FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Si  la question est de tenter d’inflechir un jour la courbe du chômage en France, peut être serait-il alors préférable de cesser de taper en permanence sur les chefs d’entreprise ? Ils sont quand même la seule solution apparente dans ce jeu à somme nulle. François Hollande pendant sa campagne électorale « n’a pas dit la vérité aux Français » écrit Denis Kessler, président de la SCOR dans Challenges. Le « retour à la normalité » allait contribuer à la reprise et surtout le nouveau cap présenté comme keynésien allait relancer la croissance.

Dix mois après son arrivée à l’Elysée, rien n’a fonctionné comme le président le décrivait. L’objectif de réduction du déficit budgétaire ne sera pas tenu malgré une ponction fiscale très forte. Si le choc de confiance n’a pas eu lieu, le choc de défiance devient lui particulièrement violent. La seule solution pour retrouver de la croissance, c’est d’abord la réforme de l’Etat et des collectivités locales couplée à de la rigueur budgétaire. Hubert Jousset de la société de gestion GEFIP, dans sa dernière lettre, fait remarquer que la situation est encore plus menaçante qu’il ne paraît, car la dette de l’Etat a été multipliée par 3,5 depuis 1990, alors que la charge des intérêts n’a pratiquement pas augmenté du fait de la baisse des taux d’intérêts. Si les taux devaient rejoindre leur moyenne historique, il faudrait rajouter 100Md€ au déficit actuel soit 5% du PIB ! L’emploi dans le secteur marchand a perdu 100 000 postes en 2012.

La prévision pour 2013 est de 175 000 ! Comme l’a constaté François Hollande à Dijon « C’est difficile, c’est dur d’inverser la courbe du chômage. C’est comme dans l’escalade… ». C’est peut être pour l’aider que Angela Merkel, la Chancelière allemande, l’a invité à diner avec de grands patrons pour lui expliquer ce qu’était la compétitivité des entreprises. Wolfgang Schaüble son Ministre des Finances pourra également rappeler que gouverner ce n’est pas distribuer des cadeaux… Rubrique mauvais signes pour l’économie française, particulièrement fournie cette semaine : En matière de pression fiscale, selon les calculs réalisés par Cyrus Finance, un contribuable imposé à 45%, redevable de la contribution exceptionnelle hauts revenus et de l’ISF à 1,50% doit obtenir un taux de rendement pour préserver son pouvoir d’achat de 9% dans l’immobilier de 6,09% pour des actions.

Bernard Charlès directeur général de Dassault Systèmes, n°2 des éditeurs de logiciels européens, s’est exprimé très clairement dans Le Monde (et non dans Le Figaro).

« Résider en France devient lourdement handicapant » écrit-il. Denis Kessler, président de la SCOR, et Patricia Barbizet, directrice générale d’Artemis, démissionnent du FSI. C’est vraiment dommage car ils apportaient une véritable compétence en matière d’investissement. Ils avaient même refusé d’investir dans le dossier Heuliez auquel Ségolène Royal était très attachée …

Emplois à domicile. La majorité socialiste va supprimer un régime qui offrait des avantages aux ménages qui employait des salariés à domicile.  Cette mesure va évidemment développer le travail au noir, ce qui fera un peu moins de cotisations retraites…

Les syndicalistes français continuent d’être au dessus des lois. Après avoir obtenu l’amnistie pour fait de violence la semaine dernière, on apprend dans l’article du magazine Capital consacré à « L’incroyable dérive financière de la Mairie de Paris » qu’elle salarie une bonne trentaine de permanents de la CGT !

Chez Apple,  le travail de nuit  (= après 21h) est désormais interdit en France ! C’est une grande avancée due au syndicat SUD Commerce. Tous les étudiants qui ont besoin de travailler pour financer leurs études seront certainement très contents…

Le projet de mesures relatives aux rapports locatifs pour « pacifier les relations bailleurs/locataires » est proprement surréaliste…Après avoir dissuadé les investisseurs institutionnels d’acheter de l’immobilier résidentiel destiné à la location, on va arriver au même résultat avec les investisseurs privés…. C’est vraiment stupide….

La fin du meublé touristique  décidée par Bertrand Delanoë est une autre mesure idéologique, car prétendre que « cela permettra aux parisiens de mieux se loger » est une plaisanterie…

L’ensemble de ces mauvais signes  contribue à dégrader un peu plus l’image de François Hollande dans l’opinion publique. D’ailleurs, le dernier sondage réalisé pour Les Echos montre que  55% des français pensent que François Hollande ne sait pas où il va et que 35% pensent qu’il le sait, mais qu’il ne le dit pas !

En Europe le droit de regard de Bruxelles sur les budgets nationaux se met en place. Bien évidemment le parlement a rejeté le budget de l’UE. A suivre…

Le Dow Jones à 15000 ?

Aux Etats Unis, tout le monde se réjouit des niveaux record atteints par la bourse de New York. Les ventes de détail ont nettement progressé en février +1,1%, les derniers chiffres de l’emploi sont bons et IBM est au plus haut. Pourtant, si l’on tient compte de l’inflation depuis près de 30 ans l’indice Dow Jones et l’indice S& P 500 n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’il y a 13 ans. En terme réel Betrand Jaquillat d’Associés en Finance considère qu’on est même encore en dessous du niveau du 14 janvier 2000.

Le Dow Jones pourrait finir l’année à 15 000, c’est ce que prédit Gene Epstein dans Barrons cette semaine. Il pense même qu’il y a 50% de chances pour atteindre 18 000 à la fin de 2014Bob Doll, chief equity strategist de Nuveen Asset Management pense qu’il faut être optimiste sur les actions même si on ne l’est pas sur l’économie.

Les investisseurs se préparent à la remontée des taux. François Chevalier de Banque Leonardo croit au krach obligataire. Il pense que les conditions  sont réunies pour que les investisseurs vendent leurs obligations pour acheter des actions.

En Chine, Xi Jiping le nouveau Premier Ministre est aux manettes. Il a en face de lui les représentants du peuple à l’Assemblée qui comptent dans leurs rangs pas moins de 83 milliardaires… La Chine, tout comme l’Inde et le Brésil marquent le pas. Les trois pays des BRICS font face à un ralentissement de leur croissance.

Zhou Xiaochuan, le Gouverneur  de la Banque Centrale, surnommé « le Alan Greenspan chinois »  a indiqué qu’il fallait suivre l’inflation de près….

Le secteur du jeu vidéo pourrait s’activer

Le marché du jeu video avait terminé l’année 2012 en forte baisse. Les consoles étaient  en fin de vie, on assistait à une poussée du mobile et la nouvelle concurrence du « cloud gaming » devenait de plus en plus forte.  En plus, de nouveaux acteurs arrivent. Les fabricants de téléviseur vont entrer dans le marché (smart TV connecté à internet). On n’aura plus besoin de boitier externe. Les fournisseurs d’accès internet proposent eux aussi des jeux sur leur box (SFR, Bouygues Telecom)

Après Wii U de Nintendo, Sony a lancé Play Station 4, le 20 février dernier, Microsoft va bientôt lancer une nouvelle Xbox), Nvidia (Shields Project).

Activision Blizzard (filiale de Vivendi) et Electronic Arts (bien placé sur smartphones et Facebook) se payent 17X les bénéfices des douze prochains mois, contre une moyenne de 23 et 28 sur les dix dernières années.  Android devient le plus gros contributeur pour ces sociétés. Take Two Interactive a profité du succès de  la formule « Free to Play » (F2P) qui permet de jouer gratuitement au départ ….

 

 Par Jean-Jacques Netter

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur