter pour acheter des actifs allemands.

    Pensez vous par exemple que l’immobilier allemand puisse etre intéressant? Par quel biais ce type d’achat peut il se faire (scpi par exemple)?

    Merci de vos suggestions possibles

    Répondre
  • Polo

    31 October 2016

    Bonjour Monsieur Gave,

    Merci pour cet article mais aussi pour les autres. J’admire vos analyses …

    La baisse de la Livre Sterling semble se poursuivre.
    Acheter maintenant c’est donc prendre le risque de la voir plus basse demain.
    Pour essayer d’optimiser le point d’achat auriez vous un indicateur à nous suggérer ?

    Merci d’avance

    Répondre
    • idlibertes

      31 October 2016

      CG me dit que vous pouvez acheter la moyenne de la période basse : un peu maintenant un peu le 9 nov et un peu en janvier.

      mais bien malin celui qui sait comment acheter au plus bas;

  • Marco

    29 October 2016

    Bonjour Monsieur Gave,

    Merci pour cet article aussi bon bien que différents des autres.

    Dans ce genre d’opération le timing est un point important.

    Comme la livre est en baisse régulière nous prenons le risque de la voir plus basse demain.

    Avez vous un indicateur ou qq chose qui nous permettrait de déterminer un meilleur point d’entrée qu’actuellement ?

    Merci d’avance

    Répondre
  • nolife

    27 October 2016

    Bonjour,

    N’ayant ni € ni $ ni £ ni quoi que ce soit d’autre, JM Daniel, éminent économiste sort un livre comme vous mais sur les 3 controverses où basé sur son immense savoir historique plutôt que sur les “réalités” de terrain, il prend à contrepieds la théorie du remplacement total du travail humain par les machines en évoquant la manivelle de Sismondi mais il parle aussi de la controverse des 2 Cambridge pour réfuter l’avis de Piketty comme quoi r > g. Que faut-il penser de tout ça ? On va demander à M. Doze d’organiser un débat avec vous et Jean-Marc, ça serait bien.

    Répondre
    • idlibertes

      27 October 2016

      Ils ont déjà déjeunes ensembles plusieurs fois; C’est un très bon copain du cousin de Charles .

  • Aljosha

    26 October 2016

    Bonjour,
    Après renseignement je suis me connecté à mon compte, ouvert un sous-compte Livre Sterling, et ai viré le montant voulu.
    Taux de commission : 0.1% c’est raisonnable, mais c’est moi qui ai fait tout le boulot … disons que cela paye le service et l’interface.
    Et maintenant, voyons 😉

    Répondre
  • antoine gourdon

    26 October 2016

    bonjour Monsieur Gave
    je suis dubitatif sur votre analyse ou plus exactement sur les conclusions que vous tirez de votre raisonnement.
    En effet l’inflation au royaume-uni est supérieure à celle de l’Europe et en augmentation relative (prévisions sur 2017). En suivant donc l’un de vos arguments il est donc légitime d’attendre une baisse de la livre par rapport à l’euro.
    merci de votre explication
    bien cdlt
    antoine gourdon

    Répondre
  • Sam

    25 October 2016

    Merci Mr Gave.
    Article très intéressant !

    Je crois que vous êtes allé un peu vite sur la façon dont vous obtenez ces graphiques. Non pas que je ne vous crois pas mais j’aime bien faire les choses par moi même.

    Déjà il n’est pas facile d’obtenir ces données…
    J’ai trouvé ça :
    https://data.oecd.org/conversion/purchasing-power-parities-ppp.htm
    Mais il n’y a qu’une valeur par an et cela s’arrête en 2015

    J’ai trouvé ça aussi :
    https://fred.stlouisfed.org/categories/33103
    Pas mieux…

    Si vous pouviez m’aiguiller un peu…

    Mais admettons. On veut calculer la PPA entre la livre et l’euro, on fait la différence entre les PPA correspondant à ces pays puis on regarde l’évolution en pourcentage sur une année. Et avec le résultat obtenu on fait la différence avec le taux de change. Et alors on obtient votre courbe. Est-ce bien ça ? Vous êtes allé un peu vite là-dessus sûrement volontairement pour ne pas rendre l’article trop technique.

    Cordialement

    Répondre
    • Sam

      26 October 2016

      Je n’y ai pas trouvé la parité des pouvoirs d’achat…

    • James Sunderland

      8 November 2016

      Bonjour Sam,

      Avez-vous trouvé des données mensuelles?
      Je suis dans la même situation que vous.
      J’aimerais créer un fichier excel pour définir quelles sont les devises sous-évaluées.
      Mais sans données mensuelles, c’est impossible…
      L’outil de l’IdL est bien fait mais pas de ppa en effet.

  • noilfe

    25 October 2016

    Le Sterling n’a toujours pas amorcé son rebond, d’ailleurs Microsoft commence à faire payer la note aux entreprises britanniques, Unilever aussi fait bouillir la Marmite, les entreprises ont fini de préparer leurs plans pour “Brexiter”. Ghson a dit qu’il fallait investir plusieurs années à l’avance dans l’automobile si on ne veut pas être largué et que pour l’instant il a gelé tous les investissements à Sunderland et se dit prêt à rentrer sur le continent.
    Les Japonais aussi ont tiré la sonnette d’alarme.

    Ne faudrait-il pas acheter du Sterling pour anticiper un non-Brexit ?

    Autant les Anglais n’ont pas le rapport hystérique des Allemands envers l’inflation et peuvent supporter un 4 ou 5 % d’inflation sans problème, autant je les vois mal accepter des usines se “recontinentaliser”, déjà qu’il ne leur en reste presque plus !

    Finalement, achetons du Sterling mais en spéculant qu’ils n’iront pas jusqu’au bout de leur folie, Theresa May flippera, n’osera pas appuyer sur le bouton et demandera l’avis du Parlement qui le rejettera, puis ils organiseront des élections, puis l’UKIP fera un score important mais pas assez pour former un nouveau gouvernement et ils devront faire un gouvernement entre les Tories et d’autres partis (un peu comme en Espagne, le clivage droite-gauche est dépassé par l’apparition des partis de gauche et droites radicales) et finalement, Albion restera en Europe avec les Polonais et les Français sur les bras !

    Comme avec le CETA et la Wallonie, ou le TCE et la France et les Pays-Bas, on trouvera une entourloupe pour contourner les décisions du bas-peuple.

    Un couple qui possède une affaire, un business en commun ne peut divorcer car ils sont liés non seulement par les sentiments et le contrat de mariage mais surtout par le porte-monnaie, si vous divorcez alors que vous possédez un resto, vous devez le revendre et pointer au chômage tous les 2 ce qui n’est pas la meilleur chose à faire !

    Albion a quand même une capacité de négociation et de lobbying, ils vont en plus d’être hors de Schengen, exigez à ce qu’on tempère l’immigration européenne, une étude de l’OCDE a d’ailleurs montré que la fuite des cerveaux de l’Est a appauvri ces pays, et donc ils auront une dérogation pour ne plus se taper les Polonais, en contrepartie ils verseront un peu plus pour le budget de la PAC.

    Et basta, le Sterling remontera ! Isn’t it?

    Répondre
  • prime

    25 October 2016

    peu de temps avant de vous lire sur ce billet, j’avais pris une position à la fois sur la couronne norvégienne et le pétrole en achetant statoil à Oslo. avec un coupon non négligeable afin de pouvoir patienter.
    est-ce judicieux ?

    Répondre
  • Jb²o

    25 October 2016

    Bonjour Monsieur,

    Merci pour cet article.

    Peut-on imaginer appliquer cette stratégie via les actions en livres et non sur l’obligataire?

    Répondre
    • Charlesgave

      25 October 2016

      Certainement
      Je choisirai les actions de sociétés de taille moyenne
      Mais la volatilité sera beaucoup plus forte
      Amitiés
      Cg

  • Jb²o

    25 October 2016

    Monsieur,

    Merci pour cette article et les conseils associés.

    Profitant de ce signal technique, ne peut-on pas le jouer en action plutôt qu’en obligation? En effet, le marché obligataire me parait peu porteur vu le niveau actuel. Comment les rémunérations liées pourraient-elles faire pire qu’actuellement? Une augmentation éventuelle du taux de change du sterling serait alors annulée par la baisse du prix de nos obligations?

    Répondre
  • hagen

    25 October 2016

    Cela revient-il au même d’acheter de la livre, par l’intermédiaire d’un ETF, genre le FXB sur le NYSE?
    Merci

    Répondre
    • Charles Gave

      25 October 2016

      Cher Hagen
      Sans doute, mais ne prenez pas de levier tant cela vous forcerait a avoir raison sur le timing
      Amicalement
      CG

  • Francis

    24 October 2016

    Merci pour cette prise de position claire.

    Pour maintenir une position en équivalent euros, que pensez-vous de la conserver en couronnes danoises (protection contre un démontage de l’euro)?

    Répondre
    • Charles Gave

      25 October 2016

      La couronne Danoise vous protégera en tant que Français contre le démontage de l’euro, mais elle n’est pas vraiment sous évaluée
      Amicalement
      CG

  • Robert

    24 October 2016

    Bonjour M. Gave. Conseillez-vous de continuer à détenir des francs suisses ? Ou vaut-il mieux les vendre pour acheter de la Livre ?

    Répondre
    • Charles Gave

      25 October 2016

      Le Franc Suisse est une très bonne monnaie, mais le moins que l’on puisse dire est qu’il n’est pas sous évaluée…

    • Robert

      25 October 2016

      Merci de votre appréciation, et pour vos synthèses. Le côté “solide” du Franc Suisse me plaît, même si la BNS a quelque peu dysfonctionné ces derniers temps, comme vous l’avez souligné.

  • pierre

    24 October 2016

    Bonjour,

    Alors ça c’est du concret !
    D’apres ce que je comprends, il faut avoir un compte multi devises et passer en Livre Sterling tout ou partie.

    “il faut aussi les vendre pour les mettre en sterling «cash».”
    Avez-vous des références ?
    Est-ce qu’un ETF peut faire l’affaire ?

    Sinon, on sort quand de l’euro ?

    Bien à vous

    Répondre
  • Bob

    24 October 2016

    Et si toutes les monnaies papier baissaient à court ou moyen terme, l’or ne serait-il pas encore plus sécuritaire et rentable?

    Répondre
  • LKS

    24 October 2016

    Merci beaucoup pour cet article. Les aspects techniques restent toutefois abscons pour moi.
    Envisagez-vous de prodiguer des formations (contre rémunération ou services rendus à l’institut)?
    Si oui, je souhaiterais vivement y participer.
    Par ailleurs, j’ai cherché la chronique relative à la théorie de la parité des pouvoirs d’achat dans l’onglet recherche mais rien ne s’affiche.
    Est-ce normal?
    A très bientôt
    Linda

    Répondre
  • Woiry

    24 October 2016

    Merci infiniment Mr Gave pour ce cours d’économie que je vais mettre en application immédiatement.

    Répondre
  • noilfe

    24 October 2016

    Vous nous aviez recommandé l’achat de Sterling à 1.30, on est à 1.22, même si ça remonte, nous ne gagnerions pas grand chose non ?

    Aussi, vous parlez de parité pouvoir d’achat, il existe aussi les balances de paiement, si le pays continue à importer plus de biens et de services qu’il n’en produit, la monnaie ne sera-t-elle pas condamner à baisser ?

    Ensuite, si jamais les Britanniques obtiennent l’expulsion des travailleurs européens ajoutée à la sortie du Marché commun, ne croyez-vous pas que le Sterling et l’économie britannique avec chuteront encore un peu plus ?

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!