FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

L’IDL reprend le collier et pour ne rien cacher au lecteur, les choses ne se sont guère améliorées pendant cette pause estivale, tant l’Europe et les USA sont gouvernés par des gens dont on ne sait pas s’ils sont simplement criminels ou totalement incompétents. En particulier nos dirigeants n’ont aucune idée de ce qui doit diriger la diplomatie, c’est à dire une bonne analyse des rapports de force,et que les spécialistes appellent  la « REAL POLITIK ».

Si mes souvenirs sont exacts, ce terme a été utilisé pour la première fois par ce cher Bismarck. Ce qu’il voulait dire était simple : une politique étrangère qui n’était pas appuyée sur une analyse convenable des réalités sous-jacentes et des rapports de force était vouée à l’échec.

Voila une idée qui parait fort juste. Essayons de l’appliquer au conflit qui semble opposer l’Otan à la Russie. Et ici, je veux préciser un point essentiel. Analyser les forces ou les faiblesses de la Russie de Poutine ne veut pas dire que l’auteur apprécie ou déteste le Président Russe.Comme ne cessait de le dire Schumpeter, un esprit scientifique commence par une analyse  débarrassée de ses préjugés personnels pour arriver à comprendre ce qui est faisable, gardant toujours en mémoire la maxime de Richelieu  « ce qui est difficile en Politique, ce n’est pas de choisir entre une bonne et une mauvaise solution, mais entre deux mauvaises » 

Commençons par le début : qu’est que la Russie nous vend ? Réponse de l’énergie.

Existe-t-il une solution de remplacement à  ces importations, absolument indispensable à toute activité économique ? Dans le court terme, non

Qu’est ce que nous vendons à la Russie ?Des biens de consommation, des biens d’investissement de la nourriture, des services financiers, de l’immobilier sur la cote d’Azur ou à  Londres…

Existe-t-il des remplacements à tout cela ? Autant que les Russes en veulent. Voila une négociation qui s’annonce mal, des le départ.

Continuons sur les sanctions. Que peuvent faire les Européens ou les Américains pour gêner les Russes ?

Deux choses.

  1. Essayer de faire baisser les prix du pétrole en demandant l’aide de l’Arabie Saoudite (en cours).
  2. Essayer de faire monter le dollar pour soulager un peu les Européens (en cours).

Fort bien.

Que peut faire Poutine pour déstabiliser les Etats- Unis et l’Europe ?

Il n’a que l’embarras du choix.

Commençons par le plus évident.

  1. Une grande négociation est en cours avec l’Iran sur l’enrichissement nucléaire et la diplomatie Russe est partie prenante de ces discussions. Rien n’est plus facile pour Poutine que de faire comprendre aux ayatollahs que dans le fond, il est assez d’accord avec eux, par exemple en signant un accord sur des centrales nucléaires avec eux, ce qui a été fait.

Comme de plus les Américains  vont avoir besoin de l’aide de l’Iran pour se sortir du bourbier Irakien, chacun comprend que l’Iran va avoir l’arme atomique. Consternation en Arabie Saoudite et en Israël, qui va peut être se sentir obligée de frapper les centrifugeuses Iraniennes. Voila qui ne va pas faire baisser les prix du pétrole ni stabiliser le Moyen-Orient.

  1. La Sibérie est un peu la nouvelle frontière de l’exploration pétrolière. Pour l’instant, des accords ont été passés entre les sociétés Russes et nos grandes entreprises du style Shell, BP, Exxon etc. Rien n’est plus facile que de dénoncer ces accords et d’en signer de nouveaux avec des sociétés Chinoises, Brésiliennes ou Japonaises. Voila qui n’aidera guère à la croissance de l’emploi chez nous.
  2. La Russie et les oligarques Russes ont d’immenses dépôts dans la City ou à Wall- Street. Retirer ces dépôts pour les mettre à Hong-Kong en dollars de HK est un jeu d’enfants et le dollar de HK a un taux de change fixe vis-à-vis du dollar US. L’immobilier à HK va beaucoup monter. Retirer des dépôts n’est pas vraiment ce dont nos grandes banques ont besoin en ce moment…
  3. La Russie est un grand producteur d’or avec la Chine. Vendre des dollars pour acheter de l’or peut contribuer à une panique financière qui n’arrangerait personne, sauf la Russie bien sur.
  4. La Russie a un vieux contentieux datant de la seconde guerre mondiale avec le Japon sur les iles Kouriles. Faire comprendre au Japon que la Russie est prête à  les défendre militairement contre la Chine en organisant par exemple des grandes manoeuvres du cote de Vladivostok (ce qui vient d’être fait) avant d’ouvrir des négociations sur les Kouriles serait une bonne façon de « détacher » le Japon des Etats-Unis, ce qui,paradoxalement plairait beaucoup aux Chinois.
  5. Poutine est un ancien du KGB, lequel avait de multiples réseaux d’influence un peu partout et de très anciennes relations avec Cuba, le Venezuela ou l’Argentine, dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils n’ont pas été très bien traités par les USA depuis bien longtemps. Rien ne serait plus simple que de signer des accords militaires avec Cuba par exemple, ce qui aurait un effet remarquable sur la Floride.
  6. Ces mêmes réseaux d’influence, particulièrement forts en France pourraient être réactivés pour créer des troubles sociaux et politiques, en prenant pour cible Israël par exemple, ce qui ne sera guère difficile compte tenu de l’incompétence inimaginable de nos classes politiques.
  7. Soyons cyniques : Les candidats éventuels à des poses de bombes dans des métros ou des bus ici ou là ne manquent pas à l’heure actuelle. Organiser une petite campagne de terrorisme ne fait sans doute pas peur à  un homme qui l’a fait dans son propre pays pour pouvoir intervenir en Tchétchénie.
  8. En définitive, je n’ai pas le moindre doute que de nombreux plans de déstabilisation de l’Europe et de son économie doivent dormir depuis bien longtemps dans les cartons du KGB. A mon avis, ces cartons doivent être en train de sortir des archives et dépoussiérés et un certain nombre de vieux réseaux désactivés depuis longtemps doivent être réactivés en ce moment.

 

En conclusion:

Revenons au début de ce petit papier et à la Real Politik.Une brève analyse factuelle aurait du montrer aux responsables Européens et Américains qu’il n’était pas raisonnable d’aller chatouiller l’ours Russe trop prés de ses frontières historiques.

Cette même analyse aurait montré que si un conflit éclatait c’était l’Europe continentale qui avait le plus à perdre, et de loin, dans la bagarre

Le risque ultime pour l’Europe est bien sûr que l’Allemagne retourne à ses anciennes habitudes et ne fasse une alliance avec la Russie, ce qui laisserait la France, la Pologne  et les USA dans une situation impossible. Voila qui nous pend au nez.

Pour ceux qui s’intéressent aux placements, cela veut dire qu’il faut avoir la moitié de son argent en Asie, l’autre aux USA tant l’Europe est mal partie.

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

37 Commentaires

  1. Mercredi 3 septembre 2014 :

    OCDE : le chômage de longue durée persiste, malgré une timide reprise.

    Malgré une reprise « modérée » sur le marché du travail en zone OCDE, l’organisation internationale s’est inquiétée mercredi de la hausse persistante du chômage de longue durée (plus d’un an), appelant les États à lutter en priorité contre ce fléau.

    Selon son rapport annuel « Perspectives de l’emploi », publié avant la réunion des ministres du Travail du G20 à Melbourne, l’Organisation de coopération et de développement économiques a enregistré un recul « limité mais bienvenu » du chômage. Son taux, qui stagnait à 8% jusqu’à fin 2012, est tombé à 7,4% en mai 2014. Il reste toutefois supérieur de 1,8 point au niveau d’avant crise.

    La reprise économique – avec 1,3% de croissance en 2013, mais avec de fortes disparités – « est restée trop faible, dans une large mesure, pour engendrer une nette amélioration de l’emploi », explique l’OCDE, qui « anticipe une poursuite de la baisse du chômage dans des proportions limitées », pour atteindre 7,1% au dernier trimestre 2015.

    « Malgré un certain recul du chômage global, le chômage de longue durée a continué d’augmenter », alerte l’étude. Au premier trimestre, 16,3 millions de personnes étaient au chômage depuis plus d’un an, soit plus d’un tiers des 45 millions de chômeurs recensés dans les pays de l’OCDE. Les chômeurs de longue durée sont « près de deux fois plus » nombreux qu’en 2007.

    Aux États-Unis, leur proportion a bondi depuis le début de la crise financière, passant de 10% en 2007 à 25,9% en 2013.

    Ce pourcentage a aussi plus que doublé en Espagne, en Islande ou encore en Nouvelle-Zélande.

    La situation est particulièrement préoccupante en Grèce, où l’on recensait en 2013 67,5% de chômeurs de longue durée. L’Irlande (60,6%), l’Italie (56,9%) et le Portugal (56,3%) étaient également frappés de plein fouet.

    L’OCDE prévient que « cette montée du chômage structurel dans certains pays ne s’inversera peut-être pas automatiquement avec la reprise de la croissance ».

    http://www.romandie.com/news/OCDE-le-chomage-de-longue-duree-persiste-malgre-une-timide-reprise/513752.rom

    Répondre
  2. La France est devenue le 17ème Land de l’Allemagne.

    Lundi 1er septembre 2014 :

    Un libéral polonais proche de Merkel pilotera le Conseil européen.

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203737116938-un-liberal-polonais-proche-de-merkel-pilotera-le-conseil-europeen-1037567.php

    L’Allemagne avait choisi comme candidat Donald Tusk.

    ET DONC le candidat de l’Allemagne a été choisi à l’unanimité.

    Lisez l’article Wikipedia de Donald Tusk :

    « Dans ses positions politiques, Tusk se dit libéral en économie et partisan de l’orthodoxie budgétaire ; son programme est conservateur en matière sociétale : s’il est contre la peine de mort, il n’est favorable ni à l’avortement, ni à l’euthanasie, ni au mariage homosexuel. Par ailleurs, il est europhile et affiche volontiers ses sympathies pro-allemandes. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Tusk

    Comment fonctionne l’Union Européenne ?

    Réponse :

    L’Allemagne décide, les autres exécutent.

    Répondre
  3. l’iran a déja la bombe
    ses installations d’enrichissement sont à -100m et sont inatteignables par des GBU
    les US sont passés à autre chose(Asie eurasie) et s’en moquent depuis 1an
    (comme vous le dites c’est l’iran qui va regler le problème irakien
    comme vous le dites l’arabie saoudite et israle sont très mals: d’ou une alliance?!)

    Répondre
  4. Poutine, seul contre la stratégie d’hégémonie énergétique eurasiatique américaine !

    Ce que j’en disait en fin décembre 2013
    Passer d’un unique parti totalitaire durant 70 ans à un système démocratique multipartisme prend du temps et c’est tout à l’honneur de la Russie et certes rien n’est encore parfait contre une corruption phénoménale. Depuis l’éclatement de l’URSS en 1992 et l’arrivée de Poutine en 1999 qui a mis fin une récession terrible pour les russes. Son PIB a doublé avec une balance des paiements excédentaire, une inflation annuelle certaines années de 100% stoppée, un niveau de chômage en baisse constante, une dette publique de 90% ramenée en 7 ans à 10% du PIB, une réduction drastique de la pauvreté, tout cela avec des prélèvements réduits d’un IS de 20% et un IRPP à 13% ! Qui, dans ce monde est capable de se prévaloir d’un tel redressement ?

    Comme pour la Yougoslavie (La petite Suisse de l’Est qui n’a jamais menacée personne). En 1996 est créé le GUUAM (Géorgie, Uzbékistan, Ukraine, Azerbaïdjan, Moldavie) par la CIA pour dégager ces 5 pays dans le giron occidental dans le contexte profitable d’effondrement de l’URSS. Et en 1999 par le vote au Congrès S.579 106th du «Silk Road Strategy Act» dit «Route de la soie» amendé en 2006 par la loi S.2749 109th par rajout des pays d’Afghanistan, du Kazakhstan et du Turkménistan. Destiné à: «favoriser l’indépendance des pays du Caucase du Sud et d’Asie centrale et à créer un pont terrestre et des pipelines détournant le commerce de ces pays avec l’ouest» par le long des mers Caspienne, Noire, et Baltique. Breizinski le mentionne sans état d’âme dans sons livre : « Le grand Echiquier» paru en 1999 mais il n’a rien rien d ‘apparenté avec celui de Jacques Chancelle !

    Ces Etats sont donc devenus par lois américaine d’hégémonie énergétique des positions géographiques stratégiques pétrolières dont le but est simple: contrôler les corridors énergétiques en contournant la Russie afin de réduire sa capacité vitale énergétique. La couleur étant de mise, (révolutions orange, des tulipes, des roses et en Moldavie) est financées par la CIA ainsi que des changements de régimes politiques pro occidentaux inféodés aux USA. Ces coups d’états n’ont pas obtenu les résultats escomptés par les USA ni par ses vassaux dont le but est aussi l’intégration dans l’Otan et l’UE. Puisque la dernière en date «Maïdan» à mis dans les rues de Kiev des nazis armés qui font la chasse aux «Moskal». Il m’est donc impossiblee de cautionner ce coup d’Etat d’Obama contre la contre proposition russe acceptée antérieurement et toutà fait légalement par l’exécutif élu de Ianoukovitch en novembre 2013. Comme l’attaque militaire délibérée initié par les le faucons contre les minorités russophones d’Ossétie et d’Abkazie indépendants de facto depuis 1990 ou la destruction de la Libye par l’Otan pour faire main basse sur son pétrole.
    Les faucons US continuent leurs pressions ces fournisseurs de l’USArmy adressent sans arrêt des ordres à Chuck Hagel (co-signataire du S.579 106th) un ordre lui intimant d’annuler des contrats d’armements conclus avec la Russie ($572millions pour 30 Mi-17) et prônent des sanctions apuyéées par une propagande médiatique sans précédent en Europe, identique à celle de l’Irak en 2003 !

    A ces mesures de rétorsions, la Russie répondra à chacune. Le but des USA est que la Russie ferme les robinets de gaz pour faire une pression inadmissible sur l’UE afin d’exploiter l’Arctique, le nouvel objectif des faucons! Il nous faut donc payer le gaz au prix fort et la faillite ukrainienne; soit un gouffre sans fin quand nous sommes nous-même en faillite! Les USA se prépare à nous vendre leur gaz de shiste dont d’importants gisements ont été localisé en Ukraine. Seule la Crimée a su sortir de ce piège à cons en se rattachant démocratiquement par un référendum populaire sans équivoque à la Russie. Mais les russophones et russophiles majoritaires des villes de l’est ne reconnaissent pas ce coup d’état. Si Kiev attaquait ses minorités de l’est comme l’a fait Saakachvili ce sera la guerre en Ukraine dont l’issue d’une riposte militaire graduée de Moscou ne fera aucun doute pour libérer ses minorités. Hélas, les USA et L’UE continuent à mettre de l’huile sur le feu et les va-t-en guerre ont sorti leurs langues fourchues dans une campagne de désinformation identique à l’Irak! Cette stratégie eurasiatique des Etats Unis a suscité en réaction un rapprochement entre la Russie et la Chine. Les deux puissances continentales sont en train de construire une véritable alliance militaire face à la coalition anglo-saxonne et à ses alliés.» dixit Brezinski ! C’est évidemment de la propagande, ils ne font que du commerce d’armements comme le fait les USA avec l’UE
    Depuis la déstabilisation Wahabitte orchestrée par la CIA en Tchétchénie, Poutine et le peuple russe sont bien vaccinés contre la rage des faucons. Elle est pas belle l’UE en vassale américaine qui nous entraîne dans une guerre dont personne ne veut en Europe qui a tout à perdre ! Et comme le souligne Charles Gave :  «Entre la bonne et la mauvaise solution, il faut choisir la moins mauvaise pour nos intérêts» Donc ne pas s’occuper des USA et continuer nos échanges commerciaux avec la Russie sans trahir une confiance de 40 ans.

    Répondre
  5. La France est devenue le 17ème Land de l’Allemagne.

    Wolfgang Schäuble en a marre que les salaires français soient aussi élevés.

    Wolfgang Schäuble est donc venu dans le 17ème Land pour donner ses instructions.

    Jeudi 28 août 2014, Wolfgang Schäuble est venu dans le Land de Frankreich pour demander la baisse des salaires français.

    Pour le moment, les dirigeants du Land de Frankreich ne lui ont pas répondu.

    Lisez cet article :

    Schäuble appelle le gouvernement français à appliquer ses promesses.

    Le ministre allemand des Finances, invité à l’université d’été du Medef, a plaidé pour « des réformes ambitieuses qui ne soient pas seulement des annonces ».

    « Il faut impérativement produire des réformes structurelles visant le marché du travail », a-t-il ajouté. Il a plaidé pour « plus de souplesse dans la formation des salaires qui prennent en compte aussi la productivité », alors que depuis la crise de 2008, un écart se creuse en France entre la productivité du travail, qui tend à stagner, et les salaires, qui continuent de progresser pendant que le chômage augmente.

    http://www.lepoint.fr/economie/schauble-appelle-le-gouvernement-francais-a-appliquer-ses-promesses-28-08-2014-1858150_28.php

    Répondre
  6. Bonsoir,
    Tout le contenu de cet article de Mr Gave est de bon sens.

    Je me suis toujours questionné sur l’obstination sans faille de la diplomatie européenne dans sa volonté d’intégrer la Turquie !!??
    Alors que par son histoire ou par sa géographie la Russie est « naturellement » européenne.
    Nos diplomates sont-ils idiots? Probablement pas mais inféodés? Sûrement.

    Mr Gave semble redouter une volte-face de la diplomatie allemande pour cause d’intérêts mutuels avec la Russie – ces deux économies étant complémentaires
    Serait-ce un mal pour la France? Je ne crois pas. Ce serait une raison supplémentaire pour détruire l’ectoplasme européen.
    Enfin une France souveraine!

    Répondre
    • Cher monsieur,

      Je ne crois pas que la France en ressortirait grandie , malheureusement. Nous n’avons juste pas les moyens de la politique étrangère que nous prétendons mener. « Machiavel; rare génie qui, comme tous les hommes élevés d’esprit et bas de coeur, disait de grandes choses et en faisait de petites ».

      Amicalement

      Cg

  7. Record historique battu.

    Chômage en juillet 2014 : catégories A, B, C, D, E :

    France métropolitaine :

    5 747 300 inscrits à Pôle Emploi.

    France entière (y compris l’outre-mer) :

    6 080 200 inscrits à Pôle Emploi.

    C’est un record historique.

    Variation sur un mois : + 0,5 %.

    Variation sur un an : + 5,2 %.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-PPBVN18.pdf

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

    – « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

    – « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)

    Répondre
  8. Cher Charles Gave,

    Le soleil et le rosé ont laissé des traces…..Mais pourquoi pas.

    Répondre
  9. L’environnement boursier sur le cac et autres est extrêmement résilient , Irak plus Russie , Ukraine , Argentine …n’apportent qu’un correction minime de 10% , c’est très peu nous évoluons donc dans un contexte de faible volatilité , le marché est très haussier et l’on finira l’année entre 4750 et 4930 (4800 est un bon ordre d’idées) .Le prix du pétrole va continuer à s’affaisser pour repasser sous 100 $ en 2015, les taux d’î sont au plus bas,la compétitivité revient en Europe avec une très faible inflation bcp moins que dans les pays émergents , les investisseurs étrangers reviendront peu à peu , les opa vont reprendre car la croissance ne peu se faire que par des opérations de croissance externe .Hollande semble vouloir faire preuve de volontarisme (politique pro entreprise semble actée par le chgt de gouvernement ce matin), les pbs avec la Russie qui ne représente que 4% du commerce extérieur allemand seront résolus sous quelques mois , la croissance sur un an glissant en Europe est honnête malgré tous ces événements géopolitiques ….pour l’instant tant que les violons jouent c’est bon ….

    Répondre
    • Tant que la monnaie de singe de nos faux monnayeurs apprentis sorcier coule à profusion tout va très bien pour le meilleur des mondes d’une économie de rente sur le point de collapser.
      Vive la rente…
      Quand on oublie que le gros des emplois se situe dans des entreprises non cotes.
      Mais que représente le PIB REEL face à l’économie casino.

      Effectivement la croissance passe par des OPA, et les dividendes par des rachats de titres.
      Quand on privilégie l’économie casino c’est comme cela que cela se passe chez mac Donald.
      Les entreprises américaines cotes auraient racheté en s’endettant pour 4500milliards de leurs titres depuis 2006.
      En langage de base j’appelle cela de la manipulation de cours ou de la destruction de capital moyen long terme.
      Maintenant tout est fait pour inciter les entreprises a ne pas investir, mais a jouer au casino.
      Et la BCE s’apprête à un QE tout aussi inutile que tous les autres.
      Pourvu que cela dure: n’est il pas…

    • Bonjour,
      J’adore votre optimisme, et j’aimerai tant que vous disiez vrai. Ce que vous prévoyez est plausible et les sondages révèlent que les investisseurs sont très optimistes. C’est bon, cela veut dire que la bulle gonfle, et qu’il faut être prudent, car l’étincelle arrive toujours là où on ne l’attend pas.
      Cordialement

  10. Bonjour Monsieur Gave,

    Pour une fois, j’ai un peu de mal à vous suivre.

    Il y a tout d’abord un point qui n’est pas évoqué et qui semble déterminant, au moins s’agissant des Américains : le développement du pétrole et du gaz de roche mère (de schiste). Les prix des hydrocarbures devraient ainsi baisser et la Russie qui a une économie de rente (elle ne produit quasiment rien) devrait être considérablement affaiblie.

    Autre élément : la politique de Poutine consiste à installer des régimes mafieux comme le sien dans les républiques ex-soviétiques. Que peut faire l’Europe si ce n’est s’y opposer lorsqu’il s’agit de pays qui sont à ses frontières? Doit-elle accepter que les Russes ou leurs sbires fassent sauter des avions de ligne transportant des passagers européens?

    Enfin, j’ai l’impression que vous surestimez la Russie de Poutine : elle a certes un important pouvoir de nuisance, mais elle est surtout économiquement aux abois. Si l’on revient sur le plan politique, elle semble ne plus maîtriser la situation et être dans une fuite en avant s’agissant de l’Ukraine : contrairement à la Crimée, cela se passe mal militairement pour les séparatistes et leur image est désastreuse. C’est un paramètre à prendre en compte pour décider ou non de mettre en place des sanctions (reste à voir lesquelles sont les plus efficaces). Au final, j’ai l’impression que les sanctions ont un minimum d’efficacité puisque les Russes hésitent manifestement à aller au bout et envahir l’Ukraine.

    Bien cordialement.

    Répondre
    • Tres bon article sur la Russie

      Endgame for Putin in Ukraine?

      http://goo.gl/RgmnO6

    • Merci beaucoup.

  11. Bonjour et merci pour vos analyses qui vont toujours à l’essence des choses, en délaissant l’écume qui semble être la seule matière qui intéresse la quasi totalité de nos « élites ».
    Une citation qui me semble illustre parfaitement votre avant propos :
    « Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. » Ch. de Gaulle

    Répondre
  12. La question de la « Real politik » que vous soulevez est des plus intéressante!

    Autant la « Real politik » est à bannir au sein d’un état, c’-à-d en terme de politique intérieure. Ce sont les lois qui doivent régir la politique intérieure, c’est le principe même de l’état de droit. Autant en terme de politique extérieure, c’est le droit naturel et la « Real politik » s’invite tout logiquement.

    Malheureusement, nous chers politiciens s’efforcent de faire (et de manière plus qu’abusive) de la « Real politik intérieure » pour contenter leurs électeurs en bafouant tous les principes fondateurs de l’enseignement libérale et de l’état de droit. L’aventure Alstom est un des plus bel exemple de ses dernières années. Notons que la « real politik » intérieure est gouvernée encore et toujours pas une idéologie planiste…

    En terme de politique extérieure, là où la « real politik » s’impose véritablement, aucun gouvernement n’est plus en mesure d’orchestrer une « real politik » logique et rationnelle, sans l’empreinte « planiste », uniquement dans l’intérêt du pays. La politique extérieure dérive inévitablement de la politique intérieure planiste. L. V. Mises l’avait déjà fort bien établi dans son livre « Le Gouvernement omnipotent ». L’avenir n’est pas rose, mais bel et bien rouge! Il n’y aura pas de vainqueurs mais que des perdants!

    La marche des parasites d’Ayn Rand semble être sans fin mais il ne faut rien leur lâcher sans combattre 🙂

    Répondre
  13. En tout cas en politique intérieure, changement de gouvernement à venir paraît-il … je crois que ce sont plutôt des incompétents que des criminels …

    Répondre
  14. Merci M Gave pour ces analyses toujours aussi ciselées

    Pourriez vous s’il vous plait indiquer au néophyte et particulier que je suis, à quel type d’investissement Asie / US vous faites référence ? Devise, Actions autres?

    Vous en remerciant par avance

    Répondre
  15. Bonjour,

    J’ai tiqué là-dessus :

    « Organiser une petite campagne de terrorisme ne fait sans doute pas peur à un homme qui l’a fait dans son propre pays pour pouvoir intervenir en Tchétchénie. »

    Pourquoi les libéraux moquent les « complotistes » qui soupçonnent les USA d’avoir fomenté un « inside job » le 11 septembre 2001 mais Poutine ou les Russes ont le droit d’être accusés de la sorte ?

    Pour ce qui est de l’Axe Berlin-Moscou, un léger air de déjà lu …

    http://www.zerohedge.com/news/2014-07-02/emerging-german-russian-axis

    C’est pourtant la Chancelière Merkel qui a imposé des restrictions commerciales envers la Russie non ? Paraît qu’elle est de mèche avec les Ukrainiens …

    Répondre
    • Bonjour,

      Une des premiéres différences aux USA est qu’il n’y a pas « d’homme providentiel » mais un gouvernement fédéral et local en plus des agences. La probabilité humaine de pouvoir même agencer une telle chose aux USA est proche de Zero. EN revanche, dans une dictature providentielle,la sibérie étant la seule option à la prise de parole, les langues sont courtes.

      Est ce qu’on est vraiment en train de discuter du niveau de démocratie de Poutine ou me trompe-je? 🙂

    • Non je demandais simplement sur quels critères peut-on parler de complot et « inside job », comme l’incendie du Reichstag (encore démocratie à l’époque ??? ) ou incident du pont Marco Polo …

    • Et bien pour reprendre votre idée du 11 septembre, j’ai du mal à la qualifier de complot Américain à ce stade de l’Histoire (avec un grand H). Je ne vois pas l’angle? Déjà, la premiére question de real politik est  » A qui profite le crime »? Vous allez probablement alors me dire que les USA voulaient envahir l’Irak et que les tours jumelles étaient le prix à payer? Si c’était le but à atteindre, une grosse bombe dans un aeroport/gare aurait suffit. Je doute très sincèrement que l’on puisse véritablement comparer le 11 sept et la Techchénie. Et je doute que l’on puisse comparer n’importe quel homme politique ayant evolué dans un parcours démocratique à notre grand ami Russe. Mais c’est mon avis.

    • Ok merci.

    • Bonjour IDLIBERTES,
      Et Kennedy alors? n’est ce pas un inside job réussi aux USA?
      Je suis plutôt d’accord avec Ibrahim sur le 2 poids 2 mesures entre USA et Russie.
      J’aimerais qu’on tape aussi fort sur le niveau de démocratie de Poutine que de celui d’Obama (Patriot act / pouvoir aux agences DIA, NSA… pour espionner n’importe qui aux US sans motif judiciaire / Gestion des droits de l’h à Guantanamo / etc…)
      Alors certes Obama danse mieux et sourit plus… (d’où ma plus grande méfiance!)
      En tout cas merci Mr Gave, vous nous avez manqué!

    • Quelque chose m’échappe….. Ce n’est pas parce qu’on dit içi que Poutine n’est pas un démocrate que l’on encense pour autant les USA! Ce n’est en tout état de cause, absolument pas le but de ce papier; qui, s’il en est un, est de parler de stratégie.

      Le point dvi est: A quoi joue t-on? et surtout a t-on même les moyens de la politique étrangére que l’on envisage (si c’est même le cas).

      Je n’ai aucune envie de défendre le démocrate Obama en ce que ce n’est ni le sujet ni mon point de vue.

      Cdlt

      Idl

    • Je trouve bien sympa l’IDL de perdre du temps à répondre à ces accusations de cours de récré.

    • Merci, j’ai mis l’animal en question en liste grise (commentaires en attente avant publication).
      Faut pas trop nous courrir sur le haricot non plus. 🙂

    • Sur les attentats qui ont servi de déclencheur à la deuxième guerre de Tchétchénie, lisez « Blowing up Russia » d’Alexander Litvinenko, c’est assez convaincant.

  16. Quel plaisir de retrouver ce niveau d’analyse,d’intelligence,de bon sens!!!
    Je pense que l’Europe aurait dû réaliser l’intérêt de ce pays relais entre elle et la Russie et ne pas exclure cette dernière des négociations.Mais y a-t- il encore une Europe indépendante? Sa technostructure semble être à la solde des US.Le Général De Gaulle en frémirait d’horreur.Les peuples renaclent mais ne sont guère écoutés par leurs personnels politiques .

    Répondre
  17. Excellente analyse de la situation
    Le remplacement d une hyper puissance par une autre est toujours une période dangereuse.

    Répondre
    • Quand le centre du commerce mondial passe d’un pôle à un autre il y a parfois des guerres en effet …

      Amsterdam > Londres > NY > ??? HK ???

  18. Welcome back, Mr Gave…
    Vos billets hebdomadaires me manquaient.
    Personne ne sait mieux que vous analyser les situations compliquées et en ce moment on est servi.
    Merci pour le stimulant intellectuel que vous êtes l’un des très, très rares à représenter…

    Répondre
    • Ce que vous écrivez est tellement vrai que j’ai commencé à signaler l’Institut à des personnes éprouvant fortement l’indigence des médias .

    • Merci de votre soutien et bonne rentrée également.

      Idl

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *