FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Je viens de passer une semaine à  Londres, où j’ai résidé de 1981 à 2003 et où je retourne avec plaisir aujourd’hui tant on y respire à nouveau un air de Liberté.Le contraste avec Paris est saisissant.La ville est en plein boom.Le ciel est parsemé de grues immenses, signe qui ne trompe jamais que  le bâtiment va. Et quand le bâtiment va, tout va….Les restaurants et les bars sont pleins, la circulation impressionnante et les boutiques regorgent de marchandises et de clients.La ville est d’une propreté impressionnante …Partout des signes indiquent que les commerces ou les entreprises recherchent du personnel. Depuis l’élection de Cameron , plusieurs centaines de milliers d’emplois ont été créés et cela se remarque tant tout le monde À l’air affairé, marchant d’ un pas vif et la foule est souriante.Et l’on entend parler dans la rue à peu près toutes les langues du vieux continent et ceux que l’on croise ont plutôt trente ans que soixante.Bref, j’ai  retrouvé le Londres de la fin des années 80 et du début des années 90 qui était et qui est redevenue la véritable capitale de l’Europe.

Et pourtant, je suis revenu convaincu que la Grande – Bretagne allait quitter l’Union Européenne, et cela me chagrine beaucoup.
Et la raison en est simple.

L’Angleterre a littéralement ” inventé”  la Démocratie moderne et elle supporte de plus en plus mal la dictature technocratique imposée en Europe par des gens que personne n’a élu et que personne ne peut virer.
Mon meilleur ami est un membre non héréditaire de la chambre des Lords, nommé à ce poste par la Reine  sur proposition de John Major. Il représente à mes yeux ce qui se fait de mieux dans le domaine politique.
Courtois, cultivé, tolérant, modéré, il recherche avec passion la discussion avec ceux qui ne sont pas d’ accord avec lui, toujours pour arriver à ce qu’il appelle en souriant ” un merveilleux compromis”.
Or, cet homme qui a plus de 80 ans et qui a des racines à la fois Anglaises et de l’Europe du Sud , qui a épousé une Italienne après avoir passé son enfance au Portugal est en train d’arriver à la conclusion que l’Europe de Bruxelles est un danger pour la Démocratie en Grande-Bretagne et une menace pour les libertés individuelles de chaque citoyen.
Et entre la Liberté et l’Europe technocratique de Bruxelles, tout Anglais, de gauche comme de droite, choisira toujours la Liberté.
Pour lui, la Commission, composée de politiciens minables, en général battus aux élections dans leur propre pays (Juncker, et Moscovici en sont de merveilleux exemples) est un monstre juridique et politique.

Elle a en effet l’initiative totale des nouvelles réglementations, ayant complètement  mis sur la touche le Conseil des Ministres.
Et ces réglementations, préparées par des fonctionnaires inamovibles que personne n’a élu et qui ne paient d’impôts nul part ont prééminence sur les Lois passées par la mère de tous les Parlements, Westminster et même sur les Constitutions Nationales.
La cour de Justice, truffée de juges ayant exercé leur haute compétence dans les anciens pays de l’est (communistes) a également prééminence sur les plus hautes autorités judiciaires Britanniques.

Voilà qui donne confiance.

Avoir comme magistrats des Juristes qui ont obéi aux communistes ne me semble pas être un gage de compétence et d’indépendance. On me dira que c’est mieux que des juges issus de l’école nationale de la magistrature, mais entre la peste et le choléra, je ne vois pas pourquoi les Anglais devraient choisir.

La banque centrale Européenne, bien que la Livre ne fasse pas partie de l’Euro, se croit autorisée à ” réglementer” la City en en changeant complètement  l’esprit.

Dans la City, tout ce qui n’ était pas formellement interdit était autorisé. (Esprit Anglo-saxon)
L’Europe, sous la pression Allemande et Française veut que tout ce qui n’ est pas expressément autorisé soit interdit.( Esprit de Code Civil)
La Commission s’est même crue autorisée à réglementer le salaire et les bonus dans la City.
Le Droit Anglais, droit de jurisprudence (Common Law) est lentement en train d’être remplacé par un droit codifié, ce qui est une abomination pour tout citoyen Britannique.

Le Droit est chose vivante et le remplacer par une construction intellectuelle sortie de la cervelle de puissants juristes du type de monsieur Hollande n’enthousiasme pas les élites ou le Peuple outre Manche.
Entre l’état de Droit et le Droit de l’État, les Anglais ont choisi il y a bien longtemps le premier, au contraire des Français par exemple.

Et les Anglais ont l’impression d’avoir été roulés dans la farine.

La Grande-Bretagne s’est engagée en Europe sur la promesse que les traités amèneraient  à la libre circulation des personnes et des capitaux et à un accroissement des libertés individuelles.
Dans la réalité, des pays comme la France ont quasiment refusé toute concurrence dans des domaines nationalisés tels que les transports, la Sécurité Sociale ou l’énergie tandis que l’Allemagne refusait de déréglementer tous  les secteurs dans lesquels elle n’était pas concurrentielle comme les services en général et les services financiers en particulier.
Du coup et compte tenu du fait qu’ils sont les mieux gérés en Europe, les Anglais voient affluer chez eux toute la misère du monde (qui passe par Calais) et leurs services publics ne peuvent satisfaire à la demande tandis que leur immobilier atteint des niveaux complètement fous et la classe moyenne en souffre.

Cerise sur le gâteau, comme la Grande-Bretagne a été bien gérée depuis quatre ans, au contraire du reste de l’ Europe , sa croissance a été plus forte que celle de ses voisins et ses contributions au budget Européen que personne ne contrôle puisque les auditeurs refusent d’en certifier les comptes depuis des années explosent à la hausse.

Il s’agit la d’une prime incontestable à la mauvaise gestion.

Ceux qui se reforment payent plus pour autoriser les cancres à rester nuls. Monsieur Cameron doit payer parce que monsieur Hollande est nul.

Plus la France s’enfonce, plus la Grande -Bretagne doit payer, ce qui est un peu ce qui se passe entre l’Italie du Nord et du Sud.
Et chacun a pu constater le succès de ce modèle.

On croit rêver ou plutôt cauchemarder.

Devant ce désastre, le nouveau parti UKIP, mené par un tribun hors pair (Nigel Farage) fait des ravages tant dans l’électorat conservateur que dans l’électorat  populaire tandis qu’il est fort probable que le parti travailliste va perdre tous ses députés en Écosse (41) aux prochaines élections, au profit du parti indépendantiste.

Ce qui veut dire que l’équilibre institutionnel Anglais fondé sur deux grands partis va voler en éclats et que nous allons nous retrouver avec des gouvernements de coalition , ce qui rappellera l’Italie une fois encore et va rendre le pays beaucoup plus difficile à gouverner.

Le lecteur aura compris que si les choses restent en l’état, la sortie de la Grande Bretagne de l’union est inéluctable.
Le chemin dans lequel les élites Européennes ont engagé le vieux continent est tout simplement incompatible avec toutes les Valeurs qui font la spécificité de la Démocratie Anglaise.

Et si le Royaume Uni venait à quitter la communauté Européenne après un référendum en 2017 ce serait un véritable désastre.

Non pas tellement pour les Anglais d’ailleurs, mais pour nous.

Pour moi, avoir les Anglais à bord a toujours été un signe que rien n’était perdu et que les fous du style Trichet Lamy et Delors pouvaient être maintenus sous contrôle.
Une Europe sans le Royaume-Uni perdrait toute crédibilité démocratique et la technocratie et le capitalisme de connivence pourraient s’y déployer sans aucune contrainte.
Nous nous retrouverions dans une URSS ” molle”, condamnée à la stagnation et à sortir de l’Histoire.
Certes, je sais que de nombreux Français seraient enchantés de voir le Royaume Uni repartir vers le large.

Qu’ils réfléchissent deux minutes.

Sans les Anglais, nous parlerions Allemand ou Russe aujourd’hui, et cela ne serait pas un progrès.
Français je suis, et Anglophile de cœur je reste.
J’ai écrit il y a plus de 12 ans, dans” Des Lions menées par des Ânes”, que la tentative de créer un État Européen, manifeste dans la création de l’Euro, allait tuer l’Europe que j’aimais.
Car j’aime l’Europe d’Adenauer , de Schumann, de Gasperi autant que je déteste celle de Jean Monnet et de Delors.

Le suicide de l’Europe, commencé en 1914 continue, hélas .

Et derrière ce suicide, toujours la bêtise inimaginable de la classe dirigeante Française, dont la suffisance n’a d’égal que l’incompétence.

Catégories: Charles Gave, Economie

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s'est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 " Des Lions menés par des ânes "(Editions Robert Laffont) où il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage "L'Etat est mort, vive l'état" Editions François Bourin 2009 prévoyait la chute de la Gréce et de l'Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal research (www.gavekal.com) et Gavekal securities.

Partager sur