FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

 

La victoire d’Emmanuel Macron met un terme à une campagne présidentielle au cours de laquelle il n’y a aucun débat sur les sujets qui concernaient l’avenir de la France. L’effondrement du Parti Socialiste, la performance médiocre des Républicains a permis à l’extrême droite de Le Pen et à l’extrême gauche de Mélenchon de réaliser des scores impressionnants, montrant à quel point, presque la moitié des français ignorent le fonctionnement de base de l’économie.  Dans un tel environnement, on peut s’estimer presque satisfait d’avoir un nouveau président de la république qui pourrait réaliser son programme, qui n’est pas aussi libéral que nous aurions pu le souhaiter, mais qui va dans la bonne direction. Il lui faudra une majorité à l’assemblée. Pour le moment cela a l’air possible dans le cadre d’une recomposition complète de l’échiquier politique.

 

Le nouveau premier ministre Edouard Philippe devra trouver des solutions pour traiter la grande fracture française qui n’est plus tant entre la gauche et la droite qu’entre les classes dominantes indifféremment de droite et de gauche et les classes moyennes.

Il faudra mettre également un terme aux impostures de l’histoire contemporaine où la gauche est toujours parée de toutes les vertus alors que  la droite est pratiquement toujours  couverte d’opprobre.

Il faudra avoir enfin le courage de faire de la pédagogie pour réhabiliter les idées libérales qui ont servi de bouc émissaire à la crise de 2008.

Ce qu’il reste de la droite, devra cesser de compter en permanence sur l’Europe pour encadrer un peuple ingouvernable. Tant qu’elle le fera cela lui  enlèvera sa base de légitimité face aux dérives de l’égalitarisme de gauche …

Autant dire que la partie n’est pas gagnée, mais souhaitons tout de même le succès à la nouvelle équipe qui va gérer la France

 

Cette perspective nous permet de revenir à la raison d’être de cette chronique, qui consiste à essayer d’identifier les pays, les secteurs, les thèmes qui pourraient avoir une croissance supérieure à celle de l’économie. Commençons cette semaine par l’Europe. Nous passerons en vue dans les semaines suivantes

 

En Europe, on est entré dans un cycle de reprise des résultats des entreprises. La plupart des investisseurs considèrent que le risque politique en France est passé et qu’il n’y a aucune raison particulière de s’inquiéter sur l’issue des prochaines élections allemandes qui devraient être favorables à madame Merkel. Pour  eux qui souhaitent augmenter dans leur portefeuille le pourcentage alloué aux valeurs européennes voilà quelques idées que nous présentons sous la forme d’univers d’investissement qui paraissent attractifs.

 

Les sociétés européennes ont souvent été malmenées depuis 2008  dans de nombreux secteurs. Certaines ont déjà entamé leur retournement mais le mouvement n’est probablement pas terminé pour les  banques :Santander, BNP Paribas, Unicredit; l’assurance: Mapfre, Allianz; la sidérurgie : : Salzgitter, Arcelor Mittal; l’électricité : EDF, Enel, Iberdrola ,e.on ; le travail temporaire: Adecco, Synergie; les matériaux de construction: CRH, Italcementi; la chimie: AKZO Nobel, Solvay; la consommation cyclique avec : Peugeot, Renault, Bénéteau; les télécommunications : Telefonica.

 

Les sociétés européennes du secteur de la défense sont un autre univers d’investissement qui devrait profiter de la nécessité d’augmenter partout les budgets de défense pour tenir compte d’un contexte géopolitique international beaucoup plus tendu. Les sociétés concernées sont les suivantes : France: Airbus, Dassault Aviation, Safran, Thales; Italie: Leonardo (ex Finmeccanicca) ; Grande Bretagne :  BAE Systems, Cobham, Meggitt (Typhoon , Rafale, F18 et Boeing 787, Airbus A380), Ultra Electronics> ( surveillance des sites nucléaires et des aéroports), Chemring (munitions, contremesures)

 

Les sociétés exportatrices françaises qui réalisent plus de la moitié de leur chiffre d’affaire en dehors de l’Europe font partie des thèmes d’investissement que l’on peut retenir. L’univers d’investissement comprend les sociétés suivantes :

Alstom, Arkema, Casino Guichard, Dassault Systemes SA, Edenred, Essilor International, Hermes International, Kering, Lafarge SA, L’Oreal,  LVMH, Michelin, Pernod Ricard SA, Publicis Groupe, Remy Cointreau,  Rubis , Safran SA, Sanofi, Schneider Electric SA, BIC , Sodexo.

 

Les sociétés dans lesquelles l’Etat possède une participation sont susceptibles d’être vendues au moins en partie pour assurer des recettes supplémentaires, au moment où il convient de ramener le déficit budgétaire dans les clous. L’autre est raison est de mettre fin au rôle souvent ambigu de l’Etat actionnaire qui est très souvent un mauvais gestionnaire.  Parmi les sociétés concernées figurent : EDF, ADP , Engie, Thales, Safran, Alstom , Air France KLM, Renault, Peugeot Citroën, Orange, Airbus et bien évidemment Areva

 

Les sociétés exportatrices allemandes qui réalisent plus de 50% de leur chiffre d’affaires en dehors de l’Europe vont continuer de profiter des excellentes performances à l’exportation de l’industrie allemande. Les sociétés concernées sont les suivantes :

Adidas, Bayer, Bayerische Motoren Werke , Brenntag, Daimler, Fresenius Medical Care, Fresenius SE, CEA Group ,Hannover Ruck, Heidelberger Cement , Infineon, K+S ,Lanxess, Linde,Merck KGAA, MTU Aero Engines, ,Osram, Porsche, SAP, Software AG,Symrise, Thyssenkrupp.

 

Certaines sociétés espagnoles profitent du retour de la croissance dans une économie qui a fait beaucoup d’efforts de restructuration qui lui ont permis d’améliorer beaucoup la compétitivité de ses entreprises. Elles offrent aussi souvent une exposition à l’Amérique du sud. Parmi les sociétés intéressantes on peut citer : Banco Santander, Banco Vizcaya Argentaria, Telefonica, Inditex, Amadeus, Caixabank, Iberdrola, Repsol, Aena, Abertis.

 

La semaine prochaine nous traiterons du problème de la Grande Bretagne et des Etats Unis dont les perspectives boursières sont moins claires que celles de l’Europe

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur

19 Commentaires

  1. pour la fil du bas

    Répondre
  2. Pour une fois que vous ne parlez pas de la « Charia » !!!

    Mais dites-moi, sera-t-il impeached ? Qu’est-ce qu’il faut faire si il est destitué ?

    Les marchés se posent des questions et s’impatient pour les promesses qu’on leur a faites.

    Répondre
    • prolife

      Parmi les valeurs dont il faut rester +- absolument à l’écart:

      https://pbs.twimg.com/media/DAM7ydiVwAAPEps.jpg:large
      (en manque une de taille , une banque non us ;-))

      Trump va les prendre un par un jusqu’aux midterm
      il aime ça plus que tout et il a toujours fait ça

      Cela ne va pas être bon du tout pour certaines valo.
      Plus il n’y a pas de secret anyway, les marchés sont en haut très haut de cycle.

      Penser qu’il puisse être écarté équivaut à concevoir qu’Hassan 2 aurait pu lâcher son royaume.
      (face à Oufkir par exemple. Ai rencontré fortuitement un proche de la famille de sorte que j’ai beaucoup d’anecdotes de part et d’autre à propos de la personnalité de son Altesse)
      Je voulais vous en parler, bien avant cette semaine, car j’ai compris que ce sujet vous tenez à coeur.
      C’est un ami marocain qui m’a définitivement redpillé sur la monarchie.
      Cela s’est produit simplement à la cantine en train de manger une pizza infecte avec des frites(!) et du faux coca. Nous ne faisions pas de politique -j’en fais seulement depuis Trump -, et en 5minutes. Je me suis rendu alors compte que c’était une évidence et que nous français avions été endoctrinés.

      J’ai eu honte!

  3. Bientôt 1.15 sur l’euro de manière « naturelle », pour les élections allemandes.

    Avec celles en bonus en Autriche, peut-être la barre sera mise encore plus haut…

    (Tout benef pour Trump sur ce plan)

    C’est une catastrophe supplémentaire pour la France -et les banques-:
    les rentrées de devises céréales + vignes vont être pitoyables.
    avec toujours le blocus de Moscou…
    tourisme… (le ministre de l’intérieur est manifestement diminué intellectuellement)

    Le gag est qu’en 2011 ou 2012 je ne sais plus la « crise de l’euro », qui pointait alors sur la France, avait cessé l’été je pense grâce à des rdmts exceptionnels en céréales.

    Répondre
  4. FYI

    Le PDF fonctionne.

    Répondre
  5. SVP, impossible de télécharger en PDF ! Merci de rectifier le tir ! S’agissant de l’élection de Macron, je crois plutôt à une mauvaise plaisanterie qu’à autre chose… Tant pis, c’est fait avec toutes les conséquences (d’ordre tragique)que cela implique.

    Répondre
    • Cher monsieur ,

      Nous allons voir ce que nous pouvons faire . Dans l’ entre-temps , peut être pourriez vous m’ expliquer cette nouvelle manie dans la formulation qu’ est  » merci de  » ?

      Je trouve cela discourtois et comminatoire, à titre personnel .

      La formule d’ usage est pour moi : pourriez vous faire quelque chose ?

      Auriez vous la gentillesse de ?

      Quand on me dit merci de , j’ ai tendance à répondre  » connasse, je suis pas ta bonne  » ( je mets au féminin car merci de est une tendance passive agressive chère aux femmes )

      Mais c’ est mon avis …

    • Ah AH AH la réponse est géniale. J ADOOOOORE.

    • « merci de ce moment »

    • Oui, ça pose aussi.

      Elégance, retenue, maitrise de l’information, traitement des vrais sujets de fond.

  6. Effectivement les français sont nuls en économie, la preuve la France coule depuis 40 ans, la dette augmente, le chômage augmente, ce n’est pas la faute du FN qui n’a jamais été au pouvoir, mais bien l’UMPS.

    Répondre
    • Certes ce n’est pas la faute du FN ni même de Mélenchon ou de Hamon mais leurs supporters n’accepteront pas les réformes nécessaires et du coup les réformes hardies qui mettront des millions de contestataires dans la rue ne passeront pas ou ne seront tout simplement pas présentées!
      On fera des ajustements à la marge, de quoi tenir 5 ans voire de se faire réélire.

    • Tt les ministres français aussi sont nuls.

      Ai très peu vu la campagne mais ai vu deux fois Gerard Collomb qui a bien l’air d’avoir un début d’alzheimer…
      (ou trop de joints?)

      Sachant que c’est l’argument à venir des anti trump…LOL

    • Ces ministres vont rester deux mois. Marron a ainsi récompensé ses vassaux (Colomb, Bayrou), grillés deux ou trois petits en devenir chez LR (Philippe, Le maire). Je note juste que comme prévu, l’éducation nationale a été préservée avec un choix qui a priori sera là pour la durée.

    • Pour Ladurée.
      Si j’envoie des macarons à Marion Marechal, à votre avis pourrait-elle se battre? conformément à mes souhaits, pour :
      1/ devenir PM
      2/ implémenter l’ecu (juste pour les emm**** LOL)

    • Donner de la visibilité à la petite jeanne d’arc me paraît pas mal. Mais comment faire? Qui a des idées? Des suggestions?

      Pour ma part, je ne crois pas que l’argent résoudrait le problème.
      Pour moi, le cœur du problème est que les gens allumerait leur télé et entendraient (entendent) de la propagande et de la désinformation. Idem pour la presse.

      Vous voulez avoir Bouygues, Lagardère, Dassault, Bolloré, Niel et consorts pour leur dire de changer leur ligne éditorial?
      Même pour eux, si jamais ils le voudraient, ils devraient faire face à:
      a. un gvt qui veut lutter contre les médias indpts (cf. la cabale contee Bolloré lors de son achat de C+) (ou encore du journal Libération face à ses propriétaires);
      b. un manque de journalistes formés et qui ne sortent pas de sciences po.

      Sans parler que 60% des médias est contrôlé ou indirectement par l’État (pour faire vivre le « pluralisme », cf. le cas de l’Humanité).

      Ma croyance est que, pour aider la petite jeanne d’arc, il faut « réinformer » (leur donner ce que, nous, nous pensons être la vérité). En cela, soit s’emparer du 4e pouvoir en l’état, soit en créer un concurrent, parallèle.

      Des idées, les gars?

    • Mis à part Bolloré, ce sont les susvisés qui ont formatés Macron pour être leur champion .

      J’ ai peur surtout que votre schéma n soit inversé à la source .

    • Cher IDL,

      C’est ma faute, je me suis mal exprimé.

      Je répondais à l’idée de Sassy2 qui suggérait d’envoyer de l’argent à Marion.

      Ce que j’entendais est que l’argent est important pour la vie de base (nourrir, loger, faire vivre les différentes associations satellites), donc est important pour simplement exister – l’argent est un facteur clef de survie, mais pas un facteur clef de succès.

      Et mes remarques suivantes sur le 4e pouvoir correspondait justement au fait que nous ne possédons pas ce 4e pouvoir. Mes remarques étaient rhétoriques. Comme vous le faites remarquer, tous ces gens sont contre nous. Pour moi, c’était (c’est) une évidence.

      Si Marion se lève contre l' »establishment », comment voulez-vous qu’elle existe?
      Comment voulez-vous que une campagne de désinformation n’ait pas lieu à son encontre?
      Etc.
      Toutes ces questions sont rhétoriques et sont des truismes.

      D’où ma conclusion: s’approprier le 4e pouvoir existant me semble hors de portée. D’où ma question non rhétorique cette fois-ci: « Des idées, les gars? »

    • D’où ce qui me parait la suite logique: à nous de construire, de créer notre 4e pouvoir.

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *