7 octobre, 2019

Quand le sage (Éric Zemmour) montre la lune, l’idiot regarde le doigt

Dans notre pays, la classe « jacassière « (comme l’appelait Raymond Barre) a, pour grand grande spécialité, de ne regarder que le doigt, et ce depuis longtemps, très longtemps. Et pourtant, ce que montre le doigt d’Éric Zemmour barre notre horizon intellectuel d’Est en Ouest en lettres de feu et cette question est simple :

  • L’islam est-il ou non compatible avec la Démocratie ? 

Et cette question en appelle immédiatement une deuxième.

  • Poser cette question, n’est-ce pas en soi lancer une attaque anti-démocratique contre ceux qui suivent les enseignements de Mahomet puisque notre civilisation pose, comme marqueur du bien, la liberté de culte ?  

Commençons par la première question et ici je vais utiliser le dernier livre -posthume- de Jacques Ellul, le grand philosophe, sociologue, politologue et théologien qui enseigna à Bordeaux et dont les œuvres ont été traduites en toutes les langues et font l’objet de débats passionnés aux USA.

Voici la citation principale, et je ne saurai trop recommander la lecture de ce petit livre qui est disponible sur Amazon.

‘’ Non à l’intronisation de l’Islam en FranceCe n’est pas une marque d’intolérance religieuse : je dirais “oui”, aisément, au bouddhisme, au brahmanisme, à l’animisme…, mais l’islam, c’est autre chose. L’islam est la seule religion au monde qui prétende imposer par la violence sa foi au monde entier. Je sais qu’aussitôt on me répondra : “Le christianisme aussi !” Et l’on citera les croisades, les conquistadors, les Saxons de Charlemagne, etc. Eh bien il y a une différence radicale. Lorsque les chrétiens agissaient par la violence et convertissaient par force, ils allaient à l’inverse de toute la Bible, et particulièrement des Évangiles. Ils faisaient le contraire des commandements de Jésus, alors que lorsque les musulmans conquièrent par la guerre des peuples qu’ils contraignent à l’Islam sous peine de mort, ils obéissent à l’ordre de Mahomet. Le djihad est la première obligation du croyant musulman. Et le monde entier doit entrer, par tous les moyens, dans la communauté islamique. Je sais que l’on objectera : “Mais ce ne sont que les ‘intégristes’ qui veulent cette guerre.” Malheureusement, au cours de l’histoire complexe de l’Islam, ce sont toujours les “intégristes”, c’est-à-dire les fidèles à la lettre du Coran, qui l’ont emporté sur les courants musulmans modérés, sur les mystiques, etc.’’….

Quelques temps avant, Ellul avait organisé un débat entre lui et le recteur de la grande mosquée du Caire (la plus haute autorité religieuse chez les Sunnites) pour essayer de comprendre si l’Islam était compatible avec la démocratie. Les deux étaient arrivés d’un commun accord à la conclusion qu’Islam et Démocratie étaient incompatibles. Ce qui veut d’abord dire que bien des musulmans n’ont pas envie de vivre en démocratie qui n’est absolument pas perçue comme la meilleure forme de société pour les croyants. Pour eux, dire que la démocratie est compatible avec l’Islam, c’est insulter l’Islam.

Venons-en au fait : Qu’est ce qui avait bien pu amener deux éminentes personnalités comme celles-là à arriver à cette conclusion ?

Je reprends la plume pour donner mon interprétation de ce qu’Ellul voulait dire et ce qui va suivre bien sûr n’engage que moi.

Pour ce faire, je vais revenir à ce qui constitue le base philosophique et morale de notre civilisation, les dix commandements, et en particulier le sixième qui précise « tu ne tueras point ».

En réalité, la religion Musulmane est la seule des grandes religions qui ordonne de tuer spécifiquement ceux qui ne croient pas en Dieu, ceux qui disent du mal de son prophète, ceux qui ont abandonné la vraie religion, la femme adultère, celle qui a épousé un non croyant…

Le musulman qui a tué le cinéaste Van Gogh parce qu’il avait fait un film où il tournait en dérision Mahomet, les tueurs de mon ami Bernard Marris et de ses associés à Charlie Hebdo, ceux qui ont fait tomber les tours de Manhattan, et bien d’autres encore, tous étaient persuadés de faire la volonté de Dieu et donc étaient des « bons » musulmans. Et que l’on ne me dise pas que le texte du Coran pourrait être « aménagé » par je ne sais quel concile : contrairement à l’ancien testament ou aux évangiles qui ont été écrits par des gens inspirés ou par des témoins visuels, tous humains, le Coran est « incréé » et a été dicté à Mahomet par Dieu lui-même (au travers d’un archange) et donc pas une ligne ne peut être enlevée du texte (quiconque changerait une ligne serait d’ailleurs condamné…  À mort comme vous l’avez déjà deviné).

Rajoutons à cette obligation de tuer l’autorisation de mentir à un non musulman (neuvième commandement, tu ne porteras pas de faux témoignage), soit pour dissimuler sa foi à des non croyants, soit pour mieux cacher des plans de conquête, et le tableau devient édifiant. Le moins que l’on puisse dire est que les dix commandements sont bien écornés.

Venons-en maintenant à une constatation plus sociologique et politique : d’après Mahomet, le monde est scindé en deux parties, le monde de la paix (les convertis) et le monde de la guerre (… à convertir, par la violence si nécessaire) et cela jusqu’à la fin des temps, où le monde entier sera musulman.

Voilà qui a le mérite de la simplicité. Depuis ses débuts, la religion musulmane est donc en guerre contre tout ce qui n’est pas musulman et loin de s’en cacher s’en glorifie. Ce qui veut dire qu’un bon musulman ne peut pas considérer comme légitime un pouvoir politique qui ne serait pas musulman et donc n’est pas tenu de respecter les lois locales, seule la charia étant légitime.   Et la charia autorise l’esclavage, entérine l’infériorité de la femme par rapport à l’homme (moindre part d’héritage, voix comptant pour moitié dans le témoignage, perte des enfants en cas de divorce etc…), la polygamie, l’interdiction pour une femme d’épouser un non-musulman sous peine de mort, l’infériorité juridique pour le non-musulman soumis à un impôt spécial, la mise à mort des homosexuels en les jetant du haut d’un toit, la mutilation physique en cas de vol…

Or, rien de tout cela n’est compatible avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, ce qui veut dire qu’un bon musulman ne peut pas être un bon citoyen dans nos pays, non pas que nous lui interdisions, mais parce que son prophète le fait. L’exclusion ne vient pas de nous mais est exigée du musulman. C’est lui qui s’exclue de lui- même.

Accepter notre législation, c’’est trahir la charia et il n’existe pas de compromis possible. L’alternative est simple : soit nous disparaissons (ce qui est arrivé aux Juifs et aux Chrétiens au Moyen-Orient), soit le croyant cesse de croire et cesse donc d’être musulman.

Il semble donc bien que la religion musulmane soit incompatible avec la République, ne serait-ce que parce que le but ultime de cette religion est de détruire non seulement ladite République, mais la France aussi pour la remplacer par la communauté des croyants ou Oumma. Le Coran n’a que faire des Nations.

Il est donc parfaitement légitime pour Éric Zemmour de dénoncer la menace que fait peser cette religion sur nos valeurs laïques, républicaines ou historiques.

Ce qui m’amène à la deuxième partie de ce petit essai : ces mêmes valeurs nous interdisent elles de dénoncer ce qu’il y a d’odieux dans la religion musulmane, au nom de la « tolérance « qui serait de ce fait érigée en valeur suprême, en clef de voûte de notre système moral ?

Commençons par ce que disait Burke, le philosophe anglais : « Il existe hélas une limite où la tolérance cesse d’être une vertu ».

Continuons par ce que disait Confucius : « Quand les mots changent de sens, les royaumes deviennent ingouvernables »

Quand Voltaire disait en parlant de l’Église Catholique : « Écrasons l’infâme, » cela n’avait rien de raciste tant il est vrai que l’anti-cléricalisme n’a rien à voir avec le racisme. Et c’est le cas : Être contre l’Islam ne veut en rien dire que l’on est raciste et donc nul ne peut dire que quiconque est contre l’Islam est raciste.

La religion n’a en effet RIEN à voir avec la race. Une religion est une construction intellectuelle qui trouve sa source dans le cerveau, et que la peau soit noire, blanche, jaune, café au lait ou arc en ciel ne change rien à l’affaire.

Elle peut parfois être identifiée à un peuple, une nation, une ville comme dans les temps anciens, mais cela ne change rien au monde aujourd’hui : vous pouvez aller à la messe ou à la mosquée ou à la synagogue (il y a des juifs noirs, des juifs indiens, des juifs chinois) et que vous soyez blanc, noir, jaune etc… n’a rien à voir avec quelque race que ce soit puisqu’elles y sont toutes représentées.

De nos jours, les grandes religions incluent toutes les races et si, comme je le pense, une religion est une création de l’esprit humain, j’ai le DROIT, que dis-je le DEVOIR comme l’a fait Ellul de la critiquer si elle ordonne des choses qui sont complètement en opposition avec ce à quoi je crois et ce d’autant plus que le délit de blasphème a été aboli en France en 1789… (Mais à ce jour, à ma connaissance il n’a été aboli dans aucun pays musulman).

Soyons clair ici. En aucun cas je ne demande que les musulmans ne puissent pas se rendre à la mosquée, ni qu’ils essaient de développer leur religion comme ils le souhaitent (tant que cela se fait en suivant les lois de la République), ni soient empêchés de dire tout le mal qu’ils veulent de Jésus, Bouddha ou Zarathoustra.

En revanche je trouve inadmissible de m’empêcher de dire et d’écrire tout le mal que je pense de cette religion et de celui qui l’a créée, surtout quand cette obligation de me taire ou de forcer un autre à ne pas parler est imposée en étant fondée sur la contre vérité que je serai raciste.

Si une idée est malfaisante je dois la dénoncer et ne pas le faire c’est manquer de courage. Comme disait Bernanos (je crois), « ce qui a fait le plus de victimes dans l’histoire ce n’est pas le fracas des combats, c’est le glissement feutré des pantoufles ».

Et à l’évidence, jamais les pantoufles ne se sont faites autant entendre qu’en ce moment, en particulier en France. Les glissements feutrés deviennent assourdissants.

Quand j’entends les hurlements qui accompagnent le dernier discours de Zemmour, je ne peux m’empêcher de penser au Chevalier de la barre qui fût martyrisé puis exécuté pour avoir refusé de se découvrir devant une procession pendant le règne de Louis XV.

Je suis persuadé que ceux qui accompagnaient en dansant le pauvre chevalier quand on l’amenait au bûcher sont les arrières grands-pères de ceux qui hurlent à la mort aujourd’hui pour demander la mort (médiatique) d’Éric Zemmour.  Ce que cherche à l’évidence ces esprits arriérés, c’est de rétablir le délit de blasphème au prétexte qu’une partie de la population ne supporterait pas que l’on dise du mal de sa religion.  Mais s’il est un droit de l’homme auquel je tiens par-dessus tout, c’est de pouvoir dire tout le mal que je veux des idées que je n’aime pas et donc de n’importe quelle religion. Me refuser ce droit, c’est rétablir les crimes de blasphème et de sacrilège ce qui est inacceptable pour tout citoyen de nos pays car cela nous amènera inéluctablement à la disparition de la liberté d’expression. On commence par interdire de dire du mal de la religion musulmane et on termine en mettant en prison ceux qui disent du mal de monsieur Macron, Benalla ou de l’éditorial du soir du Monde.

Le discours de Zemmour, que j’ai lu, n’est en rien raciste, mais il est violemment anti-Islam, ce qui est son droit le plus strict, comme c’était celui du petit père Combes de dire des horreurs sur l’Église Catholique. Tout ce que dit l’orateur est que l’Islam en tant que religion est incompatible avec les valeurs du Judaïsme et du Christianisme et donc avec l’organisation millénaire de nos sociétés. Il s’agit d’une prise de position intellectuelle, fondée sur de longues études et qui rejoint exactement ce que disait Ellul et le recteur de la mosquée du Caire et bien d’autres avant eux.

On peut être d’accord, ou pas. Mais il DOIT avoir le droit de le dire et de l’écrire.  Et ceux qui ne sont pas d’accord avec lui doivent répondre à l’acte d’accusation en expliquant pourquoi le Coran serait compatible avec la déclaration des droits de l’homme. Un message qui déplaît doit être combattu argument contre argument et jamais par une interdiction de diffusion et encore moins en calomniant celui qui énonce une thèse qui nous déplaît. Depuis Socrate, depuis Aristote, depuis Thomas d’Aquin, nous savons tous que la vérité est inatteignable et que l’on ne peut s’en rapprocher que par la confrontation intellectuelle entre des esprits libres n’utilisant jamais ni la violence ni l’argument d’autorité.

L’interdiction, la censure sont des abominations et pourtant c’est ce que réclament tous nos soi-disant « tolérants », qui ne sont tolérants que parce qu’ils ont peur, parce qu’ils y ont intérêt ou parce qu’ils savent qu’ils mentent.

A ces gens-là je dis : prouvez que Zemmour a tort, et si vous utilisez l’argument du racisme, cela ne vaut rien. La seule possibilité pour ceux qui sont partisans de l’Islam en France consiste à dire que rien ne les gêne dans cette religion, ce que ces grands partisans de la tolérance auront du mal à expliquer.

Et à Zemmour je dis ce que je lui déjà dit dans le passé. Mon cher Éric (je l’ai rencontré deux fois), comme les prophètes d’Israël, vous avez été investi de la lourde charge de dire la vérité. Comme eux, vous allez souffrir, peut-être finir au fond d’une citerne et tout cela parce que vous aimez la France au-delà de ce qui est raisonnable. Vous avez mis vos pas dans ceux de Bernanos qui aimait la France « terre des saints, des cathédrales et des fous. » Je vous plains de tout mon cœur car vous n’avez pas choisi la voie facile et je ne vous dis qu’une seule chose : continuez à dire les choses telles qu’elles sont.

Nous avons besoin de vous.

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

85 Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Emmanuel DONNELLY

    23 octobre 2019

    Bravo pour cet article intelligent et parfaitement argumenté.
    En tant qu’arabisant et islamisant, je ne puis que donner raison à Charles Gave et à celui qu’il défend courageusement : Eric Zemmour (l’un des seuls, avec Zineb El Rhazoui et quelques autres, à tenir un discours de vérité).
    Assurément, l’islam fut une grande civilisation mais de par le statut du Coran (que l’auteur de l’article explique parfaitement) il est désespérément figé depuis des siècles et ne peut évoluer, sauf à se renier.
    L’islam est rigoureusement incompatible avec toute société fondée sur la liberté, l’égalité, l’émancipation des femmes, bref avec la démocratie.

    Répondre
  • Dinia

    14 octobre 2019

    IDL se veut être l’ambassadeur de la liberté et dans le même temps censure les commentaires qu’il juge impropres.

    Je trouves que vous êtes profondément pathétiques. Je suis bien heureux d’avoir découvert votre vrai visage à temps.

    Répondre
    • Arnaud

      19 octobre 2019

      Vous êtes censurée là ? C’est vous qui êtes pathétique en fait.

  • zorgbibes

    12 octobre 2019

    Désolé, mais je n’ai pas pu lire ce billet en entier. A lire, pour connaître les origines de l’Islam, “la guerre des gnoses” en 4 tomes d’Alain Pascal.

    Répondre
    • Ilmryn

      12 octobre 2019

      Alain Pascal voit des finalités et des grand plans complotistes partout alors que la réalité est infiniment plus simple.
      Pour faire court, l’imbécilité d’Européens trop gâtés et l’envie de millions de musulmans de quitter leur trou à merde à la natalité débridée suffisent amplement à expliquer l’envahissement actuel.

      Détail amusant: l’histoire du Maghreb n’est qu’une longue continuité de tribus vivant à la dure dans les montagnes qui envahissaient les villes, s’installaient dans le luxe, s’amollissaient et se faisaient envahir par la tribu suivante. Pas beaucoup de “grand plan” si ce n’est l’envie d’une vie meilleure des conquérants et l’aveuglement et la mollesse des victimes.

  • Ilmryn

    11 octobre 2019

    Charles Gave, vous êtes une lumière dans cette époque d’effondrement idéologique occidental.
    De trop nombreux libéraux font partie des “bien partout” et sont les alliés “utiles” de tout ce que l’époque génère de totalitarisme, vert islam, vert écologique, rouge anticapitaliste ou blanc oligarchique.
    Même Zemmour qui a mille fois raison sur l’islam deviens confus et peu pertinent dès qu’il aborde l’économie et donc l’histoire, car on ne peut la comprendre sans comprendre comment les Hommes échangent entre eux.
    J’ai un vieux père et une famille de profs trotsko-soralo-gretarien, ils n’ont rien appris ni compris depuis leur adolescence, je vous en supplie, sauvez moi de cette médiocrité intellectuelle : adoptez moi !

    Répondre
  • Alexandre

    10 octobre 2019

    Attention à ce que la dénonciation de l’islam ne se fasse pas au profit de cet autre ennemi en réalité au moins aussi terrible si ce n’est plus que l’islam, à savoir la “théocratie vénusienne” occidentale.

    Un jour peut-être face à cette “théocratie vénusienne” ferons-nous le choix de nous convertir à l’islam et ceci parce que la civilisation occidentale glisse vers la tyrannie post-humaine, homosexuelle, matriarcale, féministe, scatologique, antiraciste, progressiste, réchauffiste, végétarienne, scientiste, néo-marxiste et néo-bouddhiste (logiques dites non duelles).

    Dénoncer l’islam au nom de l’antiracisme, de l’homophilie et de la démocratie m’est donc parfaitement incompréhensible.

    Répondre
    • Ilmryn

      11 octobre 2019

      L’islam ne peut faire de l’entrisme que grâce a l’abandon des valeurs fondamentales des lumières, celles de la DDHC de 1789. Tout ces “istes” ne sont que des chevaux de Troie liberticides de moins en moins bien déguisés.
      Ils vont forcément se déchirer entre eux pour le pouvoir avec un avantage pour l’islam du fait de son organisation éprouvée et de la natalité.
      On ne peut jamais prédire ou va l’histoire, mais on va au moins avoir quelques plaisirs surréalistes comme par exemple entre les musulmans et les féministes, les racisés et les bobo-blancs “antiracistes”, le socialisme étatique qui spolie et crève les yeux de la classe “ouvrière” en révolte.
      Pour un adepte de l’humour noir et cynique, l’époque offre quand même quelques plaisirs.

    • Alexandre

      13 octobre 2019

      @Ilmryn :

      Entre George Orwell et Mahomet qui va gagner ?

    • Ilmryn

      17 octobre 2019

      J’ai envie de dire les deux, la natalité ne fait pas tout et l’islam est totalement incompétent pour faire tourner correctement un pays. Orwell aura juste une teinte verdâtre en plus du rouge/brun.

  • Denis Monod-Broca

    10 octobre 2019

    Indécrottables descendants de Caïn
     
    L’Islam serait décidé à convertir le monde, à commencer par le monde occidental. Une telle perspective est répétée à l’envi, elle fait peur. Certes nous avons subi d’affreux attentats, mais nous ne sommes pas pour autant pauvres, faibles, abandonnés et sans défense. Pourquoi avons-nous si peur ? Pourquoi ce complexe d’infériorité ? Cela mérite réflexion.
    Nous monde occidental, n’avons-nous pas le même objectif que l’Islam, convertir le monde ? Ne considérons-nous pas que le sens de l’histoire commande que le monde se convertisse à la démocratie, aux droits de l’homme, au libre marché, etc., autrement dit à notre idéologie ? Et idéologie et religion sont, à bien des égards, deux mots pour la même chose.
    Notre désir et celui de l’islam se renforcent l’un l’autre, ils se justifient l’un l’autre, en dernière analyse ils se confondent purement et simplement. Configuration classique : chacun désire ce que l’autre désire, chacun s’exaspère de l’assurance supposée de l’autre.
    A condition de faire l’effort de prendre un peu de recul, cette symétrie mimétique est flagrante, cette réciprocité de plus en plus violente saute aux yeux.
    Et, à la manière de Caïn, au lieu de prendre les Musulmans pour des frères, au lieu de voir à quel point nous sommes semblables, partageant le même désir, nous les prenons pour des ennemis. Et réciproquement.
    Comment échapper à l’engrenage ? Quel chemin prendre ? La réponse est dans la question : choisissons la vérité et la vie.
     

    Répondre
    • ilmryn

      12 octobre 2019

      Denis a écrit: “à la manière de Caïn, au lieu de prendre les Musulmans pour des frères”
      .
      Vous déconnez complètement comme tous les gauchistes.
      .
      -Les musulmans ont virés les juifs de tous leurs pays du moyen-orient, il en reste moins de 100 en Égypte et c’est le pays qui en compte le plus. Sacré “fraternité”.
      https://en.wikipedia.org/wiki/Jewish_population_by_country
      -Notez que leur haine n’est pas sectaires, ils tuent aussi les chrétiens, les coptes, les hindous
      https://en.wikipedia.org/wiki/Persecution_of_Christians#In_the_Muslim_world
      -L’homosexualité est interdite dans 29 des 34 pays à majorité musulmane et punie de mort dans 4, ils sont proscrits et pourchassés partout.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualit%C3%A9_dans_l%27islam
      https://en.wikipedia.org/wiki/Death_penalty_for_homosexuality
      https://www.quora.com/Why-are-gays-executed-in-Islamic-countries
      https://en.wikipedia.org/wiki/LGBT_in_Islam
      -Selon toutes les organisations comme “Organization of Islamic Cooperation”, l’UNICEF, l’UNESCO, la condition des femmes dans les pays islamique est désastreuse.
      Sur 24 pays ou les adultes sont les moins éduqués dans le monde, 17 sont musulmans. La proportion de femmes illettrées atteint 70% dans une bonne partie des pays musulmans. Elles ne sont pas mieux loties pour l’accès au marché du travail, l’héritage, la justice, les viols ou les violences.
      .
      Bientôt vous allez nous sortir que les musulmans en plus d’êtres les amis des juifs sont aussi les champions des droits de la femme, les pourfendeurs du mariage des enfants.

    • goufio

      12 octobre 2019

      Je crois que vous n’avez pas bien compris que ce sont les non-croyants en l’Islam qui sont les ennemis. Le coran ne dit-il pas qu’il faut tuer l’hérétique à 51 reprisses. La tolérance de la chrétienté est une force mais devant la violence de la destruction de l’autre elle est anéantie. Dans un autre ordre d’idée le libre marché fait parti des traditions d’échanges avant l’Islam et depuis aussi le pétrole n’est pas gratuit etc.

  • Jean Darblay

    10 octobre 2019

    Bravo Monsieur pour cette analyse que j’aimerais voir partagée par le plus grand nombre. Malheureusement ça parait relever de l’uopie, et on doit réaliser que le courage est une vertu de moins’ en moins partagée dans nos’ pays « occidentaux ». Bravo donc pour le vôtre !

    Répondre
  • Nanker

    10 octobre 2019

    “Le «traité sur la tolérance» dans lequel Voltaire relate cette affaire est, d’après des historiens comme Marion Sigaut, un tissu de mensonges…”

    Marion Sigaut? Vous avez vu le pedigree (accablant) de cette dame? Par pitié trouvez-vous d’autres références intellectuelles!

    Répondre
  • orldiabolo

    9 octobre 2019

    Il y a longtemps que je pense avoir constaté que le coran est quasiment point par point, l’inverse des dix commandements…

    Répondre
  • Vero CL

    9 octobre 2019

    L Islam est la religion du MALIN. L’ange déchu s’était promis qu’il ferait “comme” Dieu le père. Il n y a qu’à contempler la rapidite avec laquelle l’ Islam a conquis le monde. Il l’ embrase désormais. C’est une intuition qui ne m’a jamais quittée depuis mes 16 ans. Mais les premières paroles de Joseph Fadel ” le prix à payer” musulman converti au christianisme lors d’une conférence donnée il y a 4 ans m’ont glacee : ” l ISLAM, je ne parle pas des musulmans, l’ ISLAM est la religion du Diable”. Alors quand un ancien musulman dont la famille à des ascendances avec Mahomet, qui a souffert dans sa chaire et qui a dû fuir son pays avec sa famille, énonce de telles paroles, l’avenir s’annonce plutôt sombre même si, quand on a la Foi, on garde l’espérance du triomphe du Christ sur le Diable. Mais ce sera sanglant…

    Répondre
  • jean SEGUR

    8 octobre 2019

    Bonjour,
    En 1958, jeune homme, j’ai 15 ans , les événements du mois de mai, et l’imbroglio algérien, me fait rechercher des opinions sur l’islam, par chance un voisin me dirige sur deux textes ; le premier Charles de Foucault mort en 1916 :

    “Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du medhi, il n’y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’ engage à subir avec calme son épreuve; ” l’oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération “, disent-ils ; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècle mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France.”

    Le deuxième : livre de Claude Levi-Strauss , “Tristes tropiques” 1955

    « Plus précisément encore, il m’a fallu rencontrer l’Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd’hui la pensée française. Je pardonne mal au premier de me présenter notre image, de m’obliger à constater combien la France est en train de devenir musulmane […] »

    “¨« ll m’a fallu rencontrer l’Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd’hui la pensée française. Je pardonne mal au premier de me présenter notre image, de m’obliger à constater combien la France est en train de devenir musulmane. Chez les Musulmans comme chez nous, j’observe la même attitude livresque, le même esprit utopique, et cette conviction obstinée qu’il suffit de trancher les problèmes sur le papier pour en être débarrassé aussitôt. A l’abri d’un rationalisme juridique et formaliste, nous nous construisons pareillement une image du monde et de la société où toutes les difficultés sont justiciables d’une logique artificieuse, et nous ne nous rendons pas compte que l’univers ne se compose plus des objets dont nous parlons. »

    Voici donc 60 longues années ou je suis effaré .
    Le 8 janvier 1973 j’ai quitté mon village, Paris, convaincu d’une mort annoncé, pour un village du sud de de la France endormi, qu’il me fallut quitter 25 années après, pour un village espagnol, que je vais quitter en 2020 pour un rare pays chrétien de l’est. Etre enterré dans un terre chrétienne.
    Les migrants pour ” cause de religions ” va commencer.

    Répondre
  • breizh

    8 octobre 2019

    toutefois, je souhaite ajouter une corollaire à l’article : plus menaçant que l’Islam est l’effondrement de notre Civilisation chrétienne en Europe. Cela devient un vrai champ de ruines morales et civilisationnelles, motivant les musulmans à apporter aux mécréants que deviennent les européens, le bénéfice de la vraie religion.

    On peut voir dans l’évolution législative depuis 1970 que le recul de nos libertés, de notre civilisation, de l’intelligence n’a pas eu besoin de l’Islam.

    Les débats parlementaires le montrent de plus en plus ; les discussions sur la bioéthique/filiation en sont les plus démonstratives, mais pas les seules, loin de là.

    On peut ajouter à cela le suicide démographique, implacablement montré par votre article “la peste blanche”.

    A la limite, l’intrusion d’un Islam conquérant révèle par contraste toute la richesse de notre civilisation chrétienne et le vide qui est en train de s’installer depuis quelques décennies.

    En espérant que cela apporte une réaction salutaire … ? Sinon, ce sera la fin.

    Répondre
  • Blondin

    8 octobre 2019

    Je ne partage pas toutes les opinions d’Eric Zemmour mais ce que je trouve absolument inouï et insupportable, c’est une fois de plus la capacité d’indignation à géométrie variable des belles âmes.
    Dans notre beau pays, on peut donc :
    Glorifier le communisme et nier qu’il ait fait des millions de morts (n’est-ce pas M.Badiou ?)
    Poster des tweets révisionnistes (n’est-ce pas Mme Dialo ?)
    Publier des livres appelant ouvertement à la haine des blancs, des juifs, des homosexuels (n’est-ce pas Mme Bouteldja ?)
    Laisser des prédicateurs salafistes libres de prêcher leur haine (et l’on apprend que le tueur de la Préfecture fréquentait ces milieux salafistes)
    Tolérer que nos concitoyens juifs soient de plus en plus nombreux à quitter un département (le fameux 9-3) tant l’anti-sémitisme quotidien devient invivable
    Enseigner à nos enfants que nos ancêtres sont les seuls responsables de l’esclavage
    Etc.
    Mais quand E. Zemmour fait un discours (que j’ai écouté et dont – encore une fois – je ne partage pas toutes les idées), qui est à mes yeux excessif mais en aucun cas raciste, c’est sur lui qu’on tombe à bras raccourcis.
    On marche sur la tête !!!!

    Répondre
  • Shell

    8 octobre 2019

    Article intéressant mais complètement politiquement incorrect pour la classe dirigeant.
    En tout merci pour votre courage de votre parole (sur le politiquement incorrect) pour de l’eau à votre moulin l’étude „Toxische Männlichkeit“ – Die Folgen gewaltlegitimierender Männlichkeitsnormen für Einstellungen und Verhaltensweisen peut être intéressante.
    Un document sur un thème similaire qui peut être intéressant à voir : “Ethnic Diversity and Social Trust: A Narrative and Meta-Analytical Review” (Peter Thisted Dinesen, Merlin Schaeffer, Kim Mannemar Sønderskov)

    Répondre
  • hoche38

    8 octobre 2019

    Vous me permettrez de contester l’expression que vous employez de “bons musulmans”. Elle sous-entend qu’il puisse en exister de mauvais et pourrait donc constituer un délit.

    Répondre
    • Emmanuelle Gave

      9 octobre 2019

      Vous confondez la morale et le droit.

    • Emmanuelle Gave

      10 octobre 2019

      Etre bon chrétien ou mauvais chrétien n’a aucun impact sur le droit. Vous n’allez pas à la messe, vous serez un “mauvais chrétien” pour autant, personne ne viendra vous chercher pour vous amener en prison. D’ou la différence entre la morale et le Droit.
      parfois, les deux se rejoignent (ne pas tuer) et parfois, non

  • Goffart Jean-Marc

    8 octobre 2019

    N’est-ce pas le Christ lui-même qui aurait dit ? “Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut point voir, il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre. Nous sommes en plein dedans, sauf Eric Zemmour

    Répondre
    • Sophie

      8 octobre 2019

      “N’est-ce pas le Christ lui-même qui aurait dit ? “Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut point voir, il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre. ” En attendant, le tueur islamiste sourd qui a égorgé des policiers à la Préfecture de Police de Paris a entendu des voix, lui….

  • Scardanelli

    8 octobre 2019

    « Voici, qui tue quelqu’un
    « qui n’a tué personne ni semé la violence sur terre
    « est comme s’il avait tué tous les hommes.
    « Et qui en sauve un
    « est comme s’il avait sauvé tous les hommes.
    Le Coran, sourate 5 « LA TABLE », verset 32 ; traduction André Chouraqui

    Répondre
    • Adresla

      15 octobre 2019

      “La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment,”
      Coran sourate 5, verset 33… le suivant donc
      Y’a pas de message d’amour dans le coran, pas pour les non musulmans en tout cas.

  • Soufiane

    8 octobre 2019

    La ou je vois rejoins c’est que dans beaucoup de pays non occidentaux (en Asie notamment) , les musulmans ont mauvaises reputations, et comme on dit si bien il n’y a pas de fumee sans feux..
    Ceci dit je constate aussi que dans certains pays (Singapour, etc…) il y a une abondante population musulmane et le pays fonctionne tres bien comme cela. Donc je ne suis pas sur que la religion soit le coeur du probleme que nous avons en France. Il y a peut etre d’autres pistes.

    Répondre
    • marc

      8 octobre 2019

      A Singapour si vous jeter un chewing-gum parterre, la justice est severe.
      Y’a des alloc a Singapore ? on peut toucher du pognon sans travailler ? on peut se faire soigner gratuitement ?
      Non. alors toute la racaille vont chez nous.

    • Charles Heyd

      8 octobre 2019

      A Singapour les musulmans sont certainement des Malais avant les arabes et en plus Singapour est une tour de Babel du point de vue etnique et aussi religieux depuis des siècles; donc probablement pas ou peu d”hégémonie d’une etnie (race) ou d’une religion.

    • Soufiane

      8 octobre 2019

      Marc je suis d’accord avec vous je pense que nous sommes trop laxiste en France et que nos problemes viennent en partie de la. Mais ce n’est pas de la faute des musulmans si nous sommes laxiste..

      Charles ce que je veux montrer avec l’exemple de Singapour c’est qu’un pays peut prosperer avec une population musulmane en son sein.
      Nous notre probleme c’est que nous ne choisissons pas nos immigres et donc comme le dit Charles Gave nous recuperons les bac – 5…

    • Jacques Ady

      8 octobre 2019

      Votre exemple de Singapour n’est pas bon : 5.900.000 habitants et seulement 19% de musulmans selon Wikipédia.
      Aucun pays ne peut prospérer s’il comprend une majorité de musulmans, tout simplement parce que dans ce cas, les radicaux (ceux qui collent aux textes : coran, sunna, jurisprudence…) imposent toujours leurs vues aux “modérés” (ceux qui en prennent et qui en laissent). Au mieux, on a un régime “fort”, comme en Égypte, ou en Algérie, ou en Syrie… autrement dit une dictature, qui certes tient les plus durs (les radicaux) en respect, mais non sans leur donner quelques gages : islam religion d’État, notamment. Bref, on est dans tous les cas très éloigné d’une société libre à l’occidentale, quand les musulmans sont majoritaires ; et vous pouvez passer en revue tous les pays à majorité musulmane du monde, vous arriverez au même constat. Seule conclusion possible : l’islam pose un problème.
      Comme le dit l’Évangile, on reconnaît l’arbre à ses fruits…

  • Delvix

    7 octobre 2019

    Je ne suis pas du tout en désaccord avec vous, mais je constate hélas que la réaction serait au moins aussi violente, voire plus encore, outre-manche. Cette bienséance à tout horizon et à tout prix à laquelle vous faites allusion sévit en effet en Angleterre depuis fort longtemps.

    Répondre
  • CARMIER Geoffroy

    7 octobre 2019

    Tout est dit et tout est à assumer dès lors que l’honnêteté intellectuelle nous anime.

    Répondre
  • Denis Monod-Broca

    7 octobre 2019

    La religion musulmane dit de tuer, elle a tort.
    Les religions chrétiennes disent de ne pas tuer mais leurs adeptes tuent, allègrement, à qui mieux mieux, n’est-ce pas encore pire ?
    Les pires massacres de l’histoire n’ont-ils pas eu lieu en Europe ? et il n’y a pas si longtemps.
    Et aujourd’hui, quand tel ou tel dirigeant politique ne nous plait, que faisons-nous ? nous bombardons son peuple !
    Alors ne donnons pas trop de leçons aux autres sur ce plan-là.
    D’ailleurs nous ne nous disons plus chrétiens. L’absence de religion qui nous tient lieu de religion, dit-elle de tuer ou de ne pas tuer ? Je répondrais : “tuer”.

    Protégeons-nous des extrémistes de tous ordres, oui, bien sûr ! Mais ne montrons pas du doigt telle ou telle catégorie d’individus en vertu de sa religion. Ce n’est certainement pas la bonne façon de faire.

    Quant aux policiers, ils ont perdu quatre des leurs. N’est-ce pas injuste de leur jeter la pierre ? L’assassin était converti à l’islam et à un islam radical, oui certes, mais son passage à l’acte tient aussi du coup de folie.

    Répondre
    • Charles Heyd

      8 octobre 2019

      Vous résumez bien la couardise et la dénégation de la réalité que dénoncent avec force arguments Charles Gave et Eric Zemmour; je m’explique:
      – vous mettez sur le même plan les guerres mondiales et le terrorisme islamique;
      – ce n’est pas parce que des “chétiens” tuent que la chrétienneté doit être mis sur le même plan que l’islam;
      – d’ailleurs vous auriez pu rajouter dans vos arguments sur les chrétiens tueurs les croisades, ne nous appellent-ils (les musulmans) pas les croisés!
      – ce n’est pas parce que des policiers qui ont été tués plutôt que des pékins anonymes qu’on n’a pas le droit de critiquer les lacunes policières et surtout politiques; cela fait des années que le débat, pas le “grand débat” de Macron, tourne autour de la question des fichés “S” et des mesures concrètes et efficaces à prendre envers les “radicalisés”.

    • Jacques Ady

      8 octobre 2019

      1. Les massacres du 20ème siècle en particulier n’ont pas été commis au nom du Christ, mais au nom de causes politiques ayant peu ou pas de rapport avec le christianisme : prenez le communisme, athée par essence ; ou le nazisme, ce néo-paganisme qui après s’être attaqué aux Juifs projetait de détruire le christianisme (sachant en outre que les nazis étaient fascinés par l’islam).
      2. Vous ne pouvez pas mettre sur le même plan un système politico-religieux, l’islam, qui légitime de maintes façons le recours à la violence, et des spiritualités telles que le judaïsme et le christianisme, qui rejettent explicitement la violence – sauf à être aveugle et/ou rempli de relativisme.
      Votre propos est plein d’exagérations, d’approximations et de raccourcis douteux, tel celui-ci “quand tel ou tel dirigeant politique ne nous plait, que faisons-nous ? nous bombardons son peuple !”
      3. Pour finir, je vous rappelle que des dizaines, probablement des centaines d’attaques d’innocents au nom de l’islam ont été commises en France depuis quelques années, certaines faisant beaucoup de victimes (Bataclan, Nice…) et d’autres seulement une ou deux, parfois zéro car déjouées in extremis ; et que ces attaques représentent à peu près 99.99% des attaques menées au nom de la religion. Conclure comme vous le faites qu’il s’agit d’un coup de folie relève du déni pur et simple.

    • Semper Fi

      9 octobre 2019

      J’appuierai les propos de Charles Heyd. Vous tombez dans le piège du “ne surtout pas stigmatiser”. Toute religion n’est qu’une construction intellectuelle et à ce titre est parfaitement critiquable, ainsi d’ailleurs que ceux qui y adhérent. Attention critiquer ne signifie pas “embastiller” : la liberté d’opinion et de religion protège de la violence, PAS DE LA CRITIQUE quand bien même celle-ci serait excessive. Et oui, n’importe qui, dans notre pays à encore le droit de penser et d’écrire, à tort ou à raison là n’est pas la question, que le communisme, l’islam, le libéralisme économique ou la théorie monétaire de M. Friedman ne sont, dans leurs domaines respectifs, qu’un tissus de conneries, MAIS AUSSI que les communistes, les musulmans, les libéraux ou encore Charles Gave sont les rois des cons de penser ce qu’ils pensent. Point barre.

    • Denis Monod-Broca

      9 octobre 2019

      @ Charles Heyd, Jacques Ady, Semper Fi,

      Nous ne revendiquons pas l’usage de la violence en effet, mais nous la pratiquons. Nous sommes très fiers d’avoir “aboli” la peine de mort, mais nous tuons.

      San soute est-ce difficile à admettre, mais la violence est réciproque. Celle qui s’exerce contre nous répond, directement ou indirectement, à celle que, nous, nous exerçons contre autrui.

      C’est ainsi. Je n’y peux rien. Je constate. Je me fais traiter de tous les noms pour ce constat mais ça n’y change rien. Cette réciprocité a été dite et répétée depuis des siècles et des siècles.

      Cela n’interdit pas de se protéger des coups.

      Mais accuser autrui de violence sans avoir conscience de sa propre violence, c’est être aveugle

    • Jacques Ady

      11 octobre 2019

      @ Denis Monod-Broca :

      Vous mélangez tout ; forcément, vous globalisez.
      Nous parlons d’une idéologie (l’islam), qui mise en pratique par un certain nombre de gens produit violence et actes terriblement liberticides,
      Et vous, vous dites “nous”, comme si la société occidentale était une et homogène, comme si elle n’était pas, au contraire, faite de gens extrêmement divers, dans leurs croyances, dans leur mode de vie, dans leur rapport à l’autre et à soi-même.
      Vous dites “nous tuons”, et je vous réponds : parlez pour vous ! Moi, je ne tue pas, et je connais pas mal de gens qui ne tuent pas.
      Votre propos est totalement incohérent, et très éloigné de la vérité.

    • Denis Monod-Broca

      12 octobre 2019

      @ Jacques Ady

      Le monde musulman aussi est extrêmement varié, fait de gens extrêmement différents les uns des autres. Pourtant vous dites bien « l’Islam »

      Et quand la France bombarde et tuent ici ou là, où que les USA bombardent et tuent ici ou là sans que la France proteste, il me semble juste de dire « nous bombardons et tuons ». et c’est bien ce que se disent ceux qui sont bombardés et tués par nous.

  • Francis VAN DEN BUSSCHE

    7 octobre 2019

    Grand Merci pour votre article.
    Bien respectueusement.

    Répondre
  • Jacques Ady

    7 octobre 2019

    Article aussi courageux, et juste, que le discours d’Éric Zemmour à la “convention de la droite”, merci M. Gave.
    Quand vous écrivez que “ceux qui accompagnaient en dansant le pauvre chevalier quand on l’amenait au bûcher sont les arrières grands-pères de ceux qui hurlent à la mort aujourd’hui pour demander la mort (médiatique) d’Éric Zemmour”… “lesquels cherchent à rétablir le délit de blasphème au prétexte qu’une partie de la population ne supporterait pas que l’on dise du mal de sa religion”, vous avez totalement raison aussi : ces gens sont des lâches – ils tremblent devant les islamistes comme ils auraient tremblé devant l’Occupant nazi et tout régime dictatorial – , des veules, des gens prêts à vendre père et mère pour non seulement sauver leur triste vie, mais pour s’assurer une bonne place, du pouvoir sur autrui, et les avantages financiers qui vont avec. Des lâches doublés de collabos, qui ne suscitent chez moi que dégoût et colère. Mais la roue tourne, et leur tour viendra, tôt ou tard.

    Répondre
  • breizh

    7 octobre 2019

    merci monsieur Gave.

    La lecture du Coran (enfin, la moitié, je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout) amène à la même conclusion.

    Je n’ai rien trouvé de Transcendant dans le Coran et l’Islam apparaît surtout comme un totalitarisme très humain (= s’occupe de tous les aspects de la vie et ne laisse aucune liberté, et de ce fait déresponsabilise complètement).

    L’Islam dans le Coran donne l’impression de ne parvenir à se définir que par rapport au Judaïsme et au Christianisme qu’il accuse de falsification, et sans proposer grand chose en lui-même, hormis toute une série de règles juridiques humaines essentiellement incompatible avec nos lois.

    C’est également ce que disent les musulmans convertis au christianisme, laquelle conversion est généralement très chère payée !

    A ceux qui se posent des questions, rien ne vaut la lecture personnelle des références musulmanes (Coran et Hadiths).

    Répondre
  • ermort

    7 octobre 2019

    Merci pour ces lignes précises et concises.

    (malgré quelques rares fautes 🙂 )

    Répondre
  • Jean Pierre lenoir

    7 octobre 2019

    Je viens de réagir longuement mais mon texte a disparu. À t il été rejeté ? Il est pourtant très modéré . Merci de reconsidérer …

    Répondre
  • jean SEGUR

    7 octobre 2019

    Bonjour,

    Et bien voilà tous ces cris d’orfraie depuis 50 ans, remis au goût du jour chaque mois , chaque année, chaque décennie.
    Pour quel résultat ? Tristement aucun.
    Le piège se referme lentement mais surement sur une population désemparée et désespérée. Victime de son idéal laïque, arme fatale sur laquelle s’appuie l’islam. Tout a été dit, et rien ne sera fait.
    Ce pays est entrain de disparaître, englouti de ses contradictions.
    J’ai assisté depuis 77 ans à cet effondrement.

    Répondre
  • Jan Pierre lenoir

    7 octobre 2019

    Acceptez,cher monsieur que je vous félicite pour la clarté de votre exposé , la précision de vos arguments et enfin l’acuité du regard que vous portez sur ces choses…
    J’avais étudié Elul lorsque j’étais étudiant à l’école supérieur de journalisme de Lille. Mais à vingt ans je n’avais pas ou peu découvert les subtilités de ses analyses sur ce plan là. Vous citez par ailleurs Bernanos qui m’a beaucoup nourri. Ses pantoufles sont un signe des temps et sa grande peur des bien pensants illustre dramatiquement les avis feutrés et chuchotés dans les salons bourgeois ou la peur de sa propre ombre règne en maître absolu . Nous sommes dans ce pays en état de pré dhimittude …

    Répondre
  • Bilibin

    7 octobre 2019

    Très bel article merci beaucoup.

    Répondre
  • SysATI

    7 octobre 2019

    Mr Gave,

    Etant violemment anti clérical/religieux,etc , je vous prie de ne pas considérer ce message comme une défense de l’Islam (qui est une religion de m…. comme toutes les autres à mon avis… mais chacun pense comme il veut n’est-il pas ?).

    Je partage l’essentiel de votre propos et j’ai toujours apprécié Zemmour qui a malheureusement raison trop souvent.
    Mais vous avez tord de prétendre qu’Islam et Démocratie sont incompatibles car ce n’est pas le cas.

    J’ai grandi dans un tel pays avec une grand-mère “hafiz” (i.e. ayant appris le Coran par coeur dès l’age de 5 ans) qui priait 5 fois par jour, pratiquait le ramadan tant que sa santé le lui permettait et qui n’a pourtant eu aucun problème pour accepter et vivre en bonne entente avec sa belle fille “infidèle” puisque française et donc de culture Catholique.

    Elle n’a jamais attenté à la vie de ma mère et n’a jamais essayé de me faire passer du “coté obscur” de l’Islam…
    J’ai donc été élevé par une grand-mère allant à la messe tous les dimanches et une autre qui connaissait le Coran par coeur. Dieu merci je n’ai succombé à aucune de ces deux hérésie 🙂

    Quant à ce pays “incompatible” avec la démocratie qui est la Turquie, il se bat bec et ongles contre un dictateur islamiste de pacotille depuis 25 ans et n’a pas l’air près à se rendre.

    Le turc “de base” est croyant, musulman et pourtant il est viscéralement attaché à la démocratie…

    Malheureusement il est aussi peu éduqué et a été trompé par les politiques qui le dirigent (comme partout ailleurs…)
    Ceux-ci bien que très musulmans (du moins en apparence) n’ont toujours pas réussi à supprimer le droit civil et imposer la charia dans le pays. Le combat dure depuis des années et les musulmans démocrates n’ont toujours pas abdiqués.

    Le problème musulman ne tient pas tant à la religion mais au développement économique et donc éducatif de ces pays.
    Les classes éduquées (bien que musulmanes) de la Turquie (grandes villes) votent contre le régime de Tayyip Erdogan tandis que les villages et l’intérieur du pays se fait rouler par les belles paroles et votre pour.

    Il y a donc 40 millions d’individus aujourd’hui qui sont la preuve vivante que la démocratie et l’Islam sont parfaitement compatibles…

    Quant aux musulmans de France que j’ai connus (ouvriers émigrés dans les années 70), ils étaient tous de bons pères de famille plus préoccupés par l’avenir de leur enfants que d’imposer leur religion à ceux des autres…

    Votre propos est juste; il faut effectivement à tout prix préserver le modèle d’intégration à la française, mais également faux car il n’y aucune incompatibilité entre cette religion et le mode de vie occidental respectueux de la personne et de ses opinions.

    Répondre
    • breizh

      8 octobre 2019

      merci monsieur pour ce témoignage très intéressant sur le caractère de la Turquie.

      Cela rappelle à raison que l’Islam n’est pas vécu partout de la même façon, suivant l’histoire et la culture des pays.

      Toutefois, ce sont surtout Islam et Liberté qui sont antinomiques, plus qu’Islam et Démocratie.

      Si Ataturk (qui n’était pas religieux) a fondé un état moderne, la vie pour les communautés chrétiennes reste (très) difficile en Turquie.

  • Scardanelli

    7 octobre 2019

    « Voici, ceux qui adhèrent,
    « ceux qui judaïsent, le Nazaréens, les Sabéens,
    « ceux qui adhèrent à Allah et au Jour ultime,
    « ceux qui sont intègres :
    « ils ont pour eux la rétribution de leur Rabb,
    « ils sont sans crainte et ne seront pas affligés. »
    Le Coran, sourate 2 « LA GÉNISSE », verset 62 ; traduction André Chouraqui

    Répondre
  • Pierre

    7 octobre 2019

    Il y a une mécompréhension, ignorance et mauvaise foi incroyable de la part de 99% des personnes qui critiquent l’Islam selon les arguments énnoncés dans cet article. Je ne vais pas prendre le temps de reprendre les erreurs point par point, je dirai juste:
    – Prenez le temps de comprendre la différence entre le Coran et les Hadiths, et les arguments entre les courants théologiques musulmans sur la validité de ces derniers. Il y a plusieurs écoles islamiques qui pratiquent leur religion différemment, qui donne une valeur différentes au Coran et aux Hadiths, et il est impossible de parler d’Islam sans différencier entre eux. Toute discussion serieuse sur le christianisme doit prendre en compte les différents courants Protestants, Catholiques, etc. Meme chose pour l’Islam.
    – Il y a 4 écoles juridiques de la Sharia, qui ont une approche différente envers la jurisprudence. On ne peut pas critiquer la Sharia sans différencier ces quatre courants. Selon l’école, le droit étatique regne sur le droit religieux. Informez-vous la dessus.
    – Il y a une différence entre l’application d’une loi et le fait qu’un texte de loi existe. L’Egypte est l’un des seuls endroits ou les 4 ecoles juridiques ont été présentes depuis le 14eme siecle, et il y a une trace écrite de l’application de ces quatre courants depuis pres de 7 siecles. Il n’y a AUCUNE preuve que la mutilation physique ait été pratiquée avant l’arrivée du Wahabisme moderne, ce qui contredit la narrative que l’Islam soit une religion barbare depuis son début.
    – Ne soyez pas aussi bete que de croire que le christianisme est en soit plus compatible avec la démocratie. L’Eglise Catholique a une longue histoire de soutient de régimes clairement anti-démocratiques (régimes fascistes en Italie, Espagne, Amerique du Sud).

    Je suis 100% d’accord avec vous, Zemmour DOIT avoir le droit d’écrire et de gueuler ses conneries, tout comme le fait de plus en plus l’Institut des Libertés quand il se traite de commentaire social (j’apprécie tout de meme beaucoup l’analyse économique). Mais soyont claire, la vérité est plus nuancé et ne s’y trouve pas du tout.

    Répondre
    • Jordi

      7 octobre 2019

      Votre commentaire est intéressant, et pas forcément hors sujet. Mais il n’enlève rien au fait que certains courants NON MARGINAUX de l’Islam voient le jihadisme d’ISIS comme un idéal de foi. Tout comme les nazis, ces courants représentent l’antithèse d’une vision humaniste, et il est aussi souhaitable que légitime de les supprimer par tous les moyens.

      Le troisième Reich avait ses collabos, le califat Daéshique ne manque malheureusement pas lui non plus d’idiots utiles pour l’excuser.

    • Pierre

      8 octobre 2019

      Dans ces conditions, pourquoi parmi les différents courants de l’islam, aucun d’entre eux ne condamne cet attentat ?

    • Pierre

      8 octobre 2019

      par “cet attentat”, je fais référence à ce qui s’est passé la semaine dernière à la PP de Paris.

  • BKK

    7 octobre 2019

    Il faut absolument soutenir Zemmour a pouvoir exprimer ses opinions et ses idées sur l ‘islam en France. Ceci dit débattre sur le fait de savoir si l’islam est compatible ou non avec la démocratie occidentale n’est pas notre problème prioritaire. L’agrégat biologique musulman en France est soumis aux même forces que les autres, certains musulmans s’adapteront à la complexité et de ce fait deviendrons des non musulmans de faits et d’autres resteront dans la superstructure psychique en stagnation, C’est la vie ! Je remarque que en matière démocratique la communauté musulmane est une très bonne affaire pour la démocratie étatique en place, soutenant toujours électoralement le pouvoir en place .

    Répondre
  • Le Clercq Pierre-Paul

    7 octobre 2019

    Bravo, mille fois bravo et chapeau bas.
    Exceptionnelle réflexion écrite avec courage et honnêteté, à l’opposé de l’angélisme facile généralisé, et argumentée avec précision et raison.
    Votre clairvoyance, contagieuse, donne de bonnes raisons d’espérer.
    Quant aux solutions, c’est le prochain défi, le noeud du problème…
    A méditer et communiquer sans modération.

    Répondre
  • Arsene Holmes

    7 octobre 2019

    Article Brilliant.

    Un de vos meilleurs. Merci

    Répondre
  • Axel

    7 octobre 2019

    Bonjour.
    Il ne s’agit pas du chevalier de la Salle, mais du chevalier de la Barre.
    Le «traité sur la tolérance» dans lequel Voltaire relate cette affaire est, d’après des historiens comme Marion Sigaut, un tissu de mensonge (comme souvent chez ce brave homme).

    Répondre
    • breizh

      7 octobre 2019

      merci de cette précision !

      D’ailleurs cette évocation du “chevalier de la Salle” ne fait que nuire à la pertinence du propos et serait à retirer du texte.

      Voltaire n’est pas une référence immaculée.

    • Ilmryn

      11 octobre 2019

      Marion Sigaut, n’est absolument pas historienne, c’est une militante passée de l’’extrême gauche trotskiste à “l’extrême droite” anticapitaliste. Proche de Soral chez qui elle publie ses livres. Militante de la cause palestinienne elle a reçut le “prix Palestine – Mahmoud Hamchari” en 1998. Elle adhère à de nombreuses théories du complot et est violemment antisémite.

      Elle hait littéralement la philosophie des lumières et Voltaire ce qui n’a rien d’étonnant vu son parcours et son appétence pour le totalitarisme, le révisionnisme et les régimes corrompus.
      Il n’y a quasiment rien à sauver dans ses écrits.

  • Pierre

    7 octobre 2019

    Merci, Monsieur, pour cet excellent article qui pose le vrai problème de l’islam.

    Répondre
  • PenArBed

    7 octobre 2019

    Suite à une intervention récente de Charlotte d’Ornelas sur Cnews j’ai découvert ce texte
    Saint Thomas d’Aquin (1224-1274): ”La somme des gentils” – livre premier De DEO UNO
    ”Mahomet a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement. En fait de vérités, il n’en a avancé que de faciles à saisir par n’importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines des plus fausses. Il n’a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l’inspiration divine, quand une œuvre visible qui ne peut être que l’œuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu’il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux brigands et aux tyrans. D’ailleurs, ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l’aida, par la violence des armes, à imposer sa loi à d’autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur; bien au contraire il déforme les enseignements de l’Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c’est évident pour qui étudie sa loi. Aussi bien, par une mesure pleine d’astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C’est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole, croient à la légère”.

    Répondre
  • Stephane Henry

    7 octobre 2019

    Lu dans “Sud-Ouest” ce matin une interview d’Eric Poulliat (LREM), depute de Gironde: “Ils doivent etre une dizaine d’individus suspectes de radicalisation a la prefecture de police de Paris. C’est tres peu.” De mieux en mieux! Merci Charles de continuer a dire les choses telles qu’elles sont. Nous avons besoin de vous.

    Répondre
  • Oblabla

    7 octobre 2019

    “L’islam est-il ou non compatible avec la Démocratie ?” Depuis au moins deux décennies la réponse à cette question est limpide : c’est objectivement NON en l’état actuel de l’islam.
    Et toutes les digressions, palabres, litanies, fausses justifications, discours intellectuellement malhonnêtes etc. tournent autour du pot. Et à chaque fois les arguments développés pour le OUI explosent à la 1ère objection.
    Chaque membre de la classe jacassante cherchant à répondre oui à cette question se retrouve immanquablement dans la situation du type qui essaye de quitter son slip par la tête…

    Répondre
  • Oblabla

    7 octobre 2019

    Rien à ajouter. Exceptionnel papier que l’on rêve de voir diffuser dans tous les médias.
    A partager partout et à placarder jusque dans les c…ttes comme dirait Poutine.

    Répondre
  • Ockham

    7 octobre 2019

    C’est un peu tard. Non pas pour vous mais pour cet appareil d’état dirigé par des rousseauistes. Nos grandes écoles littéraires et administratives jugent l’islamophilie compatible avec la République et l’ennemi n’est pas les mollahs ou les imams mais le curé… le diable.

    L’imam qui préside l’association ne fait qu’accueillir un conférencier étranger dans la mosquée flambant neuve. En arabe, en France, il explique le vrai islam ; personne n’a de copie de son discours de paix … dommage. Le président ne se rappelle plus très bien. ll était occupé avec les enfants à la madrassa.
    Le prêcheur étranger ? Il est parti. La mosquée est républicaine. Certainement. La fermer ? Quelle loi ? Quel motif ? L’arabe ce n’est pas interdit en France ! Le latin, l’allemand si. Depuis 40 ans sous nos grands naïfs islamo-gauchistes fonctionnaires politiques à vie, leurs services mous baisent le tapis et n’ont pas lu beaucoup de prêches. Beaucoup sont du vitriol, recommandent l’assassinat de tous les non-musulmans comme c’est écrit en clair dans le coran et vous le rappelez.

    Le mycélium grandit, s’étend et pop ! Un champignon au centre de la préfecture de police qui renseigne depuis des années les imams salafistes et frères. Soit il est sourd et n’entend rien ! Mais il pianote. Est-ce le seul ? Nos naïfs profonds formés à l’administration ne veulent pas savoir qu’un imam est aussi un politique, un agent des services du renseignement extérieur de la mouvance du djihad. Billevesée ?

    Monsieur le grand naïf oublie volontairement et l’admet comme normal, que dans de nombreux lieux où l’islam est majoritaire, église et tout temple non-musulman brûlent dans la joie. Il fait l’idiot quand des états comme l’Algérie pour la France et la Turquie pour l’Allemagne évoquent officiellement par écrit que les mosquées de leur obédience devraient faire partie de l’ambassade. Donc ces fonctionnaire-politiques à vie -en France et en Allemagne- pourraient trouver normal que la mosquée soit une unité extraterritoriale. Ainsi le conseiller n°2 de l’ambassade, responsable des services du renseignement extérieur, l’imam donc, serait sous statut diplomatique. Cette fois il pourrait en arabe salafiste ou au service de cet état étranger prêcher tous les jours sans aucune intrusion de la police des mangeurs de cochon. Ils l’ont écrit et demandé.

    Oh temps béni ! Donc un catholique pourra en entrant dans une église être sous la protection du Vatican. Le curé aura le statut diplomatique du Vatican et l’église sera propriété de Vatican-Charity. Compatible avec la république ! Quel Président français, perle de l’ENA, si futé, expérimenté, cultivé, …l’a affirmé ? Son nom m’échappe.

    Répondre
  • Gerldam

    7 octobre 2019

    Il n’y a pas que Zemmour ou Ellul qui ont dit et écrit que l’islam est incopatible avec la démocratie. Je pense à “Les cloches sonneront-elles demain?” de Philippe de Villiers, à ceux de Bat’Yeor, notamment sur la notion de dhimmitude, “Un racisme imginaire” de Pascal Bruckner qui va tout à fait dans le sens de l’article ou même “Une trahison française” de Waleed Al-Husseini, un msulman bien placé pour savoir ce que vaut cette “religion”.
    Je mets des guillemets car, pour moi, l’islam n’est pas une religion au sens ou peut l’être le christianisme ou le Boudhisme, mais un mélange de sacré et de code civil qui est plus un mode de vie où politique et religion sont intimement mêlées. Ce mode de vie est totalement incompatible avec le nôtre.

    Répondre
    • candide

      7 octobre 2019

      Je suis d’accord, l’islam est un ordre social de droit divin plus qu’une religion et qui se considère comme devant se substituer à tous les autres.
      C’est évident, les preuves s’étalent sous nos yeux tous les jours. Mais rien n’y fait. La gauche athée, les féministes, les antispécistes se jettent dans les bras de l’islam. Cela semble absurde, et pourtant c’est. A croire que tous ces pervers servent le même projet ou le même maître, simplement pas dans le même régiment.

  • marc

    7 octobre 2019

    Excellent papier, merci

    Répondre
  • JLP

    7 octobre 2019

    Plus sérieusement, j’ai entendu ce matin ce pauvre Dominique Seux (Les Echos) critiquer violemment Eric Zemmour, se joignant aux hurlements médiatiques actuels, sans donner plus de justifications à ses insultes que les autres penseurs bien évidemment. C’est triste.
    Il suffit de lire le Coran (je l’ai fait!) pour constater qu’il y a des dizaines d’appels au meurtre, et pas la moindre petite phrase dans lequel on pourrait trouver le verbe aimer ou le mot tolérer.

    Répondre
    • Aura

      7 octobre 2019

      Si vous avez le temps, pourriez vous faire la liste des appels aux meurtres dans le Coran
      Merci

    • PenArBed

      7 octobre 2019

      Aldous Huxley (son essai ”Retour au meilleur des mondes” – 1958) : ”Les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques élections, parlements, hautes cours de justice demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu’ils étaient au bon vieux temps, la démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiodiffusées et de tous les éditoriaux (…). Entre-temps, l’oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera”.

    • charles gave

      7 octobre 2019

      Pour ceux qui me demandent de citer des sourates du coran appelant au meurtre en voici une parmi des dizaines
      « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager et qui s’efforcent de semer le désordre sur la terre, c’est qu’ils soient exécutés, ou crucifiés, ou que leur soit coupée la main et la jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés de la terre : voilà pour eux l’ignominie d’ici-bas; et dans l’au-delà, il y a pour eux un énorme châtiment. » (S2, V217) [5]

    • candide

      7 octobre 2019

      ET encore, il me semble que les haddith sont encore pires.

    • JLP

      7 octobre 2019

      Pour AURA une petite devinette : dans quelle sourate l’adultère est-il puni de mort par lapidation?
      Récompense : une place assurée au ciel peut-être…

    • Altaïr

      8 octobre 2019

      Une liste des versets de combat classés par thèmes avec leurs références exactes dans le Coran pour les plus offensifs d’entre eux peut être lue dans le livre : “Interroger l’Islam, 1501 questions à poser aux Musulmans ! Éléments pour le dialogue islamo-chrétien.” Cette liste se trouve aux pages 171/172 de la troisième édition revue et augmentée. L’auteur est l’abbé Guy Pagès.

  • Normandie

    7 octobre 2019

    Comme je rejoins votre analyse, je propose une petite blague pour détendre l’atmosphère:
    “les musulmanes aiment tellement la démocratie, qu’elle s’habillent en isoloir”

    Répondre
  • Luboric

    7 octobre 2019

    Ou comment bien commencer la semaine,

    Vos articles sont toujours aussi intéressants Mr Gave

    Répondre
  • CRICRI

    7 octobre 2019

    bravo ! et merci

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!