FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Méfions-nous des déserts, ils sont loin d’être vides et inutiles. Le Sahara est d’un grand enjeu stratégique pour la France et l’Europe. C’est une zone habitée, où sont présentes de nombreuses ressources, et par où transitent les djihadistes, les migrants et les trafics. Une zone qui risque la déstabilisation à cause de la faiblesse de ses États (Algérie, Libye, Mali…) et de l’activité terroriste. Or le Sahara est à notre porte, de l’autre côté de la Méditerranée, et sa déstabilisation causerait celle de l’Europe tout entière.

 

Un désert habité, traversé et parcouru

 

Le Sahara est certes un désert, mais ce n’est pas un espace vide. Il est inséré au cœur de l’espace mondial et les hommes y sont très présents. Il est une charnière entre le monde méditerranéen et l’Afrique subsaharienne, entre un monde arabisé et un monde divisé en fractures ethniques, entre des populations islamisées et d’autres animistes ou chrétiennes. Le Sahara a des ressources (gaz, pétrole, uranium) et donc il suscite les convoitises de ceux qui veulent les accaparer.

 

Ses paysages sont magnifiques et variés : le sable, les roches, les collines le parcourent. Les paysages de pierre sont les regs et ceux de sable les ergs. Ancienne mer aujourd’hui à sec, on y trouve de nombreuses nappes phréatiques qui revêtent un rôle extrêmement important dans ce climat chaud et sec. Le point d’eau, l’oasis, est un lieu hautement stratégique, permettant à l’homme de s’arrêter et de refaire ses forces pour continuer.

 

Avec 8,5 millions de km² il est le plus grand désert du monde. Il s’étend sur 5 000 km et sa température oscille entre 40°C et 50°C. Aux faibles précipitations climatiques s’ajoutent des vents desséchants et une absence de végétation. Le nord et le sud du Sahara sont des sahels, c’est-à-dire des rivages. L’élevage y est possible de même que la culture. On y trouve des chèvres, des moutons, des dromadaires, utiles pour le lait, la viande et autrefois le transport. Les céréales y sont également cultivées. L’accroissement démographique des sahels engendre la nécessité d’accroître la production agricole pour nourrir la nouvelle population. Cela déstabilise ces espaces fragiles qui ne supportent pas cette agriculture intensive. Ainsi, la végétation se rétracte et le désert croit.

 

Le Sahara n’est pas un vide et la population ne cesse de croître. On recensait 2 millions de personnes en 1950, ils étaient 6 millions en 2010. Nouakchott, capitale de la Mauritanie, a été fondée en 1956. Elle compte désormais 800 000 habitants. N’Djamena, capitale du Tchad, ne cesse de s’étendre. De 20 000 habitants en 1950 elle atteint un million en 2010. Trente villes dépassent les 100 000 habitants.

 

Pourquoi une telle augmentation ? Les facteurs sont multiples : baisse de la mortalité grâce à l’amélioration des soins, natalité soutenue, venue de nombreux migrants qui ont fui la sécheresse dans les années 1970 et qui se sont sédentarisés. Le Sahara n’est pas une zone répulsive ; il attire et il évolue.

 

Un espace en recomposition

 

Les Touaregs sont le peuple le plus nombreux du Sahara (1.5 M de personnes). Peuple d’éleveurs et de culture berbère, peuple nomade, ils se déplacent sur 6 États, ce qui explique les tensions qu’il provoque et les réactions d’opposition.

La Mauritanie est le pays des Maures, autres nomades, qui composent 5% de la population de ce pays. Les autorités politiques tentent de les sédentariser pour mieux les contrôler, ce qu’ils refusent.

 

Fini le commerce des caravanes et des caravansérails, place aux exportations de produits miniers et des hydrocarbures. Le Sahara est parcouru d’oléoducs et de gazoducs. Routes et pipe-lines structurent l’espace, il est essentiel de les contrôler, de les protéger et d’assurer leur maintien et leur maintenance. Les routes deviennent les épines dorsales du désert et assurent son intégration à l’espace monde.

 

À côté de ce commerce légal se développe un trafic de contrebande, d’autant plus étoffé que les espaces sont mal contrôlés. Trafics de drogue, de migrants, d’armes, le Sahara est une mer de sable qui relie les hommes entre eux plus qu’elle ne les sépare.

 

Des ressources diverses, stratégiques et exploitées

Le pétrole subsaharien est une ressource convoitée. Découvert par la France au moment de sa présence algérienne il se révèle être présent en grande quantité. Il est la principale source de revenus de l’Algérie et de la Libye, dont l’économie monothématique signe la fragilité de ces pays au bord du gouffre. L’exploitation onshore se fait au cœur des déserts, mais le raffinage se fait sur les côtes, notamment celles de la Méditerranée, avant d’être exporté vers l’Europe. Plus au sud, des gisements ont été découverts au large de la Mauritanie et le Nigéria, voisin du Sahara, est un pays qui dispose également du pétrole.

 

L’argent du pétrole devient l’un des enjeux du pouvoir : en Libye, au Sahel et en Algérie les factions sont à l’œuvre pour contrôler le pays et ainsi mettre la main sur la rente pétrolière. Loin d’assurer le développement des pays, le pétrole est une malédiction : mal géré, il fragilise l’économie, la rendant dépendante des variations des cours, il favorise le népotisme, le clientélisme et la corruption, et devient la raison d’être de nombreuses dictatures. L’or noir n’apporte pas toujours le bonheur aux peuples.

En Libye, le pétrole se trouve à Benghazi, en Cyrénaïque. C’est de cette région qu’est partie la révolte sécessionniste contre Kadhafi, la population s’étant révoltée, car elle ne voyait pas les retombés économiques du pétrole géré par Tripoli.

 

Outre le pétrole, le Sahara dispose de gisements de gaz, de fer, d’uranium et de phosphate. Ce sont de belles promesses, mais, comme le pétrole, encore faut-il savoir les gérer et les mettre au profit des pays.

Le tourisme est l’autre ressource potentielle de la zone, tant la beauté des paysages peut attirer les randonneurs et les adaptes du trekking. Mais les attentats et la présence des djihadistes dans la zone empêchent le développement de cette branche économique, notamment à cause des enlèvements (80% des ressources d’Aqmi proviennent des rançons).

 

Vers une explosion des nouveaux conflits

 

Dans ces paysages de sables et de dunes qui appellent à la contemplation, les conflits et les rancœurs sont pour le moins nombreux. En 2007 est fondé Al Quaïda au Maghreb islamique dont la finalité est de combattre les alliés de l’Occident, notamment le Maroc. Aqmi veut contrôler le Sahara et a mis la main sur l’Azawad (nord du Mali).

 

Le Sahara occidental lutte pour son indépendance et combat contre le Maroc, avec le soutien en sous-main de l’Algérie, ce qui ne réchauffe pas les relations entre les deux États. La période coloniale avait eu pour effet de geler les conflits ethniques et de les mettre entre parenthèses. Puis la Guerre froide avait fait croire à un partage binaire des camps, où les pro-soviétiques luttaient contre les pro-américains. Comme pour beaucoup de conflits dans le monde, on se rend compte aujourd’hui que la véritable motivation de ces guerres était ethnique et identitaire. Désormais que l’idéologie communiste est passée de mode la vraie nature des conflits ressurgit. Beaucoup utilisent d’ailleurs l’islam comme alibi pour justifier des oppositions beaucoup plus anciennes : volonté de contrôler des territoires riches en ressources, opposition entre ethnies ou bien confrontation entre peuples nomades et peuples sédentaires. L’islamisme est certes présent dans la zone, mais il n’explique pas tout. Attention donc à ne pas en faire la cause unique de tous les événements.

 

Des enjeux internationaux

 

Le Sahara zone délaissée est devenu une zone au cœur des enjeux internationaux. La France y est présente depuis de nombreuses années, aidée par les Américains pour lutter contre la prolifération djihadiste. L’intervention au Mali n’a fait que confirmer la présence française dans cette zone. Si tout cela nous semble loin, nous sommes néanmoins sur la brèche de la protection de l’Occident contre la menace islamiste. Après la Syrie, c’est au Sahara qu’est le deuxième front de lutte contre ce totalitarisme.

Pour le plus grand malheur de la région, aucune puissance locale ne se dégage, il n’y a pas de leadership, car les pays sont très divisés sur le plan culturel et personne n’accepte de se faire contrôler par d’autres. De plus, beaucoup d’États sont fantoches et n’ont déjà pas les moyens de se diriger eux-mêmes. La stabilité ne peut donc que venir de l’étranger. La France dispose d’une bonne connaissance du terrain et des acteurs, elle a donc toute légitimité pour intervenir. Ici se manifeste la grande importance du renseignement dans la lutte contre le terrorisme et la nécessité de bien connaître le terrain où l’on intervient. Si, pour l’instant, les regards sont braqués vers le Proche-Orient, il ne faut pas délaisser le Sahara qui est l’autre grande zone de l’arc de crise du grand Moyen-Orient.

 

 

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est historien et géopolitologue. Il est professeur d'histoire et d'économie dans un lycée parisien. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (Bernard Giovanangeli, 2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la liberté scolaire : Rebâtir l'école. Plaidoyer pour la liberté scolaire (Bernard Giovanangeli, 2017).

Partager sur

13 Commentaires

  1. Les problèmes liés à la sécurité ne touchent pas le Sud algérien. Ils sont au-delà de la frontière. Vous avez remarqué que depuis l’enlèvement des 32 touristes allemands et autrichiens en 2003, Dieu merci, il n’y a plus jamais eu d’autres prises d’otages grâce aux services de sécurité et à la population locale. Nous faisons tout notre possible pour que la région reste paisible. Entre l’Algérie et le nord du Mali, il y a une grande différence. Là-bas les gens sont des laissés-pour-compte. Ils n’ont absolument rien. La misère pèse lourdement sur leur quotidien. Ce qui n’est pas le cas dans notre pays.L’Algérie n’est pas le Mali ni la Libye.

    Répondre
  2. Saviez-vous pour bourgi en rédigeant un article sur l’afrique ?! lol

    quelqu’un parlait de france afrique: justement elle est moribonde comparée à la politique chinoise, je n’apprends rien.
    Certes il y a bolloré, mais bolloré pose beaucoup de problème à la F

    Et justement, Bourgi est bien à l’image de la politique africaine française actuelle un looser intégral, qui aurait à mon avis bien monnayé ses infos (comme fimalac)

    fillon, pris au dépourvu aprés sa victoire ne devait pas être suffisament préparé pour s’être entouré d’autant de loosers

    Répondre
  3. Bonsoir
    Merci pour cet article qui rappelle quelques évidences. Effectivement, assurer chez nous la sécurité et le bien être de nos concitoyens,y compris les anti-colonialistes, et honorer nos engagements vis à vis de certains pays de la zone ne nous permet pas de nous retirer de cette région. Bien que nos soldats y perdent parfois la vie , que cela coûte cher et nous crée des inimitiés. Le fait que nous ne soyons pas innocents de la situation nous oblige même à tout faire pour pacifier cette zone.
    Cordialement

    Cordialement

    Répondre
  4. Style d’article tout à fait bienvenu. Parfois, il est bon de se rappeler que le pamphlet n’est pas le seul genre littéraire existant, la polémique la seule attitude possible. La bonne vieille science a aussi son intérêt.

    Répondre
  5. Article intéressant mais très incomplet. On ne voit pas l’influence des grandes puissances dont notamment celles la France (…afrique). Les dictatures sont souvent mises en place par ces grandes puissances (elles-mêmes contrôlées par les multi-nationales) pour protéger leurs intérêts sans aucunes pensées pour les populations locales. Les français sont de moins en moins ignorants. Il faudrait donc commencer à reconnaitre les désastres humanitaires et le piratage des ressources qu’a subit ce continent depuis bien longtemps (le djihadisme est un mal négligeable à côté). Malheureusement tout cela n’est pas prêt de s’arrêter. Donc pas de soucis, la France continuera son ingérence.

    Répondre
    • C’est long à expliquer mais perso je pense tout le contraire.
      La france devrait intervenir militairement massivement en .. Algérie (pour la 3ieme fois?) avec la france algérienne…

    • ah non, ça va!!!

      On a d’autres chats à fouetter.

    • Vous devez être un soutien de Macron avec son « crime contre l’humanité ».

  6. Belle illustration dommage qu’on ne puisse pas cliquer dessus.

    A propos de la saillie de macron sur les crimes contre l’humanité, quand le Sahara fut -il colonisé? par des musulmans

    Sinon, qu’elle ne fut pas ma surprise en allant à Laayoun de constater par exemple que des gens n’ont rien à y faire (minurso: argent de nos impôts).
    La « maladie du pétrole » n’explique pas tout: nous avons obligation morale de châtier nos dirigeants qui interfèrent dans la zone de manière occulte.

    Répondre
  7. Bonjour,

    Etude intéressante mais dont la conclusion m’étonne (la France a toute légitimité pour intervenir) :
    concernant la dictature algérienne nous n’y pouvions et n’y pouvons toujours rien (à part arrêter de nous y ridiculiser comme Hollande et Macron), mais pour la Libye c’est bien l’intervention hâtive et irréfléchie de la France de Nicolas Sarkozy qui l’a déséquilibrée et envoyée dans les bras des djihadistes.
    Quant au Mali c’est bien la disparition de la dictature de Kadhafi qui a permis aux mêmes djihadistes de s’armer et d’en conquérir une grande partie en 2013.
    Ce qui fait que, à mon avis, il vaudrait mieux arrêter de nous mêler de ce qui ne nous regarde pas et auquel nous ne comprenons strictement rien.

    Répondre
    • Une intervention est toujours délicate. Pour le Mali, c’était une demande des pays de la zone (à l’inverse de la Libye) afin d’éviter la déstabilisation du Sahara. Nous sommes aussi concernés par ce qui s’y passe car un effondrement de la zone sahélienne aura de fortes répercussions en Europe.

  8. Merci pour votre travail d’analyse. Là aussi, nous n’avons pas voulu regarder l’évidence, celle des structures ethniques, qui malgré tous les oukases de l’école post-marxiste française, sont la réalité africaine. Dans son ouvrage « Décolonisez l’Afrique » de 2012, Bernard Lugan nous démontrait déjà que c’était l’une des clefs de la compréhension du continent.

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *