https://institutdeslibertes.org/quelle-place-doit-on-accorder-a-lislam-en-france/
Jean-Jacques Netter

Quelle place doit-on accorder à l’islam en France ?

Pour rebondir sur le dernier papier de Charles Gave « Quand le sage (Eric Zemmour) montre la lune, l’idiot regarde le doigt », il parait intéressant de passer en revue une sélection de livres qui sont très rarement cités par les media bien-pensants, car ils décrivent souvent la disparition d’une culture sous les coups de boutoir d’une religion militante et de ses complices.

L’immigration musulmane est en train de remodeler définitivement l’Europe

Plusieurs générations de dirigeants politiques ont fondamentalement modifiénos sociétés sans le consentement et contre le souhait des peuples. Depuis la fin des années soixante, des vagues migratoires successives arrivent de façon continue en Europe. Pour en mesurer l’impact, tant démographique que culturel. Dans son dernier livre « L’étrange suicide de l’Europe: Immigration, identité, Islam »Douglas Murray, journaliste britannique, a rencontré de Malmö à Lampedusa et de Londres aux îles grecques des migrants, policiers, juges, médecins, et des responsables politiques et humanitaires. Non seulement le continent change à grande vitesse mais il constate partout le même phénomène : en matière migratoire, les responsables européens préfèrent toujours les positions généreuses, compatissantes et ouvertes, car elles leur rapportent des bénéfices médiatiques immédiats. Ils savent bien pourtant qu’elles conduisent, partout, à des problèmes nationaux à long terme. Et comme Murray a pu le constater, ces problèmes commencent à se voir dangereusement. D’ici la moitié de ce siècle, il est plus que probable que la Chine ressemblera encore à la Chine, l’Inde à l’Inde… Mais, au rythme auquel elle change, l’Europe n’aura plus rien à voir avec ce qu’elle était il y a juste quelques décennies. Douglas Murray pose donc la question : faut-il faire de l’Europe le seul endroit au monde qui appartienne à tout le monde ? Est-ce la volonté des Peuples et est-ce raisonnable du point de vue du “bien commun” ? Le compte à rebours a commencé.

L’Europe peut-elle rester la même si sa population change ?Pour répondre à cette question Christopher Caldwell, journaliste américain, avait dès 2011 sorti un livre important :« Une révolution sous nos yeux. Comment l’islam va transformer la France et l’Europe ».  Il fait le point sur la position des pessimistes sur l’immigration musulmane en Europe.La révolution qui se produit sous nos yeux constitue la première analyse sans concession des bouleversements colossaux induits par les vagues d’immigration à dominante musulmane que connaît l’Europe de l’Ouest et la France en particulier, depuis un demi-siècle. Observateur scrupuleux de l’Islam et de l’Europe depuis plus de dix ans, Caldwell montre que les élites européennes ont sous-estimé voire totalement éludé les effets sociaux, spirituels et politiques de l’immigration musulmane, qui sont considérables et durables, au profit des effets économiques, qui sont faibles et transitoires. A partir d’une documentation méticuleuse il expose clairement de quelle façon l’immigration musulmane est en passe de remodeler définitivement l’Europe.

Un changement progressif de société est à l’œuvreportant atteinte au modèle laïc et républicain. Pour Yves Mamoudans « Le grand abandon.Les élites françaises et l’islamisme »,les pouvoirs ont laissé se constituer une nation islamiste en raison de l’absence de contrôle des flux migratoires depuis trente ans. Le « vivre ensemble » veut obliger la société d’accueil à renoncer à des traits de son identité.

Les penchants suicidaires de l’Europe et de la France

Face à l’islamisme, il faut dénoncer la paresse intellectuelle,la cécité volontaire et la lâcheté d’une gauche sectaire qui a fait fuir les intellectuels.  Depuis plus d’une décennie on assiste à la « Trahison des clercs », des intellectuels passés maîtres dans l’art de s’aveugler par incapacité à admettre que le Mal puisse parfois surgir du camp des anciens damnés de la terre- réputé être celui du Bien. Alexandra Laignel Lavastinedans « La pensée égarée. Islamisme, populisme, antisémitisme: essai sur les penchants suicidaires de l’Europe »pense que nous faisons le lit d’une Europe d’extrême droite. Bien-pensants et mal-pensants, qui s’imaginent croiser le fer, ne voient-ils pas qu’ils ne cessent de faire monter ensemble les deux plus grands périls de l’époque : le national-populisme d’un côté, l’islamisme de l’autre ? Deux mondes en crise se retrouvent aux prises sur le Vieux Continent : l’européen, désemparé par son basculement dans la mondialisation et le musulman, hanté par sa grandeur perdue. Là réside l’explosive nouveauté de notre temps.

Si nous ne renouons pas avec la part lumineuse de la culture européenne, c’est un monde de cendres que nous lèguerons à nos enfants. À moins qu’on ne préfère écrire avec Kafka au premier jour de la Grande Guerre : « Cet après-midi : piscine ». Avec un autre sens de la tragédie qui s’annonçait…

L’incapacité de la gauche à appréhender l’islamismetentant désespérément à le ramener vers sa seule dimension sociale. Pierre Birnbaumdans « Un silence religieux. La gauche face au djihadisme » pense qu’n évacuant la religion de son mode de pensée, elle se condamne à ne rien comprendre de ce qui se joue…

La France et le monde chrétien en général est en train de subir les débuts du séparatismeethnique d’une population qui ne veut pas (et qu’on ne pousse pas) à s’intégrer. Selon Ivan Rioufoldans « La Fracture identitaire »,les signes de cette fracture apparaissent dès l’école. Les lycéens qui brûlent les voitures et brisent les vitres après l’élection de Nicolas Sarkozy forment les premiers « signes » de cet échec de l’école. Face à l’islamisme, les élites dorment encore au lieu de combattre l’ennemi. La culture de l’excuse qui est celle d’Emmanuel Macron est l’héritière d’un humanisme dévoyé.

La France est colonisée par l’empire arabo-musulman.Renaud Camusauteur jugé non politiquement correct dans « La dictature de la petite bourgeoisie »pense que le peuple français indigène risque de disparaître submergé par des hordes de néo-français. Pour le théoricien du “Grand Remplacement” nos gouvernants sont des collabos et le ramadan est le festival de Cannes de cette colonisation. Quiconque exprime une opinion hétérodoxe comme Renaud Camus, Richard Millet, Michel Houellebecq et Michel Onfray est voué à l’opprobre et à une lapidation symbolique.  Il faut rappeler qu’en 2000, Derrida et Sollers ont signé une pétition faisant des propos de Camus “des opinions criminelles qui n’ont comme telles pas le droit à l’expression” !

 L’islamosphère occupe une grande partie de l’espace médiatique

Pour l’islamosphère, le musulman incarne la nouvelle figure de l’opprimé. Intellectuels, responsables politiques ou acteurs associatifs investissent l’espace médiatique. Il importe de le défendre le musulman contre l’homme blanc qui est toujours coupable. Pour Judith Waintraubet Vincent Nouzilledans« L’islamosphère »les plus actifs sont parmi les intellectuels: Edgar Morin, Jean Beaubérot, Emmanuel Todd, Raphaël Liocer; parmi les politiques: Benoit Hamon, Jean Louis Bianco; parmi las associations et les Media: Edwy Plenel, Laurent Joffrin, Tariq Ramadan, Marwan Muhamad, Idriss Sihamedi…

L’islamophobie est une arme d’intimidation pour dissuader d’observer la réalité.Les Frères Musulmans pensent que l’Occident deviendra un jour musulman car c’est un empire du mal aveuglé de passions mauvaises explique Philippe d’Irribarnedans « Islamophobie-Intoxication idéologique »

Le multiculturalisme et l’Union Européenne détruisent les nations et la démocratie.Telle est la thèse iconoclaste d’un professeur de droit hollandais, Thiérry Baudetdans « Indispensables frontières ». Selon lui,la double nationalité doit être supprimée, car elle entraine des conflits de devoirs contraires à la loyauté nationale. L’Union Européenne consacre le règne moderne de la déconstruction. L’oligarchie européenne va provoquer l’émergence d’une tyrannie douce et de régions soumises au régime de la Charia…

L’islamo gauchisme est devenu expert pour promouvoir les culturesaccueillies au détriment de la nôtre sans vouloir admettre qu’elles sont en train de détruire cela même qui légitimait l’accueil. Telle est l’opinion de Chantal Delsoldans « Pourquoi est il impossible en Europe d’avoir un vrai débat sur l’immigration ».

Le “vivre ensemble” est une expression inepte, indécente.Elle camoufle l’apartheid des cultures. Pour Jacques Julliarddans « Le Djihad, le mal et le paradis »,  ce n’est qu’une blague sanglante. Pour permettre au migrant de conserver ses racines, on somme le pays d’accueil de renoncer aux siennes. L’islamisme contraste avec l’immigration du passé car il y ajoute la détestation du pays hôte. Le communautarisme est une immense faillite…

Il y a bien un lien entre fascisme et islamisme

L’islamisme serait le totalitarisme de notre siècle selon Abdel Abdel-Samad,auteur  égyptien naturalisé allemand,  dans « Le fascisme islamique ». Il procède à unedénonciation cruelle et virulente de l’islamisme. Il s’agit d’un essai courageux qui dénonce les aspects despotiques de l’islam. Pour lui, la question de l’islamisme modéré est caduque. L’islam est né et demeure politique et le législateur c’est Dieu, pas l’homme…

Oui il y a bien un lien entre fascisme et islamisme. Non l’islam n’est pas une religion de paix et d’amour. Les islamistes ont réussi à poser en France la première pierre d’un joug totalitaire qu’ils ont construit ailleurs par la coercition et la terreur. Le combat islamiste en France pour normaliser le port de l’uniforme salafiste est une technique de marquage qui permet d’identifier les non-adhérents à l’idéologie islamiste. Zineb el Rhazoui, ex journaliste de Charlie Hebddo est menacée de mort pour avoir écrit dans « Détruire le fascisme islamique »  que l’islam devait se soumettre à la critique.

Il faut dénoncer la lâcheté des élites, complices de la montée de l’islam radical. Les meilleures solutions pour lutter contre les dérives de l’Islam sont un renforcement des moyens de la police et une justice plus ferme et non la construction de mosquées explique Lydia Guirous, enfant de l’immigration originaire d’Algérie, dans « Allah est grand, la république aussi »

Le mal à soigner est un poison français:celui de la pensée paresseuse qui se vautre dans la culpabilisation pour avoir la paix. La haine est chez ceux qui tuent, non chez ceux qui dénoncent les tueurs. Pour Ivan Rioufoldans « L’islamisme, cette lèpre que Macron ignore »il faut fermer les mosquées salafistes , en expulser les imams, dénoncer les personnalités et les organisations au jeu trouble pour promouvoir les musulmans républicains

Les élites françaises ont renoncé à l’assimilationqui a toujours constitué le modèle français. Selon Michèle Tribalatdirectrice de recherche à l’Institut National d’Etudes Démographiques dans « Assimilation. La fin du modèle français »,on ne peut sans cesse vanter la diversité, sans exiger que les 200 000 étrangers qui rejoignent la France s’adaptent à notre mode de vie…