13 January, 2020

Si vous avez aimé la crise des retraites, vous allez adorer celle des assurances vie.

Les Français, n’ayant guère confiance dans la capacite du personnel politique à réfléchir à long terme se doute depuis bien longtemps que l’Etat sera tout à fait incapable de leur servir les retraites promises, et donc, en bonnes petites fourmis qu’ils sont, ont pris la décision depuis bien longtemps de se mettre à épargner autant qu’ils le pouvaient pour s’assurer de vieux jours pas trop calamiteux.

Le problème est que l’Etat, bien conscient de cette demande sous-jacente créée par sa propre incompétence, leur a offert un produit accompagné d’avantages fiscaux considérables pour que ces mêmes français lui confient leur épargne qui a été de ce fait investie en obligations de l’Etat Français, communément appelées OAT, au travers d’un système très avantageux fiscalement appelé « l’assurance-vie ».

Comme je l’ai souvent écrit dans le passé, épargner parce que l’Etat Français ne sera pas en capacité de payer les retraites qu’il a promises me semble être une bonne, une très bonne idée.

Mais par contre, confier cette épargne à celui dont on veut se protéger d’une inéluctable faillite me parait être complètement stupide.

Aussi, depuis des années, je dis aux lecteurs de sortir de ce piège à rats aussi vite qu’ils le peuvent, mais il n’en a rien été jusqu’à maintenant (ce qui montre que je suis lu par trop peu de personnes), puisque les encours de ce produit à ce jour se montent à environ 1700 milliards d’euros, ce qui est gigantesque.

Comme je l’ai déjà indiqué, cet argent est investi dans les obligations de l’Etat Français et pour être honnête intellectuellement, depuis sa création, il a plutôt bien fonctionné rapportant entre 4 % et 6 % par an, libres d’impôts.

Mais hélas, tout à une fin.

Depuis cinq ans (je fais le calcul en me basant sur le rentabilité totale (coupon + gain en capital dû à la baisse des taux), cette rentabilité est tombée à 1. 6 % par an en moyenne, ce qui couvre à peine l’inflation.

Voila qui n’est guère satisfaisant, mais les choses vont devenir pires, bien pires.

J’essaie de ne jamais faire de prévisions, mais là je vais être obligé de me lancer. Aujourd’hui l’OAT à dix ans a un rendement de…0 % et depuis cinq ans, pour « sauver » l’euro, la BCE en achetant à tour de bras des obligations a fait passer les rendements de l’OAT de 2 % a 3 %, où ils étaient, à 0 % voire à -0.4 % pendant l’été 2019.

Comment voulez vous que votre contrat d’assurance vie investi en obligations de l’état vous rapporte quoique ce soit si les taux sont à zéro ?

Et donc voici ma prévision : quand le stock d’obligations achetées il y a six ou sept ans à l’époque où les taux étaient encore normaux sera épuisé, je suis absolument CERTAIN que la VALEUR de vos actifs dans votre assurance-vie va baisser chaque année au moins du montant des frais de gestion et d’administration supportés par votre contrat…

Explication

Comme je l’ai souvent écrit des taux d’intérêts à zéro ou encore pire, négatifs sont une incongruité économique sans précèdent historique, puisque, comme je l’ai expliqué aussi dans le passé, les taux d’intérêts servent à compenser l’épargnant contre l’incertitude du futur. Et donc, logiquement, des taux négatifs ou nuls signifient que le futur est plus certain que le présent, ce qui ne peut pas être.

Et comme je ne cessé de faire remarquer, ces taux ont été imposés par la BCE pour « sauver » le soldat euro d’une implosion économique de l’Italie, voire de la France ou de l’Espagne et le coût de cette manœuvre imbécile devait être porté par …l’épargnant europeen en général et français en particulier.

Nous y sommes.

Mais il y a pire, bien pire…

Un système capitaliste ne peut fonctionner QUE si le CAPITAL a un prix de marché, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui en Europe et donc rien ne marche puisque nous nous retrouvons en Union- Soviétique

Il va donc falloir qu’un jour, inévitablement, les taux d’intérêts remontent.

Et donc, je me suis posé une question qui devrait intéresser les lecteurs : quelle sera la BAISSE de la valeur de leur assurance vie si les taux d’intérêts dans les dix ans qui viennent remontent de 0 % à 1 %, ou de 0 % à 2 %, ou à 3 % ou à 4 % ou à 5 %…

Pour arriver à un résultat significatif, je commence le calcul de la valeur d’un portefeuille théorique investi dans une OAT à duration constante à 10 ans (terme barbare qui veut dire que l’investisseur est investi tout le temps dans une obligation à 10 ans), en janvier 2010, il y a 10 ans et je le termine le calcul en janvier 2020, dans 10 ans.

Celui qui aurait mis 63 euros dans une assurance vie en Janvier 2010 aurait aujourd’hui 100 euros si son contrat avait suivi le parcours d’une OAT à 10 ans à duration constante. Comme les taux sont passés dans les dix dernières années de 3. 5 % à 0 %, voilà qui a permis des gains en capital importants compensant la baisse des rendements (de 3.5 % à 0 %). La valeur des actifs dans une telle assurance-vie aura donc monté de 59 %, ce qui est très bien.  Remarquons que dans ces calculs, je ne prends pas en compte les frais de gestion ou d’administration.

Venons-en aux dix ans qui viennent et faisons l’hypothèse que les taux d’intérêts ne PEUVENT plus baisser puisqu’ils sont déjà à zéro et posons-nous la question : que va-t-il se passer ?

Voici la réponse.

Dans les cas le PLUS FAVORABLE, notre investisseur est CERTAIN de voir son portefeuille[CG1] rester   à 100 si les taux restent à zéro, dont il faudra déduire chaque année les frais de gestion, ce qui l’amènera à 95 et, dans le cas le plus défavorable où les taux se retrouveraient à 5 %, le portefeuille baisserait de 15 % en valeur et si je rajoute les frais il se retrouvera à 20 % de baisse en dix ans.

Et donc, dans le meilleur des cas, il perd 5 % sur les 10 ans qui viennent, et dans le pire, il perd 20 %.

EN CINQUANTE ANS DE CARRIERE, C’EST LA PREMIERE FOIS QUE JE ME TROUVE DEVANT UN INVESTISSEMENT OU JE SUIS CERTAIN DE PERDRE.

Voilà qui est étrange…

Et cette réalité va avoir des conséquences importantes sur l’économie.

Je m’explique.

Comme je l’ai mentionné déjà, les encours de l’assurance vie en France se montent à 1700 milliards d’euros.

Sur les 10 dernières années, admettons que la moyenne des encours ait été de 1500 milliards sur lesquels les épargnants « touchaient » mettons 4 %.

Ces 4 %, c’est-à-dire (1500* 4) /100 soit 60 milliards d’euros se retrouvaient d’une façon ou d’une autre dans le pouvoir d’achat des français et donc dans la consommation.

C’est fini. Cette rente va disparaitre et elle n’est pas près de revenir.

Dans les dix ans qui viennent, le pouvoir d’achat des détenteurs d’assurance vie va donc inéluctablement baisser d’un chiffre compris entre 60 milliards et 85 milliards, car il faut ajouter à cette disparition de la rente la perte en capital qui ne va pas manquer de se produire et que l’on peut chiffrer entre cinq et 25 milliards d’euros.

En pratique, les taux à zéro ou négatifs ne sont donc rien d’autre qu’une immense augmentation des impôts sur le secteur privé et l’épargne de la classe moyenne, rendue inévitable à cause de l’euro. Et quand je pense que les retraités français sont les plus opposés à une sortie de l’euro, je ne peux m’empêcher d’être atterré par tant d’inculture économique.

Et comme toute augmentation des impôts sur l’épargne a toujours et partout été suivie d’une récession, je suis à peu près certain que le déficit budgétaire français va exploser dans les années qui viennent dès que la récession, créée par les taux zéro arrivera et que donc l’offre d’obligations françaises va beaucoup, beaucoup augmenter.

Continuons à dérouler le raisonnement.

Devant un tel état de fait, il me parait tout à fait évident que les détenteurs d’assurance vie vont vouloir changer de placements pour sortir de cette nasse où ils ne peuvent que perdre. Ils vont donc vouloir VENDRE leurs obligations.

Voila une très bonne idée, qui appelle une question cependant.

A QUI vont-ils les vendre ? Une partie sera sans doute achetée par la BCE, mais le reste ?

Que le lecteur ne se fasse aucun souci : le gouvernement a déjà tout prévu tant il est vrai que gouverner c’est prévoir !

Dans le cas où il n’y aurait plus d’acheteur pour les obligations françaises, une loi déjà passée depuis un grand moment dispose que les conditions qui permettent le remboursement de l’assurance-vie à tout moment ne s’appliqueront plus.

En termes simples, les détenteurs d’assurance-vie n’auront plus accès à leur capital jusqu’à ce que les marchés reviennent à l’équilibre (Inutile de préciser : à  un cours beaucoup plus bas), ce qui revient à dire que leur capital sera purement et simplement nationalisé sans qu’aucune compensation ait lieu.

Voila qui me parait à peu près certain aujourd’hui.

Conclusion

Je connais bien l’un des meilleurs gérants de fonds britanniques, dont je tairai le nom ici, qui dit toujours que quand une panique se profile à l’horizon, il vaut mieux être le premier à paniquer que le deuxième.

  • Mon premier conseil est donc, si vous avez une assurance vie, c’est maintenant qu’il faut paniquer. Demain il sera peut-être trop tard.
  • Mon deuxième conseil est : si vous avez des amis ou de la famille qui ont des assurances vie, faites-leur suivre ce papier. Ils vous en seront peut-être reconnaissants, quoique Sacha Guitry ait eu l’habitude de dire « je ne sais pas pourquoi ce jeune homme m’en veut, je ne lui ai jamais rendu service ».
  • Mon troisième conseil : si vous avez des actions, n’oubliez pas ce que je ne cesse d’écrire depuis longtemps : n’ayez RIEN qui touche de près ou de loin au système financier ou qui dépende de l’état et de ses commandes.
  • N’oubliez pas aussi qu’un dépôt dans une banque est un PRET que vous avez consenti à cette banque et que prêter de l’argent aux banques en ce moment n’est pas une très bonne idée puisqu’elles aussi sont bourrées d’obligations d’état.
  • Et pour ceux qui sont à un âge ou ils doivent rester rentiers, à mon avis, il vaut mieux avoir des obligations britanniques, suédoises, américaines et chinoises que des obligations de la zone euro.

Nous sommes gouvernés depuis trente ans par des fous qui ont « un projet politique » de construire un état européen, Les désastres s’accumulent et leur but est d’empêcher tout mouvement a la surface des choses.

Ils seront donc emportés par un tsunami

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

63 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • AKAR

    29 January 2020

    Très instructif.
    Charles, quand vous écrivez que l’ inculture économique des français explique leur volonté de rester dans l’Euro, vous négligez un facteur commun à tous ceux qui ont plus de 50 ans: leur expérience d’une monnaie “de singe” qui fut leur réalité pendant longtemps. Et par leur volonté d’avoir une monnaie “sèrieuse”. De 1920 à 1958, le Franc a dévalué de 100% ou presque par rapport aux monnaies d’ autres grands pays, le $ ou le Franc suisse , sans parler du DM jusqu’en l’ an 2000. Les gens qui avaient mis de l’ argent de côté en caisse d’épargne ou en bons d’ entreprises nationales parce que c’ était plus sur et moins stressant que les actions, ont tout perdu. Et les retraités mourraient de faim, avec la “retraite des vieux”… Ce souvenir perdurera aussi longtemps que la faillite de Laws ou celle des assignats. Certes, ils auraient pu épargner en actions; mais c’était réservé aux gens instruits et dynamiques. Is ont quand même stocké de l’or ( 2500 tonnes d’après la rumeur) ou des billets de banque suisses ou autres, décision illégale, mais largement pratiquée. Et pour ceux qui étaient favorisés par la géographie, il y avait plus de 400 000 comptes de français dans les caisses d’épargne suisses des 3 départements frontaliers en 1985…
    Personne de raisonnable ne fera confiance à nos élites politiques pour ne pas recommencer ce que les socialistes ont fait dès leur retour au pouvoir en 1981. Je crains que votre Maître, M. Barre, n’en ait été désespéré. Lui qui, depuis 1959, avait contribué plus que d’autres à rendre le Franc français respectable. Qui fera confiance aux dévoués inspecteurs des finances de la direction du Trésor, ou aux Macroniens actuels, pour assurer ses vieux jours ? A tout prendre, un Euro géré par les allemands parait une option populaire, comme Madame Le Pen a pu le constater pendant sa campagne de 2017.

    Répondre
  • BENETEAU Tanguy

    26 January 2020

    Bonjour M. Gave,
    Je m’interroge sur la pertinence d’avoir des obligations anglaise dans la mesure où la dette anglaise ne cesse d’augmenter. Est-ce que les anglais gèrent les finances publiques aussi mal que les français?
    J’ai d’avantage confiance en la livre sterling que sur l’euro. Néanmoins, je trouve ça préoccupant que le Royaume-Uni ne tente pas de réduire cette dette. Par rapport à ça, les obligations suédoises me semblent plus rassurantes.
    Cordialement

    Répondre
  • Arnaud de Vendeuvre

    23 January 2020

    Cher Monsieur,
    il me semble que tous les états membres de la zone euro ne sont, heureusement, pas déficitaires et surendettés. Vous ne pouvez donc pas attribuer à l´euro la responsabilité des déficits et de la dtte des pays mal gérés. Il convient que ces pays soient contraints de respecter le pacte de stabilité de la zone euro ou de sortir de cette zone qui présente de nombreux avantages économiques et financiers pour ceux qui respectent les rêgles du jeu. Ces avantages sont : monnaie commune stable et forte qui diminue le coût de nos importations et par conséquent de la part importée de nos exportations. La compétitivité des exportations est fonction du dynamisme des entreprises et du cout de la fiscalité qui pèse sur elles. Celle ci est d´auatnt plus faible que l´état dépense moins.

    Répondre
  • Christophe Desmaris

    21 January 2020

    Si les taux remontent, la valeur des obligations baisse, et le détenteur d’une assurance vie multisupport investie principalement en obligations perd du capital. Nous avons je crois tous compris. Mais quid du contrat assurance-vie en euros. Dans ce cas, c’est l’assureur qui détient les obligations et l’effet cliquet rend le titulaire intouchable. Il faudrait que l’assureur fasse faillite pour que le titulaire du contrat en euros perde du capital. Ai-je bien compris?

    Répondre
  • M I A

    21 January 2020

    cette lettre est comme toujours passionnante mais très inquiétante quand on a un âge de rentiers .Une question simple VERS qui se tourner pour acheter les obligations chinoises et est ce que nous les intéressons ? comment acheter des obligations suédoises quand on habite en province H SBC n existe plus ,vers qui aller sans se faire arnaquer .S il vous est possible de me répondre Un grand merci . Avec toute mon admiration pour votre clairvoyance et votre courage

    Répondre
  • DENIS Séverine

    19 January 2020

    Déjà un bon moment que j’écoute Charles Gave sur le net (je n’ai ni télé, ni radio, ni piano, ni auto, ni moto, ni… lave linge 😉
    J’essaie de comprendre ses analyses sur l’assurance-vie et je comprends assez bien l’alerte qu’il formule depuis un moment sur ce sujet.
    Ma question est : si l’on n’envisage pas de déplacer tout ça sur des valeurs britanniques, américaines ou chinoises, que faire d’un dépôt d’assurance-vie… dans le meilleur des cas ?
    Qualité des infos de votre site ?
    Réponse : forcément très intéressant et bien fait, mais n’étant pas économiste, je n’ai guère d’autre moyen d’évaluation que ma propre incompétence en la matière !
    Comment s’y retrouver entre les quelques économistes hors système qui ici et là conseillent diverses options ?
    Quelques questions auxquelles vous pourriez peut-être me répondre vite fait :
    1/ l’investissement dans un bien immobilier secondaire est-il une bonne option ?
    2/ comment fait-on pour trouver éventuellement une ass-vie autre qu’en euros ? On va rencontrer qui et où ?
    3/ et quid des autres petits produits du genre PEL, LED… ?

    Enfin, si vous avez le temps pour ça, bien entendu 😉
    Bien à vous
    SD

    Répondre
  • Brubru

    18 January 2020

    Je rebondis sur la réponse de Emmanuelle Gave “Parce que les obligations baissent justement” à la question de Soufiane “Et pourquoi est-ce que les taux d’interet devraient remonter ?” :

    Mais quels sont les facteurs qui poussent à la baisse la valeur des obligations ?
    Il faudrait que la quantité d’obligation à la vente soit supérieure à la demande, non ? Ce serait volontairement orchestré de la part des banques centrales mais pourquoi ?

    Répondre
  • Brubru

    18 January 2020

    Merci pour cette analyse mais je me pose 2 questions :

    – si achat d’obligations américaines ou chinoises ou autre pays : pourquoi les taux d’intérêts ne devraient-ils pas augmenter dans ces pays en même temps que ceux en Europe ? Dans ce cas en achetant des obligations dans ces pays aujourd’hui on aurait également une perte en capitale

    – vu la quantité énorme de dettes un peu partout, une augmentation des taux rendrait impossible le paiement des intérêts de la dette, non ? Un jour un ministre français a dit (de mémoire) : l’augmentation des taux de 1% sur la dette de l’état reviendrait à payer en plus l’équivalent du budget de l’éducation nationale et si l’augmentation est de 2% alors boom …. Quelqu’un pour confirmer ? De plus le président de la Fed n’a-t-il pas tenté de normaliser les taux en 2018 pour finalement tout arrêter en catastrophe ?

    Répondre
  • Sergei

    18 January 2020

    Bon, je pose ça là:
    Emmanuel Todd (qui a des angles morts mais aussi des analyses brillantes) dénonce l’hyper puissance de l’Etat(!)
    Et il a trouvé un terme vraiment catchy pour décrire le groupe qui bénéficie du captialisme de connivence:
    L’aristicratie stato-financière.

    Répondre
  • Frederic

    16 January 2020

    Bonjour Mr Gave, à mon avis les taux négatifs fonctionnent comme de l’inflation.
    Pour l’inflation, il faut s’imaginer un type qui monte à une échelle pour atteindre le plafond, mais plus il monte et plus le plafond monte aussi.
    Pour les taux négatifs, le type sur l’échelle monte aussi, mais cette fois le plafond reste à la même hauteur et c’est le sol qui descend. Dans le premier cas, la monnaie reste stable et les prix montent (inflation), dans le 2ème cas les prix restent stables et la monnaie est dissoute (taux négatifs). Pour moi ça revient exactement au même.

    Répondre
  • Meduse

    16 January 2020

    Tous cela est bel et bien une manipulation de taux et monétaire comme la Russie urss le pratiquait
    Je suis dubitatif on tue l assurance vie du moins tout sauf la part investie de l assurance vie dans les ets entreprise fr ou économie française obligatoire va allez en augementation exponentielle plus de 30 % obligatoire ..

    d ailleurs c est petit à petit du tout qu ils euthanasient
    on casse l immobilier locatif la législation est Florissante à ce sujet et très déconnecté et idéologique

    aussi faut-il quitter la France et cette nationalité ?

    Nous avons des depuis décennies au moins 30 ans
    Européeanisé étatisé ce pays dans le mauvais sens

    Monsieur charle gave madame c est croire qui ils ont tous tuer ou en passe de et que plus rien ne marche alors il cherche quoi spolier ou euthanasier ce n est pas de la gouvernance mais du vol et des imbéciles qui dépensent sans compter et ne gère rien que leurs intérêts personnels le système dit c est le peuples qui payera allons y !!

    C est élites qui pettent dans la soie plus ils sont incompétents plus ils s auto récompensent entre eux junkies de shout d argent public en dépenses ou gaspillage sans parler du reste …

    Abaissement du montant de la retraite l épargne tué ou spoliée ?
    La santé va foutre le camp aussi ….
    Je souhaiterais que monsieur charle gave sxecprime sur l’immobilier !!! Merci par avance dans ce domaine c est aussi Space !!!

    Monsieur charle gave ils tue tout euthanasie tous pour contenir ce système et on installés la pompe à fric européenne…
    par contre se sera varen pour les èlus si tous tombe le français encaissent et ce pays sent le moisi tant ils ont installé un système pour eux et trés dur à modifier

    Salutations god save the queen

    Répondre
  • BKK

    15 January 2020

    Le véritable prix de la dette française s’évalue au minimum à 5% ; faut pas croire que certains prêteurs son dupes , il suffit qu il n’existe plus de vol sur les OAT pour qu elles soient irrémédiablement poussées vers le sud et que les préteurs vendent les oblis et là c’est le début de la cata, les spéc (s) ” worldwide” ne manqueront pas d’être au rdv et bang l’escroquerie financière de l’état français implosera . Cette évènement est inévitable, les français sans le savoir on leur ‘ skin in the game “, en espérant qu’ils seront suffisamment pratique pour transformer le négatif et positif .

    Répondre
  • BKK

    15 January 2020

    Bravo Monsieur Gave vous avez tt comprit, les taux d’intérêts c’est la clés cela va être “bloody” pour ma part je me crée quelques systèmes d ‘options exotiques en OTC juste de quoi générer un ” cut ” quand le système mafieux de ces chiens galleux partira en vrille , peut être verrez vous là un cynisme ! non c’est de bonne guerre car c’est eux qui ont pillé les français jusqu’à la misère.

    Répondre
  • Soufiane

    15 January 2020

    Et pourquoi est-ce que les taux d’interet devraient remonter ?

    Ils peuvent tres bien comme au Japon rester a 0 ou proche de 0 ad vitam aeternam.
    C’est d’ailleurs le scenario qui parait le plus probable vu que les banques centrales sont dans l’incapacite de remonter les taux (tout le monde sauterai).
    Bref a mon avis il suffit de regarder le Japon et on peut avoir une idee de vers quoi nous allons.

    Répondre
    • Alexandre

      15 January 2020

      Il n’y a pas l’euro au Japon..

    • Emmanuelle Gave

      15 January 2020

      Parce que les obligations baissent justement.

    • breizh

      15 January 2020

      la dette du Japon est détenue par les japonais.

      pour les obligations en euros, (et notamment celles de l’Etat français), ce n’est pas le cas (60 % par des étrangers je crois).
      Il n’est sûr que les taux aussi bas continuer d’attirer des pigeons (qui n’ont pas la discipline et le nationalisme des japonais).

    • Soufiane

      17 January 2020

      Je pense que nous n’avons pas besoin des etrangers pour financer notre dette, la BCE peut tres bien tout racheter (comme au Japon une nouvelle fois !)

    • ilmryn

      17 January 2020

      Si le BCE peut racheter les dettes, pourquoi ne pas carrément lui faire imprimer des billets de 500 pour les distribuer à la population ? En principe l’idée “d’argent gratuit” ne devrait pas être encore présente après la puberté.

    • Soufiane

      18 January 2020

      Contrairement a ce que vous dites, l’argent est bien (quasi) gratuit pour ceux qui s’endettent.
      Ce n’est pas du tout une idee farfelue.
      Et oui il y a bien quelqu’un qui paie, c’est vous,moi et les autres epargnants qui sommes forces a preter notre argent gratuitement.
      Donc si demain la BCE et les gouvernements europeens veulent que vous pretiez gratuitement les 500 euros que vous avez economisez, et bien ils feront tout pour vous y forcer.
      Ce n’est pas bien, ce n’est pas ce que je souhaite, mais c’est ce qu’il se passe !

  • Thome

    14 January 2020

    Bonjour, a titre personnel je suis d’accord avec Monsieur Gave. Je garde mon assurance vie car elle a moins de 5 ans et j’essaie de m’exposer le plus possible aux U. C. Et j’arrête de la remplir. Personnellement sur mon cto j’ai acheté des treasuries sur une maturité de 1 à 3 ans via un etf physique et j’achète des actions le plus possible des actions hors zone euro ou des action en zone euro très exposé à l’extérieur de la zone euro . J’ai acheté des actions alibaba dernièrement, le timing est loin d’être bon mais on verra.
    Je dirai que l’on voit que l’on se japonaise :beaucoup de sociétés s’endettent en zone euro grâce aux taux bas pour investir l’argent hors zone euro car il a plus trop de croissance en zone euro…
    Merci pour tout ces conseils
    Cordialement,

    Répondre
    • Alexandre

      14 January 2020

      Attention aux entreprises qui s’endettent en euro en Allemagne pour investir sur d’autres continents, lorsque l’euro sautera si elles devaient rembourser leurs dettes en mark, du fait du taux de change leurs investissements extra-continentaux feraient faillite..

      Mais cela concerne bien plus les traders et les chambres de compensation que les entreprises..

      Combien d’assureurs travaillent sans couverture en positions sèches de ce type ?

  • Dllhuit

    13 January 2020

    j’ouvre les yeux, j’ai déjà constaté la baisse de rendement sur mes assurances vie ; en plus nous avons misé sur une assurance autonomie pour mon mari amputé des 2 membres inférieurs

    Répondre
  • jacqueshenry

    13 January 2020

    Cher Monsieur,
    je lis avec intérêt vos chroniques et j’apprécie également vos interviews sur diverses chaines Youtube. Pour ce qui concerne les retraites j’ai une question à proposer à votre analyse. Je suis retraité ancien contractuel du CNRS. Depuis le début de ma carrière j’ai cotisé pour constituer une retraite complémentaire auprès de la CDC et je dispose de la retraite du régime général sérieusement rognée puisque j’ai démissionné du CNRS sans avoir tous les trimestres requis pour avoir une retraite à taux plein. J’ai fui la France il y a plus de 20 ans (après ma démission) et j’habite maintenant à Tenerife où la vie y est environ 40 % moins chère qu’en France. N’étant pas résident en France j’échappe à la CSG. Je suis donc résident aux Canaries et j’ai fait une déclaration de revenus auprès des services fiscaux locaux comme tout bon citoyen respectueux des lois. Après examen de mon dossier l’administration fiscale locale m’a réclamé un arriéré rondelet car j’étais assujetti à l’impôt. Il m’a fallu prouver que ma retraite avait été constituée à titre onéreux d’autan plus qu’ils ignorent ce qu’est l’IRCANTEC, la caisse de retraite des agents non titulaires de l’Etat français. Après de nombreuses palabres le verdict est tombé : la loi espagnole n’autorise en aucun cas une taxation de toute retraite constituée à titre onéreux qu’il s’agisse d’une retraite par répartition comme en France et encore moins s’il s’agit d’une retraite complémentaire. Pour la loi espagnole taxer une retraite revient à un impôt rétro-actif sur des salaires versés par le passé. Je crois que tout impôt rétro-actif est également illégal en France. La rétroactivité s’applique dans la mesure où l’impôt, ici la CSG, s’applique après le départ à la retraite., retraite constituée dans tous les cas à titre onéreux donc à partir d’un salaire lui-même déjà imposé durant la vie active.
    Connaissez-vous des juristes fiscalistes dans votre entourage susceptibles de confirmer ou d’infirmer ce que j’avance.
    La CSG est un impôt, il ne faut pas jouer sur les mots !
    J’attends avec intérêt une réponse de votre part.
    Respectueusement avec mes meilleurs voeux pour l’année 2020

    Répondre
  • Max

    13 January 2020

    Bonjour, raisonnement logique mais corrigez moi si je me trompe. Une récession fait rentrer l’économie en déflation, donc un taux négatif délivré sur des livrets et assurance vie, garantit leurs valeurs dans une monnaie qui se revalorise. On comprend que la connerie c’est de s’endetter mais quel aubaine pour un chanceux de retirer ses billes dans un marché bourré aux hormones (QE). J’ai peur de ne pas saisir un élément tant cela ne me choque pas. Le but étant de tuer la classe moyenne endettée à l’immobilier , les banques centrales ne s’aventureraient pas dans de l’helicopter money pour solvabiliser tout le monde en risquant le dérapage incontrôlable. En vous souhaitant à vous et vos lecteurs, bonheur et prospérité.

    Répondre
    • Bilibin

      14 January 2020

      Pas toujours, une récession peut être inflationniste. La monnaie ne va ici pas se revaloriser bien au contraire.

    • Alexandre

      14 January 2020

      Dans un cas déflationniste, si je ne m’abuse il y aurait un décalage entre la vitesse de chute d’un taux négatif et la vitesse du rattrapage de la valeur absolue causée par cette chute, du fait de la déflation.

      Il faudrait que la vitesse de chute des taux négatifs soit inférieure à la vitesse d’accroissement de la déflation, sans quoi ce serait comme tenter d’attraper la queue du Mickey à la fête foraine, à chaque fois qu’on penserait l’attraper elle s’éloignerait de plus belle..

    • Max

      14 January 2020

      L’accroissement de la chute des taux n’est pas la conséquence d’une spirale déflationniste, puisqu’un taux court est administré…tandis qu’une déflation est subie. Seule voie permettant au capitalisme de se renforcer par une purge assainissante : laisser filer la déflation avec taux stagnant pour supprimer les zombies qui tuent la destruction créatrice et l’inflation potentielle.

    • Fabian

      19 January 2020

      Bonjour,
      pourquoi dites-vous : “On comprend que la connerie c’est de s’endetter mais quel aubaine pour un chanceux de retirer ses billes dans un marché bourré aux hormones (QE)”?

  • Tonton Fligueur

    13 January 2020

    > Nous sommes gouvernés depuis trente ans par des fous …
    > Ils seront donc emportés par un tsunami.

    Je lisais dernièrement que les grands requins blancs ont disparu de la baie du Cap, en Afrique du Sud.

    Auraient-ils un pressenti de ce tsunami, déjà “l’eau à la bouche” et seraient-ils en cours de migration vers le côtes européennes afin de préparer le festin?

    Répondre
  • franck

    13 January 2020

    l’assurance vie concerne beaucoup d’épargnants, et il faut être très précis.
    1/ l’assurance vie est un contrat passé avec un assureur qui garantit un capital ou une rente à l’échéance en contre partie de primes versées.
    comme tout contrat d’assurance, personne ne lit les conditions générales, et pourtant…le plus essentiel y est en langage incompréhensible pour un profane.
    quand on verse 100 sur un contrat, 100 appartiennent à l’assureur qui garantit ce pour quoi il s’est engagé par contrat.
    donc, il faut lire le contrat signé, et on peut avoir des surprises.
    2/E Gave nous dit que les taux montants, la valeur des obligations à taux intérêts flirtant avec le zéro vont naturellement baisser.
    C’est vrai.
    L’inverse est vrai aussi, pendant 10 ans la valeur des obligations détenues dans les fonds Euros à taux élevés a énormément augmentée.
    Les adhérents aux contrats d’assurance n’en ont pas vu les plus values! où sont elles passées?? dans les réserves des compagnies d’assurance? dans les dividendes?
    ou nul part car les obligations sont arrivées à terme et ont été remboursées au pair.
    3/en cas de panique, tout est possible et pourrait mettre les assureurs en difficultés de faire face aux rachats des adhérents:
    Loi Sapin veille à ce problème: les rachats seront bloqués.
    Et l’état mettra en place un plan pour sauver les compagnies comme cela a été fait déjà pour sauver les banques après la crise des subprime, après l’histoire du Crédit Lyonnais, etc…les contribuables paieront.

    Répondre
  • Thierry

    13 January 2020

    Il me semble que la BCE jouera le role de pompier le plus longtemps possible via des politiques non conventionnelles afin que le soldat Euro survive…en s’effondrant lentement mais surement face au dollar ou a l’or. L’agonie sera lente, sauf vers la fin, lorsque la fuite des capitaux de la zone euro vers les autres planches de salut ira s’accelerant. Alors nous assisterons a une crise generalisee comme actuellement au Liban,

    Répondre
    • yvesdemars

      14 January 2020

      la BCE si elle achète des OAT verra ses fonds propres s’effondrer et ce seront les Etats qui devront la renflouer mais ils seront à la rue.

      Maintenant pour les contrats d’assurance vie les assureurs ont aussi acheté des obligations d’Etat espagnoles italiennes, voire grecques et aussi des obligations privées

  • candide

    13 January 2020

    Pour aller dans votre sens :

    Certaines compagnies d’assurances, et non des moindres (Generali et Allianz, pour les autres je ne sais pas), ont changé leur politique commerciale concernant l’assurance vie et ne vendent plus de produits 100% euro. Au minimum, les produits comportent 30% d’autre chose.

    J’ai une question idiote : si l’assurance vie n’achète plus d’obligation d’état, à qui va-t-on les vendre ?

    Répondre
    • PHILIPPE LE BEL

      13 January 2020

      La BCE rachètera à tour de bras… et l’Euro sera un peu plus en péril.

  • vendeo

    13 January 2020

    meme remarque que alexandre ci dessous. De quel taux à 5% parle t-on?
    merci

    Répondre
  • vendeo

    13 January 2020

    Bonjour,
    je ne comprends pas quelque chose: Dans les cas le PLUS FAVORABLE, notre investisseur est CERTAIN de voir son portefeuille[CG1] rester à 100 si les taux restent à zéro, dont il faudra déduire chaque année les frais de gestion, ce qui l’amènera à 95 et, dans le cas le plus défavorable où les taux se retrouveraient à 5 %, le portefeuille baisserait de 15 % en valeur et si je rajoute les frais il se retrouvera à 20 % de baisse en dix ans.

    les intérets sont servis au souscripteur, pourquoi dit on que son assurance vie diminue?

    Répondre
    • Emmanuelle Gave

      13 January 2020

      Alors, si les taux d’intérêt montent, les obligations baissent et vive versa. Nous sortons d’une période de 10 ans de taux d’interets bas, il est à peu pres certains que les taux vont remonter et qu’en conséquence les obligations vont baisser.

  • Alexandre

    13 January 2020

    Ce passage mériterait une meilleur explication pour tous me semble-t-il :

    “Dans les cas le PLUS FAVORABLE, notre investisseur est CERTAIN de voir son portefeuille[CG1] rester à 100 si les taux restent à zéro, dont il faudra déduire chaque année les frais de gestion, ce qui l’amènera à 95 et, dans le cas le plus défavorable où les taux se retrouveraient à 5 %, le portefeuille baisserait de 15 % en valeur et si je rajoute les frais il se retrouvera à 20 % de baisse en dix ans.”

    Je comprends qu’on arrive à 95 après 5% de frais de gestion sur un capital de départ de 100, mais je ne comprends pas qu’un taux à 5% soit un cas défavorable. Il ne s’agit donc pas du taux de rendement de l’assurance vie, mais de quel taux ? Du taux auquel l’Etat devra emprunter ? D’un taux négatif de -5% ? Auquel cas je ne comprendrais pas comment un taux négatif de -5% sur 10 ans ne pourrait causer qu’une baisse de 15% en valeur sur le capital ?

    Globalement, c’est à partir d’un revenu de 30K EUR / an net d’impôt que les gens ont une assurance vie, cela concerne donc directement moins de 20% de la population qui est essentiellement concentrée en île-de-France, à la frontière Suisse et sur la côte d’Azur.. et indirectement cela concerne surtout les plus pauvres par la baisse de la consommation (du ruissellement qui n’advient plus). Politiquement c’est donc intéressant, car l’inculture économique qui est du côté de classe moyenne supérieure (ces 20%), fait qu’en votant macron (ou fillon, ce qui aurait été la même chose) ils firent donc le choix du conformisme putassier au prix de leur propre intérêt.

    Politiquement cela pourrait même renforcer macron et sa clique de prostitués dégénérées. Comme ces 20% seront de plus en plus menacés par les pauvres qui seront de plus en plus nombreux et de plus en plus taxés au point de vouloir de plus en plus faire la révolution, alors ces 20% pourraient à grand renforts de publicité, s’accrocher de plus en plus fort à macron et à l’Europe.. contre les nouveaux pauvres..

    De l’indéfectibilité et de la popularité des dictatures..

    A tout le moins ils pourraient tout de même mettre quelqu’un de plus sérieux que Gérard Larcher à la présidence du Sénat, juste au cas où l’autre serait assassiné.. pour le remplacer. Il faut une vraie femme ou un homme à l’Elysée désormais.

    Répondre
    • Emmanuelle Gave

      13 January 2020

      Alors, si les taux d’interet montent les obligations baissent. Nous venons d’avoir une periode longue de taux d’intérêts bas, et d’obligations hautes.
      l’inverse s’amorce.

  • Frédéric

    13 January 2020

    Bonjour charles gave j ai 2 assurances vie pour mes enfants or et matieres 1ieres et d,autres choses mais rien en fonds euro. Le risque est il le meme? Merci.

    Répondre
  • Alex

    13 January 2020

    Bonjour,
    Je m’interroge, sur ce passage “En pratique, les taux à zéro ou négatifs ne sont donc rien d’autre qu’une immense augmentation des impôts sur le secteur privé et l’épargne de la classe moyenne, rendue inévitable à cause de l’euro. Et quand je pense que les retraités français sont les plus opposés à une sortie de l’euro, je ne peux m’empêcher d’être atterré par tant d’inculture économique.”

    Je comprends le sens de la phrase. Toutefois, cet “impôt” n’est pas perçu par l’Etat ? il s’agit en fait plutôt d’un manque à gagner pour les épargnants ? Ou, vous considérez que l’Etat se finance sur le dos des épargnants – par les taux bas/négatifs ?

    Répondre
    • Emmanuelle Gave

      13 January 2020

      Oui c’est cela.

  • dede

    13 January 2020

    “Les désastres s’accumulent et leur but est d’empêcher tout mouvement a la surface des choses.

    Ils seront donc emportés par un tsunami”

    Ce qui est ahurissant, c’est que Nassim Taleb a ecrit Le Cygne Noir avant la crise de 2008 qui a confirmé sa these puis Antifragile depuis. Cette conclusion me semble être un condensé de ces deux bouquins…

    Répondre
  • Doudou

    13 January 2020

    Cette analyse , je l’ai faite depuis 10 ans et j’en ai tiré les conséquences . Assurance Vie 100 % en unité de compte dans une compagnie Luxembourgeoise , gérée en Suisse . Depuis l’ouverture en 2012 ( avant cpt titre ordinaire ) rendement de 7 % par an . Je ne vois pas comment on peut faire mieux avec une volatilité réduite . Merci aux conseils pertinent de monsieur Charles Gave qui est pour moi le Warren Buffet français .

    Répondre
  • PHILIPPE LE BEL

    13 January 2020

    Bonjour,

    Quelle est la part d’OAT détenue par les français ? Il me semble environ 50%… le reste est détenu par des étrangers… Les français perdront, certes un peu, mais les japonais (dont l’Etat est surendetté à 0% depuis des années), émiratis, qataris, saoudiens encore plus….
    Il peut être envisagé un beau jubilé européen…

    Répondre
    • Pierre 82

      13 January 2020

      Ne pas rembourser les Saoudiens émiratis et qataris… bonne idée… Y’aura plus qu’à trouver quelqu’un pour accepter de nous vendre du pétrole après un coup pareil…

    • MichelC

      24 January 2020

      Vous n’avez droit qu’à un seul coup. Et il fort probable que vous loupiez la cible…
      Le pigeons ne sont pas des pigeons… Ce sont eux qui tiennent le fusil…

  • Alain D

    13 January 2020

    Bien d’accord avec vous, une fois de plus. N’oubliez toutefois pas l’avantage considérable en matière de droits de succession pour les contrats souscrits avant 70 ans !

    Répondre
  • Gerldam

    13 January 2020

    Indépendamment du fait que l’EdNat, depuis des dizaines d’années fait tout son possible pour que les français soient nuls en économie, il reste un fond paysan dans chaque français, avec pour conséquence que chaque fois qu’un produit d ‘épargne affiche “zéro impôt”, ils foncent, tête baissée.

    Répondre
    • Charles Heyd

      13 January 2020

      Ce n’est pas, ou plutôt ce ne devrait pas être l’Educnat qui définit les programmes mais le ministère en charge; si vous comptez sur des profs qui sont plus intéressés par la théorie du genre, l’écologie(isme) et autres théories de ce genre, le résultat actuel est garanti!

    • Beepop

      15 January 2020

      Le bon fond paysan s’est justement de ne pas foncer tête baissée, il n’y a plus beaucoup de paysan mais beaucoup d’agriculteurs !

    • MichelC

      24 January 2020

      Un paysan ne se ferait pas rouler ainsi.

  • PJ

    13 January 2020

    Pour ma part j’ ai suivi vos conseils depuis 1 ans dejà, j’ ai conseillé à ma femme de vendre son assurance vie et d’ acheter de l’ or avec l’ argent récupéré. Cela a été un succès.

    Répondre
    • MichelC

      24 January 2020

      Environ 17% depuis 1 an. Pas mal, cela va encore pousser un peu.

  • Thierry Balet

    13 January 2020

    Merci Monsieur Gave pour ces informations qui valent…….de l’or.
    C’est la dernière phrase de ce billet du jour que j’apprécie le plus……en espérant que dans ce tsunami ce n’est pas nous tous qui seront emportés……

    Répondre
  • Robert

    13 January 2020

    Voilà un raisonnement solide car bien argumenté. Vous avez raison quant à l’inculture économique de nombreux Français. Cette méconnaissance est volontaire, comparable au comportement de l’autruche face au danger…

    Répondre
  • SC

    13 January 2020

    Quid des UC dans des assurances vie ?

    Répondre
    • Jordi

      13 January 2020

      Meme question

    • dede

      13 January 2020

      Les Unites de Compte, c’est un moyen de dire quelle est la part des actifs a laquelle vous avez droit. Ce qui compte, c’est le pool d’actifs : Charles Gave fait un raccourci en assumant que toutes les assurances-vie sont investies en OAT, ce n’est pas tout a fait vrai.
      La plupart des assurances-vie sont investies en OAT parce que le regulateur permet aux assureurs de les traiter comme des actifs sans risque, et donc de les vendre a n’importe qui sans que l’assureur puisse etre responsable le jour ou il y aura une perte… Il existe cependant des assurances-vie dont les actifs plus ou moins sous-jacents (le support) peuvent etre des actions : generalement, elles vous seront presentees sous forme d’unites de compte (plutot que sous forme de rendement plus ou moins garanti) mais attention, l’inverse n’est pas vrai.

      Il est donc possible que vos unites de comptes ne vous exposent pas a la dette francaise mais ce n’est pas parce que votre assurance-vie est presentee sous forme d’unites de compte que c’est le cas.

      En tout etat de cause, une assurance-vie n’est pas un fond d’investissement et vous restez exposes a la solvabilite de l’assureur qui, a ma connaissance, n’a pas l’obligation de reconcilier actif (ce a quoi vous avez droit) et passif (ce qu’il vous doit) – si je ne me trompe pas sur ce point, c’est la ou se trouve la plus grosse arnaque financiere de France (l’insolvabilite du gouvernement n’etant pas une arnaque en soi, juste un piege a cons)

    • CharlesM

      13 January 2020

      SC et Jordi, il faut d abord voir qui gère ces UC. Si c est la compagnie d assurance, elle peut bloquer les retraits. Si vous êtes dans un contrat en “architecture ouverte”, avec des Uc qui sont des opc de BlackRock, fidélity ou autres gérants externes, la cie d assurance ne peut bloquer le retrait que si l opc elle même l a fait pour tous ses clients. Ce n est alors plus une question d assurance-vie

  • Obrecht

    13 January 2020

    Je crois que vous oubliez un autre paramètre: L’inflation….

    Répondre
    • Emmanuelle Gave

      13 January 2020

      Non il en parle.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!