17 November, 2020

Joe Biden gouvernera au centre

La vague démocrate bleue tant attendue par les media n’a pas eu lieu.  Cela signifie que Joe Biden devra gouverner à la Maison Blanche avec une Amérique profondément divisée et des collaborateurs situés au centre de l’échiquier politique, puisque l’aile gauche du parti démocrate n’aura pas beaucoup de poids.

 

La politique a relativement peu d’impact sur le comportement de la bourse. Comme on a pu le constater, les performances du marché action pendant les périodes Obama et Trump ont été sensiblement les mêmes.

 

En revanche la monétarisation du Covid par les banques centrales américaines et européennes aura beaucoup plus d’importance. Historiquement, la Chine met en œuvre des politiques économiques contra cycliques chaque fois que son économie est confrontée à un ralentissement. Cette fois malgré le Covid la Chine n’a pratiquement rien fait comme le montre le bilan de la Banque Centrale de Chine (PBOC) qui est resté complètement plat.

 

L’internationalisation du RMB va s’accélérer

 

La Chine ne veut plus rester dépendante du dollar américain. Pour y parvenir, le Renmimbi doit devenir le complément de la nouvelle politique de route de la soie (road and belt policy).  D’ailleurs, depuis plusieurs années, le RMB surperforme toutes les autres grandes devises du monde et le marché obligataire chinois est le seul à offrir aux investisseurs des retours réels positifs.

 

Le lancement d’un RMB digital directement pour le consommateur sera une étape très importante. C’est la même démarche que celle qu’Apple avait conduite en remplaçant sur ses téléphones le logiciel de Microsoft par son logiciel propre.

Au moment où tous les pays occidentaux sont en train de détruire le capital des rentiers avec des taux négatifs, la Chine continue de construire sa crédibilité sur le marché obligataire.  Ses taux réels à 10 ans sont positifs et le RMB est au plus haut depuis deux ans

Les obligations chinoises sont devenues pour les portefeuilles  l’actif anti-fragile par excellence.

 

 

Les trois batailles américaines

 

Parmi les  grandes batailles menées par Donald Trump trois au moins seront poursuivies pas son successeur.

 

1/ La bataille pour le contrôle du commerce international qui consiste à empêcher la Chine d’envahir les marchés mondiaux en respectant très peu la propriété intellectuelle et les grands traités internationaux.

 

2/ La bataille pour le contrôle de la technologie. Au moment où les semiconducteurs sont devenus la matière première du monde de la connaissance cette bataille est devenue essentielle.  D’ailleurs la capitalisation boursière des sociétés de semiconducteurs est devenue supérieure à celle des sociétés du secteur de l’énergie. Taiwan est devenue la nouvelle Arabie Saoudite du monde d’aujourd’hui. Ce qui complique la situation est que la Chine dépend pour ses approvisionnements à la fois des Etats Unis et de Taiwan. Donald Trump a imposé des restrictions de vente aux sociétés chinoises Huawei, ZTE et SMIC.  Sur le plan technologique, les analystes estiment que Intel la première société américaine a environ 6 à 7 ans de retard sur la première société taiwanaise TSMC. Sur le plan géopolitique on peut s’attendre à une augmentation des ventes de matériel militaire à Taiwan.

 

On devrait assister à l’implosion du secteur de la technologie en trois zones (occidentale, chinoise, indienne). Dans la durée, Il faudra probablement acheter des sociétés spécialisées par zone géographique c’est-à-dire le contraire de ce qu’aura été la société Apple.

 

3/ La bataille pour le contrôle de Hong Kong. La Chine a besoin de posséder la première place financière du monde , c’est pour quoi elle veut en prendre le contrôle total. Tout comme pour Taiwan, les Etats Unis ne pourront l’accepter.

 

L’Europe s’est encore tiré une balle dans le pied dans le domaine sanitaire. C’est un coup très dur pour l’économie européenne. Une cascade de faillites accompagnées de destruction d’emplois aura lieu notamment en France même si on est encore 30% en dessous du niveau de faillite de l’année dernière. Cet environnement pourrait dissuader de nombreux investisseurs d’exposer leur portefeuille à l’Europe.

 

Les actifs anti fragiles sont toujours les actions et l’or

Avec une politique keynésienne c’est l’or qui est anti fragile comme le montre l’évolution du cours de l’once d’or qui a progressé de 20% depuis le début de l’année. On peut constater que les banques centrales recyclent de plus en plus leurs excédents de dollar en or. C’est une bonne nouvelle pour le métal jaune mais une moins bonne pour la croissance économique.

 

Le retour de la value

 

Si les taux d’intérêts reviennent à la normale avec un 10 ans américain à 2%, on pourrait assister à des arbitrages entre les valeurs de technologie en faveur des valeurs value dans le sillage d’un environnement économique plus favorable. Toutes les valeurs industrielles qui participeront au développement de la digitalisation des entreprises, à leur automatisation et à leur électrification seront favorisées. Parmi ces valeurs on peut citer Caterpillar, Schneider Electric et Rockwell Automation.

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

30 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Dominique

    26 November 2020

    @ Sangmelima.
    Je partage vos propos à 100%.
    Le rôle des banques a bouleversé l’ordre des choses depuis que les banquiers ne sont plus uniquement des prêteurs mais peuvent investir directement dans des métiers …dans kesquels ils n’ont aucune compétence ! Dés lors tous les vols de savoir-faire, toutes les évictions d’hommes de métiers, sont possibles. Et la marche du monde, qui était ordonnée par les hommes de métiers, en fut bouleversée.
    .
    Comment le monde pourrait il redevenir concret, avec ses beautés, puisque le banquier peut tout acheter et alors que sa monnaie est devenue une fausse monnaie, donc une illusion.
    .
    Le vrai investisseur, et qui veut rester chrétien, doit placer ses fonds – en principe le fruit de son travail – dans des biens tangibles et magnifiques : pierres précieuses, or, forêts, beaux immeubles, meubles précieux et objets d’arts ( non contempotains ) peintures, sculptures, belles voitures et armes anciennes, et bien sûr directement dans une entreprise de son goût, artisanale ou cotée.
    .
    On ne pense jamais à ce que serait un monde sans cette fausse monnaie qui est relativement récente ( Bretton Woods puis le décrochement du dollar par rapport à l’or ) et cette possibilité qu’ont les banques d’acheter des biens dont des entreprises. Seuls des hommes de métiers, qu’ils soient cordonniers où ingénieurs de génie comme Marcel Dassault devraient avoir ce DROIT. C’était la règle dans le régime de monarchie avec les corporations. Evidemment.les banquiers firent supprimer, en France, les corporations ( loi révolutionnaire Le Chapelier )
    .
    Mon propos, comme le vôtre, n’est nullement incompatible avec la notion de liberté, au contraire. Les banques qui sortent de leur métier de prêteurs nous volent nos libertés. Je l’ai constaté dans de multiples opérations, comme par exemple la spoliation du groupe Accord par un fonds de pension nord américain qui ayant pris d’assault le CA du groupe, vendit les murs des hôtels. Seul un état véritablement souvetain pourrait imposer cette règle : un banquier, un établissement financière, un fonds, prête à une entreprise, épicétou.

    Répondre
  • Dominique

    25 November 2020

    Et Biden s’entoure des pires membres de la clique mafieuse des Clinton, ainsi que de membres du CFR ! En route à nouveau pour les désastreuses politiques mondialistes : vannes grandes ouvertes pour l’immigration aux USA en commençant par “régulariser” 11 millions d’illégaux ( ils pourront voter … Démocrates ), la folie de l’accord de Paris COP21, la vaccination américaine et mondiale de Bill Gates touchant à l’ADN humain, le lockdown et le masque obligatoires sur tous les États, la fin du 2nd Amendement et la confiscation des armes permettant aux familles de se défendre, le grand retour de l’avortement, la fin du libre choix de son école, etc. J’en passe et des pires.
    .
    C’est le CFR qui gouvernera donc les très grandes sociétés mondialistes, avec des Soros par centaines, et il s’appuiera sur les communistes : les Antifa et les BLM dans la rue pour terroriser les vrais Américains, et les Sanders et cnie au Sénat pour voler l’argent du peuple. En route pour transformer les USA en état totalitaire, capitalo-communiste à la chinoise ( du PCC ).
    .
    Nous Français en subiront forcément de terribles conséquences, avec le renforcement de la politique mondialiste LREM tournée contre tous ceux qui constituent encore le royal pays.
    .
    Toutefois ce projet des membres du CFR – car Biden n’est que leur pantin sur la scène de la démocratie qui est dévoyée à ciel ouvert – rencontrera une réelle résistance : celle de la moitié du peuple, qui a voté pour Trump : il a réveillé le “rêve américain” d’une société chrétienne, patriotique et dont la liberté individuelle, la responsabilité professionnelle et la propriété familiale sont le credo. Les politiciens véritablement Républicains auxquels Trump.a apporté l’occasion de reprendre des forces, de se regrouper et s’organiser face aux autres Républicains corrompus ne vont pas se coucher demain et le peuple résistera. Les Américains “grass roots” ne sont pas des veaux, comme hélas maintenant la grande part des Français.
    .
    C’est pourquoi les Démocrates ont tout misé sur le virus chinois, afin de détruire le tissu économique des entreprises moyennes, et qu’ils ont le projet de mettre en surveillance policière le peuple via le masque, les confinements et les lockdowns. Mais la résistance s’est levé : tant chez le peuple qui maintient ouvert ses commerces, salles de sports, églises, que chez les policiers : des shérifs refusent déjà d’appliquer ces mesures décidés par des gouverneurs sans l’appobation des parlements des États : l’Amérique n’est pas une dictature à la française.
    .
    Si Biden est désigné, après les recours légaux des Républicains en cours, ce sera pour un temps la marche forcée vers un monde orwellien pour les Américains. Et pour nous pire, puisqu’aux USA les policiers utilisent des balles au poivre pour séparer les manifestants, alors que chez nous, en France, les LBD estropient ceux qui crient leur désespoir à cause des taxes sur le carburants ( politique de transition énergétique). Nous sommes en avance dans le monde de 1984 et une mandature Biden ne va pas nous arranger.

    Répondre
  • Léon PLAIDEAU

    21 November 2020

    L’IDL serait-il intéresser pour monter une ou plusieurs interviews d’intervenants concernés de près par l’initiative des nouvelles Routes de la Soie, ou encore bien d’autres sujets concernant l’impasse financière dans laquelle l’UE nous enfonce, les défis monétaires, libérales et industriels de demain ?
    Je m’explique,
    Je suis et lit assidûment Charles Gave depuis environ 2 ans, et je connais par ailleurs personnellement Jacques Cheminade depuis une dizaine d’ années qui est un des fins connaisseurs et fervents soutiens à l’international des Routes de la Soie depuis les années 80 au travers l’Institut Schiller qu’il présidait et qui est aujourd’hui présidée par Helga Zepp LaRouche, une allemande qui est tout simplement surnommée par la presse chinoise “la Dame des Routes de la Soie”. Ce serait tellement formidable si l’Institut Schiller pouvait parvenir à joindre ses efforts avec l’IDL en croisant vos expertises sur ces sujets d’avenir.
    Jacques Cheminade souhaiterait vivement développer ses sujets avec vous lors d’interviews, son mouvement politique produit lui-même un journal, une chaîne You Tube et des conférences internationales où vous pourriez être invités pour prendre la parole ou y rencontrer des gens du monde entier qui partage manifestement votre vision du futur de l’économie asiatique.
    Les analyses et propositions de Jacques Cheminade rejoignent celle de Charles Gave sur de nombreux points essentiels mais sur lesquels peu de politiques osent s’exprimer clairement: la stricte séparation bancaire, un nouveau Bretton Woods, blacklistés des médias mainstream, refus et dénonciation depuis les années 80 de cette UE antidémocratique, de cet Euro destructeur, de la gestion prédatrice des grandes banques et banques centrales, audit de la dépense publique…etc
    Mais impossible d’établir ne serait-ce qu’un dialogue ou des échanges cordiaux avec la plupart des fanfarons mediatico-politiques qui pullulent sur internet depuis le Traité de Lisbonne mais n’organisent pas de débats sereins autour de ses questions pour esquisser cune résistance solidaire et sérieuse aux escrocs qui nous dirigent.
    Peut être pourrons-nous en discuter en privé? Je vous avoue que je m’épuise à organiser des rencontres depuis des années, mais décidément c’est compliqué, souvent les gens manquent tout simplement de courage ou ont peur d’affaiblir leur position sur des sujets où ils se présentent systématiquement comme très avant-gardistes, mais j’ai bon espoir que le bien commun intéresse davantage Charles Gave et Olivier Delamarche que leur prestige personnel.
    Pour précision, je ne suis pas un militant en mission pour Jacques Cheminade, je le trouve d’ailleurs bien trop doux ou peut être trop gentil pour avoir une chance dans les médias mainstream et les élections,. Je suis simplement un modeste citoyen de 38 ans qui veut servir son pays avec ses qualités de médiateur et d’ouverture d’esprit, je connais vos idées car je m’intéresse à tous ceux qui s’adressent à l’ intelligence du citoyen. SVP C’est dur de communiquer et d’avoir ne serait-ce qu’une réponse, je vous en conjure, faites passer mon message aux personnes concernées, pleins de bonnes choses à venir, et même en cas de réponse négative, ce serait formidable de pouvoir passer à autre chose, même si la déception serait énorme.
    Merci et désolé d’utiliser ce canal qui n’est peut être pas le plus approprié j’en conviens mais comment faire pour être sûr d’être au moins lu? Aucun préjugé contre l’IDL, mais sachez que c’est un parcours du combattant avec toutes les organisations, thinktank comme le vôtre.
    Cordialement

    Répondre
  • DidierC

    20 November 2020

    Mr Netter, Joe Biden ne gouvernera pas au centre. Il ne gouvernera pas.

    Répondre
  • Yes-Comment

    18 November 2020

    N’y a-t-il pas une coquille (omission) dans le titre de cet article, corrigé par les lecteurs avertis de l’Institut : « Joe Biden gouvernera au centre pénitentiaire »…
    En ces temps, absurdement confinés, nous venons vers l’institut des libertés pour respirer un peu, et non pour lire des articles de science-fiction, ou lire des articles emboîtant le pas botté de vos confrères.
    On attend un correctif, issu de la bonne lecture du processus électoral américain, et de la juste appréciation des rutilantes batteries de casseroles que Biden a accumulé avec sa famille interlope, qui le mèneront à l’élection, incontestable cette fois-ci, d’une fin de vie sous les barreaux

    Répondre
  • Bob Razovski

    18 November 2020

    “Au moment où tous les pays occidentaux sont en train de détruire le capital des rentiers avec des taux négatifs (…)”
    Je pensais, au contraire, que les taux négatifs favorisaient les rentiers au détriment des entrepreneurs, puisque l’argent ne rapportant plus rien, pas question de le risquer dans une entreprise.

    Je ne comprends pas où M Netter veut en venir.

    Répondre
  • gerard olive

    17 November 2020

    ah biden élu président , depuis quand ……………………..????????????

    Répondre
  • gloriane

    17 November 2020

    Cela fait 2 fois que je suis censuré sur l’Institut des Libertés (sic), pour un opinion contraire à la vôtre, c’est une fois de trop, vous avez perdu un abonné.

    Répondre
    • idlibertes

      17 November 2020

      Oh on se calme. Vous avez posté un premier commentaire. Avant que ce dernier ne soit activé MANUELLEMENT, ce qui es légion, les autres ne passent pas. Tout de suite la censure! Vous n’avez par ailleurs rien dit de si transcendant qui meriterait censure entre nous soit dit. Vous avez fait une sorte de Mash up de Hunttington assez courant, quant au fait que Kamala Harris gourvernait et que il ne faille pas vendre la peau de l’ours, est ce que je développe sur le fait que nous l’avons tous entendu 40 fois? Donc avant d’hurler, vérifiez déjà en vous même que vos propos le méritassent avant d’énerver tout le monde en en appelant à l’esprit de Voltaire.

      Personne n’est censuré içi sauf si ce sont des propos agressifs envers les autres (du type Nolife ou “Paingaud” qui sont à moitié sinon complètement dérangés) sinon, les propos qui ne sont pas contraires à la loi ne sont pas censurés içi.
      Que les gens soient d’accord ou non, on s’en fiche absolument et totalement.
      Je n’accepte pas en revanche les attaques personnelles sur les uns ou les autres ou les denigrements sytémiques.

  • glardon

    17 November 2020

    pauvre france. Le plus haut juge des U.S. a refusé….. de signer la semaine dernière le document actant une supposée élection du dormeur. Donc acte à la rédaction. En suite, je li la revue institue des liberté ce n’est pas pour avoir l’écho du torchon de propagande bfm

    Répondre
  • Ockham

    17 November 2020

    V semi-conducteurs > à V énergie. C’est très intéressant.

    Répondre
  • Vauban

    17 November 2020

    Jo Biden ne gouvernera pas car il en est incapable. Mais s’il est élu, ça va être un gros bordel interne aux US. Croissance du chômage, multiplication des théâtres d’operations extérieurs pour contribuer à occuper les chômeurs, …

    Répondre
    • Robert

      19 November 2020

      Depuis quand un président gouverne-t-il encore réellement ?… L’ Etat profond américain gouvernera à la place de Biden. C’ est le résultat recherché.

  • ange et démon

    17 November 2020

    comme Germain et Jacques, je m’étonne que vous affirmez que Biden gouvernera.
    la guerre contre la Chine ne sera pas la priorité pour Biden, compte tenu qu’ il est tenu par la barbichette par les Chinois.
    l’Europe des “Hommes de Davos” vont l’intégré à leur guise et ils pourront installer le communisme 2.0 tel écrit sur leur site officiel du WEF.
    et c’est probablement pour cela que Trump aura beaucoup de mal à rester même en prouvant la fraude; il est un Frei à leur désir.

    Répondre
    • ange et démon

      17 November 2020

      un frein

  • sangmelima

    17 November 2020

    Par principe, il faut toujours se méfier des pythies… Mr Netter est sans aucun doute un “spécialiste” et bien que “Head of Strategy ” (en français ça donne Chef en stratégie… ben oui, ça le fait déjà moins…) il fait de la prospective, il imagine le futur des agitations boursières parce qu’il est aguerri en la matière.

    Pourtant, on sait tous, mais les gueux ignares que nous sommes, que les prophéties, fussent-elles basées sur les réactions passées, sont rarement au RV dans la réalité lorsqu’elle advient. Une seule semble coller à peu près aux délires de notre époque c’est celle du mystérieux “Apocalypse de Saint Jean”… encore qu’il faille malgré tout interpréter les métaphores nombreuses de ce document et en ce domaine il faut reconnaître que notre “civilisation”, assez pitoyable il faut l’admettre, est la championne des suppositions erronées et des errements de la pensarde stratégique !

    Comment ne pas réaliser que nous vivons tous dans un monde artificiel ? La dématérialisation obsessionnelle, carrément pathologique de notre époque est à l’aune de notre croyance consistant à nous croire le nec plus ultra du civilisé… c.à.d. totale. La bourse reste un temple du rien, de l’illusion chiffré et bientôt numérisé et en-ligne ! Le négoce d’antan qui au moins créait du lien (on palabrait, on partageait un thé ou un kawa, on touchait les biens en vente et on tachait de trouver un accord équilibré) est devenu un délire néantisé.

    Des fortunes se font, parait-il, grâce aux placements “diversifiés” et habiles avec des “ordres d’achats et de ventes” au prorata des pythies alias courtiers, traders ou conseillers en patrimone… une gourmandise qu’adorent vendre les banques aux loqueteux comme moi quand je suis “invitée” par mon “conseiller en patrimoine” à refiler mon modeste magot aux triturateurs de fausse monnaie à coût de prélèvements mensuels croquignolets pendant que la banque et ses… “experts” font joujoux avec mon pognon “sueur réelle” sur des “marchés” plein de vent.

    Or donc, si le Biden-bidon gouverne il fera ceci et cela… ah bonnnn ! faudrait-il déjà que le sénile 46ème pantin yankee soit déjà confirmé en tant que tel par la cours suprême ! Mais non, en France, on a pas de pétrole, on plus d’idée ni de bolas dans les calebutes mais on pronostique, on conseille, on voit le futur comme madame Tessier tentait de voir celui du mystique Mythe-Errant.

    Il est vrai dans dans notre merveilleux monde, l’on ne se pose même plus la question pourtant centrale d’une vie réussie : qu’est-ce que le bonheur ? Non, on ne la pose plus parce que notre monde a pondu plusieurs nouvelles religions, l’Art de l’Accaparement sans rien foutre. La spéculation en bourse numérisée est la nouvelle forme d’enrichissement des rentiers d’antan. Sauf que les anciens rentiers avaient au moins le goût concret des belles choses, l’on caressait son or (cf. notre De Funès national dans l’Avare 😉 ou on visitait ses manoirs ou châteaux… Nos nouveaux rentiers matent, rêveurs, les lignes (é)mouvantes de leurs placements boursiers sur l’écran mural de leur bureau en espérant les voir monter, monter, monter…

    On en est là, c’est-à-dire à pédaler dans un vide sidéral comme les personnages de BD déjà au-dessus de l’abime et mettant quelques instants à réaliser que la chute allait être très très dure.

    Alors, plaçons, plaçons, plaçons, chers amis ! Ecoutons les pythies de nouvelle économie en mode “reset” parce qu’elle fait croire à de grasses “recettes” ! Boursicotons, boursicotons diantre ! accumulons au mieux selon les conseils de nos devins aux mains manucurés et costumes de fine laine, du rien, du vent, des chiffres ! Et comme disait ma grand-maman… “un linceul n’a pas de poche”.

    Bon, je vous laisse cher sympathisants de l’Institut de la “liberté”, je m’en vais contempler ce qui est vraiment précieux, vivant, mystérieux et merveilleux : l’automne dans les derniers espaces de nature… car même l’estomac vide, ce tout petit bonheur là n’a pas de PRIX.

    Répondre
    • Robert

      19 November 2020

      Un brin de poésie et de romantisme ne peut pas nuire… en gardant les pieds sur terre. Notre monde, et on peut le déplorer, est matérialiste et le restera… même si ce matérialisme s’ habille parfois des oripeaux du sacré.

    • Dominique

      26 November 2020

      @ Sangmelima, je vous ai fait une petite réponse mais?elle est remontée directement en haut de page.

  • germain

    17 November 2020

    Je trouve que vous êtes trop affirmatif quand à l’élection de Biden à la présidence des USA.

    Répondre
  • Gloriane

    17 November 2020

    Il est fort probable que Biden sera très vite remplacé par Kamala Harris, et il ne sera plus question de centre, mais d’un trajectoire à l’européenne vers le suicide de la civilisation. Ce suicide semble bien loin aux USA, mais il se produit en France et en Europe très facilement.
    Je suis beaucoup plus pessimiste que vous, la puissance destructrice de la gauche est énorme, les USA risquent de ne pas retrouver de gouvernement démocratique avant longtemps si Trump perd, ce qui n’est pas encore fait.

    Répondre
  • Jacques Peter

    17 November 2020

    Biden a été élu? J’ai loupé un épisode.

    Répondre
    • RIEME THIERRY

      17 November 2020

      Totalement d’accord avec vous, je suis l’actualité aux USA et je ne vois pas du tout BIDEN Président.

    • Pierre 82

      17 November 2020

      Disons qu’en termes de probabilités, il y a plus de chances que ça se passe de cette manière. Trump a certes encore quelques cartes dans sa manche, mais je crains que ça ne fasse pschitt… je n’imagine qu’avec peine les institutions américaines se tirer une balle dans le pied, même si les preuves de tricherie s’avèraient accablantes, alors qu’elle pourrait faire un deal avec Biden en le laissant passer. A leur niveau, il y a un paquet de pognon à se faire.
      Bref, j’attends avec impatience, mais également scepticisme.
      Mais je serais très heureux de voir les démocrates se faire renvoyer dans les 22.

  • Olivier COUSIN

    17 November 2020

    La situation des Etats-Unis est plus fragile que jamais. Les Etats-Unis ne peuvent maintenir leur hyper-puissance qu’en poursuivant et intensifiant leur politique de prédation. Nous allons au devant d’un retour de balancier vers plus de nationalisme, un retour des frontières, et des tensions internationales graves. Les bourses peuvent plonger fortement et durablement à tout moment : la crise sanitaire n’est q’un facteur parmi d’autres. L’Union Européenne va connaître de très fortes secousses. L’inflation va revenir avec une ampleur insoupçonnée. Les taux d’intérêt vont suivre le même chemin. Les actifs anti-fragiles, j’en conviens totalement, sont aujourd’hui les actions de grands groupes internationaux incontournables sur leurs marchés, et l’or.

    Répondre
  • patrick girault

    17 November 2020

    Monsieur Jean Jacques Netter devrait relire la constitution américaine concernant l’élection du président . Son article n’est pas acceptable basé sur une erreur majeure : le président n’est pas encore nommé. Il est honteux qu’on assiste à travers tous les médias français à cette désinformation permanente sur ce qui se passe aux USA . J’ai lu un article dans Valeurs Actuelles qui nommait Biden président et qui enterrait un peu trop vite Trump. Il aurait mieux valu monsieur Netter de faire un article sur l’étendue de la fraude électorale aux USA qui a atteint un stade industrielle

    Répondre
  • rieme thierry

    17 November 2020

    Bonjour,
    il me semble que M. BIDEN n’est pas élu…

    Répondre
  • philippe DROBNIAK

    17 November 2020

    Joe BIDEN n’est pas encore élu ! Ne pas vendre la peau de l’ours… même si vous en mourez d’envie.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!