https://institutdeslibertes.org/vue-de-new-york-rentree-morose-dans-un-monde-destabilisee-sans-leadership/
Jean-Claude Gruffat

Vue de New York, rentrée morose dans un monde déstabilisée sans leadership

Après une longue absence due à un repos bien mérité, et dans l’attente d’une éventuelle nouvelle activité professionnelle, je vous propose de réfléchir avec moi sur les conflits  et tensions qui existent en ce moment dans le monde.J’avais tenté déjà une réflexion prospective sur les zones potentielles de conflagrations en début d’année 2014, je ne pensais pas que nous serions confrontés aussi vite à une réalité multiforme mais inquiétante.

Commençons en Europe, ou en dépit d’une relative accalmie, la situation économique reste préoccupante, avec une croissance nulle ou faible compte tenu des difficultés persistantes en Italie et en France, avec une Allemagne qui ne tire plus vers le haut la performance de la zone Euro.

Si les marchés continuent à traiter avec indulgence la situation française, la confirmation récente par Bercy que le retour du déficit budgétaire en accord avec les critères  fixés  ne devrait pas avoir lieu avant 2017 pose le problème de la crédibilité de la France à l’International

Les commentateurs avouent maintenant que les engagements pris ne pourront être tenus compte tenu de l’absence d’inflation, avec impact négatif sur la ressource fiscale principale qu’est la TVA. C’est bien l’aveu que ce que l’on qualifie en France de réduction des dépenses publiques n’est en fait qu’une moindre progression annuelle.

Enfin un peu de transparence.

Et l’hypothèse d’une mise en tutelle par Bruxelles, avec sanctions à la clé, est désormais envisagée comme un scénario crédible.

L’exécutif reconnaît la gravité de la situation, mais n’a pas le courage politique de faire les reformes que tous les observateurs y compris domestiques, et sans considération partisane, réclament avec insistante.

Et dans ce contexte économique et social, aggravé par les affaires, la solution d’un recours au programme protectionniste et étatiste du FN devient possible..

En allant vers l’Est, on déplorera l’incapacité de la communauté internationale à entraver l’hégémonie russe sur une partie du territoire Ukrainien.

Je sais que nombre de nos lecteurs ne partagent pas mes vues sur le sujet. L’Ukraine a eu son indépendance par rapport à la Russie en 1994, pourtant des unités régulières russes affrontent des militaires envoyées par Kiev pour reconquérir les territoires sous contrôle de milices d’anciens des forces spéciales et du KGB.

Et le cessez le feu a consacré “l’indépendance” de fait d’une partie de l’Est du pays.Les sanctions économiques sont peu effectives, les Européens ne veulent pas une escalade de la confrontation avec la Russie, pour des raisons d’approvisionnement en énergie,  mais aussi du fait du lobbying mené par les groupes étrangers qui ont développé de manière sensible leurs affaires industrielles et commerciales dans la fédération de Russie.Sait-on par exemple que le premier employeur étranger en Russie est le Groupe Auchan?Les Etats-Unis sont encore moins engagés, et les fournitures promises d’équipement n’arrivent pas.Obama est allé récemment tenté de rassurer les pays de l’Europe de l’Est affiliés a l’OTAN, que les engagements pris seraient tenus mais il n’a pas convaincu ses interlocuteurs.Poutine conduit sans beaucoup de difficultés sa stratégie de reconstruction d’une Union non plus soviétique mais pan slave. Le seul obstacle qu’il pourrait rencontrer viendrait de la situation préoccupante de l’économie soviétique, prix de l’énergie sur les marchés export, et approvisionnements alimentaires ou en produits technologiques non disponibles sur place et indispensables à l’appareil industriel russe.  Ceci pourrait à terme affaiblir son pouvoir autocratique..

Moyen Orient maintenant.

La désastreuse politique suivie par l’administration Obama, encore aggravée depuis le remplacement d’Hillary Clinton par le médiocre John Kerry à la tête de la diplomatie peut se caractériser par des déclarations successives et contradictoires jamais suivies d’actes concrets.La dernière manifestation est sur la volonté affichée après moultes volte faces, de cantonner et éventuellement détruire le califat proclame Syro irakien ISIL.

Si l’Amérique, révulsée par les égorgements barbares en ligne de deux journalistes, soutient désormais des frappes aériennes massives en Irak et en Syrie, la victoire ne peut venir que par des offensives terrestres pour lesquels les Etats-Unis se reposent sur des forces irakiennes peu entraînées et non motivées, des unités de milices shiites et des kurdes soucieux de maintenir leur autonomie face à Bagdad.

Mais les efforts d’Obama et Kerry pour enrôler Saoudiens, Turques ou égyptiens dans cette guerre sont à ce stade infructueux.

Ces pays sont extrêmement soupçonneux des intentions réelles de l’administration Obama vis a vis de l’Iran dont l’arme nucléaire selon moi sera validée de fait prochainement, au grand dam d’Israël,de l’Arabie Saoudite et des émirats du Golf.

Or sans action coordonnée entre les bombardements et l’offensive terrestre des supplétifs, l’échec est probable.

Le débat continue d’ailleurs aux Etats Unis sur l’opportunité de cette “guerre”, le terme est désormais employé, certains soutenant qu’il s’agit d’un conflit régional, qui ne concerne que les pays de la zone, sans menace sur le “home land”.

Cette dernière apparaissant, à tort selon moi, atténuée, alors que nous venons de célébrer la mémoire des plus de 3000 victimes des attaques du 11 Septembre 2001.

L’Amérique a certes arrête a temps des tentatives qui auraient pu être désastreuses, mais nous avons eu beaucoup de chance et pas uniquement la vigilance des services de sécurité.

Et les choses peuvent changer notamment à New York, ou le nouveau maire Bill de Blasio, emporte par son agenda gauchiste, n’a pas les mêmes soucis sécuritaires que que ses deux prédécesseurs Rudy Giuliani et Michael Blomberg.

Quant à la Syrie, avez vous noté que le President Assad a été récemment réélu ?

La guerre récente Israel Hamas a été beaucoup plus meurtrière que précédemment pour Tsahal.

Et de voix de vétérans se sont élevées pour condamner certaines des actions sur les populations civiles palestiniennes.

Une issue négociée avec la création d’un état Palestinien en paix durable avec Israël devient de moins en moins envisageable, il n’y a pas pourtant pas d’autre solution.

Avez vous relevé que l’on ne parle plus du printemps arabe?

L’Egypte est dirigée par une junte militaire brutale soutenue par les monarchies du Golf, sauf le Qatar, qui craignent et haïssent les frères Musulmans.

Ces dernières reviendront au pouvoir en Tunisie ou un régime technocratique intérimaire prépare des élections.

Les islamistes dits modérés sont aussi au gouvernement du Maroc, quant à la junte algérienne, elle a fait réélire sans opposition un président dont l’état de santé rend son pouvoir seulement formel, face à l’hostilité ou l’indifférence de la population active, notamment la jeunesse éduquée.

Un mot enfin sur l’Asie, ou la nouvelle administration chinoise mène une politique intérieure qui vise à développer le secteur domestique comme relais de croissance, tout en affirmant un rôle de leadership régional face au Japon et aux Etats-Unis.

Investi des pouvoirs gouvernementaux, militaires et politiques sur un parti épuré des phénomènes les plus évidents de corruption, Xi Jin Ping a devant lui prés de 9 ans pour dérouler son agenda, qui vise à assurer la place de la Chine comme l’alternative aux Etats-Unis comme puissance hégémonique mondiale.

Ceci pourrait conduire à une confrontation, on peut espérer que le réalisme prévaudra de part et d’autre.

Terminons sur une note plus positive, il pourrait en résulter une stabilisation de la situation Coréenne, un accord se négociant entre une dénucléarisation du Nord contre le retrait des 20000 soldats américains encore au Sud, qui rendent les Chinois nerveux.On le serait pour moins ……

 

Et votre vision de rentrée?