FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_print

« Montrez- moi quelles sont les incitations que vous offrez et je vous annoncerai les résultats à venir ». Cette célèbre formule de Charlie Munger, depuis toujours le principal associé de Warren Buffet, est toujours aussi vrai que quand il l’a prononcé pour la première fois il y a bien longtemps déjà. Au risque de passer pour un vieux grognon, ce qui ne serait pas tout à fait exact, étant certes vieux mais pas vraiment grognon, je voudrais faire un petit papier d’humeur sur les incitations qui sont proposées aux populations un peu partout dans notre monde aujourd’hui et comment les choses ont changé depuis mon enfance.

L’un des premiers livres dont je me souvienne racontait l’histoire des trois petits cochons, avant que Disney ne s’en empare.Il y avait donc trois frères cochons dont le premier était paresseux, le deuxième normal et quant au troisième il était vraiment bosseur. De notoriété publique, un loup se baladait dans la campagne.Le premier petit cochon pour s’abriter et se protéger se fit une cabane en paille, le deuxième se bâtit une maison en planches et quand au troisième il s’installa dans une maison en briques qu’il construisit après beaucoup d’efforts. Quand le loup eut faim, il n’eut aucun mal à souffler la cabane en paille pour détruire ensuite à grands coup d’épaules la cabane en planche mais ne pût rien contre la maison en briques.Tout le monde connait l’histoire.

La différence est que dans mon livre d’enfance, les deux premiers cochons étaient mangés sans autre forme de procès et que seul le troisième échappait au destin funeste qui avait frappé ses deux frères.

Le double message que de tels livres essayaient de faire passer aux jeunes générations était tout simple : Il y a toujours des loups qui se baladent dans la campagne et chacun est responsable de son destin individuel. Tout cela était fort bien résumé par des proverbes tels que : « Comme on fait son lit, on se couche » ou par des fables du style de « La cigale et la fourmi »

Aujourd’hui, quand je lis l’histoire des petits cochons à mes petits enfants, dans sa version Disney, les deux cochons paresseux réussissent à échapper miraculeusement au loup une fois leur abri détruit pour se refugier chez leur travailleur de frère, pour se moquer du loup une fois qu’ils sont bien à l’abri.

 

Depuis mon enfance, nous sommes donc passés d’une civilisation fondée sur la reconnaissance du danger (i.e. le mal existe) et la primauté de la responsabilité individuelle pour y faire face, à une autre conception fondée cette fois-ci sur le fait que le danger n’existe plus (les loups sont devenus gentils et s’ils sont méchants, on ira tous ensemble mettre une petite bougie sur les lieux de leurs méfaits) et on essaiera d’oublier aussi vite que possible ceux qui se sont fait manger.

Essayer de comprendre pourquoi ils ont été bouffés et qu’elle était leur responsabilité personnelle dans ce qui leur est arrivé est trop difficile. D’ailleurs quand je dis à mes petits enfants que dans la réalité, les deux premiers cochons ont terminé leurs vies dans le ventre du loup, ils me regardent avec horreur. Du coup, je ne le dis plus…

 

La liberté individuelle et son corollaire la responsabilité individuelle ont complètement disparu du paysage. C’est au troisième frère, et donc à la tribu, que revient la tache d’abriter les deux imprévoyants.Nous sommes passés en deux générations de la primauté de la responsabilité individuelle au primat de la responsabilité collective.Et ce retour à la primauté de la Tribu sur l’individu est un recul historique et civilisationnel absolument gigantesque et gros de multiples problèmes.

Je m’explique. En dépit de ce que nous dit le Pape François, dont le seul but apparait d’essayer de se rendre populaire auprès de ceux qui ont toujours détesté l’Eglise, notre Civilisation en Europe a des fondations profondément Chrétiennes et ne pas savoir que ces fondations existent peut amener à l’écroulement de tout l’édifice.

Quand je faisais mes études à Toulouse il y a cinquante ans, la ville commençait à se moderniser et l’on y faisait force trous pour y construire des parkings par exemple.A l’occasion de l’un de ces chantiers, les terrassiers mirent à jour un certain nombre de vieux tuyaux dont personne ne savait à quoi ils pouvaient bien servir. Ordre fut donné de les détruire et immédiatement tous les sous sols de la ville furent inondés. Toulouse avait été bâtie au temps des Romains sur des marais qui avaient été asséchés à grands renforts de canalisations, dont nul ne savait deux mille ans après qu’elles étaient encore là et qu’elles fonctionnaient toujours.

Et bien, notre Civilisation a ses fondations depuis deux mille ans dans une fusion entre la Philosophie Grecque et la religion Juive transformée par le message du Christ et cette fusion a donné qu’on le veuille ou non l’Occident Chrétien (Voir le livre de Philippe Nemo, « Qu’est ce que l’Occident  »).

Et détruire ces vieilles canalisations, œuvre à laquelle s’est attachée depuis des lustres toute ce qui se dit de gauche chez nous, est en train de faire monter l’eau dans les caves un peu partout, ce qui commence à agacer beaucoup ceux qui vivent aux réez de chaussée.

Essayons de faire aussi bref que possible.

  • Le message des Grecs peut se résumer en une phrase, celle de Socrate « Connais-toi toi-même»
  • Le message du Christ peut aussi se résumer aussi en une phrase « Dieu ne sait compter que jusqu’à un »

Ce que voulait dire Socrate (et cette phrase a été commentée à l’infini par toute la philosophie occidentale depuis plus de 2000 ans) est que chaque homme est différent et que lui et lui seul peut essayer de comprendre qui il est.

Ce que voulait dire Jésus (c’est du moins mon interprétation) est que Dieu n’est pas intéressé par le collectif, mais par chacun d’entre nous individuellement. Il n’est intéressé que par des relations de personne à personne.

Jésus ne dit jamais à l’un de ses apôtres « Va dire à Pierre ou à Jean de faire ceci ou cela ».

Il dit toujours « Si tu penses que quelque chose doit être fait, fais-le-toi-même »

Ces deux vérités essentielles impliquent que seule compte l’individu et que la Tribu avec ses codes et ses excès (recherche du bouc émissaire, emballement collectif, pensée unique, justice « sociale », tabous, parti-pris etc..) doit être abandonnée. Nul ne peut dire « ce n’est pas de ma faute » ou « je ne l’ai pas voulu » ou encore « je ne l’ai pas fait exprès » ou enfin « je n’étais pas au courant ».

Et c’est de cet abandon du collectif irresponsable et égoïste au profit de l’action individuelle qu’est née toute notre civilisation.

Samuel Huntington, l’auteur du « Clash des civilisations », qui a fort bien annoncé les difficultés actuelles entre le monde Musulman et toutes les autres civilisations disait que la caractéristique singulière de la civilisation occidentale était qu’elle prônait sans cesse la prééminence de l’individu sur le collectif, et qu’elle était la seule à le faire.

Et de cette réalité sont venus l’abandon de l’esclavage, les progrès de la Science, la Démocratie, l’égalité entre les hommes et les femmes l’amélioration du sort des plus démunis…

Nous vivons de fait un recul terrible et le pire est que nous sommes abandonnés par ceux qui devraient nous guider, nos chefs politiques, nos élites et certains chefs de nos Eglises (pas tous, heureusement) qui retournent vers le collectif comme le chien retourne vers son vomi, car c’est la pente de la nature humaine : trouver des excuses extérieures à soi même après les inévitables échecs qui marquent chaque vie…

Mais le message reste vrai : il n’existe d’amélioration durable dans le monde qui si chacun de nous cherche à mieux se connaitre et pour cela, avoir des incitations « sociales » qui nous y incitent est la seule chose qui marche.

Et par exemple, l’égalité des chances au départ dans l’éducation est le but le plus noble qui soit. Que tout le monde ait les mêmes résultats à l’arrivée par décret est par contre une saloperie puisque cela empêche chacun de se connaitre vraiment.

Retrouver sa Liberté individuelle est donc le but que chacun doit se fixer. Et peu d’époques y ont été aussi peu propices que l’époque actuelle.                              

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

63 Commentaires

  1. Bonjour,
    un ami m’a envoyé le lien vers votre texte, que j’ai lu, et des choses m’ont gênées mais je n’ai pas tout de suite su de quoi il s’agissait. J’ai attendu un peu et je l’ai relu.
    Si je suis plutôt en accord avec sa tonalité générale, j’ai toutefois quelques remarques.
    « les loups sont devenus gentils et s’ils sont méchants, on ira tous ensemble mettre une petite bougie sur les lieux de leurs méfaits) et on essaiera d’oublier aussi vite que possible ceux qui se sont fait manger. »
    Vu la date à laquelle ce texte a été publié, je peux difficilement ne pas y voir une allusion à peine voilée aux personnes qui sont allées déposer des bougies, des fleurs etc… sur les lieux des attentats de novembre, vu que ces images et ces scènes ont été de nombreuses fois montrées et si cela est le cas je trouve cette phrase extrêmement déplacée :
    – par le contexte,
    – par la souffrance de gens qui aimaient les disparus partis dans des circonstances particulièrement atroces
    – « les loups sont devenus gentils et s’ils sont méchants, on ira tous ensemble mettre une petite bougie sur les lieux de leurs méfaits » ; qu’est- ce que vous en savez vous, de l’angélisme prétendu des survivants et des proches des victimes ?
    -« on essaiera d’oublier aussi vite que possible ceux qui se sont fait manger » ah oui, et faire ces gestes là pendant des semaines et des mois comme on met des fleurs sur une tombe, ce n’est pas plutôt pour se souvenir et honorer une mémoire ? pour le deuil c’est trop tôt, alors l’oubli…
    -« Connais- toi toi- même »
    Déjà, à priori, la phrase exacte est Connais- toi toi- même et tu connaitras l’univers et les dieux, ce qui est différent et plus large dans la signification.
    –« Ce que voulait dire Socrate (…) est que chaque homme est différent et que lui et lui seul peut essayer de comprendre qui il est. »
    Ce qui se conteste dans cette phrase est « lui et lui seul », dans l’absolu, c’est sans doute vrai, mais dans la vie, la réalité, si l’on n’a pas fait ce travail sur soi, ce qui est la majorité des gens, qui vous connaît le mieux ? un certain nombre d’autres
    -“Et détruire ces vieilles canalisations, œuvre à laquelle s’est attachée depuis des lustres toute ce qui se dit de gauche chez nous”
    Il y a des chrétiens de gauche, j’en connais, ils ont même leurs médias…
    –« la caractéristique singulière de la civilisation occidentale était qu’elle prônait sans cesse la prééminence de l’individu sur le collectif, et qu’elle était la seule à le faire. Et de cette réalité sont venus l’abandon de l’esclavage, les progrès de la Science, la Démocratie, l’égalité entre les hommes et les femmes l’amélioration du sort des plus démunis… »
    qu’elle soit la seule à le faire, je ne sais pas, peut être mais je trouve que vous vous avancez beaucoup.
    -« l’amélioration du sort des plus démunis… » bah on va allez en parler aux parangons d’un libéralisme débridé dont l’égo et l’individualisme les porte à se gaver aux détriments des collectifs plus faibles avec l’aide implicite d’autres collectifs (la tribu, les gouvernements, lois…)qui laissent faire (je la fais courte mais l’idée générale est là)
    Pour le reste,je le répète, je suis plutôt d’accord
    Cordialement

    Répondre
  2. M.Gave, d’ accord sur Socrate et connais toi toi-même, mais je disconviens ( courtoisement ) sur Jesus ( Dieu ne saurait compter que jusqu’ à UN ). Le message de jesus est ” Il n’ y a plus juif ni grec , vous êtes tous UN “. C’ est à dire , tout un chacun , vous , moi , lui , sommes – selon mon interprétation -INDISTINCT – INDIFFERENTIABLE – INTERCHANGEABLE – . C’ est exactement la pierre angulaire du collectivisme , qu’il soit de gauche ou de droite ( suprematie jacobine – racialisme nazi – statolatrie fasciste – léninisme/stalinisme ). C ‘est la porte ouverte ( Jesus n’ y est pour rien ) fin 18eme al ‘échec des Girondins ( Mirabeau, Ducos, Siéyés ) écrasés par les Jacobins et , au début 19e à l’ aplatissement français devant la philosophie allemande ( Kant et surtout Hegel apôtre de tous les totalitarismes ). A 230 ans de distance , de 1789 , nous avons une europe dirigée par des MAFIEUX ( Juncker ,Dijselblom ) au service des trés grosses multinationales ( Google Microsoft Apple …) une Girouette allemande Angela Merkel , qui se contente de confier les clés de la sécurité européenne a Erdogan ( avec 6 Mds € en prime ), une suite de TOCARDS français ( depuis Giscard ,jusqu’a Hollande nous sommes abonnés ) juste capables de gérer le Déclin et rien d’ autre . Juppé pur produit de l’ Ecole des Nullissimes Arrogants fera de son mieux pour rassurer ceux qui l’ auront élu . La persuasion anti-individuelle , est diffusée à jets continus par toute la presse ” bien – pensante ” de Libération au Figaro . Marine Le Pen, fait du jacobinisme a outrance . Alors que faire ? Je ne vois d’ autre solution que ” prends l’ oseille et tires-toi “.

    Répondre
  3. Charles,
    Excellent papier, vous avez au combien raison de nous ramener a la liberte individuelle, cad la liberte de parole, le premier amendment de la constitution americaine.
    Et aussi Le second,le droit de porter des armes y compris contre un government tyrannique.
    Ici la liberte individuelle est la regle et le collectif l’exception.
    Relisons les Petipa Cochins mais aussi John Locke et Alexis de,Tocqueville..

    Répondre
  4. http://www.radiocourtoisie.fr/33171/libre-journal-dhenry-de-lesquen-du-30-mai-2016-christianisme-et-liberalisme-opposition-ou-convergence-chronique-du-grand-large-les-deux-france-rendez-vous-politique-de-la-reinformation/

    Dites-moi, pourquoi quand un Maurras ou un Soral qualifiés à tort ou raison d’antisémites carabinés sont à jeter avec l’eau du bain, mais avec Henry de Lesquen on peut discuter “socratiquement” ??

    Cela dit j’ai une certaine admiration envers l’érudition de papy Henry …

    Répondre
    • bravo nolife ; je pense pareil

    • Parce que Soral est un antisémite enragé, un islamophile, un communiste et franchement un dérangé, tandis que de Lesquen est un libéral, conservateur, chez lequel l’antisémitisme est marginal et avec lequel on peut avoir une discussion raisonnable (même s’il a le profil de l’énarque péremptoire qui coupe volontiers la parole pour asséner ses certitudes, et que sa haine des Etats-Unis, de l’Angleterre et même de la langue anglaise touche au pathologique).

    • – Soral n’est pas antisémite mais refuse simplement l’omnipotence du CRIF sur la France et la défense des intérêts d’Israël plutôt que des Juifs de France. Position d’ailleurs partagée par Minc, Finkielkraut …
      – Même si il n’est plus communiste, il n’en reste pas moins “socialiste”

      Pour Monsieur de Lesquen, il est bien antisémite et raciste, façon XIXème siècle.

      Mais quand on aime, on ne voit pas …

    • Je seconde Robert sur ce double point de vue de l’un et de l’autre, et surtout sur la coupe de parole mais bon, on ne se refait pas passé un certain âge j’imagine.

    • Oui, c’est dommage : quand on la chance de recevoir un Charles Gave, cela dit sans flatterie aucune, on ne coupe pas le fil de sa pensée au beau milieu, alors que précisément ce qui vaut qu’on l’invite c’est la cohérence de sa pensée alliée à la concision de son expression.

      C’est un tic de haut fonctionnaire français, et plus particulièrement de haut fonctionnaire d’extrême-droite. Autres exemples de moulins à paroles péremptoires dans cette catégorie : Jacques Myard (particulièrement insupportable à Radio Courtoisie), Jean-Yves Le Gallou, Yvan Blot…

  5. Pierre Moscovici nie les racines chrétiennes de l’Europe et donc de l’occident. Y a t il une loi pour condamner le plus sévèrement possible ce révisionnisme et négationnisme nauséabonds qui me rappellent les heures les plus sombres.

    Répondre
    • Les racines de l’Europe sont païennes, Jules Ceasar n’a sans doute JAMAIS entendu parler du christianisme, pas plus qu’Aristote, Platon, Alexandre le Grand … Cela dit pendant près de 1500 ans, le Christianisme a été la religion des Européens …

    • Vous ne dites pas des salades sur Ceasar, si on parle bien de celui assassiné en 44 “avant notre ère” ?

    • Avec ou sans poulet , la caesar salad?

    • Avec un Haut-Bailly 2003, sur fond du Kind of Blue de Miles, enveloppé par la douceur du soir qui s’étire en un ciel mordoré, troublé par le regard azur qui me fait face.
      ça c’est de la salade.

    • Et Cesar avait sur sa carte d’identité, né en 100 avant JC ?

    • Les racines de l’Europe sont dans les gènes des européens. L’innovation arrive aléatoirement mais elle ne se répend pas et ne persiste pas par hasard.

      Si la culture européenne est ce qu’elle est c’est parce qu’elle a été soumise aux même pressions sélectives que les européens.

      Ce n’est pas le christianisme qui a formé la culture européenne, c’est la culture européenne qui a formé le christianisme.

    • Pour rappel le christianisme est d’abord une religion sémitique développée au Levant. Donc dites plutôt la pratique chrétienne plutôt que le christianisme

  6. Je trouve cette histoire des trois petits cochons intéressante on pourrait même en faire un parallèle avec la gréce qui va chercher refuge auprès de la troïka contre les loups créanciers.
    Monsieur Gave Je trouve vos analyses intéressantes et pertinentes mais ne croyez vous pas comme schumpeter à la destruction créatrice. ce qui est valable en économie l’est aussi en civilisation histoire nous l’a montré,tout empire toute civilisation sont voués à disparaître pour en laisser place à une nouvelle même les religions vont subir le même sort après avoir subi des liftings elles se feront remplacer par d’autres c’est une question de temps. Bien à vous.

    Répondre
  7. Suggestion pour un prochain article prolongeant celui-ci : expliquer comment on passe de l’individu responsable aux tuyaux romains, à la transmission de leur mode d’emploi et à leur préservation.

    Les petits cochons construisent leur maison tout seuls, mais les tuyaux sont un peu tribaux, quand même.

    Répondre
  8. Excellent. L’histoire des tuyaux est stupéfiante.

    Répondre
  9. Les 3 petits cochons ressemblent à la paraboles des talents.

    Le retour au communisme permet à vos petits enfants de pouvoir choisir leur toilette dés 5ans selon le sexe qui leur sied.

    (hughtington pas lu mais comme les trucs sur transgenre à mon avis ca été rédigé dans les mêmes buildings…par l’elite communiste)

    Répondre
    • Ah ouai??

  10. Excellent article. Bravo.

    Comme d’autres, je vais le lire à mes enfants (ils sont grands mais ça ne leur fera pas de mal…).

    Une toute petite remarque à propos du “Connais toi toi-même” de Socrate”.
    Si j’ai bien compris Lucien Jerphagnon, il ne s’agit pas tellement d’introspection (ce que votre formulation peut induire), mais surtout de prendre conscience de ses limites, de prendre conscience que nous ne sommes pas de dieux (pêché gravissime s’il en est pour les Grecs).

    Ne pas se prendre pour des dieux. Voilà aussi un message que de nombreux puissants de ce monde ou “oints du seigneur” pourraient méditer aussi

    Répondre
  11. “Ces hommes-là sont les oints du Seigneur, et il y a du danger à
    toucher aux choses consacrées. Laissez Dieu seul les placer, les
    déplacer, les replacer sur leurs tabourets de pourpre. Si vous
    avez pesé la récompense qui vous
    en reviendra, vous êtes à mes
    yeux dix fois plus grand que je ne vous croyais.”

    Les Chouans, page 173 (pdf sur internet)

    Répondre
  12. J’apprécie l’ensemble du texte mais je vous propose une rectification: le “Gnỗthi seautόn” que vous donnez à Socrate revient en fait à Apollon (ou, du moins, à celui qui fit figurer le précepte sur le fronton du temple dédié au dieu, à Delphes).
    Voilà donc qui devrait placer votre réflexion dans le domaine du divin puisque Apollon se trouve face à Jésus.
    Mais, n’est-ce pas plutôt l’Homme qui parle, responsable vis à vis de la vie, sa grande affaire, comme Nietzsche nous a appris depuis?

    Répondre
    • Certes une fois que “Dieu est mort” comment contrecarrer le nihilisme inhérent à la société?
      Un sujet souvent repris dans les ouvrages éloquents de Chantal Delsol.

      En renonçant à la foi chrétienne, on se dépouille du droit à la morale chrétienne. Celle-ci ne va absolument pas de soi (…). Le christianisme est un système, une vision des choses totale et où tout se tient. Si l’on en soustrait un concept fondamental, la foi en Dieu, on brise également le tout du même coup : il ne vous reste plus rien qui ait de la nécessité. »
      — Le Crépuscule des idoles,

  13. Que pensez vous du fait qu’on ait donné une médaille et une promotion à un policier, qui n’a pas tenté une seconde de faire respecter la loi, alors qu’on détruisait sa voiture, et attentait à sa vie.

    La aussi, bel exemple. Laissez vous cogner dessus sans rien dire, et partez en tournant le dos au criminel et vous aurez des médailles.

    On récompense l’absence de courage et ensuite on se plains que personne ne bouge quand des femmes se fond violer dans le métro.

    “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes”

    Répondre
    • Euh pour avoir vu la vidéo, il a fait ce qu’il a pu. Dites donc, c’est pas évident quand on ne s’y attend pas, déjà de réagir avec modération. Ils ont des consignes en ville!

    • On est d’accord qu’ils ont des consignes.

      Mais si je leur paye une arme c’est aussi pour s’en servir quand ils sont attaqués ou que je le suis.
      Il me semble que sur la vidéo quand il est dans la voiture il a son arme au poing. Quand il sort il ne l’a plus.
      Il aurait aussi pu sortir avec son arme quand les deux antifa tapaient sur sa voiture, non il a continué gentiment en faisant la queue derrière d’autres voitures.

      Un simple passant a stoppé le malfaiteur, a ce moment il aurait pu sortir son arme et faire le travail pour lequel on le paye. Non il choisit de partir en marchant et en tournant le dos a son agresseur.

      Oui les consignes sont surement mauvaise car trop bienveillante envers les criminels mais ce policier ne me semble clairement pas être un exemple. D’ailleurs il n’avait pas réussi les tests et son contrat devait s’arrêter.

      Si vous vous faisiez violer dans le métro et qu’il était la, vous préféreriez quoi, qu’il interviennent ou qu’il parte en tournant le dos après avoir pris 3 gifles alors qu’il était armé.

      Quel serait votre réaction si vous appreniez que pour cette réaction modéré héroïque il recevait une médaille ?

      Ce mec est glorifié parce qu’il n’a rien fait. Rien.
      Et a coté ce ça quand on montre la vidéo d’une voleuse sur facebook on ce prend une plainte au fesses.

      Ce pays marche sur la tête.

    • Et la :
      https://www.youtube.com/watch?v=fF-tuhyToPI
      J’aime pas les flics m’ai quand même.
      Il faudrait leur rendre le droit de tirer.

      C’est quoi encore l’exemple la. Vas y éclate toi a nous lancer des coktail et on te dira avec un haut parleur : “attention nous allons faire usage de la force”.

      En attendant ça fait encore 2 camions de mort, et toutes les petites vermines gauchiste voient qu’elle risque rien.

    • Oui mais vous ne pouvez leur en vouloir de respecter des ordres!

      Je ne crois pas que cela leur plaise de se faire cracher dessus et je pense qu’ils doivent avoir très envie de frapper tous ces petits cons mais ils n’ont pas les consignes pour le faire.

      Je trouve plutôt respectable de tenir son sang froid plutôt que d’avoir des scènes de violence de rue comme aux USA ou l’on assiste à des shooting de 12 balles (!!) dans le corps.

    • Ouvrir le feu pour quoi ? Défendre une voiture qui brûle ?

      On le voit bien sur la video, il n’ est pas en danger immédiat, ni personne d’ autre.

      Il aurait pu ouvrir le feu si quelqu’ un essayait de le faire rester dans sa voiture en feu. Ou si on l’ attaquait avec autre chose que cette espèce de manche à balai en plastique souple. Ou si une tierce personne se faisait agresser à proximité.

      Loin de moi l’ idée de vouloir prendre la défense des antifa… ils savent d’ ailleurs très bien jusqu’ ou ils peuvent aller. Mais j’ aime autant vivre encore dans un pays ou la police est sous contrôle. Pas sûr que ce soit éternel.

    • Elle est pas sous contrôle. Elle est euthanasiée.

      Quand on se fait cambrioler c’est la même choses ils ne bougent pas et nous demandent d’aller sur place pour les rappeler si il y a du monde (c’était les gendarmes, mais ça doit être pareil pour les flics).

      C’est pas pour ça qu’on les payent.

      Et il faut quoi pour être en danger, si des coktail molotof dans les pieds ou une arme sur la tête sont pas suffisant.

      Ils auraient du attendre de se faire violer pour se défendre ?

    • oui il y a bien une inversion des valeurs (nietszche) à ce sujet.
      cette scène ne peut avoir lieu qu’en F et qu’en 2016

      le collectif juge + juge des libertes + psy + garde des sceaux + travailleurs associatifs de la reinsertion décident collectivement comment une voiture doit être incendiée et pourquoi cela est bien

    • le policier aurait du tirer dans le genou du responsable final (…) le casseur est un enfant

      l’un des 5 casseurs est probablement un mec bien, patriote
      c’est un américain j’attends de voir sa photo pour deviner si jamais il vient plutot de west point ou d’annapolis

      sur l’inversion des valeurs et à propos de la medaille, cela me rappelle en tous point l’histoire de trump qui a dit a propos de mc cain qu’il préferait les héros qui ne se sont pas fait attraper

  14. “La caractéristique singulière de la civilisation occidentale était qu’elle prônait sans cesse la prééminence de l’individu sur le collectif, et qu’elle était la seule à le faire” Cela m’apparait assez réducteur, cf Amartya Sen, L’idée de justice, Paris, Flammarion, 558 p., (ouvrage traduit par Paul Chemla ). Le Professeur Sen montre, de manière empirique, que d’autres cultures / civilisations, notamment Indienne, ont accordé une place très importante à l’individu, à ses droits / libertés fondamentales (notamment religieuse).

    Quant à Samuel Huntington, si j’ai bon souvenir de son ouvrage, il explique surtout que la réelle spécificité, la véritable essence de la civilisation occidentale c’est le droit. Droit qui dans une partie de la civilisation occidentale (Europe continentale majoritairement) prend ses racines dans le droit Romain et donc d’une certaine façon dans la civilisation Grecque. Seulement cette civilisation Grecque, si l’en on croit le texte de Benjamin Constant (de la liberté des anciens et des modernes) n’était pas très versée dans le développement de l’individu et de ses droits autres que ceux relatifs à la communauté. cf : esclavage justifié (par ce même Aristote) / Place prépondérante de la communauté sur l’individu /le citoyen.

    Concernant nos racines “chrétiennes”, c’est oublié que les premiers peuples qui composaient la France, ceux de l’époque Romaine (Wisigoth / Francs / sans oublier les Romains eux même, etc..), dont nous tirons l’élément clef de notre civilisation selon Huntington, étaient principalement des païens. De plus exclure toute idée de solidarité holistique, toute création d’une communauté dans la doctrine de l’Eglise (vous me direz l’Eglise n’est pas la chrétienté) m’apparait assez peu convaincant.

    Je vous rejoins néanmoins tout à fait dans votre critique au fond sur le trop peu d’importance conférée à l’idée de responsabilité individuelle. Tout comme dans l’absence de sélection dans notre système éducatif, notamment à l’Université (cf master 2 open bar). Si je comprend bien le sens de cette assertion : “Et par exemple, l’égalité des chances au départ dans l’éducation est le but le plus noble qui soit. Que tout le monde ait les mêmes résultats à l’arrivée par décret est par contre une saloperie puisque cela empêche chacun de se connaitre vraiment.”

    PS : Vous semblez accusé principalement la Gauche (je peux vous avoir mal lu) ? Le programme Keynésien de Sarkozy (2007) vous inspirerez- t-il plus de sympathie ?

    Bien à vous

    Un Rawlsien

    Répondre
    • C’est totalement méconnaître l’Histoire du droit que de prétendre que le christianisme n’a eu aucune influence sur le droit occidental.

      Même le code civil et pénal français se sont beaucoup inspirés du droit canon pour résoudre nombre de points qui n’existaient pas auparavant.

      Qu’il est triste de lire autant de sottises en si peu de lignes…

    • La structure formelle du droit canon est largement influencée par le droit romain. Ce qui est une sottise, c’est de ne pas voir que la culture juridique romaine a eu une influence colossale et décisive sur toute l’histoire de la pensée occidentale.
      (Et pas seulement juridique: qu’on pense à la décision métaphysique de traduire “ousia” par “substantia”, laquelle aura d’ailleurs une influence sur l’histoire de la théorie de la formation des prix et la genèse médiévale du concept de “valeur économique”)

      Pensant que j’y suis, il me semble que l’auteur mésinterprête le “connais-toi toi-même socratique”, qui va dans une direction complètement opposée à celle du christianisme, tourné pour sa part vers “l’examen de conscience”, la “pureté du coeur” (vers la subjectivité donc). Ce “connais-toi toi-même” ne nous invite pas à regarder en direction de l’individu, de son fort intérieur, de son intériorité, etc. On pourrait le reformuler: “Quelle est ma place dans le Cosmos?” (= ordre de la Nature, ordre des liens qui s’établissent entre toutes les choses qui sont). Il s’agit plus du questionnement “Que suis-je/Où suis-je” (ontologie) que du questionnement “Qui suis-je?” (psychologisme).

      J’en profite pour remercier m. Gave pour ses commentaires fort éclairant sur l’histoire de la Syrie.

  15. Excellent M.Gave. Toute mon admiration, pour cet article et pour toute votre oeuvre. Celui sera lu a mes enfants !

    Répondre
  16. Toujours réjouissant à lire.
    Paradoxalement, ne peut-on dire que c’est cette tradition chrétienne et donc la notion de responsabilité individuelle qui cause cette inclination terrible à l’autoflagellation dans les pays occidentaux, phénomène inconnu d’autres traditions ou civilisations, telle que la civilisation islamique, qui ne connaissent aucune forme de repentir ou de remise en question alors que leurs exactions ont été terribles. Mais pour eux, c’est toujours de la faute des autres.

    Répondre
    • Et de revenir un peu à la question: comment garantir une démocratie sans liberté individuelle (ie responsabilité de chaque individu).
      Si je ne suis responsable de rien, je ne suis garant de rien non plus.

    • Le mot “tawba” vous dit-il quelque chose ?

      Les Maghrébins et l’islam, ça en fait 2.

      Merci

    • Je crains que vous ne confondiez repentance et sacrement de réconciliation.

      Personne n’a dit que dans l’islam, les fidèles ne demandaient pas pardon.

      La question est le rapport de Dieu au pardon, ce qui me semble bigrement plus essentiel.

      Que nous soyons des créatures impures qui nécessitent de se repentir, le point est assez acquis partout.

      Ce que je disais plus haut était qu’il n’existe pas d’ortopraxie chez les Chrétiens à l’inverse de L’islam ou par exemple si vous allez en pèlerinage à la Mecque, avec le coeur pur, et que vous demandez pardon, vos péchés sont de fait pardonnés.

      Il n’existe pas chez les chrétiens de mode d’emploi et d’assurance.

    • A vrai dire, mon attaque était destiné à Alex pas à la modération.

      Pour l’orthopraxie, je n’y comprends rien, j’ai toujours trouvé le judaïsme plus proche de l’Islam, plus “machinal”, moins “ésotérique”.

      Sinon, pour le “choc des civilisations”, la “civilisation” islamique est morte depuis des siècles et l’Arabie Saoudite construit une belle petite ambassade en Israël pour s’allier contre le “serpent perso-chiite” (l’Iran).

      Géopolitiquement, il a été démenti par les faits, les Africains s’entretuent, les pays asiatiques sont unis contre la Chine, les Musulmans sont clivés entre sunnites et chiites.

      Les “jihadistes” sont aux portes du méchant diable sioniste et préfèrent égorger des chiites ou l’armée égyptienne.

      Les néocons ont profité du 11 septembre pour jouer les apprentis sorciers en Irak et ont amené à un désastre, la population américaine devenant même isolationniste grâce à eux.

      Et enfin pour le sujet principal de l’article, sommes-nous prêts à entendre la vérité ?

      Les politiciens n’osent pas le dire et achètent à crédit du temps pour repousser le gouffre, ils ont bien raison car sinon ils ne seront pas élus.

      En France, on blâme ceux qui sonnent le tocsin et on préfère celui qui nous berce de belles histoires pour nous rassurer, n’est pas le peuple britannique qui veut …

    • Il n’en reste pas moins que l’on a d’un côté une tendance à la culpabilisation et l’autoflagellation, tandis que de l’autre une absence de remise en question. Le simple fait de questionner la causalité qui peut exister entre le mode de fonctionnement de l’islam et les multiples exactions commises en son nom suffit à soulever des cris d’orfraies. Quand on y pense, c’est tout de même un fantastique coup marketing que les tenants de cette religion et leurs idiots utiles ont réussi: la faire passer pour une idéologie d’émancipation.

    • La miséricorde divine est grande chez les catholiques , en revanche, nous n’avons aucune assurance de.
      Par exemple, si je dis “je fais un pèlerinage à Lourdes pour me purifier de mes péchés de chair”
      Pour autant, je n’aurai aucune certitude de ce pardon.

      or un musulman qui ferait la même démarche en est lui assuré.

    • Au fait, si je peux me permettre, quand est-ce que vous revenez chez BFM Business ?

      Ca fait un petit temps …

      Hier matin, on a du écouter les élucubrations d’un gauchiste pendant une heure …

    • Charles gave sur radio courtoisie hier en podcast sous peu

  17. Charles Gave ou l’art de l’allégorie …

    Un très bon texte. Simple et éloquent.

    Ce soir, je me ferai un devoir de le lire à mes enfants.

    Merci Monsieur Gave.

    Répondre
    • Dites leur aussi que les loups ne passent plus par la Turquie et la Grèce mais par la Libye et l’Egypte et que ceux qui ne construisent pas de murs à leurs frontières risquent de se faire dévorer …

    • Rien à craindre, les loups ne mangent pas de cochon 😉

    • Non mais ils risquent de voter pour des “chaperons rouges” qui leur refileront des aides sociales.

  18. Ah Philippe nemo, édité aux PUF pour certains ouvrages , imprimé sur du papier Q et de forts méchantes reliures qui ruinent l’ouvrage apres une lectures.
    L’auteur vaut au moins du Gallimard Quarto coté qualité papier.
    Ca c’est du vécu personnel.
    Par conte “L’occident chrétien” de P nemo, ben y’a pas. “Qu’est ce que l’occident” oui.

    Bon après ilo y a les détracteurs de p nemo
    http://www.nadoulek.net/L-Occident-chretien-de-Philippe.html

    Au gars qui la joue individualisme forcenée, j’y oppose yves renouard et sa “vie des hommes d’affaire italiens au moyen age”, qui montre que certaines cités italiennes jouaient collectif plus qu’individuel. Au grand bien de la cité.

    Ma conclusion très personnelle : lisez autant de livre que vous pouvez, d’auteurs de droite, de gauche, facho, coco etc etc.
    Au moins votre culture sera plus étendue que celle de l’homme d’un seul livre.

    Répondre
    • Et n’oubliez pas de lire le Coran … c’est édifiant !

  19. Je suis d’accord avec cet article mais qu’en est-il du risque, alors?
    Si j’entreprends et que j’échoue, je vais me retrouver, tel le premier cochon, dans une maison de paille (c’est à dire, sans capital), alors que j’aurais travaillé dur mais que cela n’aura pas eu les effets escomptés. La fable du loup libre, égratigné par la vie, mais heureux de pouvoir gambader où il veut, est complémentaire à mon sens. Le chien en laisse est en sécurité, mais il est esclave.
    Evidemment, je ne souhaite pas la socialisation du risque, on a vu ce que cela a donné avec les banques….Mais parfois, on peut travailler et tout perdre, car cela ne marche pas.

    Répondre
  20. En Italie, c’est la “famille” qui compte avant l’individu non ?

    Pourtant ils ont réussi à développer de belles petites PME familiales … et aussi quelques mafias …

    Exception qui confirme la règle ?

    Répondre
    • Opposer la famille à l’individu est aussi abscon que d’opposer l’Église à l’individu.

    • Ah bon ? Et quand vous dites la “tribu” dans votre article, vous pensez à quoi ?

    • La circonscription de citoyen

    • Autant pour moi, je pensais que vous disiez qu’une société avec des corps sociaux intermédiaires ne pouvait prospérer et que c’était uniquement le fait de “moi je”.

      Comme je ne le cesse de répéter la démographie fait l’Histoire comme le dit si bien Sieur Zemmour.

      Une population vieille sera plus enclin à demander l’aide des “autres” pour leur payer retraites + soins de santé.

      L’enfant se tourne vers Papa et Maman pour avoir de l’aide, Papy et Mamy vers leurs rejetons, heureusement que certains financiers refusent de partir en pension allégeant la sécu.

      L’Histoire est tragique

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *