FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

La dette est l’une des conséquences de notre État providence. Elle est un vol commis sur les générations futures et un asservissement pour les États qui la pratique à haute dose. « Pour payer la dette d’un jour, vous verrez fonder de nouveaux pouvoirs qui vont durer des siècles », prévenait déjà Alexis de Tocqueville dans L’Ancien Régime et la Révolution. La dette consiste à faire payer par les enfants non encore nés les plaisirs des pères. Dans un système démocratique qui repose sur une forme subtile d’achat de voix et de social clientélisme, elle est l’expédient efficace pour verser des subventions, bâtir des logements, satisfaire des intérêts catégoriels. C’est la fameuse théorie des choix publics démontrée notamment par James Buchanan. Les États s’endettent d’autant plus facilement que cette pratique est facile, que l’argent vienne d’Amérique ou de prêteurs privés. Quand cette pratique satisfait en plus la population qui peut ainsi jouir de la vie sans travailler, il n’y a aucune raison d’y mettre des freins. Et en plus les économistes keynésiens s’évertuent à faire croire que la dette est positive. Si même les théologiens légitiment le péché, il n’y a aucune raison d’être vertueux. Ainsi émerge l’idée que la dette est bonne puisqu’elle permet de faire fonctionner l’économie grâce aux dépenses productives et à l’investissement. Que cette dette serve essentiellement à payer des dépenses de fonctionnement ne semble pas troubler ses thuriféraires. On explique également qu’un État n’a pas besoin de rembourser sa dette. Puisque l’État est une divinité magique qui prodigue ses bienfaits et sa libéralité à ses adorateurs qui sacrifient pour lui, il n’y a aucune raison de désespérer de sa dette ni de craindre un défaut de paiement. Ainsi voguent les mythes attirés par les sirènes, avant de s’écraser sur les rochers de la réalité.

 

Quand les États font faillite

 

C’est oublier que dans la période récente de nombreux États ont fait faillite. En 1982, c’est le Mexique qui explose. Porté par la hausse des prix du pétrole au cours de la décennie 1970, l’État central a engrangé les devises et dépensé sans compter pour acheter la paix sociale. Il s’est endetté à taux élevé et a distribué l’argent sans compter. Dix ans plus tard, il ne peut plus rembourser et doit se mettre sous la tutelle des États-Unis pour éviter le chaos.

En 1998 et 2002, c’est l’Argentine qui décroche à son tour, après cinquante années de socialisme façon Perón ou façon junte militaire, selon les décennies. Les habitants ne peuvent plus retirer leur argent à la banque, le chômage explose ainsi que la pauvreté. En 2012, c’est Chypre qui ne peut plus payer sa dette et qui entre à son tour en pleine récession.

La dette conduit à la faillite et au désastre des peuples ; mais tant que tout va bien nul ne tente de faire des efforts pour l’abaisser. Le risque est de croire que cela n’arrive qu’aux autres et ne viendra jamais chez nous.

 

Éviter la faillite en légitimant le vol

 

La meilleure façon d’éviter la faillite sans réduire la dette est de légitimer le vol et de le pratiquer à haute dose, tout en le couvrant de slogans généreux. Cela fonctionne un temps, parfois assez long, jusqu’à ce que les plus imposés s’en aillent et qu’il ne reste plus personne pour assumer l’impôt. Un État peut aussi s’en prendre à ses créanciers, les expulser ou les ruiner. Les exemples, là aussi, ne manquent pas.

À deux reprises, Philippe le Bel a fait arrêter et emprisonner ses créanciers lombards (1291 et 1311). En 1293, il lance un emprunt forcé sur les bourgeois du royaume, emprunt qui ne fut jamais remboursé. C’est le même Philippe IV qui fait arrêter les Templiers, manipule la justice pour que celle-ci prononce une condamnation pour hérésie et leur prend ainsi leurs biens, leur trésor et, surtout, ne rembourse pas sa dette. Malheur donc à ceux qui prêtent trop aux États.

 

L’exemple aurait pu être médité par les Fugger, cette riche famille d’Europe qui prêta de l’argent à de nombreux princes du XVIe siècle. Parmi eux, Charles Quint et la richissime Castille. L’Espagne des Habsbourg ne pouvait pas faire faillite : l’or affluait des Amériques, l’armée était puissante et redoutée, le Soleil ne se couchait jamais sur l’Empire. Mais l’argent qui arrive trop facilement engendre des dépenses faciles et inutiles. En 1560, sous Philippe II, Madrid est acculé à la faillite. Les Fugger sont ruinés.

 

Il ne reste donc que l’impôt, toujours plus fort et toujours plus haut, pour prélever sans cesse quelque argent et pressurer un peuple qui, tout en se plaignant des taux d’imposition élevés, demande à ce que l’État intervienne plus, protège, rénove les routes, sauve la Sécurité sociale, accorde la cantine et l’école gratuite et le pass culture. Le lien entre dépense publique, taux d’imposition et montant de la dette n’est pas toujours clair dans les esprits des citoyens.

 

En 1788, le royaume de France est surendetté, notamment à cause du coût exorbitant de la guerre d’Amérique. C’est l’une des causes de la Révolution. Mais surtout, cela amène le gouvernement provisoire à voler les biens du clergé et à les vendre. Les manuels scolaires parlent pudiquement de nationalisation des biens du clergé, pour donner une tournure positive à ce qui reste comme une attaque massive et sans précédent contre la propriété privée et le droit. Une philosophie politique qui plonge ses racines dans la légitimation de la négation de la propriété privée, donc du respect du droit, ne peut que passer outre aux intérêts de sa population. La même opération se répète en 1905-1906. Outre l’aspect idéologique d’affrontement entre la nouvelle République et l’Église, la loi de séparation de 1905 est aussi une atteinte à la propriété et un vol massif de biens privés. On ne compte plus les anciens couvents réquisitionnés pour devenir des lycées ni les évêchés devenus des mairies (comme à Blois et à Fréjus). L’histoire fiscale de la France au XXe siècle s’est ouverte par cette spoliation massive par l’État d’associations privées. Il fallait bien financer la colonisation et le clientélisme pour maintenir un régime qui était particulièrement instable et discrédité.

 

La dette ou l’esclavage des États

 

Un État surendetté annonce donc la spoliation de ses citoyens. À cet égard, les mesures prises contre l’assurance-vie et la possibilité donnée de geler les comptes bancaires peuvent faire craindre le pire. Mais un État endetté, c’est aussi un pays qui est asservi aux desiderata de ses créanciers. Là aussi, l’histoire ne manque pas d’exemples.

 

Au XIXe siècle, l’Égypte et l’Empire ottoman sont deux États en situation de surendettement massif. Ils ont voulu payer par la dette la modernisation de leurs infrastructures, sauf que cela n’a nullement permis l’essor économique espéré. C’était, avant l’heure, l’échec de la croissance par la relance de type keynésienne. La conséquence fut la colonisation de l’Égypte par l’Angleterre. Londres prêta au Caire et obtient en échange la tutelle de l’Égypte, lui assurant ainsi une base militaire et la sécurisation de la route des Indes. On laisse à l’Égypte un semblant d’autonomie ; les Anglais ne voulant pas non plus se perdre dans les sables du pays.

 

Le même phénomène arriva aux Ottomans. Ce fut cette fois l’Allemagne qui prit le dessus. Certes, les crédits furent largement ouverts, mais au prix de la sujétion de Constantinople par Berlin. Pour ces deux pays, la dette aboutit à la colonisation financière et politique. S’endetter, c’est mettre de côté son indépendance et se placer sous la tutelle d’un tiers.

 

Lorsqu’en 1956 l’Angleterre voulut intervenir à Suez pour protéger le canal menacé de nationalisation par Nasser, elle dut reculer sous la menace américaine. Nous n’étions plus dans les années 1860. Désormais, c’était Washington qui contrôlait la dette anglaise et qui put imposer sa politique à son allié. L’État providence installé dix ans plus tôt aboutissait à la fin de la souveraineté anglaise, avant d’arriver à sa faillite. Il en fut de même pour Cuba, cette fois au profit de l’URSS. Moscou obligea La Havane à intervenir en Angola pour maintenir le régime communiste en place. Cuba dû s’exécuter, sous peine de voir disparaître les aides financières reçues du cousin soviétique. On présenta cela comme il se doit, c’est-à-dire comme une aide aux peuples opprimés par le capitalisme.

 

L’impuissance géopolitique

 

La dette devient un mode de vie que l’on reproche aux dirigeants politiques, mais qui est d’abord demandé par les peuples. Pour effacer la dette, nul n’est besoin de vol ni de spoliation, mais de réduction de la dépense publique. Qui est prêt à cela ? La dette conduit à un modèle de société finalement apprécié, d’autant plus que ce sont les autres qui payent et que l’on espère toujours que la faillite ne viendra pas.

 

Autrefois, la dette était la conséquence de la guerre, donc de l’intervention de l’État. Aujourd’hui, elle est essentiellement la conséquence de l’État providence, donc de l’État obèse, et elle empêche l’intervention régalienne de l’État. Elle signe l’impuissance géopolitique des États qui abdiquent leur liberté en se soumettant à leurs créanciers. La dette américaine est désormais possession de la Chine et la France est en train d’être achetée par les fonds souverains des pays du Golfe. C’est là une autre conséquence de l’État providence. En surtaxant les investisseurs, en s’en prenant « aux riches » et à l’investissement du capital, on se condamne à devoir acheter de la dette à l’extérieur. Non content d’affaiblir l’économie d’aujourd’hui, on avorte le dynamisme de demain. L’endettement public mondialisé est en train de redessiner le monde. La dette publique affaiblit les pôles de la Triade et surtout les pays occidentaux. Réduire la dette, c’est donc se libérer de l’esclavage de l’étranger tout autant que dynamiser son économie. C’est aussi donner un espoir à la jeunesse de son pays, en lui promettant un autre héritage qu’un fardeau impossible à porter consistant à payer la facture de ses parents. « Les pères ont mangé des raisins verts et les dents des enfants en ont été cariées » nous dit le livre d’Ezéchiel.

Qu’allons-nous choisir ?  L’esclavage à Babylone ou la sortie du désert d’Égypte ?

 

 

 

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est historien et géopolitologue. Il est professeur d'histoire et d'économie dans un lycée parisien. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (Bernard Giovanangeli, 2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la liberté scolaire : Rebâtir l'école. Plaidoyer pour la liberté scolaire (Bernard Giovanangeli, 2017).

Partager sur

28 Commentaires

  1. Ci-après un supplément nolafien&succinct de la dette.

    « La libéralisation financière mondiale de l’économie comme « facteurs » de ce phénomène,  »

    Oui car l’important dans la loi de 1973 est qu’il s’agit du début d’une financiarisation et de l’implémentation d’une monnaie fondante. Pas tant l’aspect obligataire de cette financiarisation.
    Il peut être aussi criminel de laisser faire un 1929 sur les actions ou l’immobilier.

    Les actions sont aussi +- de la dette.
    (D’ailleurs suite à un article de Bruno Bertez lundi? je suis allé brièvement dans benjamin graham en pensant qu’il différenciait à sa façon les actions des obligations en les classant personnellement les unes comme titres juniors les autres comme titres seniors. je n’ai pas retrouvé du tout ceci…)

    Les actions sont un peu du capital du passé, cristallisé.
    Dans un bilan le capital figure naturellement au dessus des dettes au passif.

    Pour revenir sur la notion de dette, je ne retrouve plus un dicton US qui probablement date d’après 1929, expliquant qu’on ne peut rembourser des dettes que l’on a contracté +-« out of oneself »
    Si quelqu’un le sait…

    La dette est un contrat donc parfois à somme nulle (à somme négative lors d’une bulle): il y a donc une notion de prédation envers son prochain. (shylock: livre de chaire)

    Sur la dette équivalente à l’ esclavage dans la religion car on ne coupe pas un dividende comme un coupon.
    Il se trouve qu’une bonne définition de l’esclavage figure dans Blade Runner 1. (c’est quelqu’un de très intelligent qui me l’a souligné..)
    « vivre dans la peur c’est ça être un esclave »
    Il est amusant de voir Taubira inaugurer des musées sur l’esclavage alors que vous pouvez être esclave au smic loadé avec de la dette en France en 2017
    Blade runner I (1982!) ne parle que d’esclavage.
    Et je vois que d’ailleurs un financier assez pratiquant a aimé le blade runner 2 (qui évoque aussi probablement le transhumanisme de google facebook):
    Too bad. I saw it Saturday, thought it was one of the best films ever but I’m a minority of one. Most missed the Christologic, Mosaic themesJim Rickards ajouté,
    SiaSeas @siasees
    Oh no! Was soooo looking forward to this🙈 https://twitter.com/forbes/status/916737867472306176
    10 réponses 4 Retweets 35 j’aime
    Répondre 10 Retweeter 4 J’aime 35

    Dans la bible, il semble qu’il n’y ait qu’une seule dette à considérer comme acceptable.
    Shakespeare recensée par Bernard Maris : la « dette de vie  » celle que l’on doit à Dieu.
    « Celui qui meurt cette année est quitte pour l’année prochaine » Hamlet

    Jamie Dimon ou llyod goldman ayant dit qu’il faisait le travail de Dieu.

    Mais la dette n’est souvent qu’un grossier rapport de force politique car ce n’est après tout qu’une écriture comptable. (cf templiers philippe le bel dans l’article).
    L’aristocratie (l’armée) au XVIIIieme était ultra endettée: certains créanciers pouvaient finir dans des douves.
    Il y a la fable juive d’un endetté qui n’arrive pas à dormir car il sait qu’il ne pourra pas rembourser son voisin le lendemain. Motivé par sa femme il crie à son créancier par la fenêtre que demain il ne pourra le rembourser.
    Il s’endort et c’est son créancier qui ne dort plus.

    Aussi une des différences entre Napoleon et Hitler (qui ont naturellement couché avec des financiers) est qu’Hitler lorsqu’il est allé en Autriche y est aussi allé directement pour fermer et saisir une banque.
    Ce qu’aurait du faire tout de suite Napoleon lors des cent jours une fois à Paris à mon avis.

    Toujours pour la chose politique concernant la dette, par exemple je n’ai pas trop de doute que Trump va effacer +- la dette étudiante US. Je le dis pour appuyer mon post et car on nous bassine avec les students loans.
    Si cette dette est réputée légalement comme jamais répudiable par le débiteur, c’est pour rassurer les prêteurs et éduquer les emprunteurs.
    En réalité c’est l’une des répudiations qui tombe le plus sous le sens en cas de problème.

    La dette (et ses equivalents hors bilan ie retraites immigration-ponzi) est peut être le seul sujet politique intéressant, & avec Macron il n’existe mécaniquement qu’une direction pour la dette : la fuite en avant.

    Répondre
  2. Substantiel, limpide, opportun.

    Au-delà de l’abri, de la nourriture et des vêtements, les besoins sont infinis, vous pouvez donc faire confiance en temps de paix aux « démocrates » pour puiser dans cet infini potentiel les éléments actualisables, c’est-à-dire racoleurs, et non pas fortifiants, et élargir ainsi le marché électoral sans limites ; on est passé insensiblement de la démocratie des Grecs, qui en fixant douloureusement les Perses asiatiques ont créé l’EUROPE, à Ségolène Royal qui promet si elle est élue  » … que chaque policière sera raccompagnée chez elle le soir par des collègues masculins  » …?
    Elle aurait tort de se priver car tandis que l’ALLEMAGNE constituait ses fabuleux arsenaux en 1936, un démocrate conscient de l’intérêt de son pays a promis aux Français les congés payés : Léon Blum.
    La Troisième R. , c’est du passé.
    Ah oui ? Les vaux français en redemandent et ont trouvé un successeur du tonnerre : J.L.Mélenchon.

    Répondre
  3. 5 sur 5! Pour compléter votre liste et sans être exhaustif il y a le projet Darien qui fit une faillite retentissante en Ecosse qui a permis à l’Angleterre de « sauver » l’Ecosse en l’absorbant dans la Grande Bretagne sans tambour ni trompette. Il y a aussi les dépenses architecturales pharaoniques de Louis II de Bavière que Bismarck finança pour arriver enfin à l’Allemagne. Votre article est très clair et jusqu’à aujourd’hui l’état français continue à s’enliser en dépensant beaucoup pour sa petite clientèle indispensable à sa réélection et pour lui-même à savoir les fonctionnaires tout court plus les fonctionnaires sociaux à vie (syndicats, intermittents …) et le bloc inamovible des fonctionnaires politiques à vie qui gouverne le pays depuis des lustres. Ces derniers sont élus par le parti majoritaire du pays constitué de ceux qui ne payent pas l’impôt ou dépendent des deniers publics et personne n’entend diminuer son aumône ni son train de vie. Tocqueville a tout dit. L’écrire était une injure à la dimension d’un crime de lèse-majesté hier … Il est évident que personne n’arrête un boulet en chute libre car celui-ci arrête tout le pays à la moindre évocation d’un ralentissement des prodigalités sans parler d’une rigueur simplement comptable: la pire horreur pour 90% des médias, à commencer par la suppression de leurs avantages fiscaux et subventions aux journaux. L’avenir de la France est ainsi tout tracé. Restons optimistes car il ne faut jamais désespérer! Il y aura une solution.De toute façon!

    Répondre
  4. « Éviter la faillite en légitimant le vol »

    Petit extrait d’une note parue sur France stratégie qui vient appuyer vos dires :

    « Comment assurer la résorption des dettes publiques en zone euro ? »

    « Pour assurer la soutenabilité d’une dette publique
    considérée comme excessive, cette fois sans que l’État
    concerné dispose d’aucun soutien extérieur, la seule solution
    consiste à augmenter, d’une façon ou d’une autre,
    la capacité de cet État à lever l’impôt.

    Concrètement, une façon de procéder consisterait
    en ce que l’État décrète qu’il devient copropriétaire
    de tous les terrains construits résidentiels, à hauteur
    d’une fraction fixée de leur valeur, et que ce nouveau
    droit de propriété est désormais incessible. En conséquence,
    l’État deviendrait créditeur d’une somme annuelle,
    correspondant à une part de la fraction de la rente immobilière
    associée à la copossession du terrain.

    Tout propriétaire, désormais redevable de cette somme
    à l’État, pourrait choisir de ne pas la payer. Dans ce cas,
    la fraction du terrain possédée par l’État augmenterait
    d’autant d’année en année. L’État récupèrerait alors la
    somme due lors de la première transaction qui interviendrait
    sur le bien immobilier, lors de la vente ou de
    la transmission à un héritier. »

    Répondre
    • «la seule solution consiste à augmenter, d’une façon ou d’une autre, la capacité de cet État à lever l’impôt.»

      lol?
      Je ne sais plus, je deviens fatigué.

      En revanche, la seconde partie devient plus intéressante. Car, in fine, le droit de propriété est assuré par la violence, et donc à travers le mandataire du monopole légale de la violance, id est l’État.

      En particulier, si il n’y a plus d’État, votre titre de propriété ne vaut plus rien.

      Donc, quelque part, l’État est de toutes façons une sorte de propriétaire en dernier ressort. Car, me semble-t-il l’ultime propriétaire est le détenteur de la violence. Ainsi, croire qu’on est propriétaire ex nihilo, absolu, ad vitam æternam, est un doux rêve béat.

      Le souverain est le détenteur de la violence.

      Revenons ensuite à la partie taxation. Je trouve au contraire que c’est un concept intéressant. C’est celui qui a été développé par Henry Georges dans «Das Land», euh non pardon, dans «Progress, and Poverty». Marx théorisa que les détenteurs du capital exploitaient le peuple ; Georges théorisa que les détenteurs des terrains exploitaient le peuple. Là où Georges marqua un point est que, contrairement au capital, le terrain est une quantité finie. Il ne peut y avoir création ex nihilo de terrains. Il y a donc un potentiel effet pervers, dû au fait qu’un monopole de facto peut s’établir: imaginons qu’une personne achète tous les terrains, elle devient alors effectivement omnipotente. Pour se rapprocher de la réalité, venons à des considérations sociales: la loi de Pareto dit que 80% des terrains appartiennent à 20% de la population; plutôt qu’une personne, on observe dans la réalité un cartel, une entente, une classe de gens qui s’associent car ils ont inconsciemment (voire consciemment?) compris qu’en s’entendant, en agissant de concert, ils auraient plus de pouvoir et plus de brouzoufs; de plus, ils ont aussi bien compris que tous les terrains ne sont pas égaux, et que certains donnent plus de pouvoir que d’autres, et donc ils concentrent leurs acquisitions et possessions avant tout dans ceux-ci (c’est pour ça que le prix de certaines acquisition peut paraître dépasser l’entendement: ils intègrent la prime de monopole, laquelle peut effectivement être stratosphérique compte tenu des gains probables). Henry Georges marqua ici définitivement un point.

      Dans les faits, c’est ce qui se passe à Londres. La Reine possède une grande partie des terrains à Londres. Si la Reine avait été française, elle aurait décidé d’exploiter elle-même ces terrains, en recourrant à cette classe d’administrateurs merveilleux, si compétents, si omniscients, qui savent mieux que nous ce qui est bon pour nous. Mais la Reine est anglaise, et à la place, elle s’est dit que le marché savait mieux (blasphème!). Et donc elle accorda des baux emphythéotiques de 99 ans. Et ces baux sont mis aux enchères. Bien sûr, la contrepartie est de ne pas payer de taxe foncière (puisque nous ne sommes pas propriétaires!).
      Accessoirement, c’est le système qui fut mis en place à Hong Kong, puis copié en Chine continentale.

      Et de fait, la taxe foncière est en réalité un loyer perpétuel sur le terrain à destination du propriétaire ultime. À la différence que le montant de la taxe foncière est imprévisible et change unilatéralement. Et que le droit de propriété foncière est ecrit dans la loi, et donc la nature de la propriété foncière peut être changée unilatéralement, contrairement à un bail qui est un contrat. Avec un bail, la sécurité juridique et la sécurité financière sont beaucoup plus grandes, et la méthode me semble plus transparente sur la nature réelle des faits et des objets.
      Et, de fait, si vous ne payez pas la taxe foncière, l’État saisit votre propre terrain. Quod erat demonstrandum.

      De mon point de vue je trouve que cela est une méthode d’allocation du capital (les terrains) assez pertinente. À la fin du bail, celui-ci est remis aux enchères, et celui dont le plan d’affaire valorise le mieux le terrain gagne l’enchère. Et, par essence, cet impôt correspond exactement à la valeur du terrain: ni trop haut, ni trop élevé, c’est la valeur de marché de l’impôt; elle n’est pas décidée par politiciens bien-pensants et omniscients. De mon point de vue, cette méthode tue la part spéculatrice du prix des terrains; il ne restera qu’une valeur d’utilité.

      En tout point ce système me paraît un progrès, un énorme progrès.

      Dans l’article que vous citez, cela me paraît une transition vers un tel système: «OK, vous ne payez pas la taxe foncière, mais dans ce cas l’État devient propriétaire graduellement, au pro-rata» (pro-rata à déterminer).

      Certes, l’article ne parle pas de la taxe foncière, mais de mettre en place une taxe supplémentaire, qu’on peut être sûr que le pro-rata sera dans la fourchette haute, que ce pro-rata aura des intérêts capitalisés, et que lors d’une transaction, l’État sera le premier à se servir.
      De facto, le marché va s’adapter, enfin comprendre qu’il n’est pas vraiment propriétaire, qu’il ne retirera rien intrinsèquement sur le terrain, que le terrain devient un coût comme un autre, et qu’il faut l’inclure dans le plan d’affaire, calculer l’utilité qu’on peut en tirer et le comparer au prix du terrain considéré. Et donc, cela va tirer le prix des terrains vers le bas, vers leur valeur d’utilité, en enlevant la part spéculatrice du prix.

    • Ils n’ont rien inventé.
      Par exemple il y a eu de la taxation exceptionnelle en F après 1945 sur les « profits de guerre ».

      Il y a eu une taxation pure et simple et exactement du même acabit en Belgique.

      Comme dirait Chirac de deux choses l’une:
      1/soit il y a bien eu guerre qui légitimerait cette taxation (comme par exemple sur la population -remplacement- financière, destruction des usines dans le sud de l’europe)
      2/ soit il n’y a pas eu guerre et cette taxation est illégitime

      Si 1/ alors chirac, sarkozy (40t d’or vendue à qui? …) hollande giscard et macron sont passibles du tribunal militaire

      c’est limpide &
      je suis 100% d’accord avec france stratégie

  5. « La dette est l’une des conséquences de notre État providence »
    Euh,… il faudrait déjà s’entendre sur la définition d « État providence » … En fait, dans la construction de la dette, l’ « État providence » n’est qu’une conséquence au 2eme degré.
    Le premier étage de la fusée (si l’on peut dire), est constitué par la caste qui tient les manettes … C’est-à dire par tout ceux (politiques et hauts-fonx), qui disposent entre les mains, des manettes pour créer cette dette … et qui, eux, en premier lieu, se goinfrent dessus …
    Il ont rapidement compris que la meilleure méthode, pour qu’ils puissent s’assurer de cette rente sur le long terme, était de s’acheter une clientèle, avec cette même dette … Clientèle dont la fonction, est d’assurer la pérennité de leur gavage.
    Et ce n’est que là, qu’arrive le deuxième étage de la fusée, « L’État providence »… comme étant l’outil, qui leur permet d’assurer cette pérennité …
    Le circuit de base est simple : Je prélevè, je me gave dessus, et je redistribue ce qui reste à ma clientèle, qui me renvoie l’ascenseur … Seulement, plus je me gave, et moins il reste à redistribuer à ma clientèle … Et, prélever plus a des limites, qui au-delà d’un seuil, devient contre-productif … Alors, il reste à prélever sur ceux qui ne sont pas encore là (peuvent pas contester !) : la Dette … La boucle est bouclée … Plus je redistribue, plus ma clientèle me renvoie l’ascenseur … c’est pas beau la vie ?…

    Répondre
  6. « Du créancier, le débiteur est l’esclave » dit avec raison le livre des proverbes.
    Pour assurer notre confort, nous avons vendu nos enfants en esclavage. S’ils vont plus tard cracher sur nos tombes, ils auront raison.

    Répondre
  7. Si la loi 73 et ce pompidou qui nous à soldé au plus offrant de l’époque juste pour se venger car il c’est fait atteindre dans son orgueil et il n’a pas hésité une seul seconde , c’est sûr que connaissant l’égocentrisme de ces hommes d’états , les banquiers ( de l’époque) ont dû bien se marrer et maintenant aux yeux de la super puissance asiatique qui se profile, nous sommes des losers à vie.
    Je trouve qu’ils ont fait preuve de grande intelligence en nous laissant nous enliser , c’est triste mais pour moi c’est une réalité 🙁

    Répondre
    • Si l’on retourne au milieu des années 1970 et que l’on essaye de comprendre pourquoi la dette de la France a commencé à exploser à cette période, il me semble davantage cohérent de désigner la fin de Bretton Woods et la libéralisation financière mondiale de l’économie comme « facteurs » de ce phénomène, et non pas comme « causes ». Une analyse du texte et des débats permet de montrer que la loi de 1973 n’apporte rien de nouveau sur le plan de l’emprunt sans intérêt, même si elle introduit des nouveautés indéniables dans les missions et les outils de l’institut d’émission. Retourner à un financement direct des Etats sans intérêt par sa banque centrale ne permettrait pas de résoudre le problème de la dette, sauf en supposant un retour à un budget équilibré et une forte crédibilité des engagements politiques (ce qui impliquerait l’absence de risque d’inflation via une création monétaire trop forte).

      Ce qui s’est passé, très simplement, c’est qu’à partir de la relance de Chirac en 1975 et tout au long des quarante exercices budgétaires qui ont suivi, tous nos gouvernements, de droite comme de gauche, ont systématiquement voté des budgets déficitaires. Les dettes se sont accumulées et, l’inflation aidant, le plafond fixé par la loi de 1973 est vite devenu dérisoire au regard des sommes en jeu. Aujourd’hui encore, ceux-là mêmes qui dénoncent la « dette illégitime » sont les premiers à rejeter tout retour à l’équilibre (sans même parler d’excédents !).

    • C’est un faut débat.
      La seule certitude c’est qu’emprunter à x% coute plus cher qu’à 0%.
      En fait énormément plus cher sur des longues périodes!
      Un exemple: une dette à 3% double en 24 ans (1.03^24 = 2.03), ce qui n’est pas si long que ça!
      Les maths ça devrait mettre tout le monde d’accord 😉

  8. N’en déplaise à la BCE ou à bruxelles, la dette est la conséquence comme dit, mais aussi à 95% la cause principale et le moyen de la guerre. (près de nous les 3 guerres franco allemandes: j’ai une superbe photo de JPM jr prenant le train pour aller négocier lui même le plan Young)

    Sur la saisie des biens de l’Eglise, voyez comment macron pille pour se refaire le clergé new age (hlm, bientôt peut être la secu …)

    Je pense que laisser des non résidents posséder des emprunts français est une atteinte à la constitution: la République est « une et indivisible ».
    =>normalement pas d’augmentation de capital dilutive (ni financière ni même humaine à l’aide de migrants…)
    Je précise pour les croyants en la constitution de 1789, qui ont pour chapelle le Panthéon etc…
    Et ces augmentations de capital dissimulées (humaines et financières) datent bien des années 72..74 😉

    Répondre
    • Que vient faire Jean-Pierre Marielle dans cette histoire ?

    • JPM c’est très simple
      http://www.dailymotion.com/video/x27m2v

      L’armurier Victor Garnier (Louis de Funès) est à moitié ruiné par son voisin banquier, Durand-Mareuil (Jean-Pierre Marielle). Il entreprend de se dédommager en cambriolant la salle des coffres, grâce à un tunnel creusé à partir de sa cave.

      😉
      des nouvelles de nolife?

  9. Bonjour, c’est en 1973 que la France à été vendue à des banques commerciales qui l’ obligent à faire des prêts dont ces intérêts ont créer cette dette.
    Sachant qu’un pays doit pourvoir à l’entretien de ses infrastructures et se développer, nous sommes devenus depuis cette date il me semble des produits de fonds de commerce.
    C’est horrible , surtout quand pendant des années on nous fait aimer notre Pays puis se rendant compte que le découpage financier appartient proportionnellement à la Chine, au USA, et au moyen orient.
    La seule façon de sortir de cette usurpation de droits c’est de reprendre notre banque d’état comme avant et de mettre en faillite ces banques commerciales.
    Cordialement
    PS: Pour la liberté scolaire +++++++++

    Répondre
    • Bonjour,

      Non, non s’il vous plait. Pas la loi de 73……

    • la fed depuis 2008 a dilué les japonais et chinois en tant que créanciers sur les US, de manière parfaitement légale.

      C’est le plus gros hold up depuis longtemps.
      La dette est un rapport de force.

      L' »économie morale » de laurence Fontaine est un bon aperçu historique de ces rapports de force.
      (attention : livre Nrf + auteur cnrs => bcp de passages qui nous intéresserons moins mais beaucoup de séquences historiques sont recensées)

    • Vous êtes sure d’avoir tout compris ? La loi de 73 est une loi universelle, elle a des équivalents dans le monde entier, cela n’est pas un problème pour beaucoup de pays, pourquoi cela le serait pour d’autres, votre avis ?
      Ou alors donnez une alternative, imprimer de la fausse monnaie ?
      Cordialement

  10. Sacrebleu! Quel article!
    Je suis, bien entendu, intégralement en accord avec vos dires.

    Je choisis la sortie du désert d’Égypte.

    J’aimerais tellement que mon pays, la France, redevienne un pays de Cocagne. «I have a dream»…

    Répondre
  11. Le debat du poids de la dette sur les generations futures a eu lieu aux Etats Unis en 1789.

    « In 1789, Jefferson suggested to Madison his theory that no generation ought to be bound by the actions of its predecessors. Calculating that a generation lasted about nineteen years, Jefferson proposed that all personal and national debts, all laws, even all constitutions, ought to expire every nineteen years.

    Répondre
    • C’est aussi dans la bible shemitah. oups pardon la Torah.
      (mais aussi évidemment dans le Coran et certainement chez les bouddhistes-…-).

      Beaucoup de sortes de dettes ont ou eut des durations ou des cycles en moyenne de +-7ans: c’est lié à la nature humaine.
      Et même une multinationale, une nation sont je pense sujets à cette cyclothymie.

      1987
      1997 ltcm
      2007

    • Ceci ne veut absolument plus rien dire aujourd’hui car une dette à 30 ans, et je ne parle même pas de la durée d’une génération, peut être vendue et renouvelée à une échéance de 10 ans; c’est ainsi que le trésor français se refinance moins cher tous les jours puisque les taux baissent tous les jours et c’est d’ailleurs un des arguments des « toujours plus de dettes » puisque la dette ne coute plus rien, c-à-d. on ne rembourse que le capital mais pas d’intérêts!

    • credit vient de credere confiance

      finance vient de lever de l’argent ou même des matériaux pour construire un château fort.

      Si plus de confiance alors parfois en quelques jours:
      fini Agence France Tresor de 1939
      fini le mark de weimar
      fini france telecom à 220e
      on va bien se marrer avec un bitcoin à 10000

      Depuis qu’à 14ans?, au carré marigny j’ai vendu avec des copains qui m’accompagnaient deux cartes à puces de téléphone à un mec de 40ans qui pour me décider m’a mis dans les mains deux billets de 100francs -grande leçon que j’applique souvent- plus rien ne m’étonne.
      Pourtant très rares, elles ont probablement été incinérées il y a au moins dix ans LOL

  12. Bonjour M. Noé
    S’endetter serait voler ses enfants? Ne peut on aller plus loin et constater qu’un enfant qui naît avec déjà 30 000 € de dettes est ainsi asservi dès sa naissance?
    S’endetter au delà de ce que l’on peut rembourser soi même, c’est de fait vendre ses enfants!
    Cette pratique n’est pas récente, elle a fait partie de toutes les civilisations. On aurait pu penser que la démocratie aurait mis fin à cette misérable habitude, il n’est est rien!
    Et pourtant les parents (toute une génération) sont persuadés de faire tout comme il faut pour faire le bonheur des enfants!
    Einstein croyait que l’univers et la bêtise humaine étaient sans limites, mais il ajoutait honnêtement que pour l’univers il n’en était cependant pas absolument certain!
    Cordialement.

    Répondre
    • Tout à fait d’accord.

      La démocratie amplifie la dette puisque c’est un système qui repose sur l’achat des voix : je m’endette pour payer un stade et les amateurs de foot vote pour moi. Et les autres paieront.

      Cela conforte la théorie des choix publics illustrée par James Buchanan.

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *