18 October, 2016

Le niveau des retraites va baisser significativement

Notre système de retraite par répartition est en faillite, mais il est aussi opaque et fonctionne comme un système « à la Madoff ». On promet des retraites qu’on ne pourra pas honorer. C’est un système injuste et intenable pour les raisons suivantes :

Nous sommes partis pour au moins dix ans de croissance molle. Il faut se préparer à la répression financière de l’Etat,  c’est-à-dire  la captation par l’Etat de l’épargne des ménages et des retraités.

 

Les caisses de retraite ne pourront pas servir les retraites promises

 

Les taux négatifs continuent a provoquer des comportements atypiques. Un fonds de pension canadien vient d’émettre de la dette à 100%, car il espère la racheter progressivement dans le marché à 95% ! Dans un monde logique, dans lequel nous ne sommes plus depuis des années, cela revient à considérer que la dette est devenue un actif  comme un autre. Rappelons que pour une banque centrale, pratiquer des taux négatifs revient à estimer que le futur est plus certains que le présent. En effet, tout le monde a appris que le taux d’intérêt était la rémunération que l’on accordait à celui qui prêtait pour le compenser des incertitudes de l’avenir…

 

Tous les fonds de pension sont en risque. Ils sont confrontés au problème qui consiste aujourd’hui à trouver des actifs qui leur procureront du rendement et leur permettront d’assurer le service des pensions qu’ils se sont engagés à verser aux retraités qui ont cotisé toute leur vie. Pour en trouver, ils ont tendance à prendre de plus en plus de risques puisque les obligations souveraines émises par les états sont devenues des actifs extrêmement risqués. On connaît malheureusement la fin du film…

 

Les caisses de retraite du secteur privé en France  fonctionnent  le selon le principe de la répartition. Elles sont confrontées au même problème. Les taux zéro dévastent la rentabilité de leur portefeuille. Réglementairement, elles ne peuvent pour la grande majorité de leurs placements n’acheter que des obligations souveraines, censées être l’actif sans risque. Ce phénomène  se cumule avec l’évolution démographique qui dégrade en permanence le rapport cotisant/retraité. Il n’y a vraiment que Marisol Touraine ministre des affaires sociales et de la santé, pour considérer que le régime des retraites est sauvé.

 

 

Les caisses de retraite du secteur public sont alimentées par le budget de l’Etat et ne font donc l’objet d’aucune provision digne de ce nom. L’Etat va continuer à verser près de 40Md€ par an pour financer les retraites des fonctionnaires, soit pratiquement la moitié des recettes de l’impôt sur le revenu ou pas loin du budget du ministère de la défense. Les cotisations ne financent qu’une pension sur quatre contre plus de huit sur dix dans le privé. Pour l’Ircantec, le système de retraite des fonctionnaires le taux de cotisation est de 5,63% contre 9,50% pour l’ Agirc-Arrco, les salariés du privé.

L’Etat employeur comble donc la différence, ce qui représente un gouffre pour les contribuables.  Même si « cela ne coûte rien puisque c’est l’Etat qui paye » comme l’a dit François Hollande, cela ne pourra pas encore fonctionner très longtemps sur ce rythme. Le petit problème, c’est que le niveau d’endettement de l’Etat avant la prise en compte de tous ces engagements approche déjà dangereusement les 100% du PIB.

 

L’euthanasie du rentier est en marche.

 

Les régimes spéciaux comme ceux  d’EDF et GDF, pompent discrètement de l’argent, avec la complicité de l’Etat,  dans la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) qui est  la caisse des salariés du privé.

Les affiliés bénéficient de  privilèges exorbitants comme le calcul de la pension sur les 6 derniers mois de traitement, la garantie du montant de la pension,  le départ dès 50 ou 55 ans pour près de 94% des agents, la réforme reportant l’âge de départ à 52 ou 57 ans ne recevra un début d’exécution qu’à partir de 2017. Ce n’est pas tout, ils profitent également  de bonifications d’annuités. Alors que le commun des salariés a besoin de plus de 40 annuités pour valider une carrière complète, les centaines de milliers de fonctionnaires accèdent au taux plein en n’ayant côtisé que 35 voire 30 annuités. En clair ils gagnent  des années gratuites pour leur retraite sans avoir travaillé pour les obtenir.

On va donc, comme d’habitude, demander aux salariés du privé de faire de plus en plus de  sacrifices pour préserver les régimes spéciaux. Pour y parvenir, des syndicalistes des régimes spéciaux sont entrés dans le conseil d’administration de la CNAV ! Rappelons que  les syndicats sont sans légitimité avec 8% d’adhérents de la population active. Cela ne les a pas empêché de devenir des puissances financières perméables à la corruption et faisant obstacle aux réformes d’intérêt général.  Leurs nombreux défilés contre la réforme des retraites ont montré qu’ils défendaient les corporatismes d’un autre siècle…

 

L’euthanasie du rentier est en marche. Depuis 2012,  un tsunami de taxes s’abat sur les retraités : hausse des droits de succession, hausse des droits sur les donations, hausse des prélèvements sociaux sur les assurances vie, taxation des retraites d’entreprises. D’autres projets sont dans les cartons comme : la création d’une nouvelle taxe sur les retraites dont le doublement est déjà prévu, la surfiscalisation des produits d’épargne. Au lieu de s’en prendre aux retraités qui ont travaillé toute leur vie, l’Etat devrait commencer par supprimer les régimes spéciaux publics…

 

Les gouvernements ont toujours la tentation de  financer les retraites par une taxe supplémentaire sur les hauts revenus et les revenus du capital. Mais en quoi les « riches » sont-ils concernés par les retraites ? Ils ont déjà payé les impôts les plus lourds du monde, l’ISF, les tranches supérieures de l’impôt progressif sur le revenu, l’impôt sur les sociétés, la CSG et la CRDS, la TVA sur leurs consommations, l’IRPP, les taxes sur les héritages et les donations, les taxes sur les plus values du capital, etc., ainsi, bien entendu, leurs propres cotisations sociales. Pourquoi leur demander un impôt supplémentaire, à eux spécifiquement ? Pour les socialistes, la réponse est simple. Il faut faire rendre gorge aux « riches » parce que le simple fait qu’ils soient riches est injuste. Les « riches » sont ceux qui se sont montrés capables de fonder et de faire vivre une entreprise ou qui ont eu un talent hors pair dans un domaine. Ce faisant, ils ont contribué à développer l’activité, l’innovation et la productivité, ils ont été un des principaux moteurs du progrès général.

 

 

 

La France est en train de devenir une fabrique de pauvres

 

L’assurance vie a été plébiscitée par les français qui ont bien compris que l’avenir de leurs retraites était menacé. Pour des raisons idéologiques, les régimes politiques qui se sont succédés ont refusé d’accorder aux français la retraite par capitalisation dont bénéficient pourtant des pays comme la Suède. Sous la pression des circonstances, un succédané s’est mis en place sous la forme de l’assurance vie. Malheureusement, le système fiscal favorise l’achat d’obligations d’état. Cela conduit au tour de passe -passe suivant : les français sortent d’un système qui  va faire faillite pour des raisons démographiques et y retournent aussitôt en achetant des obligations de ce même système.

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

13 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Yan'

    17 January 2018

    Bonjour à tous,

    Vous parlez de Madoff (on pourrait dire aussi Ponzi) ….

    Moi j’adore cette petite vidéo dont je ne me lasse pas .. et qui explique en 1,41 mn ce qu’est l’emprunt => “Définition: l’emprunt d’état ?” (https://www.youtube.com/watch?v=y0ijfLE8O2g) … remplacé depuis de nombreuses décennies par toute la panoplie des comptes et livrets d’épargne, d’assurance vie, de fonds de retraites, ….

    Sacré Fernandel ! (ancien banquier “remercié” à l’époque par ailleurs … Peut-être voulait-il se montrer trop pédagogique pour le peuple ou ne voulait plus rouler dans la farine ses “clients” d’alors ???)

    Bonne journée quand même !

    Répondre
  • Jardon

    1 November 2016

    On est vraiment pris pour des “cons” ! Et on les laisse faire ! Pourquoi taper sur les retraites ! N’a t on pas assez travaillé ! Et pourquoi le “privé” paye t il toujours pour le “public” ! Y aura t il un jour un vrai PResident qui en aura dans le pantalon pour rétablir tout ca

    Répondre
  • Citoyen

    23 October 2016

    “On promet des retraites qu’on ne pourra pas honorer.”
    Comment ça, pas honorer ?…
    Alors que le Pépère attend une retraite de 36000 euros, durement gagnée à la sueur de son front !!… Et il ne pourra pas en bénéficier ??
    Comme aurait dit Georges …. Mais c’est un scandal !!!

    Répondre
  • FreddyCh

    21 October 2016

    Cher Monsieur Netter,
    Question général sur les finances de la France.
    Je me demande depuis longtemps ou sont les 500 milliards de dollars d´impôts coloniaux annuel que la France encaisse.
    http://www.mondialisation.ca/le-saviez-vous-14-pays-africains-contraints-par-la-france-a-payer-limpot-colonial-pour-les-avantages-de-lesclavage-et-de-la-colonisation/5369840
    Avec un budget de 373 milliards d’euros et 300 milliards de recettes. (2016) la France, même si le chiffres de l´impôts coloniaux est peut être exagéré, prenons la moitié, la France devrait être un pays riche et avoir un excédent budgétaire chaque année ?

    Répondre
  • GAUTHIER

    20 October 2016

    Ce “système” fut institué le 15 mars 1941 – je vous laisse deviner par qui – et débuta par le pillage des actifs des “assurances sociales” créées par le gouvernement Tardieu. Pierre Laroque, à qui l’on attribue généralement la naissance de ce système en 1945, l’a reconnu explicitement. On ne peut d’ailleurs parler de faillite pour la situation actuelle car il n’y a pas “d’actifs” et pas de “bilan”. Il faudrait ressortir la notion de “banqueroute”, qui fait trop “ancien-régime”. J’avoue être perplexe sur l’issue mais, à dire vrai, pas trop inquiet. Il est vrai que, sans être un “marginal”, je vis effectivement en “marge”. Ce qui d’ailleurs ne m’immunise que des illusions. Je ne suis pas dans les canots de sauvetage des VIP de notre Titanic mais je suis vieux…

    Répondre
  • CG

    19 October 2016

    Merci pour cet article.
    “Un fonds de pension canadien vient d’émettre de la dette à 100%, car il espère la racheter progressivement dans le marché à 95% ” => Auriez-vous son nom ?

    Répondre
  • Bidule

    19 October 2016

    La rente a-t-elle une fonction effective?

    Répondre
  • Brsp

    19 October 2016

    Bonjour à tous ,
    bilan de la situation trés intéressant … mais quels vont être les facteurs déclenchants de la prochaine crise ? est ce que la BCE va un jour remonter ses taux ? s’agit il d’un événement social ? ou par exemple d’une crise bancaire (deutsche bank ) ?

    Répondre
    • sassy2

      19 October 2016

      bce, non les taux ne vont probablement JAMAIS remonter: en euro

      ca va secouer un événement considérable pour l’humanité va se produire le 8 novembre: une libération pour nous tous
      des ce soir normalement:
      https://twitter.com/Varneyco/status/788764837362880513

      deutsche bank n’est plus une banque mais est un comptoir de la BCE pour l’instant

    • Brsp

      22 October 2016

      Je suis bien d’accord mais d’après les sondages , Clint sera probablement élue … Quelle vont être les conséquences ?

    • Brsp

      22 October 2016

      Ensuite , dire que les taux ne remonteront jamais , je ne suis pas d’accord , c’est juste que nous ne savons pas comment et quand ils remonteront

  • Gerldam

    19 October 2016

    A vous lire, et sachant que tout ce que vous dites est vrai, il y a de quoi se flinguer ou mieux flinguer les responsables de cette gabegie honteuse.

    Répondre
  • sassy2

    18 October 2016

    on ne peut plus rien faire pour les deux parties contractantes : let them burn.

    les fonds de pension US sont …

    sinon à propos ass vie / immobilier /Suede:

    l’immo est une classe d’actifs non standardisables et hétérogènes (je ne donne pas de conseils).
    Cependant en Suede(?) les hypothèques sont plus proche de 100ans voire transgenerationnelles (ce qui pouvait se concevoir avant que ne se profilent des guerres civiles ou autres events..)
    En F j’emprunte à 12ans ,avec ratio de LTV de 60, 200/300bp /euribor => l’immo est réprimé -hormis Paris, …-)

    considérer l’immo en vif sur un même plan que l’assurance vie, pour quelqu’un de discipliné:
    il y a une sorte d’aberration LOL.
    Ai même racheté mes ass vie sur le CAC il y a un an(prevision cac baisse mais surtout tous les frais!) alors que j étais loin d’imaginer sapin 2 pour 2016! (ass vie = slaughter house)

    “Dieu reconnaîtra les siens” garde Biterroise

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!