13 novembre, 2022

Réflexions sur la Chine, la guerre monétaire avec les USA et les obligations Chinoises.

J’ai un problème.

Depuis bien des années, je dis aux lecteurs d’acheter des obligations chinoises pour la partie défensive leur portefeuille et de financer ces achats par des ventes des obligations françaises ou de la zone euro qu’ils pourraient encore détenir.

En termes simples, je leur disais de remplacer les obligations de la zone euro par des obligations chinoises.

Et cela a été une bonne, une très bonne idée comme le montre mon premier graphique.

Je fais 46 pour cent de mieux depuis 2014, la plus grande partie de cette sur performance se produisant à partir de 2020.

Mais la détention des obligations chinoises commence à poser des problèmes pour ceux qui les détiennent, et je dois évoquer cette réalité.

Je vais donc commencer par les raisons qui pourraient amener un lecteur parfaitement rationnel à vendre ces positions.

  • La Chine va perdre le marché américain et va devoir dévaluer pour préserver ses emplois. Cette idée est fausse. La Chine n’a plus besoin de préserver ses emplois puisque depuis quelques années, les entrées nouvelles sur le marché du travail baissent.
  • Plus sérieusement, nous avons vu, après le déclenchement de la guerre Russie-Ukraine, que ceux qui en occident avaient des obligations Russe ont été incapables de les vendre. Du coup, ils se retrouvent aujourd’hui avec des positions complétement illiquides, qui pèsent lourdement sur la valeur de leurs portefeuilles puisque ces obligations sont valorisées à zéro.
  • Et donc, si la Chine venait à envahir Taiwan (ce que je crois être militairement et politiquement tres difficile, voire impossible), les obligations chinoises ne pourront plus être vendues ou achetées. Dans ce cas de figure, les gérants vont se retrouver avec des actifs illiquides, ce qui pourrait les forcer à fermer tous leurs fonds à tout remboursement et à  toute nouvelle suscription. Et donc, ces gérants vendent avant que d’en être empêché … et du coup, les sorties de capitaux de Chine depuis quelques mois ont été monstrueuses, ce qui a entrainé une certaine baisse de la monnaie chinoise.
  • Ensuite, lors du dernier Congrès du Parti,  Xi, s’est littéralement arrogé tous les pouvoirs. Aucune des factions qui représentaient des sensibilités différentes à l’intérieure du parti n’est représentée dans les organes dirigeants. Et du coup, le voilà seul aux commandes pour un grand moment et je me retrouve en face d’un pouvoir politique autoritaire, si ce n’est totalitaire. Et si cet homme décidait de ne pas me rembourser, je ne vois pas très bien comment je pourrais réagir juridiquement.
  • Et enfin, les relations commerciales et diplomatiques entre la Chine et les Etats-Unis continuent de se détériorer et chacun sait que déplaire aux USA quand ils sont sur le sentier de la guerre est rarement une bonne idée (voir la saga BNP).

Et donc, je n’ai que des coups à prendre et je décide de sortir de mes obligations chinoises.

Donnons maintenant la parole à la défense.

  • Si mon hypothèse de départ qui était que la Chine voulait dédollariser l’Asie est la bonne et que cette volonté est bien celle de Xi, alors la dernière chose que la Chine acceptera sera de laisser chuter sa monnaie., tant cela serait une immense perte de face en Asie.
  • Bien au contraire, dès que les sorties de capitaux se ralentiront, on peut être certain que la monnaie chinoise va reprendre sa hausse structurelle, surtout si la Chine paye en yuan pour acheter son énergie.  C’est déjà le cas pour la Russie qui risque d’être suivie par l’Arabie Saoudite et les émirats ?
  • En fait si j’ai raison dans mon analyse, la brutalité monétaire américaine actuelle va rendre de plus en plus indispensable une coopération monétaire accrue en Asie.et le Yuan en sera la pièce maitresse. Et comme c’est en Asie que se passera l’essentiel de la croissance mondiale dans les années qui viennent, ne pas avoir de yuan pour y participer serait tout simplement suicidaire.
  • Je n’ai pas recommandé les obligations chinoises parce que j’avais une passion coupable pour le régime en place à Pékin, mais parce que la politique monétaire suivie par la BOC visait à préserver le pouvoir d’achat de ceux qui épargnaient dans cette monnaie, alors que la politique monétaire de la zone euro confinait au délire : depuis 2004, la quantité de monnaie de banque centrale créée par la BCE a été multipliée par cinq alors que le PIB nominal de la zone est monté de trente-quatre pour cent en tout et pour tout.

 

Quand je pense que madame Lagarde dans une interview récente s’est exclamée que l’inflation en Europe venait d’exploser à la hausse et que nul ne s’y attendait, j’ai vraiment l’impression que « l’on » me prend pour un imbécile.

  • J’ai aussi recommandé d’acheter des obligations chinoises tout simplement parce qu’elles sont anti fragiles et protègent statistiquement merveilleusement bien contre des baisses des marchés des actions européens qui eux, apparaissent de plus en plus fragiles. Et donc, d’une certaine façon, j’ai des obligations chinoises parce que la moitié du portefeuille IDL est constitué d’actions françaises.

Venons-en maintenant à la vraie question.

Il existe clairement aujourd’hui un véritable effort de la part de Washington d’imposer sa souveraineté monétaire et juridique au monde entier, et à défaut à ses allies historiques présents dans l’OTAN.

Comme nous l’avions anticipé dans « A clash of Empires », livre écrit avec mon fils il y a déjà quelques années,, nous sommes bel et bien entrés dans une guerre monétaire entre les USA et la Chine.

Et les USA me semblent animés d’une belle énergie belliqueuse pour maintenir envers et contre tout ce que Rueff appelait leur « privilège impérial ».

Et de fait, aidés par Bruxelles, ils semblent bien prêts à se battre jusqu’au dernier européen.

En ce qui me concerne, je vois bien que les intérêts vitaux du complexe militaro industrielle aux USA sont engagés dans le conflit monétaire avec la Chine, mais je ne vois pas trop en quoi cela me concerne.

Quand de Gaulle exigeait que les surplus extérieurs français avec les USA soient soldés en or et non plus en dollars, c’était en grande partie parce que les USA à l’époque étaient engagés dans une aventure militaire au Vietnam à laquelle de Gaulle ne voyait aucune raison de participer.

Et donc, il lui semblait de sa responsabilité et de sa conviction d’empêcher que la France ne soit entrainée dans une affaire qui n’avait rien à voir avec notre pays.

En ce qui me concerne, je garde mes obligations chinoises.

Cependant, je comprends très bien que beaucoup de lecteurs  qui estiment que les risques politiques et commerciaux inhérents à la détention d’obligations chinoises sont beaucoup trop importants  qui hésitent a conserver leurs positions en monnaie chinoise.

Pour ceux-là , je conseille de vendre les obligations chinoises et de répartir les sommes ainsi libérées en actions de l’indice IDL et en or, soixante-dix pour cent allant en actions et trente pour cent en or.

Je n’ai pas trouvé en effet de marché obligataire alternatif qui serait acceptable dans le portefeuille pour remplacer les obligations chinoises.

A partir de maintenant, je suivrai ce deuxième portefeuille qui sera donc le deuxième portefeuille IDL, excluant la Chine.

Voici ce qu’aurait été la performance de ce portefeuille alternatif depuis le début de 2020.

 

 

Et voici le portefeuille original avec les obligations chinoises.

 

 

Le résultat final est que le portefeuille diversifié simplement avec de l’or a une rentabilité supérieure à celui qui comprend des obligations chinoises (voir ci-dessus), MAIS avec une volatilité beaucoup plus forte .

Ce qui veut dire que sortir des obligations chinoises accroit la volatilité du portefeuille de façon significative et donc accroit le risque en cas de baisse des marchés.

On n’a rien sans rien dit la sagesse populaire.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

37 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Willenk

    25 novembre 2022

    Bonjour M.Gave,

    je n’ai pas encore investi et je suis entrain de préparer mon porte-feuille, mais je pense que je vais quand même investir dans les bonds chinois aussi, du coup un peu moins que prévu quand même. Je pense que le gouverneur chinois n’est pas un abruti. Le Covid le rend fou et les manifestaions en Chine semblent être de plus en plus nombreux, mais je pense qu’il va se calmer car ils ont une image internationale à rendre attractive s’ils veulent devenir la première puissance mondiale.

    Répondre
  • F

    16 novembre 2022

    Bonjour M. Gave, avec Grand Angle, dans le portefeuille du rentier, M. Didier Darcet inclus des obligations longues US, pourquoi en restez à l’écart ? J’aimerais votre avis qui expliquerait cette différence d’opinion.

    Répondre
  • Luc

    16 novembre 2022

    C’est du raisonnement de financier pur qui ne tient pas compte du risque politique. Le risque politique est un des plus difficiles a evaluer. Il est clair que les etats unis (et leur monnaie imperiale) voyent leur empire basculer tel l’empire britannique

    Répondre
    • lty78

      19 novembre 2022

      CG vient d’évoquer les risques politiques, relisez donc l’article au lieu de vous contenter de la conclusion.

  • Elias Anaissie

    16 novembre 2022

    Excellent analyse! Merci.
    Quel fond vendu aux USA correspondrait a vos recommendations? IGAA iShares Em Asia Lcl Govt Bd ETF USD

    Répondre
  • z

    16 novembre 2022

    Bonjour, merci pour ce site très informatif. La banque centrale chinoise ne s’appelle pas BoC (Bank of China 中国银行), qui est une banque commerciale, mais PBoC (People’s Bank of China 中国人民银行).

    Répondre
  • venien

    15 novembre 2022

    Xi Jinping a annoncé dans son discours que maintenant que la Chine était puissante, le communisme pouvait être réellement mis en place. Retour des Cantines publiques, magasins d’état. Bref, J’ai peur que Xi veut solder l’Héritage de Deng. Je regarde plutot Singapour ou les pays d’asie du sud est ( Thailande, Vietnam, cambodge). j’aimerais votre avis Charles sur ces pays qui peuvent profiter de la Chine et ont de l’autre coté ont toujours su comment le gérer.

    Répondre
  • Yves gautrey

    15 novembre 2022

    Vous oubliez un point essentiel quant à une non-devaluation du Yuan : la psychologie… En effet, aucun dirigeant chinois ne dévaluera car il ferait alors tellement honte à la Chine et aux Chinois, qu’il y renoncera jusqu’au bout.

    Répondre
  • Romain

    14 novembre 2022

    Bonjour M. GAVE, merci pour cet article et cette mise à jour de votre portefeuille IdL . Vous êtes très optimiste sur la croissance de la Chine. J’entends très peu de personnes parler de la démographie. La Chine a une population qui décroît il me semble. Celui risque d’être un sérieux problème, ne trouvez vous pas ? Quel est votre point de vue sur le sujet et quels pourraient être les impacts d’une baisse de démographie selon vous ? Merci

    Répondre
    • Cami

      16 novembre 2022

      Bonjour Romain,
      La démographie en Chine n’est pas abordé comme en occident. le poids des inactifs est porté par la famille et non par la communauté comme en occident. Et cela n’est pas prêt de changer, car c’est la mentalité millénaire des peuples d’Asie et fait leurs forces.
      Nous l’avons abandonné et le retour en arrière n’est pas envisagé à date.
      Ils n’ont pas de problèmes avec les retraites et n’auront plus de problèmes avec le chômage pour un petit moment.

  • Jean-Marie GLANTZLEN

    14 novembre 2022

    Comment pouviez-vous trouver éthique de protéger ses économies avec des obligations d’un pays sous dictature ?

    Comment pouvez-vous trouver normal de ne pas écrire obligations chinoises sans majuscules à l’adjectif

    Les noms (« gentilés » ou « ethnonyme ») désignant les habitants d’un pays, d’une province, d’une localité…. (Note de l’expéditeur : et même donc d’un quartier de grande ville !!! Et aussi d’une fraction de continent, etc. ) prennent la majuscule initiale :  les Français, les Anglais, les Poitevins, les Parisiens.
    Les noms de langues correspondants gardent une minuscule : parler le français, l’anglais, le poitevin…
    L’adjectif garde la minuscule : la population française, la cuisine anglaise, le
    Marais poitevin, le Bassin parisien.

    Répondre
    • Cami

      16 novembre 2022

      Hors sujet !

  • Abel

    14 novembre 2022

    Très instructif comme d’habitude, merci pour ce plaisir de partager.
    Comme alternative ou complément aux obligations chinoises vous parlez peu des
    obligations US. Certes les perspectives à long terme sont mauvaises pour le dollar mais
    l’Europe va avoir besoin de beaucoup dollars pour son gaz, son pétrole et ses armes. Si certaines régions se dé-dollarisent l’Europe se re-dollarise à tout va !
    Les taux courts (4 mois) sont à 4% et la Fed n’en a visiblement pas fini même si certains veulent déjà voir l’inflation terrassées aux US.

    Répondre
  • Rolland Pomaret

    14 novembre 2022

    Merci pour cet exercice d’honnêteté intellectuelle

    Répondre
  • JPL-IDL

    14 novembre 2022

    Bonjour, dans l’immédiat il me semble de bon augure de rester en cash mais dans différentes devises (un panier dont les poids restent à définir), puis de voir ce qui va se passer d’ici fin janvier ou février 2023, quitte à perdre un peu avec l’inflation, mais de ne pas placer sur un ou plusieurs très mauvais chevaux. En diversifiant sur 4 ou 5 devises (hors euro), il doit être possible de voir venir sans prendre trop de risque. Mr Gave, une suggestion, peut-être ? Merci.

    Répondre
  • Du goudron et des plumes

    14 novembre 2022

    Nous savons pas d ou vient l inflation (Lagarde)
    Le pire de tout est que mes amis expat d Amsterdam qui ont des situations au sein d entreprise mondialement connu trouvent qu elle fait un super travail
    Alors il n est pas rare que nos discussions s enflamment
    Le 5 décembre sera sans doute le démarrage de la fin de la zone euro
    No drill more (Biden)

    Répondre
    • Normandie

      14 novembre 2022

      Avec des amis comme cela, pas besoin d’ennemis.

  • Jefferson

    14 novembre 2022

    Quid des obligations novegiennes?

    Répondre
    • Grégoire F

      14 novembre 2022

      Tout à fait, j’ai déjà essayé de poser la question mais suite à un bug semble-t-il, ça n’a pas fonctionné.
      Ils ont de l’énergie, ils n’ont pas l’intention de la brader (comme on l’a vu récemment avec le refus de baisser leur prix de vente à la demande de l’UE) et restent un peuple travailleur et unis (sans trop d’immigration extra-UE).
      Bref, je serais très heureux de savoir ce que pense Charles Gave de ce sujet !
      Et d’ailleurs, un grand merci à lui et a sa fille, je suis jeune ingénieur géologue ENSG et très heureux de le lire régulièrement !

  • Alfredo G

    14 novembre 2022

    Je suis passé chez alfa bank à Moscou ce samedi, dans la conversation, je lui ai demandé pourquoi mes obligations et actions étaient bloquées alors que les fonds de pension américains y ont accès. Réponse: ce sont les européens qui nous sanctionnent, pas les USA

    Répondre
    • Gaulois réfractaire

      14 novembre 2022

      Pouvez vous approfondir cette question ? Ce que vous relatez est très intéressant.

    • maxx

      18 novembre 2022

      Bonjour ,
      Il n’y hélas pas que les européens qui bloquent les transactions concernant des valeurs russes ( ou indirectement controlées par des intérêts russes ) .
      Singapour s’y colle également .

  • hardy

    14 novembre 2022

    Mr Gave,
    Le désormais lauréat du Nobel d’économie B Bernanke lance en 2008 le QE arme de destruction massive. Cet homme féru d’histoire et grand adorateur de la crise de 1929 utilise alors un prête nom , celui de Edward Quince, ce prête nom a pour annagramme QE INDUCED WAR . A l’époque de 1929 le grand prêtre de l’économie mondiale était Montagu Norman qui lui aussi utilisait des prêtes noms et qua lui aussi devait avoir face au basculement de la premiere puissance d’alors l’angleterre vers les USA et que croyez vous qu’il fit ??
    La bascule de puissance de l’entre 2 guerres entre l’angleterre et les USA est l’une des explications bien méconnues de l’origine de 1929 , alors l’Histoire rimerait elle encore une fois : https://pan-sait-age-hissez.webnode.fr/

    Répondre
    • Patrice Pimoulle

      15 novembre 2022

      Tres Interessant. C’est (peut-etre) aussi ce qui explique que la France, qui a ete lachee par l’Angleterre dans les annees 20 et 30, se soit jetee dans les bras des Etats-Unis, jusqu’en 1941 (accord economique Weygand Murphy). Il yavait eu 800 00 Americains en France en 1918, ce qui leur donnait un certain pois, sinon un poids certain.

  • candide

    14 novembre 2022

    Bonjour M Gave,

    c’est toujours un plaisir de vous lire et toujours instructif.

    Je me méfie de la Chine, qui semble retomber dans ses vieux travers, à savoir une peur irrépressible de toute influence étrangère sur son sol et donc se referme sur elle-même.

    Il y a cependant un économique et géopolitique qui est souvent oublié : l’Inde. Sa métamorphose économique est moins spectaculaire que celle de la Chine, mais bien réelle. Sera-ce la puissance dominante de demain ? Est-ce une bonne affaire ?

    Répondre
  • Pascal

    14 novembre 2022

    Bonjour Charles,
    Rappel : ce ne sont pas les russes qui bloquent les avoirs en obligations RUB des occidentaux, mais les Etats-Unis…
    Donc le risque majeur avec les obligations chinoises sont d’après moi leur blocage par les US…
    A part avoir ses comptes bancaires/titres dans un pays ami de la Chine, le pb est insoluble… et là encore vous êtes souligné en rouge si votre résidence fiscale est établie à l’ouest…
    Reste l’exil !

    Répondre
  • Patrice Pimoulle

    14 novembre 2022

    Moi, je n’investis pas dans un pays communiste, actuellement en train de detruire mon pays. En 1941, le futur marechal Juin a declare a Benoist-Mechin qu’il aurait ete fier de servir sous les odres du marecal Romme, « parce que c’etait un grand soldat »; Benoist_Mechin avait repondu que ce n’etait pas une question de personnes, mais une question de principe; il avait raison.

    Tout le monde se souvient qu’en 1967 la France accumulait de l’or; elle a tout liquide en 1968. ca ne fait pas tres serieux.

    Répondre
    • Robert

      14 novembre 2022

      La France n’ a pas besoin de la Chine pour s’auto-détruire.
      Sandrine Rousseau revendique le « droit à la paresse » sans susciter une réprobation générale…
      Un tel pays ne peut connaître que le déclin.

    • hardy

      15 novembre 2022

      De gaulle et sa conférence sur l’or c’est signé Rueff , Rueff avait été un acteur prépondérant de l’entre 2 guerres et avait déja étudié et trouvé une solution à la situation qu’il voyait réapparaitre. La révolte de 1968 est tombée bien à point pour calmer les pertes d’or des USA , situation qui fut de toute façon ineluctable en 1971 avec Nixon et le renoncement à l’or . C’est ce qui a pu se passer d’ailleurs en 1929 avec l’Angleterre . 1929 calme la perte d’or de l’Angleterre mais la situation est inéluctable et on arrive à 1931 avec l’or qui se détache du Sterling , Cette fois ci ce sont Chine et US les acteurs mais comment va se manifester la bascule quasi ineluctable mystère mais par quelquechose comme bien souvent qui semble ne pas s’y rattacher

  • Philippe

    14 novembre 2022

    Entre la Chine et l’ Australie-New Zealand, je choisis AUD _ NZD, leurs monnaies grimpent avec la croissance chinoise et je ne prete pas mon capital a ces barbares du PCC. De plus le Yuan n peut que se deprecier pour que la BoC renfloue les banques qui se sont engoufrees dans l’immobilier exactement comme les banques US en 2004-2007 . Lehmann brothers c’est maintenant en Chine.

    Répondre
    • Sys ATI

      14 novembre 2022

      Vous faites donc l’hypothèse que « les barbares du PCC » sont aussi pourris que ceux de Wall Street.
      Ce en quoi vous faites à mon avis une erreur monumentale.

      Le PCC n’hésite ni à fusiller les indélicats, ni à laisser une banque faire faillite tant que cela reste gérable au niveau international. Il n’y a rien de too big to fail en Chine mis à part le PCC justement. Tout le reste est expendable comme l’ont constatés Jack Ma et les quelques 10aines de milliardaires déchus ces dernières années.

      Je ne suis pas sur que préférer les fous démocrates de Wall Street aux barbares du PCC soit économiquement justifiable… L’avenir nous le dira mais pour ma part je partage plutôt le sentiment de Charles et mise sans hésiter une seconde sur l’Asie (Chine-Russie-Inde) plutôt que sur l’empire anglo-saxon Atlantique en fin de vie.

    • Philippe

      14 novembre 2022

      Relisez mon message : AUD + NZD …donc aucun US$
      Evitez de me plagier a propos de la réplique de la chute Lehman en Chine

  • Max

    13 novembre 2022

    Vous avez des doutes sur la perspicacité de détenir de l’obligation chinoise que vous exposez en 5 points, cependant vous n’y croyez pas vous même . 1) dévaluation du yuan pour préserver les emplois mais cette idée est fausse puisque effectivement : achat d’énergie en yuan + développement du marché intérieur = hausse du yuan 2) position russe illiquide mais pas de rapport direct avec la Chine actuellement 3) guerre à Taïwan mais vous n’y croyez pas 4) Xi est autoritaire mais ça ne date pas d’hier 5) relation difficile Chine Usa, mais la guerre est économique et bien géré sa monnaie en est l’arme principal ( les Usa l’on compris en montant les taux). J’ai des obligations chinoises et même si l’on peut imaginer le pire pour cette position , il n’y a aucun bon placement en ce moment , seulement des moins pire que d’autres

    Répondre
  • noel

    13 novembre 2022

    ça fait un moment que je voulait répliquer le portefeuille d’IDL, du coup j’ai acheté la semaine dernirère des obligations d’état chinois avec le fond GaveKal. La baisse récente de la monnaie chinoise est peut être une bonne occasion pour en acheter.

    Répondre
  • gilbros

    13 novembre 2022

    Bonjour et merci de cette analyse qui prend en compte le questionnement de beaucoup de vos lecteur.

    Personnellement, j’ai fait le choix de prendre un ETF iShares Emerging Asia Local Govt Bond UCITS
    20% Chine
    20% Corée
    20% Indonésie
    13% Malaisie
    7% Philippines
    La volatilité est supérieure aux obligations chinoises, c’est sûr !

    Je m’interroge sur la pertinence de compléter avec des obligations Brésiliennes comme le recommande votre fils …

    Tout mon questionnement est sur les monnaies asiatiques et sur leur évolution dans les années futures, bien sûr par rapport à l’Euro …
    Vous parlez toujours du Yuan mais il faut aussi que les autres monnaies soient stabilisées.
    Merci.

    Répondre
    • Student of Liberty

      14 novembre 2022

      Les fonds obligataires (ou ETF) posent un vrai problème en raison de l’absence de maturité (à la différence d’une obligation pour laquelle le rendement est connu en cas de conservation jusqu’à maturité).
      S’agissant de celui que vous avez choisi, il est en total return négatif sur toutes les périodes de 1 mois à 10 ans: je reconnais que la chute est vraiment brutale sur un an et qu’il y a une chance de rebond mais tout de même, vous semblez avoir la foi!

      Ceci n’est pas un conseil d’investissement et tout autre idiotie réglementaire visant à me disculper de vos actions est réputée valide.

    • Alfredo G

      14 novembre 2022

      obligations brésiliennes à 12.5,YTM 13%, obligation est à 65k$, fin vers avril 2023. obligation à 8.5 ,YTM à 5%, valeur 1k$. J’ai voulu attendre les élections Br et USa avant d’investir sur la première.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!