31 August, 2015

Retour d’été: Les conséquences inéluctables d’une faillite intellectuelle sans précédent

Nous sommes en train d’assister à l’inévitable résultat des politiques insensées suivies par les banquiers centraux depuis plus d’une décennie. Chacun sait que la croissance économique a une source et une seule : le processus « Darwinien » de destruction créatrice mis à jour par Schumpeter. Pour que ce processus fonctionne, nous dit Schumpeter, il faut que les entrepreneurs opèrent dans un système de prix de marché, que l’organisation juridique garantissant les droit de propriété (taxation, réglementations etc..) soit stable et enfin que le système du crédit soit concurrentiel et neutre quant a la façon dont les prêts sont accordés.

Depuis le début de ce siècle, aucune, je dis bien aucune de ces trois conditions n’a été respectée.

  • Les prix de marché pour les taux d’intérêts et les taux de change ont été manipulés comme rarement dans l’histoire. Taux à zéro ou négatifs, Euro couchant tous les pays Européens sur le même lit de Procuste, achats d’obligations d’Etat, voire d’actions par les banques centrales, rien ne nous a été épargné.
  • Le système juridique quant à lui est devenu fou. Taxations désordonnées  sur le capital ou sur le revenu, amendes arbitraires et rétroactives, taxation sur l’épargne des pauvres « compensée » par des subventions aux opérations spéculatives qui ne créent aucune valeur ajoutée… et j’en passe.
  • Enfin, le pouvoir de la réglementation internationale a été utilisé pour que les prêts bancaires aillent en priorité au financement des déficits budgétaires et non pas au financement de l’économie réelle. Si une banque ou une compagnie d’assurance achète des obligations émises par Nestlé. Il lui faut mettre 30 % du montant en « garantie »  Si elle achète une obligation Grecque, zero…Et tous ces prêts ne servent qu’a financer des transferts sociaux et pour ainsi dire jamais des dépenses ayant vocation a faire monter la productivité du pays en question.

La réalité, comme je n’ai cessé de l’écrire depuis bien longtemps est que nos Démocraties ont été les victimes d’un coup d’état à la fin du siècle précédent, organisé par des gens que personne n’a élu (Delors, Trichet, Greenspan, Bernanke etc.…   ) au profit d’une véritable ploutocratie bancaire, organisée selon les principes fort simples du capitalisme de connivence. Si ca marche, c’est pour nous, si ca ne marche pas c’est pour le payeur d’impôts.

Inutile de dire que structurellement, ce système n’est qu’une mauvaise copie de ce qui ne fonctionnait déjà pas en URSS et que l’échec était inévitable.

Nous sommes sans doute en train d’arriver au moment que j’appelle le moment de « Will le coyote » dans le dessin animé de Tex Avery, « Road Runner…Bip, Bip ». Le pauvre coyote poursuit road runner et de façon stupide passe le bord de la falaise en continuant à courir, regarde vers le bas…et se crashe …

Quelque part, la thèse que je défends depuis un certain temps est que ce moment était inévitable.

Je n’ai cessé de dire aussi que les autorités Chinoises manœuvraient à contre courant  de ce délire intellectuel et tentaient de revenir a des prix de marché pour les taux d’intérêts et les taux de change. La mesure qui vient d’être prise par la BOC de rompre le peg entre le Yuan et le dollar en est la preuve. Si le gouvernement Chinois veut créer les conditions pour que le Yuan soit utilisé dans les transactions commerciales de préférence au dollar, il tombe sous le sens qu’il ne peut rester accroché au dollar. Et donc, il a brisé ce lien contre nature.

Pour moi, c’est un signe de la confiance que les autorités Chinoises ont dans la valeur de leur monnaie. Les marchées ont interprété cela comme un signe que la Chine voudrait dévaluer, ce qui me parait faux. L’ excédent des comptes courants Chinois va exploser a la hausse du fait de la baisse des matières premières, la Chine a d’énormes réserves de change et dire que le Yuan va dévaluer me parait aussi étrange que de dire que le DM allait baisser en 1987 quand les accords du Louvre ont volé en éclats.

Bref, je persiste et je signe.

Tout portefeuille détenant des actions doit se protéger en ayant en parts égales des obligations longues US et des obligations courtes en Yuan.

La baisse actuelle des obligations en Yuan est une opportunité d’achat.

image001

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

39 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • marc

    8 September 2015

    Merci, M. Gave, très bon article.

    Belle interview d’Emmanuelle Gave aussi, je retiens “Libéraux conservateur”, je pense qu’il est indispensable de le dire tout le temps, il ne faudrait pas que les gens vous confondre avec les libéraux bisounours qui vivent dans la matrice, tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil.

    Juste une question a t’ont un chiffre sur l’économie informelle en Chine (au black), parce que j’y suis et je vois tout le monde faire du black, comment calculer le PIB si tout le monde fait du black. (Deng Xiaoping a dit enrichissez vous, et c’est ce que les chinois font) (et peut importe que le chat soit noir ou gris, seul le résultat compte)

    merci

    Répondre
  • stephanie

    7 September 2015

    Bonjour,

    je cite : ” Chacun sait que la croissance économique a une source et une seule : le processus « Darwinien » de destruction créatrice mis à jour par Schumpeter ”

    Jancovici , gael giraud comme d’autres dans ce domaine montre bien que les deux sources fondamentales de la croissance sont d’un coté la croissance de la consommation des ressources primaires , et de l’autre la croissance de la consommation d’energie plus l’amélioration de l’efficacité energétiques des processus de production . ( le capitale n’est qu’une boucle interne au système )

    vous pouvez organiser la fiscalité , la société comme vous aimeriez qu’elle soit , si demain je vous enlève par exemple toute les energies fossilles et renouvelables , la croissance sera négative , sacrément négative .

    Répondre
  • stephane

    7 September 2015

    La croissance économique a une source et une seule : le respect des droits fondamentaux des individus, qui seul permet l’accumulation de capital et l’innovation.

    La destruction créatrice n’est qu’un des nombreux phénomènes en découlant, il ne faut pas confondre la cause et les conséquences.

    Répondre
  • Robert Marchenoir

    5 September 2015

    Alors comme ça, Emmanuelle Gave passe sur Radio Courtoisie, et on n’est même pas prévenus ?

    Il n’y a pas de trailer, de teaser, de bande-annonce, de courrier personnalisé envoyé aux fans avec photo dédicacée ? Mais quel scandale !…

    Répondre
    • idlibertes

      5 September 2015

      CHer Robert

      Merci pour votre soutien inconditionnel. Nous n’avons nous même été prévenus que la veille à 19 h, mais enchantés tout pareil

      Amicalement

    • Duff

      5 September 2015

      je suis en train d’écouter, j’ai presque fini, très bonne prestation au demeurant. Robert, avec les réseaux sociaux on est au courant à temps 🙂

    • Robert Marchenoir

      5 September 2015

      Duff,

      Je refuse d’être présent sur les “rézosocio”.

      Twitter est une entrave à la liberté d’expression, avec sa limitation de longueur ridicule, et Facebook est une atteinte à la vie privée, avec sa mainmise sur les données personnelles et leur diffusion.

    • Josick Croyal

      6 September 2015

      C’est pourtant dans les commentaires, dans les courtes expressions que se trouve le monde de demain… Et c’est vrai, noyé dans un déluge.
      Prions pour la qualité ne sombre pas définitivement !

    • idlibertes

      6 September 2015

      Il faut effectivement, en nom propre, être sporadique avec les rezosocio, je vous rejoints.

    • Duff

      6 September 2015

      Robert vous avez raison, après il y a la possibilité minimale de verrouiller la confidentialité. Une des raisons pour lesquelles j’utilise un pseudo alors que je ne fais aucun mystère en publique de mes idées.

    • Robert Marchenoir

      7 September 2015

      Je suis obligé de reconnaître que la présence sur les rézosocio est hélas indispensable désormais pour qui veut se faire connaître. Voire faire connaître des choses plus intelligentes, dites ailleurs, plus en longueur, comme ici par exemple.

      Mais cela ne m’empêche pas de le regretter. Incidemment, j’ai à plusieurs reprises essayé de créer un compte Facebook. J’ai toujours été refusé. Mes adresses mail ne plaisaient pas à ces messieurs, enfin il y avait toujours un problème. Comme c’était surtout pour lire ce que disaient les autres, et que le concept lui-même me dérange, je n’ai pas insisté.

      De plus, Facebook prétend interdire les pseudonymes, et même si on peut tenter de contourner l’interdiction, le principe même est inacceptable.

      Quant à Twitter, c’est une entreprise de destruction de la langue française (et des autres), de la pensée et de la politesse.

  • Sverre

    5 September 2015

    Merci pour vos articles.

    Répondre
  • Patrick

    4 September 2015

    Très bon article, mais …

    Je persiste et signe, Il ne peut y avoir de “Les prix de marché pour les taux d’intérêts” si le système juridique affaiblit le lien de responsabilité du débiteur sur une dette (entre autre par la responsabilité limitée, par l’existence d’une banque centrale, etc.).

    Répondre
  • Josick Croyal

    4 September 2015

    ” Chacun sait que la croissance économique a une source et une seule : le processus « Darwinien » de destruction créatrice mis à jour par Schumpeter.”

    Je tique énormément sur cette formulation.

    La sélection naturelle ne peut sélectionner que des “nouveautés” qui ont été mises en place, elle n’explique pas comment elles se sont mise en place.

    Des milliers essayent, quelques uns réussissent… Ou selon la formule de l’Evangile : “beaucoup d’appelés, peu d’élus”.

    Qu’est-ce qui fait que cela bascule, que subitement, c’est comme si le plomb se transformait en or ?

    Donc, il y en a qui ont la rage, rage d’entreprendre : “Cela va saigner”. On veut en découdre. Il y a de la sueur et du sang.

    Le drame actuel est que l’on fait tout pour décourager cette hargne. On a plus la niaque : surtout “pas de stress” !

    Mais cette ardeur, qui met en place comme une érection (“cacher moi cette bosse que je ne saurais voir !” nous dit le système social français), ne fait pas tout. Comment est-ce qu’on bascule dans le succés ?

    C’est là tout le mystère de la transformation, pour moi brisure du flux ROuge et de là l’inversion, manifestation OR.

    Je viens de découvrir une femme qui semble manifester actuellement cela.

    Elle a écrit un premier roman plein d’hémoglobine… Puis “C’est décidé, je pars du scénario pour reconstruire totalement mon roman. La version 2 n’a plus grand chose à voir avec la précédente et voit le jour dans la plus grande intimité …” Et il semble que cette seconde version s’en va vers le succès…

    Répondre
  • Josick Croyal

    2 September 2015

    “Toute croissance inorganique est à terme fatalement phagocytée par l’organique.”

    C’est en ces termes que je traduirais le constat de Charles.

    Autrement dit : “Tous les efforts de construction sont à terme laminés”.

    Il me semble qu’en biophysique, cela avait été aussi le constat désespérant de Roland Pigeon, un québécois auteur d’une loi sur l’équilibre minéral et microbiologique du sol.

    Cette fatalité, me semble-t-il pourrait être évitée si l’on comprenait… ce qu’on ne comprend pas encore et qui a à voir, me semble-t-il, avec la résolution de la quadrature du cercle, le partage de la “force” RO (retournement s’exprimant alors par l’inversion OR… de là toute la mythologie autour de l’or ?)… pistes légères d’un chercheur solitaire.

    Répondre
    • Josick Croyal

      6 September 2015

      “Toute croissance inorganique est à terme fatalement phagocytée par l’organique.”
      Ce qui pourrait être dit de cette façon : ” les personnes entreprenantes, perfectionnistes ou anxieuses sont plus susceptibles que les autres de souffrir.”
      Ce serait un homme plébicité par le magazine Forbes comme le « meilleur médecin américain qui le dit. Son livre viens de paraitre en français (je vais le recevoir lundi) : “Le meilleur anti-douleur c’est votre cerveau” de John E Sarno.
      Devoir appliquer cela à l’organisation sociale.

  • Josick Croyal

    1 September 2015

    Dans son post précédent, Charles précisait : “En ce qui me concerne, j’ai 72 ans, je rentre en France à partir de Septembre de cette année et je me fous de ce qu’«ils » peuvent me faire (pas grand-chose).”

    Là, ce 31 aout, il nous pond un post qui récapitule la situation d’effondrement qu’il ressend.

    Les deux sont-ils liés ?

    Pour ma part, mon premier retour au bercail a été associé à un effondrement des projets que je pouvais formuler (pluies de pavé administratif à mon encontre) ; le second associé à un effondrement physique personnel. Donc une réflexion pour moi hors norme, cela pour tenter de comprendre.

    Par son retour au foyer, l’homme aimerait faire coup double et du même coup faire alliance entre le quantitatif et la qualitatif, résoudre la quadratrure du cercle et donc, du même coup, comprendre le mystère de l’ouroboros (illustration du post précédent, celui de Netter), cercle à quatre pattes…

    Bon vent donc à Charles et à toute l’équipe de l’IDL.

    Répondre
  • alex

    1 September 2015

    “Je n’ai cessé de dire aussi que les autorités Chinoises … tentaient de revenir a des prix de marché pour les taux d’intérêts et les taux de change”. Pour remplir cet objectif, que la chine sorte du Peg avec USD parait parfaitement logique et cohérent. Mais alors que les économistes s’accordent à dire que le Yuan est sous-évalué pourquoi en sortir par le bas (dévaluation) plutot que par le haut (réévaluation) si on veut tendre vers des prix de marché dans lesquels le yuan devrait être plus cher par rapport au USD? Est ce que finalement l’objectif de cette variation monétaire n’est pas tout simplement d’essayer de relancer la compétitivité à l’exportation du pays sans se soucier pour l’instant des prix de marché en ce qui concerne la parité entre la devise chinoise et le dollar? Idem pour les taux d’intérêts. Merci pour votre éclairage. Bien cordialement.

    Répondre
  • Poipoi31

    1 September 2015

    Tres bonne analyse, et tout a fait d’accord sur les Chinois; se reporter au papier de l’economiste japonais de BNP Paribas Ryutaro Kono qui explique parfaitement ce qui se passe, contrairement a la propagande mediatique officielle…

    Répondre
    • Loiz Fauquez

      4 September 2015

      Ce papier est il accessible ? Je ne l’ai pas trouvé sur le net, si vous aviez un lien…

  • alri

    31 August 2015

    Bonsoir
    je me permets de réagir en non économiste. Je n’ai pas vraiment l’impression que qui que ce soit ne maîtrise quoi que ce soit dans toute cette histoire , y compris les chinois. Si l’occident tombe, la Chine chutera même si elle sait se rendre indispensable .
    La question est la suivante:de quoi s’agit – il lorsque l’on parle de chute ?Décadence à la Romaine ? Retour du Roi? Retour du racisme absolu? 1000 ans d’histoire terminés ? On contemple cette pendule en attendant les prochaines vacances ?

    Répondre
    • gil

      1 September 2015

      @Alri : je ne suis pas économiste non plus, mais ce qu’il est simple de comprendre, c’est qu’un jour, quand tu dépenses en permanence plus que tu ne gagnes, c’est que ça s’arrête…soit tu le fais gentiment et progressivement en “bonne” période, comme la GB, ou tu le feras dans les pleurs comme sera obligée de le faire la france.
      et la réponse à la question de quoi parle t’on en ce qui concerne la chute, c’est de chute économique. Inutile de dire que quand l’état ne pourra plus payer ses fonctionnaires, les retraites, le RSA, etc..ça tankera sévère, ça ne sera pas la fin de 1000ans d’histoire, mais le commencement d’une période assez noire

    • alri

      1 September 2015

      Re bonsoir
      Oui en effet la France est cuite car c’est nous contre le monde entier et on ne va pas s’en sortir isolés dans notre coin .
      Pour ma part, le socialisme ne marche pas et le capitalisme ne fait pas mieux. On ne peut tout de même pas continuer à hyperconsommer de cette manière? Ça tombe sous le sens. Un petit coup de démographie dans tout ça et c’est fini. Soit on se calme, les chinois et les autres y compris, soit on va tout droit vers un nouveau carnage militaire mais comment? Quand? Qui va prendre quoi dans la figure en premier… j’en sais rien.

    • gil

      2 September 2015

      @alri :
      “Pour ma part, le socialisme ne marche pas et le capitalisme ne fait pas mieux. On ne peut tout de même pas continuer à hyperconsommer de cette manière?”

      Déjà, point 1, le socialisme ne marche JAMAIS.

      Deuxièmement ( et désolé, je vais être un peu long !), vous confondez capitalisme et capitalisme de connivence.
      Je vais faire une petite démonstration :(ne pas tenir compte des dates et noms qui sont fictifs) :

      Nous sommes en 2000 avant JC et un petit Gaulois vient d’inventer le Pain dans le Bordelais ! Tout de suite, c’est un succès et la demande est très importante…Elle n’est pas satisfaite : les prix augmentent – Il embauche des gens pour l’aider et mieux répondre aux besoins, puis des concurrents font leur apparition, les prix stagnent dans la région. On part à la recherche de débouchés dans d’autres régions : succès, ça repars à fond la croissance ! …puis la demande est satisfaite : stagnation …puis baisse des prix, puis disparition des mauvais…(pour le moment nous somme dans le capitalisme normal)
      Et là, entre en jeu le capitalisme de connivence :
      Ne trouvant plus assez de débouchés et ne voulant pas baisser les prix le syndicat des boulangers va pleurer chez le gouvernement, qui décide d’instaurer des normes (la baguette devra faire 50cm et peser 80 grammes par ex, utiliser telle farine fabriquée selon telles normes(celle des copains), etc…les prix cessent de descendre et remontent artificiellement (ce sont les normes et copinages qui font monter les prix et non la demande)…
      L’état y trouve son compte car il embauche alors plein de copains qui vont vérifier le respect des normes…
      Cela marche un moment mais les prix sont faussés et les gens dépensant trop pour le pain, ça grippe d’autres secteurs. L’état se dit alors “et si on multipliait l’argent!”….
      Mais, les gens ne pouvant manger qu’une quantité déterminée de pain ne peuvent pas en manger plus, quel que soit la quantité d’argent, et ceux plus pauvres, qui voudraient en manger ne le peuvent pas car trop cher à cause des parasites qu’elles font vivre….
      Voilà ou nous en somme actuellement

    • alri

      3 September 2015

      Re Bonjour
      je pense que vous ne prenez pas en compte tous les éléments du problème. Le capitalisme ne marche pas en dehors du cadre moral qui consiste à limiter ses besoins. Population vieillissante qui épargne à fond, recherche d’hyperrendement en jouant sur les marges de tout (sous effectif,salaires bas….), mise sous pression des gens pour acheter sans arrêt… La dessus vous ajoutez un pic démographique avec une jeunesse qui veut la même chose et qui n’a rien et cela à l’échelle mondiale… je pense que ça pète . Je crois que le capitalisme ne marche pas. De toute façon , vous avez des gens qui cherchent des passes droits dans tout. A partir d’une certaine masse critique de gens, vous en avez toujours qui tirent au flanc.

    • charles gave

      1 September 2015

      Cher Alri
      Bonne question
      L’effondrement final est une vieille notion Marxiste a laquelle je ne crois guere
      Depuis des lustres, les politiques distribuent des prebendes non gagnes a leurs clienteles.
      Cela veut dire qu’il y a des montants astronomiques de “droits non gagnes” qui se baladent
      Ce qui va se passer est donc que ces droits non gagnes vont disparaitre en tout ou en partie, un peu comme a la fin de l’Union Sovietique
      comme toujours s’en sortiront ceux qui ont un vrai metier.
      Le coup risque d’etre rude pour les pauvres retraites qui ont cotise et n’auront pas grand chose en retour
      Donc une grosse redistribution des cartes, les peuples devant apprendre que l’on ne peut se voter des augmentations de niveau de vie. Il faut les gagner
      Amicalement
      CG

    • Duff

      2 September 2015

      Entièrement de votre avis,

      Ce qui me préoccupe en Europe actuellement, ce sont deux faits nouveaux inconnus dans les remises des compteurs à zéro déjà observés dans l’histoire:

      1/ L’Europe est plus vieille que jamais : Les retraités gâtent leurs petits enfants de cadeaux ou de sucreries comme par le passé mais votent pour un status quo qui leur est favorable. Je renvois les lecteurs de l’idl à l’échange très instructif que vous aviez eu avec Gaspard Koenig que je résumerais en “l’impossibilité électorale et la folie économique de restructurer la dette”. Mais la conclusion pour un bac+5 de 35 ans comme moi est limpide. Je ne cotise pas pour ma retraite mais pour assurer encore un peu dans le temps la pérennité des imbécillités de la génération 68 qui a cramé le capital de 2 générations (au moins – je vous cite).

      2/ l’Europe n’a jamais été aussi “sociale” comprendre aussi socialiste et donc selon Bastiat où jamais on n’a autant encouragé les individus à vivre aux dépens des autres via la grande fiction de l’état – arroseur de prébendes s’il en est. Blocage électoral à la réforme, refus de migrations (pour peu qu’elle soit jeune et motivée) et in fine vote pour d’autres démagogues pas plus efficaces pour assainir la situation.

      Si je résume, lors qu’autant de pays semblent partager les mêmes difficultés, je crains que le nombre de perdants soit encore plus démultiplié ainsi que les rancœurs de celles qui nourrissent les guerres. Ce que je crains n’est pas une simple redistribution des cartes dans la joie et la bonne humeur. Je m’attends plus à un dénouement encore jamais observé…

      cdlt

    • nolife

      2 September 2015

      Le tout dans un beau petit schéma de ponzi à plusieurs centaine de milliards d’€.

    • Duff

      3 September 2015

      Oui et pour préciser, le Canada et la Suède ont réfléchi aux réformes et à leur “modèle social” c’est à dire en vérité quelle est la véritable place de l’état dans l’activité humaine et celle laissée au marché à une époque ou rien n’était perdu pour les autres. Quand Juppé et Chirac ont cédé à la rue en décembre 1995, les plus visionnaires savaient qu’après Maastricht, ça sonnait le glas de la France mais à cette époque rien n’était perdu. Ce n’est que très récemment et par le retour aux affaires des socialistes en 2012 qu’on a commencé à entendre que pour tenir nos engagements européens, certains “ajustements” étaient désormais indispensables. Dans cette débâcle je tien Chirac comme un éminent responsable.

    • nolife

      5 September 2015

      Rien de pire qu’un ministre prêt à bouger (Madelin ou autre) et qu’un supérieur (Chirac, Juppé Sarkozy ou autre) pissant dans son froc pour 200 000 fonctionnaires dans la rue …

      Enfin, il paraît que les mentalités commencent à changer …

    • alri

      3 September 2015

      Bonsoir Monsieur
      Félicitations pour votre site. J’apprends plein de choses. Vos prestations télé sont très intéressantes.
      J’adhère à votre point de vue. Je ne crois au socialisme ou au communisme. Ces gens se comportent comme des insectes aggressifs attirés par le pot de confiture. Ils dépensent l’argent des autres sans compter pour arranger leur business en premier lieu.
      Mais megariches et megapauvres ne font pas bons ménages . Au bout de la quinzième Ferrari il faut quand même se poser la question du sort du gamin qui ne mange pas correctement au bas de sa rue.

  • CHS

    31 August 2015

    la question de l’accueil des migrants avec les modalités de répartition et de financement en cours, va constituer une échelon supplémentaire du développement du”délire organisé” intellectuel, monétaire et financier occidental que vous évoquez,

    n’étant pas une île transférant habilement ses contrôles douaniers sur un sol tiers , l’Allemagne propose habilement une répartition des soldes migratoires et de leur financement;
    une sympathique mutualisation humanitaire lui permettant de s’affranchir d’une très large part des coûts qu’elle connait bien, c’est à dire un remake adapté de la réunification, tout en s’assurant une réserve de main d’oeuvre pesant sur les salaires et compensant son vieillissement
    tout en faisant plonger un peu plus les “finances” des associés impécunieux buveurs de vin, en assurant un peu plus sa domination.
    Bruxelles étant enchanté d’avoir à développer ses effectifs et augmenter ses budgets
    ne parlons pas des plongeurs acrobatiques budgétaires français aux maillots roses et roses foncés tout heureux d’une démonstration au nom d’un altruisme laic et religieux , pour mieux asseoir leur présence et leur pouvoir, un plaisant reverse de 1905 pour beaucoup!
    on doit bien sourire à Pékin.

    Répondre
  • caullet

    31 August 2015

    erratum: “Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation……”

    Répondre
  • caullet

    31 August 2015

    Le coup d’état de l’oligarchie financière ne remonte-t-il pas à la conspiration de l’île Jekyll qui a abouti au Fédéral Act de 1913, dont l’histoire est relatée dans ” Les secrets de la RESERVE FEDERALE ” par Eustace Mullins ?
    Ce qui nous a valu la 1ère guerre mondiale, financée par cette oligarchie avec de la monnaie créée “ex nihilo”, les protagonistes n’ayant pas les ressources financières pour la faire sans ces financements venus de nulle part.
    Même scénario pour la deuxième.
    Il paraît que voilà la 3ème….
    “Donnez-moi le contrôle d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de qui font ses lois”
    Mayer Amschel Rothschild.

    Répondre
  • riz

    31 August 2015

    Ce processus sans fin de taux à zéro correspond aussi à une volonté politique de désendettement .Au sortir de la seconde guerre mondiale on a aussi spolié les créanciers , épargnants , détenteurs d’obligations de cash etc …
    C’est surtout l’inflation et la croissance qui s’en est chargée , les 30 glorieuses ont aidé .Dorénavant c’est et on en est sûr du fait du vieillissement , de la désindustrialisation , du poids du secteur public, du poids des services où un coiffeur ou un épicier n’iront pas plus vite , des dettes , de l’absence de réformes , de l’euro les 30 glaborieuses sont devant nous .
    On oublie aussi de dire que sur un prêt à 5% les banques gagnent plus d’argent que sur un prêt à 2.5% où les marges sont inexistantes alors pourquoi prêter alors que le risque (impayés) n’est plus couvert .
    Mais ce sont surtout les retraités qui se font avoir (les épargnants aussi) puisque si vous placez 50 milliards d’euros (le cas en France) à 2% moins inflation soit du négatif au final et vous n’avez pas le choix car on vous oblige à le faire par la loi .Avant le rendement net pouvait être de 2 à 3% par an voire plus sur les obligations on ne s’étonnera pas de la faillite accélérée des systèmes de retraites par répartition .Cette politique à taux zéro vole les retraités mais ils ne s’en rendent pas toujours compte .Les caisses de retraites rentrent à des taux inappropriés inférieur à 3% (si les oat 10 ans sont inférieures à 3% il y a manipulation de marché il suffit de voir un graphique sur 100 ans où le bottom absolu momentané à toujours été 3% dans un marché normalement régulé) .Mais quand les obligs vont revenir (pas sûr puisque ce n’est plus un marché comme le marché du porc en Bretagne pourquoi reouvrir le marché au cadran dés lors que ce n’est plus un marché ) à leur niveau naturel et là ce serait 3.5% et les prix des obligs s’effondreront sans que ça rapporte puisque nous avons une inflation nominale de 2.5 à 3% l’an .Et encore je ne parle pas des frais de gestion de nos caisses de retraites qui sont les plus élevées au monde et qui vous bouffent toute la marge .
    Les prêts à taux zéro et bas ont poussé les gens vers l’immobilier , résultat des courses à nouveau une spoliation , ils perdent 3% l’an sur les prix et 2 à 3% en nominal (inflation) plus les frais de notaire (qui ne sont pas remboursés par le papa Noël) plus les impôts taxe foncière , entretien du bien , taux d’intérêts si prêt à la banque etc …
    La baisse des prix de l’immo est aussi une bonne nouvelle car les entrepreneurs arbitrent parfois entre spéculation immobilière et leur E dans la gestion de leur cash (pas si rare) et cet effet d’éviction vers l’immo va cesser et c’est tant mieux .
    Les taux à zéro sont aussi un anesthésiant vis-à-vis de l’endettement , on ne ressent plus le poids des dettes donc attention au retour de bâton .
    Vous avez moins de prêteurs donc moins d’investissement potentiel , ça ne vaut pas le coup de prêter .
    Si les investisseurs perdent de l’argent sur leurs investissements en obligations Suisses ou autre (prêts à taux négatifs ) c’est que l’on marche sur la tête .
    Ray Dalio à la tête du plus gros hedge fund du monde (169 milliards de dollars) a dit de la France que sans réformes la croissance à long terme restera à 0.5% l’an (je suppose par tête sinon c’est une croissance zéro !!!!) .
    Difficile équation alors que notre système social nécessite une croissance de 3% l’an environ (santé , retraite , secteur public à assumer…) .

    La France a toujours eu une épargne abondante mais des taux à zéro appauvrissent donc la France , l’immo représente 67% du patrimoine des ménages , or en constant il perd plus de 5% l’an …. quant au capital des E nous sommes toujours en dépression sur le secteur privé et tout cela avec une baisse de 20% de l’euro , de 50% du pétrole , une baisse des taux d’î , des voisins qui nous tirent (GB,Espagne…), un cice … tout cela pour faire un second trimestre avec 0% de croissance .

    Répondre
  • nolife

    31 August 2015

    Bonjour,

    Vous avez dit chez BFM Business, les USA sont à la veille d’une récession, on nous a annoncé une croissance à 3,7 % lorsqu’ils ont vu que les marchés baissaient, chiffres bidonnés ou pas ?

    Pour la Chine, le Japon a connu une grosse croissance dans les années 70, 80, puis les accords de Plaza et du Louvre ensuite, bulles boursière et immobilière, ensuite baisse de la population active amenant la croissance à quasiment 0 malgré une croissance par tête de pipe positive, ne croyez-vous pas que structurellement, la Chine a mangé son pain blanc (ou riz blanc) ?

    Il paraît que les coûts salariaux explosent en Chine

    Le passage à une économie de la connaissance et robotisée entraîne une destruction des emplois peu qualifiés qui occupaient une grande partie de la population chinoise, d’où risque de tension sociale.

    Au fait, maintenez-vous votre opinion sur les marchés actions chinois ?

    Répondre
    • charles gave

      31 August 2015

      Cher NOLIFE,
      Comme j’ai essayé de l’expliquer il y a deja plus d’un an , au début du processus de developpement, le pays souffre d’une insuffisance d’infrastructure moderne. La rentabilité de nouvelles infrastructures est donc supérieure à la rentabilité dans le secteur privé, Mais le secteur privé ne peut créer ces infrastructures dont la rentabilité est diffuse. Il faut donc que l’Etat s’en charge et pour se faire suive une politique de “repression financiere” ce qui implique non convertibilité de la monnaie, taux de change sous évalué et très bas taux d’interéts. Cette politique amene à un excedent d’épargne qui peut etre alors utilisée pour batir les infrastructures nécessaires
      Arrive un moment, et nous y sommes ou la rentabilité du secteur privé deviEnt supérieure à celle des infra structures et ou il faut donc ramener les taux d’interets et taux de change à des niveaux de marché.
      C’est une operation très difficile, le Japon a échouè, la Corée a reussi
      Cela veut dire que la croissance Chinoise à partir de maintenant devrait etre tirée par la demande interne.
      C’est bien sur dans ces activités qu’il faut detenir des actions. Garder celles qui ont beneficié de la repression financiere serait suicidaire
      Quant à la population, elle va commencer à baisser à partir de 2025-2030 et si les salaires “explosent” cela doit vouloir dire que la demande de travail augmente dans les secteurs porteurs. Voila qui est de bon augure pour la croissance Chinoise
      Amicalement
      CG

    • nolife

      1 September 2015

      Je reste sceptique quand même …

      D’après ce que j’ai lu à gauche à droite et compris, l’obesesssion du PCC est d’employer sa population, d’abord sur le modèle allemand ( – 2008), la Chine atelier et usine du monde, ensuite modèle espagnol (2008-2014) bulles immobilières et surinvestissement dans les infrastructures.

      A partir de maintenant, ils essaient de passer à une économie de type mûre, et donc la croissance industrielle est derrière nous et place à l’économie de service avec tentative de créer des vraies conditions de marchés.

      Je pense que les dirigeants chinois ont raison de faire cela et que cela peut prendre du temps et que cela risque d’être un hard landing.

      Cela dit, pour prospérer, il faut aussi accepter la récession et purger les mauvais investissements, par exemple il y aurait 65 millions de logements vides en Chine, les usines tourneraient à 50 % de leur capacité contre un peu moins de 80 pour les USA, laissé son marché boursier redescendre sur Terre (la fréquentation de Macao a baissé de 40% en faveur de la Bourse) …

      Pour ce qui est de l’épargne, on m’a dit que là-bas, vous n’avez pas de sécurité sociale comparable à la nôtre et que vous devez épargné pour faire face à une éventualité, faut-il s’attendre aussi au développement d’un relatif état-providence ?

      Vous aviez écrit sur votre ancien site (lafaillitedeletat), depuis 2000, ce que la Chine achète, j’achète et donc acheter les matières premières, les machines-outiles et voitures de luxe allemandes dans les années 2000, qu’aurait besoin la Chine pour son nouveau développement ? Que deviendront le Brésil, la Russie et bien d’autres producteurs de matière premières ? A l’instar du pétrole un contre-choc des matières premières redonnerait de la croissance en volume aux économies occidentale mais nos banquiers centraux sont là pour l’empêcher (Lutte contre la déflation !).

      Cela fonctionnera-t-il ? Parce que comme vous l’avez dit avec les Allemands et l’€, se sevrer d’une politique mercantiliste n’est pas facile surtout quand on l’a dans son ADN (Jean-Marc Daniel raconte une anecdote d’une délégation chinois il y a plusieurs siècles allant en Grèce allant faire ses courses et plutôt qu’acheter de l’huile d’olive contre de la soie, ils ont préféré achetés que des graines … )

      Dernière chose, le ministre belge des Finances, Johan Van Overveldt (monétariste semble-t-il) qui avait notamment publié :

      – The End of the Euro: The Uneasy Future of the European Union
      – The Chicago School: How the University of Chicago Assembled the Thinkers Who Revolutionized Economics and Business
      – Bernanke’s Test: Ben Bernanke, Alan Greenspan, and the Drama of the Central Banker

      a publié ces jours-ci :

      – A Giant Reborn: Why the US Will Dominate the 21st Century

      Selon, lui, c’est les USA qui ont les meilleurs cartes en main.

      Qui vivra verra …

      Merci pour votre réponse.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!