https://institutdeslibertes.org/la-sortie-du-covid19/
idlibertes

La sortie du Covid19

Founding Partner & Chief Executive Officer de GAVEKAL
Président du Biarritz Olympique Pays Basque

J’ai beaucoup de chance : depuis l’arrivée du Covid il y a un peu plus d’un an, je n’ai perdu aucun proche, aucun ami, et même aucune connaissance, même lointaine, à cette épidémie. Malheureusement, ces deux dernières semaines, la chance a tourné. J’ai maintenant perdu du deux amis (l’un de 80 ans, l’autre de 65 ans), décédés tous les deux, trois jours après avoir pris leurs “vaccins”.

Pour être tout à fait franc, j’ai encore du mal à y croire. Avec tout le martelage des médias, j’aurai cru que la probabilité de ne connaitre personne qui soit mort du Covid eut été minuscule. Et que la probabilité de connaitre non pas une personne, mais deux personnes qui soient mortes juste après leurs piqures soit encore plus petite. Et que donc la probabilité de ces deux évènements soit encore plus faible que de me retrouver avec le ticket gagnant pour le loto. En sachant que je ne joue pas au loto…

Ayant du mal à digérer les évènements à probabilité faible, j’ai décidé d’aller faire un tour dans mes bases de données et de voir où on en était depuis mon dernier papier pour l’IDL (voir ci-joint).

Sur les graphiques suivants, je compare le taux de mortalité hebdomadaire (combien de personnes sont mortes, chaque semaine, pour une tranche d’âge donnée, relatif à la taille de la population). Evidemment, il y a parfois des mauvais semaines (vagues de chaleur, coup de froid, grippes…) et parfois des bonnes semaines mais les graphiques ci-dessous permettent d’établir à la fois les tendances lourdes, ainsi que les résultats plus récents sur trois pays :

  • La France, parce que c’est notre pays. La France a suivi une politique de confinement stricte (comparé au reste du monde) et est en retard sur sa politique de vaccination.
  • La Suède, tout simplement parce que la politique de confinement ayant été décidé par des scientifiques, et non des hommes politiques, la Suède n’a pas suivi le reste du monde dans les confinements. Néanmoins, faisant partie de l’Union Européenne, la Suède est elle aussi en retard sur les vaccinations.
  • Israël, qui de tous les pays a été le pays le plus agressif sur sa politique de vaccin.

Et dans l’idée de “comparons ce qui est comparable”, je soulignerai que ces trois pays ont tous les trois des systèmes de sécurité sociale nationalisés. On peut donc assumer une certaine uniformité des soins médicaux au sein des populations respectives, mais aussi entre les trois pays. En gros, le citoyen lambda est aussi bien soigné à Tel-Aviv qu’à Paris ou à Stockholm…

Première Graphique : la mortalité chez les enfants (0-15 years)

 

On le savait déjà : Dieu merci, la Covid-19 épargne quasiment tous les enfants. Du moins, nous n’avons vécu aucune hausse de la mortalité infantile en 2020 et 2021. Compte tenu de cette absence de hausse de la mortalité, il est compréhensible que les toubibs ne se précipitent pas pour immuniser les enfants. Apparemment, ils n’en ont pas besoin.

Second graphique : la mortalité dans la population active (15-64 ans)

 

Plusieurs éléments ressortent de ce graphique.

  • Un martien arrivant sur terre et qui verrait les chiffres ci-dessus aurait probablement du mal à croire que le monde fait face à une épidémie ‘sans précédent’.
  • La très bonne nouvelle est que la mortalité en France aujourd’hui dans la population active est à un plus bas historique. Cette nouvelle devrait être célébrée. Néanmoins, je suis prêt à parier une place, à la saison, au Biarritz Olympique que cette nouvelle est véritablement une nouvelle pour le lecteur. Nulle part ailleurs notre lecteur n’aura vu cette bonne nouvelle proclamée.
  • Compte tenu de cette bonne nouvelle, on peut peut-être comprendre le manque d’empressement du gouvernement à se procurer des vaccins ?
  • La pointe de début 2000 (lorsque le vaccin était très virulent) fut néanmoins inferieur à la pointe de fin 2008, fin 2007 ou la canicule de l’été
  • La Suède fait, elle aussi, des plus bas.
  • De façon quelque peu surprenante, Israël, qui, on le rappelle, a vacciné plus que quiconque et avant tout le monde, a, quant à elle, un taux de mortalité sur sa population active qui est à un plus haut depuis cinq ans. Très é
  • Cette divergence entre la France à un plus bas historique et Israël, au plus depuis cinq ans, s’explique peut-être par la différence de confinement. Les français confinés ne se tuent plus sur les routes, ou à moto, font moins d’arrêts cardiaque etc… De l’autre côté, peut-être que les Israéliens, ont un peu trop fêté leurs libertés retrouvées ? Car si ce n’est pas cela, l’autre explication serait le vaccin ?

Troisième graphique : Mortalité chez les 65-74 ans

Quelques remarques :

  • Sur cette classe d’âge, on commence à voir l’impact du Covid-19.
  • Néanmoins, il faut quand même souligner que les pics de mortalité lié à la Covid-19 sont très modestes comparés à ceux que nous avons connu sur la première décennie de notre nouveau siècle
  • De façon assez surprenante, le plus grand pic de mortalité est en Israël et correspond au déroulement des inoculations. Etrange. C’est ou bien le coup de pas de bol. Ou bien les « jeunes troisième âge », ayant été libéré après avoir reçu leurs vaccins, sont partis s’exploser en moto et planter leurs voitures autour des arbres après les virées en boite de nuit. Ou bien des mauvaises réactions aux vaccins ?

Quatrième graphique : mortalité chez les 75-84 ans :

 

 

Quelques remarques:

  • Sur cette classe d’âge, il est difficile de décerner un véritable “effet Covid”. La mortalité est dans les mêmes ordres de grandeur que les années précédentes.
  • Curieusement, nous constatons une re-accélération forte de la mortalité des anciens en Israël sur la fin 2020, début 2021.

 

Cinquième graphique : mortalité chez les plus vieux (85 ans et plus)

 

Quelques remarques:

  • Pic très net lié au Covid en début 2020 et à nouveau en début 2021
  • Néanmoins, ces pics ne sont pas disproportionnés comparés à d’autres mauvaises années : hiver 2006-07, hiver 2001-02…
  • Bonne nouvelle : la mortalité à l’air de rebaisser fortement
  • Comme sur les classes d’âge précédentes, une re-accélération de la mortalité fin 2020, début 2021 en Israël quelque peu étonnante.

 

Conclusion :

L’avantage des chiffres de mortalité est qu’ils ne sont pas vraiment source de débat. D’habitude, ou bien les gens sont morts, ou ils sont vivants. C’est un résultat assez binaire. C’est un aussi un résultat définitif. A part l’exemple d’un homme en Galilée il y a deux milles ans, les gens déclarés morts ont tendance à le rester. Après, chacun pourra voir ce qu’il veut dans les chiffres ci-dessus. Mais pour moi, les chiffres de mortalité ci-dessus montrent bien :

  • Que notre soi-disant « drame sanitaire » n’en est pas vraiment un.
  • Que l’on pourrait déjà arrêter d’emmerder les gamins avec les masques et ouvrir les écoles.
  • Que, malgré le manque de vaccins en France et en Suède, la mortalité reste très faible.
  • Que, malgré les efforts de vaccination en Israël, la mortalité a l’air de réaccélérer

Mais ceci étant dit, nous sommes chacun le fruit de nos propres expériences.

Et pour moi, la perte soudaine de deux amis suite à la prise de vaccins me pousse peut-être à voir des tendances dans les chiffres ci-dessus qui n’existent pas.

J’imagine que nous en saurons plus dans les semaines qui arrivent.