Le grand retour de la pensée magique.

La base de notre civilisation, c’est la discussion Socratique qui a un modus operandi assez simple.

  • D’abord on essaye de rassembler les faits et d’établir un diagnostic de la situation dont on veut discuter.
  • Ces faits établis (non sans mal), on passe à l’étape suivante qui est de les mettre dans un ordre approprié pour savoir ce qui est cause et ce qui est conséquence, et on s’engueule ànouveau
  • Mais à aucun moment on ne doit empêcher la partie adverse de présenter ses faits, ni de développer les conséquences qu’il en tire.
  • Car tout le monde sait que la Vérité est inatteignable, mais que l’on peut s’en rapprocher au travers d’une robuste discussion entre gens de bonne compagnie.
  • Et pour cela, il est de bon ton de ne pas faire entrer des notions de morale, de bien ou de mal dans la discussion dans la mesure ou cette introduction n’est en général qu’une excuse pour cesser de discuter : on ne discute pas avec un salaud … et pourquoi ? c’est surtout avec eux qu’il faut discuter car plus leurs théories débiles sont exposées au grand jour, plus elles se démonétisent.

Pendant toute ma jeunesse, tant que le Marxisme restait « l’horizon indépassable de la pensée humaine », comme le disait Sartre, personne ne voulait discuter avec moi parce que j’étais un ignare qui ne comprenait rien au déroulement inéluctable de l’Histoire.

Du coup, je me suis mis à discuter avec les marchés financiers et ça m’a plutôt réussi tant ils n’ont pas d’états d’âme. Ils montent, ou ils baissent et ce n’est ni bien ni mal. C’est….

A moi de comprendre pourquoi

Quand le mur de Berlin est tombé, je me suis dit : ‘ « chouette, on va pouvoir discuter à nouveau »

Quelle erreur !

Mes anciens adversaires (adeptes du socialisme scientifique) ont mis au placard leurs blouses blanches de soi-disant scientifiques), pour endosser des robes de grands-prêtres et dire non pas la Vérité, mais le bien et le mal.

Et surprise, surprise, ils ne veulent toujours pas discuter avec moi et cette fois ci la raison est différente : les faits (la matière première de la discussion) n’existent pas, il n’existe que des sensations et la science n’est qu’une série d’artifices introduits par l’homme blanc pour empêcher les préférences des autres (non blancs, femmes) de voir le jour car il n’existe que des préjugés personnels. Ce qui nous ramène à deux mille ans en arrière.

Voilà une façon de penser tout à fait imbécile, car si ni les faits ni la science n’existent, alors on ne voit pas très bien pourquoi l’on devrait discuter. Des gouts et des couleurs, on ne discute pas, disait la sagesse populaire.

Et c’est dans le fond ce qu’ils veulent : empêcher la liberté de penser individuelle pour revenir à la prééminence de la tribu : est VRAI ce que croit le plus grand nombre, ce qui revient à dire que ce mouvement a une caractéristique essentielle : il est dans son essence opposé au Christianisme et au Judaïsme qui tous deux ont comme objectif premier de comprendre la Création.

Et voilà qui explique le grand retour de l’antisémitisme.

Prenons la distinction homme femme qui amène à des débats sans fin sur comment assurer la justice entre les deux, et bâtir une société où la liberté règne dans les choix que chacun ou chacune est amené à faire librement.

Cela n’a plus aucun intérêt me dit-on, puisque le fait d’être un homme ou une femme n’a rien à voir avec la biologie et tout à voir avec la psychologie.

Est homme l’individu qui se sent homme, est femme la personne qui se veut femme…

Et du coup, il ne peut plus y avoir de discussion tant il ne peut y avoir d’accord sur les faits.

Un exemple

Tout ceux qui se sont intéressés au Tennis à un moment ou un autre, ont en tête quelques joueurs mythiques du style McEnroe ou Federer. Et quand l’on parle du tennis féminin, l’un des noms qui vient à l’esprit est celui de Martina Navratilova, la joueuse qui doit avoir le record des victoires à Wimbledon.

Martina, qui fit très tôt son « coming out » d’homo sexuelle féminine, s’est consacrée à promouvoir l’égalité des hommes et des femmes dans les compétitions en ce qui concerne les prix, les heures de diffusion, la publicité etc… et c’était très bien.

Mais la pauvre vient de se faire rattraper par la patrouille et a dû démissionner de nombre de sociétés d’entre-aide qu’elle avait créé pour anti féminisme ce qui est pour le moins curieux.

Voici l’histoire.

Dans certaines universités américaines sévit une théorie selon laquelle le sexe ne serait pas une notion biologique mais culturelle.

Cette théorie n’a AUCUNE valeur scientifique, mais voilà qui n’émeut guère des esprits religieux pour lesquels la Science est une création de l’homme blanc et n’a pas de valeur intrinsèque.

En quelque sorte, on ne nait pas homme ou femme, on le devient, et c’est la pression sociale qui vous force à choisir.

Et donc un nouveau phénomène est en train de naitre et se développe de façon foudroyante aux USA : toute une série de garçons gentiment doués pour le sport mais sans plus, découvrent que dans le fond ils sont des femmes et exigent de concourir dans les compétitions, non plus avec d’autres garçons, mais avec des vraies filles (Je ne sais pas si j’ai le droit d’écrire cela. Je vais probablement encore une fois être traité de tous les noms d’oiseaux par la police de la pensée, mais je ne sais pas comment qualifier les femmes qui se sont toujours reconnues femmes et qui peuvent porter des enfants…).

Et la pauvre Martina qui s’est élevée avec force contre ce qu’elle considère être de la tricherie s’est du coup fait virer de toutes les organisations qu’elle avait porté sur les fonts baptismaux pour insensibilité crasse et anti féminisme, tout simplement parce qu’elle est contre la présence d’hommes déguisés en femmes dans les compétitions sportives…

Donc être antiféministe aujourd’hui c’est soutenir que les hommes et les femmes sont biologiquement différents, c’est-à-dire défendre une vérité scientifique. Les seules vraies femmes seraient des hommes…

Et l’on ne peut pas avoir une discussion socratique avec quelqu’un qui refuse la preuve par la science dans le débat et qui vous dit que vous êtes un salaud parce que vous n’avez aucune considération pour les hommes qui auraient aimé être femmes, ce qui n’est pas le sujet.

Et Marina n’arrange pas son cas en disant que la meilleure des femmes, en tennis, se ferait battre à plate couture par le centième homme…car c’est vrai.

Et ici, je peux raconter une petite histoire personnelle.  Dans ma jeunesse, j’étais un joueur de tennis décent « classé a 0 pour ceux à qui cela dit quelque chose ».

A Toulouse l’un de mes partenaires avait épousé la numéro un Suisse de l’époque qui était quelque chose comme dixième mondiale et je m’entrainais de temps en temps avec elle.

Elle jouait beaucoup mieux que moi, mais je la battais en général 6/3 6/3 simplement parce que j’étais plus rapide et plus costaud, tout en étant moins doué.

Et donc, dans le monde d’aujourd’hui et aux USA en tout cas, tout ce que j’aurais à faire si j’avais cinquante ans de moins, serait de déclarer que dans le fonds j’avais toujours voulu être une femme, et hop, en route pour les tournois du grand schlem.

A la place d’aller batailler contre un pyrénéen velu et infatigable devant un maigre public au tournoi de Bagnères de Bigorre ou de Bayonne, ce qui était mon lot à la fin de chaque semaine (pour la petite histoire, les pires sont les basques qui ont joué à la pelote… Jamais vu des gars courir autant), je voyagerai en première de capitale en capitale, ma seule inquiétude étant de ne pas tomber contre un des pyrénéens velus mentionnés plus haut qui lui aussi aurait découvert son côté féminin. .

Et cette épidémie se répand à toute allure.

Par exemple : Vous êtes un homme et vous venez d’être condamné à vingt ans de prison, ce qui risque d’être délicat si vous êtes plutôt mignon.

Qu’à cela ne tienne.

Vous déclarez au juge que vous vous êtes toujours senti une femme et que votre droit constitutionnel est d’être enfermé dans une prison pour femme, où la vie sera sans doute beaucoup plus douce que dans une prison pour homme, surtout si vous avez un joli minois.

Et donc, dans le monde moderne dans lequel nous entrons, le sexe n’est en rien une réalité biologique mais un acte volontaire, vous êtes une femme ou un homme parce que vous avez décidé de l’être.

Et les femmes ‘’ normales « dans tout ça ?

Eh bien, elles se font ratatiner dans toutes les courses d’athlétisme, dans les tournois de lutte gréco romaine, de tennis, de basket par des hommes biologiques mais qui se « sentent » femmes … Et c’est réellement en train de se passer aux USA.

Un léger problème cependant se dessine à l’horizon : aux Jeux Olympiques et aux championnats mondiaux de la plupart des sports, il est d’usage de faire passer des tests biologiques à toutes les concurrentes pour savoir si certaines d’entre elles ne seraient pas des hommes.

Si c’est le cas, les athlètes en question sont éliminés(e)s ?

Oui, mais si les JO ont lieu aux USA, on peut s’attendre à de multiples procès sans fin, les règlements olympiques étant non conformes aux nouvelles lois américaines.

La suite logique de cette imbécillité est que les tournois féminins vont disparaitre et que l’on se retrouvera avec des tournois ou tout le monde peut concourir sans distinction de sexe.

Et donc le sport féminin disparaitra…  

Et je reste stupéfait, en me demandant : mais où sont les féministes ?

La situation est bien pire qu’à la grande époque du Marxisme qui au moins se voulait scientifique … Là, rien de tel, vous êtes ce que croyez être.

Et donc, je ne me bats plus contre une erreur, telle que le Marxisme mais contre la bêtise au front de taureau ancrée dans une pensée magique.

Et je ne peux m’empêcher de penser que les asiles de fous sont plein de gens qui se prennent pour Napoléon et que ce n’est pas pour ça qu’on va les consacrer Empereur à Notre-Dame…

Et tout cela est organisé par ceux-là même qui en 1968 hurlaient dans les rues qu’il était interdit d’interdire et que sous les pavés, il y avait la plage.

Et maintenant, les mêmes organisent Paris plage et forcent au silence ceux qui ne pensent pas comme eux ou plutôt qui pensent par eux-mêmes. Aujourd’hui, ouvrir une discussion sur un sujet qui n’a pas été accepté par le camp du bien, c’est vous retrouver dans le camp du mal puisque leur pensée est uniquement morale, c’est-à-dire de nature religieuse. Ils font partie d’une Église et entendent imposer leur catéchisme, faute de quoi je serai brulé.

  • Vous voulez parler de l’Islam, vous êtes un salaud et un raciste
  • Vous voulez parler des lois mémorielles : vous êtes un salaud et un raciste
  • Vous voulez parler de la PPA, vous êtes un salaud et un raciste
  • Vous voulez parler de l’immigration, vous êtes un salaud et un raciste.
  • Quoi que vous introduisiez comme sujet, vous êtes un salaud et un raciste.

La réalité est donc que notre monde est tombé sous la coupe d’une secte de nature religieuse, haineuse, intolérante et surtout sans culture ni intelligence ni humour. Et les sectes n’ont jamais brillé par leur capacité à se remettre en cause.

Ce qui m’amène à la question essentielle : Comment allons-nous nous libérer de l’emprise de la bêtise sur nos vies ?

La réponse est simple :  En récupérant notre liberté de parole et en passant par les media que nos ennemis ne contrôlent pas ou pas encore, à condition que ces salopards ne les ferment pas et continuent de nous permettre de voter, ce qui est loin d ‘être gagné.

Une autre solution serait de ré ouvrir des abbayes bénédictines comme à l’époque où la nuit de l’esprit s’étendait sur l’Europe et de s’enterrer pour quelques siècles.

Les dix ans qui viennent nous dirons quelle solution sera la bonne.

Mais me retirer dans une abbaye me sourit peu…Tant qu’à faire d’être moine, je préfère être moine soldat et mourir l’épée à la main.