FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Et voici venir 2018.

Bien entendu, je profite de cette occasion pour souhaiter à tous les lecteurs de l’Institut des Libertés tous les bonheurs et les succès qu’ils méritent ainsi que ceux qu’ils ne méritent pas plus que cela.  En ce qui me concerne, je ne sais pas trop où j’en serai si je n’avais obtenu dans la vie que ce que je méritais et je serais sans doute obligé de revenir à la définition de Pierre Dac de ce qu’est un homme libre « parti de rien pour arriver nulle part » …  

Je vous souhaite donc mes meilleurs vœux.

Hélas, j’imagine que tous les lecteurs vont me demander de préciser ce qui nous attend en 2018.

Ma réponse va être particulièrement claire : A la différence de la quasi-totalité des économistes, j’essaie de ne jamais faire de prévision puisque par définition le futur est inconnaissable et le restera toujours.

Je n’aime pas trop avoir l’air idiot et les marchés financiers à l’évidence ont été créés pour que le maximum de gens ait l’air idiot un maximum de temps et ils remplissent ces fonctions à la satisfaction générale. Je n’ai pas besoin de faire des prévisions pour ajouter à mon sentiment d’incompétence.

Et donc à la question : que va-t-il se passer en 2018, je réponds sans la moindre hésitation : je n’en ai pas la moindre idée et je soutiens que ceux qui en ont une sont au mieux des jean-foutre et au pire des charlatans (type même d’une proposition non exclusive pour ceux qui s’intéressent à la logique). 

Ce point étant acquis, à quoi peut donc bien servir un économiste qui refuse de faire des prévisions mais s’intéresse aux marchés financiers ?

Voici ma réponse : il peut aider à mettre en relation la notion de « valeur » de tel ou tel actif avec des futurs probables (mais non certains). Et cette mise en perspective peut aider le lecteur à structurer ses actifs d’une façon qui ne sera jamais certaine mais doit toujours rester rationnelle de façon à éviter dans la mesure du possible les grosses gamelles.

Pour mieux faire comprendre ce que je veux dire par là, je vais décrire ce que je sais aujourd’hui (ou que je crois savoir), ce qui n’est pas du domaine de la prévision mais d’un robuste travail.

Et cette connaissance, je vais essayer de l’utiliser pour construire un portefeuille qui à aucun moment ne fera appel à la moindre prévision.

Commençons par les monnaies.

·       Je sais de façon quasiment certaine que le Yen est grotesquement sous-évalué. Pour les spécialistes cette sous-évaluation atteint environ 25 % en termes de parité des pouvoirs d’achat (voir l’article sur ce site expliquant ce concept). Historiquement, une monnaie retourne toujours à sa parité des pouvoirs d’achats (PPA), mais on ne sait jamais quand. En pratique, il faut en général entre trois ou cinq ans. Et donc si j’achète du Yen à partir de l’Euro aujourd’hui je devrais faire entre 4 % et 7 % par an sur cette position dans les années qui viennent année après année. Est-ce certain ? Absolument pas. Est-ce probable ? Oui, avec un taux de confiance de 90 %, ce qui est bien. Le Yen va-t-il baisser en 2018 en dessous du niveau où il est aujourd’hui contre l’Euro ? Peut-être. Mais il y a longtemps que j’ai renoncé à l’idée d’acheter le jour du plus bas.

·       Venons-en aux autres monnaies dans lesquelles je peux me mettre en cash. Commençons par la monnaie Chinoise qui cherche de plus en plus à devenir la monnaie du commerce inter-asiatique. En avoir me parait être une bonne idée, mais elle n’est pas aussi attrayante qu’elle ne l’était il y a deux ans ou que les monnaies Russe ou Britannique aujourd’hui.

Et donc, si j’étais français, j’aurais mes positions « cash » en yen, en livre britannique et accessoirement en rouble russe et en Yuan, et ces positions logiques ne sont en rien le résultat d’une quelconque prévision mais simplement de constatations logiques.

Si je prends un horizon à trois ans, je devrais avoir une rentabilité moyenne d’environ 5 % par an sur cette partie du portefeuille, qui restera très liquide et me permettra d’intervenir sur les marchés des actions ou des obligations si un drame s’y produisait. Par exemple, si un tel drame avait lieu, le yen monterait très violemment puisqu’il monte toujours pendant les crises financières.

Venons-en aux marchés obligataires.

·       Le marché allemand et tous ses satellites (France, Hollande, Italie, Espagne etc…) n’ont aucun intérêt puisque je sais que les prix y sont tous faux, manipulés qu’ils sont par la BCE. Que des coups à prendre, à éviter donc et pour ceux qui en ont, à vendre toutes affaires cessantes.

·       Les marchés européens non euro (Suisse, Suède, Grande-Bretagne etc…) ont peu ou prou suivi l’exemple de la BCE et je n’ai guère envie d’en acheter, il n’y là aucune « valeur » évidente.

·       Les obligations US en dollars ? Voila qui est un peu mieux et je pourrai m’acheter des T bonds à 7 ans par exemple, mais je prends un risque de change vis-à-vis de l’euro et couvrir la position de change me bouffe tous mes intérêts.

·       Et donc je me retrouve en train de m’acheter des obligations Indiennes, Russes, Indonésiennes, Chinoises qui me donnent entre 4 % et 8 % par an, dans des monnaies qui risquent de monter dans le futur. Pour ceux qui ne peuvent pas le faire, je remplacerai cette part du portefeuille obligataire obligataire par du cash en yen et en livre sterling.

·       Cette partie du portefeuille devrait me donner un peu plus que le rendement immédiat des obligations que j’ai choisi, c’est-à-dire environ 7 % par an.

Venons-en aux actions.

La question à mille dollars aujourd’hui est à l’évidence : les actions vont-elles se casser la figure en 2018 ?

Ma réponse sera la réponse habituelle : je n’en ai pas la moindre idée.

Mais je peux faire une confidence au lecteur.

Dans ma vie professionnelle, j’ai trouvé beaucoup de règles qui me disaient que les actions, à certains moments comme en 2009, n’étaient pas chères et qu’il fallait en acheter.

Je n’ai jamais trouvé une règle qui me disait que les actions étaient chères et qu’il fallait les vendre toutes affaires cessantes, jamais. Ce n’est pas parce que le marché est « cher » aujourd’hui qu’il ne va pas doubler dans les douze mois qui viennent… c’est ainsi.

Armé de cette absence de connaissance où devrais-je aujourd’hui déployer mon capital-actions ?

La réponse est : là ou les actions ne sont pas chères, c’est à dire au Japon, en Asie en Grande-Bretagne et au cas par cas ailleurs en fonction d’une analyse financière classique.

Est-ce que j’utiliserai des ETF ?

Jamais de la vie

Est-ce que l’indexation est une solution ?

Certainement pas !

Ces deux techniques font l’hypothèse que les marchés vont rester ouverts et cotés en continus.

J’ai connu nombre de cas dans ma vie professionnelle où les marchés sont restés fermés et/ou quand ils ont ouvert, ils ont ouvert en baisse de 25 % sur la veille, ce qui veut dire que toutes les positions en levier ou synthétiques ont été détruites en moins d’une journée.

Si vous êtes en actions, ayez des actions et c’est tout.

Pas d’emprunts, pas de produits mathématiques, pas de hedges, pas de complications, pas de boites noires.  

Si je me concentre sur le Japon, l’Asie et quelques valeurs pétrolières (pour leur dividende), je peux espérer environ 8 % sur les 12 prochains mois, sauf s’il y a un krach important en Europe ou aux USA, auquel cas les deux autres parties de mon portefeuille feraient beaucoup mieux que ce que j’ai indiqué plus haut.

Grosso modo, ce portefeuille, fort bien diversifié et très défensif devrait me rapporter environ 7 % sur les 12 mois qui viennent, ce qui est nettement mieux que les 0.8 % que me rapportent les obligations françaises.

Dans le meilleur des cas (forte baisse ou éclatement de l’euro) je ferai 20 % ou plus.

Dans le pire des cas (hausse de l’euro, krach des actions) je tournerai aux alentours de zéro, ce qui sera mieux que la plupart des indices.

Encore une fois, je suis arrivé à ce résultat sans faire aucune prévision et pour une raison toute simple : faire des prévisions ne sert à RIEN.

Et écouter ceux qui les font n’est qu’une perte de temps.

Le but est de comprendre pour agir et non pas d’agir parce que quelqu’un a vu quelque chose dans sa boule de cristal.

Et si vous ne comprenez pas, vous ne jouez pas.

N’oubliez jamais que le « cash » à certains moments du cycle est précieux et que ces moments coïncident souvent avec des périodes où la banque centrale US retire de la liquidité des marchés, ce qu’elle a commencé à faire…

En conclusion et pour ceux qui pensent que certains sont capables de prévoir, je ne saurai trop recommander la lecture d’un classique de la sociologie moderne : « Le Devin », de Goscinny et Uderzo, dans la collection Astérix chez Dargaud.

Voilà qui est beaucoup plus instructif sur les ressorts de l’âme humaine que bien des livres qui se veulent beaucoup plus sérieux.

Et dans cette optique, je ne saurai trop conseiller en cette période de fêtes ou il est d’usage de recommander une liste de classiques propres à forger le caractère des citoyens deux autres chefs d’œuvre :

Le « Nid des Marsupilami » de Franklin, pour ceux qui voudraient savoir ce qu’être père signifie dans la réalité

Le « Schtroumpfissime » de Peyo, pour ceux qui veulent comprendre la Constitution de la V -ème République, sauf qu’à la fin de Gaulle ne revient pas.     

Rien à ajouter à ces trois œuvres immortelles qui font la gloire de la Culture Francophone. Je n’ose dire française puisque d’abord, elle n’existe pas nous a dit notre Président et qu’ensuite, deux de ces auteurs sur trois sont Belges. Mais après tout Marguerite Yourcenar aussi était Belge et a été la première femme élue à l’Académie Française. 

Bonne année à tous et bonnes lectures.

Le 1 Janvier, l’IDL entend respecter la trêve des confiseurs et rien ne sera publié ce jour-là, sauf bien sur si je venais à changer d’avis, ce qui me parait peu probable.

Bonne année à tous.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

38 Commentaires

  1. bonjour, article toujours aussi pertinent. ..pour la valorisation des monnaies qui reviennent à leur PPA il aurait été pratique de joindre le lien…avant que je n’achète quelques yens…je vous souhaite une très belle année également. CC

    Répondre
  2. « faire des prévisions ne sert à RIEN.Et écouter ceux qui les font n’est qu’une perte de temps. »

    100% d’accord!

    Et bonne année!

    Répondre
  3. Bonjour Monsieur Gave, bonne année.

    J’aimerais pouvoir publier un bouquin avec vous. Une fiction sur les Oints du Seigneur à la française. Si ça vous intéresse et que vous êtes de passage à Paris, je serai content de vous exposer l’idée en quelques minutes. Merci.

    Répondre
  4. Bonjour M. Gaves, vous dites à juste titre, n’achetez pas ce que vous ne comprenez pas. Je ne comprends pas pourquoi le YEN est sous évalué eu égard aux QE auxquels ils ont recours… Pouvez-vous m’éclairer? Meilleurs voeux.

    Répondre
  5. Bonjour,

    Tous mes voeux a l’équipe de l’institut des libertés pour cette nouvelle année. C’est un plaisir de développer ses connaissances grâce à la qualité des articles et des intervenants.

    Si je peux me permettre une suggestion pour le début d’année : Faire un point sur le Quantitative Easing de la BCE qui semble arrivé a une charnière pour son orientation future. Un avis sur pourquoi l’euro est aussi fort alors que les taux d’intérêt sont pourtant bas et manipulés semble intéressant.

    Bonne continuation.

    Répondre
  6. Merci pour ces conseils, et bonne année vous également, ainsi qu’à votre famille

    Répondre
  7. Avec d’abord mes meilleurs souhaits de bonne année à Messieurs Gave, Noé et Netter, je voudrais aussi vous remercier pour la tenue de votre site. La fin de votre mot évoque la francophonie. Ceux qui ont voyagé dans des endroits exotiques ressentent mieux ce que cela signifie. Quand cette langue tinte doucement sur les rives du Pacifique, dans des endroits de trappeur invraisemblables mais dénommés en français, dans le fin fond de la jungle africaine loin de toute route et même de la part d’étrangers au loin aussi dans la steppe ayant le français comme vraie seconde langue presque parfaitement maitrisée, cela donne une autre dimension que Paris gomme parfois égoïstement. Merci et à l’année prochaine!

    Répondre
    • oui, je suis tout à fait de votre avis ayant beaucoup bourlingué dans ma vie active;
      c’est pour cela que j’espère mais sans y croire en la réforme du service public de l’audiovisuel français, le fameux PAF!
      Macron parait-il a passé un savon mémorable à nos énarques de ce service public (« la honte de la France », j’en connaît d’autres des hontes de la France!); je n’en crois pas un mot car son interview déambulatoire récente avec un journaliste on peut plus lisse de FR2 ne présage rien de bon en matière de réforme;
      quand vous êtes expatrié et que vous ne pouvez vous payez qu’un modeste bouquet de chaines internationales, TV5 Monde, malgré ses limites, fait bonne figure; en France métropolitaine il suffit d’une chaine nationale (FR2) et une chaine régionale; le reste des efforts devrait porter sur TV5 monde qui fait plus que 100 Macron pour le rayonnement de la France et du français!

  8. Merci pour ces suggestions. Mais apres 2012/2013 les annees des bonds, 2016/2017 les annees des stocks, ne pensez vous pas que nous entrons dans les annees des commodities ?

    Les commodity ETFs ont eu des performances mediocres ces 2 dernieres annees. La croissance mondiale synchronisee devrait favoriser ce type d’actifs.

    Répondre
    • « Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ».

  9. Jouyeux Noël à tous,

    Je ne comprends pas la sous évaluation du yen.
    Comment un pays vieillissant ( 50 millions de japonais en moins en 2050), avec une dette de 250 % du pib, 10 % de déficit annuel, une épargne financière qui font comme neige au soleil levant et dépendant de l extérieur puisque c est une île peut espérer voir sa monnaie s apprécier ? L histoire ne se répète jamais mais rime souvent, j imaginais plutôtla république de Weimar de l entre deux guerre pour la monnaie japonaise comme scénario ! Pouvez vous m éclairer sur le sujet ?
    Merci à tous pour ce que vous faites.

    Répondre
    • Bien d’accord avec vous… et M. Delamarche qui dit peu ou prou la même chose… J’espère aussi d’être éclairé sur ce sujet.

  10. Bonne année monsieur Gave et longue vie heureuse et en santé.

    Que pensez-vous du dollar US que j’ai en quantité non négligeable?

    Répondre
  11. Joyeux Noël Monsieur Gave ! 2 ans et demi que je suis l’IDL et c’est toujours un grand plaisir de vous lire.

    Répondre
  12. Vous faîtes bien!

    https://www.youtube.com/watch?v=9kxymKvjoYM
    Dieu ne compte que jusqu’à 1

    Nous venons de lire, Tintin au pays de l’or noir
    avec « Abdallah, parfaitement satisfait de son enlèvement, du moment qu’il dispose de ses jouets et farces et attrapes »

    Maintenant le Lotus Bleu
    chine, corée du nord
    en filigrane soros = +- basil zaharoff ou Rastapopoulos

    Au fait Allan Thompson = +- le dirty derp state est le capitaine du RAMONa.

    Alors voici ma prédiction, à peine 50% de wishful thinking,
    Noel 2018 les réseaux soros sont à la retraite
    2019 2020 leurs salariés

    Répondre
    • reponse à Monsieur Ramon

  13. Mauvaise
    Allocation du
    Capital
    Ruine
    Objectivement le
    Nantis.

    Répondre
    • Merci Mr Gave
      Pour votre regard sur le monde et la façon que vous avez de le décrire.

      François.

  14. John Kenneth Galbraith disait:Il y a deux sortes de prévisionnistes en finances, ceux qui ne savent pas et ceux qui ne savent pas qu’ils ne savent pas.

    Répondre
  15. Bonjour monsieur GAVE,

    C’est la première fois que n’intervient sur le site, je suis un fidèle lecteur de vos travaux. J’en profite pour vous dire un grand merci pour vos partages. Depuis que je vous ai découvert je ne rate aucun de vos articles du lundi.

    Je suis un simple investisseur individuel qui essaye de gérer aux mieux son épargne.j’ai tenté de devenir un stockpickeur. Mais pour être honnête la tâche est difficile, et je préfère passé mes weekends en montagne plutôt qu’à lire des bilans comptables…

    Après avoir lu, le livre de monsieur John BOGLE, écouter les conseils de monsieur BUFFET et tout ce que j’ai trouvé au sujet des etf. Mon objectif était de faire une stratégie de buy and hold avec des etfs. Seulement votre article ( « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les indices boursiers sans jamais oser le demande ») ma refroidie ainsi que vos commentaires sur les etf.

    Pourriez-vous m’éclaircir je vous prie ?

    Sachant que seulement 20% des gérants battent leurs indices de référence ne penser vous pas qu’un investisseur individuel devrait acheter le marché et le garder à vie et composer les intérêts? Comme la bourse rend en moyenne 9% par an sur du long terme, un investisseur fainéant pourra investir sur les marchés boursiers. Il faut bien sur etre prêt à supporter les très fortes baisses, mais comme tout investisseurs boursiers.

    Quels sont pour vous les défauts d’une telle stratégie ?

    Je vous remercie si vous pouviez m’aider à y voir plus clair.

    Amitiés
    Adrien

    Ps: bonne fête à tous

    Répondre
    • J’avoue ne pas comprendre l’aversion de Charles Gave aux ETFs.
      Je les utilise comme outils de gestion passive sur lesquels je fais du « dollar average ». Ils presentent l’avantage d’acceder facilement a des marches difficiles d’acces aux investisseurs particuliers et sont generalement beaucoup moins chers que des fonds de gestion active.
      C’est selon moi une bonne facon de diversifier une partie de son portefeuille (ce n’est pas l’unique produit que je detiens et je ne crache pas sur la gestion active dans sa totalite).

      Ceci dit, je crois lire en filigrane que Charles Gave se mefie des ETFs synthetiques plutot que des ETFs qui detiendraient le panier d’un indice : je ne partage pas son analyse mais il est vrai qu’il existe une difference constituee par le swap de performance et le risque de contrepartie associe.
      A vous de lire le prospectus des ETFs dans lesquels vous souhaitez investir et de vous assurer que vous comprenez comment ils fonctionnent et dans quels cas vous pouvez perdre votre chemise (ce qui est toujours possible avec des ETFs actions et certain avec des ETFs obligations si les taux remontent).

  16. Joyeux Noel et Meilleurs Voeux a tous. Mr Gave? Pourquoi pas les Francs Suisses? N’est ce pas la une valeur sure?

    Répondre
    • bonjour,

      La semaine dernière vous avez posé une question intéressante sur la réforme fiscale qui doit être structurelle et surtout contracyclique.

      Le Président Trump est je pense humblement avec Kennedy père le meilleur politique financier US depuis le début XXième en exercice pour comprendre cela.
      Il a par exemple acheté ce qui devait être le pendant de la Maison Blanche au soleil (selon la vente/donation faite à l’Etat de Mar a lago), alors qu’il allait:
      1/ subir/subissait un très gros bas de cycle
      2/ être élu Président 30ans après.

      Cette réforme est contracyclique.
      Je prends la peine de le dire car cela nous donne une indication majeure pour une évolution probable des marchés.
      Vous n’allez pas être contente, car on en reparlerait les semaines suivantes et pas maintenant. De même que votre question à 1trilliard alors qu’apparemment Monsieur Gave, pendant la trêve des confiseurs ne répond qu’à des questions à 1000 dollars. 😉

      Cependant donc concernant le franc suisse ou la BNS
      https://lilianeheldkhawam.com/about/

      bonnes f^tes

    • Manipulés comme tout le reste, voir bilan BNS, la valeur du CHF à mon avis ne correspond pas à la réalité,

    • Valeur sûre arrimée à l’ Euro me semble-t-il… Mais après tout pourquoi pas si l’on ne cherche pas un profit spéculatif ?

  17. Bonjour Monsieur,
    petite rectification le créateur du Nid du Marsupilami et pas des , est André Franquin et pas Flanklin !!!!!
    Ensuite Marguerite Yourcenar a été élue à L’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1970, 10 ans avant L’Académie française ! Soyons quand même un peu chauvin nous les petits belges
    Bonne fête à vous cher Monsieur

    Répondre
  18. Excellent Noël à toute l’équipe, au plaisir de vous retrouver en 2018 pour de nouvelles macronneries !

    Répondre
  19. Bonjour M. Gave,

    C’est toujours un plaisir de vous lire et de voir votre philosophie (de vie ?) mise en oeuvre.

    Concernant les actions japonaises, vous dites qu’elles ne sont pas chères alors que le Nikkei est dans les niveaux les plus hauts (à la hauteur du « iron coffin lid »)… qu’est-ce qui vous conduit à avancer cela ?

    Par ailleurs, avez-vous quelques valeurs japonaises à conseiller ?

    Joyeuses fêtes.

    Répondre
  20. Bonjour et Joyeux Noël

    Tout cela me paraît bien intéressant…

    Mais votre lettre a maintenant une audience tellement large qu’il faudrait parfois être plus concret.

    Comment (et où?)ouvrir un compte pour pouvoir faire tous les investissements préconisés.
    Comment détenir des yen par exemple ou bien « avoir de belles valeurs du style Air Liquide ou Schneider, et le échéant de mettre son cash en monnaie Japonaise et ses obligations en monnaie chinoise » « le tout déposé dans une banque anglaise en dehors de la zone Euro ».
    Pouvez-vous donner des exemples?

    Merci de vous adapter à des intellos non encore boursicoteurs.

    Bravo pour la qualité de vos éditoriaux que je lis toujours avec beaucoup de plaisir.

    Répondre
    • C’est simple.Ouvrir un compte chez le courtier en ligne:interactive brokers avec lequel il est possible de convertir toutes les monnaies mondiales.Perso,j’achete tous les mois des dollars sur mon compte en devise de base « dollar » et non pas « euro » que l’on choisit a l’ouverture du compte.
      Pour les actions japonaises ,comme indique sur ce site,le plus simple ce sont les sivav japonaises.Pour les obligations ,je ne sais pas ou alors en fonds mais trop charges en frais;il y a DSUM pour les oblig chinoises,c’est un ETF.
      Voila,c’est assez simple.
      Jeanluc

    • Si je peux apporter ma modeste pierre à l’ édifice :

      Téléchargez l’ application REVOLUT.

      Déjà, cela vous fera un compte online britannique. En fait Revolut est une appli mais elle vous fait un compte à la Lloyds Bank. Déjà mieux que d’ avoir votre argent prêté aux copines de la BCE en Europe.
      Cela prend quelques minutes et juste une photo d’ un papier d’ identité.

      Pour la partie « wealth management » : le menu indique « coming soon ». Gageons qu’ il sera prometteur. Pour l’ instant vous pouvez avoir du cash en multiples devises y compris cryptomonnaies.

      I hope this helps…. à suivre !

    • Merci
      Je pense que si je suis le conseil de Charles Gave il faut en même temps acheter des actions pour équilibrer les risques.
      Mais cela est quand même très intéressant.

    • Jean-Luc,
      Merci pour l’information sur DSUM. J’ai cherché un tracker ou autre support pour des obligations russes et j’ai pas trouvé. Est ce que vous connaissez une solution?
      Merci.
      Bien cordialement.
      A.

    • Jean-Luc, Résistant, merci de vos tuyaux ! Une question, pas de frais de courtage ok, mais il y a des frais de change je suppose, c’est à dire, si je pouvais faire un aller retour € – £ instantanément, combien cela ferait de frais… ? 1%, 2%, plus? Merci encore a vous et meilleurs voeux!

  21. Joyeux Noël et heureuse nouvelle année dans la foulée!

    Répondre
  22. Joyeux Noël !

    « deux de ces auteurs sur trois sont Belges ». Sauf que vous citez 4 (Uderzo, Goscinny, Peyo, Franklin) !

    On peut donc vous appliquer la vielle blague : « Il existe trois sortes de banquiers : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter ».

    Bien à vous.

    Répondre
    • A l’époque du Devin (et avant la mort de Goscinny), Uderzo n’était « que » dessinateur d’Asterix, donc on parle bien de 3 auteurs. Un franco-polonais Goscinny et 2 belges Peyo et Franquin 😉

      Bonne année & Bonne santé !

  23. Joyeux Noël! Bon, ben moi je vais m’acheter des mangas.

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *