31 August, 2020

Le Totalitarisme nouveau est arrivé.

Il n’y a rien de plus imprudent que de ne pas comprendre ce qui sous-tend l’action de nos ennemis. La tentation est toujours forte de penser que s’ils raisonnent de travers, c’est sans doute parce qu’ils sont demeurés et/ou de mauvaise foi et qu’il suffit d’attendre pour que les idées saines, les nôtres, triomphent. Historiquement, rien n’est plus faux. Cette stratégie peut -être en effet extraordinairement dangereuse si vos adversaires se mettent à utiliser des arguments qui peuvent toucher une partie importante de la population et que vous ne les comprenez tout simplement pas, tant ils sont en dehors de vos schémas de pensée habituels. La tentation est alors de vous retirer dans vos certitudes et, se faisant, de laisser le champ libre à l’adversaire. Pour résumer ce que j’essaie de dire, il ne suffit pas que vos idées soient les bonnes, il vous faut aussi comprendre les idées que vous trouvez dangereuses, pour mieux les combattre.

Pourquoi suis-je en train de vous raconter ce qui peut apparaître comme une évidence pour quiconque s’est intéressé un peu à la rhétorique ?

Tout simplement parce qu’aux USA, en France et en Grande-Bretagne nous avons eu depuis quelques mois nombre d’incidents à connotation raciale, ce qui n’est guère nouveau, mais que les explications données à ces incidents étaient par contre complètement nouvelles. Et ces explications ont semblé être acceptées par les média et une grande partie de la population, ce qui était aussi tout à fait inattendu. Ce qui était nouveau, ce n’était donc pas le ou les crimes racistes, c’était l’explication fournie à ces crimes et la réaction des media à ces faits.

Et comme toujours quand quelque chose me surprend, j’essaie de comprendre, et donc je me mets à lire. Et tres rapidement, Emmanuelle me signala un livre dans lequel toute la genèse et les développements de ces nouvelles façons de penser était décrites et fort bien expliquées. Ce livre, paru il y a plus de deux ans, s’appelle « Le multiculturalisme comme Religion Politique », édité chez ‘’Politique Lexio » et son auteur Mathieu Bock-Coté (MBC) est bien connu des lecteurs ou des auditeurs français, bien que vivant au Québec où il enseigne la sociologie. C’est de loin le meilleur livre que j’ai lu sur l’évolution intellectuelle de la gauche depuis 1960, aussi bien en Amérique qu’en France et sur les liens qui unissent ces deux gauches.

Comme à l’accoutumée quand je fais la découverte d’un grand livre, il va se retrouver au dernier étage de ma bibliothèque où il côtoiera les ouvrages de René Girard, Bertrand de Jouvenel, Arnold Toynbee, Soljenitsyne, Bastiat, Tocqueville, Jean-François Revel, Milton Friedman, Von Mises…J’ai souvent écouté ou lu Bock-Coté, j’ai même participé à une émission sur Sud- Radio avec lui, mais je ne me doutais pas qu’il pouvait atteindre ce degré de profondeur. Ceux qui veulent comprendre ce qui nous menace pour mieux lutter pour défendre leurs idées doivent donc lire ce livre.  Pour les cossards parmi les lecteurs (et je sais qu’il y en a, l’étant moi-même), je me vois obligé de faire un petit résumé de cet ouvrage, au risque de trahir la pensée de l’auteur, ce dont je le prie de m’excuser

Commençons par un peu d’histoire. Dans les années 60, en France, un certain nombre de grands esprits, (Foucauld, Derrida, Bourdieu, Lacan…) se rendent compte que le Marxisme tel qu’il est pratiqué en URSS ou en Chine est un désastre. Comme ils haïssent et la démocratie et l’économie de marché, il leur faut inventer quelque chose de nouveau, et ils vont donc s’essayer à « fusionner » le Marxisme, le Freudisme et l’antiracisme.

L’idée est la suivante : l’opposition de base n’est pas entre la bourgeoisie et le prolétariat, mais entre les « oppresseurs » et les « opprimés ».  Cette oppression passe par l’éducation et le langage (le logos) et aussi bien les oppresseurs que les opprimés n’ont pas vraiment conscience de leurs statuts respectifs puisqu’ils attribuent les succès aux mérites des uns et les échecs à l’incompétence des autres. Ni les oppresseurs, ni les opprimés n’ont conscience de cette relation oppresseur/opprimé, ce qui veut dire que tout continue sans qu’aucun effort politique n’ait lieu pour changer quoi que ce soit.

Et c’est là qu’arrivent nos intellectuels français. Pour casser le côté soi-disant « héréditaire » de cette relation dominant-dominé, il faut d’abord détruire l’école, outil de domination, pour libérer les dominés de leur sujétion perpétuelle. La destruction de l’école Républicaine était donc voulue. Et le moins que l’on puisse dire est que les partisans de ces thèses ont parfaitement réussi dans leurs efforts de dynamiter nos systèmes d’enseignement depuis qu’ils s’y sont attelés il y a un peu plus de soixante ans.  Mais, comme l’avait prévu Gramsci, ces idées sont maintenant en train de passer du monde de l’enseignement à la société toute entière ce qui ne manquera pas d’avoir des effets profonds sur nos structures politiques.

Quittons donc l’historique et venons-en aux idées développées par cette nouvelle gauche.

  • L’histoire est toujours racontée par les vainqueurs, et les vainqueurs ont toujours été les plus violents (premier non sequitur). Comme notre civilisation s’est imposée au monde entier, cela veut donc dire qu’elle a été de loin la plus violente (deuxième non sequitur), et la conclusion est qu’ayant été la plus violente elle a été aussi la plus injuste (troisième non sequitur).
  • La bataille à mener n’est donc pas pour le contrôle des moyens de production, comme le pensaient les marxistes, mais sur l’essence même de la civilisation imposée par la majorité. Nos pays doivent abandonner les principes de base qui fondent notre civilisation, c’est à dire le marché libre et le pouvoir dévolu par la majorité des votants à ceux qui vont gouverner au travers d’élections fréquentes et contradictoires. Nos systèmes politiques, basés sur ces deux idées, sont en fait profondément injustes puisque ces principes impliquent la disparition par absorption des cultures minoritaires, la seule façon de cesser d’être opprimé étant de rejoindre la civilisation dominante en intégrant sa culture. Et la disparition d’une culture est un génocide. Toutes les cultures doivent en effet être acceptées comme égales[CG1], la démocratie n’étant pas la dictature de la majorité mais la protection des minorités.
  • Qui plus est, tous les pays dominants se trouvent être de race blanche (autre ânerie). Et donc, toutes les minorités non blanches dans ces pays ont été certainement traitées de façon particulièrement abominable puisque le seul choix qui leur était offert était de disparaitre en abandonnant leur propre culture et en s’assimilant à la culture dominante, ou d’être l’objet d’un racisme perpétuel.
  • Le rôle de l’Etat « juste » dans un tel monde n’est donc plus de s’occuper de la majorité qui l’a élu mais d’aider à la préservation des cultures minoritaires en transférant des ressources prélevées sur la majorité blanche pour que ces cultures minoritaires puissant se développer et survivre.
  • Il n’est pas besoin de signaler à ce point que cela ne peut se faire que si le contrôle de l’état est enlevé à la population blanche majoritaire qui a du mal à comprendre pourquoi elle devrait s’appauvrir au profit exclusif de gens qui refusent de s’intégrer. Ce qui veut dire que les souverainetés nationales doivent être abandonnées pour être transférées à des technocrates non élus travaillant dans des organisations extérieures à chaque pays, qui préfigurent le futur gouvernement mondial.
  • Et donc, ceux qui acceptent ces thèses ne sont favorables ni à des élections, ni à des référendums, ni à des consultations populaires, mais tout comme leurs ancêtres Marxistes, préconisent un gouvernement « mondial », le pouvoir étant exercé par une classe d’inamovibles oints du seigneur, chargés de guider l’humanité vers des lendemains qui chantent puisque dans le monde qu’ils nous préparent toutes les cultures vivront harmonieusement les unes avec les autres.
  • Pour empêcher l’horrible majorité blanche de se révolter, la souveraineté juridique et judiciaire doit être transférée en dehors de chaque pays à des cours de justice internationales qui mettront au point une jurisprudence garantissant la supériorité des droits de l’homme sur les droits des citoyens nationaux.
  • Le meilleur exemple d’une telle démarche se trouve bien sûr dans la construction européenne, que tous les partisans de ces analyses, dans le monde entier, considèrent comme la matrice du futur gouvernement mondial. Et du coup, la moindre tentative d’un pays européen ou d’un autre pour retrouver tout ou partie de sa souveraineté, ou pour préserver son identité nationale (refus de l’immigration), est accueillie avec fureur tant cela apparaît comme un véritable blasphème contre la nouvelle religion.
  • Mais il y a plus: comme chacune des minorités est d’un poids électoral assez faible, le pouvoir en place qui aura accepté l’idée du gouvernement mondial doit tout faire pour fédérer toutes les minorités pour qu’elles se lancent toutes ensemble contre la majorité ; les féministes s’allieront au LBGT et aux mouvements racialistes, les homosexuels avec les tenants des frères musulmans et les écologistes, tout est bon pour occuper le terrain politique, le but restant toujours le même : délégitimer la majorité « historique» et donc raciste en la convainquant qu’elle est à l’origine de tous les crimes de l’histoire..
  • A cet effet, sont créées des administrations spéciales qui financeront toutes les organisations issues de ces minorités, et curieusement dès que l’argent arrive, toute une série de gens, qui ne se rendaient pas compte qu’ils étaient horriblement opprimés, le découvrent avec bonheur et se mettent à battre le pavé des studios de télévision avec beaucoup de conviction.
  • De façon peu surprenante, les partisans du multiculturalisme se trouvent dans les media, chez les bureaucrates non élus, dans les organisations internationales ou les NGO financées par les milliardaires américains que tout le monde connait, ce qui ne surprendra personne. Et comme la Loi est l’’expression de la culture dominante, la respecter c’est faire le jeu des oppresseurs

C’est le combat du Parti Démocrate aux USA, de monsieur Macron en France, de madame Merkel en Allemagne, de la BCE et de Bruxelles aujourd’hui qui ont intégrés toutes ces idées dans leurs programmes ou leurs actions et dont aucun n’entend respecter la Loi des oppresseurs. Nous sommes donc dans une situation curieuse ou ceux mêmes qui sont chargés de faire respecter la Loi sont obligés de cacher leur véritable but quand ils cherchent à se faire élire, qui est de détruire la Nation, source de tous les maux.

Résumons-nous : Il y a quelques années, dans l’une de ces chroniques du Lundi, j’avais mentionné qu’en Océanie, la coutume était de scinder la population en hommes des arbres et en hommes des bateaux : Les hommes des arbres vivait sous leurs arbres (auprès de mon arbre, je vivais heureux… Georges Brassens), tandis que les hommes des bateaux, eux, coupaient les arbres pour faire des pirogues et aller voir si l’ile d’à côté n’était pas plus verte.

Cette distinction s’applique au monde entier : les hommes des arbres sont les locaux, contents de vivre et de mourir là où is sont nés, tandis que les hommes des bateaux, les globalistes, ne pensent qu’à aller voir l’ile d’à côté et cette opposition est beaucoup réelle que la distinction entre la droite et la gauche.  Les locaux veulent gérer leur commune ou leur pays, les internationalistes, le monde.

Et MBC, à ce point du raisonnement mentionne un fait très important : ces croyances, comme c’était le cas pour le Marxisme, sont d’une nature religieuse et ressortent de la Foi. Ce qui veut dire, comme l’a montré Karl Popper que l’on ne peut pas prouver qu’elles sont fausses…Toute opposition, considérée comme un blasphème, est donc instantanément assimilée à un désir de maintenir l’opprimé dans son oppression. Et c’est là que l’on nous ressort à chaque fois « les heures les plus sombres de notre histoire » … Discuter avec des gens qui vous traitent de racistes et d’oppresseur à la moindre objection, garantit que le débat sera bref.

Et voilà comment nous sommes passés du Marxisme scientifique au Marxisme multiculturel, et il est frappant de constater que ni l’un ni l’autre n’admettent la contradiction. Celui qui n’est pas d’accord avec eux est automatiquement un salaud. Les mauvaises idées, fondées sur la haine de l’autre qui ne peut être qu’une ordure puisqu’il n’est pas d’accord avec moi qui suis fondamentalement bon, et l’envie mimétique qui pousse mon adversaire à vouloir me liquider pour s’emparer de ce que je n’ai pu acquérir que par des crimes, ont décidément la vie dure. Comme le disait Soljenitsyne, la frontière entre le bien et le mal passe en chacun d’entre nous. Ces gens pensent au contraire que la frontière se situe en dehors d’eux, ce qui est le cas de tous les gens qui aiment le totalitarisme, qui, du coup, est en train de faire un brillant retour sur la scène politique.

Au XX -ème siècle, nous avons assisté à la victoire de la démocratie et du capitalisme d’abord sur le Nazisme, ensuite sur le Socialisme Scientifique, mais la lutte entre totalitarisme et démocratie ne s’arrêtera jamais, contrairement à ce que pensait Francis Fukuyama.

Au XXI -ème siècle, il va nous falloir nous débarrasser du marxisme multiculturel. Et la guerre a déjà bien commencé. Nous avons connu quelques solides escarmouches : Le Brexit, les dernières élections anglaises, la victoire de Trump aux USA en 2016 peuvent être considérées comme des victoires pour les hommes des arbres, les élections françaises et le changement de majorité en Italie comme des victoires pour les hommes des bateaux. Cet été nous avons assisté à un coup d’état mené par les hommes des bateaux en Europe contre la souveraineté fiscale des nations du vieux continent, et il s’est produit bien entendu sous les applaudissements des médias

(Voir à ce sujet https://www.youtube.com/watch?v=Tzjf9leUN8w&t=1087s.

Aux USA, le coup d’état contre le Président Trump n’est à ce jour pas éclairci.

Et donc la bataille centrale de notre époque, notre Armageddon, va avoir lieu cette fois ci aux USA entre l’inattendu représentant des hommes des arbres, Donald Trump et les hommes de l’état profond US qui sont les maitres d’œuvre de cette tentative de prise de pouvoir au niveau mondial pour le compte des hommes des bateaux.

  • Si Trump l’emporte et garde le Sénat, alors, on peut espérer que le camp adverse sera saisi d’une immense panique à l’idée de perdre toutes ses prébendes et reconnaîtra sa défaite, ce qui implique un changement de direction, voir un éclatement du parti démocrate, une mise au pas du système judiciaire, qui cesserait d’être l’outil de transformation sociale utilisé par la gauche, pour dire à nouveau le Droit, et une complète transformation des media aux USA, qui redeviendraient des organes d’information à la place d’être des vecteurs de propagande. On peut rêver…
  • Si Trump perd, et surtout s’il perd après des fraudes électorales massives (que les démocrates sont en train de préparer par une utilisation hors norme du vote par correspondance), alors je craindrais le pire tant les risques de guerre civile apparaîtraient aux USA entre les côtes atlantiques et Pacifiques, fiefs électoraux des hommes des bateaux, et le reste du pays.

Jamais, dans ma vie, une élection n’aura été aussi importante, et jamais je n’ai eu aussi peur.

  • La nouvelle inquiétante est que les sondages sont mauvais pour Trump.
  • La bonne nouvelle est que pour la première fois dans l’histoire des USA, près des deux tiers des américains refusent d’indiquer leurs préférences électorales tant les hommes des bateaux font régner la terreur contre tous ceux qui supporteraient le Président sortant, ce qui revient à dire que les sondages ne veulent sans doute pas dire grand-chose.

Nous saurons à quoi nous en tenir le 4 Novembre au matin, sauf si le score était très serré, ce qui serait la pire des situations car elle pourrait facilement nous amener à une guerre civile que je crains par-dessus tout et dont nous avons peut-être vu les prémisses cet été aux USA.

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

64 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Pol Lou Courriel

    19 September 2020

    Toujours jubilatoires vos articles, merci ! Trump ne va sans doute pas attendre pour nommer un nouveau juge a la cour suprême. Celle qui vient de mourir était une digne représentante des aberrations analysé par MBC

    Répondre
  • Franck

    12 September 2020

    Bonjour,
    J’espère que l’ équipe de l’ Institut des libertés a passé de bonnes vacances de été malgré toutes les tartufferies auxquelles nous devons faire face.
    Jamais, je crois, l émotion ne semble avoir pris autant le dessus sur la raison.
    La capacité à encaisser, même pour le plus aguerri d entre nous, commence à atteindre ses limites.
    Entre le port du masque, les revendications raciales, l euthanasie du rentier, les impôts à payer, tout cela fait beaucoup.
    Alors en ces temps de plus en plus difficile, le soutient de la IDL soulage un peu.
    On se sent moins seul ou plutôt accompagné.
    Nous avons donc d un côté les partisans d un gouvernement mondial et de l’ autre les partisans à un retour à l’ état nation à la souveraineté.
    Je pense que le principal problème vient du fait que les gens ne comprennent toujours rien en économie. La plupart des parents continuent à dire à leurs enfants que tout est de la faute du libéralisme ou néolibéralisme , des banques.
    Les démocrates cad les socialistes s appuient également là dessus pour se faire réélire, en plus de se servir du multiculturalisme comme cheval de bataille pour formater les plus Fragiles et plus faible sur le plan intellectuel et moral.
    Concernant Trump je pense qu il sera réélu.
    La communauté noire (les travailleurs) avait voté pour lui. Ceux qui manifestaient dans les rues n étaient pour la plupart que des marginaux. Mais il est vrai que les millions qui servent à financer ces organisations et associations peuvent faire la différence hélas. L’ argent étant le nerf de la guerre.

    Répondre
  • David Jeames

    12 September 2020

    Je paris personellement sur une victoire de Trump de type “Landslide”. Et voici les raisons:
    1. Regardons tout d’abord les sondages. Ils mettent Biden legerement favorables, mais …
    a. Il y a un mois, ces memes sondages donnaient Biden largement gagnant. Donc, le momentum est du cote de Trump.
    b. La plupart des sondages sont nationaux, c’est-a-dire qu’ils favorisent les centres urbains … qui sont plus democrates. Les sondages sont donc biaises en faveur democrate.
    c. La plupart des sondages sondent les “Registered Voters” et non les “Likelihood Voters”. Or les democrates vont moins voter que les republicains. Les sondages sont donc biaises en faveur democrate.
    d. Les sondages admettent qu’ils ont du mal a sonder un demographique tres particuliers: les blanc non-diplomes. Or, ils forment la base des pro-Trumpers. Les sondages sont donc biaises en faveur democrate.
    e. Les tensions politiques actuelles font que presque 2 tiers des americains evitent de donner leur opinions. Et ceci est fortement correlle avec l’appartenance politique. Autrement dit, plus une personne est a gauche, plus elle donne son opinion. Plus elle est a droite, moins elle donne son opinion. Les sondages sont donc biaises en faveur democrate.

    2. Regardons ensuite quelques demographiques cles.
    a. De nombreux sondages – et depuis plus d’un an – mettent le support des Black Americans pour Trump autour de 30-40%. A titre de comparaison, lors des elecrions de 2016, Trump a eu 8% des votes des Black Americans … qui etait deja un score tres haut pour un candidat republicain. Rien de surprenant si on prend en compte les “Opportunity Zone”, le “Justice Reform”, le financement des “Historic Black College” et la situation financiere des Black Americans sous l’administration Trump.
    b. Les Latino Americans soutiennent Trump a plus de 50%. La position de plus en plus a gauche du partie Democrate ne va pas aider sur ce demographique (en particuliers les descendants de Cuba et du Venezuela).
    c. Les White Americans ont soutenu tellement Trump en 2016 que meme si Hillary avait eu le soutien des Blacks Americans qu’Obama a eu, elle aurait perdu. Avec l’alignement clair des Democrates sur le “Critical Race Theory”, il est peu probable qu’il y ai beaucoup moins de White Americans qui soutiennent Trump.

    3. Regardons finalement les tendances politiques.
    a. De nombreux inconnus quittent le parti Democrate, soit via le mouvement #walkaway, soit le mouvement #Blexit.
    b. Des membres du parti Democrate quittent le parti … et ceci a tous les echelons – local, national ou federal. Des sheriffs, des maires, des membres du congres … ou alors soutiennent publiquement Trump, au lieu de Biden.
    c. Le parti Democrate est desormais compose de 45-50% de “Far Left”, 40-45% de “Left” et 5-10% de “Center Left”. Ce changement est recent et est en train de pousser le parti encore plus vers la gauche, prenant le risque de perdre tous les “Center Left” et quelques “Left”.
    d. Le parti Democrate est plus divise que jamais, avec deux fronts differents: l’establishment vs les Bernie Brothers (marxistes classiques) et l’establishment vs BLM (marxistes culturels). Le resultat est que les Democrate blancs qui embrassent les Bernie Brothers se font huer par BLM, et vice-versa. Le parti Republicain est plus uni que jamais
    e. L’enthousiasme pour Biden est aussi faible que l’enthousiasme pour Clinton en 2016. Alors que l’enthousiasme pour Trump est au plus haut. La “Job Satisfaction” de Trump est autour de 45-50% … plus haut que Obama a la fin de son premier mandat … et malgre un “Mainstream Media” fortement negatif pour l’un (et fortement positif pour l’autre).

    Voila pour mon analyse.

    Répondre
  • Bruno

    10 September 2020

    Je vous trouve optimiste. Je ne suis pas certain que si trump gagne ils vont abandonner le terrain !

    Répondre
  • Yes-Comment

    9 September 2020

    Après ce printemps confiné, et cet été qui n’à été meurtrier, le bâillon de l’automne n’est malheureusement pas une surprise.
    Le point sur les acteurs principaux peut livrer une piste pour éclairer les zones d’ombre :
    – d’un côté Goliath le profond,
    – de l‘autre David, le « rich lonesome cowboy »…

    Scénario totalement imprévisible pour nos yeux ébahis, avec un iconoclaste voulant reprendre les empreintes de Jackson… pour faire sauter la banque, détenue depuis plus d’un siècle par Goliath, qui progressivement durant plus de trois ans s’est vu confiné.
    Quelle dernière réplique était possible, après avoir tout tenté sinon de provoquer le blocus mondial pour étouffer David (qui n’est pas Rockefeller !).

    Le suspense, entretenu à grands frais par les médias et armées d’opposants coalisées, ne passera pas plus que ce « virus » >, aux noms multiples, l’hiver…
    Mais quel suspense, pour ceux et celles qui ont coupé leurs téléviseurs, et suivent le site de la White House ?

    Les détracteurs de David sont quasiment aussi nombreux en pourcentage que l’étaient les supporters d’Hitler, lors de sa confirmation au poste de « führer ».
    Ces personnes ont en commun le fait d’avoir cru aux propagandes, ce qui était excusable le siècle dernier, quand désormais tous peuvent aller pêcher, non des opinions, mais des faits.

    Les faits sont consignés, jour après jour, par un cow-boy qui a décidé de rétablir une foi dans l’ouest, en fixant un à un tous les caïds dans les yeux, pour leur proposer le deal : dépossession ou prison .
    Chaque jour patiemment tous les saloons ont été neutralisés et les mises sous enquête scellées avec des tonnes de preuves rassemblées pour faire sauter la banque… qui a pillé sans vergogne le monde depuis 1913.

    Qui sera contre David, quand il accèdera à la salle des coffres ?

    Répondre
  • POITEAUX Eric

    7 September 2020

    Passionnant comme toujours.

    Une objection et une question cependant:

    Un Pouvoir quel qu’il soit ne “redonne” jamais son pouvoir, surtout en étant aussi bien implanté au sein de l’administration US et des leviers de pouvoirs. Ils pensent que Trump est transitoire et les Macron/Merkels aussi.

    Deuxièmement, CG évoque cette guerre perpétuelle entre Démocratie et Totalitarisme, mais quand est-ce que nous sortirons de cette espèce de dialectique macabre ? Ces soubresauts permanent menacent constamment de détruire nos sociétés et d’effacer tout ce qui a été construit jusqu’à présent, en plus de conduire à la mort ou du moins à la destruction de millions de vie.

    Répondre
    • breizh

      9 September 2020

      le Diable ne se repose jamais.

  • DARRAS Franck

    5 September 2020

    Très bel article mettant en valeur le lumineux travail de Mathieu Bock-Coté dans son ouvrage « Le multiculturalisme comme Religion Politique ». Ce clivage mondialistes/souverainistes devient surdéterminant c’est évident avec son lot d’idiots utiles, de manipulés, de petits profiteurs.
    Votre travail est de salubrité publique M. Gave; des voix, toujours plus nombreuses doivent se faire entendre car les prochaines échéances risquent d’être déterminantes pour nos vies et celles des générations encore immatures.

    Répondre
  • Sam

    4 September 2020

    Merci pour ce papier
    Viens de sortir dans le même genre “Cynical Theories: How Activist Scholarship Made Everything About Race, Gender, and Identity: And Why This Harms Everybody” de Pluckrose et Lindsay (les auteurs du canular sur les “grievance studies”) Ils y font le point sur les origines, thèses et arguments fumeux de ces théories fumeuses à la mode.
    https://www.amazon.fr/Cynical-Theories-Scholarship-Everything-Everybody/dp/1634312023

    Répondre
  • Explorer76

    3 September 2020

    Bonne synthèse. Pas de surprise quant au fond : le projet du socialisme depuis le XVIIIe siècle a toujours été la destruction de la civilisation judéo-chrétienne en faisant flèche de tout bois : communisme, nazisme et fascisme au XXe siècle, islamisme, écologisme et réchauffisme au XXIe siècle en s’appuyant sur les idiots utiles des syndicats, du néo-féminisme et des indigénistes. Néammoins l’histoire démontre que &) l’oppression est toujours le fait d’une minorité 2) la majorité opprimée finit toujours par s’unir pour renverser l’oppresseur, ce n’est qu’une question de temps (voir la chute de l’empire arabo-andalou et celle de l’empire ottoman) car la civilisation gagnante est toujours celle qui rend sa liberté au plus grand nombre d’êtres humains et sur ce critère force restera au christianisme.

    Répondre
  • Claude

    3 September 2020

    Bonjour à vous,

    Extrait du : Le multiculturalisme comme Religion Politique » => ” La droite a renié sa part conservatrice. C’est dans ce contexte général, par ailleurs, que les préoccupations populaires, souvent abandonnées par les grands partis de gouvernement, sont récupérées par des partis contestataires occupant de facto une fonction tribunitienne, ce qui a pour effet, à bien des égards, de radicaliser leur exclusion de la communauté politique. ”

    D’autre part, l’individualisme forcené fait les beaux jours de la société de consommation, du délitement de la société, de la famille et j’en passe…

    https://books.google.ch/books/about/Le_multiculturalisme_comme_religion_poli.html?id=lxSCDwAAQBAJ&printsec=frontcover&source=kp_read_button&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    Un livre à relire sans modération : L’opium des intellectuels de Raymond Aron => ” Trop libéral pour le parti dont il était issu, pas assez enthousiaste des idées nouvelles aux yeux des républicains, il n’a été adopté ni par la droite, ni par la gauche, il est demeuré suspect de tous. “

    Répondre
  • Shell

    2 September 2020

    Merci pour votre article, effectivement le livre de Mathieu Bock-Coté m’est complètement inconnu, je vous remercie pour la synthétisation qui permet d’avoir une vue d’ensemble et qui me fait sens. Effectivement, si on accepte les axiomes de base, on arrive en déduire la façon dont ces “nouveaux” idéologues pensent. C’est une très bonne clef de lecture. Le problème est que beaucoup de gens n’ont pas compris que c’est l’idéologie qui est le problème et non la doctrine. Comme les mondes philosophiques dont personne peut prouver que les axiomes sur lesquels repose toute leur construction sont valides (comme toute théorie d’ailleurs)

    Sur Trump en effet j’espère que l’indicateur des paris sur la victoire soit le bon indicateur. Trump est une pierre dans la botte des mondialistes, ce qui me convient parfaitement.

    Malheureusement je pense que si Trump gagne, les démocrates feront tout pour que le désordre continue à régner et que si Biden est élu, ce sont les républicains qui crieront à la fraude, dans tous les cas il n’y a plus de paix possible aux USA.

    [ désolé pour l’auto-promotion à supprimer ou non selon le modérateur ]
    J’ai écrit un petit article sur mon blog un “essai” sur l’idéologie bien que très imparfait, mais qui pourrait peut-être intéresser quelqu’un.

    Répondre
  • candide

    2 September 2020

    Bonjour M Gave,

    ravi de vous retrouver pour une nouvelle saison.

    Avez-vous lu “une apocalypse” de Michael O’Brian ? Bien que datant de 1996, cette fiction est assez proche de la réalité de 2020.

    Sinon n’ayez pas peur, ce serait douter de Dieu, comme on dit. Car n’oublions pas que les idées de gauche ont une faiblesse majeure : elles ne sont pas viables. Fondées sur un mensonge anthropologique, elles ne survivent que pas l’oppression, rongeant ainsi leur crédibilité. Le tout est de vivre assez pour voir leur chute.

    Répondre
    • Charles Heyd

      2 September 2020

      C’est vrai ça: “Le tout est de vivre assez pour voir leur chute.”!
      Mais comme le disait Keynes (je crois), “à longue échéance nous serons tous morts!”

  • Carel Wijngaards

    1 September 2020

    depuis que notre société indo€uropéen a abandonné le triparti Chef et son armée ,clergé puis tiers état qu’est devenu notre merveilleux démocratie voir l’affaire dreyffuss ils dézinguaient l’armée avec l’affaire des fiches puis la politique va diriger l’armée comme la santé aujourd’hui puis la séparation d’état& église ils sont toujours là et ont prise tout pouvoir des média comme déjà en 1894
    c’est cela l’affaire Dreyffuss

    Répondre
  • Le Rabouilleur

    1 September 2020

    Bidet et Trump sont deux marionnettes de l’état profond, pour entretenir l’illusion d’une alternance.
    Tout le reste est foutaise !

    Répondre
    • Eric Lemaitre

      5 September 2020

      Biden oui mais pas Trump, voir les analyses de Soral et RadioQuebec sur Youtube

  • Charles B

    1 September 2020

    Oui. MBC est beaucoup plus puissant conceptuellement qu’il n’y paraît. Grosse densité. Il arrive à faire de la vulgarisation des thèses de Roger Scruton (beaucoup plus dur d’accès car mal traduit je pense) qui déglingue l’évolution de la pensée gauchiste et du combat égalitariste absurde.

    Répondre
  • Vincent

    1 September 2020

    Pour avoir des informations objectives de ce qui se passe actuellement aux USA, il faut lire la presse anglaise. La capitale du mondialisme, New York, est une ville morte. Ses habitants, les plus riches, fuient la ville et s’installe ailleurs. Le taux de vacance de logement atteint des sommets. Elle a aussi subi le plus haut taux mondial de mortalité due au Covid-19. Il y a une blague qui se répand : “Si vous circulez seul en voiture et que vous portez un masque, vous n’avez pas besoin de mettre un autocollant sur votre pare-choque. On sait que vous allez voter pour Biden.” Les manifestations monstres au Canada, Grande-Bretagne et Allemagne montrent que les gens tiennent à leur liberté. Quand on voit la gestion du coronavirus par certains gouvernements, surtout de centre-gauche, malgré la fin de l’épidémie, un sentiment de trahison apparaît de plus en plus chez des gens qui embrassaient l’idéologie dominante. On verra le 12 septembre si les Français vont prendre le chemin de la rue pour manifester pour leurs libertés. Ou bien ils ne sortent seulement pour demander plus de droits sociaux et d’aides de l’Etat. De nombreuses personnes se sont réveillées, car, étant confinées, elles ont cassé leur train-train quotidien et ont eu le temps de rechercher des informations sur internet. D’où la censure énorme sur Facebook, Twitter et Youtube pour essayer de contrôler les mouvements contestataires. Par chance, l’opposant numéro 1 est actuellement à la Maison-Blanche.

    Répondre
  • Marie-Hélène Bonnaventure

    1 September 2020

    Bonjour
    j’ai longtemps hésité à intervenir par intimidation, mais si la connaissance fait défaut, l’instinct alerte. Je n’aurais jamais pu imaginé qu’après la dernière guerre , nous basculerions de nouveau dans cette violence inouie faite aux peuples. Merci pour toutes vos contributions saines et éclairantes.

    Répondre
    • idlibertes

      3 September 2020

      Merci de commenter

  • Ockham

    1 September 2020

    Vos raisonnements partent du principe que l’idée de nation est un aboutissement de l’histoire à la manière de Fukuyama et si elle vacille, il y a un responsable. Or il est évident que la France comme de nombreux autres pays européens, est traversée par de violents courants antagonistes aussi bien réels (manque d’énergie et d’autonomie électronique) que politique (gauche délirante, Enarchie no-wave et extrême droite rabougrie) et aussi religieux avec la tolérance insensée d’une religion particulièrement intolérante et mortelle avec ses zélotes appliquant leurs principes à la lettre. Donc nos fois, nos moyens physiques en pensant à notre dépendance de l’énorme matrice de production mondialisée et notre maitrise du nouveau médium digitalisé changent violemment. C’est donc bien tout l’espace-temps qui part dans tous les sens. Il ne concerne pas que les descendants de Louis XIV mais toute la terre. Trouver un responsable me paraît réducteur et empêche d’aller plus loin dans la réflexion sur ce qui se passe. Autrement dit vous n’avez pas tort d’agiter toutes ces questions, bien au contraire car je vous suis avec un grand intérêt, mais je ne dirais pas que vous avez raison. Dans une période de transition énergétique, de fourniture alimentaire comme industrielle planétaire et de surveillance électronique inconcevable il y a 20 ans tant des objets que des êtres, il doit se passer quelque chose d’important sinon de grave. L’âge de pierre ne s’est pas arrêté faute de pierre disait cheikh Yamani. Sapiens en est sorti par effraction. Puis la féodalité avec le SERG (Saint Empire Romain Germanique) a été mis en pièce par le concept de nation et maintenant c’est son tour s’il ne sait pas poser un nouveau concept une sorte de nouveau génome d’organisation.

    Répondre
  • Geneviève Boyer

    1 September 2020

    Je connais bien Freud et Lacan. Ils sont de droite et n ‘en peuvent mais si leurs découvertes, qui ont révolutionné la médecine et la philosophie en dévoilant quel intime singulier et privé influence les choix de chacun dans la société, sont perverties dans la sphère publique et économique.

    Répondre
  • jacques marcille

    1 September 2020

    Depuis longtemps deja, nous ne sommes plus habitues a des analyses approfondies de ce qui est en train de se passer. Merci a Charles Gave

    Répondre
  • olivier cane

    1 September 2020

    La crise sanitaire a en effet malheureusement permis d’accélérer le mouvement des ces extrémistes. Malraux a écrit “le 21eme siècle sera religieux ou ne sera pas”. Il ne s’est trompé qu’à moitié, aujourd’hui les gourous et prêtres de ces nouvelles religions se trouvent parmi les médecins (dictature des hommes de la santé), les écologistes fanatiques (dictature des disciples de Thunberg qui pronent un retour à une vie moyennageuse) et dictature des minorités ainsi que vous l’exprimez. Vivant en Asie, je m’aperçois que seuls les pays asiatiques résistent pour le moment à ce nouvel ordre mondial.

    Répondre
  • Bilibin

    31 August 2020

    Je pense que ce que nous voyons en ce moment aux USA n’esr qu’un léger avant-goût de la situation si Trump venait à l’emporter… les (gros) démocrates n’auront plus rien à perdre et toute décence devra plier bagage.
    Quel plaisir de vous relire vous m’aviez manqué.

    Répondre
  • Ribus

    31 August 2020

    dans un contexte de plus en plus oppressif…

    Répondre
  • Ribus

    31 August 2020

    « …près des deux tiers des américains refusent d’indiquer leurs préférences électorales… » : Même si c’est sous la contrainte que les citoyens américains taisent leur intention, il me semble que l’idée et la réaction sont excellentes dans un contexte de plus en plus oppressive. De ce fait, les sondeurs n’ont plus vraiment de matière première et sont sans doute obligés de l’inventer au moins pour partie au risque de se tromper lourdement. Ne pas répondre aux entreprises de sondage affaiblit leur pouvoir d’influence bonne ou mauvaise. Or, le pouvoir surtout quand il est de nature totalitaire a besoin d’espionner la population y compris dans le secret du suffrage. Garder le silence face aux sollicitations sondagières est donc aussi un acte politique de résistance. Les Français seraient bien inspirés d’en faire autant.

    Répondre
  • sev

    31 August 2020

    Excellent article qui synthétise très bien l’analyse plusieurs fois développée sur des plateaux télé ou radio par MBC.
    Mon intuition me dit que les démocrates américains sont tellement en panique qu’ils ne lésineront pas pour tricher et faire capoter un second mandat de Trump. Je crains donc que nous ayons sous peu et sous nos yeux effarés des médias qui mettront en images des soulèvements violents partout aux EU car ces gens-là, à la différence des européens, sont armés et ne lésineront pas non plus à s’en servir pour défendre leur carré de jardin et surtout leur travail.
    On a pas le cul sorti des ronces cher Charles !
    Merci pour vos analyses 🙂

    Répondre
  • Arsene Holmes

    31 August 2020

    ” Il est impossible d’engager un dialogue rationel avec une personne á propos de croyances et de concepts qu’elle n’a pas acquis par la raison.
    Que nous parlions de Dieu, de la race ou de sa fierté patriotique” Carlos Ruis Zafon.
    Entièrement d’accord avec vous. Le seul problème que j’ai est Trump, le personnage. Je dois me pincer chaque fois que je le vois et de me dire ce type est President des USA

    Répondre
    • Dr Slump

      31 August 2020

      Il y a de bonnes raisons de se pincer de même chaque fois que l’on voit Macro,n et de se dire qu’il est notre président.

    • Nouza

      31 August 2020

      J’étais comme vous jusqu’au jour où, cherchant à comprendre la situation, j’ai rencontré une personne qui m’a ouvert les yeux…Et j’avoue que je n’étais pas du tout fière de moi de mettre laissée, à ce point, berner par les médias. Je vous conseille vivement de vous renseigner sur Donald Trump, non pas en France où tout est fait pour le discréditer, (mais il sait très bien jouer sur ce terrain de jeu-là) mais plutôt du côté des USA ou du Canada avec Radio Quebec

    • Arsene Holmes

      1 September 2020

      @Dr Slump Tout à fait d’accord

      @Nouza Je serai intéréssé de voir les liens dont vous parlez.
      Cela fait plus de 30 ans que comme tout le monde j’entends parler de Trump: ses mariages,ses casinos, ses scandales ,ses faillites. Ayant fait ma carriere essentiellement dans le trading de crédit , je me souviens très bien de Trump dans les années 90 allant avec une brouette pleine de jetons de casino pour aller payer les interet d’une de ses obligations. Trump c’est Tapie on steroids
      Mais je serai ravi d’entendre des choses positives sur le personnage

    • Eric Lemaitre

      5 September 2020

      Mefiez vous de Trump, il a ecrit des bouquins de strategie commerciale donc s’inspirant de l’art de la guerre de Sun Tzu, et il est entre dans une ecole militaire a 13 ans, donc c’est un fin stratege qui manifestement porte des coups terribles au NOM, plus renseignez vous sur sa relation avec Qanon qui n’est absolument pas une conspiration.

  • CHAMPION Eric

    31 August 2020

    Jean-Louis Harouel l’explique très bien également très bien dans son livre “Les droits de l’Homme contre le peuple”.
    Nous sommes face à une religion séculaire, celle de l’humanitaire.

    Répondre
  • nicola mercier

    31 August 2020

    Merci une fois encore pour cet éclairage dans la tempête que nous vivons

    Répondre
  • maurin

    31 August 2020

    cela fait du bien de lire une pensée claire construite réaliste et pleine de perspective dans le choix de société. A quand union des penseurs ?

    Répondre
  • pierre MUMBACH

    31 August 2020

    qu’ attendez vous pour créer un groupe de maouss kostos qui annoncent un programme et un planning d’ application pour se présenter aux élections 2022 ,exemple : Charles gave +Zemmour + Michel Onfray + général De Villier ++++vous êtes certain de gagner , je participerai comme quasiment tous les abstentionnistes….ça fait largement une majorité

    Répondre
    • Béret vert

      31 August 2020

      C’est exactement ce que je souhaitais faire passer, vous m’avez devancé ! Il y a largement de quoi faire une Dream team en France. Le grand Charles G. président, Goldnadel à la Justice, Zemmour à la culture, Onfray à l’éducation, Marine LP à l’Intérieur, Eric Ciotti, Serge Federbusch, Julien Aubert, Marion porte-parole, et pour finir, De Normandie à l’agriculture ( LaRem certes, mais le moins mauvais depuis des décennies), Dupont-Aignan aux Collectivités locales et Richard Virenque pour la transition écologique 🙂

    • Robert

      1 September 2020

      Estrosi, le maire de Nice, appelle la droite à soutenir Macron aux prochaines présidentielles. Les masques tombent, mais c’est pathétique !

  • dede

    31 August 2020

    “fraudes électorales massives (que les démocrates sont en train de préparer par une utilisation hors norme du vote par correspondance)”

    Que le parti d’opposition parvienne a organiser une fraude electorale massive tout en etant dans l’opposition, ce serait une premiere mondiale!
    Observons: si cela peut aider a se debarasser de tous les dictocrates de la planete, il y a du boulot.

    Répondre
    • Faik Henablia

      1 September 2020

      Il y’a fraude électorale massive lorsque Trump perd l’élection, mais pas s’il la gagne.

    • Eric Lemaitre

      5 September 2020

      Mais aux USA 🇺🇸 ce sont les Etats qui organisent les scrutins, donc oui les fraudes electorales democrates sont MASSIVES, 144% de votants en 2016 en Californie pour la presidentielle, globalement 10 millions de votes illegaux recences sur l’ensemble du territoire, et c’est une rigolade compare au niveau de fraude dont les democrates ont besoin pour gagner en novembre…

  • H.

    31 August 2020

    Bonjour,

    Merci pour ce billet où je retrouve, bien mieux écrit et présenté, bon nombre de réflexions plus personnelles. L’écologisme que nous sommes contraints de subir n’est qu’un ersatz d’un marxisme plus traditionnel qui a démontré dans les faits sa totale inanité et surtout, son immense nocivité.
    Je partage totalement votre inquiétude. Nous subissons en France un pouvoir que je qualifierai de malsain faute de mieux. La “gestion” de la crise sanitaire nous le prouve tous les jours. L’élection américaine est exceptionnellement importante. De son issue dépendra le monde de demain. Les médias français étant inopérants vu leur partie-pris, il nous faut nous tourner vers des sources plus pertinentes comme celle-ci : https://leblogalupus.com/2020/08/28/elections-us-trump-passe-a-52-la-meilleure-cote-dapprobation-jamais-enregistree-avec-les-noirs-et-meme-les-democrates/
    Je reste donc optimiste quant à une victoire du Donald mais il y a encore deux mois de campagne et tout sera utilisé pour l’empêcher.

    Bonne journée

    Répondre
  • Soufiane

    31 August 2020

    Partir de France pour emmenager a Londres, puis a Hongkong.
    Investir son patrimoine en Asie.
    Ne sont-ce pas la des caracteristiques notoires des hommes des bateaux??

    Répondre
    • Charles Heyd

      31 August 2020

      Oui, sur le plan du principe; CG a d’ailleurs déjà dit qu’il pouvait aller et vivre et travailler partout; mais je crois qu’actuellement il est en France même s’il doit avoir quelques “réserves” à l’étranger, ce qu’il prône d’ailleurs régulièrement;
      dans un texte il y le texte et l’esprit du texte, cherchez l’esprit de ce texte et de biens d’autres qu’il a écrit, cela vous enrichira comme dirait CG!

  • ZABRE

    31 August 2020

    Bonjour monsieur GAVE.
    Je vous lis vos articles avec la plus grande attention tellement ils sont bien écrits et donc facils à comprendre.
    Toutefois, je vous suis depuis l’Afrique centale et comme l’actualité polique de cette partie est fortement corellée à celle de l’Europe et de la france en particulier.
    Quelle comportement selon vous la france devrait face à ses anciennes colonies?

    Répondre
    • Jiss8

      31 August 2020

      Je vais juste me permettre de donner mon avis à votre question, même si vous ne me la posez pas directement. Je pense qu’il faut que la France (je parle de la France car c’est mon pays et que je me fous littéralement de l’Union Européenne) arrête avec le “Franc CFA” et qu’elle redonne une totale souveraineté aux pays d’Afrique francophones. Cela permettrait à ses pays de se libérer, de retrouver leur souveraineté et ainsi de redonner l’Afrique aux Africains.
      Cela serait aussi un bon moyen à bon nombre d’Africains se revendiquant comme tels et non comme Français de quitter la métropole pour participer aux développements de leurs pays respectifs.

      Je pars du principe que le multicuturel = multiconflictuel et donc suis un fervent défenseur du “Chacun chez soi”. J’étendrai même ce principe en discutant avec l’Afrique du Sud pour inviter tous les sud-africains blancs à quitter le territoire et les inviterai à venir s’installer en France.
      Cela permettrait à la France de voir une partie de sa population quitter le territoire (des noirs et arabes) pour retourner dans leurs pays et le développer ET une autre venir sur notre territoire. Je verrai ça comme une forme de compensation.

      Tout le monde vivrait apaisé parce qu’entre soi. Et cela permettrait aussi de mettre un terme à tous ces conflits identitaires qui pourrissent les quotidiens de tous les Peuples.

      Après, ce serait à la France de traiter avec les pays qu’elle aurait “libéré” comme des partenaires commerciaux, des alliés. Mais je pense que ça serait la meilleure solution.

  • germain

    31 August 2020

    J’ai plus d’atome crochu avec les hommes des arbres qu’avec les hommes des bateaux. Je régurgite Macron et ses technocrates bruxellois.
    En ce qui concerne les USA, M. Trump serait un gagnant souhaitable aux élections américaines. La guerre civile au pays de Georges Washington qui avait de nombreux esclaves en son temps, va s’intensifier (Les racialistes gauchistes vont-ils déboulonner les nombreuses statuts de Georges Washington pour racisme???).
    J’avoue que cela m’amuserai de voir l’un des fondateurs des USA, cloué au piloris par son propre peuple. Et dire que la France a ouvert une voie nouvelle par l’abolition de l’esclavage en 1848 dont il n’est même pas question dans les médias français télévisuels et radiophoniques les plus courants et les plus banals comme TF1 au BFM voire FR2. Les médias français les plus basics ou “bateaux” ont oublié notre Histoire qu’ils s’emploient à galvauder à longueur de temps, quand leur prend une crise de mensonges. Grâce à Dieu, je complote à mon niveau pour faire éclater la Vérité historique. Et je laisse les hommes des bateaux à leur mensonges éculés qui les conduisent à une impasse.

    Répondre
  • Grandga

    31 August 2020

    Pour faire court :

    Certains veulent nous mener en bateau, pendant que d’autres refusent d’embarquer…

    Répondre
  • OLIVIER PICHON

    31 August 2020

    Vraiment excellent :la somme de ce qui nous tombe dessus et le moyen d’y faire face.Petite remarque d’expression :ressortent de la foi ou plutôt ressortissent de la foi?

    Répondre
  • gérard mercadier

    31 August 2020

    Tant que les hommes des arbres resteront à l’ombre de leur arbre,les hommes des bateaux poursuivront leur néfaste politique.
    Pour les USA je souhaite que Trump l’emporte avec suffisamment de voix poursuivre et asseoir sa politique.

    Répondre
  • Stéphane C

    31 August 2020

    Rappels d’autres grands penseurs :

    Malraux : “Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas” ; la gauche et tous les autres écolos-bobos-gauchos sont profondément religieux : c’est inné chez eux et ils attendent tous le “sauveur”…traduction comme dirait notre grand Charles : tous aux abris !

    Churchill : “Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes” et pour finir encore Malraux : ” Les fascistes, au fond, croient toujours à la race ( le méchant blanc aujourd’hui…)de celui qui commande”

    Répondre
  • Michel Asso

    31 August 2020

    Cher Charles Gave,
    Je m’en vais, illico, commander ce livre.
    Pour ma part, en complément de lecture, je vous conseille, mais je pense que vous ou votre fille, l’avez déjà, l’excellent livre de Roger Scruton : “L’Erreur et l’Orgueil, Penseurs de la Gauche Moderne”, dont le titre anglais : “Fools, Frauds and Firebrands: Thinkers of the New Left”, me semble plus percutant !
    Bien à vous pour cette rentrée qui annonce, décidément, des temps passionnants.

    Répondre
  • Béret vert

    31 August 2020

    Werner Herzog (cinéaste) dans la revue Society:
    Question:
    “C’est le discours de Donald Trump qui est en faveur des oubliés, mais pas sa politique concrète, si ?”
    W.H:
    “On ne devrait pas sous-estimer cet homme alors qu’il est le premier président à évoquer le non-sens total des guerres menées par l’Amérique, à commencer par le Vietnam ou l’Irak. Pareil lorsqu’il dit qu’il ne croit pas les médias ou ses services secrets. ce sont des observations légitimes, intelligentes: la guerre en Irak a été en partie déclenchée à la suite d’estimations délivrées par les services. Et en matière politique, je ne fais plus confiance non plus aux médias traditionnels, la plupart de ce qu’on y voit est formaté, envahi par une espèce de dénominateur commun dans la façon de voir le monde. Or si vous plongez dans la production médiatique au moment où la première Guerre mondiale a éclate, vous verrez une véritable extase à l’idée de partir en guerre, de tous les côtés: les Allemands, les Français, les Britanniques, les Serbes… tout le monde était pris dans ce délire d’opinion.
    C’est ce que je veux dire quand je prétends ne pas faire confiance aux médias: je préfère faire confiance à mon esprit critique.”

    Répondre
  • JO

    31 August 2020

    Un article excellent. Mais concernant la guerre civile, je pense qu’elle a déjà commencé. C’ets juste que notre cmap ne le sait pas.

    Répondre
    • Franz

      1 September 2020

      Détrompez-vous, nombre de gens le savent parfaitement même s’ils n’en parlent pas 😉

    • Robert

      1 September 2020

      Nous allons vers de graves troubles sociaux, de nature communautariste en particulier. Nos petits-enfants nous en voudront pour notre lâcheté actuelle… si ils ont encore quelque capacité de réflexion et de lucidité…

    • Thibs

      2 September 2020

      Ils sont libres. Ils ont la possibilité d’avoir des armes et de se défendre. C’est pour ça que certains veulent les désarmer. Ils le savent.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!