26 March, 2020

Les frontières mouvantes de l’Orient

L’Orient n’est pas un espace géographique, un fait de nature, mais une aire culturelle façonnée par le regard de l’autre, où l’histoire l’emporte sur la géographie. Proche-Orient, Moyen-Orient, Grand Moyen-Orient, etc. les vocables n’ont cessé de varier au gré des siècles et des intérêts stratégiques des puissances.

 

Orient provient du latin oriens, qui désigne l’espace où le soleil se lève. Il s’oppose à l’Occident, lieu où le soleil se couche (occidere). D’où l’usage des termes Levant pour l’un, Couchant ou Ponant pour l’autre (ponere, se coucher). Orient et Occident s’organisent donc autour de l’Europe. Mais Europe, dans la mythologie grecque, est cette princesse enlevée par Zeus en Orient et déposée en Occident.  Ce sont ceux qui font l’histoire, la géographie et les cartes qui imposent l’écriture du monde.

 

Des Orients à géométrie variable

 

Le Levant, stricto sensu, regroupe la Syrie, le Liban, la Jordanie et la Palestine. C’est une vision française de l’espace, héritée des croisades, du royaume de Jérusalem et des mandats de 1920. Dans une définition large, ce Proche-Orient peut inclure l’Égypte, l’Irak et l’Anatolie.

 

Le Moyen-Orient est un concept défini par les géographes britanniques soucieux de délimiter la route des Indes. Il inclut la péninsule arabique et le Maghreb et parfois l’Afghanistan, le Pakistan et le Sahel ; cette vision géographique étant celle des Américains et de leur Grand Moyen-Orient pensé dans la lutte contre l’islamisme.

 

Les Anglais voient l’Orient comme allant de Suez à Malacca et incluant les Indes. C’est un Orient autant maritime que terrestre, zone diffuse se portant jusqu’à l’Extrême-Orient. Cette vision est conditionnée par la nécessité de protéger et conserver la route qui conduit aux Indes. Ce n’est pas une vision objective, mais politique, qui répond à une projection géopolitique précise ; comme l’est aujourd’hui la notion de Grand Moyen-Orient définie par les Américains. L’Inde se trouve donc incluse dans l’Orient, comme pour y rappeler la présence d’Alexandre.

 

En 1944, le Département d’État américain donne lui aussi sa vision géographique de l’Orient et il reprend celle de Mahan, en y ajoutant la Turquie, la Grèce et l’Égypte. Ce n’est plus une vision coloniale, mais anticommuniste : il s’agit alors d’encercler et d’endiguer le camp de Moscou et ensuite de la Chine ; la Grèce étant la ligne de front contre la Yougoslavie de Tito.

En 1992, le même Département d’État a modifié ses lunettes : désormais le Moyen-Orient va du Maroc à l’Iran, regroupant une partie du monde musulman et arabe.

 

Mais les Anglais ont proposé d’autres visions de l’Orient. La Royal Geographical Society y a inclus l’Afghanistan et la Perse, c’est-à-dire la zone du Grand jeu, ainsi que les Balkans. Les Balkans sont le cœur de « la question d’Orient » des années 1820 aux années 1920. Charles X et son gouvernement préparent l’expédition pour venir en aide à la Grèce opprimée des Turcs pour fendre le nœud gordien oriental. Le corps expéditionnaire français débarque en Morée en 1828n marchant sur les pas de Byron pour venir en aide à la Grèce opprimée. À l’époque, l’Orient débute aux portes de Vienne ; c’est l’Empire ottoman et ce sont les Balkans.

Lorsqu’il réalise son itinéraire de Paris à Jérusalem, Chateaubriand propose une vision littéraire et historique du voyage en Orient, qui le fait passer par les temples d’Athènes et les cités du Péloponnèse. L’Orient est alors compris dans sa version romaine : c’est l’espace grec et hellénophone, placé sous la juridiction de Constantinople.

 

Quelles villes pour l’Orient ?

 

Constantinople s’est effacée, au même titre qu’Istanbul. Jérusalem fait parler d’elle à cause du conflit de Palestine. Alep est la ville martyre de la guerre en Syrie et Bagdad semble réduite à l’état de cendres. Y a-t-il encore une grande ville en Orient, regroupant des intellectuels, des universités, des journaux ; une ville dotée des attributs de la mégapole : centre politique, économique et culturel ? Ni Tombouctou, perdu au fond du Sahel, ni Casablanca, ni Le Caire ne peuvent prétendre jouer ce rôle.

 

Séville pourrait être la grande ville de l’Orient, tant l’Andalousie a, durant quelques siècles, appartenu au monde musulman et arabe. Mais ce n’est plus un port majeur ni un grand pôle économique. Et quand elle fut un port, c’était celui de l’Atlantique, tourné vers les Amériques et nourrit des conquistadors. Séville, loin d’être une ville de l’Orient, a été la première ville, la porte, de l’Extrême-Occident.

 

Il faut regarder vers l’Asie pour trouver des villes orientales, et ainsi renouer avec la pensée anglaise. Hong Kong et Singapour sont de celles-là. Depuis quelques années, les Américains ont développé le concept de zone Indopacifique. Si cela est une façon de contourner la Chine en intégrant l’Inde et l’Australie, c’est aussi une façon de renouer avec les premières acceptions de l’Orient, celles qui allaient de Suez à Malacca. L’Orient se confond alors avec l’Extrême-Orient et, pour la France, il renoue le fil du Levant et de l’Indochine.

 

Quelle identité ?

 

Si l’on a tant de mal à délimiter l’Orient, c’est qu’il n’est pas aisé de définir son identité. Il est musulman, mais pas seulement. Il est essentiellement arabe, mais aussi turc, arménien, kurdes, etc. Il est terrestre, mais aussi grandement maritime. Quelle cohérence civilisationnelle pour un ensemble si vaste et si hétérogène ? Samarkand et Oulan-Bator ne sont-elles pas des villes de l’Orient ? Il y a donc le désert, mais aussi la steppe ; la plaine comme la montagne : le Tibet serait-il moins oriental que les Comores ? Les frontières orientales ne cessent de se dilater autour d’un noyau dur qui regroupe le Proche-Orient. Le point commun, c’est la menace et l’intérêt. Pour les Occidentaux, l’Orient est cet ailleurs d’où émane une menace politique et où nous avons des intérêts stratégiques. La menace a pris tour à tour les traits de l’Empire ottoman, de l’URSS, de l’État islamique, de la Chine. L’intérêt stratégique est celui des routes commerciales, du pétrole, des échanges, de la stabilisation d’un monde instable. L’Orient est peut-être davantage réticulaire que spatial. Les nouvelles routes de la soie sont l’Orient, comme les routes des épidémies.

 

L’ombilic de l’Occident

 

Mais si nous nous intéressons tant à l’Orient, ce n’est pas en raison de ses menaces ou de ses intérêts, mais parce que l’Orient est l’origine de ce que nous sommes. On y trouve les Perses et les Égyptiens, les Grecs et les Hébreux. Y sont nés les premières grandes villes et l’agriculture, le vin et la bière, l’écriture et nos dieux. C’est d’Orient qu’est parti Énée, à l’origine de Rome, et c’est vers l’Orient que les généraux romains n’ont cessé de regarder, pour s’y couvrir de gloire, comme Pompée, ou pour s’y perdre, comme Marc-Antoine. César est le premier à avoir, un peu, détourné son regard de l’Orient et tenté le coup de feu au Ponant. C’est en Orient que l’on retrouve saint Jérôme traduisant la Bible, saint Athanase définissant le credo, saint Polycarpe, ruminant sur la chute de Rome.

 

L’Orient est complexe parce que palimpseste de notre histoire. C’est ce qui attire les Occidentaux depuis des siècles, c’est ce qui assure les projections, les tentatives de définition et de délimitation. Que celles-ci soient mouvantes est donc normal : c’est la preuve de la vitalité de l’Orient.

 

 

 

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire économique. Il est directeur d'Orbis. Ecole de géopolitique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la Monarchie de Juillet : La parenthèse libérale. Dix-huit années qui ont changé la France (2018).

11 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Philippe

    29 March 2020

    La Palestine N’ EST PAS une region historique antérieure aux conflits territoriaux actuels . Le Sandjak de Jerusalem – Naplouse – Acre est une province de l’empire ottoman détachée du Vilayet de Syrie, en 1872 et directement administré depuis Constantinople .En 1922 , les terres agricoles propriétè des juifs sont 600,000 Ha sur 12000 Km2 de superficie totale ” soit 1,200,000 ha . Les divisions du territoire reflétent les identités religieuses des habitants , les musulmans et les chrètiens ne revendiquent aucune existence nationale mais seulement une identité religieuse et ethnique . Les juifs affirment leur triple identité religieuse, ethnique , puis nationale avec le 1er congrès sioniste de 1898 .
    Quant au ” Grand jeu ” des puissances la justification religieuse est une facette secondaire de leur menées géostratégiques . Bonaparte l’ avait bien compris et sa déclaration à la nation juive du 20 avril 1799 depuis Acre – et publiée par le Moniteur Universel de Paris du 22 mai 1799 – traduit le souhait politique de la France de voir se rétablir un Etat du peuple Juif sur sa terre . Cette visée géostratégique sera reprise par le Royaume Uni avec Disraeli puis Lloyd George et Winston Churchill .

    Répondre
    • Jean-Baptiste Noé

      1 April 2020

      Le nom “Palestine” est évoqué par Hérodote dans ses Histoires et ce terme est ensuite utilisé par les Romains pour désigner cette région. Un certain Jésus y est né sous Auguste.
      D’après les archéologues, ce nom viendrait de Philistin, et désigne donc, sous l’Antiquité, le pays des Philistins.

  • Jiff

    28 March 2020

    C’est vrai qu’à force que l’occident intrigue, renverse, fasse la guerre, la refasse par proxy, la re-refasse sous false flag, remplace des dirigeants par des hommes de paille, fomentent des révolutions de papier (liste non-exhaustive) et tout ça pour pouvoir allègrement piller les richesses de tous ces pays, on commence a avoir un peu de mal à s’y retrouver…

    Répondre
  • Philippe

    28 March 2020

    La geoploitique de M.Noé est lacunaire ; aucune mention d’Israel mais deux fois la Palestine , choix d’un vocable a usage de propagande . Aucune mention du pétrole et du gaz , aucune mention des vois de navigation ( Canal de suez – Bosphore – Mer Rouge – Golfe Persique ) . Ces omissions augurent de sérieuses lacunes quant au développement d’ analyses pertinentes .
    Le ” grand jeu ” britannique puis americain repose encore aujourd’hui sur ces réalités incontournables .

    Répondre
    • Jean-Baptiste Noé

      28 March 2020

      La Palestine étant une région historique, dont l’existence est largement antérieure aux conflits territoriaux actuels, elle inclue Israël, qui est un Etat situé dans cette région historique.
      Je ne parle pas ici des hydrocarbures, parce que cet article se focalise sur les sujets culturels et historiques, et non économiques. Si vous regardez dans les archives, j’ai consacré un article à Chypre, hub d’hydrocarbure dans la région, et un autre au Caucase, où cette thématique est aussi évoquée.

  • Sissou

    26 March 2020

    Merci pour ce très bel article j’aurais ajouté aussi si je peux me permettre les guerres et massacre de Tamerlan et des Mongols ! On compte en millions !

    Répondre
  • Arnaud de Vendeuvre

    26 March 2020

    Il me semble que vous avez oublié de mentionner le Liban parmi les pays du Levant. Cet oubli mis à part votre article est très intéressant.

    Répondre
  • Le Rabouilleur

    26 March 2020

    Article très intéressant, très instructif, très bien écrit : aucun terme globish.
    Bravo !
    En plus, c’est en accès gratuit;
    J’espère que vous avez des ressources annexes.

    Répondre
  • PAzema

    26 March 2020

    Intéressantes réflexion sur le concept occidental d’Orient, instructif.
    Merci

    Répondre
  • J-François

    26 March 2020

    Très intéressante analyse, merci.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!