FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

 

Tout le monde au Moyen-Orient connait la blague du scorpion et de la grenouille. Un scorpion veut traverser une rivière et demande à une grenouille de le porter sur son dos. La grenouille refuse en lui disant qu’elle craint d’être piquée, ce à quoi le scorpion répond que ce serait idiot de sa part puisque tous les deux se noieraient. Bonne fille, la grenouille, convaincue par l’argument, accepte de faire traverser le scorpion. Au milieu du fleuve, bien entendu, le scorpion pique la grenouille qui avant de couler lui demande  » Mais pourquoi as-tu fait ça ?  » Et le scorpion de répondre « parce que nous sommes au Moyen-Orient ».

Voila une historiette qui résume parfaitement ce qui se passe là-bas depuis des décennies…

Mais si j’osais un commentaire, je dirais que les choses vont de mal en pis tant les locaux, non contents de se taper dessus avec beaucoup d’entrain, doivent aussi faire face à des interventions de puissances étrangères qui semblent beaucoup plus intéressées par les hydrocarbures que par la vie et le bonheur des populations locales.

Je me hasarde donc à commenter ce qui se passe là-bas mais je tiens à souligner dès le départ que ce ne sont là que des hypothèses et que je n’ai aucune information spéciale. Je vais simplement essayer d’expliquer le déroulement de ce qui s’est passé en Syrie avant que d’esquisser des futurs possibles.

Revenons en arrière, avant que la guerre civile «?» ne commence en Syrie dans la foulée des révolutions du printemps arabe.

Acte un.

La Russie fournit 40 % de son gaz à l’Europe. Sans le gaz Russe, l’économie allemande s’arrête, surtout depuis la fermeture des centrales nucléaires par madame Merkel. Ce qui rend l’Allemagne très insensible aux exhortations américaines quand il s’agit de punir la Russie et qui agace beaucoup de gens aux USA.

Des découvertes gigantesques de gaz ont été faites au Qatar et le projet de bâtir un pipeline qui irait du Qatar à l’Europe, en passant par la Syrie et la Turquie est proposé. Le problème est que les Qataris sont des Wahabites acharnés, c’est-à-dire les plus fondamentalistes des musulmans sunnites et les plus grands pourvoyeurs de fonds au terrorisme Islamiste tandis que le pouvoir en Syrie est détenu par une branche du Shiisme, les Alaouites. Or Shiisme et Sunnisme sont engagés dans une lutte à mort depuis la disparition du prophète, que Dieu le garde. (On n’est jamais trop prudent !).

Hors de question que les Qataris fassent affaire avec des Shiites. Heureusement, la majorité de la population en Syrie est Sunnite, et il suffirait de déclencher une révolution « démocratique » en Syrie qui permettrait aux Sunnites de prendre le pouvoir et tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes. (Voir l’interview hallucinante de Roland Dumas sur le net à ce sujet, expliquant que deux ans avant la révolution syrienne, il avait été approché par des anglo-saxons pour savoir quelle serait sa réaction si un coup d’état avait lieu à Damas). Et hop, la révolution commence en Syrie et c’est la fin du premier acte.

 

 

Acte deux

Les non Sunnites en Syrie (Alaouites, Chrétiens, Kurdes…), qui comptent pour 40 % de la population environ et  qui savent fort bien que la durée de vie des minorités dans les pays à majorité Sunnite est fort brève, continuent de soutenir Assad, qui refuse de partir comme l’avait fait Moubarak, tandis que les Iraniens, protecteurs des Shiites, voient une bonne occasion d’aider des copains et que les Russes, qui n’ont pas envie de voir leur marché Européen battu en brèche et qui ont des comptes à régler après la révolte Tchéchène subventionnée par les Sunnites de la péninsule Arabiques se disent qu’il y a un coup amusant à jouer. Et la guerre civile de durer plus longtemps que prévu, au milieu des condamnations de toute la presse internationale rendant responsable le tyran Syrien dont BHL demande l’exécution immédiate, tout en restant lui-même bien à l’abri, selon une habitude qui lui est chère.

Acte trois.

Les Américains, qui n’apprécient pas le soutien pourtant fort feutré des Russes aux Syriens organisent un coup d’Etat en Ukraine, remplaçant le Président élu favorable à la Russie par un autre qui leur est plus …attaché. Début de la guerre civile en Ukraine, la Crimée est rattachée à la Russie « manu militari », ce qui permet à Sébastopol de rester Russe.  Fureur de la CIA qui espérait que Sébastopol, qui contrôle tout le moyen Orient, allait être arrachée aux Russes. Lesquels, agacés par le fait que leur base de Tartous commençait à être bombardée par les rebelles syriens commandités par la CIA et les Saoudiens, décident d’aider vraiment les Syriens et se rapprochent des Iraniens. On se demande vraiment pourquoi. Ce Poutine est vraiment dangereux.

Acte quatre

Les Américains imposent des sanctions extraordinairement sévères à la Russie, les Européens suivent comme d’habitude et le prix du pétrole s’écroule tout à fait par hasard. La conjugaison de ces deux facteurs met la Russie dans une situation économique extrêmement difficile et l’espoir renait chez les hommes de Davos que la Russie va s’effondrer.

Point du tout, non seulement la Russie ne s’effondre pas, mais une alliance est passée entre la Russie et la Chine pour que la Chine achète le pétrole Russe en monnaie chinoise et non plus en dollar. Qui plus est, les deux pays annoncent qu’ils veulent œuvrer en commun à la dédollarisation du monde tant ils sont exaspérés par l’internationalisation forcée du Droit Américain à quiconque fait des transactions en dollar.

Proposer la dédollarisation du monde c’est enlever aux USA le « privilège impérial » sur lequel leur empire est fondé (Voir Rueff), ce qui est le crime ultime, qui n’avait guère profité à Saddam Hussein ou Kadhafi. Hélas, la Russie ne s’effondre pas et il est difficile de l’envahir comme l’ont été l’Irak ou la Lybie (Voir les chevaliers Teutoniques, les Mongols, Charles XII de Suède, Napoléon, Hitler…) mais par contre, l’Arabie Saoudite, elle, s’effondre très, très bien

Acte cinq.

Horreur des horreurs, Trump est élu, à la place de ce parangon de toutes les vertus qu’était madame Clinton, qui elle, chacun le sait aurait continué la politique que les Etats-Unis suivent avec tant de succès au Moyen 0rient depuis des années.

Monsieur Trump se précipite en Arabie Saoudite et exige l’arrêt par les Saoudiens de toute subvention aux organisations terroristes qu’ils entretenaient grassement depuis des années. Quelques semaines après son passage, un bon vieux coup d’état est organisé, un jeune prince bien propre sur lui prend le pouvoir et tous les vrais croyants de la religion de paix et d’amour qui subventionnaient le terrorisme Islamique sont envoyés en prison et dépouillés des excédents financiers qui leur encombraient les poches.

Ayant remis de l’ordre en Arabie Saoudite qui, dans la foulée, remet elle-même de l’ordre au Qatar pour exécuter les ordres des Etats-Unis, le Président satisfait retourne à sa bagarre contre ses vrais ennemis, les stipendiaires de l’Etat profond US (CIA, FBI, DOJ, affaires d’armement etc…).

Et du coup, il ne s’intéresse plus guère à ce qui se passe en Syrie, préoccupé qu’il est par des choses autrement plus importantes comme « Stormy Danielle » avec laquelle le Président aurait eu une liaison 12 ans avant, le procureur Mueller et les élections de l’automne 2018, sans doute les plus importantes de l’histoire de la Nation.

De Washington, et après les délais d’usage, il annonce son intention il y a un peu moins d’une semaine de se retirer de Syrie, ce qui force immédiatement le président Assad à gazer une partie de sa population pour empêcher à tout prix le départ des américains.

Voilà pour le passé.

Ayant raconté de façon totalement convaincante et objective l’historique et le déroulement de la guerre civile et du conflit en Syrie, il me faut maintenant en venir à l’état des forces en présence après ces escarmouches qui, après tout n’ont fait que quelques centaines de milliers de mort et des millions de réfugiés dont on est sur qu’ils assureront enfin une croissance pérenne à l’Europe en plein effondrement démographique.

Premier point : les Etats-Unis ont perdu cette guerre, comme ils avaient perdu celle du Vietnam et vont devoir se retirer du Moyen-Orient, ce qu’ils feront d’autant plus facilement qu’ils sont redevenus auto-suffisants en énergie.

Deuxième point : qui contrôle le Moyen Orient contrôle l’Europe, laquelle se trouve dans la position du chapon bien gras (le chapon est un coq eunuque), sans aucune défense militaire et entouré de renards faméliques.

L’Europe heureusement a plusieurs solutions pour assurer sa défense et éviter l’envahissement.

  • Se soumettre (Islam veut dire soumission), ce qui est la solution la plus probable, retenue par Houellebecq
  • Faire ce que la nouvelle Autriche-Hongrie recommande, bâtir des murs pour empêcher les envahisseurs d’arriver (stratégie de la grande muraille de Chine contre les Turcs, pardon les Mongols). Les lignes Maginot ont rarement fonctionné dans l’histoire, mais elles permettent de gagner du temps et autorisent parfois à se rebâtir une armée, comme les Anglais l’ont montré en 1940, aidés qu’ils étaient par la Manche.
  • Payer aux USA quelques centaines de milliards de dollars par an de tribut pour que ceux-ci continuent d’assurer notre défense, reconnaissant ainsi le statut de colonie de la vieille Europe, ce qui aurait le mérite de la clarté.
  • Au cas où les USA ne seraient pas intéressés, confier sa protection à une tierce partie, c’est-à-dire payer le tribut à une armée existante et de bonne qualité. Il en existe deux aux frontières de l’Europe, qui toutes les deux ne demandent que ça, la Russie ou la Turquie.
  • Enfin, recréer des forces militaires importantes qui hélas ne comprendront que des vieillards commandant à des fils d’immigrés, messieurs Juncker et Barnier menant au combat les jeunes recrues originaires de Molenbeek. Je ne sais pas pourquoi, j’ai comme un doute.

Troisième point, plus financier celui-là, la dédollarisation du monde, et en particulier du monde du pétrole va s’accentuer. Or, d’après mes calculs faits à la louche, il existe dans le monde près de 1500 milliards de dollars dans les bilans des sociétés pétrolières ou de commerce international qui sont là uniquement pour servir aux achats et aux ventes de pétrole. Ces 1500 milliards, inutiles à terme, vont « refluer » vers les USA, entrainant sans doute une baisse profonde du billet vert. Imaginons que l’Euro repasse à $1. 40 /euro. Voilà qui ne ferait pas souffrir l’Allemagne qui resterait compétitive à ce niveau, mais voilà qui serait mortel pour les économies du Sud de l’Europe et amènerait sans doute à la mort de l’Euro (enfin une bonne nouvelle !)

Quatrième point, totalement financier : dans ce monde la Chine va faire au monde financier ce qu’elle a fait au monde industriel dans les vingt dernières années. La place financière la plus importante va devenir Hong-Kong et non plus New-York puisque Hong-Kong sera chargé d’investir les excédents d’épargne de la zone Asiatique alors que l’Europe et les USA seront en plein déficit d’épargne. Pour ce faire, elle aura besoin d’aide et trouvera cette aide fort naturellement dans la City dont les liens avec HK sont plus que centenaires.

Dernier point : Tout cela laisse Israël dans une situation compliquée surtout si monsieur Trump décide de sortir de l’accord nucléaire avec les Iraniens. On pourrait craindre alors des frappes Israéliennes « préventives » sur les installations nucléaires Iraniennes ou Syriennes et une escalade vers les extrêmes à la Clausewitz ne serait pas improbable dans ces conditions.

Conclusion

  • Achetez la City.
  • Vendez votre immobilier en Europe, achetez au Canada ou aux USA en empruntant des dollars.
  • Vendez toutes vos obligations en Europe.
  • Vendez l’Euro.
  • Vendez tout ce qui de près ou de loin a à voir avec les Etats Européens, banques, services publics, compagnies d’assurance.
  • Achetez des obligations Russes, Chinoises ou Indiennes.
  • Ayez la majeure partie de vos actions en Asie.
  • Gardez votre cash en yen et en Yuan.

Et si tout cela vous fout une trouille bleue

Achetez quelques pièces d’or et allez visiter l’Australie et la Nouvelle Zélande pour y acheter une résidence secondaire et/ou y ouvrir un compte en banque.

Dans le fond, aucune raison de changer mes recommandations précédentes.

 

 

 

NDLR

Après de longues délibérations, on était retenus ex

« (Manu) La république attend des catholiques trois dons :
– Le don de votre sagesse
– Le don de votre engagement
– Le don de votre liberté

Traduction :
J’exige de vous
– que vous ne fassiez pas trop de bruit
– que vous payez vos impôts
– faites attention quand même! vous pourriez avoir des ennuis »

 » on ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique » Macron

Traduction: nous ne ferons rien contre le terrorisme (arrêter l’immigration extra-européenne et expulser les islamistes, arrêter de soutenir certains groupes djihadistes et s’allier véritablement aux puissances qui le combattent réellement,…) nous trouvons donc un prétexte farfelu pour de un ne rien faire et de deux faire passer une autre escroquerie dont le but est de favoriser un pouvoir au dessus des Etats. »

« l’immigration se révèle une chance d’un point économique, culturel, social » Macron

Traduction: en réalité, l’immigration se révèle une malchance d’un point de vue économique, culturel et social.

« Il faut avoir de la détermination, de l’efficacité et de l’humanité. L’humanité sans l’efficacité, ce sont de belles paroles. L’efficacité sans l’humanité, c’est de l’injustice » Macron

Traduction: et en même temps

Second

David-John Vigna

 

« Valeurs de la République » : consentement à l’impôt
« Ordre républicain » : foutre la paix aux délinquants et pressurer les automobilistes
« oeuvrer à la paix sociale » : légalisation des herbes stupéfiantes
« Libérer la croissance » : créer un service qui va créer des dossiers qui vont créer de nouvelles règlementations.
« Lutter contre le terrorisme » : bombarder les gouvernements qui nous refusent les prix d’amis pour nos besoins énergétiques.
« Défense des minorités » : haro sur la majorité
« Plan d’investissements industriels et de recherches » : ah non, je n’ai jamais entendu cela, pardon..
« Bonne année 2018 » : augmentation des impôts

Les heureux gagnants peuvent se faire connaitre en envoyant leur adresse physique et leur choix de livres dédicacés

 

info@institutdeslibertes.org

 

Bravo à tous, le niveau était excellent .

 

 

 

Catégories: Economie, Mis en avant

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

71 Commentaires

  1. Amusante histoire que celle du scorpion et de la grenouille ! je ne la connaissais pas sous sa forme moyen-orientale ! Rappelons qu’elle est issue de la fable d’Esope, à la fin de laquelle le scorpion répond à la grenouille « Parce que c’est dans ma nature ».
    Peu connue en France (pas reprise par La Fontaine ?), elle fait en revanche partie de la culture populaire américaine, et on la retrouve citée dans de nombreux films.

    Concernant le concours (fin de l’article), sur le commentaire de Jiashanlu relatif aux propos du PR sur les catholiques, je le renvoie à cet intéressant article de La Croix, qui cite in extenso le discours … Peut-être était-il excessif d’y voir un énième complot euro-mondialisto-libéral !…
    https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/trois-dons-Macron-attend-catholiques-France-2018-04-09-1200930419

    Répondre
  2. Bon, ben je vais me remettre au russe, et à lire Houellebecq…
    Peut être même lire Houellebecq en russe.

    Répondre
  3. « on ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique » Macron

    C’est de la pure pensée jupitérienne qui échappe totalement au commun des mortels, la lutte contre le réchauffement climatique se faisant en interdisant de plus en plus l’automobile en ville cela va au final combattre le terrorisme puisqu’il sera devenu impossible à un véhicule foncer dans la foule.

    Répondre
    • Bonjour SX

      A mon avis, ils importent actuellement car le baril ne coûte pas cher mais si le prix remontait sensiblement les US pourraient relancer leur production de pétrole de schiste (d’ailleurs, c’est pour casser cette filière de production que les saoudiens ont volontairement maintenu un prix du baril bas). Donc on comprend pourquoi ce renard de Trump souhaite quitter le moyen orient.
      Dis moi ce que tu en penses.

  4. Bonjour Mr Gave,
    Excellent article, merci pour la synthese.
    Question sur le Hong Kong Dollar, qui est indexe sur le US Dollar mais est techniquement une monnaie appartenant a la Chine.

    Conseiller vous l’epargne en HKD ou cela est-il trop risque a cause de l’indexation sur le US Dollar?

    Répondre
    • Bonjour Mr Gilles
      Votre question est pertinente.
      Je pratique depuis de très longtemps la finance en Asie ,hors de l’extortion fiscale Européenne.
      Même si le HKD subit indirectement et discrètement l’influence de Pékin je pense que le « link  » entre le HKD et le USD n’estpas prêt d’être abandonné en faveur du RMB.
      Deux raisons pour cela :
      -Il faudrait que le RMB devienne totalement convertible, ce qui n’est pas pour demain.
      – Je ne suis pas certain que cela arrangerait la Chine ,tout au moins pour le moment.
      Je considére qu’aucune monnaie ou »asset » n’est jamais totalement sûre, et peut »tomber , même l’or bien qu’en cas d’un conflit mondial possible ce serait l’ultime refuge.
      Tout peut arriver. C’est pourquoi , dans la sérieuse siuation actuelle,où un conflit armé Ouest/Est n’est pas impossible ,la sécurité réside sans une diversification des « assets » et des monnaies pour
      limiter les risques.
      En effet,même si les USA sont dirigés par un psychopathe mégalomaniaque qui va ruiner son pays et l’entraîner d’une guerre à l’autre ,j’aurais quand même 20% de USD et 20% de HKD dans mon portefeuille , par soucis de diversification.

  5. Honnête question: Pourquoi recommander d’acheter de l’immobilier États-Unis, Australien ou Néo-zélandais? Si leur monnaie et leur économie s’effondrent (après l’Euro probablement), et donc le billet vert ne vaut plus rien, votre maison acheter avec 200.000$ vaudra 10 fois moins?
    Ou il y a quelque chose que je n’ai pas saisi…

    Répondre
    • Ch Gave dit d’acheter des maisons au Canada et aux USA avec des dollars empruntés. Si le dollar baisse, le remboursement vous demandera moins d’euros à convertir et si dans le même temps le prix des maisons a continué de monter, vous gagnez sur les deux tableaux.

      C’est ce que dit Ch. Gave, (son argument de dé-dollarisation du commerce pétrolier grâce à une entente russo chinoise personnellement ne me convainc pas).

    • Je précise ma réponse. Lorsqu’on achète un actif, (ici l’immobilier), dans une devise étrangère, (ici le dollar) avec un emprunt dans cette même devise étrangère (le dollar), on ne « joue » que l’appréciation de l’actif, en neutralisant l’effet devise.

      En effet si le dollar baisse, vous gagnez sur l’emprunt (moins d’euros nécessaires pour rembourser), mais vous perdez sur l’évaluation en euros de votre actif dont le prix est exprimé en dollars.

  6. Parmi les solutions d’avenir, une d’entre elles a ma préférence, une confédération d’états indépendants et souverains d’Algésiras à Vladivostok…Nous sommes complémentaires, nous avons savoir faire et capacités managériales, tandis que la Russie possède énergie, matières premières, armement et ressources à mettre en valeur dans le Far East. Nous serions alors le pôle de stabilité dont nous avons besoin pour éviter la confrontation finale entre les Etats-Unis et la Chine.
    Si nous restons en revanche les laquais de l’état exceptionnel et agressif, nous finirons au terme de ses provocations répétées, tôt ou tard, avec des métropoles transformées en ruines radioactives…

    Répondre
    • ceteris paribus, cela ne se ferait pas car cela serait trop facile & heureux et 95% des parasites devraient alors dégager.

      Dans ce genre de situation, jamais les gens parmi les parasites au commande n’abandonnent d’eux mêmes. Non ?

      Les ruines radioactives je pense sont préférables à devenir des shitholes. Et en plus cela n’arrive jamais, parce qu’avec de la radioctivité il est impossible de faire suer le burnous.

  7. Considérer les centrales atomiques comme nécessaires à l’indépendance énergétique, en pleine guerre civile, me semble totalement inconséquent.

    Il faut immédiatement arrêter toutes les centrales atomiques si nous souhaitons que la vie humaine perdure dans l’hémisphère nord et sur terre.

    Répondre
  8. C’est désormais l’Iran qui est en 1ere ligne.
    Diabolisé dans les medias depuis des décennies,ennemi juré de l’Arabie Saoudite et d’Israel,avec Trump qui envisage en mai de mettre fin a l’accord sur le nucléaire,(ce qui fournirait un prétexte ideal a des frappes preventives au nom de la sécurité « mondiale »),l’Iran est la potentielle future victime.
    La salve des 105 missiles semblait être un test grandeur nature de l’offensive a venir.(nouveaux missiles,tirés notamment sur des bunkers).
    Le « deep state » americain joue un jeu très dangereux,mais Macron et Theresa May jouent la ligne américaine (a peu de frais,il est vrai).
    Autre element notable.L’hysterie anti russe dans la presse US et UK est a son comble,probablement pour empêcher les russes de venir au secours de l’Iran dans le conflit a venir.

    Répondre
  9. C’est une vraie pétaudière votre paradis libéral :

    https://twitter.com/CorentinSellin/status/985920068767965185

    La Maison Blanche voudrait rentrer au Bercail, le Pentagone ne l’entend pas de cette oreille, du coup on sort les dossiers sur Monsieur Trump, on oblige son avocat à révéler le nom de ses clients …

    Un vrai foutoir ces histoires de « Check and balance »

    Je préfère 100 fois, un modèle bonapartiste où le Président décide et la grande muette exécute.

    Au passage qui est Sean Hannity dont tout le monde parle

    Répondre
    • Hannity a failli être poussé à la retraite…
      Peut être est-ce le premier journaliste mainstream qui a risqué sa carrière, contre son actionnaire ou sa hierarchie, voire même sa réputation et sa vie sociale lors de seth rich + kimdotcom l’année dernière.

      Je réalise que c’est surement le premier, et qu’aujourd’hui la peur a changé de camp.

    • C’est 100% pipeau…
      Corentin Sellin est un charlot qui recycle la propagande du Washington Post et du NYT… tout ce qu’il sait faire c’est « traduire »
      Et ce rigolo m’a bloqué sur Twitter… Vous ne trouverez rien de valable de ce coté la.
      Si vous êtes gentil, je vous indiquerai des sources, des bonnes 🙂
      ——-
      PS: Mon deuxième compte twitter a été bloqué…succès trop rapide. J’irai chercher un no de tel. demain pour réactiver tout ca.

    • lol, ça me fait penser que PERSONNE dans les médias en France n’a publiquement soutenu Le Pen pendant des années.

    • Normal. Le pen avait été planté là par Mitterand qui avait dit à l’époque « Je viens de planter une épine dans le talon de la droite dont elle ne se relèvera jamais ».

      De là, les médias de la grande époque Miterrand etc savaient très bien ce qui était attendu d’eux.

      Cela dit, beaucoup étaient quand même d’accord pour reconnaitre par exemple sa qualité de tribun extraordinaire. Et quel débateur!! Le débat Tapi/le pen reste encore un modèle dans les séminaires d ‘école d’avocat.

    • « rien de valable de ce coté la

      je n’en suis pas certain, en effet
      le monde (blog de la personne dont il est question) est à 95% fiable
      le figaro à 80%

      pour raconter des conneries à 100% sur les us
      les 5 ou 20% c’est la meteo

      ps: je vous ai vu sur twatter hihihi

    • Comme vous avez aison!
      Je 1000% d’accord avec vous ! On voit le résultat des brillantes « démocraties libérales « à la dérive »:
      – Pauvreté du peuple, désordres endémiques,
      insécurité due au crime mollement réprimé des « envahisseurs  » , dette grandissante des états et dans le cas de la malheureuse Europe occisentale , portes grandes ouvertes à toute la misère du monde , assurant ainsi le remplacement accéléré de sa population anesthésiée!
      Comparez avecSingapour ou même une Chine diabolisée: pays national-capitaliste surpuissant et ordonné. Elle n’a depuis longtemps de »rouge » que la couleur de son drapeau, possède, les plus puissants « super- computers du monde et bien d’autres choses encore qui font crever d’envie l’Empire disloqué américain!Pays « mirifique  » dont la dette pharamineuse ne sera jamais remboursée et qui va joyeusement d’une guerre malheureuse à l’autre en y entraînant ses vassaux obséquieux !!!

  10. Bonsoir Mr gave,

    C’est ma première contribution ici…je trouve cet article très réaliste, cependant, j ose espérer que les chapons (heu coq oups) que nous sommes vont se réveiller quand le moment sera venu (cad quand tout partira en vrille)….malheureusement comme par le passé cela se produira non sans douleur (guerre civile ?)….

    Pour les investissements dur d’investir ds des pays « exotique » reste l’or physique ….

    bonne soirée

    Répondre
    • Il va falloir envisager des sérieuses greffes de c . alors…..=;-)) sur ces chapons là.

  11. Roland Dumas déclare avoir été contacté par les Anglo Saxon deux ans avant le début de la guerre en Syrie. Plus fort encore. Le général Wesley Clark, 4 étoiles, chef du commandement de l’OTAN lors de l’opération au Kosovo, un pédigré mirifique… a déclaré en 2007 que les US ont prévu depuis 2001 de faire la guerre à L’Irak, la Libye, la Syrie et d’autres!

    Voir la déclaration : https://www.dailymotion.com/video/xlp2d6

    Répondre
    • J’ai un ami qui a suivi les cours de « Ecole de Guerre » (« War College » si je ne me trompe pas, dans les années 95/96); il me disait, moi qui revenait de plusieurs années « d’assistance technique » chez les Saouds, les Américains vont rentrer dans le lard des Iraniens, ils ont des plans tout prêts, c’est imminent!
      bref, Wesley Clark radotait déjà, 10 ans après! mais tant que cela?
      les données géographiques et parfois économiques ne changent pas forcément aussi rapidement et ce qu’on préparait il y 20 ans peut toujours resservir et ressortir;
      mais moi, je me méfie des « plans » américains tout prêts!
      leurs dernières guerres et aventures ricaines ne sont pas que des succès à la Spielberg!

    • Ben oui mais l’IRAN, c’est le gros morceau !!! Le fournisseur de pétrole de la Chine… La chine dira pas toucher… Et avec la Chine il y a la Russie… La chine a l’économie pour soutenir la Russie, la Russie a la puissance militaire pour soutenir la chine.

  12. Bonjour M. Gave,

    Il me semble, j’en suis certain à vrai dire, que le projet de gazoduc Qatari était en concurrence avec le même projet de gazoduc Iranien qui aurait suivi a peu près le même chemin puisque le gaz est situé entre le Qatar et l’Iran dans cette mer fermé par le détroit d’Ormouz.

    Bachard avait repoussé l’offre Qatari et accepté celle des Iraniens. Ainsi, le bloc occidental et ces alliés Saoudien et Qatari se faisait damer le pion par le bloc Russie, Chine, Iran… (L’une de mes sources : Michel Collon..)

    Répondre
    • Répété au micro de Thinkerview le 7 Avril dernier par Alain Juillet, ancien directeur du renseignement de la DGSE.

      Passage en question : https://youtu.be/AjM8TpMs01Y?t=38m9s

  13. Dieu du ciel! Cela a le merite tres clair. Merci infiniment.

    Répondre
  14. Quelle est votre compréhesion alors de l’envoi de missiles sur la Syrie par Trump et de nouvelles sanctions contre la Russie ? Il semblerait que sa politique s’aligne sur celle d’Hillary…

    Répondre
  15. Merci pour cette excellente synthèse, dont la pointe de sarcasme est particulièrement bienvenue.

    J’ai des doutes sur les achats en Amérique du Nord : que se passera-t-il si le dollar s’écroule ? Le far-west à nouveau, probablement, ou un reset avec une reconstruction immédiate des fondements de l’économie ?
    Quant au Canada, qui « dort à côté de l’éléphant » comme le disait ce représentant canadien, ne va-t-il pas être entraîné par la chute du dollar et de l’économie américaine ?

    Répondre
  16. Il existe plusieurs sociétés dénommées : INVEST & CO
    S’agit-il de celle ci ?
    Société : 539683581
    Adresse : 4 RUE HENRI LOILIER 51370 CHAMPIGNY (France)
    SIREN 539 683 581
    SIRET (siege) 53968358100018
    Activité (Code NAF ou APE) Activités des agents et courtiers d’assurances (6622Z)

    car celle de Nice est radiée sur soc.com :
    Statut Entreprise radiée du RCS le 17-08-2006
    Dénomination INVEST CO
    Adresse 25 Rue Dabray 06000 NICE
    SIREN 339 639 650
    SIRET (siege) 33963965000011

    MERCI

    Répondre
  17. Bonjour,

    Je souscris d’autant plus à votre thèse qu’elle a le mérite de la clarté et de la simplicité. J’y ajouterai non pas un bémol mais une dièse.
    Le chancelier Bismark déclarait très justement que de toutes les données qui s’offrent à l’homme d’état (aucune allusion à ce que nous connaissons), la seule qui ne change jamais, c’est la géographie. Il y a de cela dix ans, le pouvoir iranien (des chiites) ne faisait pas mystère de se doter de l’arme atomique pour détruire l’ennemi israélien. Il ne disait pas que le cas échéant, il en glisserait bien une petite (bombe) sur les sunnites honnis et haïs. La haine entre les deux confessions est inimaginable pour les occidentaux ignorants mais elle dépasse l’entendement. L’examen d’une carte de la région montre qu’à cette époque, tous les pays qui ceinturent l’Iran sont dépendent peu ou prou de l’oncle Sam. Tous sauf la Syrie laïc des Assad (je mets de côté la Russie qui commençait à peine à sortir du gouffre dans lequel l’avait plongé la fin de l’illusion comuniste). Ca tombait bien puisque Assad, le père (un vrai dictateur celui-là) venait de passer l’arme à gauche et que lui avait succédé le falot Bachar (la place devait revenir à Bassel, le frère aîné, mort dans un accident de voiture). Tout était mûr pour un magnifique printemps arabe spontané. Une fois Bachar éliminé, plus de gêneur et d’empêcheur de tourner en rond et les iraniens n’avaient qu’à bien se tenir. Las, le plan a lamentablement foiré pour les raisons que vous évoquez et l’affaire tourne au fiasco retentissant en particulier pour l’Europe et la France définitivement hors-jeu dans la région. Notre diplomatie va à vau l’eau depuis une trentaine d’année mais là, c’est le naufrage absolu zt sans retour. C’est ce que dit Emmanuel Todd dans l’interview qu’il a accordé samedi matin sur France Cu (https://www.les-crises.fr/emmanuel-todd-en-equilibrant-les-pouvoirs-la-russie-est-un-pole-de-stabilite/). Le pire, c’est que l’Iran et surtout la Russie se sont désormais replacé au centre du jeu et que les occidentaux auront les plus grandes difficultés à les en chasser.
    Un mot pour finir. Trump a deux handicaps, les néoconservateurs de son pays et les boulets de l’Europe. S’il ne gagne pas les prochaines élections, ça va devenir très difficile pour lui mais aussi pour les boulets, marionnettes d’un jeu dont ils ne maitrisent ni ne comprennent les règles sans compter les réactions « populistes » à venir.

    Bonne soirée

    Répondre
    • @ H.
      « La haine entre les deux confessions est inimaginable pour les occidentaux ignorants  »

      Vous avez pleinement raison : les occidentaux sont ignorants. Plus précisément amnésiques.
      Les occidentaux (et notamment les Français) ont vu à quelles abominations pouvaient conduire les guerres de religion.
      Mais ils ont su en sortir, tant du point de vue militaire que du point de vue religieux (ce qui n’empêche pas qu’on note toujours quand un homme politique de premier plan est protestant).
      Mais ils ont oublié que ça ne s’est pas fait tout seul.

      De plus les occidentaux, et en particulier les ODS, ont une fâcheuse tendance à calquer leur modèle sur celui des autres régions du monde.
      Ce qui est source de nombreuses erreurs hélas.

  18. Merci M. Gave pour cette analyse une nouvelle fois passionnante. Effectivement, le sort de l’ Europe est inquiétant à l’aune des évènements actuels. Conseillez-vous de garder du cash en franc suisse ?

    Répondre
    • @nameless

      1 – En toute logique, on ne peut pas (vraiment pas) dire qu’une hérésie n’a rien à voir avec une religion puisque précisément une hérésie est une interprétation de la religion en question.
      On ne peut pas dire par exemple que les cathares n’ont rien à voir avec le christianisme.

      2 – je ne sais pas si les sunnites se dissocient du wahabisme ; je ne suis pas apte à juger de ces questions.
      Je constate simplement, en France, des comportements religieux de plus en plus marqué et en opposition frontale avec nos lois et plus généralement avec ce qui fonde la vie en société.

    • Ah pas du tout. Ce sont les gardiens, et ils sont une des branches de l’Islam. Les chiistes , oui de fait. mais Pas DU TOUT les Waabistes.

      Alexandre del Valle, Les vrais ennemis de l’occident : Du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes, L’artilleur, 26 octobre 2016, 560 p. (ISBN 978-2810007271)

    • 3) Si on se dissocie d’une hérésie, on la combat. Vraiment.
      Là encore l’exemple cathare est assez parlant. Extrême, difficilement justifiable. Mais c’est un combat.
      J’ai du mal à percevoir un combat contre « l’hérésie wahabite »

    • et puis bon, une « hérésie » qui dure depuis 1740… ça fait lourd la tendance.

    • Ce qui est triste, c’est de voir que des Sunnites pourtant modérés, en France, peinent à condamner Daesh – parce qu’ils portent les couleurs des sunnites ou parce qu’ils combattent les chiites, ou parce qu’ils fondent le soi-disant Califat des prophéties. Dur à dire.

      J’évite dorénavant d’en parler avec des amis musulmans pour éviter d’avoir à faire ce constat atroce, qu’ils ne sont pas capable de taper du poing sur la table pour dépasser le conditionnement mental dans lequel les pouvoirs en présence les ont poussés. Se haïr entre eux ou se sentir persécuté à ce point est vraiment triste.

  19. Sommes-nous dans une phase de « montée aux extrêmes »?
    Peut-être, peut-être pas.
    Les Grands prennent grand soin de s’épargner les uns les autres (sur le plan militaire au moins, si ce n’est pas le cas sur les plans économique et financier). Ce sont les Petits qui trinquent.

    C’est ainsi que nous avons, par écran interposé, notre rituel quotidien de sang répandu et de chair sacrifiée, et que nous sommes invités à communier dans la détestation des bourreaux désignés.

    Sacrifice, quand tu nous tiens…

    Nietzsche l’avait annoncé dans son aphorisme 125 : « Ce que le monde avait possédé jusqu’alors de plus sacré et de plus puissant a perdu son sang sous nos couteaux – qui essuiera ce sang de nos mains? Quelle eau lustrale pourra jamais nous purifier? Quelles solennités expiatoires, quels jeux sacrés nous faudra-t-il inventer?  »

    « quels jeux sacrés nous faudra-t-il inventer? » : pour avoir la réponse, allumez la télé.

    Combien de temps cela suffira-t-il ? Ces jeux sacrés sont injustes, affreux, inhumains, nous le savons, nous savons que nous devrions y renoncer, mais c’est plus fort que nous. Jusques à quand ?

    Répondre
  20. Ce que veulent les Américains c’est une partition de la Syrie et de l’Irak… l’idée était dans les cartons pour l’Irak après le « surge » de 2006 et la pacification du pays en 2009. Les généraux américains avaient rallié les tribus sunnites contre les plus extrémistes et les terroristes, en échange d’une représentation à Bagdad. Le Gen. McMaster a fortement participe à l’époque (c’est dans des emails Wikileaks). L’idée était une fédération irakienne, avec un tampon sunnite à l’ouest. Et les Kurdes au nord.
    Là-dessus arrive Obama, qui n’écoute pas ses généraux (en limoge un gros) et retire les troupes US entre 2009 et 2011….
    Re-guerre civile. Les Sunnites prennent le maquis, jusque dans l’armée, avec matériel US… la suite on la connaît. Guerre civile en Syrie, en Irak alimentée par qui on sait…
    Ce que veut cette administration, où les militaires ont pris le pouvoir, et qui ne lâchera jamais Israël, après avoir écrasé les plus illuminés, c’est une partition de la Syrie et de l’Irak.
    Avec un gros état tampon sunnite « officiel », pas l’Etat Islamique, au milieu, rempli de sunnites: les troupes du GCC (Gulf Cooperation Council) que Trump veut voir s’impliquer davantage, d’où l’annonce du retrait américain et les milliards d’armement déversés sur l’Arabie Saoudite.
    Il faudra probablement y ajouter des troupes d’Egyptiens, de Jordaniens, .. parce que le Golfe ce n’est pas très peuplé (par rapport à l’Iran).
    Si ça rate ce sera la guerre Iran-Golfe, qui a déjà commencé au Yémen.
    ——
    La Russie, qui a les cartes en main, est-elle ouverte à un plan pareil?
    Je ne pense pas que les Russes soient particulièrement chauds pour une super puissance iranienne dans la région, de Téhéran à Beyrouth en passant par Bagdad, Damas, le fameux « croissant chiite »…Sans compter que l’Iran et le Qatar pourraient exporter leurs pétrole et gaz en Méditerranée via le « croissant »
    Je crois que ça se discute. Mais sous fortes pressions…
    ——
    Un plan comme je le pressens depuis des années:
    https://securitystudies.org/end-game-syria-executive-summary/

    Répondre
  21. Merci M Gave pour ce suivi très éducatif même si tout cela me laisse un gout amer en pensant à l’avenir de mes enfants.

    Questions pratiques:

    Vous dites: »Achetez la City »
    Dois-je comprendre : Achetez les belles valeurs internationales anglaises cotées à londres.

    Ou, Achetez la bourse de Londres …

    Dans l’optique d’un devellopement de Hong Kong,HBSC me semble avoir des liens très fort avec l’asie mais est-elle assez solide en cas de gros problème ?

    La bourse de Singapour me semble aussi une bonne exposition à l’asie qui avance. Qu’en pensez-vous ?

    Bonne journée,

    Répondre
    • Plutôt le secteur financier à Londres

      Singapour, très bien

    • Merci

  22. Merci M. Gave pour vos réflexions très intéressantes. Pour ma part, je considère que ce qui mène le monde plus encore que la finance, c’est le secteur de l’énergie. Il y a une anecdote, vraie ou non, peu importe, qui narre l’invention qu’un beau jour le génial inventeur Nikola Tesla présenta: un moyen de transporter l’énergie électrique sans fil. Les « philanthropes » a qui il présenta ce procédé lui demandèrent seulement:
    « Où installe-t’on le compteur ?
    Pas de réponses de Tesla.
    L’invention fut enterrée…
    Tout est dit.

    Répondre
    • C’est une blague évidemment (très amusante ceci dit) !

  23. Bonjour

    Merci encore pour cet article.

    Juste une question reste à l’esprit : Pourquoi est ce que l’élection d’automne 2018 est l’une des plus importante de l’histoire des Etats-Unis?
    Merci d’avance

    Répondre
    • bof
      Et c’est l’une des raisons pour laquelle l’europe de Bruxelles se fourvoit totalement. Elle n’a pas intégré que HRC a perdu et que c’est irrécupérable, pourtant elle fait double-down systématiquement…

      Les nominations pour SCOTUS, à la FED scellent les choses comme jamais (et pour au moins une décennie?).

    • (ajout: en fait, j’ai dit bof mais aussi pour dédramatiser la situation 😉 )

  24. Monsieur Gave,
    j’approuvé dans son ensemble votre article.
    mais , je vous rappelle que Kurdes sont en grande majorité sunnites, ce quicompliqué encore la situation.

    Répondre
    • On le sait. mais n’empêche qu’ils en prennent plein la gueule.

  25. A la lecture des premiers commentaires on reproche une sorte de complaisance envers M. Poutine. Les extraits et les interview d’Anne Nivat ayant réalisé un reportage qui semble équilibré et qui explique pourquoi Poutine n’a pas besoin de bourrer les urnes pour gagner des élections rappele le chaos qu’on connu les russes dans les années 90. Dans son parcours, M. Poutine n’est pas l’apprenti tsar conservateur tel qu’on le décrit désormais mais avait plus le profil de quelqu’un qui voyait l’occident comme allié. Je veux dire par là que son évolution a bien été encouragée par l’attitude des américains et leurs affidés.

    Autre point sur le Qatar : on a beaucoup dit que la bienveillance de l’émir envers l’Iran expliquait les remontrances de l’Arabie Saoudite (fermeture de l’espace aérien) ce qui laisserait penser que même le bloc sunnite n’est pas si monolitique qu’il ne l’est dit dans ce billet.

    Répondre
  26. A propos de l’Australie (très bon choix) : les non-résidents ne peuvent acheter que de l’immobilier sur plan (neuf). Avoir une résidence secondaire sans la possibilité d’y habiter légalement n’est pas intéressant.

    Idem pour la Nouvelle-Zélande (très bon choix aussi) : il faut chercher à y être résident légal. L’immigration est stricte, selon l’intérêt du pays et non selon une moraline à deux balles, et c’est très bien.

    Répondre
  27. La dépendance à ces fichus combustibles fossiles mène la géopolitique depuis que le premier véhicule à moteur thermique a fait son apparition… Combien de morts, de malheurs, de bombes, d’attentats et de guerres faudra-t-il encore endurer avant qu’on ne comprenne que le nucléaire (et son évolution : thorium, fusion…) n’est pas une planche se salut mais un pont vers un monde en paix ? Les verts parlent du lobby nucléaire qui imposerait ses vues au monde mais que diable faut-il alors penser du lobby des combustibles fossiles qui organise le bal morbide planétaire depuis presque 2 siècles ? Que les Européens sont bêtes mais bêtes… A bouffer de l’avoine !

    Répondre
    • @Philippe Hanchir :

      Malthusianisme nucléaire..

  28. Bonjour M. Gave,

    Ceci est très intéressant, et permettez-moi quelques remarques :
    – Vous dessinez au travers de vos différentes chroniques une repolarisation du monde autour d’un bloc russo-asiatique puissant, et d’un bloc nord-américain replié sur lui-même (au sens littéral).
    – Vos recommandations indiquent que l’Europe, dans le sens de la civilisation occidentale, va probablement s’effondrer.

    Ceci étant, je suis tout de même gêné aux entournures d’investir dans ce futur bloc russo-asiatique, dont on ne peut pas vraiment dire qu’il partage le plus gros des valeurs liées à la liberté.

    Aussi, ma question est la suivante : y-a-t-il encore un endroit sur Terre où l’on pourrait investir sans pour autant soutenir des systèmes qui ne sont pas en accord avec ces valeurs libérales ?

    Merci pour votre réponse.

    Répondre
    • L’Australie,La Nouvelle Zélande , l’Argentine (mais cela risque de ne pas durer) et vers l’Autriche Hongrie (à confirmer)

    • Le pb de la city / à Visegrad est que londres fait des distinctions, racistes: si vous n’êtes pas islamiste-friendly alors vous aurez des difficultés.

      https://pbs.twimg.com/media/Da03BB1VQAE5_GZ.jpg:large

      Cela vaut aussi si vous êtes milliardaire pour récupérer 100% de vos assets.

    • Indonesie

  29. Merci pour ces conseils Mr Gave.
    Comment est-ce que des particuliers peuvent acheter des obligations ? Il me semble que les émissions/marché secondaires ne sont accessibles qu’aux institutionnels. Cela voudrait dire acheter des parts de fonds en obligation émergentes ? Autre point est-ce que l’effondrement du rouble suite aux sanctions US ne pénaliserait pas un tel investissement ?

    Répondre
    • Il faut trouver un fond Obligataires qui fait cela. pour les obligations asiatiques il y a invest co qui fait cela par ex. Au contraire, comme il a baissé ce serait presque plus le moment d’acheter.

  30. Bonjour,

    Article intéressant, mais qui reprend en grande partie le point de vue (la propagande ?) russe.
    Deux exemples :
    1) L’argument du pipeline : lu et relu sur des sites pro-russes tels ZeroHedge, mais qui au final ne tient pas. Une bonne réfutation est celle de Gareth Porter :
    http://www.truth-out.org/news/item/37685-the-war-against-the-assad-regime-is-not-a-pipeline-war
    2) Sur le conflit ukrainien : la théorie du coup d’état ne tient pas non plus. Il y a une littérature abondante sur le sujet. Je me contenterai de citer le dernier livre de Timothy Snyder :
    https://www.amazon.fr/Road-Unfreedom-Russia-Europe-America/dp/1847925278/ref=sr_1_8?ie=UTF8&qid=1523864541&sr=8-8&keywords=snyder+timothy

    Comme d’autres libéraux et conservateurs, vous pensez qu’il y a une voie réaliste dans les relations avec la Russie. C’est un vrai point de clivage au sein de cette famille politique. Je suggère de lire Philippe Fabry, Françoise Thom, Timothy Snyder ou encore Andrei Kovalev qui montrent que le régime poutinien ne tient que par la confrontation avec l’Occident et donc que la voie réaliste n’en est pas une.

    Une dernière chose : ne pas se faire d’illusion sur la Russie de Poutine ne signifie pas applaudir des deux mains les politiques actuelles des Etats occidentaux…

    Bien à vous.

    Répondre
    • Cher monsieur,

      Merci pour vos conseils de lecture nous connaissons très bien Philippe Fabry et malgré son avis, voyez vous ou celui d’autres personnes en ce sens, CG continue de penser ce qu’il pense. Et oui , c’est un comble. Comme quoi on pourrait presque penser qu’une personne pourrait avoir un avis et avoir lu une abondante littérature contraire.
      C’est fou.

    • Oui Xavier

      Et l’une de mes idées maîtresses est de demander à l’armée chinoise 1 million de personne via la route de la soie afin de rétablir l’ordre en France.

      En échange de 10% de lvmh et de 25% de dassault (après augmentation de capital obligatoire et réservée, pour « fake news », =+- le même système appliquée en arabie saoudite lors de la purge)

      very cool

    • Merci pour vos suggestions de lectures et merci pour votre commentaire qui me fait réagir avec les propos suivant.

      1) Le pipeline en effet ne tiens pas à lui tout seul. La route de la soie, le pipeline, et la volonté d’Israël de n’avoir aucun rival militaire comme voisin sont quelques éléments qui permettent d’expliquer ce qui se passe en Syrie mais pas que !

      2) En ce qui concerne le deuxième point je suis surpris que vous voir employer le mot « théorie du coup d’état ». 1 heure de lecture suffit à démontrer qu’il y a eu prise de pouvoir en violation de la constitution ukrainienne ce qui est un coup d’état.

      Enfin, la Russie ne tient pas à cause de la confrontation avec l’occident, ce qui est une formule creuse et qui ne veut absolument rien dire. La Russie d’aujourd’hui n’est pas l’URSS d’hier, et elle est plus libérale que la France et les Etats unis (liberalisme de connivence C.G), et elle ne tient que grâce à l’Allemagne ce qui fait la rage de Washington (non pas celle de Trump mais de l’Etat profond – Ukraine, Grèce, intégration européenne qui sont autant d’éléments qui visent à affaiblir la première économie d’Europe).

      Bien à vous.

    • « elle est plus libérale que la France et les Etats unis », je ne pense pas. Pour habiter en Russie, je peux vous dire que certes la Russie est moins taxée que les pays de l’UE notamment grâce à sa flat taxe conseillée à l’époque par des consultants américains, mais son capitalisme est justement de connivence et étatisé!

      – 60 % de l’économie est contrôlée par l’état soit directement par des services publics soit par des entreprises dont l’état est actionnaire (majoritaire ou minoritaire forte). La non diversification de l’économie russe, j’entends par la sa dépendance aux matières premières renforce cela.

      – Le gros du « business » est sous le contrôle de fonctionnaires qui ne comprennent rien aux mécanismes de marché, les bienfaits de la concurrence et la transparence de marché (visitez Moscou par exemple, l’ensemble des cafés, restaurants appartiennent à des chaines qui sont détenues par des fonctionnaires ou « business men », le petit restaurateur à la française n’existe pas en Russie).

      – une société libérale pour moi tend a pousser l’individu à développer des compétences qui lui permettront de progresser dans sa carrière, la Russie malheureusement ne donne pas un climat de confiance pour encourager l’investissement personnel et la prise de risque par l’entreprenariat ou sous d’autres formes, les meilleurs éléments sont repérés par les services de l’état et intègrent les entreprises publiques.

      Alors oui la Russie s’est reconstruite grâce a la verticale du pouvoir et au contrôle par l’état des ressources en matières premières mais non ce n’est pas une société libérale et elle ne tend pas du tout vers cette direction… (exemple cette semaine, fermeture du service « telegram », application créée par un petit génie qui auparavant avait créé « vkontakte », le facebook russe (en mieux) ). Ce génie en question a depuis longtemps émigré suite au rachat forcé de vkontakte par des fonctionnaires et son application telegram est développée depuis l’étranger…

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *