21 novembre, 2019

Les banquiers centraux savent-ils quelque chose que nous ignorons?

La viabilité à long terme du système de crédit repose sur des différences entre le «taux d’intérêt du marché» et le taux auquel une entreprise moyenne peut emprunter c’est-à-dire le «taux d’intérêt naturel» , qui est proche de celui de la croissance structurelle de l’économie . Quand le taux du marché est bien supérieur au taux naturel, comme cela a été le cas en Italie au cours des 15 dernières années, au Japon dans les années 90 ou aux États-Unis au cours des années 1930, le taux du marché est artificiellement supprimé par la banque centrale. Le résultat est une augmentation de la valeur des actifs existants financée par la dette et une licence permettant aux « entreprises zombies » de survivre lorsque le processus de destruction créatrice est arrêté.  Les banquiers centraux incriminés dans ce type de période ont tendance à qualifier ce déclin de «stagnation séculaire», car ils ne comprennent pas que leurs propres politiques sont à l’origine du problème. Les banques centrales émettent de plus en plus de papier afin d’acheter des actifs et de supprimer la volatilité des marchés du crédit. Nous devons être dans une période préoccupante puisque pour la première fois depuis une cinquantaine d’années, la Bundesbank a acheté de l’or pour ses réserves. Ces banquiers centraux savent-ils quelque chose que je nous ne savons pas?

 

Il existe plusieurs raisons de s’attendre à ce que la surperformance du marché boursier américain se poursuive.

 

Au cours des dernières années, trois prix critiques – les bons du Trésor à 10 ans, le pétrole brut et le dollar américain – n’ont pas montré de tendance particulière. L’économie mondiale est confrontée à de nombreuses inquiétudes et les rendements obligataires se situent dans la partie inférieure de leur fourchette. Au cours des quatre ou cinq dernières années, le dollar américain est resté bloqué dans une fourchette. Les prix du pétrole se situent au milieu de leur prix moyen des cinq dernières années. Les actions mondiales sont à peu près au même niveau qu’ il y a un peu moins de deux ans. La surperformance des actions américaines a été l’une des tendances les plus notables de ces dernières années. Les banques centrales étant à nouveau en mode d’assouplissement, il est peu probable que les rendements obligataires baissent. Seul un effondrement de l’inflation américaine ou de la croissance mondiale ferait baisser les rendements obligataires en dessous de leur plancher de 1,5%.

 

Les éléments sont en place pour une réévaluation du marché des actions américaines. Si ce scénario se concrétisait, les cours des actions américaines pourraient progresser car les valorisations restent raisonnables. Alors que le ratio cours / bénéfice du S & P 500 est historiquement élevé, les valorisations des actions se comparent plus favorablement aux obligations qu’à la fin des années 90. Une reprise de la confiance devrait faire baisser leur prime de risque et favoriser une nouvelle notation.

 

 

 

Les indicateurs chinois devraient cesser de s’aggraver dans les mois à venir

Trois ensembles de données peuvent aider à répondre aux questions concernant la santé économique de la Chine: exportations, investissements intérieurs et automobiles. Il ne faut pas s’attendre à ce que le nombre d’exportations augmente beaucoup avant le milieu de 2020, en l’absence d’une reprise plus large de la demande mondiale. En septembre, le gouvernement central a lancé un message coordonné sur un soutien à la croissance.  Alors que la croissance de la production et des exportations ralentissaient , les entreprises ne se sentent pas motivées pour stimuler les investissements. Les nouvelles normes d’émissions et l’expiration des allégements fiscaux ont tous deux provoqué des chocs majeurs dans le secteur de l’automobile. Les ventes et la production de voitures pourraient être amenées à une croissance nulle simplement par effet de base.

 

L’époque où le renforcement de l’activité en Chine pouvait générer de la croissance mondiale est révolue. Dans l’espoir d’un accord Etats-Unis / Chine et d’un peu de clarté sur le Brexit, le risque politique pourrait reculer, ce qui serait baissier pour le dollar américain. Les marchés émergents assouplissent les paramètres de leur politique fiscale et monétaire. Alors, pourquoi les investisseurs ne sont-ils pas plus excités? De l’Indonésie au Brésil, les taux d’intérêt sont en baisse. Les marchés émergents hors Chine pourraient maintenant devenir le principal moteur de la croissance économique mondiale. Au cours de la prochaine décennie, la moitié de la croissance mondiale pourrait provenir de marchés émergents hors Chine, d’un quart (ou moins?) De la Chine et d’un quart des économies développées?

 

Les annonces récentes de la BCE suggèrent une continuité

 

Mario Draghi a fait de la BCE le garant de l’union monétaire européenne. Cela a été concrétisé par sa promesse de 2012 de “faire tout ce qui est nécessaire” pour sauver la monnaie unique et de s’appuyer sur le programme « Outright Monetary Transactions » (OMT) encore inutilisé jusqu’à maintenant. C’est un outil qui permet à la BCE d’acheter des dettes illimitées d’un pays dans le cadre d’un programme de sauvetage officiel. Cela corrige une faille dans la conception de la zone euro en faisant de la BCE un prêteur en dernier ressort pour les États souverains. Les récentes annonces politiques indiquent une continuité dans l’approche de Mario Draghi. Le rôle clé de Christine Lagarde sera de communiquer le point de vue de la BCE sur le nécessaire dosage des politiques dans la zone euro.

 

La politique européenne est proche de la paralysie. Bien que les affrontements aient été moins nombreux cette année, une fragmentation du centre politique rend partout difficile une gouvernance efficace. La France est l’exception à la règle en Europe et son économie s’en tire mieux que la plupart des autres pays. L’Espagne peut surmonter la paralysie politique, à court terme. Les cadres politiques européens actuels ne contribueront guère à remédier aux rigidités structurelles

 

Les manifestations violentes qui balayent maintenant les grandes villes ont des causes profondes disparates. Ce qui peut lier ces mouvements est une déconnexion entre l’infrastructure économique et la superstructure politique. L’un des principaux changements survenus dans l’infrastructure économique au cours des dernières années a été la révolution de la connaissance qui incombe à ceux qui sont capables de gérer et de manipuler les connaissances. Les bouleversements religieux du 16ème siècle ont été déclenchés par l’invention de la presse à imprimer. La révolution du savoir d’aujourd’hui a eu pour effet de souligner l’insuffisance de nos représentants politiques. La démocratie représentative était une approche politique du haut vers le bas, mais le monde a changé. La logique suggère que la révolution de la connaissance devrait conduire à un nouveau modèle de démocratie directe

 

À Hong Kong, le gouvernement a envoyé un message indiquant que les manifestants seraient exclus du processus politique. Au même moment, Beijing a indiqué son intention de prendre un contrôle plus direct de Hong Kong. Le problème de “prendre le contrôle” est que cela signifierait que cela reviendrait à piétiner les droits nécessaires dans un grand centre financier mondial. Exercer un contrôle direct peut signifier diriger des nominations à la magistrature. Le gouvernement pourrait étendre ses pouvoirs d’urgence – mais à quelle fin? Il est à noter que le PCC n’a pas écarté la possibilité d’un développement démocratique à Hong Kong.

 

Certains signes indiquent que le cycle des exportations de produits électroniques asiatiques est en train de s’effondrer. Les technologies ont représenté 90% des rendements des actions des pays émergents d’Asie au cours des cinq dernières années. Certaines sociétés mal traitées pourraient être prêtes à rebondir. Il pourrait en aller de même pour les devises sensibles aux exportations telles que le won coréen, le dollar de Singapour et le dollar de Taiwan. Le prix des puces à mémoire semble s’être stabilisé. Les technologies asiatiques n’auront peut-être pas un nouveau moteur de croissance, mais les investisseurs sont faiblement positionnés et le secteur pourrait bien se comporter à court terme.

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

7 Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Jepirad

    13 décembre 2019

    Cette année tous les records des bourses actions vont être battus. Et même pulvérisés. Comme quoi les théories du passé ont du p’omb dans l’aile.

    Répondre
  • Vaik

    21 novembre 2019

    Bonjour, j’aimerais poser ici une question plutôt que de faire un long pavé.

    Avant la question, une constatation: Tout les chiffres officiels sont faux.

    La dernière fois j’avais prédis que les chiffres de croissance du T3 feraient une avalanche et devinez quoi, les trois quarts des chiffres sont tombés et aucun n’est négatif, pire, aucun n’est à 0,0 . Ce n’est jamais arrivé depuis des années, il y a toujours un pays, un coup la Corée du Sud, un coup le Mexique, un coup le Danemark qui est en négatif, et là, alors que les bénéfices des entreprises baissent depuis 3 trimestres consécutifs, que les indices manufacturiers sont les pires depuis 2008, la FED et la BCE parlent même de difficultés, c’est dire! Et pour la première fois depuis une éternité, tous positifs! La Grande Bretagne qui est passé de 0.6 au T1 à -0.2 au T2, pop! elle passe à 0.1 au T3, idem pour l’Allemagne, -0.1 au T2, 0.1 au T3. Pire! La Suède affichait un T2 à -0.2 au moment de la publication et là, pop! 0.1. Tout est comme par hasard rehaussé au poil de derrière pour éviter les deux trimestres nuls/négatifs consécutifs qui rendent la récession officielle. Le T3 suédois n’est pas publié mais de toute façon rien n’y fait, YORAH PA RESESION!!!!

    Les chiffres d’inflation, je ne vais même pas m’étendre la dessus, je laisse ça à Olivier Delamarche. 1% d’inflation, bien sur!
    Les chiffres du chômage, Hollande s’était même fait surprendre par toute la presse pour avoir fait sortir 60000 chômeurs pour sa fin de mandat.

    Voilà la question que je pose: Quels indicateurs fiables existe-t-il à part le Cass index, ou bien les bénéfices des entreprises?
    Deuxième question: Est-ce que les gens sont vraiment dupes ou font-ils exprès de croire que ces chiffres sont fiables?

    Merci

    Répondre
  • BKK

    21 novembre 2019

    Effectivement ils savent ou plutôt ils intuitionnent qu il y a un dysfonctionement queque part et se prémunissent conte une éventualité que l’écume des marchés ne sait pas . il se pourrait que depuis 2008 il existe un trou noir financier qui n ‘arrive pas à se pas à se dissoudre créé par ex par une entité comme un pays qui se serait alimenté en credit sur le marché du commerce du dollar offshore ( eurodollars) et aurait fait default mettant un pool de banques du marché interbancaire en faillite, hors bilan bien sure ( des centaines de milliard de dollars auraient peut être disparut dans la sphère du shadow Banking ) ce qui expliquerait certaines aberrations . Pour le maintient 1.5% je serais très prudent car j ai pu observé des bloques de trades massifs en provenance de l Asie en option sur des contrats comme le GEM20 anticipant une baisse du taux fed funds conséquence éventuel d un nouveau manque de liquidité sur le marché interbancaire à venir . Certains ont l air d’avoir un jeux d’avance pour ne pas dire initié au dessous des cartes .

    Répondre
  • Garofula

    21 novembre 2019

    “les valorisations des actions se comparent plus favorablement aux obligations”

    A partir du moment où les valorisations des obligations comme des actions dépendent du flux d’impression des banques centrales, les comparaisons n’ont plus de sens. L’instrument de mesure ne mesure plus rien. C’est folie de persister à lire l’heure sur une pendule cassée.

    Répondre
  • Kerdrel (de) Arnaud

    21 novembre 2019

    Merci pour votre papier mais je n’ai pas la réponse à la question : pourquoi y a-t-il de la part de la Bundesbank achat d’or ? Est-ce une précaution compte tenu de la mauvais qualité du bilan de cette banque ? ou bien autre chose ?

    Répondre
    • Shell

      21 novembre 2019

      Je ne suis pas spécialiste mais cela me semble juste une petite diversification par rapport à un bilan remplis de dettes qui risque de ne valoir plus grand chose à terme. (Pour l’instant ils n’ont de loin pas récupéré ce qu’ils ont vendus dans les années 2000 au plus bas…).

      Par contre ça montre qu’ils ont eu tort de vendre l’or avant, c’est peut-être une des raisons que aucune banque européennes ne veulent en racheter pour ~7x plus chère qu’ils ont vendu.

      Sinon c’est presque équivalent à souscrire à une assurance contre la perte de confiance des gens envers le gouvernement et la monnaie. Mais cela ne garanti pas que cela va fonctionner, car il se peut que les gens perdent aussi la confiance en l’or une fois ou l’autre car la mentalité des gens changent…

    • Garofula

      21 novembre 2019

      Deux hypothèses pour lesquelles il faut beaucoup d’or :
      – nationaliser la Deutsche Bank
      – sortir de l’euro

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!