25 May, 2020

Il va se passer quelque chose en Italie (et dans l’Europe du Sud).

Que le lecteur veuille bien considérer le graphique suivant.

 

 

En bleu, nous avons la production industrielle en Italie qui de 100 en 2000, au moment de l’arrivée de l’euro est aujourd’hui à 58.6. C’est-à-dire au niveau de1975.

Depuis 2000, l’Italie a donc perdu 41 % de son appareil industriel, tandis que la production industrielle allemande (que je ne montre pas sur le graphique) est montée de 11 % et que la croissance des deux indices de production industrielle a été exactement la même pour l’Allemagne et l’Italie de 1970 à 2000.

La raison de ce désastre ?

Regardez ce qui arrive à la ligne rouge, le taux de change entre l’Italie et l’Allemagne.

Comme les Italiens sont différents des allemands, sans doute plus créatifs mais moins bien organisés et que la gestion de l’état italien laisse à désirer, les entreprises italiennes ne s’en sortaient, et fort bien, que parce que la monnaie Italienne dévaluait constamment contre la monnaie allemande, passant de 100 à 1000 en l’espace de 30 ans.

La variable d’ajustement pour compenser la mauvaise gestion de l’Etat Italien était le taux de change.

Ce mouvement de dévaluation perpétuelle protégeait les entrepreneurs Italiens contre les turpitudes de leurs politiques, de leurs fonctionnaires et de la mafia, qui dans le fond étaient payées en lires tandis qu’eux, les entrepreneurs, étaient payés en DM.

Pour faire simple et caricatural, les entrepreneurs étaient payés en DM et la mafia administrativo -politique-criminelle prélevait sa livre de chair en Lire et comme ce genre de mafia est rarement tres efficace, elle mettait du temps à réajuster ses prix à la hausse pour suivre les dévaluations et toute était parfait dans le meilleur des mondes possible.

C’est ce que montre le deuxième graphique.

De 1978 à 2000, les entrepreneurs italiens (représentés par l’indice des actions de la Bourse de Milan) gagnent deux fois plus que les rentiers locaux (représentés par le rendement total d’une obligation a 10 ans Italienne) et donc le système est satisfaisant, la prise de risque est rémunérée. L ligne rouge représente le ratio au travers du temps de ces deux rentabilités, encore une fois base 100 en 2000..

 

 

A partir de l’arrivée de l’Euro, largement soutenu par la mafia dont j’ai parlé plus haut qui s’était bien sûr acoquinée avec la mafia bruxelloise, renversement de tendance : depuis 2000, il a été trois plus rentable d’être un rentier membre de la mafia qu’un entrepreneur. Prendre des risques en Italie depuis cette date a donc été complètement idiot. Ce qui est logique. Dans le fond, l’Euro a été créée par une mafia unissant des fonctionnaires européens et nationaux pour pouvoir être payés en DM. Après tout, les concepteurs de l’Euro étaient tous des gens qui n’avaient travaillé que dans des structures étatiques et qui souffraient beaucoup de voir des gars beaucoup moins diplômés qu’eux gagner plus qu’eux. Voila l’un des rares problèmes que ces gens ont réussi à régler…

Pour l’instant, rien de nouveau dans votre analyse va me dire le lecteur fidèle.

Ça fait des années que vous nous racontez cela, ce qui est vrai, mais comme le dit toujours l’un de mes amis : ‘’dans la vie, on a le choix entre se répéter ou se contredire’’, et je suis plutôt du genre répéteur.

Mais un phénomène nouveau va sans doute se produire en Italie dans les mois qui viennent que je vais m’essayer à présenter comme la disparition totale des entrepreneurs en Italie et dans l’Europe du Sud.

Ayant côtoyé des entrepreneurs toute ma vie, il me va falloir décrire un peu le profil psychologique de cet animal curieux.

La caractéristique principale de ces personnages c’est l’ingéniosité et la ténacité. Ils vont déployer des trésors d’imagination pour pouvoir continuer à se battre jour après jour jour. Ils sont un peu comme la garde Impériale à Waterloo, « ils meurent (c’est eux qui ont l’une des espérances de vie les plus courtes) mais ne se rendent pas ».

Ce qui veut dire, que quand ils meurent, c’est en masse, tous touchés par le même cataclysme.

  • Nous avons déjà eu une première vague de décès de 2008 à 2012, quand la production industrielle italienne tomba de 100 à 75, soit -25 %, en quelques mois, condamnés à mort qu’ils furent par la grande crise financière qui tua tous ceux qui étaient endettés.
  • La deuxième vague vient de se produire, la production industrielle ayant déjà baissée de 32 % sur son plus haut récent, et nous n’avons pas encore les chiffres pour le PIB.  Ont dû disparaitre une grande partie des survivants du premier carnage, puisque cette fois ci, c’est leur chiffre d’affaires qui a complétement disparu, alors que leurs fonds propres étaient faibles et les marges tres basses. Et nous allons voir les effets de ce désastre dans les mois qui viennent, sur l’emploi, les rentrées fiscales, la vie culturelle, les familles etc…

Mais ce que les observateurs financiers ne semblent pas comprendre c’est que la capacité d’une nation à rembourser ses dettes dépend presque exclusivement des entrepreneurs qui sont les seuls à créer de la valeur marchande.

Or l’euro, dans les vingt dernières années, a tué une grande majorité des entrepreneurs Italiens (et français et Espagnols) et ceux qui restaient sont sans doute en train d’agoniser.

Il est donc à peu près certain que l’Italie va faire faillite puisque les taux à 10 ans Italiens sont aux alentours de 2 % par an alors le PIB nominal va baisser au minimum de 4 % à 6% cette année. Si vous empruntez à + 2 % et que votre richesse baisse de 4 % en un an (mais en fait de 8 % puisque c’est le secteur privé qui peut rembourser la dette, et lui seul, et il fait à peu près 50 % du PIB), la ruine vous guette…ce n’est qu’une question de temps.  La dette Italienne en pourcentage du PIB va monter d’au moins cinquante pour cent à 180 % du PIB dans les cinq ans qui viennent et la même chose va se produire pour la France et l’Espagne, qui sont exactement dans la même situation.

Et donc, nous sommes devant une alternative tres simple :

  • Ou bien l’Allemagne garantit toutes les dettes de l’Europe du Sud, ce que sa Constitution interdit et qui de toutes façons est trop gros pour elle
  • Ou bien l’Euro explose et disparait.

Réponse fin Aout, lorsque la Bundesbank rendra son rapport à la Cour Constitutionnelle Allemande. Et quant au nouveau plan Franco-Allemand, c’est bien entendu de la poudre aux yeux et dont tout le monde sait que c’est de la foutaise.

Conclusion

Faites des réserves de billets avant la fin aout, on ne sait jamais.

Si l’Euro disparait, tous les billets en Euro risquent de ne pas être « égaux ». Un cinquante euros allemand risque de valoir plus qu’un cinquante euro Grec. Et je vous donne donc ci-dessous et à toute fins utiles le pays qui a émis votre billet en euro, la première lettre vous donnant le pays d’origine et donc où ce billet aura cours légal et pourra être échangé contre la nouvelle monnaie nationale le moment venu.

L – Finlande
N – Autriche
R – Luxembourg
S – Italie
T – Irlande
Y – Grèce
M – Portugal
P – Pays-Bas
U – France
V – Espagne
X – Allemagne
Z – Belgique

Moi, j’aurais tendance à faire mes réserves de billets avec L, A, N, R, P, X. Et à utiliser les billets commençant par S, M, U, V pour me faire des réserves de sucre, de pates, de chocolat, de boites de sardines et de riz. Utilisez donc les mauvais billets pour faire les courses, et gardez les bons dans votre matelas. Comme le dit la plus vieille loi économique, dite Loi de Gresham : La mauvaise monnaie chasse la bonne. Et comme il risque d’y avoir plein de mauvaises monnaies en Europe d’ici peu…

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

84 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Mac

    10 June 2020

    Bonjour Mr Gave
    Qui paie la note prochainement?

    Répondre
  • Seb

    7 June 2020

    Salut, il n’y a plus de pays d’émission sur les nouveaux billets, juste le code de l’imprimeur! Que se passera t-il donc dans ce cas pour la conversion des billets lorsque l’euro explosera?

    Répondre
  • Loubière

    5 June 2020

    Comment puis-je échanger des billets Français contre de billets allemands, luxembourgeois, des pays bas ou finlandais? Où aller?

    Répondre
    • Robert

      8 June 2020

      Où aller ? Nulle part… Votre banque refusera tout échange de cash, et la Banque de France a d’ autres chats à fouetter !
      Vous gardez vos billets, le challenge sera de les réintégrer dans le circuit le moment venu !

  • garnier

    2 June 2020

    j’ai classé tous mes billets de 50E
    les anciens étaient bien classés (X)
    mais parmi les nouveaux billets,
    une double lettre, un nouveau code signe
    l’imprimerie et non plus la banque émettrice !
    je fais quoi de mes euros anglais ?

    Répondre
    • Alex

      4 June 2020

      Il est bien connu qu’en France, tout ce qui compte est d’être bien classé à l’X.

  • Rodolphe

    2 June 2020

    Cher Charles Gave,
    Vos articles sont toujours aussi passionnants, pertinents, d’intérêt publique. Ainsi que quelques autres voix libérales, libres et indépendantes.
    Toutefois, la réalité étant ce qu’elle est (incompétence en matière économique et monétaire tant des élites que des peuples, mauvaise foi et égoïsmes généralisés), n’êtes vous pas lassé, comme d’autres, de répéter depuis 20 ans que la fin de l’euro est pour demain?
    Je précise que mon intervention n’est ni polémique ni partisane puisque je partage votre point de vue en tout !
    Mais l’expression de ma grande détresse car depuis 20 ans j’en prends plein la g…. de cette stagflation, de cette répression financière…
    Exsangue, je cherche de façon concrète des solutions concrètes.
    Bien amicalement à vous et l’ensemble de vos lectrices et lecteurs !

    Répondre
  • guy

    1 June 2020

    Rome ( Italie) le 1. 06.2020

    Trés belle analyse et mille fois merci pour l’information.
    Bien cordialement.
    Guy Andronik

    Répondre
  • dampeyrou

    1 June 2020

    Je pense que un billet et simplement un bout de papier qui peut valoir très cher et du jour au lendemain rien du tout
    Avoir des billets c’est bien mais ça ne garantie rien Cela garanti seulement que notre argent est à nous et non aux banques
    la seule sécurité est le minerai comme l’or ou alors La pierre qui dépend de la mafia administrative

    Répondre
  • Xavier Renard

    1 June 2020

    Encore une fois l’idée est bonne mais trop tard… il fallait écrire cela il y a plus de 5 ans.
    les billets avec une seule lettre sont émis par les anciennes banques centrales de chaque pays.. les derniers billets avec deux lettres sont émis par la BCE et quand on voit le bilan de cette dernière.. j’ai peur.
    Pour terminer je dirai allez l’Aviron Bayonnais message spécial à Charles Gave

    Répondre
  • Il_y_a_tant_a_faire

    31 May 2020

    Patron,

    Tout ceci est atterrant:

    https://www.zerohedge.com/health/french-intelligence-warned-catastrophic-leak-wuhan-lab

    On est vraiment gouverné par des zéros. Ce sont des idiots prétentieux qui ne comprennent rien à rien, qui en plus croient détenir la vérité, et qui en plus se permettent d’être pédocriminels.

    Pffff…

    Si ils vous appellent, svp, n’hésitez pas à leur prodiguer vos conseils – on s’en fout si ils prennent le crédit & la gloire – mais je suis désespéré de voir tant de nullité et de crétinerie. Je veux dire, tant que c’est chez les voisins, je m’en fous, mais on parle de la terre où je serai enterré, et qui devrait être mon pays. Il est grand temps de remettre le facteur sur le vélo – c’est vraiment n’importe quoi – je n’ai pas de mots pour décrire une nullité si profonde.

    Alors que la situation des Français est vraiment catastrophique.

    Autre chose, il paraîtrait que, Cambridge (Boston), qui est le centre intellectuel majeur des US (Harvard, MIT), serait paralysé par la peur de la grippe chinoise. Voilà qui, à mon avis, en dit long concernant la psycho-sociologie de ces personnes – il serait idiot d’attendre un once de courage de leur part (vulgairement, ce sont des «c***ll*s molles») – alors que icelles sont appelées à devenir les élites américaines et qui seraient, soi-disamment, dirigées uniquement par la raison, si ce n’est diacres de la raison.

    Par ailleurs, avez-vous vu ça?
    «Top China General Says Attack On Taiwan An Option If No Other Way To Stop Independence»
    https://www.zerohedge.com/geopolitical/top-china-general-says-attack-taiwan-option-if-no-other-way-stop-independence

    Par ailleurs, j’avais cru comprendre que votre famille eût des possessions en Algérie. Auriez-vous vu ce film?
    Nadia Zouaoui – «Islam de mon enfance»
    https://www.youtube.com/watch?v=IpUFTaFWt88

    Cela pour dire que il n’y a pas un peuple en France, mais des peuples. Il y a trois niveaux: (i) le peuple; (ii) la nation; (iii) la religion (= civilisation). Le royaume des Lys était une authentique nation à vocation universelle: il avait plusieurs peuples en son sein, et il n’y a aucune raison que d’autres peuples ne puissent pas le rejoindre. Et, de fait, des indiens d’Amérique en contact avec les français firent des demandes pour devenir français (a contrario de la colonisation anglaise et allemande), ce que à quoi Richelieu avait accepté, toutefois à l’unique condition que ces personnes deviennent catholiques.
    Le Royaume des Lys était la plus belle nation du monde, provoquant spontanément l’enthousiasme. Aujourd’hui, nous nous sommes coincés par une classe dirigeante nullissime et pédophile, focalisés dans la fange, et en train de mourir dans la misère. Alors que nous avons tant à construire, tant à faire et à aller de l’avant.

    Autre exemple, Hong Kong. Ces gens sont proches de l’esprit français. Mais ils brandissent des drapeaux américains (à raison: qui va les aider?). Mais ces personnes ne sont pas américaines – elles ne ressemblent pas à un redneck – au fin fond de l’Amérique profonde, il y aurait une mécorrespondance entre les deux peuples (bien que la co-habitation se passerait bien, puisque les rednecks sont civilisés, contrairement aux dires de Mme Clinton). Alors que je suis convaincu qu’ils auraient pu s’intégrer (à terme) en tant que un des peuples de la nation française. Mais où est le Royaume des Lys pour leur proposer une solution?

    D’ailleurs, de ce point de vue, l’Amérique était une nation comme la France: plusieurs peuples, mais ayant été attirés par l’idée jeffersonienne et acceptant de vivre ensemble en tant que nation sous cette idée commune. (NB: Rappelons que l’Amérique de Jefferson est morte avec Lincoln et la guerre de sécession.)

    Le royaume des Lys était le royaume du Logos (comme cela peut toujours se constater au sein du peuple Français, et ce pourquoi l’«intelligence» est considérée chez les Français).

    Sinon, votre billet me plaît (exprimer un avis personnel, voilà qui est arrogant!).

    Le portrait que vous décrivez correspond mieux à mes perceptions. «Il meurent mais ne se rendent pas.» ☺ Ça me paraît vrai: combien d’entrepreneurs ai-je rencontrés qui, après avoir fait faillite, ont recommencé juste après? C’est un état d’esprit. Idem sur les trésors d’ingéniosité et sur leur tenacité.
    Et cette orientation solution, pour eux comme pour leur client, est exactement comme ça qu’ils créent de la valeur, du profit, de la richesse: en trouvant des solutions pour leurs clients. Notons que dans les États comme la France, les entrepreneurs doivent allouer beaucoup de leur aptitudes, de leurs capacités, et de leur temps, dans leurs relations avec l’administration, en lieu et place de les consacrer à leurs clients.

    Notons que les entrepreneurs, contrairement au ploutocrates, sont dirigeants-propriétaires: ils ne sont ni simples investisseurs, ni simples gérants, mais des associés commandités («general partners» dans la langue de Trump; d’ailleurs ce n’est pas tant la responsabilité financière mais la responsabilité juridique qu’il faudrait accroître – un entrepreneur a aussi besoin de mettre sa famille à l’abri).

    Et, oui, l’euro causent un génocide: les entrepreneurs de l’Europe du Sud se suicident (il serait intéressant d’exhiber cette courbe: «Suicides des entrepreneurs dans l’Europe du Sud depuis la création de l’euro»).

    Également, sur la moralité, notons que une solution peut avoir une odeur ou pas. L’entrepreneuriat, comme le capitalisme, est, a priori, amoral. Et ça a toujours été un point avec lequel je n’étais pas d’accord: les entrepreneurs ne sont pas des ploutocrates (id est, une somme d’argent n’a jamais d’odeur). La différence est dans l’état d’esprit, dans l’approche des choses. Cependant, une personne pour qui une solution n’a pas d’odeur n’est, in fine, pas bien différente des ploutocrates. Puisque, amoralité oblige, leur vision du monde est la loi de la jungle, dans laquelle tout est permis du moment qu’on arrive à ses fins. Être entrepreneur ne garantit donc rien sur sa moralité: il peut se comporter moralement ou immoralement (notons que, malheureusement, ceux qui se comportent immoralement ont un avantage compétitif sur ceux qui se comportent moralement). (Et, pour en avoir rencontrés, être entrepreneur et être ploutocrates ne sont pas mutuellement exclusifs.)

    Sinon, je vous donne déjà la réponse pour fin août: oui, tous les allemands seront mis en esclavages pour payer l’Europe du Sud à être chômage («à l’insu de son plein gré» comme dirait l’autre). Non pas à travers Karlsruhe, mais en imprimant des billets. Encore une victoire de canard!

    Littéralement, la vie de la monnaie européenne est liée à celle de la banque centrale de l’euro.

    Il y a tant à faire et on est dirigés par des pédophiles nullissimes. Et ils ne veulent ni s’intéressent à trouver des solutions.

    Répondre
  • pythagore

    31 May 2020

    la recette allemande a toujours été : acheter les matières premières aux meilleures prix puis contraindre ses coûts de production ( grâce aux dialogue social) pour revendre avec le plus de marge possible… très bonne qualité allemande sur des produits à fortes valeurs ajoutés + prix de vente contenu = carton plein à l’export.
    mais pour tenir cette avantage concurrentiel il faut une monnaie forte pour acheter aux meilleurs prix les matières premières que l’ALLEMAGNE ne produit pas… le credo de l’ALLEMAGNE sera toujours d’avoir une monnaie forte ( dans le passé le présent ou le futur).
    elle n’aurait jamais voulu de l’EURO sans le fonctionnement du DEUTSCHEMARK ( l’EURO c’est le DEUTSCHEMARK) … et la cours constitutionnelle de KARLSRUHE est là pour y veiller …
    qu’on soit pour ou contre on n’a pas le choix il faut faire avec …

    Répondre
  • Parisien

    29 May 2020

    Merci pour ce papier !

    Je suis persuadé qu’on pourrait faire le même billet avec la France (peut être un poile plus atténué)..
    .. Et ce serait intéressant de voir s’il y a un effet de substitution de l’entrepenariat vers une économie de rente immobilière.
    Si on appliquait l’exemple italien ci dessus ce serait intéressant de voir si en France on a pas eu des entrepreneurs (et des investisseurs) qui ont tout simplement laissé tombé car il est parfois plus rentable (et surtout moins casse tête) d’investir dans de la pierre parisienne ou en grande métropole que de se lancer dans de l’entrepenariat.
    L’immo parisien a fait x4 ans 20 ans, pas sur que l’on puisse en dire de même pour notre pib ou notre production industrielle. Et l’euro n’est pas totalement étranger à cela.

    Répondre
  • RACHID MAHROUCHI

    29 May 2020

    Bonjour,peut acheter des devises étrangères pour se protéger de l euros.
    Cordialement.

    Répondre
  • Caroline PORTEU

    28 May 2020

    L’euro risque effectivement de ne pas survivre à cette crise économique post pandémie . Et quelque part un Frexit serait sans doute la meilleure chose qui puisse nous arriver à nous français . Pourquoi ne parlez vous pas des métaux précieux dans votre article , or en particulier .. Deuxio , je pense que la crise qui vient va aller plus loin que la monnaie : c’est une crise économique et civilisationnelle et de nouveaux modèles devraient émerger .. En ce sens , pourquoi n’avoir pas un panel plus large dans vos membres qui comptent un peu trop de financiers à mon goût et trop peu de créateurs de richesses réelles .

    Répondre
  • Poipoi31

    28 May 2020

    L UE vient d annoncer son plan: EU taxes…
    Ça sent le plan de spoliation des petites gens en Italie, Espagne, France pour “rembourser” les tombereaux de dette émise pour cette crise, en gros un remake de 2010-2012 de la Grèce, avec liquidation des derniers “assets” de ces pays à des conglomérats financiers et asservissement des derniers gens “libres” à qui il il ne restera plus un sou sur le compte et devront accepter ce que l Etat/l UE voudra bien leur donner (Revenu Universel). Le cauchemar en perspective, execute d une main de maître…

    Répondre
  • pierrealex

    28 May 2020

    Ne vaudrait-il pas mieux acheter des devises étrangères pour “sécuriser” la valeur de son patrimoine plutôt que de stocker des Euros ?

    Répondre
  • toulouse

    28 May 2020

    Monsieur Gave, je vous admire beaucoup, mais là, il serait bien de rétablir une vérité.
    J’achète régulièrement du matériel en Allemagne. J’ai acheté du matériel venant d’Italie et j’ai arrété. En effet, celui qui vient d’Allemagne est quasi au même prix que celui qui vient d’Allemagne et parfois plus cher. Mais pour ce qui est de la qualité, y a pas photo !! celui de l’Allemagne est d’une autre niveau. Pour ne rien vous cacher, je me demande comment ils font. Comment le matériel fabriqué en Allemagne peut-il être aussi durable, bien conçu, etc… alors que le matériel français, italien… est totalement mal conçu !!!

    Répondre
    • candide

      28 May 2020

      C’est la conséquence directe de ce qu’explique Charles Gave. Avec une meilleure gestion publique, la pression est moindre sur les entreprises qui font plus de marge, donc peuvent investir plus en R&D et production. donc leur produits gagnent en qualité et leur production en productivité. A 20 ans de ce régime, ils finissent par enfoncer la concurrence et capter tout le marché.

    • alouette

      28 May 2020

      Un entrepreneur/investisseur allemand accepte de ne pas gagner d’argent pendant 10 ans, avec même des objectifs négatifs quand il se lance, alors qu’un français ou un italien veut/doit etre rentable le plus vite possible. En Allemagne, le but n’est pas d’etre rentable le plu svite possible, mais de s’assurer qu’une fois en place, le produit sera meilleur que tous les autres, à tous les niveaux. Prenons l’exemple d’un site web. e site français sera opérationnel en 2 ou 3 ans. Le site allemand en 6. Pendant 3 ans donc, les français accumulent les parts de marché, avec un site dont les caractéristiques techniques sont faites pour maximiser le profit (et éventuellement l’investissement futur, le but étant de dégager le + de cash flow le plus vite possible. 3 ans plus tard sort le site allemand. Le site est mieux. Tous les process sont optimisés/huilés à la perfection. Résultat: en 18 mois il a reconquis toutes les parts de marché. Après 3 ans c’est fini, il a pris, pour toujours, tout le marché, s’améiorant en plus au fur et à mesure. Les français et les italiens sont meilleur en design, plus creatifs. Et meme meilleurs souvent pour ce qui est du business model. Mais les allemands ont la treso et donc le temps, la culture de l’efficacité et de l’optimisation de la qualité des process. C’est comme au foot en fait (on ne gagne que depuis qu’on a un entraineur de génie avec un état d’esprit à l’allemande). Ils n’ont qu’à acheter la force de travail polonaise et la créativité francaise pour etre au top. Nous, quand on essaie de compenser avec de bons entraineurs, on finit par les trahir ou les virer (Renault). Resultat : ca ne marche pas.

    • Franck

      28 May 2020

      Moi aussi cela m est arrivé.
      Le matériel Allemand est bcp plus fiable robuste et pratique que l Italien ou le français. C est d ailleurs ce qui explique pourquoi l euro fort n a jamais pénalisé l Allemagne qui vend des produits à forte valeur ajoutée et qui ecoule facilement ces produits dans le monde et en UE au détriment de la France et l Italie qui accroîent leur deficit commercial vis à vis de l ALLEMAGNE.

    • bibi

      29 May 2020

      A vous écouter, je commence à me dire que chez Mercedes ils sont vraiment stupides de monter des diesels Renault dans les classe A,et B que le moteur thermique de la Smart est le Renault TCe 90, que le moteur électrique de la Smart est le Renault R90, que le Mercedes Citan est fabriqué à Maubeuge en France dans la même usine que la Kangoo vu que c’est la même plateforme, et comment il se fait que cela soit PSA qui ait racheté Opel et non le contraire, …

    • toulouse

      29 May 2020

      à Candide
      la meilleure gestion publique serait de supprimer tout ce qui est public. Mais ce n’est pas le même problème. En France ou en Italie, on est très branleur : en Allemagne on veut toujours faire mieux : cela amène une différence majeure.
      à BIBi
      Il peut y avoir des choses corrects en France : mais il est également possible que cela corresponde également au fait que Mercedes a perdu de sa réputation de grande fiabilité . Je préfère une Audi à une Mercedes.

    • Savoia

      31 May 2020

      Ceci n’est pas tout à fait vrai, le haut de gamme italien dans plusieurs domaines n’a rien a envier aux allemands

  • Marius Besnard

    27 May 2020

    Une fois n’est pas coutume, je ne suis pas d’accord du tout.
    Concernant les comptes en banque, mieux vaut les avoir en Hollande, car vous avez alors de l’euro Hollandais. Idem pour les obligations qui sont libellées dans les monnaies nationales (qui s’appellent toutes euro et s’échangent pour le moment au prix administré mais plus pour longtemps).
    Ce n’est pas vrai des billets qui sont tous de la monnaie centrale. Le lettre correspond à l’imprimeur et n’influe pas sur le débiteur, qui est le système Européen de banques centrales.
    A vrai dire, je ne sais pas comment les choses peuvent de passer si l’euro explosait d’un coup, peut-être que les billets ne vaudraient plus rien quelle que soit la lettre.
    Il ne faut donc surtout pas thésauriser ça.

    Répondre
  • Nanker

    27 May 2020

    “Pour européaniser vos avoirs monétaires en euros , vous pouvez aussi ouvrir un compte chez N26 , banque 100 % internet allemande ”

    Vous croyez *vraiment* que cela vous protègera de la catastrophe qui arrive?
    Vous me faites penser au type sur la plage qui, voyant un tsunami arriver, se dit : «j’ouvre mon parapluie et comme ça je ne serai même pas mouillé!».

    Croire que l’Allemagne sera un havre de pai lorsque la catastrophe finale frappera le sud de l’Europe me semble… discutable (pour être poli).
    Au fait vous connaissez la situation financière de la Deutsche Bank? (un indice : elle sent le sapin…).

    Répondre
  • fisherman

    27 May 2020

    Merci pour cette analyse qui fait froid au dos!
    question: dans une banque suisse par ex., les euros détenus sont ils des euros X, Y ou Z??
    ou bien est ce que ce sera une valeur proportionnelle à la masse imprimée par les banques centrales?
    ou autre ?
    ce sera la pagaille….

    Répondre
  • Jacques

    27 May 2020

    Quel pays produit les A ?? Et que fait on des grec “Y ” pour les vacances.

    Répondre
  • Pascal

    27 May 2020

    Est ce qu’il ne faudrait pas mieux commencer à acheter notre chocolat , riz etc avec la carte visa et garder le liquide ? c’est une question , merci d’avance de votre réponse

    Répondre
  • Alain Dupont

    27 May 2020

    Cher Monsieur Gave,
    Vos chiffres relatifs à la dépréciation ITL/DEM pour la période 1970/2000 sont manifestement très inexacts. Merci de les revoir.
    Cette remarque mise à part, merci pour vos billets toujours appréciés et attendus !

    Répondre
  • Tenand

    27 May 2020

    je suis bien entendu complètement d’accord avec vous sur le fait de devoir thésauriser en espèces sonnantes trébuchantes et brillantes mais je rajouterai que les conséquences vont être pire , il n’ y a pas de raison que ceux qui n’ont pas suivi ces conseils tentent de suivre leurs instincts pour aller récupérer cela chez ceux qui ont tout prévu , en l’occurence le jour où les cigales auront faim ils ne s’embarrasseront pas de politesse et front se servir….donc discrétion et dissimulation de rigueur … le matelas est démodé , regardez donc ici : https://www.kamouflages.com/collections/planques-1

    Répondre
  • Moshé

    26 May 2020

    La Chine se confronte également à un phénomène imprévu, les travailleurs des régions hautement industrialisées importent la main d’oeuvre depuis les régions rurales, ces derniers sont retournés avec leurs économies dans leurs villages et ils ont beaucoup de peine à revenir dans les enfers de la production anarchique des centres de production de l’empire du milieu. Beaucoup d’entre eux ont amassés un petit pactole et une fois revenus dans leurs villages, décident de se marier, de construire leurs nids auprès de leurs familles et beaucoup ne vont replonger dans l’enfer des usines fonctionnant au charbon, les régions plus polluées de la planète. Dans leurs villages éloignés de ce cauchemar, ils avaient presque oublier le bien être qu’ils avaient quittés pour faire de l’argent et rembourrer leurs matelas de Yuans. Donc la Chine se confronte à sa première crise sociale, sans pouvoir remédier, sauf si les milliardaires communistes décidaient de doubler les salaires !

    Répondre
  • Moshé

    26 May 2020

    Donc tant que la Chine n’aura pas redémarrer sa production, ce qui semble encore loin d’être le cas, toutes ces industries précitées sont en panne technique, c’est pas plus compliqué !

    Répondre
  • Moshé

    26 May 2020

    90% des industries lourdes européennes dépendent de la Chine, spécialement les industries automobiles et chimiques (pharma), sans parler des innombrables débouchés au niveau commercial, textile, gadgets et électroniques, ordinateurs, téléphones etc..

    Répondre
  • Mario

    26 May 2020

    faut rappeler Mario Draghi

    Répondre
  • Moshé

    26 May 2020

    90% des industries lourdes européennes dépendent de la Chine, spécialement les industries automobiles et chimiques (pharma), sans parler des innombrables débouchés au niveau commercial, textile, gadgets et électroniques, ordinateurs, téléphones etc..

    Donc tant que la Chine n’aura pas redémarrer sa production, ce qui semble encore loin d’être le cas, toutes ces industries précitées sont en panne technique, c’est pas plus compliqué !

    La Chine se confronte également à un phénomène imprévu, les travailleurs des régions hautement industrialisées importent la main d’oeuvre depuis les régions rurales, ces derniers sont retournés avec leurs économies dans leurs villages et ils ont beaucoup de peine à revenir dans les enfers de la production anarchique des centres de production de l’empire du milieu. Beaucoup d’entre eux ont amassés un petit pactole et une fois revenus dans leurs villages, décident de se marier, de construire leurs nids auprès de leurs familles et beaucoup ne vont replonger dans l’enfer des usines fonctionnant au charbon, les régions plus polluées de la planète. Dans leurs villages éloignés de ce cauchemar, ils avaient presque oublier le bien être qu’ils avaient quittés pour faire de l’argent et rembourrer leurs matelas de Yuans. Donc la Chine se confronte à sa première crise sociale, sans pouvoir remédier, sauf si les milliardaires communistes décidaient de doubler les salaires !

    Un ouvrier chinois arrive en moyenne à épargner environ 300 euros par mois lorsqu’il s’engage dans une entreprise des régions hautement industrialisée, certains de ces travailleurs-esclaves des temps mondialistes sont restés à leurs posts pendant plusieurs années, donc ils ont épargnés quelques dizaines de milliers d’euros, ce qui est énorme dans les régions rurales.

    Après avoir vécus à 15 ans dans une seule pièce et mangé sur le coin d’une table, et cela pendant 10 ans et plus, un retour dans le village leur donne de nouvelles ailes !

    L’Europe ne va pas pouvoir espérer reprendre son rythme d’avant la crise covid19, de toute manière, l’Europe fonctionnait en surproduction, des millions de voitures sont stockées sans trouver d’acheteurs. Dans cette course à la surproduction de dure depuis une bonne dizaine d’année, l’industrie automobile a prit une place bien trop importante, de plus 80% des fournitures dédiées à la fabrication de voiture est d’origine asiatique et chinoise alors que la Chine cherche également à vendre des véhicules prêts à l’emploi pour des prix de ventes avec des rabais de 50% sur les marques européennes, en vendant des voitures 2 fois moins cher, les chinois gagnent beaucoup qu’en vendant des pièces détachées, donc les industriels chinois ne vont pas privilégier leurs clients européens et vont sauter sur l’occasion d’imposer leurs marques au niveau mondial !

    Répondre
  • PATYDOC

    26 May 2020

    Petite précision sur les entrepreneurs italiens : ceux-ci ont du patrimoine, pour des raisons diverses, historiques, à la différence de beaucoup d’entrepreneurs français ; j’ai vu, sur la période considérée, un nombre important d’ entrepreneurs italiens jeter l’éponge, mais dans l’allégresse : “qu’ils aillent tous se faire voir ! Je fais faillite et je vis sur mon parc immobilier et sur mon portefeuille obligataire ! ” Ainsi les entrepreneurs italiens rejoignent -ils le clan des rentiers…

    Répondre
  • dede

    26 May 2020

    “le PIB nominal va baisser au minimum de 4 % à 6% cette année”

    Qu’est-ce qui vous rend si optimiste? Si la production s’arrete un mois dans l’annee, ne pourrait-on pas s’attendre a une baisse de 8% du PIB? Vu comme c’est parti, je vois mal comment nous pourrions echapper a une baisse de moins de 15% sur l’annee (apres revisions) dans bon nombre de pays…

    Répondre
    • Moshé

      26 May 2020

      Beaucoup plus, regardez Renault va disparaître en faillite d’ici 1 mois !

    • Charles Heyd

      26 May 2020

      Tout ce s’est pas arrêté; on a continué cde manger et même d(‘être soigné!

  • Mickael

    26 May 2020

    Bonjour M. Gave,
    Merci pour cet article et cette prévenance. Dans ce cas, ne serait-il pas plus judicieux de détenir d’autres devises ? ( dollars, franc suisse, couronne suédoise, livre sterling….).
    Bien vous.

    Répondre
  • cricri

    26 May 2020

    La BCE garantira les dettes de l’Europe du Sud, en tordant le bras aux Allemands, donc l’Italie ne fera pas faillite même si elle ne comptera plus beaucoup d’entrepreneurs.
    L’euro sera la victime mais son agonie sera plus longue qu’espérer.
    N’oublions pas que la “mafia bruxelloise et Cie” a bien précisé “whatever it takes” : donc elle aussi ne se rendra pas et luttera jusqu’à la mort …des entrepreneurs européens!.

    Répondre
    • Robert

      27 May 2020

      Oui, l’ Euro est une monnaie “politique”. Logiquement (mais y a -t- il encore une logique ?) , l’ Euro n’ est plus viable. Les allemands ont gros à perdre en revenant à un DM réévalué de 30 %, et ils ont gros à perdre en soutenant l’ Euro “urbi et orbi”.
      Des deux maux, ils choisiront le moindre : selon moi de sacrifier encore pendant quelque temps les rentes des retraités allemands pour pouvoir continuer à vendre des Mercedes et des BMW, entre autres !

  • Di camillo

    25 May 2020

    Merci du partage de vos excellentes analyses que je suis depuis bien longtemps. Prenez soin de vous.

    Répondre
  • Jepirad

    25 May 2020

    Ça ne sert à rien de stocker des billets des pays les plus vertueux. Autant acheter des actions d’entreprises de ces pays.

    Répondre
  • zelectron

    25 May 2020

    Il n’y a jamais eu, il n’y a pas et il n’y aura jamais de monnaie qui vaille !
    (mon résumé sur “La désastreuse histoire de la monnaie” http://www.24hgold.com/francais/contributor.aspx?contributor=La+d%u00e9sastreuse+histoire+de+la+monnaie )
    faire porter entièrement le chapeau à l’€uro ? quelle(s) monnaie(s) de remplacement, par quel “comité”, sur quels critères, avec quels contrôles et comment les exercer . . . modifier la gouvernance de l’€uro lui-même, l’aménager, responsabiliser les dirigeants à Francfort ?

    Répondre
    • bibi

      25 May 2020

      “On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré.”
      Albert Einstein.

      Il faut se débarrasser des banques centrales, et arrêter de croire qu’il y a un moyen de faire fonctionner un système dont les postulats sont moisis.

      La monnaie est un bien trop précieux pour en confier le monopole d’émission à l’état fusse-t’il par l’intermédiaire d’une banque centrale soit disant indépendante.
      La monnaie c’est exactement comme la sécu, si l’état est persuadé que le bien qu’il produit est meilleur que ce que le marché peut produire, pourquoi diantre ne pas laisser libre l’individu de s’assurer lui même pour sa santé et sa vieillesse ou choisir sa monnaie et se rendre compte que les biens produits par les hommes de l’état qui ont l’intérêt général chevillé au corps sont les meilleurs?

    • candide

      26 May 2020

      Bibi, je suis assez d’accord. J’irai même un peu plus loin. Depuis près d’un siècle, depuis Keynes, l’occident vit dans l’illusion d’un état omnipotent. Bénéfique ou maléfique, ses contempteurs comme ses détracteurs le voit comme une sorte de divinité toute puissante dotée de pouvoirs surnaturels. Nous risquons de nous rendre compte, à nos dépens, que c’est faux. Cela relève de la pensée magique. La prospérité vient de la création de richesse, donc du travail, de l’investissement et de la prise de risque (mon idée trouvera-t-elle son marché ?). Les opérations de relance ne sont qu’une manière de redistribuer les pertes sur des critères plus politiques qu’économiques.

    • Franck

      26 May 2020

      Vous avez peut-être raison.
      Mais le problème est que la BCE rachète toutes les dettes n incitant pas les pays mal gérés à se reformer.
      Lorsque les USA avait été fondé lors de la guerre de sécession Il n y avait pas BANQUE CENTRALE pour financer les dettes les bêtises que faisait tel ou tel état fédérés à l époque. Cela poussant à créer une union un vrai état avec union fiscale budgétaire et une vrai solidarité à grande échelle entre les Etats ruiné suite à la guerre et les autres.
      Avec l EUROPE la BCE n incite pas les pays à se reformer. Elles rassurent les investisseurs, les marchés financiers mais tuent la création d entreprises (taux intérêt négatifs).
      Les dirigeants de la BCE font tout pour sauver l euro. L ancien president lui même l avait dit. L objectif est de sauver l euro quoi qu il advienne.
      Avant l euro, les pays devaluaient leurs monnaies, le fait que l ITALIE ne puisse plus le faire depuis 20 ans alors qu avec la mondialisation des échanges depuis ce temps les exportations ont explosé. L Italie est un pays exportateur mais moins que l Allemagne. Donc dans un marché commun de l UE avec une monnaie unique, l ITALIE subissaient la concurrence des produits à plus forte valeur ajouté de l Allemagne. La contrepartie pour un pays déficitaire et endetté est de pouvoir devaluer sa monnaie (la lire) pour favoriser les exportations dans un contexte mondialisé. C était une variable d ajustement primordial pour l ITALIE autrefois. Depuis l euro, elle a bcp plus de mal à exporter et cela entraîne une baisse des marges des entreprises Italiennes car l euro est trop fort. Même auj on pense que l euro devrait descendre à 0,70 alors qu en Allemagne il devrait être à 1,40 j imagine

  • Jepirad

    25 May 2020

    Ça ne sert à rien de garder des billets fussent-ils émus par l’Allemagne ou autres pays vertueux. Autant placer son argent sur des sociétés côtées de ces pays. Me semble-t-il ?

    Répondre
  • Alban

    25 May 2020

    Acheter dollars en coupures ?

    Répondre
  • Rhub

    25 May 2020

    oui mais non : Le code d’identification du pays émetteur disparaît des billets de la seconde série empêchant l’identification du pays émetteur. À l’inverse de la première série, la première lettre du numéro de série désigne désormais l’imprimerie dont est issu le billet. Donc à moins de choisir des billets de la première série, il ne sert à rien de trier les billets.

    Répondre
  • Rhub

    25 May 2020

    oui mais non : Le code d’identification du pays émetteur disparaît des billets de la seconde série empêchant l’identification du pays émetteur. À l’inverse de la première série, la première lettre du numéro de série désigne désormais l’imprimerie dont est issu le billet. Donc à moins de choisir des billet de premières séries, il ne sert à rien de trier les billets.

    Répondre
  • Yves

    25 May 2020

    Mais y en a t-il un ici pour nous dire contre quelle devise seront échangés les euros qui sont sur un compte en Suisse ou en Allemagne par exemple ?

    Répondre
    • Nox

      28 May 2020

      Bien évidemment aucun texte ne fixe les règles à appliquer dans ce cas. Jacques Sapir avait fait une série d’articles sur l’explosion de l’euro il y a cinq ans. Il était arrivé à la conclusion que le plus vraisemblable est que les euros en question soient convertis dans la monnaie du domicile fiscal…

  • Doudou

    25 May 2020

    Pour européaniser vos avoirs monétaires en euros , vous pouvez aussi ouvrir un compte chez N26 , banque 100 % internet allemande . Tout est en francais sur l’application et le site . Quand vous ferez votre premier virement sur le compte , vous verrez que l’IBAN commence par D ( Deuchthland ) . Votre argent est en Allemagne … D’ailleurs , le virement demande 2 jours et necessite le blanc seing de votre banque française . C’est bien pour faire tous vos règlements sur internet car la banque n’accepte aucun débit , donc risque de fraude limité . Vous y laissez des faibles montants et quand ça deviendra chaud , il sera toujours possible d’alimenter votre compte N26 pour passer le we où tout explosera .

    Répondre
    • Yves

      25 May 2020

      Oui sauf que de plus en plus de banques françaises limitent les montant des virements vers l’étranger comme BNP par exemple.
      Donc pour de gros montants mieux vaut ne pas tarder.

    • Ruben

      26 May 2020

      Pour répondre a Yves.

      Ouvrez un compte Interactive Brokers. Vous pouvez acheter ou vendre et laisser sur votre compte toutes les grandes devises! USD, GBP, AUD, JPY, CAD etc… Pas de limites, et possibilité d’effet de levier sur forex ou de garder votre compte sans les différentes devises, pratique pour acheter sur les bourses étrangères !
      De plus les Euros sont conservés dans une banque Allemande (pas fous!)
      J’ai la Moitié en USD, l’autre moitié en GBP (je suis résident UK), quelques EUR et JPY

      Sinon cash: le Franc Suisse est une solution stable. Les Dollars US peuvent etre dépensés partout dans le monde. L’or aussi! (Côté en USD).

      Enfin acheter des actions Allemandes… Bon marché en ce moment mais attention a la revente! Si sur compte Francais.

  • candide

    25 May 2020

    Bonjour M Gave,

    en parlant de l’Italie, avez-vous vu le scandale judiciaire autour de la procédure contre Salvini ? Des messages entre magistrats ont été publié, démontrant qu’ils ont engagé des poursuites contre son action en tant que ministre de l’intérieur, sachant pourtant qu’il était dans son droit. C’est un peu le scandale des démocrates US contre Trump, en modèle réduit.
    Cela prélude peut-être à son retour aux affaires, mais dans des conditions différentes : entre temps, il a conquis beaucoup de régions et de sièges au sénat, et il sera en partie débarrassé de l’obstruction de la haute administration de son pays. Si de plus le crash économique de ces prochains mois rend évident la nécessité de se séparer de l’Euro, il jouera gagnant.

    Répondre
  • Jacques Peter

    25 May 2020

    En cas d’éclatement de l’Euro, j’ai plutôt le sentiment que vous devrez échanger vos billets dans la banque où vous avez un compte, peu importe la lettre qui figure sur le billet. J’ai voulu ouvrir un compte en Allemagne récemment. La banque allemande m’a dit que je ne pouvais le faire que si j’étais résident en Allemagne ou travailleur frontalier. Ca m’a beaucoup étonné. Je serais curieux de savoir si un résident français peut ouvrir un compte au Luxembourg sans restriction.

    Répondre
    • Artiste

      25 May 2020

      Oui à la BCEE de préférence à une filiale des banques françaises ,il faut remplir tous les ans une déclaration et pouvoir justifier l’origine des fonds.

    • Yves

      25 May 2020

      Vous pouvez ouvrir un compte chez N26 sans difficulté

    • Harry

      25 May 2020

      Un compte en ligne dans la banque N26 (IBAN allemand) constitut-il un compte en Allemagne à part entière selon vous ?

    • Fm06

      25 May 2020

      ING Luxembourg accepte d’ouvrir des comptes aux Français

    • Rossi

      25 May 2020

      En cas d’éclatement de l’euro est-ce qu’un compte en ligne dans la banque allemande N26 donnerait droit à des euros marks et non à des euros francs ? Merci pour la réponse

  • grandga

    25 May 2020

    Bizarre, vous parlez de garder les billets ‘A’ (entre autres), mais ils ne sont pas présents dans la liste; quelle en est l’origine ?

    Répondre
    • Olivia

      25 May 2020

      Sûrement qu’il a voulu écrire “z” pour Belgique. Faute de frappe. 😉

  • Hardy

    25 May 2020

    Mr Gave,
    AYant vécu à l’étranger (en Turquie) je puis vous dire que c’est ce que font les Turcs depuis plus de 8 ans. Ils gardent donc gentiment les billets qui commencent par des X , ça tombe bien ce sont les grosses coupures et dépensent les autres . J’y ai vécu de 2011 en 2015 et dans le bazar d’Istanbul et de Bursa j’avais été frappé par ce manège . Inutile de préciser donc qu’ils étaient quelque peu en avance

    Répondre
  • Dr Slump

    25 May 2020

    Il me semblait que l’euro c’était le même euro pour tous, mais j’apprends que la finance monétaire est décidément plus compliquée que cela, qu’il y a des euros allemands, français, luxembourgeois, portugais, etc, et que certains euros pourraient valoir plus que d’autres. Je n’y comprends donc rien, sauf une chose: à la lecture de cette article, voilà pourquoi les européistes poussent si fébrilement vers plus d’intégration, plus de transfert de pouvoirs vers l’UE.
    Quant à mes billets, ce ne sont que des français, en quasi-totalité. Tant qu’à faire, je serais plus tenté de les changer contre des francs suisse, ou des couronnes danoises.

    Répondre
    • goufio

      25 May 2020

      La monnaie n’ayant jamais eu comme rôle que l’échange, la mesure et la réserve, il est tout à fait logique que les lettres présentées par C Gave représentent la valeur actuelle et future de l’économie des pays concernés. CQFD

    • Jacques-Marie

      25 May 2020

      Oui, moi aussi je pensais qu’un billet d’euro était équivalent partout.
      Sauriez-vous quelle est l’origine de cette distinction ?
      En cas de faillite d’un état ou d’une sortie de l’euro, cela veut dire que mon tas de billet n’a pas la même valeur ?

    • bibi

      25 May 2020

      La BCE n’imprime pas de billets et ne frappe pas non plus de pièces, ce sont les banques centrales nationales qui le font et même si la monnaie papier ne représente pas grand chose au niveau de la masse monétaire totale (moins de 1500G€ de pièce et billet émis depuis la mise en circulation de l’euro), je pense qu’identifier l’imprimeur est un moyen de contrôle de la quantité de monnaie papier émise par les banques centrales nationales, car sans cela je ne vois pas ce qui pourrait empêcher un état membre de battre monnaie.

      Imaginons que la Banque de France se mette à battre monnaie, il ne faudra pas longtemps pour que les banques refusent les billets commençant par la lettre U, là vous me direz la Banque de France peut imprimer des billets commençant X mais je doute qu’il faille fort longtemps avant qu’une banque ne s’aperçoive que c’est un faux avec le numéro de série, et que l’on remonte jusqu’à l’imprimeur.

  • nico

    25 May 2020

    lumineux, faites nous voir exactement la situation de la France afin d’enfoncer le clou !!!
    merci pour votre analys

    Répondre
  • toto

    25 May 2020

    Bonjour,
    il faudrait rajouter que les billets en euro sont constitués en deux séries.
    La première (2002-2012) permet effectivement de reconnaitre le pays émetteur selon l’alphabet donné dans l’article de M. Gave.
    La seconde (depuis 2013) ne permet de ne reconnaitre que l’usine de fabrication (et qui peut produire pour plusieurs pays), or, elle a largement eu le temps de devenir majoritaire…

    Répondre
  • Antoine

    25 May 2020

    Bonjour Charles,

    Ancien entrepreneur, j’ai stoppé toutes mes activités en 2015 pour reprendre mon métier d’ingénieur industriel, car conscient que je m’appauvrissais malgré mes efforts ; Bien sur, on ne “forme” pas un chef d’entreprise comme on le fait pour un fonctionnaire, et le taux de pertes annuel “décès – suicides” est d’environ 900 pour les premiers.
    Merci pour l’information concernant les billets de banques.
    Comment pouvons nous faire pour stopper ces voyous ?

    Répondre
  • Bob

    25 May 2020

    Tout cela n’évoque la forêt de Sherwood avec le chérif de Nottingham… Et j’attends Robin des bois

    Répondre
  • Paulin

    25 May 2020

    Comme toujours un article tres plaisant a lire
    Par ailleurs habitant en France pres de Geneve j ai remarque quelque chose de curieux. Auparavant mes clients me payaient avec des billets X allemagne et depuis quelques temps je n ai que des U France or ces billets viennent des travailleurs frontaliers qui changent leurs salairess en Suisse.
    Quelqqu un gardent les billets X et laisse circulet les billets U. Et c est les banques et changeurs Suiisse.
    Au plaisir de vous lire

    Répondre
    • FredB

      25 May 2020

      Bonjour, il semblerait que depuis la seconde série « Europe », le code identifiant le pays émetteur ait été supprimé . Seul le code de l’imprimerie reste. Comment identifier les émetteurs de la seconde série? Merci à vous.

    • Pierre L

      25 May 2020

      Concernant la coquille : je crois que la lettre “A” est en fait un “Z” pour Belgique.

    • bibi

      25 May 2020

      La lettre A étant le code de la Banque d’Angleterre, il ne s’agit pas d’une coquille mais de l’expression du dépit de l’auteur de ne pas avoir vu les anglais rejoindre la monnaie unique 😉 , à moins que l’auteur ne soit en fait eurosceptique (ce qui m’étonnerait beaucoup) et qu’il s’agisse d’un trait d’humour so british.

      Au passage vous pouvez aussi garder les billets commençant par W qui est le code de l’imprimerie de Leipzig, X étant celui de Munich.

    • rogger

      26 May 2020

      Je ne crois pas que l’auteur recommande de faire des reserves de billets Belges…ce pays étant dans une situation plutôt similaire a la France

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!