24 March, 2020

La pénurie de dollar s’intensifie

Les marchés mondiaux sont en pleine panique, grâce à une grande incompréhension qui s’est installée sur deux sujets de grande importance: la propagation et l’impact économique du coronavirus, et l’issue de la guerre des prix du pétrole entre l’Arabie Saoudite et la Russie. La vente sauvage d’actifs à risque et l’effondrement des rendements obligataires ont peu à voir avec des scénarios économiques plausibles. Le retour à un comportement rationnel des marchés dépend de plusieurs niveaux d’incertitude. Il est douteux qu’un autre pays puisse reproduire un verrouillage de type chinois, donc une augmentation rapide des cas dans le monde est à prévoir. La gravité de la maladie est encore difficile à évaluer. Les marchés craignent qu’il faudra un arrêt économique à la chinoise pour contenir le virus en Europe et aux États-Unis. Une récession mondiale peut être réduite en partie seulement si les États-Unis et l’Europe adoptent des réponses sanitaires adéquates tout en encourageant l’activité économique à se pousuivre.

 

Sommes-nous dans une crise de solvabilité ou une crise de liquidité? Nous semblons voir maintenant une vague de ventes forcées. La crise du marché est-elle motivée par des doutes quant à la liberté de circulation des biens, des services et des personnes? La crise est-elle alimentée par les craintes sur le secteur de l’énergie? Les gouvernements ne laisseront probablement pas les grandes compagnies aériennes faire faillite. Par contre, il y aura probablement une forte augmentation de faillites de petites entreprises à travers l’Europe. S’il s’agit d’une crise de liquidité, et que les banques centrales injectent de la liquidité, alors pourquoi les bouleversements? Les réglementations découragent maintenant l’intervention des grands opérateurs sur les marchés.  On a pratiquement supprimé toutes les activités de compte propre des banques et toute possibilité pour les investisseurs institutionnels de se porter contrepartie en période de forts décalage des cours.

 

La ruée vers le dollar américain resserre les conditions financières. La pénurie actuelle de dollar américain peut être comprise en utilisant un cadre élucidé pour la première fois par Richard Cantillon. Il se pourrait qu’il y ait une résistance politique aux États-Unis à étendre les swaps de la Fed à un plus large éventail de marchés émergents. Le problème pour les décideurs américains est que la Chine offre sa monnaie à un large éventail de parties confrontées à une crise de financement. Si cette crise dégénère, la Fed refusant d’offrir des lignes de swap en dollars américains (ou d’autres formes de liquidité en dollars) à un large éventail de banques centrales à un moment où la Chine met sa monnaie en jeu, il y aura un prix à payer. Le résultat devrait être un ralentissement de la flambée du dollar américain comme ce fut le cas en 2008. Par la suite, une baisse du dollar est plus susceptible de se matérialiser comme en 2009.

 

Acheter des sociétés occidentales avec une exposition en  Asie

 

Les réponses économiques adoptées par les gouvernements du monde entier à la crise actuelle arrivent après des années où le système financier a nié la réalité économique. Il est probable que quand cette crise sera digérée, nous pourrions nous retrouver avec un système économique qui sera très loin de l’économie de marché. Samuel Huntington a noté que la civilisation occidentale était unique en ce qu’elle reposait sur la prééminence de l’individu sur la tribu. Cela était enraciné dans un héritage judéo-chrétien. Pourtant, les sociétés occidentales se déchristianisent rapidement, l’effet sera peut-être de stimuler de nouvelles formes tribales qui se battront à mort pour le butin du capitalisme. Le concurrent naturel sera alors les civilisations construites autour de l’idéal confucéen évoluant autour du bien commun et du respect pour l’autorité. Après tout, une société confucéenne est peut-être moins fragile simplement parce qu’elle est moins inventive et donc moins perturbatrice qu’une société chrétienne? Bon nombre de ces principes sont mis à l’épreuve au cours de cette crise. Les investisseurs pourront acheter des sociétés occidentales avec une grande exposition en Asie.

 

La technologie et la mondialisation ont rendu possible le modèle d’entreprise plate-forme, mais un tel modèle optimisé s’est révélé comme étant d’une grande fragilité. Les perturbations actuelles de la chaîne d’approvisionnement sont d’une ampleur sans précédent. Les politiciens américains sont de plus en plus opposés au modèle d’entreprise de plate-forme. Jusqu’à présent, les investisseurs ont pour la plupart ignoré la fragilité des chaînes d’approvisionnement mondiales. Le modèle d’entreprise de la plate-forme a pesé sur les niveaux de salaires des travailleurs américains. Alors que la fragilité du modèle d’entreprise de la plate-forme est devenue de plus en plus apparente, les actifs anti-fragiles ont augmenté de prix.

 

L’investissement obligataire est devenu un simple pari sur la psychologie des banquiers centraux

 

Les marchés n’atteindront leur creux que lorsque les investisseurs seront convaincus que les réponses politiques sont crédibles. Faute d’apporter une réponse efficace à la pandémie de coronavirus, les marchés financiers sont maintenant en mode panique à part entière. Dans l’UE et aux États-Unis, les réponses politiques ont été soit inefficaces, soit contre-productives. L’UE et les États-Unis ont besoin de meilleures politiques de santé publique. En Chine, les investisseurs ont attendu des signes que l’épidémie était sous contrôle avant de reprendre leurs achats d’actions.

 

Les mesures de stimulus pourrait bien avoir des effets positifs sur l’activité mondiale au moment où la menace du virus s’estompera. A court terme, cependant, les données économiques et financières vont empirer. Normalement, les taux d’infection vont ralentir. Dans le pire des cas, les effets néfastes du virus ne seront rien d’autre qu’un incident démographique. Supposons alors que nous doublions ou triplions le nombre de morts dans le monde de 200 000 à 400 000 à environ 1 million. Cela ne représenterait encore qu’une petite partie des 55 millions de personnes qui meurent chaque année dans le monde dans des conditions démographiques normales.

 

L’investissement obligataire est devenu un simple pari sur la psychologie des banquiers centraux. Comment devrions-nous réfléchir à la descente de tous les rendements obligataires de l’OCDE vers zéro, y compris les échéances à 10 ans, 50 ans et même à 100 ans des gouvernements non réputés pour leur prévisibilité multigénérationnelle, comme l’Italie, la Grèce, l’Autriche et la Grande Bretagne? Et si l’action gouvernementale agissait pour garantir un comportement de type «plus imbécile» de la part des investisseurs en obligations d’État.  De la même manière que les prix des obligations ne sont pas un indicateur avancé de l’activité, les prix du pétrole sont devenus un indicateur contraire. Les faibles rendements obligataires soutiennent les cours élevés des actions. Il est peu probable que les États-Unis connaissent la même expérience économique que le Japon et l’Europe. L’effet des réponses politiques d’aujourd’hui à la crise virale pourrait être une bulle d’actifs et une inflation en baisse.

 

Les entreprises américaines sont mieux placées que les entreprises d’autres pays.

 

Les baisses importantes des actions américaines signalent généralement un changement de leadership sur le marché quand elles sont sur le point de subir un changement radical vers un environnement totalement nouveau. Le krach boursier de 1987 avait marqué le retour de la volatilité du marché des changes. L’automne 2001 a été le précurseur d’une importante vague de dépenses frénétiques. En dehors des États-Unis, les gouvernements ouvriront les robinets des dépenses budgétaires. Les principaux moteurs de ce changement seront probablement une Fed beaucoup plus accommodante, un dollar américain plus faible et un assouplissement budgétaire plus fort dans le reste du monde qu’aux États-Unis.

 

La Fed a plus de marge de manœuvre que les autres banques centrales et fait des achats d’actifs plus importants. Le rendement des bénéfices des actions américaines est beaucoup plus élevé que le rendement réel des bons du Trésor américain. Les sociétés américaines sont mieux placées que les sociétés d’autres pays. Il y aura plus de volatilité, mais les investisseurs sont payés pour prendre le risque actions.

 

Les actions chinoises surperforment

 

Alors que les dommages économiques deviennent clairs, Pékin alimentera le marché avec des stimulants. Il est prouvé que le retournement n’est pas dû à l’achat par «l’équipe nationale». Les actions A bénéficieront davantage que l’ensemble du secteur des entreprises chinois des mesures de relance officielles. Les conditions de liquidité pour l’univers coté seront plus favorables que pour le secteur des entreprises dans son ensemble. Tant que les chaînes d’approvisionnement et les clients ne sont pas décimés par le Covid-19, une période prolongée de politique monétaire et budgétaire propice (même si elle n’est pas complète) signifierait une poursuite de la hausse des actions chinoises.

 

Le marché des changes est resté relativement calme. La Chine aurait pu être dans l’œil de la tempête, mais ce ne devrait pas être le cas tant que les actions chinoises surperformeront. Le rallye des bons du Trésor américain est-il la phase de purge du marché haussier obligataire? Les banques de la zone euro approchent des niveaux observés dans les jours sombres de la crise de l’euro ou pendant la crise chinoise de 2016. Briser ce niveau ne ferait rien pour renouveler les «esprits animaux» en Europe. Si le pétrole tombe à nouveau en panne, il y aura des pertes massives dans le champ de schiste américain.

 

 

 

La rectitude budgétaire glisse en Europe

 

Même le Danemark libéral a décidé de verrouiller sa population. Les pays d’Europe occidentale ont de grands États-providence, qui offrent de puissants stabilisateurs automatiques en temps de crise. L’inquiétude en Europe concerne les réponses politiques à plus long terme et la répétition des erreurs commises lors de la crise de l’euro 2010-12. Il est prouvé que la rectitude budgétaire glisse parmi ses partisans les plus ardents en Europe occidentale. Les marchés boursiers européens resteront sous le feu des projecteurs, mais il y a une certaine visibilité sur les gagnants et les perdants probables des réponses de politique économique.

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

7 Commentaires

Leave a Reply to Huger

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Philippe

    27 March 2020

    La letalité de la grippe saisonniére est de 0,2 a 0,5% . Celle du Covid-19 est de 12% en Italie . Nul pays ne peut se permettre de rester passif ou ses citoyens indisciplinés . Le Covid exige un depistage massif et preventif a tous les niveaux de la sociétè .. Cela va entraver la reprise des productions pendant 6 mois mais cela doit absolument etre fait . Donc les effets nefastes sur les economies et les bourses vont perdurer longtemps vu la tactique de confinement de masse qui n’ est pas une strategie de dépistage systématique .

    Répondre
  • Huger

    25 March 2020

    Nous avons à ce jour 18804 décès à comparer aux quelques 600 000 en moyenne pour la grippe.
    Pour laquelle des millions de gens sont touchés chaque année.
    Et la panique a précédé de beaucoup l’extension de l’épidémie…

    Répondre
    • marc durand

      26 March 2020

      Vous oublier que des mi-janvier, 25% de la population mondiale (l’Asie) ont mis un masque et empêcher la propagation du virus.
      Nous voyons de nos yeux, l’Europe, l’Amérique, l’Afrique sans masque, et on va voir combien de morts.

  • gourdon

    25 March 2020

    “le danemark libéral a décide de verouiller sa population !”
    La corée du Sud et Singapour ne sont pas particulièrement libéraux et ni la population ni surtout léconomie n’ont été “verouillées”. TAiwan est déjà plus libéral mais tout aussi agile en gestion de crise virale.

    Répondre
  • Aljosha

    25 March 2020

    En Californie, pour ce faire une poignée de dollars, le sergent Garcia cherche à vendre un stock de masques de Zorro.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!