29 January, 2014

L’exorbitante retraite d’Ayrault !

Les vociférations de l’extrême gauche et de la CGT de Peugeotainsi que les déclarations outrancières de certains politiciens, dont une belle brochette de ministres, à propos de la retraite du président de PSA Philippe Varin sont à rapprocher d’un calcul qu’avait réalisé malicieusement, quelques mois plus tôt, l’économiste Charles Gave sur le coût prévisible de la retraite de Jean-Marc Ayrault.

Entrepreneur en finances internationales qui se partage entre Londres, Hong Kong et Paris, administrateur de SCOR et fondateur de l’Institut des libertés, Charles Gave s’était fait connaître en publiant il y a 10 ans un essai retentissant : Des lions menés par des ânes (éd. Robert Laffont). Un livre dont nous nous sommes fait récemment l’écho. Au printemps 2013, il met en ligne une petite étude pour son Institut des libertés, à partir d’éléments fournis par un correspondant, apparemment bien informé, sur la retraite dont devrait bénéficier Jean-Marc Ayrault quand il la prendra ainsi que sur le montant du capital que devrait posséder un entrepreneur indépendant pour pouvoir disposer d’une retraite identique.

Ayrault toujours officiellement professeur d’allemand depuis 1973

Voyons d’abord la retraite de Jean-Marc Ayrault : notre économiste et son correspondant ont des informations, mais pas toutes les informations, et pas aussi précises qu’ils le voudraient (de fait les calculs qui suivent ne sont pas précisément exacts, ils sont simplement très proches de la vérité), mais l’essentiel est là, dans le cumul de plusieurs retraites qu’ils ont ainsi établi : d’abord, 2 000 euros par mois comme ancien maire de Saint-Herblain, puis de Nantes ; 2 000 euros de plus comme ancien président du district de l’agglomération nantaise, puis de la communauté urbaine ; et 1 800 euros encore au titre de l’Éducation nationale, puisque Jean-Marc Ayrault est toujours officiellement “professeur d’allemand depuis 1973”, selon sa dernière biographie officielle. Une carrière de professeur pour le moins fictive, mais prise en compte par l’administration si son fonctionnaire a continué à “cotiser”, même s’il n’exerce plus, et même si les cotisations en question sont plus ou moins fictives et plutôt plus que moins. Mais passons ! C’est un autre débat.

Nous en sommes à 5 800 euros par mois auxquels il faut ajouter une retraite de conseiller général que nous allons oublier (impossible d’avoir des informations), mais surtout une pension “plein pot” d’ancien député, de 6 650 euros par mois, à quoi s’ajoutent 2 500 euros environ en tant qu’ancien président de groupe à l’Assemblée nationale. Soit un total de 14 950, arrondi à 15 000, soit 180 000 euros par an. Tout cela, bien entendu, sans compter sa retraite d’ex-Premier ministre, impossible à prévoir aujourd’hui… Arrivé à ce stade et dans l’hypothèse où Jean-Marc Ayrault, qui aura 64 ans le 25 janvier, bénéficierait de sa retraite pendant une vingtaine d’années, Charles Gave se pose la question de savoir de quelle fortune devrait disposer un indépendant non salarié et non fonctionnaire pour s’offrir pendant vingt ans une retraite identique de l’ordre de 180 000 euros par an, laquelle est, de plus, garantie par l’État français.

C’est là où nous retrouvons le calcul effectué par le conseil d’administration de PSA qui doit “provisionner” la retraite complémentaire de son dirigeant – c’est une dette pour l’entreprise – et prévoir ce qu’il faudra lui verser chaque année pendant une certaine durée fixée par la compagnie d’assurances de l’entreprise. Dans le cas de Philippe Varin, rappelons qu’il était question de provisionner sur 25 ans la somme de 21 millions d’euros qui incluait des charges sociales (beaucoup) et des taxes (de plus en plus).

“Ayrault est parfaitement protégé”

Alors, les 180 000 euros par an de Jean-Marc Ayrault, combien faut-il détenir à la banque pour s’offrir de pareils revenus pendant vingt ans, durée choisie par Charles Gave ? Voici sa réponse : “Les taux d’intérêt “longs” en France aujourd’hui sont aux alentours de 2 %. Pour que 2 % de mon capital me donnent 180 000 euros par an, il me faut faire une petite règle de trois : il faut que mon capital soit de 9 millions d’euros (2 % sur 9 millions = 180 000 euros).” Certes, raisonne Gave, mais nous sommes en France : pour un capital de 9 millions d’euros et, “prenant ma retraite en France, la moitié de mon revenu théorique servira à payer l’ISF et je n’aurai plus un revenu de 180 000, mais de 90 000 euros, sur lequel je paierai l’impôt sur le revenu au même titre que monsieur Ayrault.”

Donc, calcule-t-il, “pour avoir le même revenu après impôt sur la fortune, si je veux vivre en France et si je veux que ma retraite soit également garantie par l’État français, il me faudrait un capital de 18 millions d’euros au moins.” Mais ce n’est pas encore suffisant, la retraite de Jean-Marc Ayrault, comme toutes les retraites de la fonction publique, étant totalement indexée sur l’inflation, il faut encore plus de capital pour être dans une position symétrique : “Si les prix montent de 2 % par an, il faudra environ 36 ans pour que le niveau général des prix double. Donc, à 18 ans, conclut Charles Gave, je serai à peu près à 50 % d’une hausse contre laquelle monsieur Ayrault est parfaitement protégé, mais pas moi.” Les 18 millions ne seront donc pas suffisants pour tenir une vingtaine d’années et “il me faudrait disposer d’au moins 50 % de plus, ce qui amène le capital requis pour que je vive aussi bien que notre cher Premier ministre à au moins 27 millions d’euros.”

Charles Gave qui voit bien ce qui se passe autour de lui à Paris enfonce un peu plus le clou : “Arrondissons à trente pour tenir compte des voitures de fonction, des voyages gratuits et des autres menus avantages qui adouciront la dure vie de notre héros”… Autrement dit, si “notre Ayrault” était un entrepreneur du privé, vivant des revenus de ses affaires, la valeur actualisée de sa fortune devrait tourner autour de 30 millions d’euros, alors que pour notre élu et fonctionnaire, “ce sont les payeurs d’impôts qui vont lui assurer le niveau de vie auquel il a droit”. Et tout cela, clairement, sans compter la énième retraite supplémentaire de conseiller général d’Ayrault non prévue dans notre calcul et surtout celle d’ex-Premier ministre, impossible à calculer actuellement. Un total qui finirait par dépasser largement les 200 000 euros.

“Les gens au pouvoir s’enrichissent de façon éhontée”

Gave, désabusé, constate que “ce calcul vaut pour messieurs Fabius, Jospin, Emmanuelli, etc., et bien entendu pour tous les dirigeants de l’ancienne majorité dont les talents incontestables n’ont pas été reconnus par les Français alors qu’ils nous ont amenés dans la situation florissante dans laquelle nous nous trouvons”. L’économiste observe que les fonctionnaires/élus bénéficient de privilèges exorbitants et il estime que leur système de cumul de retraites payées par des impôts et des taxes, c’est-à-dire via le budget général de l’État, est non seulement anormal, mais abusif. Il lui paraît indispensable, et ce serait, selon lui, “un minimum absolu”, que les bénéficiaires de ce système, pour commencer, payent au moins l’ISF sur ces sommes.

Enfin, écrit Charles Gave, “l’impression diffuse qui se dégage de tout cela est que les gens qui sont au pouvoir et qui contrôlent nos vies s’enrichissent de façon éhontée et souterraine et que, pour cacher leur turpitude, ils désignent à la vindicte publique les “riches”, alors qu’eux-mêmes sont beaucoup, beaucoup plus “riches”, non pas de l’argent qu’ils auraient gagné en jouant la croissance mais de l’argent qu’ils nous ponctionnent”. Gérard Depardieu doit certainement doublement apprécier aujourd’hui d’avoir été insulté par Jean-Marc Ayrault. Quant à Philippe Varin, nous savons qu’il a renoncé à sa fameuse retraite complémentaire sous les coups de boutoir des “grandes gueules” médiatiques, faisant preuve ainsi d’une dignité bien mal partagée.

 

 

Par JEAN NOUAILHAC

Article repris du Point.fr

 

Auteur: idlibertes

Profession de foi de IdL: *Je suis libéral, c'est à dire partisan de la liberté individuelle comme valeur fondamentale. *Je ne crois pas que libéralisme soit une une théorie économique mais plutôt une théorie de comment appliquer le Droit au capitalisme pour que ce dernier fonctionne à la satisfaction générale. *Le libéralisme est une théorie philosophique appliquée au Droit, et pas à l'Economie qui vient très loin derrière dans les préoccupations de Constant, Tocqueville , Bastiat, Raymond Aron, Jean-François Revel et bien d'autres; *Le but suprême pour les libéraux que nous incarnons étant que le Droit empêche les gros de faire du mal aux petits,les petits de massacrer les gros mais surtout, l'Etat d'enquiquiner tout le monde.

10 Commentaires

Leave a Reply to BA

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • BA

    31 January 2014

    Pays émergents : cyclone financier à l’horizon.

    Vendredi 31 janvier 2014 :

    Le FMI veut une action “urgente” dans les émergents.

    Les monnaies de plusieurs pays émergents ont plongé ces derniers jours sur fond de reflux des capitaux étrangers et de doutes croissants sur la solidité de ces économies.

    Le FMI s’est dit favorable vendredi 31 janvier à une action “urgente” dans certains pays émergents déstabilisés par des récentes turbulences monétaires, tout en appelant les banques centrales à la “vigilance” à travers le globe.

    http://www.challenges.fr/economie/20140131.CHA9938/le-fmi-veut-une-action-urgente-dans-les-emergents.html

    Répondre
  • svl

    30 January 2014

    depenses sociales plus fonctionnaires

    1000 000 000 000 Divisé par 30 000 000 DE CITOYENS
    et là c’est la blague !!!

    Répondre
  • Richard MAURICE

    30 January 2014

    Bonjour à tous,
    Je partage le fond mais je me dois d’attirer votre attention sur une petite erreur de raisonnement. En effet, simplement en consommant les 30 M€ sur les 25 ans cela fait 1,2 M€ par an….
    Si vous voulez servir 200.000/an sans rien laisser à la fin (décès) comme dans le cas d’une retraite chapeau, 25X200 soit 5 M€ devraient suffire et un calcul à 2% d’inflation ne devrait pas changer grand chose.
    Et 5M€ c’est déjà beaucoup pour notre héros national !
    RM

    Répondre
  • Faik Henablia

    30 January 2014

    Certains, à l’imagination débordante lorsqu’il s’agit d’inventer de nouveaux impôts, ont avancé l’idée de taxer les propriétaires sur le loyer fictif de leur résidence principale.
    Pourquoi ne pas non plus taxer nos politiciens-fonctionnaires en fonction du capital fictif qui leur assure des retraites aussi généreuses?

    Répondre
  • Alain

    29 January 2014

    Oui, c’est très pédagogique de capitaliser ainsi les revenus de retraite d’un fonctionnaire comme JMA. Toutefois, pour être percutant, il faut être juste.
    Dans le raisonnement, il manque un point essentiel: la propriété du capital.
    En effet:
    Dans le cas d’un non oint du seigneur, le capital qui aura permis de constituer ses revenus de retraite sera transmis à ses enfants (moins la part des droits de succession revenant à l’Etat).
    Dans le cas d’un oint du seigneur, le capital qui aura permis de constituer ses revenus de retraite ne sort pas du circuit fermé dans lequel il est brassé: celui de l’Etat.
    Comment, avec l’art pédagogique de Charles Gave, prendre en compte la propriété du capital dans un cas et dans l’autre? Peut-être en mettant les deux cas dans un contexte d’usufruitier?
    Qui a une proposition? Et un calcul?

    Répondre
    • Charles Gave

      29 January 2014

      Cher Alain
      Plusieurs remarques
      Le capital de mon entrepreneur est le produit d’une vie d’effort.
      Il a accumule apres avoir EPARGNE, et donc mon entrepreneur devrait pouvoir le laisser a ses enfants ou a sa petite amie,comme bon lui semble.
      Le capital virtuel de monsieur Ayrault n’a jamais ete epargne mais preleve sur le revenu des gens qui travaillent en France, ce qui n’est pas du tout la meme chose
      L’un a vocation a etre transmis, l’autre pas du tout
      Voyons ce qu’il en est dans la realiteou exactement l’inverse se passe
      Au moment de la mort de mon entrepreneur, compte tenu des sommes en jeu, ses heritiers devront payer environ 65 % de droits de succession, ce qui laissera peu de choses a sa veuve pour continuer a vivre convenablement
      Tandis que la veuve de monsieur Ayrault, touchera une pension de reversion que les senateurs ont vote a 100% , les bonnes ames (je ne sais pas pour les deputes ou les ministres). Ainsi la veuve d’un Senateur dans le Senat actuel a pris la place de son mari. Elle touche 100 % du traitement de son defunt mari et 100% du traitement d’un senateur. Voila qui a du attenuer son chagrin.
      Et si notre heros politique a eu la bonne idee de se debarasser d’une epouse veillissante pour en prendre une plus jeune, ces 100 % ne vont pas etre verses pendant 25 ans, esperance de vie de l’ancienne mais pendant cinquante, esperance de vie de la nouvelle, toujours payes par ce brave contribuable…
      J’ai cru remarquer aussi que nos heros politiques avaient une tendance bien naturelle (ce sont de bons parents) a placer leurs progenitures ou leurs conjoints dans des emplois de la fonction publique, en particulier territoriale et a les loger dans des appartements ou le cout du loyer est incroyablement bas, tout en restant bien sur “droits dans leurs bottes”
      Ainsi madame Jospin et le fils de madame Bachelot ont ete embauches des l’election de monsieur Hollande dans une commission d’ethique, dont nous attendons toujours les resultats, mais dont les emoluments seraient fort confortables.
      Toute peine merite salaire…

      C’est pour toutes ces raisons que je n’ai pas transforme le capital de mon entrepreneur en rente viagere, ce que j’aurais pu faire sans difficultes.

      Je le ferai le jour ou les hommes politiques Francais cesseront de pratiquer la concussion a grande echelle pour transmettre leurs privileges a leurs heritiers en piquant l’argent des heritiers de gens qui eux l’avaient gagne honnetement
      Et ce n’est pas demain la veille que cela va se produire avec la classe politique que nous avons
      De Gaulle a vecu a Colombey avec sa retraite de Colonel….jusqu a sa mort, refusant tout le reste.
      Autres temps, autres moeurs, je suppose
      Amicalement
      cg
      cg

    • Alain

      30 January 2014

      Cher Charles,
      Je ne sais comment vous gardez à votre âge cette capacité de révolte – légitime et justifiée – quasiment adolescente. Je suis épaté.
      La propension de notre classe politique à vivre sans complexe sur le dos des contribuables est synchrone avec le prix de la liberté, devenu très élevé en France (et vice versa). C’est une propriété observée dans tout système politique qui de dévoie. Il serait intéressant de la mettre en équation.
      Pour l’entrepreneur épris (par nature) de liberté, le renouvellement des générations va être difficile, sous la dictature fiscale et sociale. Peut-être cela aura-t-il à terme un effet sur le comportement de nos politiques mais surtout de leurs électeurs (soyons optimistes) qui certes doivent trouver encore aujourd’hui le système de qualité puisqu’ils l’achètent majoritairement, mais ils finiront par le vendre au prix qu’il vaut, c’est-à-dire pas grand chose, en se prenant la moins-value de bon cœur. Le plus vite sera le mieux.
      Bien à vous,
      Alain.

    • vivelafrance

      30 January 2014

      les hauts fonctionnaires pratiquent sans doute tous le démembrement de propriétés en montant par exemple des SCI.
      Ceux ne sont pas des spécialistes en économie mais ceux sont sans doute de grands spécialistes en matière d’optimisation fiscales.

  • Mathias CORVIN

    29 January 2014

    Merci,Chers Amis de l’Institut des Libertés de nous régaler ainsi des
    TURPITUDES de nos donneurs de leçons !! Depuis des années les
    pauvres Français sont dirigés par une MAFIA sans foi,ayant comme
    seule LOI,celle de l’enrichissement personnel !!

    Tout ces types sans scrupules ont des comportement de Rois Négres
    que n’aurait démenti ,ni Hiddi Amin DADA , ni l’Empereur BOKASSA !!
    Elle est belle cette classe politique,corrompue,et immédiatement auto-
    amnistiée par ses pairs et complices……………..

    Il est grand temps de mettre fin à ce dépeçage du trésor National , grand
    temps de qualifier d’escrocs et de voleurs toute cette racaille !!!

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!