31 October, 2021

Le PIB (Produit Intérieur Brut), un concept non seulement faux, mais aussi extraordinairement dangereux.

 

Je suis affligé d’une énorme mémoire et du coup, je me souviens de tout, ce qui est une malédiction.

Par exemple, pendant les années Sarkozy, nous avons eu la grande crise financière en 2008-2009 (voir mon livre « Libéral mais non coupable » pour une explication de cette crise) et monsieur Sarkozy, à cette époque avait expliqué que de tous les pays, la France était celui qui avait eu la baisse la plus faible de son PIB, et donc qu’il avait fait un superbe travail de protection des français.

Et à ce jour, c’est ce que pense encore nombre de nos concitoyens, alors même que la qualité de la protection rappelle celle qu’il avait offert aux Libyens en suivant les conseils de BHL, notre irremplaçable Trissotin national.

Ce qui m’amène à expliquer comment le PIB, cette vache sacrée du monde moderne, est calculé.

Dans nos pays, à l’heure actuelle, il existe deux sortes de biens et services mis à la disposition des Français :

  1. Ceux pour lesquels existe une liberté de choix et donc une concurrence fondée sur la qualité du produit et sur son prix. Citons en exemple les voitures, les voyages à l’étranger, les restaurants, les bars et les hôtels, les commerces etc…Chacune des transactions dans ces biens et services est volontaire et donne lieu à un échange d’argent entre le vendeur et l’acheteur et cet échange est lui aussi volontaire et en principe, au moment de l’échange, chacune de deux parties est contente. Dans cette économie, la main invisible d’Adam Smith règle le système.
  2. Ceux pour lesquels il n’existe aucune concurrence, et qui sont en fait des monopoles étatiques. En principe, dans ces secteurs, il n’y a donc pas de prix libre. Les plus connus sont la Police, la Justice, l’Armée (défense nationale) et la Diplomatie. Ces services sont en général payés par les impôts (Ils en sont la justification). Et là, le secteur privé n’a pas le droit d’aller. En fait, depuis des lustres, l’État a pris sur lui d’offrir aux citoyens des produits et services du style santé, éducation, aides diverses et variées (transferts sociaux), retraites, transports publics etc… et la caractéristique des transactions qui y ont lieu est qu’il n’y a ni prix de marché ni concurrence dans ces secteurs. Dans cette économie, ce qui l’emporte toujours c’est le grand coup de pied dans le derrière de Joseph Staline. Essayez simplement de travailler en France et de ne pas vous inscrire à la Sécurité Sociale, pour souscrire à une assurance privée et vous comprendrez ce que je veux dire.

Nous avons donc deux catégories de produits et services offerts aux citoyens.

Ceux qui fonctionnent dans un marché, dans lequel existe la concurrence et donc qui génèrent des profits ou des pertes et ceux qui bénéficient d’un monopole et qui sont payés par nos impôts ou par des contributions sociales volontaires et obligatoires, (je ne blague pas, j’en paye …) et où il y a rarement des profits (les syndicats y veillent), et donc presque toujours des pertes (SNCF, hôpitaux, écoles, culture etc…).

Retournons à notre PIB.

Théoriquement de quoi s’agit-il ?

Le PIB est la somme des valeurs ajoutées produite dans une économie.

Revenons à nos deux secteurs.

  • Si une entreprise du secteur privé « consomme » 100 de matières premières, 100 de travail et 100 de divers (amortissement du capital, loyer, frais financiers etc…) et si elle vend ce qu’elle a produit 330, sa valeur ajoutée sera de 30, et ces trente entreront dans le calcul du PIB. Pour le secteur privé dans l’économie, calculer la valeur ajoutée est donc un jeu d’enfant. Il suffit de consolider toutes les valeurs ajoutées produites par le secteur privé, en soustrayant les pertes des entreprises qui sont en déficit, et voilà, nous avons la valeur ajoutée produite par le secteur privé en France.
  • Pour le secteur public, calculer la valeur ajoutée est quasiment impossible (comment calculer la valeur ajoutée créée par un professeur, un docteur ou un employé municipal ?) puisque les transactions n’y sont pas volontaires, qu’il n’y a pas de prix de marché et que les activités déficitaires voient leurs trous comblés par l’état. Et donc, la valeur ajoutée du secteur public sera calculée comme égale à la somme des salaires payés par le secteur non concurrentiel.

La conclusion est assez simple : Partout dans le monde, on calcule la richesse produite dans le pays en ajoutant les résultats de la main invisible d’Adam Smith et du coup de pied dans le derrière de Joseph Staline.

Ce qui ne peut-être que complétement idiot.

Mais voilà qui n’a pas empêché les politiques de saisir une telle opportunité…

En termes simples, pour faire monter le PIB il suffit en effet d’embaucher quelques milliers de fonctionnaires de plus et le tour est joué.

Décréter que les fonctionnaires créent une valeur ajoutée égale à leur salaire permet en effet de faire monter la mesure de la richesse mesurée, mais qui n’a rien à voir avec la richesse réellement créée puisque la contrepartie de cette soi-disant création est une dette qu’il faudra rembourser un jour, mais ils auront pris leurs retraites depuis longtemps et après eux, le déluge….

Et c’est ce qu’ont fait tous nos hommes politiques depuis Mitterrand, avec beaucoup de constance et qu’il s’agisse de politiciens de droite ou de gauche, le résultat a toujours été le même : dépenser de l’argent qu’ils n’avaient pas pour subventionner des dépenses qui ne rapporteraient jamais rien, mais qui leur permettraient de gagner la prochaine élection.

Ce qui m’amène à la question suivante : comment mesurer la vraie richesse créée. On ne peut pas la calculer, mais on peut essayer de comprendre si elle monte ou si elle baisse.

 

 

La ligne noire représente le ratio entre les PIB de la France et de l’Allemagne tels que calculés officiellement selon la méthodologie mentionnée plus haut.

Comme chacun peut le voir, le rapport entre les deux pays est passé de 100 en 1994 à 100.4, c’est-à-dire que nous avons eu une quasistabilité du rapport des PIB entre les deux pays.

Circulez, il n’y a rien à voir nous disent donc les hommes politiques français.

Hélas, arrive la ligne rouge qui infirme ce constat.

Il s’agit du rapport entre les productions industrielles des deux pays.

Et là, dans le domaine de la production industrielle, il n’y a pour ainsi dire que des intervenants du secteur privé (grâce sans doute à la commission européenne, pour une fois…) et ce ratio raconte une autre histoire, celle de l’effondrement de la production industrielle (et donc sans doute du secteur privé) de la France par rapport à l’Allemagne et par rapport à tous les autres pays du monde.

Et pour masquer la baisse, les politiques empruntent à tour de bras.

Et donc les deux signes de l’effondrement du secteur privé sont toujours les mêmes : une production industrielle qui s’effondre par rapport aux pays voisins et une explosion de la dette étatique. C’est ce deuxième point que le graphique suivant illustre.

 

 

Conclusion : Le peuple français va bientôt voter et ce vote sera le plus important depuis 1945.

Il faut que le peuple français mette sous tutelle financière l’état français comme on le fait pour les prodigues dans les bonnes familles. Ce dont notre pays a besoin, c’est d’interdire à la classe politico-administrative qui nous ruine depuis quarante ans d’emprunter en notre nom, jusqu’à la ruine finale, comme en Argentine ou au Venezuela.

Et pour cela, il faudra sans doute un référendum constitutionnel pour interdire à l’état français d’avoir un déficit budgétaire.  Mais il faudra aussi interdire aux hauts fonctionnaires de faire de la politique, sauf à donner leur démission de la fonction publique pour toujours, en cas de candidature.

Et c’est pour cela que nous aurons besoin du référendum d’initiative populaire, car, après tout, les dindes votent rarement pour Noel et les brigands qui nous gouvernent pour se faire retirer les outils qui leur permettent de nous voler sans vergogne depuis 1981.

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

51 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Thierry

    12 November 2021

    Bonjour,

    N’a pas été publié je réessaye de poster !!!

    J’ai lu avec beaucoup d’attention vos 4 derniers articles dans la foulée.
    Celui sur la banque nationale Suisse est édifiant, merci pour l’analyse.
    Quand à celui-ci sur le PIB, lorsque vous ecrivez que vous payez les contributions sociales, sachez que certains de vos lecteurs en payent également et dans ce cas précis j’apporte une précision importante en affirmant que l’on ait doublement imposé en France VOIRE TRIPLEMENT IMPOSÉ dans ce domaine mais même dans d’autres.
    Normalement c’est interdit mais sauf en France. Oui en France c’est autorisé c’est une exception mondiale.
    Je suis surpris qu aucun FISCALISTE n’ose en parlé !!!
    Pour ne prendre donc QUE CET EXEMPLE…..SUR LES CONTRIBUTION SOCIALES À PAYER SUR LA PROTECTION SOCIALE….EN FRANCE NOUS AVONS LES PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX + LA CSG + la CSM dans le cas où vous n’exerceriez pas d’activité professionnelle.
    En gros cela veut dire qu en France et malgré les déficits publics dû à l’augmentation continue de la hausse des dépenses en matière de protection sociale et malgré toutes les FRAUDES DÉNONCÉ PAR CHARLES PRAT VOUS SUBISSEZ EN FRANCE UNE TRIPLE IMPOSITION.
    De telles aberrations, injustices, vol en matière fiscale au profit de tous les gens que vous avez cité y compris LES FRAUDEURS que dénoncent Charles Prat de son côté, n’ont jamais été mentionné par personne en France.
    Il nous faudrait donc un HONNÊTE FISCALISTE qui fasse le même travail QUE VOUS ou bien que CHARLES PRAT !!!

    Répondre
  • Alain Oriol

    6 November 2021

    Article d’une grande clarté. Excellente initiation à l’économie pratique pour le commun des mortels que je suis. Dommage que ceux qui nous gouvernent oublient, pour le malheur des Français, ce qu’ils ont appris à l’école et à l’université!
    Pour une meilleure compréhension, je retirerais du titre du second graphique la partie “ratio des productions industrielles…” qui n’est pas représentée.

    Répondre
  • Dominique

    4 November 2021

    Charles Gave, je viens trouver un groupe de libéraux qui propose le RIP !
    .
    Jacques Garello ( i ) a réuni une vingtaine de libéraux, essentiellement des économistes, et ils ont rédigé des PROPOSITIONS de RÉFORMES, pour LIBÉRER les Français.
    Parmi les propositions figure le RÉFÉRENDUM D’INITIATIVE POPULAIRE :
    https://reformerpourliberer.org/
    .
    Il reste à faire lire ce projet par les Français et les convaincre que notre système jacobin est désastreux, pour que les politiciens soient contraints d’évoluer … Ce ne sera pas simple.
    Cette tâche énorme s’inscrit dans la durée, et elle nécessiterait à mon avis que les libéraux puissent s’exprimer.
    L’avant-propos de ce projet – qui risque hélas de connaître une diffusion confidentielle – pourrait constituer la profession de foi d’un mouvement d’influence comme le Tea Party américain ( qui n’est pas un parti politique ) :
    https://reformerpourliberer.org/articles/reformer-pour-liberer
    .
    i ) J. Garello défend les libertés économiques et sociales depuis 40 années. Il a notamment créé l’ALEPS ( Association pour les libertés et le progrès social ), conseillé A. Madelin en son temps. Il publie actuellement une chronique mensuelle dans un journal internet libéral.

    Répondre
  • Luc

    4 November 2021

    Bon article mais ecrit par un financier et economiste et qui oublie l’aspect politique, comme trop souvent sur ce site
    Une majorité des francais, cad retraités , assistés, fonctionnaires depend des largesses de l’etat pour remplir sa gamelle et ne souhaite que rien ne change. Comme le disait si bien Francois Hollande : “c’est pas grave c’est l’etat qui paye”
    1/3 du “PIB” francais part en aides sociales et il me semble que l’etat francais emprunte pour financer la secu, ce qui ne me semble pas tres judicieux a la base en terme economique et financier. On a deversé des milliards sur les banlieues pour acheter des voix et la paix sociale.
    Les infrastructures francaises sont vetustes, je penses aux centrales EDF, une cinquantaine au moins en fin de vie par exemple. Bien sur la solution est toute trouvée par les dirigeants, des centrales nuclaires miniatures au thorium (dans le jardin de tout francais ??)

    Répondre
    • YB

      4 November 2021

      Ce que vous dites est vrai, MAIS ″l’aspect politique″ est rattrapé tôt ou tard par la réalité économique, tout est question de temps. Peu a peu on se rapproche du ″END OF GAME″ et l’apparition dans le spectre politique d’une personne comme Mr. Zemmour qui est suivi par de nombreux français en est l’exemple concret.

  • breizh

    4 November 2021

    et on comprend donc que les indicateurs du style déficit budgétaire ou endettement exprimés en pourcentage du PIB (pour paraitre faibles) sont faux !

    Répondre
  • nikoopol

    3 November 2021

    +1 pour que vous fassiez une vidéo, ça mérite au moins 30 minutes.

    Le deuxiéme graphique m’a sauté aux yeux et rappelé le basculement discret de 2005-2006. Vous devriez vous rapprocher de Jancovici, à cette date “la production de pétrole classique a commencé à plafonné”.
    il est étrange que la France soit “plus”touchée par ce phénomène; la structure de notre capital est elle trop liée aux bénéfices dans les hydrocarbures ? la structuration de la logistique (camions)? je ne sais pas !
    Comment à ce moment là on en arrive à cet effondrement Français ? explosion de la dette mais pas que, déséquilibre de tous les indicateurs macros.

    Cela rappelle le basculement du Charbon vers Pétrole+nucléaire au Royaume Uni.

    L’idéal serait de faire payer aux Allemands la dette française sic !
    +1 avec vous RIP+interdiction de mandat électif pour Hauts fonctionaires…

    Finalement notre meilleur allié a été les prix chinois, qui ont laissé à croire aux français que leur pouvoir d’achat était maintenu, alors que nous sommes moins industrialisé que l’Italie…

    Rappelons tout de même que l’industrie allemande c’est aussi une accumulation de devise étrangéres (avec le léger débat sur les stocks d’or) et la sous traitance à tout va notamment en Pologne.

    Finissons par le sport national, est ce raisonnable d’en en arriver à parler de la présidentielle qui part en Eau de Boudin ?

    Répondre
  • Frederic Bastia

    3 November 2021

    Bonjour, excellent article. La première chose à transformer est le système éducatif : renverser le système bonapartiste des Grandes Ecoles que “le monde entier nous envie mais que personne ne copie” au profit du retour au système universitaire pré-1789 avec évidemment une sélection à l’entrée et au cours de parcours, développement des formes alternatives d’apprentissage comme dans le monde germanique (Allemagne-Suisse) pour en refaire un vrai parcours d’excellence et d’épanouissement. Je doute cependant que le Z et son “éminence grise” la désormais célèbre Sarah Knafoh soient capables de mener cette transformation non spectaculaire mais vitale pour le redressement productif et moral du pays.

    Répondre
  • Dominique

    2 November 2021

    Au lieu de publier de véritables indicateurs économiques, les trop nombreux organismes d’Etat ( l’INSEE, le Trésor, la Banque de France etc. et jusqu’à l’URSSAF ) nous submergent d’innombrables études indigestes.
    La plupart concernent non pas des chiffres très récents ( comme aux EUA qui ont une vingtaine d’indices ), mais des chiffres remontant à plus de 2 ans. En 2021 ils publient leurs notes sur … 2019. Ils faut oser !
    https://www.economie.gouv.fr/cedef/conjoncture-economique

    Répondre
  • Entrepreneur

    2 November 2021

    Très bel article, comme d’habitude. Une petite erreur néanmoins dans le calcul de la VA d’une société privée. Il faut lire 130 et non 30. Le coût du travail fait évidemment partie de la valeur ajoutée.

    Répondre
    • Garofula

      2 November 2021

      Il faut toutefois retirer la part collectivisée par l’Etat, environ 50% des salaires, puisque cette valeur n’est pas “ajoutée” mais stérilisée. Si l’Etat prélevait 100% des salaires et des profits, il n’y aurait aucune VA réelle, aucun PIB, à l’instar des régimes communistes qui se sont condamnés de ce fait à leur propre chute, incapables de créer des richesses mais détruisant leur capital pour survivre. La ruine de la Russie après 1990 en témoigne.

      Seul l’échange volontaire crée des richesses nouvelles, tandis que l’échange contraint (prélèvement obligatoire) ne crée aucune richesse, se contentant de déplacer une richesse déjà créée par ailleurs.

  • Question d'un élève – Business model des ports de conteners aux USA?

    2 November 2021

    Cher professeur Gave,
    .
    Connaîtriez-vous le business model de la logistique aux USA?
    .
    Ce témoignage d’un camionneur américain est intéressant:
    .
    https://www.zerohedge.com/markets/ive-been-driving-trucks-20-years-ill-tell-you-why-americas-shipping-crisis-will-not-end
    .
    Mais il ne décrit pas le business model de chaque agent (ports, entrepôts, remorques, chauffeurs, location des conteneurs), hormis celui de chauffeur. À le lire, la situation semble ubuesque au point de se demander comment Amazon reçoit quoique ce soit de Chine dans les temps.
    .
    Le nœud critique me semble les ports qui sont une infrastructure, et donc un monopole. Cela sens le capitalisme de connivence et la corruption à plein nez (mais ce serait le libéralisme qui, une fois encore, serait intrinsèquement pervers et il faudrait installer des goulags pour résoudre le problème…).
    .
    Amazon peut avoir ses propres entrepôts, ses propres remorques, ses propres conteneurs, et ses propres chauffeurs si nécessaires. Mais son propre port de conteneurs?
    .
    Et le problème des toilettes pour les chauffeurs dans les ports me paraît ahurissant. Quel est le business model de ces ports?
    .
    Il est aussi intéressant de noter que les chauffeurs restent divisés et ne s’organisent pas.

    Répondre
  • olivier cane

    2 November 2021

    Pourquoi ne pas faire comme au Bouthan, et se baser sur ‘lindice du bonheur national brut, qui mesure le bien être de la population? Bien que raillé et décrié par l’occident, ce n’est pas forcément idiot.

    Répondre
  • Karl Descombes

    2 November 2021

    C’est déjà trop tard à mon avis
    Vu les montants de dettes, ils ne sont plus remboursables.

    La question est plus par quel moyen le plus indolore possible effacer la dette.
    Pas la restructurerpour les générations à venir.
    L’effacer.
    Et donc léser (sur le papier) des prêteurs qui n’ont déjà plus rien pratiquement.
    Cela passera par un reset monétaire.

    Aucun candidat ne peut l’annoncer publiquement avant les élections.
    Incompréhensible et affolant pour les votants.
    Impossible de se faire élire sur cette base.

    Répondre
    • Luc

      6 November 2021

      Les detenteurs de dette etatique sont entre autres les assurances vie, complement de retraites
      Les grandes banques francaises detiennent aussi le plus de dette italienne, plus que les banques allemandes. .Et en general quand els banques sont renflouées, c’est avec l’argent public.
      Concernant la restructuration, certains pays européens s’endettent deja a 100 ans (SIC) c’est de la restructuration de dette dans les faits, allongement enorme de maturité

      Je crois effectivement que maintenant ils vont jouer la carte monetaire, eroder la dette par l’inflation tout en sachant que ca va provoquer des troubles sociaux importants, et on met en place des lois liberticides pour controler la future contestation.

  • Dominique

    1 November 2021

    Charles Gave, à propos de votre projet pour établir en France le référendum d’initiative populaire, voici un ensemble de 5 articles qui sont à mon avis susceptibles de vous intéresser.
    Ils furent écrits par l’économiste Jacques Garello et ils sont toujours publiés dans le site Libres.org.
    Libres comme LIBertés et RESponsabilités.
    .
    https://www.libres.org/more-about-joomla/64-referendum-dinitiative-populaire.html
    .
    En 4 articles fort intéressants, dont le dernier consacrés à des pays pratiquant le RIP.
    J. Garello nous apprend que Ronald Reagan fut élu président des EUA dans la foulée d’une série de RIP dans plusieurs états visant à bloquer les progressions des dépenses administratives. Exactement le sujet du RIP que vous proposez ici !
    Pour les EUA c’était alors une époque bénie.

    Pour la Suisse, il conclut : ” si les Suisses vivent ainsi leur démocratie, c’est qu’ils sont très attachés à rappeler à tout propos que ce sont les électeurs, et non pas les gouvernants, qui détiennent le pouvoir. Ainsi ont-ils pu traverser la crise sans trop de dégâts, parce que les électeurs ont décidé, dès 2000, « le frein à l’endettement » : les budgets doivent être votés en équilibre. Les Suisses n’ont pas une « dette souveraine », ils ont un « peuple souverain ».
    .
    La France n’est hélas pas la Suisse et vous allez devoir ” ramer ” fort : -) Un miracle permettra peut-être que le raz le bol des Français les mènent enfin à exiger que le RIP soit appliqué en France, et d’une façon générale la démocratie directe. Ce serait un quasi miracle, à mon avis, puisque cela supposerait que le démon révolutionnaire ne s’empare plus des débats … Il n’est pas interdit d’espérer, alors à nouveau bravo et bon courage dans votre démarche.

    Répondre
  • Nanker

    1 November 2021

    “La petite histoire classique qui montre l’inanité du concept :
    – je suis célibataire, j’emploie une femme de ménage que je paie : son salaire est pris en compte dans le PIB
    – je l’épouse : plus de salaire, le PIB baisse mais mon ménage est toujours fait”

    Variation macabre : 2 charters entrent en collision sur le tarmac de Roissy et prennent feu… 500 morts. Ambulances, cercueils, obsèques, fleurs, pierres tombales, kleenex.. le PIB monte d’un coup! Hé oui!
    Même un keynésien aussi obtus que Bernard Maris avait saisi l’inanité du concept.

    Répondre
  • Nanker

    1 November 2021

    “Il faut que le peuple français mette sous tutelle financière l’état français comme on le fait pour les prodigues dans les bonnes familles. Ce dont notre pays a besoin, c’est d’interdire à la classe politico-administrative qui nous ruine depuis quarante ans d’emprunter en notre nom, jusqu’à la ruine finale, comme en Argentine ou au Venezuela”.

    D’accord d’accord, mais la psychologie humaine et cette lâcheté typiquement française qui fait notre “charme” me font dire que les veaux-tants choisiront TOUJOURS le candidat du statu quo (même s’il mène “in fine” à l’abîme) , plutôt que celui qui promet du sang et des larmes pour maintenant.
    Une variation électorale du “encore une minute monsieur le bourreau” de Mme du Barry.
    Donc… logiquement… Macron devrait être reconduit l’année prochaine (soyez sûrs que mon petit coeur saigne en écrivant cela…)

    Répondre
    • nikoopol

      3 November 2021

      Pourtant les mouvements des astres montrent qu’aprés deux lunes consensuelles le/la prochain président sera nécessairement clivant !

  • herrmann vincent

    1 November 2021

    La marge nette ou toute notion économique se base sur des calculs basés sur des valeurs.
    Comment est calculé le PIB ? Est ce compliqué à définir ? Est ce le résultat net ? Ou est ce peut etre une définition propre à chaque économiste ?

    Répondre
  • Remy

    1 November 2021

    Monsieur Gave,
    Trois remarques sur votre article :
    1. Le PIB est le produit de son temps : soit la grande dépression des années 30 et la seconde guerre mondiale. La première statistique du PIB américaine date de 1942 à une époque où la mesure de l’effort de guerre par l’Etat était indispensable. De forts débats ont eu lieu à l’époque aux USA sur l’inclusion des dépenses gouvernementales dans le calcul du PIB. Voir à ce sujet l’ouvrage de Diane Coyle « GDP: A Brief but Affectionate History ».

    2. Dans votre exemple de définition du PIB, vous confondez profit et valeur ajoutée. Les salaires et les intérêts d’emprunt sont inclus dans la valeur ajoutée. À juste titre car l’objet de la valeur ajoutée (et le mot « ajoutée » a un sens) est de mesurer l’accroissement de valeur apporté par les capitalistes et les salariés à une matière première ou un produit intermédiaire. Le calcul que vous retenez dans votre exemple (uniquement le profit) est réducteur et ne correspond pas à la définition retenue du PIB (somme des valeurs ajoutées). Votre calcul ne permettra de cadrer avec les deux autres définitions du PIB que sont l’approche par les revenus et l’approche par la dépense.

    3. Vous n’intégrez pas les critiques des économistes autrichiens sur la notion de PIB. Cela est dommage pour un libéral.

    Principalement : le PIB tel qu’il est calculé est un agrégat net (et non brut contrairement à son nom) qui exclut de sa valeur tous les biens intermédiaires de production. Seules les dépenses d’investissement finales sont prises en compte. En cela, les niveaux d’investissements fait par les capitalistes dans les différents stades productifs sont minorés. La consommation apparait donc comme la composante la plus importante dans le PIB. Le rôle fondamental des capitalistes y est nié.
    Mark Skousen dans son livre The Structure of Production propose un nouvel indicateur : Production nationale brute (gross national output) qui inclut les dépenses intermédiaires des capitalistes. La consommation représente 34 % de l’indicateur (vs. 66 % dans le PIB) et l’investissement devient le facteur le plus important de l’économie.
    Vous pouvez vous référer à
    M. Rothbard : Man Economy and State, 3e édition, pages 401 et suivantes.
    G. Reisman : Capitalism, (le chapitre 15)
    J. Huerta de Soto : Money Bank Credit and Economic Cycles, p. 305 et suivantes (Criticism of the measures used in national income accounting).

    Cordialement,

    Répondre
    • Xavier Denoel

      1 November 2021

      Je ne suis pas économiste et je n’arrive pas à vous comprendre. Pouvez-vous donner des chiffres concrets qui comparent les niveaux de PIB de la France et de l’Allemagne sur base de vos critères ?

    • idlibertes

      1 November 2021

      Mais enfin, justement, il vient de vous expliquer que les mesures du PIB étaient idiotes et cela n’a RIEN à voir avec des chiffres, c’était expliqué en français. N’hésitez pas à relire.

      On ne va pas vous donner des chiffres idiots pour comparer, de fait! c’est à l’envers du propos établi.

    • Remy

      1 November 2021

      Comme l’indique Ch Gave dans son article, la production industrielle allemande étant plus forte que celle de la France, une mesure de la Production nationale brute telle que développée par Skousen serait bien plus élevée outre-Rhin que chez nous.
      Pour des exemples chiffrés je vous renvoie au livre de Skousen
      https://www.amazon.com/Structure-Production-Mark-Skousen/dp/0814740502

    • Dominique

      1 November 2021

      Rémy,
      Vous trollez l’excellent article de Charles Gave avec vos définitions erronnées du PIB et un nuage de fumées pour nous embrouiller.
      .
      La démonstration de CG va à l’essentiel : cet indicateur est une fumisterie de plus pour tromper le peuple. Comme d’autres indicateurs d’ailleurs, ( chômage, inflation, etc. )
      .
      Et surtout, l’essentiel de l’article est dans les deux derniers graphiques, qui tuent comme on dit.
      La Production Industrielle est bien un critère du véritable niveau de production dans notre pays, et donc de notre richesse ou notre misère. Il permet la comparaison avec notamment l’Allemagne et démontre le mensonge du PIB.
      .
      Pour ma part je suis épaté par ces deux graphiques et je prie Charles Gave, s’il le veut bien, de nous donner régulièrement des nouvelles des chiffres des productions industrielles française et allemande. Et pas que., tant nous aurions tant de quelques véritables indicateurs économiques et financiers, à la fois simples et vrais comme la production industrielle.

  • michel hasbrouck

    1 November 2021

    Si je devais recommencer à voter je donnerais ma voix à un candidat qui promet le référendum avec application impérative

    Répondre
    • Charles HEYD

      1 November 2021

      Si l’application de la résolution adoptée par le referendum n’est pas impérative, autant ne pas en faire (des référendums)!

  • JML

    1 November 2021

    Bonjour Mr Gave.
    Merci de ce nouvel article si précieux. le copier coller secondaire…
    Bonne journée.

    Répondre
  • Jacques Peter

    1 November 2021

    Oui, interdire un budget déficitaire est une mesure simple bien adaptée à un référendum.

    Répondre
    • Charles HEYD

      1 November 2021

      Oui, cela est une mesure simple à adopter avec un référendum mais il y a en a beaucoup plus, la peine de mort, le droit français primant sur le droit de la CDJE, et j’en passe et des meilleurs!

  • pythagore

    1 November 2021

    effectivement le probleme n’est pas l’ENA mais la possibilité donné aux hauts fonctionnaires de faire des allers retours comme MOSCOVICI entre des fonctions politiques et la fonction publique… il suffirait de les obliger a faire leur choix entre les 2 …
    si on comprend que l’etat n’est pas bienveillant avec sa population on comprend tout…
    merci pour votre analyse et definition du PIB … la poussiere sous le tapis est encore tres bien dissimulée et je pense que la prochaine election ne servira qu’à poursuivre la douleur sans fin …

    Répondre
    • Charles HEYD

      1 November 2021

      Pas plus tard que la semaine dernière dans le billet de CG je répondais à un intervenant sur les “détachements”; je citais d’ailleurs CG qui reprend cela dans le billet du jour: un fonctionnaire se faisant élire doit démissionner de la fonction publique (à vie); pour ma part je parlais plus des “aller-retours” fonction publique-privé grâce aux mises en disponibilité et détachements (d’office ou sur demande); il faut les restreindre drastiquement et supprimer la mise en disponibilité. Du coup on n’entendrait peut-être même pas entendu parler des Hollande, Juppé et le dénommé Moscovici!

  • MARCILLY

    1 November 2021

    Excellent article sur le fond. Malheureusement sa forme pourrait être améliorée d’une part en supprimant la reprise du même article (sans les figures) juste après la fin de sa première présentation, d’autre part en explicitant un peu mieux les unités utilisées sur les ordonnées de vos figures.
    Ceci dit, cet article confirme sans conteste que la mesure de la richesse produite par le PIB est une illusion. Un petit calcul très simple de coin de table (additions-soustractions) suffit à démontrer que depuis au moins 2008, la dette introduite dans le PIB donne une illusion de croissance de richesse en faisant plus que masquer une récession qui est la seule à croître en valeur au cours du temps.

    Répondre
  • PATYDOC

    1 November 2021

    Cet article me remémore un mot fameux de Bill Bonner : ” A chaque fois que j’apprends que le PIB américain est en baisse, je me dis : quelle bonne nouvelle, enfin notre endettement va diminuer “

    Répondre
  • Bulgroz

    1 November 2021

    La petite histoire classique qui montre l’inanité du concept :
    – je suis célibataire, j’emploie une femme de ménage que je paie : son salaire est pris en compte dans le PIB
    – je l’épouse : plus de salaire, le PIB baisse mais mon ménage est toujours fait !

    Répondre
    • Rene

      2 November 2021

      Effectivement les PIB sont probablement calculés dans certains pays comme l’étaient les statistiques nationales de la Russie marxiste
      N’y a-t-il aucune source d’information indépendante pour calculer les PIB des pays comparables en faisant ses calculs de façon qu’on puisse comparer les « performances » réelles de chacun de ces pays ? Divulguer les résultats mettrait vite fin à la farce

  • Student of Liberty

    1 November 2021

    Je comprends mieux votre inquietude de la semaine dernière concernant l’industrie en France. Merci.

    Répondre
  • ducrocq

    1 November 2021

    Le train de vie des Français est , depuis de nombreuses années et pour une grande part, assuré par le travail de l’étranger et donc par un accroissement continu de l’endettement extérieur de notre pays.
    Pour le rembourser, elle n’a d’autre moyen que de céder une part de son patrimoine , une part de plus en plus grande……
    dont notre capital industriel…

    Répondre
  • Un auditeur libre

    1 November 2021

    Je vous écoute également sur Youtube, et je pense sincèrement que ce sujet mériterait une “capsule” dédiée, ou un entretien dédié.
    En effet, vous mentionnez souvent qu’un des problèmes actuels est la différence de perception et de compréhension du réel et des faits, rendant le dialogue impossible. Et même si l’économie est une branche de la logique, ça n’empêche pas qu’on peut en illustrer les raisonnements avec des chiffres et des courbres, comme vous le faites souvent ici. Mais pour cela, il faut comprendre les définitions des agrégats statistiques et leur mode de calcul et partant, les limites ou les effets indésirables de leur utilisation ou de leur interprétation – comme ici avec votre phrase “pour faire monter le PIB il suffit en effet d’embaucher quelques milliers de fonctionnaires de plus et le tour est joué”, effet très important mais inconnu du grand public à qui on présente la “croissance” comme l’alpha et l’omega de la politique économique française.

    Avec l’IDL et plus encore votre chaîne Youtube, vous faites oeuvre de salut public – on devrait diffuser vos capsules avant le 20h – et je vous en remercie.

    Répondre
  • BERNARD MARTOIA

    1 November 2021

    bonjour monsieur Gave,

    le copier-coller a produit deux versions identiques de votre article.
    Demandez à votre épouse de vous relire avant de le mettre en ligne.

    “Pourvu que ça dure,” disait Letitia Bonaparte à son fils prodigue.

    Concernant le fond de l’article, il est bon comme d’habitude. La nomenklatura (énarchie) est responsable de l’effondrement de l’économie française. Tant que les Français éliront des énarques, la dette du pays augmentera jusqu’à ce que l’Etat ne puisse plus emprunter sur les marchés internationaux. Pas de problème ! Ils vont siphonner l’assurance-vie

    L’adage d’Albert Einstein : “On ne résout pas les problèmes avec ceux qui les ont créés.”

    Je ne vois pas de candidat à l’élection présidentielle pour faire dégraisser le mammouth. Pauvre France !

    Répondre
    • Mandataire

      1 November 2021

      Merci de la clarté… de l‘enfumage inaptocratique.
      Mais que faire quand la Majorité n’a aucune notion d’Économie et donc des économies à réaliser?
      Combien sommes-nous à savoir que l’État vit à crédit depuis début octobre ?

      * le copier-coller a produit deux versions identiques de votre article.
      Idem lors de l’enregistrement PDF… !?

    • YB

      1 November 2021

      Petit bémol: L’assurance vie a déjà été siphonnée !

    • michel hasbrouck

      1 November 2021

      Que seuls ceux qui n’ont pas fait un copier coller double jettent aux autres la première pierre

    • idlibertes

      1 November 2021

      Pourquoi son épouse aurait elle à se coltiner cela et vous présagez des compétences

  • Dominique

    1 November 2021

    Petit ajout à propos de l’INSEE :
    Si des sites définissent correctement le PIB ( produit intérieur brut ) comme étant la somme des deux agrégats ( Produit marchand et Produit non marchand ), le site de l’INSEE est une machine à embouiller. J’ai beau avoir une formation économique et être rompu à la lecture des tableaux financiers, je n’ai jamais trouvé dans les sites de Bercy et de l’INSEE des informations accessibles et compréhensibles.
    .
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4500483
    .
    Sur ce tableau comme sur d’autres on cherche en vain le détail du PIB pour l’année 2019 ! ( Par contre de longs paragraphes évoquent des variations en pourcentages, sans donner les montants .)
    .
    Regardez dans le tableau :
    ” Produit intérieur brut, dont : 2 425,7 milliards
    Valeur ajoutée au prix de base : 2.157,1
    Impôts sur les produits nets des subventions sur les produits : 268,6 ”
    Un renvoi permet de comprendre que le PIB de 2.425 est l’addition de la “valeur ajoutée au prix de base” soit 2.157 et de la TVA soit 268 ( le terme Tva n’apparait que dans la note infra ) !
    Le PIB comprend donc de la TVA ( et d’autres impôts et taxes ) pour 268 milliards !!!
    La Tva est donc considérée par Bercy comme étant une valeur ajoutée c’est à dire ine richesse qui serait produite : elle est bien bonne celle là !
    En réalité le Produit intérieur RÉEL ( c’est à dire net de TVA ) est donc de 2.157 milliards.
    Outre qu’il y a là un mensonge car les valeurs ajoutèes sont par définition hors Tva, comment comparer notre PIB français avec des PIB de pays sans Tva ( EUA ), taux éduit ( Suisse ) ou taux plus faible ( Allemagne ) ?
    .
    Ajoutons que le PIB a remplacé le PNB – produit national brut. Or le PNB présentait la production des entreprises de nationalité française, alors que le PIB comprend celle des entreprises étrangères établies en France … Ce qui permet dissimuler la disparition des entreprises françaises au fur et à mesure de leurs ventes à des pays étrangers.

    Répondre
    • Bulgroz

      1 November 2021

      Pire, le budget français est TVA comprise, le budget allemand HT, par exemple pour la Défense : l’Etat ne se taxe pas lui-même ! Les Allemands avaient de la peine à comprendre que lors d’exercices militaires communs en France, ils devaient payer la TVA sur les munitions tirées, car consommées en France !

    • Dominique

      2 November 2021

      Bulgroz
      Bulgroz
      Votre exemple est édifiant : la Tva a apporté à l’armée française des réflexes de comptable ! Dans la même veine : je connais un ( chef ) comptable dans l’armée qui a rang de général !!! Alors que ce type de métier devrait être effectué par une entreprise privée.
      .
      Cherchant des informations industrielles sur l’Allemagne, via internet, je réalise que beaucoup d”informations sont disponibles, et fournissent depuis longtemps des comparaisons avec la France, qu’on ne trouvent pas chez les services de Bercy :
      https://journals.openedition.org/rea/4466#tocto2n4
      .
      L’avance de l’Allemagne est telle dans de nombreux domaines donne le vertige, et on comprend que la majorité des 100.000 travailleurs français qui s’expatrient annuellement choisissent l’Allemagne. Les Allemands mettent les moyens adéquats pour séduire les Français candidats à l’expatriation :
      https://www.deutschland.de/fr/allemagne-en-un-coup-doeil
      .
      https://www.deutschland.de/fr/topic/economie
      .
      https://www.deutschland.de/fr/topic/economie/pourquoi-leconomie-allemande-est-elle-si-forte-sept-raisons
      .
      Je crains qu’il n’existe pas en France un portail d’informations de ce type pouvant vanter notre pays de facon : -(

  • Dominique

    31 October 2021

    Vous apportez là une contribution bien utile à la compréhension de cet agrégat économique qu’est le PROUIT INTÉRIEUR BRUT, en mentionnant notamment qu’il comprend les salaires des fonctionnaires … la plupart des Français l’ignorent et pensent que le PIB c’est de la ” production ” !
    Évidemment nos hommes-de-l’Etat, énarques, et médias économiques etc. se gardent bien de dire que dans ce PIB il y a tous les salaires des fonctionnaires !
    .
    La comptabilité publique est pourtant assez bien faite.. Elle distingue le PRODUIT MARCHAND ( les biens et les services mis à disposition sur le marché et payés par les utilisateurs ) et le PRODUIT NON MARCHAND..
    Et la somme de ces deux agrégats officiels donne le PRODUIT INTÉRIEUR BRUT.
    .
    Une information honnête voudrait que les montants du Produit marchand et du Produit non marchand soit publiés séparément. Mais, comme vous l’écrivez la croissance jamais finie du Produit non marchand camoufle la chute du Produit marchand. Et cette part trop importante drs salaires des fonctionnaires transformé l’économie française en une économie administrative sans que cela se voit dans les chiffres.
    Dans l’état actuel des choses il faudrait même subdiviser en deux chaque agrégat :
    – dans le Produit marchand, distinguer les biens et services qui sont produits par le secteur privé,
    et ceux qui sont produits par le secteur public ( entreprises publiques, comme la SNCF ) ; en principe les hôpitaux publics devraient figurer dans ce Produit marchand puisque les soins sont tarifés ).
    – dans le Produit non marchand, les salaires des fonctionnaires légitimes : armée police justice fisc douanes protection civile etc. Tout ce qu’on appelle les fonctions régaliennes,
    et les salaires de travailleurs qui ont été anormalement ( de notre point de vue de libéraux ) fonctionnarisés, comme tous les personnels de l’Education nationale. Leurs prestations devraient être assurées par des entreprises du secteur privé, ce qui est le cas des 20 % d’établissements d’enseignement qui sont privés ( 20 % est la limite fixée par la loi en France, abusivement.) Mais dans ces établissements privés, l’État jacobin à encore biaisé le système puisque les enseignants y sont payés par l’Éducation nationale …

    .
    Si vous voulez faire et gagner un référendum d’initiative populaire, il faudrait donc donner d’abord une formation économique minimum aux Français. Un moyen serait de faire lire Frédéric Bastiat aux élèves du secondaire, dans les facultés économisues et les grandes écoles. Or Bastiat est rayé de l’enseignement marxiste en France, alors qu’il est enseigné dans le monde entier comme un des plus grands économistes libéraux.
    Bastiat a été un génie et il laisse une oeuvre complête, facile et même agréable à lire contrairement à la plupart des économistes.
    Il est toujours très actuel.

    Le produit marchand est défini par l’ensemble des biens et des services vendus sur le marché et acheté par les utilisateurs : il ne s’agit donc pas uniquement des produits industriels

    Répondre
    • Emile

      1 November 2021

      Cher Dominique , merci pour cette révélation d une perversion cachée et mise en évidence de façon patente ! C etait ce que je ressentais sans pouvoir mettre en perspective les faits !On voit comment les Institutions se jouent des électeurs, en bernant le citoyen dans l eau de rose lénifiante des Publications Officielles de la Haute Administration Publique de nos Impôts ! Cette crise « dite sanitaire «  aura permis de lever des questionnements qui n avaient que trop duré dans beaucoup de domaines et ce n est pas fini !
      Quand on est a maree basse on voit qui se baigne sans maillot !

  • Francois

    31 October 2021

    Le texte à été mis à double

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!