FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_print

Il est surréaliste d’avoir entendu dans la bouche du Président de la République que « La France va mieux ». Enoncer une telle contre vérité suppose que l’on a perdu totalement la compréhension de la réalité et que l’on pratique la pensée magique et les incantations. Au lieu de donner son interview à l’Elysée, il a préféré aller au Musée de l’Homme. Je passais place du Trocadéro au moment où il est arrivé.  Le déploiement de forces de police et de gendarmerie était considérable. Tout était bloqué

Au lieu d’utiliser les forces de maintien de l’ordre pour lutter contre ceux qui cassent et détruisent, on s’en sert pour éviter au Président d’être confronté aux français.

 

On assiste à une dérive de l’Etat sans précédent :

L’Etat ne peut plus embaucher des dirigeants compétents (voir Air France), ne peut plus investir pour préparer l’avenir, ni encore moins rémunérer convenablement les fonctionnaires en tenant compte de leur mérite.

Le déficit du commerce extérieur se creuse, car une partie croissante de la demande profite aux fournisseurs étrangers de la France et non aux sociétés françaises.

La loi El Khomri qui se voulait d’insuffler un peu de flexibilité dans l’économie, se transforme en une réglementation de plus qui taxera les CDD.

Avec l’extension du RSA aux jeunes qui s’ajouterait à la « Généralisation de la Garantie Jeune » et aux annonces en faveur de l’emploi des jeunes on fait un pas de plus vers l’assistanat. On croit rêver…

Pour faire du « sociétal », on lance « la salle de shoot » à côté de la gare du Nord et on relance le débat sur la dépénalisation du cannabis. On laisse le triste rassemblement de « Nuit Debout » occuper la place de la République. Un tel rassemblement ne devrait pas être possible en période d’état d’urgence.  Les effectifs de police auraient été mieux utilisés pour éviter la violence et les déprédations qui ont eu lieu.

 

Pendant ce temps, le nombre de contribuables assujettis aux tranches supérieures de l’impôt sur le revenu continue de quitter la France. Il a encore baissé selon les derniers chiffres de 2014. C’est bien le signe d’un Etat dans lequel les acteurs de l’économie qui créent, inventent, prennent des risques et auraient pu créer des emplois en France préfèrent aller exercer leur talent ailleurs.

Quant aux  petits patrons qui sont condamnés à tort suite à un litige avec un ou plusieurs salariés, on constate que  certains d’entre eux qui sont lourdement condamnés se retrouvent en forte difficultés financières ou ferment.

 

Décidément, la France ne va pas mieux. Emmanuel Macron se met en position de postuler pour le poste d’exécuteur testamentaire de François Hollande

 

 

La Suisse devrait être plus souvent analysée par nos hommes politiques et nos syndicalistes. Il faudrait leur faudrait comprendre qu’avec  un Code du Travail minimaliste, pas de 35 heures, pas de smic, pas d’indemnité de licenciement, en Suisse, la paix sociale règne et le chômage est au plus bas,  malgré une devise qui est une des plus fortes du monde.

 

Les taux zéro risquent de déclencher une faillite des compagnies d’assurance et un défaut des caisses de retraite

 

En Grande Bretagne, la confiance des consommateurs faiblit avant le référendum sur le Brexit (sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne).

 

En Italie, la production industrielle a moins baissé en février (-0,6%) qu’on ne le pensait.  c’est une bonne nouvelle.

 

En Europe, l’indice Stoxx 600 progresse de 4,8% dans la semaine. La BCE a ramené son taux directeur à 0% tandis que son taux de dépôt est tombé à -0,4%. Désormais 42% de la dette souveraine européenne s’échange avec des rendements inférieurs à zéro. C’est la recette pour déclencher une faillite des compagnies d’assurance et un défaut des caisses de retraite et des fonds de pension. Parallèlement, l’excédent commercial baisse…

 

Le dollar a cessé de monter pour le moment

 

Aux Etats Unis, le marché a progressé de 2% cette semaine avec une hausse du secteur de l’énergie anticipant un accord sur le prix du pétrole qui n’a pas eu lieu  à Doha.

Le débat est ouvert sur le fait de savoir si la production industrielle est un bon indicateur avancé pour prévoir quelle va être la croissance de l’économie américaine.

Pour le moment, elle est en baisse surtout en raison du secteur de l’énergie.

Peabody Energy la société privée qui est le numéro deux mondial du charbon s’est mise en faillite.

 

Au Japon, ce sont les sociétés exportatrices qui ont le plus souffert depuis le début de l’année : TDK, Fanuc, Honda, Nitto Denso, Fujy Heavy

 

La Chine a annoncé que son PIB pour le premier trimestre avait ralenti à 6,7%. Le chiffre est inférieur à celui qui était attendu. La production industrielle croit de son côté à 6,8%. L’excédent commercial a diminué de 30 Md$ en mars.

 

Cela n’empêche pas les entreprises chinoises de continuer à faire leur marché…Dans le domaine du service aux compagnies aériennes, HNA après avoir racheté Gategroup en Suisse s’intéresse à  Servair filiale d’Air France KLM.

 

Sur l’or, plus de 7Md$  ont été investi en tracker  depuis le début de l’année. C’est toujours la classe d’actif refuge pour période incertaine.

 

Les banques européennes continuent à supprimer des postes. Nomura  en supprime 600 postes dans les équipes en charge de la couverture de l’Europe. Barclays compte se séparer de 8000 personnes. BNP va aussi allèger ses effectifs dans la banque de financement. L’indice « MSCI EMU bank index » est en baisse de 37% sur les douze derniers mois. Les banques américaines qui ont pour la plupart déjà ajusté leurs effectifs ont progressé de 4% pendant la semaine…

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur

4 Commentaires

  1. Les optimistes verront probablement de la destruction créatrice organisée, sinon planifiée comme on peut l’avoir au niveau des agissement des BC. C’est bien entendu un leurre.
    Un simple coup d’oeil aux rachats de la BCE pour comprendre que même sans ça et TAFTA on est bons pour une rincée définitive.
    Alors sortir, au final, quelque soit la manière dont ce sera fait, ne semble pas le pire des choix. Mais je crains que non, et que ce ne soit l’UE qui soit tout entier à la dérive, menée par une Allemagne et les US qui jouent un jeu géopolitique funeste sur le dos des peuples.
    Vous soulevez à juste titre les excès incroyables que nous connaissons, mais c’est général et toujours sans mandat.
    Il n’y a simplement plus de limites à ce que sont prêts à faire les pouvoirs en place pour s’y maintenir, et je ne parle pas uniquement de nos dirigeants d’opérette. Il faut donc s’attendre au pire. Ils provoqueront les conflits nécessaires à diviser et détruire de la richesse ou la transférer à d’autres pour les plumer à leur tour, réduisant au passage nos espaces de liberté et au final nos espaces vitaux.
    Le dernier avatar en cours que je mentionnais plus haut: http://www.zerohedge.com/news/2016-04-22/spv-loophole-ecb-just-unleashed-qe-entire-world-and-may-have-bailed-out-us-shale

    Répondre
  2. Tout et ailleur ca vas mal, quoi dire?
    Il semble bien quel’interventions des Banques centrales n’est pas benefiques au libre commerce, en faite ce que on voit, cet que les amies des amies, leurs remplies bien les poches, et on voit rien venir vers l’economie reelle, si pendent la crise de 2008 on aurai laisser faillir toutes les banques qui devais failires, on aurait peut etre repartie sur des fondamentaux benefiques a l’economie, mais ca ne cet pas passée comme ca et on vas paer ca tres cher dans un futur res proche.

    Répondre
  3. “Cela n’empêche pas les entreprises chinoises de continuer à faire leur marché…”

    le but est de se barrer au maximum de chine avant l’effondrement

    au japon cela fut pareil

    de m^me un pic de M&A, (tant que son papier vaut) est souvent annonciateur de crash

    c’est peut etre aussi la raison pour laquelle on construit les plus beaux building juste avant/pendant les krachs
    (ai acheté en 2005 à 20ms de la fin du bid sur ebay, le plan blue print du nouveau siege que goldman sachs voulait se faire construire… en 1929 sur pine st: je me demande toujours ont-ils été débiles? clairvoyants? ont-ils fait de la forfanterie? GS a fini à 2doll en 1932(?) contre 200(?) la construction fut reportée -à la fin du siecle-…

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *