15 July, 2012

Le Président qui dit non à Peugeot sans rien proposer

Quand un grand  groupe industriel est en difficulté, il est important d’éviter de jeter de l’huile sur le feu de façon inutile et de sombrer dans la caricature. C’est bien ce qu’a fait François Hollande Président de la République au cours de son interview du 14 juillet  : “C’est trop facile de dire que c’est la faute du coût du travail, il y a eu des choix stratégiques qui n’ont pas été bons (…) il y a aussi des comportements d’actionnaires qui se sont distribué des dividendes”, a-t-il ajouté.

Les choix stratégiques  de la famille Peugeot sont très bien documentés. Elle a choisi de produire très majoritairement ses voitures en France et de délocaliser très peu sa production. Ce n’est pas ce qu’a fait Renault (avec Nissan, Dacia etc…) qui a pourtant l’état français pour actionnaire.  D’ailleurs Renault comme d’autres constructeurs européens (Fiat, Opel notamment) perdent de l’argent sur les voitures fabriquées en Europe. Quant aux dividendes, il suffit de consulter les rapports annuels de la société pour constater que les rémunérations des dirigeants, par rapport à d’autres groupes,  ont toujours été raisonnables.

Plusieurs ministres du gouvernement ont également contribué à envenimer la situation.

Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif a, pour vérifier l’analyse de la famille Peugeot, nommé un expert, Emmanuel Sartorius, haut fonctionnaire spécialiste des problèmes de défense et de sécurité, mais pas de l’automobile. Il  doit examiner la situation financière du groupe et déterminer si les mesures annoncées “sont nécessaires et proportionnées aux difficultés alléguées”. Il aurait pu gagner beaucoup de temps en lisant les analyses rédigées par les nombreux analystes financiers qui souvent le secteur automobile depuis des années. C’est notamment le cas de celles de Gaëtan Toulemonde analyste à la Deutsche Bank.        

 Michel Sapin Ministredu travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social s’est également exprimé :“Nous allons agir très vite sur les licenciements boursiers qui ont pour seul motif d’augmenter encore un peu plus les dividendes versés à l’actionnaire”.  C’est Ségolène Royal qui a inventé le concept de « licenciements boursiers ».  Cela correspond à la volonté de revivre des temps révolus où les entreprises n’étaient libres, ni de fixer les prix, ni de décider du montant des salaires, ni de régler les problèmes de sureffectifs, lorsque les clients viennent à manquer. François Hollande a d’ailleurs déclaré que « les salariés devaient avoir un rôle au sein des conseils d’administration sur les questions touchant aux licenciements » ce qui ranime les souvenirs de la cogestion.                                                 Marisol Touraine Ministre des affaires Sociales  a de son côté expliqué  que “Peugeot a perçu 4 milliards d’euros d’aides de l’Etat au cours des années passées”. “C’est de l’argent qui a été versé sans contrepartie, ce qui n’est pas acceptable”.  L’Etat avait accordé en 2009 un prêt bonifié à Renault et PSA. Les deux constructeurs avaient alors emprunté chacun 3 milliards d’euros, en contrepartie notamment d’engagements sur la non-fermeture d’usines en France. Des prêts que les deux groupes ont remboursé en 2011, par anticipation, ce qu’elle ne dit pas publiquement.

Pourtant le Président de la République, le Premier Ministre et ses ministres auraient pu constater sans se donner beaucoup de mal que les véritables causes des difficultés du groupe Peugeot sont celles de l’industrie française :

 Le Coût du travail est beaucoup trop élevé en France

Le coût du travail horaire  a connu en Allemagne, entre 2001 et 2011, la plus faible progression de toute l’Europe (+19,4%), alors que celui de la France a bondi de 39,2% sur la même période. Un employeur qui souhaite verser 1€ de salaire net à un employé doit payer 2,30€. En France pour un salaire complet de 48 500€ charges patronales comprises, qui donne droit à un salaire brut mensuel de 2700€ par mois, l’état au sens large encaisse plus de 27000€ alors que le salarié ne conserve pour vivre que 21 164€.   Les charges patronales qui pèsent sur l’employeur ont évolué entre 2004 et 2008 pour la France de 37% à 46%, pour l’Allemagne de 20% à 16,5%, calcul effectué par Vallourec et publié dans le Nouvel Observateur du 20/05/2010.                                                                                                

 Les trente cinq heures ont été un poison pour l’économie française

Dominique Strauss- Kahn avait inventé les 35 heures et Martine Aubry avait été chargée d’inoculer ce poison dans l’économie française. Cette loi dogmatique qui devait créer 700 000 emplois  en a en fait détruit selon les calculs de l’OCDE. Les comptes publics révèlent que le coût des 35 heures a été de 66 Md€ entièrement payés avec de l’argent que l’état n’avait pas. François Fillon prenant acte de cette aberration a transformé la subvention à fonds perdus en allègements de charges à hauteur de 10 Md€ par an. Ce qui a entrainé en euros constants une dépense de 102 Md€ depuis 2004 !

Les marges des entreprises sont trop faibles

 Les entreprises françaises sont pénalisées par les charges. Le taux de prélèvement obligatoire sur les entreprises est le plus élevé d’Europe, supérieur de 5 points au taux moyen européen et de 8 points aux taux allemands si l’on prend en compte l’impôt sur les sociétés, les cotisations sociales ou les taxes diverses.

 Les syndicats français ne représentent pratiquement que les emplois protégés

 Les syndicats représentent 8% de syndiqués en France.  Les syndicats n’ont pas su évoluer avec la société depuis 1945. Pourtant les syndicats touchent 4Md€ par an sous la forme de  subventions à gogo, de permanents par milliers,  de gabegie comme le montre le rapport parlementaire  de Nicolas Perruchot (député du Nouveau Centre). Les cotisations ne représentent que 3 à 4% des budgets syndicaux contre une moyenne de 80% en Europe !

 Le droit du travail français est beaucoup trop rigide

 La France est à la fois le pays où la protection de l’emploi est la plus forte, ce qui se traduit par une forte rigidité pour les entrepreneurs, mais aussi celui où le sentiment d’insécurité des salariés est le plus élevé. Tout cela est lié au fait que notre droit du travail a été centré sur la protection des emplois et non sur celle des salariés. Les réformes Hartz,  qui est l’ancien Directeur des Relations Humaines de Volkswagen a été à l’origine des réformes du marché du travail qui ont eu lieu en Allemagne, entre  2003  et 2005, sous le mandat du Chancelier Gerhard Schröder (SPD). Elles ont pour but de renforcer la lutte contre le chômage volontaire et d’améliorer le retour en activité des bénéficiaires d’allocations. Ces réformes controversées, officiellement, ont  adapté le droit (du travail, fiscal) allemand à la nouvelle donne économique dans le secteur des services. Elles ont été mises en place progressivement, sous la forme de quatre lois, mais la plus importante et la plus impopulaire est la loi Hartz IV. Le gouvernement français aurait probablement mieux fait de consulter Peter Hartz qu’Emmanuel Sartorius…

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!