https://institutdeslibertes.org/nayez-pas-peur/
Charles Gave

N’ayez pas peur.

 

L’article de cette semaine sera le dernier avant le début septembre, moment où nos publications reprendront.

Chaque année, en effet, nous consacrons Juillet et Août à lire, à réfléchir, à nous reposer… pour pouvoir prendre un recul qui nous sera bien utile quand le moment de reprendre le combat sera venu.

Cette trêve se passe à un mauvais moment.

Le moins que l’on puisse dire est que les temps sont troublés et que notre avenir est bien bouché.

Et du coup, un peu partout, des prophètes de malheur annoncent que tout est perdu, y compris l’honneur, et que la seule chose à laquelle il faut se préparer est la disparition de notre civilisation, la recommandation étant de mourir avec élégance et dignité. Le pire apparaît non pas seulement très probable mais quasi certain.

Que voila une perspective encourageante et propre à déchainer l’enthousiasme des foules…

Et c’est là qu’avoir de l’âge, de la mémoire et de la raison peut aider.

Revenons en arrière, en 1978.

J’avais trente-cinq ans.

  • La Grande-Bretagne vient de faire faillite et le FMI est à Londres.
  • En France, le contrôle des prix et le contrôle du crédit sont en place dans le régime de Libéralisme avancé de monsieur Giscard qui n’etait en fait qu’un ersatz de socialisme technocratique.
  • Le Président Carter, d’une faiblesse de caractère insigne, est en poste à Washington tandis que les otages américains sont détenus en Iran contre toute les lois internationales.
  • l‘inflation aux USA est au-dessus de 10 % par an, le prix du pétrole vient de passer d’un dollar à plus de 20 dollars le baril, le dollar est en chute libre, la bourse plus basse que vingt ans plus tôt,  les taux d’intérêts montent fortement en raison d’une inflation incontrôlable, le chômage explose, le Club de Rome nous annonce que nous allons tous mourir de froid et de faim et que Malthus avait raison, il n’y en aura pas assez pour tout le monde…
  • La péninsule Indochinoise est passée aux mains des communistes, les USA ayant perdu la guerre du Vietnam.
  • L’Union Soviétique s’apprête à envahir l’Afghanistan (en 1979).
  • La révolution culturelle, soutenue par tous les intellectuels français et qui a laissé le Chine exsangue, meurtrie et appauvrie, vient de se terminer
  • En Allemagne sévit la bande à Baader, en Italie nous sommes dans les années de plomb, le terrorisme règne aussi en Irlande du Nord (IRA) ou en Espagne (ETA), les démocraties apparaissent à la fois faibles et condamnées.

Le futur apparaît sombre, très sombre …

Et pourtant…

  • En Octobre 1978, Karol Wojtyla est élu Pape et nous dit : « N’ayez pas peur », les trois mots qui ont sans doute eu le plus d’influence dans ma vie.
  • En Mai 1979, Margaret Thatcher est élue premier ministre en Grande Bretagne.
  • En Novembre 1980 Ronald Reagan est élu Président des USA

Et en dix ans, ces personnalités, que bien peu de gens connaissaient avant leur élection, vont renverser le cours de l’histoire et nous débarrasser de l’Union Soviétique et du communisme comme idéologie.

Et ces trois géants avaient deux points communs.

  1. Ils savaient d’où ils venaient, Pologne pour le premier, Angleterre pour la seconde, Etats-Unis pour le troisième et de ces racines il tiraient leur force.
  2. Ils se revendiquent Chrétiens, comprennent que l’Espérance était une vertu théologale et donc refusent le mortel « à quoi bon ? ».

Et ici, il me faut mentionner une petite historiette que j’ai beaucoup aimé et que m’a raconté un rabbin.

« Le Diable en a marre de son travail et veut prendre sa retraite.

Il met donc en vente, sur la place du marché, tous ses instruments tous plus rutilants les uns que les autres visant à nous faire commettre des péchés .

Dans un coin, un peu à l’abandon, une machine poussiéreuse et grisâtre et c’est pourtant cet objet sans intérêt qui affiche le prix le plus élevé.  

Un passant demande à quoi sert-elle ?

Le diable répond : À rien ! Mais  c’est celle qui amène les gens à dire « à quoi bon ? »  Et donc à s’avouer vaincus avant même d’avoir combattu. »

Ceux qui nous disent que tout est foutu et que l’on ne peut rien faire sont les serviteurs de cette machine et il n’y a rien à en attendre.

La lâcheté s’abrite toujours derrière l’intelligence.

Si le lecteur accepte cette réalité, alors il va me demander ; » Et vous, qu’allez-vous faire ? »

Voici ma réponse.

Cet été je vais essayer avec quelques amis de travailler à susciter en France, à partir de cet automne, un mouvement d’opinion en faveur du référendum d’initiative populaire.

J’en ai plus qu’assez de ces campagnes présidentielles où jamais la moindre idée n’est évoquée et où l’on essaye de nous faire acheter un candidat comme si c’était un paquet de lessive.

La démocratie représentative n’a plus lieu d’être dans l’âge de l’Internet.

Le Peuple est le souverain, et les élites ayant failli, il faut redonner la parole et le droit d’initiative au Peuple.

Je n’ai rien à gagner dans cette bagarre et la probabilité que je réussisse est proche de zéro.

Voilà qui me donne une envie irrépressible d’y aller.