FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Les risques de baisse des marchés ne manquent pas : la chute des matières premières, les tensions géopolitiques, la baisse de la croissance chinoise, la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne, l’afflux de migrants incontrôlé, l’endettement dans le monde qui croit deux fois plus vite que la croissance, le volume du commerce mondial qui se trouve à un niveau de crise….sont autant de raisons de diminuer l’exposition d’un portefeuille aux actions. D’ailleurs les Fonds souverains ont retiré 46,5Md$ chez leurs différents gérants en 2015

 

Les taux d’intérêts négatifs intéressent en ce moment beaucoup les commentateurs. Ils déstabilisent toutes les classes d’actif en créant des bulles. On ne peut plus faire de calcul d’actualisation. On ne peut plus calculer la valeur future d’un actif. Tout cela est exact et nous le répétons depuis de nombreux mois, mais ce qui est important c’est que le niveau des  taux d’intérêts soient inférieur au taux de croissance de l’économie. Si ce n’est pas le cas on assiste à une sorte de « grève de l’investissement » qui ne permet pas d’évoluer vers l’économie de demain.

 

L’économie de service, c’est moins de matières premières et de délocalisations. Le problème c’est qu’avec ce type de croissance on crée peu d’emplois très bien payés  et beaucoup d’emplois peu payés ce qui accroit les inégalités.

 

François Hollande est entrain de faire basculer la société française de la passivité à la révolte en se mettant progressivement à dos tous les acteurs de l’économie française.

 

Son gouvernement avait déjà contre lui les médecins. Maintenant ce sont les cliniques qui réalisent des « bénéfices déraisonnables » qui sont pointées du doigt. Si elles ont été bien gérées, elles devront rendre une partie des fonds publics dont elles ont bénéficié. Le même phénomène s’était déjà produit avec les universités qui avaient réalisé des efforts de gestion. Le gouvernement avait décidé de pratiquer un système de péréquation pour assurer de la redistribution !

 

Le régime d’indemnisation du chômage doit être « sauvé » par les partenaires sociaux.  La dette dépassera 35Md€ en 2018. Les dernières statistiques publiées avec 28 000 demandes d’emploi en moins ne sont pas crédibles puisque même le ministère du travail dit que le recul est « inexpliqué » !

Pour les intermittents du spectacle la Cour des Comptes ne cesse de fustiger « la dérive » du régime mais aucune mesure n’est prise….

Cela n’empêche pas Martine Aubry, « la dame des 35 heures » qui devrait être disqualifiée à tout jamais pour s’exprimer sur le sujet du chômage de prendre la tête du « socialisme d’indignation »

 

La création de treize grandes régions dotées de nouvelles compétences devait selon le gouvernement permettre des économies substantielles. C’est le contraire qui se produira avec le développement des nouvelles couches du millefeuille territorial…

 

Le RSA qui avait été mis par l’Etat à la charge des départements va être « renationalisé »

 

 

Le budget sera très difficile à boucler car il ne sera pas possible de prendre une fois de plus Ie budget de la défense comme bouc émissaire. Depuis 2014 c’est celui qui a subi 60% des suppressions de postes de l’Etat. L’Etat providence empêche bien l’Etat régalien de remplir son rôle….

 

Heureusement, beaucoup de résultats annoncés par les sociétés françaises ont été supérieurs aux attentes des analystes : Atos, Axa, Bouygues, Danone, Peugeot, SEB.

Pour toutes ces sociétés très exposées à l’exportation il faut rappeler que le pourcentage de leur capital détenu par des actionnaires ne payant pas l’impôt en France est passé de 10% en 1980 à environ 50% aujourd’hui.

Les déceptions proviennent essentiellement de Areva, EDF,  Engie où le rôle de l’Etat actionnaire est plus que défaillant.  Il faut ajouter à cette liste Zodiac Aerospace qui est probablement la société du secteur qui communique le plus mal avec le marché.

 

La faible croissance européenne est très fragile

 

En Europe, malgré la baisse du pétrole et la politique très accommodante de la BCE la légère reprise de l’économie semble très fragile. Comme d’habitude, les marchés attendent les prochaines décisions de la BCE le 10 mars prochain.

L’Allemagne affiche un excédent public pour la deuxième année consécutive, mais l’inquiétude augmente dans l’industrie. Même si c’est la bonne tenue des investissements qui a sauvé la croissance au quatrième trimestre, la confiance des chefs d’entreprise allemands se détériore. En Grande Bretagne, The Economist a lancé la campagne anti-brexit en montrant bien  que en cas de sortie de l’Union Européenne tout le monde serait perdant,  surtout la Grande Bretagne. En Italie, malgré les mesures courageuses prises, on assiste à une baisse de la production industrielle

 

Aux Etats Unis, la croissance reste médiocre, La confiance des consommateurs se détériore. Les introductions en bourse, ces derniers mois, ont été dans la plupart des cas un échec avec notamment GoPro -48%, CBS Outdoor -32%, Lending Club -41%, Santander Consumer -58%

Les sociétés offrant un  bilan solide vont continuer à surperformer.

 

La Chine Juste après la réunion du G20, a baissé le taux pivot autour duquel le Renminbi peut évoluer par rapport au dollar US. La nouvelle parité est en baisse de 0,17% par rapport à la précédente. Il n’y a pas de quoi, comme le font beaucoup de commentateurs, parler de dévaluation. La stratégie pour les autorités monétaires semble toujours d’aller en direction d’une monnaie dont le cours est de plus en plus fixé par référence au marché et de moins en moins par la banque centrale de Chine (PBOC)

Le pays n’est pas en déflation en dehors du prix des matières premières

 

 

 

 

 

 

 

La cyber sécurité a encore de beaux jours devant elle

 

Les sociétés américaines spécialisées dans la cyber-sécurité sont en baisse d’environ 20% depuis le début de l’année, comme si la demande allait ralentir.  Ce ne devrait pas être le cas car elles sont évidemment très bien placées pour profiter de la multiplication des opérations de piratage. Depuis deux ans on peut estimer que les dépenses mondiales dans ce domaine ont représenté 150 Md$.

Palo Alto Networks est une société qui a un chiffre d’affaires en hausse de 50% chaque trimestre. Elle est en train de prendre des parts de marché à Cisco Systems et Juniper Networks,  car elle propose de plus en plus des services de maintenance sur lesquels les marges sont plus élevées que sur les logiciels.

Fortinet qui a débuté dans les logiciels de sécurité low cost (firewalls)proposés aux sociétés moyennes et petites. Elle est désormais en train de s’attaquer aux gros comptes.

Check Point est une société israélienne mature  qui a les plus fortes marges du secteur. Son produit phare est une plateforme intégrée qui permet de gérer des systèmes de sécurité complexes de façon très intégrée.

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur

3 Commentaires

  1. M.Netter d’ accord avec votre analyse des symptomes, mais la révolte qui couve, avec qui voulez-vous la faire ? Et contre qui ? Et pour faire quoi ? Ce serait sans doute la seconde partie de votre analyse , qui serait bienvenue pour compléter la premiére .J’ attends donc de vous lire à ces sujets

    Répondre
  2. Je suis très sceptique par rapport aux sociétés de Cybersécurité américaines. L’affaire Snowden m’a rendu très méfiant à l’égard de la protection des données par des boites qui collaborent ouvertement avec le FBI et la CIA

    Répondre
  3. « Les taux d’intérêts négatifs intéressent en ce moment beaucoup les commentateurs. Ils déstabilisent toutes les classes d’actif en créant des bulles. On ne peut plus faire de calcul d’actualisation. On ne peut plus calculer la valeur future d’un actif. Tout cela est exact et nous le répétons depuis de nombreux mois, mais ce qui est important c’est que le niveau des taux d’intérêts soient inférieur au taux de croissance de l’économie. Si ce n’est pas le cas on assiste à une sorte de « grève de l’investissement » qui ne permet pas d’évoluer vers l’économie de demain. »

    Patrick Artus, sors de ce corps …

    Vous n’avez qu’à inventer des nouvelles formules … et aussi changer vos algos, quand le pétrole monte, les marchés occidentaux consommateurs montent et inversement …. l’efficience des marchés …

    « Les déceptions proviennent essentiellement de Areva, EDF, Engie où le rôle de l’Etat actionnaire est plus que défaillant.  »

    La fameuse « économie communiste » comme l’appelle Charles Gave …

    Dites-moi vous qui êtes une encyclopédie du marché actions, comment AREVA a-t-il perdre 5 milliards d’€ ? Et que penser de l’incruste de l’Etat dans Vallourec ?

    Si bouge, taxez, si ça bouge encore, réglementer, si ça bouge plus subventionner ?

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *