10 November, 2014

Même pas mal ! Elections US ou quand les Oints du Seigneur prennent une raclée

Un petit rappel pour commencer.

Les Oints du Seigneur ou ODS, (“anointed” en Anglais), sont ces gens que l’on trouve dans tous les comités Théodule et toutes les organisations de gauche et qui ont des idées très précises sur la façon dont les choses devraient être organisées pour mieux fonctionner. (Voir la liste des ODS Français, ayant tous appelés à voter Francois Hollande dans un des billets précédents sur ce site).

Leur raisonnement se déroule toujours en trois étapes.

  1. Il y a un problème, que eux seuls ont vu, parce que eux seuls sont compétents..
  2. Ils ont une solution, qui implique toujours plus de pouvoir pour eux et pour l’Etat (l’Oint du Seigneur de base est toujours fonctionnaire).
  3. Quand leur solution amène inéluctablement à une catastrophe, c’est toujours parce qu’elle n’a pas été appliquée avec assez de vigueur, ce qui a créé le problème. Ce problème, qui n’existait pas avant, peut cependant être réglé assez vite.  (A ce point du raisonnement, remonter au point 1 et continuer ad infinitum.  Ces gens là ont inventé le mouvement perpétuel.)

L’archétype de pays gérés par des ODS a été l’URSS, Cuba ou la Chine de Mao dans un environnement non démocratique et la France ou l’Italie quand l’élection est tolérée, à condition bien sur que rien ne change. (Ne pas abuser des élections cependant. Les trois derniers premiers ministres Italiens n’ont été élus par personne, mais « choisis » par Bruxelles). Chacun a pu constater les immenses réussites de ces deux modèles.

Cette petite typologie a été créée par Thomas Sowell aux USA, grand économiste, noir, patriote comme on n’en fait plus et ancien Marine (l’équivalent de notre Légion) et qui a commencé sa vie dans une cabane dans le Sud, sans électricité.

Aux USA, les ODS sont en général domiciliés dans le Parti Démocrate et viennent de prendre une raclée d’anthologie aux dernières élections, ce qui me remplit d’aise.

Pourquoi ?

Parce que l’Oint du Seigneur, de base essaie toujours de monter les citoyens les uns contre les autres. Il croit profondément en la Lutte des Classes.

Ainsi, dans les dernières campagnes électorales, tous les messages du Parti Démocrate étaient ciblés, pour dresser les citoyens les uns contre les autres.

  • Aux noirs, on disait que les Républicains (le parti de Lincoln !) voulaient rétablir l’esclavage.
  • Aux femmes qu’ils voulaient interdire la contraception et supprimer toutes les aides aux femmes seules.
  • Aux Latinos que le but des Républicains était de renvoyer tous les immigrés chez eux.
  • Aux employés, que les patrons étaient des ordures et que le secteur privé ne créait pas d’emplois etc.…

En aucun cas, on ne présentait de solution, si ce n’est plus d’Etat, plus de fonctionnaires, plus de contrôles étatiques, moins de libertés individuelles, le seul but de la campagne électorale étant d’inspirer la peur et la méfiance entre citoyens, pour qu’une majorité de peureux se réfugie dans un vote Démocrate.

Or, cette fois ci les noirs, dont le niveau de vie a fortement baissé depuis que monsieur Obama a été élu, les femmes, qui ne trouvent que des emplois minables, les Latinos qui se sont rendu compte que rien n’était fait pour les aider à régulariser la situation des leurs et les employés dont le salaire a cessé de monter depuis que les ODS sont arrivés au pouvoir, se sont dit que se déplacer pour voter n’en valait pas la peine, et du coup les démocrates ont pris une raclée… Il y a même des rumeurs selon lesquelles un certain nombre de ces damnés de la terre auraient voté contre les Démocrates et pour des candidats Républicains, dont certains étaient du genre féminin et parfois noires… Ne pas croire les mauvaises langues cependant.

Comme le disait Lincoln et il pensait sans doute aux ODS:

« On peut tromper une personne tout le temps. On ne peut pas tromper tout le monde tout le temps»

La base même de la Démocratie…

Du coup les Oints du Seigneur du monde entier ont commencé une campagne de limitation des dégâts. Voila le discours qu’ils nous servent.

Leurs idées étaient et restent excellentes. Ce n’est pas de leur faute, mais celle de monsieur Obama, qui serait incompétent, indifférent, non amical et que sais- je encore. A noter que les ODS Français nous tiennent les mêmes propos pour monsieur Hollande. Certes, certes, mais pourquoi nous les ont-ils amené ? Tout le monde savait qu’ils n’avaient aucune expérience et qu’ils étaient des doctrinaires. Et ces deux hommes ont appliqué les recommandations que leur avaient faites les ODS locaux…avec les résultats habituels.

Il s’agit d’élections de mi-mandat et elles n’ont guère d’importance. Il faut relire ce qu’écrivait les ODS lorsque George W Bush avait pris une bonne douche lors des élections de mi mandat et sourire, voir rire aux éclats.
C’est la classe politique dans son ensemble qui est condamnée. Foutaises. Le parti Républicain n’a pas perdu une seule position ou il aurait été tangent, il a massivement progressé, et les Démocrates ont le plus petit nombre d’élus depuis 1865 aux parlements locaux. Ce n’est pas la classe politique qui a pris une branlée, c’est le parti Démocrate, point barre.
Ces élections consacrent une grande défaite pour les ODS donc. Mais je voudrais ici élargir un peu le discours

Lorsque le Mur de Berlin est tombé, les ODS ont eu la peur de leur vie.

Un monde se dessinait ou plus personne n’aurait besoin d’eux.

Et ils se sont précipités pour créer des bidules étatiques, du style de l’Euro ou du nouveau système de Sante aux USA, mais surtout pour prendre le contrôle des banques centrales et donc de la monnaie tout en nous expliquant que eux seuls étaient assez intelligents pour gérer un monde aussi compliqué que le notre.

Des banquiers centraux (le sommet de la pyramide chez les ODS), que personne n’avait élu, se sont alors cru autorisés à manipuler massivement tous les prix, en contrôlant taux d’intérêts et taux de change, avec la complicité active des banques commerciales pour permettre aux capitalistes de connivence qu’ils soutenaient de faire des fortune immenses au détriment du peuple.

Depuis que les ODS ont pris le pouvoir aux USA sous la Présidence Clinton, en Grande Bretagne avec les Travaillistes, avec messieurs Delors et Trichet en Europe à la fin des années 90, l’écart des revenus et des fortunes entre leurs commanditaires et le reste de la population n’a cessé de croitre pour atteindre des niveaux affolants. Ce qui est TOUJOURS le signe que les capitalistes de connivence ont capturé l’Etat.

Et partout, on voit monter la révolte des Peuples, ce qui après tout est un résultat normal : Tea Party aux USA, UKIP en Grande Bretagne, mouvement pour l’indépendance de la Catalogne ou de l’Ecosse, Front National en France, mouvement des cinq étoiles en Italie, … Tous ces mouvements ne se valent pas, mais le fait qu’ils existent partout indique que la révolte gronde partout aussi.

La Terre tremble sous les pieds des ODS. Les ODS à la lanterne…Tel est le cri de guerre des futurs sans culottes.

L’étape suivante devrait être des révoltes fiscales ici ou là.

Et la solution comme toujours sera bien sur le retour à la Démocratie et à la Liberté économique ce qui impliquera de renvoyer les ODS dans les Ecoles ou les Universités dont ils n’auraient jamais dû sortir. Le jour ou personne ne prêtera la moindre attention à ce que monsieur Attali déclare sera un grand jour pour la Liberté. Nous n’en sommes pas loin.

Car, voyez-vous, l’ODS de base aime l’Humanité, mais déteste le Peuple et donc la Démocratie.

Mépriser le Peuple des « sans dents » est même la condition indispensable pour être invité à Davos, ou les «has been » rencontrent les corrompus et les corrupteurs.

Appeler de tous ses vœux un gouvernement mondial « entre amis » et détester le Peuple et ne supporter les élections que si le Peuple vote bien, tel est leur cri de guerre.

Or ces bienfaiteurs de l’Humanité sont en train de perdre dans leur version molle (le socialisme) comme ils ont perdu dans la version dure, le communisme, et pour les mêmes raisons…

Pas trop tôt, suis-je tenté de dire…

Bref, le résultat des élections US me remplit d’aise

Que le lecteur ne croit pas une seconde qu’elles ne changent rien.

Elles changent TOUT.

Le monde entier vient de se rendre compte que le roi est non seulement nu, mais complètement incompétent.

La nouvelle Union Soviétique, celle qui sévit dans les media et dans les esprits est sur le point de s’écrouler.

Il n’aura pas fallu 70 ans mais 25.

Je redeviens optimiste. Mais je me souviens de la plaisanterie de Milton Friedman : “les Républicains font campagne en expliquant que le gouvernement ne marche pas, et des qu’ils sont élus, ils s’attachent à prouver qu’ils avaient raison.”

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

21 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • BA

    16 November 2014

    Aux Etats-Unis, la base monétaire était de 800 milliards de dollars en 2008. Depuis, elle a explosé. Elle est de 4500 milliards de dollars en 2014.

    Regardez le graphique 4 :

    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=79791

    Aux Etats-Unis, cette création de monnaie par la banque centrale n’a pas du tout profité à l’économie réelle.

    En revanche, cette création de monnaie a profité à la Bourse des Etats-Unis et aux dirigeants politiques des Etats-Unis !

    Partout ailleurs, c’est pareil. Dernier exemple en date : la BCE vient d’annoncer qu’elle va injecter 1000 milliards d’euros supplémentaires dans le système !

    Malheureusement, aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, etc, la création de monnaie par les banques centrales ne profite pas à l’économie réelle. Elle ne profite qu’à la Bourse et aux dirigeants politiques.

    Les banques centrales injectent des centaines de milliards de liquidités, mais ces liquidités ne sont pas investies dans l’économie réelle. Elles sont investies dans :

    1- les marchés actions. Conséquence : les Bourses montent, et les actionnaires sont contents.
    2- les obligations d’Etat. Conséquence : les taux des obligations d’Etat baissent, et les dirigeants politiques sont contents, car ils vont pouvoir continuer à emprunter des centaines de milliards.

    Conclusion numéro 1 : sans le vouloir, les banques centrales ont créé de gigantesques bulles boursières, partout dans le monde.

    Vendredi 14 novembre 2014 :

    Etats-Unis : Wall Street enchaîne sa quatrième semaine de hausse.
    Depuis le début de l’année, la hausse est de 10,3%, après son bond de près de 30% en 2013.

    Japon : le Nikkei à un nouveau sommet en 7 ans.

    A l’issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a affiché un gain de 0,56% (+98,04 points) à 17’490,83 points. Il est même passé en début de journée au-dessus de la barre des 17’500 points qu’il n’avait pas franchie depuis 7 ans et trois mois.

    Hélas, une bulle ne peut pas gonfler jusqu’au ciel.

    Le jour où ces gigantesques bulles boursières éclateront, nous vivrons une crise de type 1929, mais en plus violent.

    Conclusion numéro 2 : sans le vouloir, les banques centrales ont créé de gigantesques bulles de dette publique, partout dans le monde.

    Hélas, une bulle ne peut pas gonfler jusqu’au ciel.

    Le jour où ces gigantesques bulles de dette publique éclateront, nous vivrons une crise de type 1929, mais en plus violent.

    Préparez-vous au grand « Plop ! »

    Répondre
  • laurent

    14 November 2014

    Vous nous annoncez la mort du petit cheval depuis 2008. Pour l’instant il continue a tourner…. Je vois difficilement comment la France saute avec un USA en plein boom.

    Répondre
    • idlibertes

      15 November 2014

      Alors, un USA en plein Boom, il va falloir requalifier un tantinet…. Quant au reste, avoir raison trop tôt, est ce avoir tort?

      Et c’est depuis 2001.

      Quand vous faites fausse route et partez pour Rome, en prenant la direction de Lille, Vous pouvez choisir de continuer vers le Nord, il reste de la terre, ce n’est pas pour autant que vous auriez raison de votre destination.

  • BA

    13 November 2014

    En France, la faillite des retraites se rapproche.

    Le régime ARRCO est le régime de retraite complémentaire de tous les salariés du secteur privé, quel que soit leur statut (cadre, intermittent, apprenti, etc.) ou la nature et la durée de leur contrat de travail (CDD, CDI, etc.).

    Le régime AGIRC est le régime de retraite complémentaire des salariés cadres, qui complète le régime ARRCO.

    Mais il y a un tout petit problème :

    l’AGIRC est en faillite.

    Jeudi 12 novembre 2014 :

    Gouffre financier pour la caisse de retraite des cadres.

    L’Agirc, la caisse de retraite complémentaire des cadres, approcherait d’une cessation de paiements. Une situation grave qui pourrait être sauvée à court terme par une fusion avec l’Arrco.

    Les cadres actifs comme retraités ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise. D’après les estimations actuelles, les caisses de l’Agirc devraient être vides à l’horizon 2018.

    http://www.boursorama.com/actualites/gouffre-financier-pour-la-caisse-de-retraite-des-cadres-4df4b0084519e7789cb177651fcf4caa

    Répondre
  • GM

    13 November 2014

    J’aimerais partager votre optimisme comme votre finesse d’analyse. Mais les résultats de cette élection, s’ils sont porteurs d’espoir, ne traduisent pas encore pour autant une inversion générale de tendance. Les Oints du Seigneur tiennent toujours fermement leurs deux forteresses principales : les universités, où se décident les politiques publiques, et les médias, lesquels comme vous l’avez fort justement rappelé, expliquent inlassablement que tout est normal et que le grand cirque progressiste peut continuer ses représentations.
    En outre, sacrifier officiellement Barack Obama ne l’empêchera pas de faire d’énormes dégâts lors des deux dernières années de sa présidence, qui de toute évidence vont prendre des allures de terre brûlée. Prochaine étape, l’importation massive de millions de votes Démocrates maquillée en amnistie. La loi des grands nombres, l’abrutisation massive du public pèsent toujours lourdement en faveur des bandits que sont réellement les ODS. Hillary est tellement loin devant les autres favoris qu’il sera bien trop facile de surfer sur les divisions républicaines pour conserver une présidence démocrate en 2016.

    Plus que des résultats d’élections, c’est une inflexion majeure dans l’annonce des décisions politiques américaines qui seule peut indiquer un tournant. Jusque-là, ce n’est à mon humble avis que du spectacle.

    Répondre
  • Emmanuel M

    11 November 2014

    Les ODS ont pris une rouste, certes. Mais ils arriveront malheureusement à se resaisir. Ils contrôlent les universités, les médias et tout ce qui fabrique du storytelling public. Ils ont certes été désavoués, mais n’ont pas perdu les leviers du pouvoir pour autant.

    Ce n’est pas dans les universités qu’ils faut les renvoyer, mais dans les poubelles de l’histoire.

    Répondre
  • Etienne M

    11 November 2014

    “ce qui impliquera de renvoyer les ODS dans les Ecoles ou les Universités dont ils n’auraient jamais dû sortir”

    Pitié pour leurs éleves : je me souviens encore d’etre allé passer l’option économie de mon bac en me disant non seulement qu’on ne m’avait rien appris, mais qu’il était clair que le professeur ne savait rien.

    Pourquoi condamner les futurs étudiants a attendre de débuter leur vie professionnelle pour découvrir des choses aussi simple que la lecture d’un bilan ou d’un compte de résultat ?

    Répondre
  • Istvan008

    11 November 2014

    Bonjour,
    J’aime toujours lire vos analyses. Pourtant je reste perplexe devant la dichotomie que vous faites entre droite et gauche, entre républicains et démocrates, entre privé et public, entre patrons et travailleurs. Cette époque me parait totalement révolue.
    Peuple (petits patrons et leurs salariés, petits salariés du public, commerçants, artisans) VS oligarchie, élite auto-proclamée (“responsables” politiques et syndicaux, patrons du CAC) me parait bien plus valide depuis au moins 20 ans. Les comités Théodules, la complexification (à dessein) des lois et des règles administratives, l’effondrement de l’éducation française ou encore ces faux antagonismes “droite-gauche” ne sont que des barrières construites par la “droite” comme par la “gauche”… Le tout permettant de garder le pouvoir, les élections (dont le gagnant est celui qui passe le plus à la TV : http://notre-epoque.fr/2014/09/internet-et-temps-de-parole-mediatique-medias-et-elections-4/) n’étant là que pour faire croire qu’on participe au truc et valider ce système initié par les Lumières que vous chérissez…
    De Voltaire, Lumière des Lumières, n’a-t-il pas dit : “Il me parait essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous aviez comme moi une terre et si aviez des charrues, vous seriez de mon avis. Ce n’est pas le manoeuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes. On doit prêcher la vertu au plus bas peuple. Quand la populace se même de raisonner, tout est perdu.” ou encore “Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne” ?
    Là, au moins, ça devient plus clair ou en tout cas plus honnête.

    Répondre
  • Josick Croyal

    10 November 2014

    “… ce qui impliquera de renvoyer les ODS dans les Ecoles ou les Universités dont ils n’auraient jamais dû sortir.”
    Pas une bonne chose car là ils corrompent la jeunesse…

    Répondre
  • olivier

    10 November 2014

    Une petite analyse sur nos ODS à nous et leur strabisme historique, sociologique et politique:

    http://www.eric-verhaeghe.fr/lallemagne-leuro-lenarchie/

    Heureusement que j’ai lu l’article de CG ce soir car l’article sus-adressé m’avait vraiment mis le moral à zéro.

    “We will Rock You”

    Répondre
  • Arsene Holmes

    10 November 2014

    Addendum

    En fait, le vrai probleme mondial est la qualité des hommes politiques.

    Ils sont tous nuls. Pas un seul Homme d’Etat, que des politiciens professionnels sans épine dorsale

    Répondre
  • Arsene Holmes

    10 November 2014

    D’accord a 100% avec néanmoins un caveat.

    Ayant été toujours de “droite” j’avais eu des discussions tres animés quand Bush 2 avait éte élu le défendant sans retenue.
    Puis les années sont passées et je suis devenu farouchement anti-Bush et aurait vot,e pour Obama si j’avais éte américain ( pour le record, j’ai toujours défendu Nixon, ce qui n’était pas p.c du tout surtout dans les années 70)

    Mon point est que les Républicains sont devenus completement barjots ayant été pris en otages par le Tea party et sont devenu un party quasi fasciste. Les democrates ne sont pas parfaits et comme beaucoup , je suis tres decu par Obama, mais le Républicains me font peur.

    Les USA, que j’avais toujours admiré pendant des décénnies sont devenus un Bully sans retenue ( BNP).

    Cela dit, je prefere vivre avec eux comme puissnace principale qu’avec les Chinois ou les Russes

    Répondre
  • bernard

    10 November 2014

    Le collectivisme tel que le prône la gauche fonctionne sur des petites communautés de quelques centaines d’individus maximum comme par exemple dans les colonies religieuses huttérites d’Amérique du nord ou chez des peuples primitifs, inuits ou amérindiens. Dans ces petits groupes groupes d’à peine quelques centaines d’individus, tout le monde peut surveiller tout le monde, la loi du groupe y est donc respectée strictement, les libertés individuelles très encadrées et les esprits déviants ou désirants vivre aux dépens de la communauté sont vite repérés et punis. Par contre à grande échelle, la surveillance de millions d’individus devient impossible sauf à instaurer une dictature.,,,Et encore. À grande échelle et à défaut de surveillance, les lois du groupe ne sont plus respectées strictement , les individualistes se rebellent tandis que les assistés, ceux qui veulent vivre aux dépens des autres se multiplient très facilement et d’une manière exponentielle jusqu´à parfois imposer leurs normes et entrainer tout le groupe vers le fond. En France ce collectivisme a perdu depuis longtemps sa base morale et il ne se nourrit plus que des intérêts particuliers de groupes privilégiés.

    Répondre
    • hugeus

      17 November 2014

      Mmmmmhhh…
      Pas complètement d’accord avec vous.
      Ce type de société où tout le monde surveille tout le monde, avec une hiérarchie à qui dénoncer les brebis qui s’écartent du dogme, etc, fonctionne très bien.
      Allez passer quelques semaines de vacances dans un pays où les ODS sont les frères musulmans, et vous me raconterez votre ressenti, à votre retour seulement. Pitié pas d’a priori enseigné par les media français.

  • Romain

    10 November 2014

    J’ai l’espoir que Rand Paul pourrait élu en 2016 et donner un bon coup de pied à l’Occident…
    Mais vu les forces qui oeuvrent pour que le 45ème président des États-Unis soit Hillary ou un républicain vieille souche, ce dernier est fragile…

    Répondre
    • Duff

      10 November 2014

      Oui et comme disent les français là-bas, il est “trop smart” pour les américains, espérons, il fait tout de même partie des prétendants jugés crédibles et aidés par la Fox ou CNN.

      Sinon quel bonheur de lire Charles et son frac-parler inimitable, toujours un régal. Je sens aussi que les choses peuvent bouger vite mais les résistances sont nombreuses et irrationnelles, il n’y a qu’à voir le fan club encore puissant réclamant le retour de leur mascotte, Nicolas Sarkozy. Non contents de l’avoir vu battu par une nullité qui fera date, ils en redemandent.

      Quand on a la trentaine et qu’on suit depuis longtemps la politique française, la question la plus prévenante que l’on se pose c’est de se demander d’où vient cette affligeante tendance naturelle des hommes pour la servitude et leur crainte de la liberté.

      Cdlt

    • Nocte

      10 November 2014

      Duff,

      En vrac, sans réflexion poussée, juste basée sur mes relations avec mes géniteurs :
      Peur d’échouer et d’en porter l’entière responsabilité
      Peur qu’un autre réussisse mieux et sache en tirer bénéfice.
      Ces 2 éléments mélangés : ca donne, plutôt être tous contraints que de voir un autre réussir mieux que moi…

    • Duff

      10 November 2014

      Nocte, on en revient éternellement à Thomas Sowell évoqué dans le billet de Charles :

      « La « justice sociale », c’est de la jalousie plus de la rhétorique »

      Tant que la jalousie reste le moteur social, rien n’est possible. Après 3 siècles de constatations factuelles non démenties, les sociétés qui nient le caractère négatif de la jalousie comme moteur sont éternellement condamnées à ramasser les pâquerettes. Le cas argentin me semble augurer (malheureusement) ce qu’il va advenir de la France sauf sursaut potentiellement violent comme dans le passé.

      Cdlt

    • yolah

      10 November 2014

      En vrac aussi:

      Pour moi, la 1ere et au dessus de toutes les autres: L’hyperdépendance que crée la vie urbaine d’autant plus si on a des enfants:
      La différence de niveau de securité des besoins fondamentaux entre une vie modeste à la campagne en semi-autonomie dans une baraque avec de la place un peu de matos ect et une vie même riche dans un 70m² en ville (où tu es par définition hyperdependant pour tout) est absolument gigantesque et conduit forcement le deuxième groupe à troquer sa liberté pour un poil de sécurité, et à chercher des gourous “ODS” pour calmer ses angoisses 😀 😀

      La courbe de l’urbanisation aux cours des 2 derniers siècles colle bien avec celle des depences publiques : peut être pas une coïncidence

    • Duff

      16 November 2014

      étant né en banlieue très verte et vivant hors de Paris depuis plus de 5 ans, je n’y avais jamais songé. La France est passée au cours du XXème siècle d’un pays de paysans à un pays urbain, ce virage doit expliquer en effet pas mal de trucs.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!