https://institutdeslibertes.org/bastiat-et-la-revolution-a-venir/
Charles Gave

Bastiat et la révolution à venir

Drame affreux, j’ai laissé mon ordinateur dans un taxi, et je l’ ai perdu.Du coup,  me voilà incapable de mettre mes pensées en ordre, et cela va durer au moins une semaine pendant que je me fais rebâtir un ordinateur avec tous mes programmes habituels à Hong-Kong…

Dans mon désarroi et mon désœuvrement,  je me suis précipité sur ma bibliothèque et j’ai commencé à relire un certain nombre des livres qui figurent sur l’étage supérieur de ma bibliothèque. C’est en effet à l’étage supérieur que je range les livres que je veux retrouver tant ils m’ont impressionné.Et je suis tombé sur ce texte de Frédéric Bastiat , extrait de  » Sophismes Économiques » .Je l’ai trouvée tellement adapté à la situation actuelle dans notre beau pays que j’ai décidé d’ en faire l’article de cette semaine. Frédéric Bastiat a aimablement accepté que son texte serve d’éditorial à l’IDL,  ce dont je le remercie.

Plaise donc à Frédéric Bastiat

 

Il n ‘y a que deux moyens de se procurer les choses nécessaires à la conservation , à l’embellissement et au perfectionnement de la vie : la production et la spoliation… Notre époque me permet d’aller plus loin encore .Lorsque la spoliation est devenue le moyen d’existence d’une agglomération d’hommes unis entre eux par le lien social , ils se font bientôt une loi qui la sanctionne, une morale qui la glorifie.

Il suffit de nommer quelques unes des formes les plus tranchées de la spoliation pour montrer quelle place elle occupe dans les transactions humaines.

C’est d’abord la guerre. Chez les sauvages, le vainqueur tue le vaincu pour acquérir au gibier un droit , sinon incontestable du moins incontesté .

C’est ensuite l’esclavage. Quand l’homme comprend qu’il est possible de féconder la terre par le travail, il fait avec son frère ce partage : » à toi la fatigue , à moi le produit »

Vient la théocratie.  » selon que tu me donneras ou me refusera ce qui t’ appartiens, je t’ouvrirais la porte du ciel ou de l’enfer »

Enfin arrive le monopole. Son caractère distinctif est de laissé subsister la grande loi sociale   » service pour service « , mais de faire intervenir la force dans le débat et, par suite, d’altérer la juste proportion entre le service reçu et le service rendu.

 

La spoliation porte toujours dans son sein le germe de mort qui la tue.Rarement, c’est le grand nombre qui spolie le petit nombre..Presque toujours c’est le grand nombre qui est opprimé, et la spoliation n’en est pas moins frappée d’un arrêt fatal.Car si elle a pour agent la force , comme dans la guerre et l’esclavage , il est naturel que la force, à la longue , passe du côté du grand nombre.Et si c’est la ruse, comme dans la théocratie et le monopole , il est naturel que le grand nombre s’éclaire sans quoi l’intelligence ne serait pas l’intelligence.

Une autre loi providentielle dépose un second germe de mort dans la spoliation et c’est celle ci: la spoliation ne déplace pas seulement la richesse , elle en détruit toujours une partie .

La guerre anéantit bien des valeurs.

L’esclavage paralyse bien des facultés.

La théocratie détourne bien des efforts vers des objets puérils ou funestes.

Le monopole fait passer beau coup de richesse d’une poche à l’autre, mais il s’en perd beaucoup en chemin.

…Il arrive en effet un moment ou dans son accélération progressive, la déperdition de richesse est telle que le spoliateur est moins riche qu’il n’eut été en restant honnête.

 

Tel est un peuple a qui les frais de guerre coûtent plus que ne vaut le butin.Un maître qui paye plus cher le travail esclave que le travail libre.

Une théocratie qui a tellement hébété le peuple et détruit son énergie qu’elle ne peut plus rien en tirer.

Un monopole qui agrandit ses efforts d’absorption à mesure qu’il y a moins absorber, comme l’effort de traire s’accroît au fur et a mesure que le pis est plus desséché. Le monopole ont le voit est une espèce du genre spoliation. Il y a plusieurs variétés entre autre la sinécure, le privilège et la restriction…

 

…Souvent la Masse est spoliée et ne le sait pas.

Il peut même arriver qu’elle croit tout devoir à la spoliation et ce qu’on lui laisse, et ce qu’on lui prend et ce qui se perd dans l’opération.Il y a plus, j’affirme que dans la suite des temps, et grâce aux mécanismes si ingénieux de la coutume, beaucoup de spoliateurs le sont sans le savoir et sans le vouloir . Les monopoles de cette variété sont engendrés par la ruse et nourris par l’erreur. Ils ne s’évanouissent que dans la lumière. Je reprends la plume.

 

Bastiat,  en 1845 , décrit parfaitement tout ce dont la France crève aujourd’hui.Une théocratie a pris le pouvoir, s’appuyant sur une religion laïque , le socialisme dont les troupes ont colonisé l’état et exercent le pouvoir à leur profit exclusif.

Cette théocratie s’appuie et donc est soutenue par des monopoles centrés sur de soi disant services publics  (SNCF, EDF , Sécu, Éducation Nationale ) qui ont réussi à faire croire au peuple qu’il était gagnant dans l’opération.Du coup , la France s’appauvrit comme en 1789 quand le tiers état portait sur son dos la noblesse et le clergé .

Remplacez la noblesse par la classe politique et le clergé par la classe administrative et nous n’y sommes a nouveau.

Nous rentrons dans des temps révolutionnaires. L’alternative serait le retour à l’esclavage ou à la guerre.