FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Il y a bien longtemps au tout début des années 60, j’étais tombé par hasard sur un jeune homme qui venait de s’échapper de Roumanie et qui comme bien des Roumains parlait le Français. Durant la discussion il me dit soudain « Vous avez quelqu’un de très bien en France et c’est le General …Salan».Pour ceux à qui cela ne dit rien, le dit General Salan était l’un des quatre officiers qui avaient commis une tentative de coup d’Etat contre de Gaulle quelques mois avant.

Quelque peu interloqué, je lui dis, “Certes, certes, mais pourquoi ?”

La réponse fut sublime de profondeur. « Voyez-vous, me dit-il, la radio Roumaine officielle ne cesse d’en dire du mal. »

Et c’est la que je compris pour la première que dans les pays où la liberté d’information n’existe pas et où sévit un « Ministère de la Vérité », la population pour se faire une opinion n’a pas d’autre moyen que de prendre le contrepied de la vérité officielle. L’ennui bien sur est qu’en termes logiques, le contraire d’une erreur peut ne pas être la vérité, mais une autre erreur, mais cela reste utile.

 

Je n’ai jamais oublié cette leçon et je l’applique depuis avec bonheur.

Prenons un premier exemple dans le domaine de la politique.

A la fin des années 70, aussi bien l’économie Américaine que le prestige des USA dans le monde entier étaient au plus bas, ce qui réjouissait infiniment toute la gauche Française.

Reagan fut désigné, à la loyale, comme le candidat Républicain chargé de lutter contre le très incompétent Président Carter, au demeurant un fort brave homme.

Dans les mois qui suivirent, les journaux Français « de gauche » furent remplis d’injures adressées à l’acteur de seconde zone, à l’ignare, à l’inculte, au demeuré mental qui osait prétendre qu’il allait redresser son pays. Comme chacun sait, la France s’est toujours distinguée par la qualité des élites qu’elle sélectionne, depuis le rescapé de l’attentat de la rue de l’Observatoire jusqu’à l’Homme Normal qui nous gouverne. On aurait aimé plus de modestie de la part de la classe jacassière, mais à l’impossible nul n’est tenu. Connaissant un peu Reagan et encore mieux les USA, c’est à ce moment là que j’ai cessé de lire « Le Monde » en partant du principe que l’information était une chose, la désinformation une autre. Après tout, c’est déjà difficile de comprendre ce qui se passe mais si en plus des incompétents à l’esprit faux essaient de me faire prendre des vessies pour des lanternes, je ne vois pas pourquoi je devrais les payer pour accomplir cette forfaiture.

 

Prenons un deuxième exemple dans le domaine de la stature morale d’un personnage et je vais parler de Soljenitsyne qui venait d’être expulsé d’URSS après avoir publié « l’Archipel du Goulag », ce coup de boutoir qui fit sauter le Mur de Berlin. Invité à  “Apostrophes ” (je crois), il y rencontra Jean Daniel qui lui tint à peu prés ce discours : « Lui et Soljenitsyne avaient toujours lutté pour la Liberté. (On voit l’outrecuidance de la part d’un homme qui était pour l’alliance avec les communistes, que personne n’avait jamais mis en prison et qui venait à l’émission dans son joli costume bleu, bien rasé, prospère et sentant bon la lavande )… et donc il ne comprenait pas comment le prophète Russe pouvait venir en France pour expliquer que le communisme était une abomination juste avant des …élections cantonales  (ou municipales, je ne sais plus).

Je me souviens de l’air absolument ahuri de Soljenitsyne qui à l’évidence se demandait qui était ce jean-foutre en face de lui.  “Quand le sage montre la lune du doigt, l’imbécile regarde le doigt ” dit la sagesse populaire. Et du coup, rebelote, je n’ai plus jamais lu le Nouvel Observateur qu’il m’arrivait parfois de parcourir d’un derrière distrait avant cet incident.

Le lecteur ne peut imaginer à quel point ne plus lire ces deux publications libère l’esprit et permet de recommencer à réfléchir tant il est vrai qu’essayer de comprendre pourquoi tous ces gens pensent faux est une tache sans aucun intérêt.

 

La seule chose qui compte c’est d’essayer de penser juste soi même. Comprendre pourquoi les autres pensent faux ne fait pas faire de grands progrès intellectuels.

Le pauvre Revel s’y est brisé.

Et donc, en suivant cette méthode, après cinquante ans de lectures, je suis arrivé à repérer les gens ou les publications qui pensent de travers, ce qui est bien utile et surtout économise un temps précieux.

 

Ce qui m’amène à mon sujet, l’inénarrable monsieur Trump.

Depuis Reagan, Thatcher, Jean Paul II et Soljenitsyne je n’avais plus jamais vu un tel débordement de haine et d’insultes dirigées à l’encontre de ce brave homme d’affaires New-Yorkais qui semble avoir comme gros défaut de beaucoup aimer les femmes, surtout si elles sont jeunes et originaires de l’Est de l’Europe. Comme le disent les plaisantins à New-York, les femmes de Trump montrent bien que les USA ont besoin de travailleuses immigrées puisqu’à l’évidence, elles font le boulot que personne d’autre ne veut faire.

Ce qui n’empêche pas tous les nuisibles habituels d’y aller de leurs commentaires.

 

  • Les « hommes de Davos » et autres « Oints du Seigneur », Attali, Minc, BHL etc. ne peuvent supporter qu’un homme qui risque d’être élu attaque leur rêve, ou plutôt leur cauchemar mondialiste et prétende à restaurer les droits du Peuple et la Souveraineté Nationale.

 

  • Tous les partisans de la grande fusion des Nations en un seul peuple s’alarment de ses propos visant à contrôler une immigration devenue folle. En tant que Libéral, je suis favorable à l’immigration mais encore plus à l’application de la Loi votée localement et librement par les Citoyens. Chacun peut faire venir qui il veut chez lui, mais à condition que ce quelqu’un commence par respecter la Loi du pays dans lequel il est invité et à condition qu’il ne soit pas rentré en fraude. Nul ne peut se prévaloir de sa forfaiture est un principe intangible du Droit.

 

  • Tous les stipendiés du Ministère de la Vérité, dans les media, l’éducation ou la culture c’est-à-dire tous ceux qui nous ont imposé les Lois mémorielles et le politiquement correct, sont affolés parce que cet homme dit ce qui lui semble juste et vrai et que les auditeurs qui sont aussi et surtout des citoyens adorent et se précipitent en masse à ses meetings. La langue de bois, ou novlangue, vient de recevoir un coup fatal car aux USA, la parole libre est protégée par le premier amendement : « Le congrès des Etats-Unis ne fera pas de Loi pour limiter la liberté d’expression ». A quand ce premier amendement en France ?

 

  • Mais ce qui me réjouit le plus, c’est que les ploutocrates qui ont pris le contrôle du système politique en prenant le contrôle de la banque centrale aux USA étaient persuadés que celui qui pouvait mobiliser le plus d’argent  pour sa campagne serait automatiquement élu. Et comme c’était eux qui le choisissaient et qui lui fournissaient l’argent, ils étaient bien tranquilles sur leur tas d’or. Or, Trump fait une campagne qui ne lui coute quasiment rien, tout en étant milliardaire, ce qui est à hurler de rire tandis que Jeb Bush, le candidat « officiel » a dépensé plus de $ 100 millions pour rien avant que de renoncer piteusement tandis que l’autre candidat «  officiel » Rubio a lui aussi jeté l’éponge. Ne reste plus face à Trump que Ted Cruz, qui dans son genre, ne sera pas plus facile à manipuler que ne le sera Trump.

 

Et donc je suis en train de connaitre un bonheur intense : Tous les gens que je méprise et qui nous ont amené dans la situation où nous sommes sont en train de courir en rond en glapissant que ce qui est en train de se passer est horrible, que nous allons droit à la catastrophe, et tout ça à cause du vote d’une population ignorante, ce qui sous entend bien entendu qu’ils croient profondément que la Démocratie ne marche pas et que faire voter le Peuple est une erreur.  C’est d’ailleurs ce qu’ils ont toujours pensé.  On pense à la phrase de Montaigne, inattendu soutien de Trump : « J’aime bien les gens de mon pays qui n’en savent pas assez pour raisonner de travers ».

Mais à la place de Trump, je porterai un gilet pare–balles, à tout hasard, tant ces gens là n‘aiment pas perdre de l’argent…

 

En fait, je ne connais pas monsieur Trump, je n’ai pas la moindre idée de son programme et je ne suis même pas sur qu’il en ait un. Ma principale inquiétude porte sur la décoration de la Maison Blanche si par hasard il était élu, tant il est vrai que la Trump Tower à New-York est un monument impérissable à la gloire de tout ce qui est doré sur tranche. Mais on n’élit pas un Président pour son goût exquis… sinon monsieur Hollande serait encore à la mairie de Tulle.

Plus sérieusement, il semble que Trump ait mis le doigt à un endroit qui fait très mal.

 

La classe moyenne aux USA, plutôt blanche et conservatrice socialement, a été non seulement laminée économiquement dans les vingt dernières années mais aussi son système de valeurs a été attaqué comme jamais. Non seulement « on » les a ruiné, mais en plus « on » leur a dit sans cesse qu’ils étaient idiots de croire à des choses comme le patriotisme, la famille, l’honnêteté, la fidélité, le respect de la parole donnée ou l’égalité devant la Loi (si les citoyens Américains étaient égaux devant la Loi, les Clinton et la moitié de Wall-Street seraient en prison) et que sais- je encore….

Et donc le citoyen de base aux USA se précipite aux réunions de monsieur Trump. Et ce qui affole le plus ses adversaires est bien sur que la participation électorale risque de monter très, très fort, car après tout, toutes ces classes « élitistes » se rejoignent sur un objectif et un seul : empêcher le peuple de s’exprimer. Il est quand même plus simple de faire élire une marionnette si seulement une petite moitié des électeurs se donne la peine d’aller voter que si tout le monde va voter. On reste entre amis, un peu comme en France entre les deux partis dits de gouvernement. (On se demande bien pourquoi ils ont été affublés de ce titre tant ils ont été incapables de gouverner l’un ou l’autre, mais cela fait sans doute partie de la novlangue, enseignée dans nos écoles depuis quarante ans).Bref, je crois que lorsqu’il s’agit de parler de l’émergence de monsieur Trump il faut bien faire la part des choses et sérier les problèmes.

 

Le but premier est de se débarrasser de ces élites corrompues, incompétentes, mortifères et vaniteuses. J’ai souvent parlé dans ces colonnes de la conversation que j’avais eu avec Thomas Hoenig alors Président de la Reserve Fédérale de Kansas City, qui m’avait dit en terme clairs que la Fed avait été capturée par une ploutocratie et que la politique monétaire des Etats-Unis était menée par cette ploutocratie au bénéfice de cette ploutocratie. Et se demandait Hoenig, la question essentielle était de savoir comment le Citoyen Américain allait récupérer sa Démocratie.

Eh bien, le Donald est peut être le début de la réponse. Et comme la même capture non démocratique s’est passée dans les media, dans l’enseignement, dans la diplomatie, le but essentiel de tout citoyen  devrait être d’abord de virer tous ces nuisibles. On voit mal si tel est la mentalité du peuple Américain aujourd’hui, ce que semble confirmer le bon parcours de Saunders à gauche, comment Mrs Clinton pourrait être élue tant elle représente cette classe honnie. Si monsieur Trump réussit à nous débarrasser ne serait ce qu’un petit peu de cette classe de sangsues, nous serions déjà tous gagnants.

Tant qu’à faire, bien sur, il vaudrait mieux qu’ils soient remplacés par des gens compétents et je n’ai aucune information spéciale sur le fait de savoir si le Donald est compétent ou non et à vrai dire, cela m’est égal. Ce n’est pas trop demander que de s’attendre à ce qu’il ne soit pas plus incompétent que ses prédécesseurs tant cela paraitrait difficile. S’il était simplement incompétent mais honnête, cela serait déjà un gros progrès.

 

Dans la vie comme dans les affaires, il faut savoir sérier les problèmes.

Mon fils quand il était dans l’armée Française en tant que Lieutenant avait posé une question à son Capitaine qui lui avait répondu : « Lieutenant, dans la vie, il y a deux sortes de problèmes : Les problèmes de Lieutenant et les problèmes de Capitaine. Cela m’a l’air d’être un problème de Lieutenant. Rompez ! ».

Se débarrasser des corrompus est un problème de Lieutenant qui doit être réglé avant que l’on ne trouve un Capitaine compétent. Ne pas inverser les priorités me semble être déjà un bon début. Mais en tout état de cause je serai toujours reconnaissant au Donald de m’avoir fait rire comme peu de fois dans ma vie. Le spectacle de l’affolement de toutes mes crapules favorites à l’idée que leur monde de copinage et de crime allait peut-être s’écrouler est un des rares moments de bonheur intellectuel que j’ai connu depuis longtemps.

Et de cela, il faut le remercier

.

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s'est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 " Des Lions menés par des ânes "(Editions Robert Laffont) ou il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage "L'Etat est mort, vive l'état" Editions François Bourin 2009 prévoyait la chute de la Gréce et de l'Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal research (www.gavekal.com) et Gavekal securities et membre du conseil d'administration de SCOR.

Partager sur

115 Commentaires

  1. Pourquoi je ne voterai pas pour Trump, par la journaliste conservatrice Dana Loesch :

    http://danaloeschradio.com/how-i-came-to-my-opinion-on-donald-trump

    Des différents faits énumérés dans sa liste, je retiens les liens d’affaires de Donald Trump avec des délinquants et des mafieux (fraude financière, trafic de drogue, proxénétisme…), et surtout avec des mafieux d’Ukraine et de Russie.

    Comme chacun sait (ou devrait le savoir), la mafia russe est étroitement liée au pouvoir politique. Plus exactement, la mafia russe et le pouvoir politique, c’est souvent la même chose, de même que les services secrets russes et le pouvoir politique, c’est la même chose.

    A part ça Donald Trump est le candidat de Poutine, mais c’est complètement un hasard.

    Ai-je vraiment besoin de faire un dessin sur les dangers que pose une telle combinaison, pour la souveraineté des Etats-Unis comme pour la paix dans le monde ?

    Répondre
  2. C’est toujours un plaisir de vous lire M. Gave.
    j’espère que les gens comme vous finiront par remplacer tout nos jacobins.

    Répondre
  3. Beaucoup trop de “Yniaka” et “Fokon” dans le discours de Trump pour que je puisse y accorder quelque crédit. Un mauvais leader pour la classe moyenne US et probablement un danger pour le reste du monde. Dont l’essentiel de l’électorat US se moque comme de sa première chemise!!

    Répondre
    • Je ne sais si Donald Trump est de la trempe d’un grand président des USA, mais je sais quels avantages nous Français pourrons retirer de son élection: il est contre l’Hyper classe mondiale financière, contre les traité transatlantiques et trans pacifiques; il est pour une normalisation des relations avec la Russie et un retrait relatif de l’Otan, toutes choses excellentes pour la France, à condition qu’elle chérisse à nouveau sa souveraineté et se redonne de l’ambition sur la scène internationale!

      Répondre
  4. il insiste encore une fois sur un reset (répudiation) de la dette US
    il évoque une période transitoire de 8ans pour redresser le pays (ndlr en fait redresser les us cela consiste à redresser le monde dans son ensemble)

    http://www.zerohedge.com/news/2016-04-02/trump-country-headed-massive-recession-its-terrible-time-invest-stocks

    sinon je pense qu’un crash actions (-40%) avant l’election pourrait faire peur à ses electeurs potentiels: un moment lehman propre à manipuler l’opinion encore une fois

    Répondre
    • mon message de lundi n’est pas passé:

      J’y indiquais que lundi dernier vous aviez prodigieusement surpassé la totalité des articles publiés par la presse française sur la semaine.

      Mais plus important, le wend dernier aprés le départ de Decaux (né en 1925 ainsi que Peyrefitte ou Ormesson) je pensais que je suis content que Finkelkraut soit rentré à l’institut alors que c’est l’une des dernières institutions +-intactes françaises (avec la gastronomie?).

      Il est grand temps que l’economie rentre à l’académie française. Il est peut etre même trop tard.

      Il n’y a pas à rougir mais plutôt à se plaindre du manque de concurrence et de l’urgence.
      Mauldin m’a fait lire galetsky gavekal, pendant 5ans j’ai cru que CG était un américain sachant la chose monétaire…

      Je pense que même et surtout la victime de l’attentat de l’observatoire* par exemple, y compris après avoir lu cet article serait pour.

      ps :
      * concernant l’Observatoire je ne suis spécialiste n’ayant que 40ans, un grand père n’arrêtait pas de m’en parler…
      Je me suis dit sous la douche aprés la lecture de votre article qu’en réalité Mitterand admirait De Gaulle. Il a voulu s’essayer à faire un petit acte militaire à l’instar par ex du “coup ” de De Gaulle (op resurrection).
      Encore trop jeune & inexpérimenté il s’est fait gaulé …lol

      Répondre
  5. Aux USA il y existe une constitution ,une cour supreme, un congrès, une presse relativement libre …Ce monsieur Trup ne pourra faite tout ce qu’il veut…Son programe fiscal et de réforme de la santé est intéréssant un certain nombre de ses positions sont contestables et très probablement contraire à la constitution US…

    Répondre
  6. Bonjour,

    Je vis aux USA. l’une de mes connaissances connait Mr Trump. Il ne tarit pas d’éloges a propos de Donald Trump.

    Par ailleurs, comme Charles Gave j’ai commence a m’intéresser sérieusement à D.Trump intrigue par un tel déferlement de haine et d’insultes…. Je vous encourage a visionner cette video de 25 minutes réaliser par une TV française “indépendante” qui en 25 minutes donnera a tous une idée de pourquoi Mr Trump fait si peur a “l’establishment”.

    Quelles sont ses idées. Video sans coupures, pas de montage, pas de bidouillages qui font passer l’homme pour ce qu’il n’est pas… sous titrage en anglais mais sont anglais est excellent.

    Enfin, 3eme point important a mes yeux. La Dynastie Trump ne compte (ses enfants) aucun drogue, coureur de p…, etc. C’est une famille unie et équilibrée. Mon experience m’a appris que cela en disait long sur un homme. Vie privée et vie professionnelle sont indissociables quoi que l’on en dise.

    https://www.youtube.com/watch?v=Tnu9QCv0oFI

    Je devrais être en mesure de voter cette année aux USA. Je vais voter pour Donald Trump. Je partage tout l’analyse et le point de vue de Mr Gave. Oui Mr Trump peut acheter un gilet par balles et un tank pour se déplacer.

    Répondre
    • Vous avez raison de mettre indépendante entre guillemets, pour TV Libertés. Elle est indépendante de beaucoup de monde, mais pas de Moscou.

      Le directeur d’antenne de TV Libertés est Gilles Arnaud, ancien conseiller régional Front national, maintenant au Parti de la France de Carl Lang. Gilles Arnaud était le directeur de Pro Russia TV, une autre télévision sur Internet qui s’est arrêtée au moment où TV Libertés a été lancée.

      Pro Russia TV, dont la ligne éditoriale est contenue dans le nom, avait un logo aux couleurs du drapeau russe, diffusait ses “journaux” avec des images du Kremlin en arrière-plan, et renvoyait directement, sur son site, à l’adresse de l’ambassade de Russie en France.

      Dans son équipe rédactionnelle se trouvaient plusieurs membres du Front national et d’autres mouvements de l’extrême-droite, et surtout, deux employés de La Voix de la Russie, l’un des organes de propagande officiels du Kremlin à l’époque : Alexandre Artamonov et Françoise Compoint. Cette dernière travaille aujourd’hui… à Sputnik France, l’un des nouveaux canaux de propagande de l’Etat russe à destination de l’étranger, qui diffuse un épouvantable mélange de mensonges éhontés et de désinformation aussi outrancière que grotesque.

      Pour monter Pro Russia TV, Gilles Arnaud a déclaré avoir reçu 115 000 euros, puis 300 000 euros l’année suivante de la part des médias d’Etat russes, à l’issue d’un contrat signé par l’entremise de l’ambassadeur de Russie en France.

      Naturellement, TV Libertés diffuse, sur la Russie, la même désinformation concoctée à Moscou que Pro Russia TV, mais elle ne le fait plus sous les couleurs de la Russie. Officiellement, elle est financée par ses “donateurs”. Dont nous n’avons pas la liste, ni l’origine nationale…

      C’est ce que certains appellent une télévision “indépendante”…

      Pour connaître la vraie nature de Donald Trump, je vous suggère de chercher ailleurs.

      Répondre
      • Réjouissez-vous : Pro Russia ferme.

        Répondre
        • On voit bien le troll du Kremlin qui raconte n’importe quoi : Pro Russia TV a fermé depuis longtemps !…

          Demandez au moins à vos chefs, avant d’écrire n’importe quoi. Lisez vos fiches. Essayez un peu de faire du travail propre.

          Du temps du KGB, vous auriez été fusillé.

          Répondre
          • 🙂

      • Hmmm … arrêtez un peu a paranoïa…..
        ils ont simplement repris les discours de Donal Trump pour en faire une video…. il n’y a aucune intervention d’un membre de TV libertés….

        Répondre
        • C’est ça, prenez-nous pour des imbéciles !

          Il n’y a aucune intervention d’un membre de TV Libertés… sauf pour sélectionner les extraits qui arrangent le Kremlin !

          Vous ne vous êtes jamais interrogé sur la question de savoir pourquoi une télévision d’extrême-droite, qui est en temps normal un porte-voix du Front national, publie soudain une vidéo de vingt minutes à la gloire de Donald Trump, dont le slogan est “Let’s make America great again” ? Rendons sa puissance à l’Amérique ?

          Alors que s’il y a une constante dans l’idéologie du Front national et de l’extrême-droite, c’est bien la haine de l’Amérique et la dénonciation de sa puissance jugée excessive ?

          La réponse est dans votre fameuse vidéo “pas du tout arrangée par la rédaction de TV Libertés”, qui commence par une longue déploration de Donald Trump à l’effet que les Etats-Unis seraient humiliés à travers le monde, que sa puissance ne serait qu’un souvenir et qu’elle se ferait sans cesse ridiculiser par ses partenaires étrangers.

          Soit exactement ce que répète nuit et jour la propagande du Kremlin, au moyen des milliards de dollars qu’elle consacre chaque année à la démoralisation de l’Occident !

          (Au passage, certaines des assertions de Trump dans ce passage doloriste sont manifestement fausses et facilement réfutables.)

          Aux oreilles d’un symathisant du Front national (ou d’un agent du SVR en poste à Paris), ces propos sonnent comme une délicieuse musique confirmant ses préjugés : l’Amérique est en pleine décadence, l’Amérique est finie, place à la Russie et qu monde “multipolaire”.

          (Ce qui veut dire en réalité : un monde unipolaire dirigé par la Russie — ça c’est le fantasme poutinien –, et, à défaut, un monde bipolaire où Moscou et Washington décident seuls de la marche du monde — ça, c’est le véritable objectif de la diplomatie russe, qui au passage réduirait l’Europe au rang d’esclave des deux grandes puissances, mais les poutino-lécheurs du Front national n’ont pas l’air de s’en apercevoir.)

          L’autre motif de ce subit accès d’amour de TV Libertés pour un candidat américain à la présidentielle, ce sont les proclamations isolationnistes de Donald Trump, et plus encore ses velléités de démanteler l’OTAN, et en tous cas de l’affaiblir, de laisser l’Europe s’occuper elle-même de sa défense.

          Là encore, bizarrement, cela coïncide avec les objectifs stratégiques du Kremlin : détruire l’OTAN, introduire un coin entre les Etats-Unis et l’Europe, afin d’affaiblir celle-ci et de la mettre à la merci de Moscou.

          Mais c’est un hasard, bien sûr !

          Et vous, mon ami, vous commentez depuis combien de temps sur ce site ? Depuis avant-hier ? Depuis que votre logiciel made in SVR vous a signalé un article consacré à Donald Trump sur un site français ?

          Vous êtes trop fatigué pour vous prendre un vrai pseudonyme ? Ou vous n’avez tout simplement pas le temps, au vu de la centaine de commentaires qu’on vous paye pour écrire chaque jour, dans votre usine à trolls de Saint-Pétersbourg ou d’ailleurs ?

          Au passage, votre incipit “Je vis aux USA, l’une de mes connaissances connait Mr Trump, il ne tarit pas d’éloges a propos de Donald Trump” est un copié-collé du commentaire-type du troll professionnel du Kremlin.

          1) Je prétends bruyamment être un citoyen d’un pays occidental (ce qui est la preuve que vous ne l’êtes pas, les gens qui le sont ne se donnent pas la peine de le préciser), 2) Je prétends avoir un ami “qui connaît très bien [la Russie] [Donald Trump] [le sujet du jour] et qui m’a dit que…”.

          Vous n’êtes pas sur VKontakte, ici. Vous n’êtes pas chez les vatniks. On n’abuse pas les lecteurs de Charles Gave comme on abuse les alcooliques de chez vous.

          Répondre
    • Le troll professionnel du Kremlin “Tm” prétend “vivre aux USA”, mais son clavier a les accents français.

      Et il conseille à des lecteurs français de regarder une vidéo de Donald Trump publiée par une télévision Web française, avec “sous titrage en anglais mais sont anglais est excellent”.

      Forcément, quand on doit arroser des centaines de sites dans des pays qu’on ne connaît pas avec des milliers de faux commentaires, il arrive qu’on s’emmêle les pédales avec les langues…

      Répondre
      • vous etes totalement parano…. et archaïque… une pauvre tache !

        c’est a se p…. dessus…… j’ai un apple mac book pro dernière generation….. j’ai un clavier américain et maintenant appuyée la touche qq instant vous avez les accents français et allemands…..

        vous etes a l’image de la france……. une des raisons pour laquelle j’ai foutu le camp !

        Mesquin, petit et jaloux avec les genes du collabo…. pour sur nous n’avons pas le meme intellect !

        tout ce j’ai écrit et la stricte vérité…. je n’ai pas de profil parce que je n’ai pas que cela à (oooh accent français) foutre….. aux USA on bosse… a bon entendeur….. Roberto….

        Répondre
        • Bonjour,

          On ne s’insulte pas, sinon je vais devoir gérer.

          “On est pas là pour se faire engueuler , on est là pour voir le défilé”

          Répondre
          • Bonjour.
            Je me suis laissé emporté. mais une telle bêtise m’exaspère….
            oui je vous l’accorde.. le defile… les avions, les tanks et les calèches….. il y a qq “calèches” sur le site…. Marchepied en est une !
            Bien a vous
            Tm

      • MONSIEUR MARCHEPIED….. vous vivez apparemment encore a l’époque du “peril rouge” mdr….

        mon pauvre…. le peril est en France….. le ver est dans la pomme…… je préfère encore de loin le peril Russe …… demain il va vous rester 2 choix….. le métissage et vous convertir….. a ces deux options j’ai choisi de foutre le camp…. Car l’étape suivante a moyen terme pour la france c’est un scenario a la bosnie herzegovine…. mais comme les français sont des veaux et des c…. m…… ils se metisseront et se convertiront……

        last, my dear roberto…. je parlais de l’anglais de D.Trump qui est excellent…. si vous étiez un peu sorti de France vous sauriez de quoi je parle…. il y l’anglais et l’américain, et l’anglais international……. et j’ai precise la presence de sous titre en français pour les lecteurs (comme vous) avez un niveau en anglais de français !

        Répondre
        • @ Tm – 5 avril 2016

          Vous prétendez vivre aux Etats-Unis et vous affirmez préférer le “péril russe” au péril… français ?

          Contrairement à ce que vous affirmez, vous n’avez pas “précisé la présence de sous-titres en français” sur la vidéo de Trump (je me permets de corriger votre orthographe au passage), vous avez dit, très exactement : “sous titrage en anglais mais sont anglais est excellent” (ici, je ne corrige pas : l’anglais de Trump est peut-être excellent, mais votre français est exécrable).

          Pour votre information, puisque ma vie privée semble vous intéresser, je suis bilingue.

          Et donc, pourrait-on avoir un avis de votre part, concernant les multiples faits dont je vous ai informé sur TV Libertés, Pro Russia TV et leurs commanditaires ? Vous étiez au courant ?

          Auriez-vous des informations complémentaires à nous faire partager ? Des précisions, des justifications de votre grotesque mensonge suivant lequel TV Libertés serait “indépendante” , puisque vous prétendez bien la connaître ?

          Non ! Rien du tout ! Des invectives et des insultes par paquets de douze ! Il ne faut pas vous mettre en colère comme cela, lorsque vous êtes démasqué :

          “tout ce j’ai écrit et la stricte vérité…. je n’ai pas de profil parce que je n’ai pas que cela à (oooh accent français) foutre….. aux USA on bosse… a bon entendeur….. Roberto….”

          Une preuve de plus que vous n’êtes nullement résident des Etats-Unis. Aux Etats-Unis, on est poli. On ne déforme pas le nom de ses interlocuteurs pour les insulter. On ne débarque pas sur un blog en écrasant ses lecteurs de son mépris, et en leur expliquant que “je n’ai pas le temps de prendre un pseudonyme, parce que moi, je bosse”.

          En revanche, la grossièreté des vatniks russes est bien connue.

          Et dites-moi, “Tm” (joli nom…), qui est votre camarade “d” ? Vous le connaissez bien ? C’est un ami d’enfance ? Il est violoncelliste et c’est le parrain de votre fille ?

          Voilà une chose que personne ne fait aux Etats-Unis, pays où subsiste un certain sens moral au sein de la population : prendre deux pseudonymes différents pour faire semblant d’être plusieurs, lorsqu’on cherche querelle à quelqu’un sur un blog. C’est un “no-no” absolu, et chacun sait fort bien que si l’on s’aventure à ce genre de lâcheté, on risque l’exclusion immédiate.

          En revanche, c’est l’un des signes qui permettent de détecter le troll du Kremlin. Vous en trouverez de nombreux, sur les fils de commentaires des sites occidentaux qui évoquent la Russie, pour s’inviter sortis de nulle part, puis pour se dédoubler mystérieusement en entamant une interminable “conversation” entre eux, sur l’air de “C’est très juste, ce que vous dites, ma chère Tartempion, moi aussi je suis révulsé par nos dirigeants, si seulement nous pouvions avoir quelqu’un de la trempe de Poutine !”.

          Au fait, vous qui “vivez aux Etats-Unis et allez voter Trump”, on attend toujours de votre part des informations inédites sur son programme, une analyse originale de ses positions politiques, quelque chose qui nous permette à nous, misérables Français qui ne parlons pas l’anglais (contrairement à vous qui ne parlez pas le français), de mieux connaître ce Titan de la politique, ce génie qui s’apprête à bouleverser le destin des Etats-Unis, à l’instar de Poutine qui a fait de la Russie un petit paradis.

          Je veux dire quelque chose de plus intelligent que “y’a une vidéo sur Internet” et “j’ai un pote qui m’a dit qu’il fallait voter Trump”.

          Parce que là, vous nous prenez un peu pour des jambons. Sans vouloir offenser nos amis belges.

          Et non, il n’y a pas du tout de “péril rouge”, la preuve :

          http://www.nytimes.com/2015/06/07/magazine/the-agency.html

          Répondre
  7. “Tous ceux que je méprise … sont en train de courir en rond en glapissant” est une merveilleuse formule. Elle illumine d’un coup le sujet. Effectivement ces journaux “intellectuels” que nous avons tous lus en oubliant qu’ils étaient tellement subventionnés qu’ils devaient troquer un minimum de vérité en échange d’un maximum de reconnaissance publique! D’après ce que je sais par un américain très proche dans ce beau pays, il constate que ce personnage haut en couleur dit très simplement ce que la majorité active du privé pense. Donc l’immense société moyenne qui bosse se reconnaît dans ses sorties. C’est bref et peu nuancé mais les autres sont si tordus enfin pas très clairs comme ces golfes pas très clairs non plus. De fait, Beware!

    Répondre
    • Tout a fait….. exactement…. toute la classe moyenne américaine “wasp” ou simplement meme des immigres légaux qui travaillent et qui se sont “integres” se retrouvent dans ses propos….

      Répondre
  8. Je n’ai rien contre M. Trump a premiere vue, mais un tel homme ne peut monter un tel empire et avoir passé tant de temps avec “les elites” politiques et financieres des US (voir du monde…) sans en faire lui-meme partie… La these selon laquelle il serait la pour s’assurer de l’election d’Hillary Clinton me parait avoir du sens…
    Theorie du complot me repondrez-vous, mais pourquoi pas?

    Répondre
    • George Soros (et sachant à quel point il est nuisible) disant qu’il veut détruire Trump car celui-ci n’a jamais fait allégeance aux franc-maçons mondialistes est pour moi la preuve que Trump est un homme bien !

      Répondre
      • Théorie du complot contre théorie du complot ?

        Le problème, c’est que des fois il y a certains “hics” qui apparaissent …

        Hitler était financé et soutenu pour faire barrage aux communistes par une bonne partie des élites allemandes voire américaines avant de comprendre qu’il était difficile à “contrôler”.

        Répondre
  9. Le seul point du programme de Trump qui semble dénué d’ambiguïté est son opposition ed principe à l’immigration de masse et à l’islamisation, et c’est à lui seul une raison de le préférer. Comme Marine le Pen en France.

    Pour le reste, il rappelle certes Jean-Marie le Pen (par son côté provocateur, grossier et voyou), mais aussi Nicolas Sarkozy (par son côté “Je vous ai compris”, et “Je n’ai pas peur d’appeler un chat un chat”). A ceci près que Sarkozy a offert un semblant de cohérence avant son élection (pour tomber dans le n’importe quoi après), tandis que Trump donne dans le n’importe quoi dès la campagne électorale.

    Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup suivi ses déclarations, mais d’une part les analystes disent communément qu’il est isolationniste en matière de politique étrangère, d’autre part il a déclaré que sa politique à l’égard de l’Etat islamique aurait consisté à “écraser sous les bombes leurs installations pétrolières, puis à m’emparer de leur pétrole”.

    George W. Bush, à qui on a beaucoup reproché son interventionnisme et ses “guerres pour le pétrole”, ne s’est jamais laissé aller au quart de la moitié d’une telle vantardise.

    Enfin, concernant la beauté de ses enfants, je ne vois pas très bien le rapport avec la choucroute. Déjà qu’on est censés voter pour la femme des candidats (voire leurs femmes et leurs maîtresses), ce que je trouve déjà assez tordu, si en plus il faut voter pour leurs enfants…

    Répondre
    • Et pourtant il y a un.

      Répondre
      • Je crois savoir ce que vous voulez dire, mais je m’en voudrais de réfuter votre argument avant de l’avoir entendu de votre bouche.

        Répondre
        • Disons que je connais peu d’exemple ou des abrutis finis donneraient jour à des enfants sains, bien eduqués etc
          Je vous accorde que l’inverse n’est pas vrai en revanche.

          Et la socialite qu’est Ivanhah trump n’a pas forcement fait tout le boulot…

          A tout le moins, il a choisi les bonnes nannies, les bonnes écoles etc etc. Un crétin raciste aurait élevé d’autres crétins racistes. Sa fille vient d’avoir son troisième à 35 ans, trois jours après elle emmenait les enfants à l’école, bien coiffée et en place. Je dis juste “chapeau”.

          C’est autre chose comme peuplade que les jérémiades d’une trierweiller.

          Répondre
          • Bon, il ne s’agit pas de beauté physique, c’est déjà ça.

            Je crains que votre point de vue ne soit quelque peu corporatiste, je veux parler de la corporation des mères de famille qui bossent. La focale est franchement étroite.

            Si l’on juge un chef politique à ses enfants, alors pour commencer il faudrait tous les connaître, et les connaître bien. Je ne pense pas que ce soit le cas, ni que ce soit souhaitable, d’ailleurs.

            Plus généralement, il s’agirait de juger la personnalité d’un homme, sa valeur morale si vous voulez, en fonction de l’éducation qu’il aurait donnée à ses enfants.

            Cela peut se défendre, comme peut se défendre le fait de mettre la valeur morale d’un candidat à la fonction suprême avant les détails de son programme.

            L’ennui est que le lien est assez flou entre la valeur morale de Trump et celle de ses enfants, si tant est qu’on puisse connaître cette dernière. Le fait de retourner rapidement au travail après avoir accouché n’est pas suffisant pour cela, et d’ailleurs on peut très bien soutenir que c’est moralement regrettable.

            Mais surtout, si l’on place la valeur morale d’un candidat au premier plan, alors ce qui importe est d’abord celle qu’il montre directement à ses électeurs, et non celle qu’on pourrait deviner indirectement au travers des effets supposés qu’elle aurait eus sur l’éducation de ses enfants.

            Or, sur ce plan, le bilan personnel de Trump est résolument négatif. Il se comporte comme un voyou, il en jouit visiblement et c’est ça entre autres qui fait bicher ses électeurs (et même ses électrices, ce qui est plus étrange mais s’explique : les femmes ont toujours été attirées par les voyous).

            Quelqu’un qui passe son temps à humilier et à insulter ses opposants, ou même des gens qui ne lui sont pas entièrement soumis, quelqu’un qui se comporte comme un mufle avec les femmes, quelqu’un qui incite ses partisans à la violence pendant ses meetings, n’a pas la fibre morale attendue d’un président.

            Alors on peut soutenir que le poste de président des Etats-Unis ne convient pas à un angelot qui fait flop-flop, on peut objecter que la politique ne sent pas bon, on peut affirmer qu’il nous faut un salopard pour nous défendre contre des mafieux et des barbares, mais de là à faire assaut de bassesse face aux personnes mêmes dont on sollicite les suffrages, il y a une marge.

            Et surtout, quand la fibre morale est douteuse alors même que le programme est nébuleux et la compétence pas franchement manifeste, que reste-t-il, en dehors d’un espoir irrationnel ?

          • tout a fait…..

  10. j’adore ; j’aurai pu écrire la même chose (avec moins de talent) ; conseille de lecture : “la guerre des monnaies ” d’un certain Song aux éditions retour aux sources, pour connaître la façon dont la nomenklatura US manoeuvre pour garder le contrôle du dollar et comment Reagan a failli finir comme JFK.

    Répondre
  11. J’ai connu le même phénomène de rejet du Monde en 1975 lorsque ce journal délirait littéralement pour l’arrivée de Pol Pot au pouvoir. Il enchainait articles dithyrambiques sur articles dithyrambiques, et le jour voire l’heure où le Cambodge ferma ces frontières, mutisme complet. Il fallut la couverture d’un mensuel américain des années plus tard pour avoir une idée des massacres. Pour les articles du Monde sur ce malheureux Cambodge, deux journalistes étaient en pointe: Patrice de Beer, fils de son père Jean, et Bruno Frappat futur rédacteur en chef de la Croix et pigiste à l’occasion des Etudes. Inutile de vous dire que ces deux journaux sont exclus de mes lectures.

    Répondre
  12. Un détail est manquant à propos du Jean Daniel que vous citez: en 2012 il a obtenu la légion d’honneur.
    Il n’y a pas de doute possible: c’est un grand intellectuel
    Chapeau bas Jeannot

    Répondre
  13. Je vous découvre via Facebook. Merci pour votre ton, votre lucidité et votre humour.

    Répondre
    • Bienvenue alors et merci de nous rejoindre 🙂

      Répondre
  14. Billet très agréable auquel j’ajoute cette petite touche personnelle :

    S’il n’est pas possible de juger aisément de la compétence ou de l’incompétence de Donald Trump, l’histoire a en revanche amplement démontré la vacuité de madame Clinton. Entre un désastre certain et un désastre probable, la raison ne voudrait-elle pas que l’on choisisse le 2nd ?

    On me rétorquera que le désastre Trump sera pire encore que celui de madame Clinton. Certes mais cela signifie, madame Clinton ayant déjà été aux affaires, qu’on ne la sanctionnera pas pour son impéritie. Pour le coup, c’est une question de morale. Et la morale veut que l’on ne récompense pas l’impénitent.

    On m’objectera alors le point Godwin, le mur, l’islamophobie… Le problème est que je vois bien plus de pays mourir d’un excès d’Etat, ce que nous promet madame Clinton, que d’une politique anti immigratoire. La France de Louis XIV a bien plus souffert du colbertisme que de l’exil des huguenots. Elle n’en est d’ailleurs pas encore guérie !

    Répondre
    • Je raisonne comme vous.

      D’un coté, nous avons le couple à la moralité digne de house of cards et de l’autre un entrepreneur , certes, folklorique mais qui autant que je sache, a fait un bon boulot dans ses affaires.
      Je regarde ses enfants, ils sont beaux, bien eduqués, il vient d’être grand-pére à nouveau par sa fille, son plus gros défaut étant d’aimer les meubles dorés sur tanche et ses femmes avec la cuisse ferme. So what?

      Il fait son show et il a eu raison; mais dans les faits son programme n’a rien de si isolationniste ni de raciste si on prend le temps d’aller lire ces propositions. Pour prendre des Etats comme le Texas, il est certain que la question de l’immigration ou même celle de l’avortement, qui sont clivantes, doivent être adressées mais en ce qui concerne ce dernier, ou même la question du mariage gay, l’idée de donner cette responsabilité à chaque Etat membre (qui du texas, qui de la Californie etc) me semble, dans un pays de confédérés, une bonne solution.

      Répondre
      • Vos propos me rappellent quelque peu l’exemple du malheureux Mitt Romney, qui m’était d’ailleurs bien plus sympathique que Donald Trump : par rapport aux Clinton, on peut parler d’un bon père de famille.

        Ce qui n’empêche pas le discours médiatique ambiant, relayé par quelques personnalités, d’affirmer que Donald Trump est un extrémiste qui appuyerait sur le bouton de l’arme atomique au moindre prétexte, vantant par contraste le soi-disant sang-froid d’une Hillary Clinton ou d’un Ted Cruz pourtant bien plus extrémistes et interventionnistes que lui.

        Répondre
        • oh mais EVIDEMMENT qu’ils (les media) vont nous expliquer que Trump serait la pire chose qui soit. Pensez. un animal hors du parc naturel!!!

          Répondre
      • tout a fait d’accord…. mais je ne suis pas sur qu’ils laisseront….. D.Trump se presenter…. vivant !

        Répondre
      • je pense exactement comme vous…. mais pour le redneck français….. que voulez vous….. un seul mot “JALOUSIE”

        Répondre
  15. Merci pour tous vos articles. Puisque M. Gave aime bien Thomas Sowell, le pourfendeur des ‘oints du Seigneur’, je me permets de mettre ce récent article de lui en lien:
    http://jewishworldreview.com/cols/sowell031516.php3
    Fin observateur de la vie politique américaine, M. Sowell préfère Ted Cruz à Trump. Il remarque que l’establishment a encore plus peur de ce Sénateur texan que de Donald. En France, tous les journalistes caractérisent Ted Cruz d'”ultra conservateur” et le disent plus “dangereux que Trump”. En suivant votre logique, je crois donc qu’il sera un encore meilleur président des USA!

    Répondre
  16. Je note que vous ne lisez plus le Monde (que le général de Gaulle appelait l’Immonde). Voilà effectivement une saine décision pour votre santé mentale. Beaucoup de français font aujourd’hui comme vous. Ils n’achètent plus le Monde, ni tous les organes officiels de l’Oligarchie (l’Express, le Point, les Echos, Libération, etc,…). Du coup toute cette presse dépend de plus en plus des subventions publiques (je ne parle même pas de l’Humanité qui n’existerait plus aujourd’hui sans l’argent du contribuable).
    Il s’agit véritablement d’une presse de propagande au service de ses maîtres.
    Personnellement je n’achète plus toute cette presse depuis longtemps. C’est pour moi une règle morale que de ne plus donner un centime à ces journaux anti-français. Même quand on me propose gratuitement ces journaux (air France) je ne les prends pas en espérant que les commandes de ces journaux ne seront pas renouvelées.
    Je suis donc heureux de de constater que vous pensez comme moi, et comme de nombreux français.
    Je vous félicite également pour le reste de votre article qui est plein de bon sens.
    Merci de continuer à diffuser ces idées de bon sens sur ce site.

    Répondre
  17. Excellent billet forme et fond sur le Donald
    C est une des dernières chances de la Middle Class ,et pour nous pauvres européens de l ouest

    Répondre
  18. On va le dire autrement : il faut que nous soyons tombés bien bas pour qu’il ne nous reste plus que Trump comme espoir.

    Il faut que nous soyons tombés bien bas pour que nous en soyons réduits à nous féliciter que Trump n’ait pas de programme (ou qu’il dise une chose et son contraire), comptant sur le fait que cela lui permettra, une fois élu, de défendre les intérêts du peuple américain qui n’a pas droit à la parole.

    Ce qui ne vise pas nécessairement à vous contredire, notez bien.

    Répondre
    • Et en plus il compte se bécoter avec Poutine …

      Répondre
      • Non, justement. Cela fait partie des points sur lesquels il a dit une chose et son contraire.

        Et quand je dis une chose et son contraire, c’est, dans les deux cas, une indication très vague et très allusive qui ne peut en aucun cas être confondue avec un programme politique, clair et explicite.

        Que cela ait été, dans le premier cas, saisi au vol et exploité par Poutine que ne laisse passer aucune occasion de manipulation médiatique, et à sa suite par certains Occidentaux incapables d’une pensée autonome mais prompts à répéter servilement tout ce qui vient de Moscou, c’est autre chose.

        Répondre
    • gouvernement profond des USA ???

      Répondre
      • grass root?// red necks

        Répondre
      • “gouvernement/état profond” : http://www.kontrekulture.com/produit/l-etat-profond-americain

        C’est un terme un peu générique qui décrit un regroupement de personnes de pouvoir issues de différents milieux qui sont en fait les vrais tenants du pouvoir mondial : banquiers, grands patrons, haut fonctionnaires, … Certains utilisent le terme : “oligarchie mondiale”.

        Un aperçu de ce que cela peut donner en France avec la désopilante Roselyne Bachelot :
        https://www.youtube.com/watch?v=3ojR4K0D-4w

        J’ai l’impression que la ministre du travail actuelle est un peu le summum en la matière.

        Au USAs les républicains et les démocrates sont financés essentiellement par un groupe d’une centaine de famille ;
        http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/10/11/etats-unis-comment-seulement-158-familles-financent-l-election-presidentielle_4787161_3222.html

        Evidemment, ce financement n’est pas “gratuit”, c’est un placement.

        Tout ça sonne conspirationniste : je vous invite à relire les différents articles exposant les révélations de Snwoden ou les fuites de Wikileaks pour bien mesurer l’écart entre ce qu’on croyait (im)possible et la réalité.

        Snowden a montré que la réalité était trop au dessus de ce qu’on avait imaginé mais les gens oublient et repartent faire un tour de manège.

        Cdlt.

        Répondre
  19. Merci pour ce point de vue.
    Point très secondaire: je pense qie vous avez confondu Montaigne et Montesquieu. La citation que vous attribuez à Montaigne m’a fait penser à celle de Montesquieu: “J’aime les paysans ; ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers.” Une rapide recherche ne m’a pas permis de trouver de source à celle de Montaigne (évidemment l’absence de preuve n’est pas preuve de l’absence).

    Répondre
    • Alors charles dit “c’est fort possible mais les deux sont des “pays” juristes à la cour de bordeaux. il fait trop confiance à sa mémoire ” :)==

      Répondre
  20. Merci pour cet article vraiment remarquable sur de (très) nombreux points, et agréable à lire de surcroît.

    Une seule critique, sur “à la place de Trump, je porterai un gilet pare–balles, à tout hasard, tant ces gens là n‘aiment pas perdre de l’argent…”

    Sur ce point, Charles Gave raisonne en homme sain pour qui l’argent permet de répondre aux besoins essentiel d’un homme sain (voir pyramide de Maslow). Mais les oligarques (les “0.1%” ou “0.01%”) ne sont pas sains d’esprit, ce n’est pas l’argent qui les motive… c’est le pouvoir.

    Ils peuvent très bien accepter de perdre la moitié de leur fortune ou les 2/3, pour autant qu’ils conservent le pouvoir leur permettant de garder leur mainmise féodale sur les “99.9%”, et qu’ils conservent les outils (FED, arsenal legislatif, cartels bancaires, paradis fiscaux, etc.) leur permettant de créer de l’argent à volonté pour maintenir le servage.

    Répondre
    • Qui sont ces fameux oligarques ?

      En Russie ou aux USA.

      Des noms, leurs parcours, leurs légitimés, leurs projet, leur(s) religion(s), leurs obédiences maçonniques …

      On se croirait dans Harry Potter, ceux qui disent “Vous-savez-qui”, “Ceux-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom”, les mêmes qui s’écrasent et rasent les murs et ces mêmes lâches qui se lâchent une fois le lion mort pour lui foutre des coups de pied au sol, des Manuel Valls quoi …

      Répondre
        • Bon, je vos laisse mettre ce lien vers ce vieux truc eculé de socio bobo mais vraiment pffff

          Répondre
          • Trop aimable, merci !
            D’après votre réponse j’en déduit que leurs chiffres sont donc faux ? ou qu’il n’y a rien de problématique dans le fait que le capital s’accumule de plus en plus en de moins en moins de “mains” au fil des années ?

          • Ce nouveau rapport préconise le salaire minimum vital, la baisse de rémunérations des cadres dirigeants et de nombreux autres outils de politiques «progressistes». Par le passé Oxfam a plaidé pour des taxes sur les transactions financières et sur le patrimoine. Tout cela est répété sans nuances susceptibles de présenter les défis économiques auxquels sont confrontés de par le monde les différents pays en voie de développement. Peut-être Oxfam pourrait-il consentir à nous dévoiler la liste de tous les pays qui ont avec ce genre de programme réussi à améliorer les conditions de vie réelles des pauvres ?

          • Désolé la réponse ne sera pas au bon endroit étant donné que le bouton répondre a “disparu” sans doute à cause du décalage progressif.

            Merci pour votre réponse beaucoup plus clair et avec laquelle je suis déjà plus en accord ! (suite à la première, je commençais à me poser certaines questions…)
            Je ne cautionne pas l’ensemble de l’article mais il faut tout même reconnaitre qu’il met en perspective certaines “choses” intéressantes et qui, il me semble, font “tilt” aux non initiés (62/3.5Mds).
            Contrairement à ça qui parle déjà moins : http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1107/1107.5728v2.pdf

            On est bien d’accord qu’à l’heure actuelle, seul le capitalisme a permis une telle réduction des inégalités au niveau planétaire, mais encore une fois il apparait qu’au cours des dernières décennies nous nous éloignons de plus en plus du capitalisme originel… pour en arriver à un pur capitalisme de connivence.

            Concernant la baisse de rémunération des cadres dirigeants, je pense qu’elle est nécessaire dans certains cas (ex : on atteint jusqu’à 400x le salaire moyens de l’entreprise?!). De même, pourquoi considéré le salaire comme un coût et non le bonus ?

            De même, la taxe sur les transactions financières purement spéculatives (matières premières) n’est pas forcément une mauvaise chose ? idem pour des patrimoines excédent un certains seuil ?

            Il faut bien admettre qu’à force, on se dirige vers des monopoles globaux, un monde ou une 30aines (si ce n’est moins) de transnationales fixent les règles du “jeux”…

            Cdt

    • Onfray aussi se “soralise”.

      Je vois que les “issus du peuple” commencent à se rebiffer les uns après les autres.

      Si les solutions soralienns de l’économie sont à éviter, que ses propos pris au prmier degré peuvent être considérés comme antisémites et mettre du complot partout s’assimile à de la paranoïa, je vois que pas mal de gens convergent.

      – Critique de la maçonnerie
      – Critique du pouvoir exhubérant de Wall Street, (bourgeoisie comprador et démocratie de marché et d’opinions)
      – Révolte des nations (peuples contre élites soumises)
      – Mise au ban de la Russie “résistante”
      – Critique des mondialistes (Attali, Minc, BHL …)

      Un dernier petit effort, quelle est la religion, l’idéologie, le Weltanschauung de Jacques Attali, Alain Minc, BHL, de Goldman Sachs, de Georges Soros, Simone Veil … trop dur sans doute, c’est bien français ça, faible avec les forts, forts avec les faibles et on attend d’être sur son lit de mort pour critiquer le lobby qui n’existe pas qui s’est comporté de manière odieuse …

      Allez, encore un effort …

      Le Trump français, il y a eu Poujade, il y a eu Le Pen et les Français n’en ont pas voulu, tant pis …

      Répondre
      • Quelle est la religion de Hollande, Mélenchon, Bezancenot, Valerie Giscard d’estain, du général de Gaulle ?…
        La même que soral non?

        Répondre
        • Chacun des personnages que vous citez est un émérite représentant de sa branche, mais toutes ces branches sortent du même tronc, le tronc socialiste.

          Répondre
        • de Gaulle, Melenchon, Besancennot … veulent un gouvernement mondial ?

          Votre destin est d’être esclave de ce fameux “gouvernement mondial”.

          Répondre
  21. Cher monsieur Gave,
    Aucun doute que Mr Trump sera élu et qu’il sera un excellent président. S’il joue aujourd’hui d’un discours provocateur et populiste ce n’est qu’une démarche politicienne pour rallier un maximum d’electeur. Cet hommes est brillant et courageux, ce dont les USA mais aussi l’Occident tout entier ont bien besoin

    Répondre
    • Je me sens moins seul … d’ailleurs on avait Sarah Palin qui nous avait déjà fait le même numéro.

      Répondre
  22. Article vraiment très intéressant, bravo M. Gave, votre parole est rafraîchissante !
    Le début de l’article m’a rappelé un bouquin de Jean Sevillia, “Le terrorisme intellectuel”, où il évoque également le cas Soljenitsyne et autres, et décrit assez finement ce processus de malhonnêteté idéologique des oints.

    Répondre
  23. Félicitations pour l’article, Monsieur, il est fort intéressant. Cependant, vous venez de m’apprendre quelque chose de nouveau. Quand vous dites que “qui comme bien des Roumains parlait le Français” je suis un peu étonnée car mon expérience de deux séjours en Roumanie m’en a appris justement le contraire. Non que je n’aie pas pu trouver de Roumains qui ne parlaient pas le Français, oui, j’en ai trouvé. Toutefois je peux vous assurer que le mythe que la Roumanie est un pays francophone – comme le veut certaines émissions-télé du genre Jeux de la Francophonie – n’est qu’un mythe. Pour être franche, je peux vous dire que les Roumains avec qui j’ai pu me faire comprendre et les comprendre aussi dans la langue de Molière, c’étaient ceux qui avaient fait d’études de notre langue à l’Alliance Française de Bucarest. Autrement, pour se communiquer dans ce très beau pays d’Europe de l’Est il va falloir parler bien le Roumain ou l’Anglais. L’Allemand vient en suite.

    Mes cordiales salutations.

    Répondre
    • De mon expérience, les Roumains universitaires et l’ancienne génération ont de bonnes connaissances sinon de Français du moins de latin souvent ce qui rend l’apprentissage du français (et des autres langues latines) beaucoup plus facile.

      Répondre
    • De mon expérience avec des Roumains éduqués (un échantillon significatif): ingénieurs principalement, de 40 ans et + qui ont connu le régime de Ceauscescu, ils parlent le français… il est juste un peu rouillé après des années passées au Canada anglophone.
      Les jeunes beaucoup moins hélas…

      Répondre
    • Bucarest était appelé “Micul Paris” signifiant le petit Paris, Elena Ceaucescu demandant à chaque fois le menu en Français quand elle allait au restaurant même si elle ne le comprenait pas.

      La bourgeoisie roumaine, comme les bourgeoisies russes, serbes, flamandes, italiennes, allemandes, turques était francophone.

      Le Français était la langue de la diplomatie jusqu’au traité de Versailles.

      – On parlait Français à la cour du Tsar jusqu’en 1917.
      – Les élites militaires serbes venaient étudier à Saint-Cyr, voire aussi l’amitié franco-serbe.
      – Bruxelles était flamande au départ et ses élites se sont mis au Français, à Anvers, la bourgeoisie aussi se parlait Français entre elles.
      – En Italie, beaucoup apprenaient le Français, Berlusconi, Monti, Letta et Renzi parlent le Français et bien d’autres.
      – En Allemagne, les officiers allemands parlaient le Français comme Markus Kerber, Hitler se baladait d’ailleurs avec son dico en 1914 dans les Flandres françaises, d’ailleurs les vieux patrons allemands se débrouillent encore pas mal en Français.
      – En Turquie, Ataturk a fait promouvoir le Français comme la langue de la “societe” (haute société) et fait entré beaucoup de mots français dans la langue turque. Une université française existe et s’appelle Galatasaray.

      Vous pointez le doigt là où ça fait mal, l’Anglais supplante le Français à peu près partout …

      En Russie, les jeunes apprennent le Russe, en Serbie, je ne sais pas trop, en Flandre, ils apprennent encore le Français mais les jeunes ne savent plus le parler, ils maîtrisent beaucoup mieux l’Anglais, en Italie, pareil, en Allemagne, ils apprennent l’Anglais et puis l’espagnol ou le Français, mais le Français est en perte de vitesse, en même temps, ils ne doivent plus attaquer les “fransoze”.

      Il reste la Wallonie, la Suisse, le Canada et les ex-colonies d’Afrique + chrétiens du Levant.

      Kagame essaie d’ailleurs de remplacer le Français par l’Anglais au Rwanda.

      L’Algérie hésite à passer à l’Anglais mais se pose la question, les Algériens pourront-ils encore “taper l’incruste” en France si ils ne parlent plus Français, déjà que leur niveau de Français s’est effondré.

      Mais comme la France a été tellement arrogante dans sa diplomatie ces 40 dernières années à l’exception notable de Chirac, les gens se détournent vers l’Anglais. Too bad !

      Répondre
  24. J’ai l’impression de revivre un remake US de Berlusconi; même type de parcours, même style outrancier et flamboyant. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi unanimement vilipendé que Berlusconi dans les media et pourtant, il n’a pas spécialement commis de catastrophe et la classe moyenne italienne le regrette largement. Et en plus c’est le seul homme politique européen qui nous ait fait un peu rire,

    Répondre
    • Berlusconi avait un défaut majeur aurpès des élites “universelles” européennes, être trop italien.

      Mais leurs poulains Monti et Letta n’ont pas fait long feu … heureusement Renzi les a envoyés eux et toute la vieille classe politique italienne à la casse.

      Répondre
      • Oui enfin quand berlusconi a commencé à dire “je sors de l’euro” il a été sorti en deux semaines; preuve qu’il n”était plus aussi hors système que cela…

        Répondre
        • Au contraire, raison pour laquelle il a été poussé à la porte.

          Les taux italiens étaient aux alentours de 7 % avec une dette colossale, si il voulait pas qu’on touche à sa fortune personnelle et qu’on ne le mette pas en prison pour diverses affaires de corruption, démission et omerta !

          Répondre
        • Merci pour le “Mais on n’élit pas un Président pour son goût exquis… sinon monsieur Hollande serait encore à la mairie de Tulle.”… 🙂

          Libérale mais plutôt attachée à l’école autrichienne.. j’ai toujours dénoncé ce qu’on appelle le “libéralisme anglo-saxon” qui comme le dirait Hegel : “la forme la plus dangereuse du bolchévisme”… et qui n’a rien de libéral en tant que tel, d’ailleurs..

          Quand à Trump, on croise les doigts parce que Clinton c’est le diable… elle ressemble d’ailleurs à ce qu’elle est..

          Répondre
      • Vous connaissez bien mal l’Italie… et le petit entrepreneur préfère largement un Matteo Renzi à un Berlusconi qui n’a strictement rien fait de sa mandature pour l’aider.

        Répondre
        • @ JR, vous par contre, vous etes un connaisseur de l’Italie, j’ai faillit vomir quand j’i lu votre frase.
          Veuillez m’excuser, je suis Italien donc je me permet de vous dire que ce que vous affirmez est simplement faux, arretez de lire la presse SVP.
          Le “pifferaio” ou si vous voulez le “vendeur de sausicce” Renzi, il a pas etait elu, et on en est dejà au troisieme premier ministre non elu, merci la “democratie”, lui, avec les deux autres precedent, ont detruit la classe moyenne et le petit entrepreneur, avec ca les retraites, tout le monde et content en Italie, W l’Italia.
          Je peut vous confirmer, en tant che petit entrepeneur, on a jamais bien vecu e gagnè notre vie aussi bien que avec monsieur Berlusconi, qui n’as jamais fait aucune hausse des impots pendent ces gouvernement.
          Berlusconi etait quelcun de “derangeant” puis-que cet un homme d’affaire et il avait fait trop de affaire avec des personnes derangeantes, comme Putin, Gheddafi et autres, cet seulement pour ca que on l’a jeté dehors par la porte d’entrée.
          Cet tout, tout le reste cet de la fumée dans les yeux.
          Berlusconi comme Trump ce payè ca propre campagne, non comme les autres parti politique le font en volent l’argent du peuple.
          On arrete la, je voudrai dire plus mais ce n’est pas possible.

          Répondre
  25. J ai l impression de revivre un remake US de Berlusconi: même type de parcours, même style de langage, même flamboyance et outrance. J

    Répondre
  26. Je ne peux pas dire que j’aime Trump mais les réactions fascistes et hystériques de ses opposants m’inquiètent tout autant.
    Bien heureux de ne pas être américain parce que tous les candidats me semblent problématique même le brave Bernie qui risque de causer beaucoup de désordres et de guerres en étant trop brutal sur la balance.

    Répondre
    • Pour moi, c’est un peu pareil, je ne suis pas naturellement porté à apprécier ce type de personnage outrancier.
      Mais quand je vois les gens qui le haïsse, je finis par le trouver sympathique.

      J’espère qu’il sera élu, même si c’est loin d’être fait, et que cette révolte par les urnes fera tache d’huile.

      En France, nos “élites” ont pris toute la mesure du problème : les députés ont courageusement passé en douce jeudi soir une loi qui verrouille les candidatures à l’élection présidentielle (à 11 voix contre 7, on mesure la représentativité du scrutin…)

      Répondre
    • Trump n’est pas fasciste… Mais un parfait crétin, au sens strict du terme. Un populiste. Une marine le pen quoi.

      Répondre
  27. Merci.

    > «Mais à la place de Trump, je porterai un gilet pare–balles, à tout hasard, tant ces gens là n‘aiment pas perdre de l’argent…»

    +1

    > «S’il était simplement incompétent mais honnête, cela serait déjà un gros progrès.»

    +1

    Répondre
  28. Je m’étonne que personne n’ait pensé à sortir un bouquin sur le phénomène Trump. C’est en fait un phénomène mondial qui peut prendre bien des formes ; il s’appelle la désacralisation et la déconsidération de tout discours officiel. La dernière grande idéologie du 2Oème siècle s’appelle l’universalisme ; il est forcené et ravageur. Les gens souhaitent plus d’identité, d’entre-soi, d’intimité culturelle et on leur sert constamment comme modèle un monde de “connected people” sans goût, vain. Les gens veulent leur nation à nouveau, avec tout leur caractère et leurs particularismes. C’est internet qui a accéléré le mouvement. Le monde que la superclasse mondiale nous propose comme modèle n’est pas un but en soi pour plus de la moitié des gens, voire un repoussoir. Alors tout le monde, partout, dit m… aux autres, m… à Misses Clinton, m… à Bruxelles, m… aux gens instruits et contents d’eux, m… aux bons sentiments, m… à la gentillesse et m… aux gentils.

    Répondre
    • Comprendre l’Empire ?

      Demain la gouvernance globale ou la révolte des Nations.

      Par Alain Soral, écrit en 2010 et anticipant ce genre de révolte électorale.

      A ceci près qu’il pensait que cela arriverait dans les autres pays mais pas que l’Amérique profonde râlerait contre ses élites.

      Répondre
    • Bien vu! En jargon science-potard, cela s’appelle la « perte de confiance dans le performatif du discours représentatif».

      A part cela, merci pour ce très bon article Monsieur Gave!
      Le vent tourne et il est de bon ton dans les cercles boboïsants de ricaner à l’évocation d’un éventuel assassinat «du» Donald.

      Répondre
  29. Que de fadaises dites vous !
    – “Obama est un bon danseur et qui raconte mal de mauvaises blagues” Osez dire qu’il ne s’est pas abaissé (comme son épouse d’ailleurs) au niveau des talk shows ?
    – Le printemps arabe = révolution facebouc ! Il faut oser… Sans plus de commentaire.
    – Trump = Sarkozy ! Tiens donc, les raccourcis semblent être une de vos spécialités. Ils n’ont rien à voir bien au contraire.

    Mentir est une seconde nature pour beaucoup d’entre nous. Hélas.

    Répondre
    • Où ai-je le contraire sur Obama ?

      Le printemps arabe a eu comme vecteur de propagation Facebook et non la Tv, la radio, le téléphone arabe ou que sais-je, raison pour laquelle les gouvernements se sont acharnés à bloquer l’accès à ses sites.

      Sarkozy a aussi fait le numéro médiatique sous la conduite de Buisson de l’homme qui allait mettre fin au politiquement correct, à la délinquance des Arabes (équivalents des latinos), il a promis de permettre de favoriser la France qui travaille …

      A la différence que Sarkozy n’est qu’un vulgaire petit pique-assiette, alors que Trump parait plus burné et avoir un peu de conviction et de caractère et que peut-être il pourrait prendre le taureau par les cornes comme Reagan en son temps.

      Répondre
      • Sarkozy vulgaire petit pique assiette ??? Moi je dirais plutôt que c’est la pire petite salope que la France ait porté.. et c’est un doux euphémisme… Il est le grand copain de la mafia Carlyle.. Cette mafia que l’UMPS engraisse à grand coup d’investissement public via des PPP (voir le Gd Paris ou réseau fibre par Numéricâble)…
        L’avantage des PPP la charge des engagement n’entre n’est pas comptabilisée (tenue hors bilan)… là encore, personne ne voit rien à ce qu’il se passe… Le pillage organisé au profit des “private Equity”…
        Sarkozy, rien que pour le grand Paris, il nous en a collé déjà pour 36 Mdrs… la suite, c’est la construction des “métropoles”, des stades, etc…
        Et sans retour sur investissement.. quand on aura fini de payer, on aura tout à recommencer…

        Répondre
        • Pas mal de gens se plaignent de moi alors je fais des efforts pour retenir mes coups.

          Piquer un stylo à 20 000 € dans un pays aussi démuni que la Roumanie alors qu’on vient de la France, c’est d’une mesquinerie crasse quand on se prétend “Président de la République française”, de ce qui était la Grande Nation …

          Répondre
        • Merci pour le doux euphémisme.. on a failli avoir peur.

          Répondre
  30. J’ai vu la lente décrépitude des USA. Le fils Bush est bien loin de l’image donnée en France où il passe pour un “neuneu”. La Clinton que tout le monde admire a un paquet de casseroles : tapez “Clinton Clearwaters” entre autres…
    j’ai donc adoré Trump quand il a dit lors d’un débat républicain : ” la plupart des gars ici, je leur ai fait de gros chèques et depuis longtemps !” Regardez l’air déconfit des trognons… Hilare, il y a de quoi l’être. Un seul a demandé son chèque, c’est dire le niveau de corruption.
    Hilare disais-je et le journaliste d’enclencher sur Hillary en disant que Trump l’avait aussi sponsorisée. Vrai répond Trump, “c’était juste avant que je présente ma candidature et d’ajouter, ” vous savez, Hillary elle fait ce que je lui demande. Ma femme a voulu qu’elle soit présente à notre mariage. J’ai décroché mon téléphone et j’ai dit à Hillary de venir. Vous savez quoi ? Elle est venue…”
    Et sur les frasques de Trump, le piège se referme sur ceux qui ont cru pouvoir en abuser ! Trop drôle d’avoir mis côte à côte les visages de Me Trump et celle de son opposant de “gauche” qui s’était lancé dans une litanie de Trump et ses femmes. Atroce comparaison, de quoi vous briser une carrière et encore Trump en a sous la pédale car l’épouse de son concurrent a elle aussi de bien belles casseroles.
    * trump n’est pas du sérail mais quand Trump dit qu’il veut s’entendre avec Poutine, j’imagine l’effroi chez les fabricants d’armement, ceux là même qu’aimait beaucoup un certain Lindon Jonhson…
    Méditons.

    Répondre
    • Vous plaisantez j’espère ?

      Ce bras cassé de Bush ne savait même pas l’antagonisme sunnite-chiite dans un pays qu’il comptait envahir et qui au passage est responsable de chaos en Irak et qu’aucun des pro-américains n’a fait son mea-culpa.

      Il ne savait non plus pas situer la Belgique sur une carte, QG de l’OTAN et siège de l’UE.

      “The problem with the French is that they don’t have a word for entrepreneur.”

      http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/george-bushs-50-worst-bloopers-371035

      Sans commentaire …

      Vous confirmez que Trump baigne dans le milieu.

      Pour faire fortune dans l’immobilier, il vaut mieux avoir des politiques dans son carnet d’adresses.

      Trump repenti du crony capitalism ?

      Espérons-le et donnons lui sa chance …

      Répondre
      • Eh bien je trouve que le propos de Bush est assez juste : le mot est tellement rarement utilisé ici qu’on finit par en oublier l’origine.
        Confer la sempiternelle opposition capital-travail de nos pseudos économistes : on ne parle jamais de l’entrepreneur.

        Répondre
  31. Sérier les problèmes… Bien entendu que des propos de Trump sentent le soufre voire sont indéfendables. Mais oui sa charge contre le politiquement correct est jouissif et les libéraux qui ont abjuré sur le tard le socialisme ou les imbécillités écologistes se trompent en attaquant Trump parfois davantage que Mme Clinton… A 15 ans je ne dévastais pas mon lycée ou nourrissais des idéaux égalitaristes, j’étais déjà certain de la supériorité de l’économie de marché, de la liberté d’expression. Faut dire le mur de Berlin venait de tomber, ça a du m’aider à sérier les problèmes…

    Répondre
    • Personne ne dit ici , Charles inclut que son programme serait remarquable, du reste, on ne le connait pas mais les ennemis de mes ennemis sont un peu mes amis 🙂

      Répondre
      • Tout à fait d’où le préambule avec le roumain désinformé qui peut se tromper de héros, j’ai bien noté! Finalement mon commentaire n’est pas passé à la trappe juste un peu long à publier, no stress! Merci pour l’article, sérions les problèmes… Je vais garder ça bien en tête tellement je suis d’accord.

        Répondre
        • Il était parti à la corbeille (????),on l’a récupéré. Parfois, wordpress fait des trucs tout seul

          Répondre
          • ah c’est ça. D’autres sites enregistrent automatiquement mes identifiants, j’y connais rien mais ça peut venir du navigateur aussi. Faut dire qu’il m’arrive aussi de ne pas laisser Monsieur Google connaître tout de ma vie ce qui est en pratique le cas…

          • Il faut tiquer la box “se souvenir de moi” 🙂

  32. Mr Gave,

    Je crois que vous avez raison. L’essentiel c’est d’être débarrassé de cette Clinton.

    Merci !

    Répondre
  33. J’attends son élection avec impatience.Mais qu’en sera-t-il en France où, dans l’indifférence générale, l’assemblée modifie les règles de l’élection présidentielle !!

    Répondre
    • Il se passe qu’il deviendra président qu’il devra sans doute se recentrer, la Constitution américaine limitant les pouvoirs ou alors passer outre au risque de créer une guerre civile.

      Soit il fait comme Napoléon, Napoléon III, Hitler, de Gaulle, Pinochet … il passe en force matant la révolte, mettant à l’écart l’establishment et refondant une système politique neuf, soit il fait comme Sarkozy, de Wever … toutes les grandes gueules de campagnes électorales et s’écrasant ensuite devant le “Droit” et continuant à en balancer pour tenter de contenir la frange extrême de son électorat.

      La gauche étant plutôt du genre à ne pas accepter la défaite de manière fair-play, ils tenteront des grèves comme en Belgique, mais aussi des manifs avec des étudiants manipulés, des impeachment, des décisions de cour suprême …

      Napoléon et Hitler étant des mégalomanes sont allés jusqu’au bout et on ravagé l’Europe et leurs pays respectifs plus qu’autre chose.

      de Gaulle et Pinochet ont fini par accepter le référendum et sont partis.

      Répondre
    • C’est déjà fait! Les règles des primaires qui tendent à éliminer les “candidatures” les moins portés par l’appareil des partis vont voler les élections aux français.

      Répondre
  34. On va sortir le point Godwin tout de suite,

    les élites de Weimar d’une Allemagne déclinante étaient vent debout contre un “agitateur du peuple”, un vulgaire “caporal bohémien” …

    Le Trump, il vient du système, c’est un homme du sérail, il a mangé dans la gamelle comme tout le monde, il a sans doute versé ses bakchichs pour avoir ses permis de construire, il soutenait Clinton …

    Quand aux clandos Mexicains, il en avait bien besoin pour construire à bas prix ses constructions, d’ailleurs Spengler, alias David P Goldman qui a aussi ouvert une boîte à Hong-Kong, montre que le flux de migrants mexicains s’est inversé, le flux de migrants qualifiés indiens et chinois est plus élevé que les Mexicains qui, bulle immobilière passée, retournent au bled et leur taux de natalité rejoignant celui des autres communautés.

    Reste les vêtements que Trump a fait coudre en Chine pour quelqu’un qui veut revenir au bon vieux protectionnisme, c’est comme le FN, quand il faut PLACER l’argent, les gens comprennent très vite et très bien …

    Sa misogynie est quand même obscène pour quelqu’un aspirant à être président des Etats-Unis.

    Puis il y a aussi le fait de ne pas avoir de programme, mais bon le putatif intellectuel qu’était Revel ne cessait nous expliquer que nous Européens étions des imbéciles et que les Américains étaient des lumières intellectuelles … ce même génie qui nous expliquait que bientôt tout le monde irait à l’université … la réalité est que l’Amérique a surtout abaissé le niveau intellectuel avec sa télé-réalité et ses talk-show à la con dont TRUMP en est l’incarnation …

    Le printemps arabe était un révolution Facebook, la campagne Trump une campagne Twitter …

    Cela le bonhomme met quand même les pieds dans le plat contre le politiquement correct hérité des années 60 dont ce Revel nous expliquait dans Ni Marx, Ni Jésus que “c’était le bien”

    Etant plutôt aristo que canaille, le populisme non merci … même si la campagne de Trump n’est que de la machiavélique communication

    D’ailleurs à tous les amnésiques, dont la mémoire remonte aux derniers JTs, on a déjà eu “Trump”, il s’appelait … Nicolas Sarkzoy, l’homme censé nettoyer la France au Kärcher, l’homme qui devait mettre fin aux 35 h, “américaniser” le pays … résultat il s’est écrasé sur tout pendant 5 ans et n’a fait que “gameller” …

    http://atimes.com/2016/03/trump-triumphed-due-to-downward-mobility/

    http://atimes.com/2016/02/trumpelstiltskin/

    http://atimes.com/2016/02/iowa-and-the-world/

    http://atimes.com/2016/01/the-resistible-rise-of-donald-trump/

    Répondre
    • Et bien, pour un lundi matin chômé, quelle énergie !
      Je ne pense pas utile de répondre à un avis aussi tranché d’autant qu’il n’y a pas de question.

      Merci.

      Répondre
      • Bonjour et merci d’avoir pris la peine de répondre,

        Le lundi normalement, on s’est reposé pendant 2 jours, voire 3 quand on est à Londres pendant un week-end de Pâques.

        Vous avez raison, ce n’est pas une question mais une ou plusieurs remarques sur l’imposture Trump, du moins concernant son passé, le soi-disant self-made man qui se rebelle contre l’establishment comme dans les films hollywoodiens …

        Ayant lu vos articles, vous nous expliquez que Roosvelt a pris des mesures protectionnistes et dévalué sa monnaie de manière à gagner abusivement des parts de marché sur le reste du monde plongeant le reste du monde en dépression.

        Le Trump propose le même programme.

        Désolé, mais le populisme, comprenez par là, “flatter les passions du peuple” et faire miroiter l’impossible à la population, ça se termine en déception voire en désastre.

        Pourquoi ne pas voir la réalité, l’Amérique a vécu au-dessus de ses moyens en vidant ses caisses d’or jusqu’en 1971, en planche à billet jusqu’à l’arrivée de Volcker et en dette depuis Reagan.

        Emmanuel Todd, autrement plus brillant que Revel l’expliquait déjà en 2002.

        http://www.enquete-debat.fr/archives/la-france-de-jean-francois-revel-a-emmanuel-todd

        Plutôt que de voter Trump, la White America ferait mieux de faire des gosses si elle veut continuer à être majoritaire …

        Save less, breed more :

        http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/KB03Ak02.html

        La démographie fait l’Histoire comme le dit si bien Zemmour et comme le démontre Pierre Sabatier

        https://www.youtube.com/watch?v=y_fQV90mM7o

        Une population vieillissante épargne plus, consomme moins, prend moins de risque et innove moins.

        Contrairement, à ce que vous dites dans “des lions menés par des ânes”, le taux de croissance structurelle baisse même si il y a eu des remontées et cela est une fatalité.

        Le gros des progrès technique ayant été fait, la croissance démographique faiblissant, la population vieillissant ..

        Entre les passions d’une canaille inculte et fière et l’avis d’éminents spécialistes comme David P Goldman, mon choix est vite fait …

        https://www.youtube.com/watch?v=dZidhfzUWeI

        It’s the demography, stupid ! selon Zemmour

        Nouvelle guerre de sécession entre un Sud latino et un Nord blanc ?

        Répondre
        • Trump ne propose absolument pas un programme protectionniste. Dans les faits, il propose une réduction de la dette Américaine (rien de Rooseveltien la dedans), une diminution des dépenses d’état liée à l’armée.
          Une flat tax sur sur la fortune à 14, 25 %, que l’on oublie le gel des loyers qui pour lui ne change rien (ce en quoi il a raison).

          School choice donc moins plus de droit privé dans l’education.
          Pour ce qui est des droits civiques, laisse aux états de résoudre la question du mariage gay.

          Honnêtement, rien de bien fasciste la dedans, bien au contraire.

          https://www.donaldjtrump.com/positions

          http://www.ontheissues.org/Donald_Trump.htm

          Répondre
          • “Compte tenu des traditions américaines, il est aujourd’hui envisageable qu’une administration Trump nouvellement installée puisse s’appuyer sur de larges soutiens pour mettre en oeuvre une politique multipliant les entraves au commerce international. Le résultat serait un engrenage mortifère aussi nuisible à la croissance que le furent les mesures protectionnistes prises dans les années 1930. Pour l’économie mondiale, comme pour bien des aspects de la démocratie américaine, il y a donc un « danger Donald Trump »…

            Jean-Marc Daniel …

            http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021783242028-donald-trump-et-la-tentation-protectionniste-americaine-1209057.php

            Un haircut sur la dette ?

            Les Tresauries sont la base de la finance mondiale, saper la crédibilité de l’Amérique à rembourser ses dettes plongeraient le monde dans un chaos inimaginable.

            Les USA vivent au-dessus de leurs moyens, si ils décident en plus de ne pas rembourser, les débiteurs étrangers risquent de ne plus leur prêter quoi que ce soit plongeant les USA dans une situation de monétisation de la dette …

            Pour l’Armée, si abattre le projet F-35 est raisonnable, abolir la Pax Americana ferait monter l’insécurité et donc les primes de risques …

            Pour autant le va-t-en guerre des Bush et d’Hilary Clinton n’est pas tenable non plus.

            Flat tax, j’approuve, gel des loyers, quand on est un magnat de l’immobilier, rien d’illogique, je signe aussi.

            L’enseignement, le problème, il est dans l’augmentation délirante des frais de scolarité, la jeune génération démarre avec des milliers de dollars de dette privée en plus d’une dette publique déjà faramineuse.

            C’est d’ailleurs à cause de ça que les jeunes qui “feel the Bern”.

            Pour le fascisme, après avoir vu les vidéos de ses propos sur les musulmans et latinos, je confirme qu’ils ont été déformés et noircis.

            Sarah Palin avait elle aussi balancé n’importe quoi pour racoler l’électorat “faucon”.

            “On ne ment jamais autant qu’après une chasse, pendant une guerre et … avant des élections”

            Bismarck

            Que fera réellement Trump au pouvoir ?

            Contrairement à ce que j’ai pu laisser entendre, je pense qu’instinctivement, venant du peuple, il défendra le “peuple”, que ses propos de sont que des promesses auxquelles il n’y croit pas et qu’il se recentrera et appliquera une politique plus intelligente et pragmatique.

            Il me semble être l’incarnation d’un poujadisme plutôt que d’un fascisme et d’ailleurs je n’ai jamais compris pourquoi les “élites” en voulaient tant à Pierre Poujade.

            La gouvernance globale (Clinton) ou la révolte des Nations (Trump).

            Merci d’avoir quand même répondu à mes logorrhées agressives.

    • Comparaison n’est pas raison! Et vous prouvez avec votre petit Godwin à quel point C. Gave est dans le vrai… au fait, le sieur Trump a-t-il tenté, lui aussi, de faire un putsch dans une brasserie ou bien a-t-il appelé à liquider tous ses opposants, et en particulier ceux qui auraient l’outrecuidance d’être juifs?
      Vos remarques me font penser à cette citation que l’auteur semble affectionner :”quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt”…

      Répondre
      • Le 9 novembre 1923, la situation était légèrement plus chaotique en Allemagne, outre la défaite, le pays était en déliquescence politique, les gouvernements se succédaient sans résoudre quoique ce soit et on était en pleine crise d’hyperinflation.

        Si le contexte d’une Amérique déclinante doutant d’elle-même ressemble de loin à la République de Weimar, Trump étant sans doute aucun, plus respectueux du Droit, je vous l’accorde …

        J’ai cité David P Goldman, républicain classé plutôt faucon que colombe, sioniste acharné, adversaire de la Fed et du monde financier qui pourtant critique Trump, ce n’est donc pas que les “bobos” qui le voient d’un mauvais oeil.

        Ce que je veux surtout dire c’est qu’il a compris qu’il y avait un mécontentement populaire et qu’il surfe dessus avec son talent de talk-show man … mais qu’il n’est pas si anti-système que ça, et que ses propos sont surtout des appâts lancés à un électorat plus extrême.

        Sarkozy nous avait fait le même numéro en 2007, à la différence que Trump semble plus sincère que Sarkozy et pourrait donc secouer le cocotier un peu plus que Sarkozy.

        Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez notre newsletter:

Recevez notre newsletter:

Cette lettre d'information inclut un résumé de l'actualité, des informations concernant nos événements, des conseils de lecture et bien plus!

Vous êtes bien inscrit!