23 February, 2015

Prochaine étapes du Marathon électoral Européen : La Grande-Bretagne, puis l’Espagne

Je crois pouvoir dire sans craindre d’être démenti qu’un certain malaise pèse sur la construction Européenne.
Dans nombre de pays, les partis anti européens ont fait des très bon scores aux élections européennes,mais ces consultations n’ont aucune importance dans la mesure où seules comptent les élections à l’échelle nationale où réside encore la Souveraineté.
Or L’année 2015  est riche en élections nationales où cette Souveraineté  pourra s’exprimer.
Nous avons déjà eu les élections Grecques, et toute l’artillerie lourde de Bruxelles a tonné pour forcer le nouveau gouvernement Grec à se soumettre, ce qu’il a fait pour les 4 mois qui viennent.Reste a savoir ce qui se passera ensuite. Nous verrons si la trêve va durer ou s’il s’agit d’une fausse retraite, un peu comme les Grecs l’avaient fait  à Troie.
D’autres  élections vont suivre, tout aussi importantes, en particulier en Grande Bretagne au printemps, et en Espagne à la fin de l’année.
Mon but dans ce billet est de parler d’abord de la Grande-Bretagne où la situation est particulièrement confuse et d’effleurer l’Espagne..

Dans la structure politique en Grande Bretagne, il y a quelqu’un qui s’appelle le ” Cabinet Secretary” et qui a pour rôle de représenter la fonction publique Anglaise au Conseil des Ministres.
Comme chacun le sait, les fonctionnaires ne sont pas éligibles en Grande-Bretagne, sauf à démissionner de la fonction publique, et la prérogative du Secrétaire du Cabinet est de protéger les fonctionnaires contre les pressions des politiques.
Si un fonctionnaire se plaint que son ministre cherche à utiliser la fonction publique à  des fins partisanes, il ira se plaindre au Secrétaire du Cabinet qui portera le cas échéant le problème en conseil des ministres et si besoin est sur la place publique et devant les institutions judiciaires.
La fonction publique en Grande Bretagne est politiquement neutre, en est très fière et entend rester indépendante des pouvoirs politiques.

Chacun son métier et les cochons seront bien gardés. .

Une autre responsabilité de notre Secrétaire du Cabinet est de préparer les organes de gouvernement aux changements qui peuvent se produire à la suite des élections.
Je m’explique.
Dans le passé, les programmes des deux partis de gouvernement en Grande- Bretagne étaient fort différents à chaque fois.
Le rôle du Secrétaire était donc de préparer les dossiers prenant en compte les deux programmes, en liaison avec les responsables des deux partis, pour que tout soit prêt à se mettre en route des le lendemain de l’élection.
Lors de la dernière élection, le Secrétaire du Cabinet avait du faire préparer non pas deux séries de dossier comme à  son habitude, mais cinq, compte tenu des différentes combinaisons qui pouvaient résulter des élections:

Conservateurs ayant la majorité, Travaillistes ayant la majorité, alliance Conservateurs Libéraux, alliance Travaillistes Libéraux alliance Conservateurs Travaillistes….

Le Secrétaire actuel du Conseil vient de faire savoir que pour l’élection à venir, et compte tenu de l’irruption sur la scène politique de l’UKIP et des Indépendantistes Écossais,  il lui fallait faire préparer …onze série de dossiers, tant les combinaisons entre ces nouveaux intervenants et les anciens partis pouvaient être nombreuses.
Et comme la Grande – Bretagne est sous le régime uninominal à un tour (le candidat arrivé en tête est élu même s’il n’a que 21 % des voix), on voit fort bien que l’ instabilité politique pourrait s’ installer durablement chez nos voisins qui n’ y sont pas habitués…

Jugez-en

Les Conservateurs affichent des résultats  économiques plutôt bons mais ont gouverné avec les Libéraux, qui vont se faire massacrer aux élections et qui ont annoncé qu’ils voulaient sortir de l’alliance avec les Conservateurs.
L’atout électoral  des conservateurs sera bien sur que l’économie anglaise va beaucoup mieux que les autres économies en Europe et qu’ils vont proposer un référendum sur la sortie de la Grande Bretagne de l’Europe en 2015 ou en 2017 au plus tard, tant la dérive non démocratique des institutions Européennes inquiète une partie de l’électorat Britannique.
Voilà qui devrait amener les électeurs à voter Conservateur plutôt que UKIP, mais cela est loin d’être partie gagnée.
Mais où vont aller les électeurs Libéraux? Aux Travaillistes ? A l’UKIP, aux Écologistes ? , à  la pèche ?

Personne  n’en sait rien.
Et comme nombre de sièges vont se jouer a quelques dizaines de voix, compte tenu du nombre de candidats en présence, bien malin celui qui peut annoncer quoique ce soit.

Les Travaillistes quant a eux ont une équipe à la tête de leur Parti  constituée de Miliband, le prochain premier ministre et de Ed Ball, le futur ministre des finances, si les travaillistes l’emportent bien sur, le premier un parfait” bobo” et le second un technocrate imbu de lui même, qui conjointement, alignent gaffe sur gaffe auprès de l’électorat populaire .
Quid  donc des chances du parti Travailliste?
On sait déjà que le parti Travailliste va perdre sans doute au moins trente députés sur les 40 ou plus qu’il a en Écosse, au profit des indépendantistes Écossais et que son électorat n’est pas totalement insensible aux sirènes de l’UKIP.
Une victoire des Travaillistes apparaît donc peu probable et une alliance Travaillistes Indépendantistes Écossais paraît exclue tant le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse a laissé des traces profondes. Les Libéraux  quant a eux n’auront sans doute pas assez de députés pour pouvoir s’allier aux Travaillistes.
Les Conservateurs ont zéro député en Écosse, et il n’est pas exclu qu’ils obtiennent des députés Indépendantistes Écossais une espèce de ” soutien sans participation”, ce qui serait un peu l’alliance de la carpe et du lapin.
Les élus Écossais continueraient cependant à avoir le droit de voter les impôts des Anglais, alors que ceux ci n’ont plus rien à dire sur les impôts que les Écossais payent.
Voilà qui constitutionnellement va poser des problèmes si les députés Écossais font partie de la majorité de gouvernement  et surtout si ces députés sont favorables a l’indépendance de l’Écosse.
UKIP est le seul parti à avoir un leader charismatique et qui plus est formidable orateur, Nigel Farage. L’UKIP  reprend bien des thèses portées autrefois par MadameThatcher, mais sauf immense surprise , on le voit mal avoir quelques députés au plus.
Ce parti normalement devrait s’allier avec les Conservateurs, mais des problèmes de personnes empêchent à l’heure actuelle tout rapprochement tant que Cameron est le patron du parti Conservateur. Qui plus est. UKIP est fermement anti Bruxelles, ce qui est loin d’être le cas pour une grosse minorité du parti Conservateur.
Si Boris Johnson, l’actuel maire de Londres venait à remplacer Cameron, les choses pourraient cependant changer assez vite…
Bref, c’est la bouteille à  l’encre.

Le plus probable serait que les Conservateurs se voient obligés de constituer un gouvernement de minorité, soutenu par les indépendantistes Écossais et les députés de l’Irlande du Nord, mais chacun voit bien qu’il s’agirait là  d’une solution très peu satisfaisante.
Cela laisserait la Grande Bretagne dans une situation très affaiblie dans les institutions Européennes où l’Allemagne verrait sa position encore renforcée, ce qui ne paraît guère souhaitable tant ce pays est déjà dominant.

Viendra ensuite l’Espagne, ou Podemos, dont le programme est très similaire à celui de Syriza  en Grèce, est un train de monter de façon très rapide dans les sondages tandis que ce pays connaît avec la Catalogne une situation similaire à  celle que connaît la Grande -Bretagne avec l’Ecosse.
En Espagne également, nous risquons  donc de nous retrouver avec une donne politique bloquée et dans les deux pays, Grande-Bretagne et Espagne, nous pouvons avoir à faire face a une population que le projet Européen divise plus qu’elle ne l’unit.

Et, pendant ce temps la, les nuages s’amoncellent au Moyen-Orient et en Ukraine, sans que l’on sache très bien qu’elles pourraient être les portes de sortie.

Il est donc tout a fait évident que la situation politique est en train de se détériorer un peu partout en Europe ou des mouvements populistes puissants sont en train de voir le jour et que cela n’augure rien de bon.

Et les forces politiques traditionnelles semblent bien incapables de répondre à ces nouveaux défis, ce qui d’après Toynbee annonce toujours des changements profonds.

Les autorités en place, en grande partie responsables du désastre ambiant, nous annoncent que 2015 sera  l’année du retour de la croissance dans la zone Euro.
C’est ce que j’ai entendu sans cesse depuis 2009.
Nous verrons bien.
Mais au cas ou les augures auraient tort, les difficultés devraient alors être gérées par des pouvoirs politiques locaux très affaiblis et sans grande légitimité qui apparaissent de plus en plus comme « vendues » à  un projet qu’elles ont initié et qui à l’évidence  ne marche pas..

Et en face d’eux, une Allemagne super puissante, créditrice de la zone et cherchant à protéger ses banques à tout  prix…

Voilà qui est inquiétant.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

43 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • BA

    1 March 2015

    En Europe, il n’y a qu’en Grèce et en Espagne que la montée aux extrêmes profite à l’extrême-gauche.

    Dans les autres nations européennes, la montée aux extrêmes profite à l’extrême-droite.

    Autrement dit : la dynamique historique est à l’extrême-droite.

    Dimanche 1er mars 2015 :

    Elections départementales : FN et UMP – UDI à égalité (29% d’intentions de vote).

    Le Front national et l’UMP associée à l’UDI arrivent à égalité aux élections départementales des 22 et 29 mars avec 29% des voix.
    Ils sont devant le PS, 23% des voix, selon un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche.
    Selon ce sondage, les candidats d’Europe Ecologie Les Verts arrivent en quatrième position avec 10%.
    Le Front de gauche obtient 9% d’intentions de vote.

    Répondre
  • BA

    25 February 2015

    Mercredi 25 février 2015 :

    Grèce : après l’accord, les questions qui fâchent.

    Quelle forme prendra le “nouveau contrat” que la Grèce veut conclure avec ses partenaires d’ici fin juin ? Le journal allemand Rheinische Post faisait circuler mercredi un chiffre pour un éventuel troisième programme d’aide, 20 milliards d’euros, sur la foi de sources proches de la coalition au pouvoir à Berlin.
    Ce serait pour Athènes un sérieux revers que de devoir se soumettre à nouveau à un programme assorti de conditions draconiennes et alors que les précédents (en 2010 puis en 2012) ont transformé le pays en “colonie de la dette” et volé leur “dignité” aux Grecs, selon les dires du bouillant ministre des Finances Yanis Varoufakis.
    La Grèce préférerait une ligne de crédit, mais “il est plus probable qu’on aille sur un nouveau programme qu’une ligne de crédit”, confiait mardi un haut responsable européen.

    http://www.lepoint.fr/economie/grece-apres-l-accord-les-questions-qui-fachent-25-02-2015-1907739_28.php

    Dette publique de la Grèce : 315,509 milliards d’euros, soit 176 % du PIB.

    Si le troisième programme d’aide est mis en place en juillet, la dette publique de la Grèce augmentera de 20 milliards d’euros.

    La dette atteindrait environ 335 milliards d’euros, soit environ 187 % du PIB.

    De toute façon, la Grèce est en faillite, alors un peu plus ou un peu moins …

    Répondre
    • brasucade

      2 March 2015

      Sur le plan financier pur, la Grèce peut passer le très mauvais cap actuel en rationalisant un peu son échéancier.

      Cette année la Grèce est sensée rembourser 19 milliards, dont la plus grosse partie avant septembre. Après, et pendant 15 mois, les échéances sont minimes !

      La Grèce peut rembourser, normalement, avec une conjoncture mondiale moyenne ou porteuse, 10 milliards par an. Leur demander de rembourser sur une base annualisée de 35 milliards montre Toute la mauvaise foi des créanciers.

      Il restera, en dernier ressort, la sortie de la carte chinoise. Prêter 10 milliards aux grecs ne leur poserait pas beaucoup de problèmes financiers. Reste à connaître les réactions politiques de toutes les parties impliquées.

      Pour la carte Russe, il suffit de regarder un peu du côté du petit rapprochement récent entre la Russie et Chypre.

      Conclusion : les grecs ne sont pas encore prêts à capituler.

    • idlibertes

      2 March 2015

      Pfff ou avez vous vu ces chiffres?

    • brasucade

      3 March 2015

      Si vous pensez aux chiffres de l’échéancier, je les ai croisés une dizaine de fois, courant février, sur le site de Boursorama, rubrique actualités.

      Certains articles relatifs à la Grèce attirent une cinquantaine de commentaires.

      Pour ce qui concerne le 10 milliards chinois, je les sort de mon chapeau. Les chinois, comme vous devez le savoir, ont commencé à monter un “FMI” alternatif (voir The Economist).

      Mister Pfff est -il satisfait ?

    • idlibertes

      4 March 2015

      CG a fait ces calculs relatifs à la Gréce et nowhere in a thousand years, la gréce ne saurait être apte à rembourser.
      Elle n’a PAS les capacités de remboursement à ce stade.

  • Homo-Orcus

    25 February 2015

    Hors sujet et mise au point – Désolé, en commentant un article (lequel, pas retrouvé ?), sur ce blog j’ai fait dire à Nietzsche « L’idéologie est une prison ». Ayant subitement quelques doutes, j’ai ouvert son dossier assez conséquent et au classement thématique, par exemple « Nietzsche et l’idéologie » et effectivement il a dit « Les convictions sont des prisons ». Finalement, l’idéologie est un amas de convictions sans alternative. Du coup, j’en ai retrouvé une aussi puissante « Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou. », qui est dans l’actualité.
    Cet exercice s’apparente à la « pelote de laine » et je suis allé voir « Nietzsche et l’art. » Là, j’ai retrouvé une perle –« L’art doit servir le parti. » Stalinox – là encore c’est d’actualité.
    J’entends un grand nombre se dire « c’est qui ce Stalinox ? » Évidemment, si vous n’avez pas accès aux archives de la Loubianka !
    C’est un géorgien qui était à la recherche d’un surnom qu’il voulait imposer à ses camarades Lénine et Trotski à l’occasion d’une réunion du Politburo. Il était très satisfait de sa trouvaille car il brillait naturellement et qu’il se pensait éternel. Ses conseillers en communication émirent des réserves qui eurent pour effet de les envoyer illico presto en Sibérie orientale. L’un deux avait osé dire que le stalinox faisait un peu quincaille et l’autre qu’on risquait d’entendre des ménagères dans les isbas « passe-moi la gamelle en stalinox ! » de Homo-Orcus, petit-fils de Michelet.

    Répondre
  • qual

    24 February 2015

    Beaucoup de ceux qui parlent de l’Allemagne ne la connaissent pas. J’y travaille dans une grosse multinationale allemande de l’industrie depuis 8 ans et il y a pas de choses qui sont discutables concernant ce prétendu colosse aux pieds d’argile. Si le gouvernement allemand se montre si autoritaire, voire arrogant, c’est qu’il a du mal à se cacher les problèmes de son propre pays qu’il n’évoque pas face à ses interlocuteurs étrangers. Schäuble, Hartz et bien d’autres sont aussi mal placés pour donner des lecons d’honnêté, ayant eux mêmes été mouillés dans des affaires de corruption.

    Répondre
    • brasucade

      2 March 2015

      Schäuble aurait il été simplement accusé ou condamné ? Pourriez vous fournir quelques précisions svp ?

  • BA

    24 February 2015

    La montée aux extrêmes.

    En Europe, il n’y a qu’en Grèce et en Espagne que la montée aux extrêmes profite à l’extrême-gauche.

    Dans les autres nations européennes, la montée aux extrêmes profite à l’extrême-droite.

    Autrement dit : la dynamique historique est à l’extrême-droite.

    Lundi 23 février 2015 :

    Départementales :  le FN en pole position (30 % des intentions de vote).

    Un pas de plus vers un grand bouleversement du paysage politique. Le sondage réalisé par l’Ifop pour Le Figaro à un mois des départementales vient confirmer les tendances constatées scrutin après scrutin depuis cinq ans.

    Avec 30 % des intentions de vote mesurées, le FN devancerait l’alliance des forces UMP et UDI (28 %), reléguant les candidats du PS à la troisième place avec 20 %.

    Aucune des autres propositions ne passe la barre des 10 % : EELV recueillerait 7 %, le Front de gauche 6 %, l’extrême gauche 2 %.

    Elections européennes du 25 mai 2014 :

    Les quatre pays où les extrêmes arrivent en tête :
    1- La France : Front National = 24,86 %
    2- Le Royaume-Uni : UKIP = 26,60 %
    3- Le Danemark : Parti Populaire Danois = 26,60 %
    4- La Grèce : l’extrême-gauche Syriza = 26,58 % (pour info : les néonazis d’Aube Dorée = 9,40 %)

    Les neuf pays où les extrêmes font une percée :
    1- L’Italie : Mouvement 5 Etoiles = 21,15 %
    2- L’Autriche : FPO = 19,70 %
    3- La Belgique : NVA = 16,35 %
    4- La Hongrie : Jobbik = 14,68 %
    5- La Finlande : “Les Vrais Finlandais” = 12,90 %
    6- La Suède : Sverige Demokraterna = 9,70 %
    7- L’Espagne : l’extrême-gauche Podemos = 7,97 %
    8- La Pologne : KNP = 7,06 %
    9- L’Allemagne : le nouveau parti anti-euro AFD = 7 %

    Répondre
    • francois carmignola

      26 February 2015

      Cette dynamique “historique” est due à une réaction immunitaire pathologique dont les aspects “européens” démontrent qu’elle ne s’explique en aucun cas par des politiques spécifiques menées par les partis traditionnels de chacun des pays.

      Deux aspects partout les mêmes: l’inquiétude devant l’évidence de l’immigration extra européenne, qui n’est toujours pas prise en considération par les partis traditionnels, et un basculement global vers l’irresponsabilité économique qui consiste à vouloir se séparer de l’Europe au lieu de l’améliorer et de proposer diverses mesures absurde de différentiation sans regarder à leurs conséquences.

      Car il est un point commun toutefois entre tous ces partis traditionnels: leur ancrage dans l’humanisme occidental qui au nom de ce qui reste de son christianisme, se refuse à distinguer les hommes suivant leurs origines familiales.

      L’alliance est détonante: plus la société ignore les ridicules programmes économiques et sociaux de ces pseudos partis (il ne s’agit en fait que d’associations de râleurs, sans volonté réelle d’exercer le pouvoir) , plus on accroit l’inquiétude panique des ses électeurs, qui se radicalisent davantage jusqu’à finir par croire vraiment aux absurdités qu’ils votent.

      Une seule solution: prendre en compte l’inquiétude et reconnaitre enfin la réalité des choses. Les peuples d’Europe ne supportent plus l’immigration africaine et asiatique devenue excessive.
      Que cela soit partiellement du racisme et bien il faudra faire avec.
      Il faut donc trouver à tout prix un discours et une politique qui montre au tiers de l’opinion qu’on a compris et que l’on refuse activement qu’un autre tiers soit formé de communautés ethniques avec qui on ne peut ni ne souhaite vivre.

  • Jules

    24 February 2015

    Monsieur Gave, vous nous avez longuement et brillament parlé d’économie, puis de monétarisme pour finalement evoquer de + en + distinctement les facettes historiques et politiques des Nations et de l’Europe. Ce qui nous éclaire sur l’esprit des nations et la nature hétérogène des peuples d’une géographie à l’autre. La nationalisation des dettes est symptomatique d’un système qui ne réussit pas à fonctionner naturellement et en vient donc à la répression (fiscale, financière, bancaire) pour s’ imposer. Un tel regime ne dure historiquement jamais plus de quelques dizaines d’annees. Ajoutons à cela une pyramide des âges catastrophique dans les pays dits riches et une absence d’éducation dans les pays à la population jeune : tout est en place pour que le chaos politique perdure. Quant aux populations, ne dit on pas qu’on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif… La souffrance des peuples va durer pour finalement parvenir à un énorme “reset” qui verra l’abandon de moultes créances et un laminement des peuples lors d’une devaluation généralisée à l’occasion du retour aux monnaies nationales. Dans quoi? 2 ans? 5? 10 tout au plus?

    Répondre
  • alri

    24 February 2015

    Bonsoir,
    Le vrai problème posé est celui de notre avenir en tant que français. L’Europe n’existera pas vraiment à mon avis. Ni diplomatique , ni militaire , ni économique au sens invention industrielle commune et encore moins sociale idée certainement condamné à disparaître . Je pense que nous nous dirigeons vers un monde en néo civilisation loin d’un dessin aux frontières . Et à ce sujet, il ne faut plus rêver. La France est dépassée et de loin. La sortie de l’euro ne modifiera pas franchement la donne, contrairement à ce que l’on veut bien croire. Il faut entendre bien fort que les autres font aussi bien voir mieux que nous. La projection politique et économique actuelle n’a aucun sens car basée sur du baratin .

    Répondre
  • nolife

    23 February 2015

    Je souscris, cela dit je voyais M. Gave, vous (?), (le style de la réponse ressemble au sien comme 2 gouttes d’eau en tout cas … et le fait de TAPER sur TRICHET à la moindre occasion 🙂 ) nous dire en 2011 que l’Allemagne était à la veille de rentrer dans une dépression, hors je vois que nos cousins germains ont réussi à trouver de nouveaux marchés pour les bijoux industriels et pour l’instant, tout tient … 1,6 % de croissance avec un excédent budgétaire …

    De toute façon, en régimes de monnaie nationales, ce ne serait plus la BCE qui donnerait le la mais la Buba et cela donnerait les quasi-pleins pouvoirs d’une autre manière comme on l’a vu en 1992-1993.

    “L’€ est une autoroute sans sortie”, personne ne veut vraiment en sortir, donc nous n’avons d’autre choix que de d’adapter l’économie à la monnaie … “HORREUR SANS FIN”

    Puis que vous répliquez avec du Lafontaine, la fourmi cette fois s’est montrée prêteuse cette fois-ci, si ce n’est plus le cas, la cigale crève instantanément comme dans la fable ce qui oblige la Grèce à rester dans l’€ et payer rubis sur ongles principal et intérêt.

    Répondre
    • idlibertes

      23 February 2015

      Que l’Allemagne continue à bien faire, c’est normal. C’est exactement dans la lignée de ” des lions menés par des ânes”. la question n’est pas et n’a jamais été de savoir si l’Allemagne pouvait exporter!

      mais bien de savoir ce que l’on allait faire de toutes ces maisons en Espagne. Alors?
      On fait quoi de toutes ces maisons en Espagne? A part, vive l’Euro?

      Votre logique est exactement celle qui a permis la création de l’Euro: “de toutes las façons, les allemands sont les plus forts alors autant tenter d’en être”. Brillant résultat.

      Je n’ai pas répliqué avec du Lafontaine. Rastignac, c’est Balzac. (et le “castor” c’est dutronc “un joujou extra qui fait car boum hu”)

    • nolife

      23 February 2015

      Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

      La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

      Une Grenouille vit un Boeuf
      Qui lui sembla de belle taille.
      Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
      Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
      Pour égaler l’animal en grosseur,
      Disant : “Regardez bien, ma soeur ;
      Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
      – Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
      – Vous n’en approchez point. “La chétive pécore
      S’enfla si bien qu’elle creva.
      Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
      Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
      Tout petit prince a des ambassadeurs,
      Tout marquis veut avoir des pages.

      http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/la_grenouille_qui_veut_se_faire_aussi_grosse_que_le_boeuf.html

      Pour l’Allemagne,
      – trop grande pour l’Europe, trop petite pour le Monde, à l’époque, Philippe Simonnot l’explique dans un bouquin paru récemment, les Français ont financé la Russie pour combattre l’Allemagne sur les 2 fronts ce qui déboucha, justice immanente, sur les emprunts russes,
      – A l’époque où elle s’est unifiée, en quelques années, elle est devenue le pivot de la diplomatie européenne (Bismarck, conférence de Berlin, accords de Munich …) puis coeur industriel et presque naval rattrapant à grande enjambée la GB, seule la 2ème GM, a un temps stoppé la course du Panzer,
      – à défaut de pouvoir la concurrencer autant l’épouser …

      Que ce serait-il passé avec un DM cotant 30 % de plus, ils auraient racheté pans par pans l’industrie française

      Ils ont collé 7 buts au Brésil chez eux en demi-finale alors que ce pays était invaincu depuis 1975 à domicile et battu Lionel Messi …

      L’Allemagne a gagné la paix et maintenant réunification digérée ce sera encore pire, la seule solution est celle de Mazarin mais c’est trop tard…

      Pour le retour au franc dont je suis éperdument nostalgique, on fait comment pour les euros planqués dans les banques étrangères et les billets ?

      Le retour de l’URSS vers le libre-marché s’est bien passé pour pas mal de gens mais parfois l’Histoire nous enseigne qu’on ne peut revenir en arrière, un certain sens de l’Histoire, l’entropie, on ne récupère pas facilement l’eau qui a servi à faire une soupe.

      Et puis j’ai appris en suivant les leçons sur ce site que …
      – les acteurs économiques prennent des décisions de long-terme si ils ont une visibilité, hors en cas de retour aux monnaies nationales, c’est comme si la France se scindait en 22 régions plus DOM-TOM, qui reprendrait quoi …
      – en faisant sauter l’Euro, sur le papier c’est bien on risque aussi de faire sauter le système bancaire, la zone Euro, c’est pas la confédération helvétique,
      – la fin de l’Union latine (1927) puis de l’étalon-or(1973) ont porté vigoureusement atteinte aux économies occidentales qui ont du mal à s’en remettre,
      – nous n’avons point d’homme d’Etat ayant une vision à long terme, alors
      – “Encore un instant M. le Bourreau” Comtesse du Barry
      – “Après moi le Déluge” Marquise de Pompadour

      Mais j’espère vraiment que vous auriez raison car comme vous je souhaite la mort de cet “espéranto ou autre volapük intégré” monétaire sans corps ni ÂME … Dante, Goethe, Chateaubriand n’aurait pu faire leurs courses avec des €, on ne fait pas d’omelette avec des oeufs durs.

  • Homo-Orcus

    23 February 2015

    Tous ceux qui sont capables de gérer la France, la Gibi, l’Espagne; la Grèce, l’Italie, l’euro, la dette etc… sont tous occupés à écrire des articles et d’autres à les commenter… Pas étonnant que nos guignols rigolent en s’en foutant plein les poches !
    (n’y voyez qu’une taquinerie lol !)

    Répondre
    • idlibertes

      23 February 2015

      Parce que vous pensez qu’ils cherchent des gens compétents pour le faire?

      That’s a lol

  • C.H.S

    23 February 2015

    la nouvelle majorité grecque comme l’ensemble des forces de gauche et d’extrême gauche en Europe du sud n’ont qu’un objet capturer une partie de la cagnotte allemande et des pays vertueux d’où la mascarade à laquelle nous assistons de leur part .

    il ne leur faut surtout pas sortir de l’Euro en raison de leur endettement d’une part et favoriser une relance publique déficitaire d’autre part, dont le poids accru sera à terme inéluctablement supporté par les Pays vertueux en assurant dans l’intervalle leur élection ou ré-election, la France étant sur la ligne de cette brillante manip dite de mutualisation, qu’elle encourage .

    dans l’intervalle le secteur marchand continue son recul et sa dégradation compétitive chez ces cagnotteux-mutualistes, pompant et plombant leur pib marchand et ses acteurs .

    la Grande Bretagne lucide n’a pas la cagnotte en tête, mais comprend en revanche parfaitement l’opportunité de faire d’excellentes affaires avec le recul et l’affaiblissement de ces pays et plus particulièrement de leur pib marchand et de leurs entreprises de plus en plus pompées et affaiblies, en se tenant stratégiquement à l’écart de ce qui devient un bazar bruxellois.

    stratégiquement c’est une excellente orientation de la GB , l’Espagne avec la Catalogne ne devrait pas se laisser enfermer dans le système Cagnotteux-mutualiste.

    Combien de temps l’Allemagne mettra t elle à réagir et condamner cette approche et repenser l’Euro avec les gens sérieux.
    L’affaire Grecque au lieu de conduire à une remise en ordre, débouche sur une situation de pourrissement aggravé hélas

    Répondre
  • riz

    23 February 2015

    L’Ecosse ne peut plus devenir indépendante du fait de l’effondrement des cours du brent d’où elle tire l’essentiel de son budget : un pétrole à 110$ ok mais à 60 $ c’est fini .90% du pétrole gaz britannique est écossais .Tout était basé sur du sable (pardon pétrole) .
    Le cac va clôturer vers 5400 ce sera un excellent cru on va bientôt tester les 5000 . Mais c’est du fait de l’effondrement des cours du pétrole et de la baisse de 15% de l’euro et non du fait de réformes structurelles profondes , c’est du conjoncturel qui va durer par inertie jusque mi-2016 que l’on a de la croissance en Europe .
    L’année prochaine Hollande va préparer les élections de 2017 donc “cadeaux électoraux de rigueur” donc déficits au RDV Hollande est un homme politique pas un homme d’Etat comme de Gaulle qui lui oeuvrait pour son pays et non pas en vue de sa réélection . “De Gaulle à Herriot son ministre : je lui parlais de la France il me parlait du parti radical .”
    Quand on voit la difficulté à adopter les ridiculissimes mesures Macron en dégainant le 49-3 , mesures qui n’auront quasiment aucune incidence sur la croissance mais il faut bien faire plaisir à Bruxelles en faisant semblant de réformer , on se dit que mazette ce pays de dingues est irréformable et indécrottable .
    On pourrait avoir aux élections de 2017 en France ump-FN parce que les Français ne voudrons plus du socialisme , un remake de 2002 avec 70% et 30% comme résultat , lieu et place de 80-20 .
    Mais la bonne nouvelle de la semaine dernière cette histoire du 49-3 c’est que l’on peut gouverner par ordonnance autant dire que tous ces profiteurs du parlement et du sénat ne servent à rien et autant dire que le système présidentiel français peut aussi être assimilé à une quasi dictature .La cinquième république donnant trop de pouvoir au président , exécutif ..

    Répondre
    • nolife

      23 February 2015

      C’est GRACE à la Vème que l’on peut gouverner en France, si on revenait à un régime parlementaire comme le souhaitent la gauche ou les libéraux, les gouvernements tomberaient tous les 6 mois en admettant qu’il soit encore possible d’en former un, aucune réforme ne passerait … merci le soit-disant “absolutisme inefficace”.

      Quand on voit l’immaturité de la droite qui est d’accord avec la loi Macron mais qui vote contre et dépose une motion de censure pour “être calife à la place du calife”.

    • riz

      23 February 2015

      C’est ce que je dis “on peut gouverner ” bien que ce soit en force
      et la prochaine réforme du marché du travail passera par le 49-3 parce que c’est ce qu’attend les marchés , le reste c’est de la broderie ….

    • idlibertes

      23 February 2015

      oh bah non, ça ce sera pour passer aux 32 heures “pour que tous le monde ait du travail” #filoche

      et là , ils seront tous d’accord :-))

      Pensez

    • idlibertes

      23 February 2015

      On ne peut plus d’accord. on se retrouve aux grandes heures de la troisième république. Les enfantillages en plus et l’aura en moins.
      Que l’on passe un 49.3 pour la loi macron. Une pauvre petite loi qui nous parle des voyages en bus et de l’univers impitoyable du notariat français. A l’heure du 2.0.
      J’ai l’impression de lire un passage des Rougon Macquart tellement l’ensemble est périmé.

      ” cafetier, franc macon et communiste, c’est vous dire si dans ma vie j’en ai entendu des conneries”

    • DrStef

      24 February 2015

      ” cafetier, franc macon et communiste, c’est vous dire si dans ma vie j’en ai entendu des conneries” dans le film Uranus

      Et la version de Audiard:

      https://www.youtube.com/watch?v=8fRYzA_GtZE

      😀

  • Gerldam

    23 February 2015

    Je prends le pari que l’UKIP aura bien plus que quelques sièges. Il suffit de regarder les résultats des dernières “by-elections” et le fait que certains députés conservateurs ont quitté leur parti pour l’UKIP.
    Enfin, si l’UKIP et le Podemos ont des côtés populistes (à 120% pour le Podemos et à 50% pour L’UKIP), il faut noter que ce dernier est bien différent du FN français lui aussi populiste en diable. Le FN a copié son programme économique sur celui de Mélanchon, alors que celui de l’UKIP est beaucoup plus nuancé et fait plus penser à la tradition libérale anglaise du XIXème siècle (toutes proportions gardées).

    Répondre
    • idlibertes

      23 February 2015

      Tout à fait d’accord avec vous.

      Nigel Farage même s’il évoque la cinquiéme colonne est un humaniste. Ce que Marine le penchon ne saurait revendiquer.

    • P.M

      23 February 2015

      Vos commentaires style marine quelque chose c est vraiment n importe quoi
      Alors que l UMPS c est du réel

    • idlibertes

      23 February 2015

      Profond. Sinon, il y a aussi “c’est celui qui dit qui y est” ou c’est trop difficile?

      Mais “cela ne nous regarde pas”. Vous votez comme vous voulez dans votre urinoir, pardon, isoloir.

    • P.M

      24 February 2015

      Si vous confondez un parti qui fait 30% et un qui fait 6%
      Si vous croyez qu il y aune ressemblance entre la droite et le marxisme le plus rétrograde
      Je ne peux rien pour vous
      Continuez a regarder bfm et lire BHL

    • idlibertes

      25 February 2015

      cher Monsieur,

      Si vous aviez lu le dossier du FN sur l’euro par exemple, vous auriez appris, comme je l’ai fait que “la solution au problème serait donc un retour au franc et à des banques nationalisées “. Si le précédent de “droite” Pinochet ne vous évoque rien, je ne peux rien pour vous à mon tour.
      Continuez de Lire obertone et de regardez soral.

    • idlibertes

      25 February 2015

      De plus, l’argument spécieux du “vous avez juridiquement tort car vous êtes politiquement MINORITAIRE” a fait son temps.
      Il n’y a aucun lien logique dans ce que vous dites sur les proportions dans les votes. Le fait qu’un parti puisse faire 30 % ne lui confère aucune force juridique supplémentaire , c’est tout bonnement idiot. Et bien sur que les extrêmes peuvent tendre à se rejoindre, c’est le propre même des mouvements populistes que sont le communisme et le FN qui tous deux ont un terreau poujadiste. Le FN a récupéré le vote ouvrier perdu par les socialistes depuis 20 ans et je ne suis pas du reste, à la source de cette analyse politique que vous trouverez extrêmement bien illustrée dans le dernier opus de Chantal delsol sur le populisme si toutefois, vous aviez à coeur de lever vos oeilléres un instant plutôt que de vous confiner dans des pseudos certitudes aigries.

    • P.M

      24 February 2015

      PS
      Je sais que votre urinoir préfèrera voter socialiste
      Maintenant on est au courant
      Un grand merci de cette précision

    • idlibertes

      25 February 2015

      Pas vraiment, non.
      Mais certainement pas FN non plus, parce que j’ai un cerveau.

      Serviteur.

  • Werrebrouck

    23 February 2015

    Oui l’Allemagne sur- puissante c’est inquiétant. Mais sa situation est difficile et le théâtre grec pourrait être le petit caillou dans la grande chaussure. La Grèce va de toute évidence mettre à profit les 4 mois qui lui sont concédés pour préparer la sortir de l’EURO: Syrisa ne peut faire autrement en raison des exigences du peuple grec. Et si la Grèce sort de l’euro tout devient possible dans le reste de l’Europe …en particulier les pays satellites ou en situation de servitude volontaire par rapport à L’Allemagne (Espagne notamment) risquent de changer d’attitude. Que fera l’Allemagne avec PODEMOS au pouvoir? Elle devra finalement abandonner l’Europe et sera à nouveau responsable d’un grand moment d’Histoire….
    Pour une étude de scénarios, voir:http://www.lacrisedesannees2010.com/2015/02/euro-la-fin-du-protectorat-grec-et-ses-consequences.html

    Répondre
    • nolife

      23 February 2015

      C’est l’Allemagne qui détient le magot, “qui paie commande” …

  • nolife

    23 February 2015

    Pourquoi est-ce si inquiétant que l’Allemagne ait du pouvoir ?

    Quand c’est les USA, c’est bien, mais quand c’est l’Allemagne, ach pas bien.

    C’est grâce à Mme Merkel et la “schlague prussienne” que la zone euro a encore de la crédibilité, sans ça nous aurions un € géré comme du franc français ou de la lire italienne …

    Sans M. Schaüble, et sur les bons conseils des Français comme Hollande ou Moscovici, l’Europe aurait encore versé des milliards d’€ dans le tonneau des danaïdes grec, c’est me semble-t-il ces mêmes Français qui ont crée l’€ car comme vous, ils ne pouvaient supporter l’hégémonie du Mark et de l’Allemagne, c’est ces mêmes Français qui ont fait rentrer un maximum de boulets pour plomber l’Allemagne, on ne peut laisser Aristote et Platon en dehors de l’Europe …

    Vous faites parfois référence à Balzac, c’est un classique dans la littérature balzacienne, celui qui a emprunté un peu trop d’argent, devient ESCLAVE de son créancier et se voit dépouillé puis obligé de vivre l’austérité pendant un bon moment (comme Lucien de Rubempré).

    Répondre
    • Duff

      23 February 2015

      Bonjour,

      Frau Merkel est peut être la gardienne des réformes Hartz accomplies par son prédécesseur mais les réformes économiques qu’elle a elle même porté seront ruineuses (sortie du nucléaire par ex.). Et puis au final elle cède à tous les socialistes du sud malgré son apparente fermeté.

      Cdlt

    • nolife

      23 February 2015

      Bonjour,

      Je n’ai pas dit qu’elle a fait tout le boulot, je dis simplement qu’elle impose une austérité salutaire même si douloureuse, elle a donné un peu de temps aux pays du Sud et je dis surtout que si on devait compter sur nos dirigeants, on aurait probablement un € déjà sous le $ avec une inflation à 2 ou 3 % pour une croissance bien inférieure …

      D’ailleurs les citoyens, vieux pour la plupart, de l’Eurozone l’ont très bien compris puisque Grecs, Espagnols, Italiens, Français … ne veulent pas d’une sortie de l’€ car leur patrimoine financier fonderait, donc la jeunesse de ces pays est condamnée à travailler pour les Allemands que ce soit à domicile pour de plus bas salaires soit émigrer … mais on ne dira jamais assez merci, à la génération la plus bête de l’Histoire qui a dilapidé le capital que leur avait laissé leur parent et qui a endetté sa génération ainsi que celle de ses enfants et maintenant petits-enfants et qui en plus a converti son épargne en monnaie forte et des biens immobiliers hors de prix.

      Mais quand même je me pose la question de l’€, car à ce rythme là, les pays les moins compétitifs vont devoir l’un après l’autre, détricoter leur modèles sociaux, s’imposer une déflation pour rester à l’équilibre, ce qui implique colère des peuples et populisme comme dans les années 30, à ceci près que pour l’instant les démocraties et l’état de droit survivent encore …

      Pour le nucléaire, c’est un problème allemand, malheureusement, ils préfèrent le charbon au nucléaire pour des raisons écologiques … ( ???)

      Les gens même si ils ne veulent pas subir l’austérité en veulent quand même leurs effets :

      http://www.rts.ch/info/monde/6383101-angela-merkel-jouit-d-une-cote-de-popularite-hors-du-commun-en-france.html

      http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-et-comment-grecs-ont-fini-voter-pour-euro-atlantico-business-jean-marc-sylvestre-2016951.html

      http://www.atlantico.fr/decryptage/sortie-euro-debat-interdit-ou-qui-laisse-francais-indifferents-jospeh-mace-scaron-philippe-simonnot-damien-philippot-969853.html

      Suivez le chemin de l’épargne et vous saurez ce que pensent réellement les gens.

    • Duff

      23 February 2015

      Nous ne sommes pas en désaccord, ne nous emportons pas!

      Peut être sur un point : Vous dites “D’ailleurs les citoyens, vieux pour la plupart, de l’Eurozone l’ont très bien compris puisque Grecs, Espagnols, Italiens, Français … ne veulent pas d’une sortie de l’€ car leur patrimoine financier fonderait”

      J’ai une assurance vie en partie investie en obligs européennes : Comme tous les gens clairvoyants qui doutent de la date à laquelle l’inéluctable se produira mais sont certains de l’issue finale, je crois que le mauvais accords et plus généralement l’incapacité de solder le cas grec m’incite à shorter cette position qui présente la double faiblesse d’avoir un rendement faible sans rapport au risque qui s’accroît.

      Notons que la liberté des capitaux a ce mérite exceptionnel : Une sorte de troisième tour électoral inverse aux communistes qui défilent niant les résultats démocratiques pour mettre la pression afin de conserver leurs avantages exorbitants (Belgique l’an dernier et avant tant d’exemples). Puisque je crois que les états socialisés à outrance en Europe du sud ne se réformeront jamais, je retire mes billes à temps.

      Si on veut conserver son patrimoine financier hors des dangers des socialistes spoliateurs et inconséquents, on a toujours le loisir de le faire. Je ne vais pas m’en priver d’autant que dans la continuité de l’article de Charles, l’incapacité à résoudre le problème grec alors que les élections espagnoles approchent démontre l’inanité politique de l’euro.

      Cdlt

    • nolife

      23 February 2015

      Pardon pour l’offense que j’ai pu vous porté et d’après ce que j’ai compris les pros n’achètent pas d’assurances-vies :

      http://www.youtube.com/watch?v=fgb0DpCtEIo

      Moi, c’est simple, un napoléon d’or et à peu près 50 € en argent métal, donc la question ne se pose pas mais si je mets à la place du grec ou de l’espagnol dont le pays vient de subir une grande depression, si en plus il doit voir fondre son patrimoine financier …

      Pour la Grèce, c’est relativement facile à gérer mais si l’Espagne avec Podemos répudie sa dette demain, là je crois que votre assurance-vie sera assurément morte 🙂

      D’après ce que j’ai compris, il faut avoir dans son portefeuille de la Couronne Suédoise, Danoise, Norvégienne + de la livre sterling, du dollar, voire même du Yuan.

      Car comme le dit O. Delamarche, même si les gens n’en ont pas conscience, avoir tous ses actifs libellés en €, c’est mettre ses oeufs dans le même panier, l’€ est un machin instable pouvant sauter en 2 semaines.

    • idlibertes

      23 February 2015

      Argh mais enfin non.

      La zone Euro n’est pas “bien gérée ergo elle ne peut l’être parce que dans sa création, vous ne pouvez de fait demander à des pays ayant des productivités différentes d’avoir les mêmes taux d’intérêt. or de fait avec une seule et même monnaie, vous arrivez à ce résultat.

      Je vous concède que si l’euro tient encore( mais le faut il)?) c’est effectivement “grâce” aux allemands qui continuent de vendre leurs voitures aux grecs et à se faire payer avec des euros dont ils ne verront jamais la couleur. Maintenant, question suivante,pourquoi est il si nécessaire dans votre monde idéal que les grecs roulent en Volkswagen?

      Et puisque l’on est dans Balzac, je pense plus à tous les Rastignac , Trichet en tête, qui forts de leurs idéaux de puissance ont contribué à bâtir un vaisseau sans fond mais qu’importe, pensez, il est le plus brillant, le plus insubmersible. Sur papier.
      L’euro a été bâti par des hommes d’ego, des rastignac, qui ont épousé l’Allemagne, l’unique héritière des millions de Nuncingen. Oui cela je vous l’accorde Madame Merkel est belle, de dot.
      Mais ce n’est pas parce que vous épousez l’héritière que cela fait de vous un homme d’affaire (alias chez nos amis les castors,Barriére-Desseigne). Et concurrencez la zone dollars, si cela est une bonne idée, demande une chose incroyable: un savoir faire.

      Ce que les chinois sont en train d’accomplir en Zone Yuan et peut être aussi via une Zone Yuan/Roubles. A suivre

      L’Europe elle, a joué à la grenouille plus grosse que le boue f en laissant des apprentis chimistes se prendre pour Dieu.

      “L’égalité peut être un droit, mais aucune puissance humaine ne saurait la convertir en fait”

      Honoré de Bazac.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!