28 September, 2020

La prise de contrôle de Hong-Kong par la Chine.

Comme chacun le sait la Chine vient de décider de prendre le contrôle effectif de Hong-Kong, abolissant de ce fait la réalité de ce qu’il était convenu d’appeler « Un pays (la Chine), deux systèmes (capitaliste, communiste) ». La question essentielle que le lecteur doit se poser après ce qu’il faut bien appeler un coup de force est simple ; pourquoi la Chine a-t-elle décidé d’intervenir maintenant, au lieu d’attendre tranquillement que le fruit mûr ne tombe de l’arbre ?

Pour comprendre, il faut revenir à une idée que j’ai souvent décrite dans ces billets du Lundi.

Le conflit qui vient de commencer entre la Chine et les USA n’est pas une guerre commerciale, mais une guerre monétaire.

L’Asie est l’une des grandes zones du commerce international et depuis la fin de la seconde guerre mondiale ce commerce a toujours été soldé en dollars US. Si un contrat est conclu entre une société Sud-Coréenne et des clients en Thaïlande, ce contrat sera libellé en dollar US.

Ce simple fait rend la région très dépendante de la monnaie américaine : s’il y a trop de dollars US dans le système, le dollar baisse et toute la région connaît un boom économique. Par contre, s’il n’y a pas assez de dollars, le dollar monte, ce qui force les banques centrales locales à monter leurs taux d’intérêts, les gens endettés localement en dollar ou dans la monnaie locale font faillite et toute l’Asie connaît une récession. Dans le fond, l’Asie a son cycle dicté par les errements de la politique monétaire à Washington.

Un exemple parfait de ce que j’avance a eu lieu pendant la grande crise financière de 2008-2009. Lehman-Brothers fait faillite, les marchés monétaires américains ferment et du coup tout le commerce asiatique s’arrête net. Pourquoi ?  Pour une raison très simple. Le commerce inter asiatique est financé en grande partie par …les grandes banques françaises (SOCGEN, BNP, CA…) qui empruntent des dollars sur le marché monétaire à New-York, et qui prêtent immédiatement une bonne partie de ces dollars aux pays asiatiques pour financer le commerce à l’intérieur de la zone.

Après la faillite de Lehman, les marchés monétaires US ferment et plus personne ne peut plus rien emprunter aux USA. Les banques françaises ne peuvent plus emprunter de dollars, et donc ne peuvent plus en prêter, exportations et importations asiatiques s’effondrent instantanément, non pas parce que les économies locales vont mal, mais tout simplement par manque de numéraire, et les économies locales (dont l’économie chinoise qui elle aussi facturait en dollar) suivent.

Depuis, les autorités chinoises sont allés voir tous les autres pays en Asie (ou ailleurs, en Amérique Latine ou en Afrique) en leur posant une question : Mais pourquoi exactement facturons nous le commerce entre nous dans la monnaie d’un pays tiers, et les réponses ont toujours été les mêmes

  1. Parce que l’on a toujours fait ça
  2. Parce que les taux de change de nos monnaies les unes vis-à-vis des autres sont trop volatils, ce qui rend la couverture à terme trop cher
  3. Parce que la tuyauterie des paiements en dollar marche tres bien (système Swift)
  4. Parce que toutes les institutions de soutien en cas de catastrophe (FMI, Banque mondiale etc…) ont leur siège à Washington et qu’elles ont des relations tout à fait privilégiées avec la banque centrale ou le trésor américain, ce qui fait que nous sommes obligés de continuer à commercer en dollar entre nous.

Et du coup, les Chinois ont dit aux autres pays : Fort bien, mais cela continue à nous laisser à la merci des Etats-Unis en cas de crise financière aux USA ou dans l’un ou l’autre de nos pays, ce qui n’est pas acceptable en termes de souveraineté. Il faut donc que nous montions tous ensemble un système alternatif au cas ou quelque chose arriverait aux USA et c’est ce à quoi les autorités chinoises se sont attachées depuis douze ans.

Et depuis, les dirigeants de l’Empire du milieu ont fait les propositions suivantes à tous les pays qui ont bien voulu les entendre.

  • Vous allez tous essayer de stabiliser vos monnaies contre le Yuan, avec notre aide, créant de de fait une espèce de serpent monétaire asiatique et de ce fait, le coût des couvertures de change du won au Thai baht par exemple s’écrouleront, ce qui permettra à chacun de facturer clients et fournisseurs dans sa monnaie nationale, sans avoir à passer par le dollar
  • Parallèlement, moi Chine, je m’engage à ne jamais dévaluer contre les autres monnaies asiatiques et je maintiendrai le yuan à un niveau toujours légèrement surévalué par rapport aux autres monnaies de la zone.
  • Si l’un des pays de la zone a des problèmes temporaires de paiements extérieurs, ils seront traités par des accords de Swaps (prêts à court terme entre banques centrales) entre ce pays et la banque centrale de Chine. Des dizaines d’accord de ce type existent aujourd’hui.

Cet ensemble de mesures est littéralement un « copier-coller » des accords qui fonctionnaient en Europe entre la Bundesbank et les pays qui participaient au SME Européen des années 1980 à 2000.

Mais les Chinois ont été plus loin : Pour sortir de la dictature du FMI et de la banque mondiale qui avaient humilié un grand nombre de pays (Corée, Indonésie, Thaïlande…) pendant la crise asiatique de 1998, ils ont décidé de prendre d’autres mesures et les voici

  • Création d’un nouvel IMF contrôlée par la Chine, situé à Pékin et qui a offert des parts de capital à tous ceux qui voulaient souscrire (103 membres dont la Grande-Bretagne et l’Allemagne mais pas le Japon ou les Etats-Unis, qui ont refusé) et qui traitera de tous les problèmes touchants à de nécessaires ajustements structurels en cas de besoin.
  • Création d’un marché à terme du pétrole coté en Yuan, à Shanghai, qui permet à quiconque d’acheter du pétrole Iranien ou Vénézuélien en yuan, sans avoir à passer par le dollar. Et cela pour une raison très simple : Depuis le début du siècle, la Justice américaine a décidé d’utiliser le dollar américain comme une arme de sa diplomatie. Depuis le début des années 2000, quiconque utilise le dollar dans des transactions entre pays tiers est devenu susceptible d’être traduit en justice aux USA si ces transactions ne sont pas conformes à la loi américaine, ce qu’a appris la BNP à ses dépens (amende de 9 milliards d’euro). Et donc, dans toute transaction  en dollar entre deux parties, même ayant lieu en dehors des USA, trois personnes sont au courant, les deux parties et la CIA, ce qui est encore une fois une perte de souveraineté inacceptable.
  • Réintroduction en catimini de l’or dans les transactions internationales. Si un pays se retrouve avec des excédents importants en Yuan (Russie par exemple), il ne peut pas les réinvestir en Chine puisque le compte capital de la Chine est fermé. Qu’à cela ne tienne, ce pays peut acheter des obligations du gouvernement Chinois (qui offre aujourd’hui un rendement réel supérieur à 3 % contre -2 % aux USA) et si ce pays ne veut pas des obligations, et bien la banque centrale Chinoise lui rachètera ses yuans en…or

Le lecteur se rend donc compte que les autorités Chinoises ont depuis des années préparées et mises en œuvre un plan pour dé dollariser le commerce inter asiatique.

Que le lecteur comprenne bien : ils ne veulent pas que le yuan devienne une monnaie de réserve appelé à remplacer le dollar. Leur combat est beaucoup plus subtil.

Deux sortes de dollars circulent en fait en Asie

  1. Les dollars appartenant aux banques centrales et qui constituent les réserves de change des pays. Là, la Chine n’a rien à dire, si ce n’est qu’elle met de plus en plus de ces dollars qu’elle a gagné elle, en or, et que les autres feraient peut-être bien d’en faire autant s’ils ne veulent pas voir leurs réserves bloquées comme l’Iran ou le Venezuela.
  2. Les dollars appartenant au secteur privé en Asie, qui servent de fonds de roulement pour les transactions internationales de ce même secteur privé et dont les Chinois disent qu’ils sont totalement non nécessaires voire dangereux. C’est de ces dollars que la Chine veut débarrasser l’Asie, et ils sont d’un montant à peu près équivalent aux réserves de change.

Inutile de souligner que toutes ces manœuvres n’ont   échappé ni aux autorités américaines ni à Wall-Street et qu’historiquement, ceux qui avaient par exemple, essayé de se débarrasser du dollar pour le paiement de leur pétrole, tels Kadhafi ou Saddam Hussein ont eu des espérances de vie assez courtes ensuite.

Et donc les Etats -Unis ont organisé une robuste contre-attaque, par exemple en interdisant à quiconque d’exporter de la haute technologie- où les US ont un monopole quasi-exclusif- vers la Chine pour freiner le développement économique Chinois autant que possible.

Mais ils ont pris aussi des mesures extraordinairement brutales, touchant à l’organisation des marchés financiers telles l’interdiction pour les sociétés Chinoises de se coter à Wall-Street. Quelque part, les USA ont décidé de fermer le compte capital de leur balance des paiements aux emprunteurs Chinois qui voudraient emprunter en dollar, aux USA, ou en dehors des USA.

En fait, le plan de dé- dollarisation de l’Asie ne peut réussir que si la Chine,  a un accès illimité aux marchés financiers du vieil Ouest (City et Wall -Street) ou à défaut contrôle et développe son propre marché financier…

Or, il se trouve que la Grande-Bretagne avait créé un peu par inadvertance, un superbe marché financier à Hong-Kong (le troisième du monde), mais que Hong-Kong était beaucoup plus sous le contrôle « de facto et de jure » des autorités de marché des USA que de n’importe qui d’autres.

Et donc, la Chine pour finir de mettre en place son plan de dé dollarisation de l’Asie, dès que les USA lui fermait l’accès à la technologie US et lui fermait aussi l’ensemble de nos marchés financiers n’avait pas d’autre possibilité que de prendre le contrôle de Hong-Kong, ce que j’attendais depuis quelque temps et qu’elle a fait sans coup férir.

Et ici, il me faut revenir sur deux notions essentielles.

La première est qu’il faut réfléchir sur les évènements qui nous affectent non pas en fonction de ce que nous souhaiterions voir se produire, mais en prenant en compte les réalités

« Les Etats sont des monstres froids », comme le disait Nietzche (?) et pour analyser leurs actions, Il faut toujours être soi-même de glace et penser non pas en fonction de ce qui parait souhaitable mais en fonction de ce qui est probable.

Le diagnostic est simple : Le combat actuel est entre deux monstres froids pour déterminer qui des USA ou de la Chine va gérer les excédents d’épargne asiatiques dans les cinquante ans qui viennent.

A ce jour, je sais qui j’espère va gagner mais cela n’a guère d’importance pour les décisions à prendre.

Mais je sais aussi que la Chine, pour espérer l’emporter, doit tout faire pour que Hong-Kong devienne la principale place financière mondiale dans les vingt ans qui viennent et que la seule façon d’y arriver est de[CG1]  faire de la ville un immense succès et du marché obligataire Chinois le nouveau « placement sans risque » remplaçant le 10 ans américain, en tout cas pour les asiatiques. Et cela ne peut pas se passer si le Yuan ne monte pas structurellement vis-à-vis du dollar.

La deuxième, est que pour quiconque qui doit exercer des responsabilités il est nécessaire de s’appuyer sur une éthique et qu’il y a, d’après Max Weber deux sortes d’éthiques, l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité.

Prenons la situation actuelle : les pays Européens et les Etats-Unis veulent ruiner les épargnants locaux en pratiquant l’euthanasie du rentier, ce qui est profondément immoral.

La Chine, par contre, continue à rémunérer ses épargnants de façon normale et leur promet que la monnaie dans laquelle ils épargnent va monter, mais a des pratiques politiques fort éloignées de la démocratie, ce qui est moralement inacceptable.

En tant que conseiller de ceux qui épargnent, ma responsabilité est de leur recommander d’acheter des obligations chinoises en vendant les obligations américaines ou européennes. (Éthique de responsabilité). Après tout, je serai jugé sur le résultat de mes conseils et non pas sur ma morale de conviction. Mais, chacun des lecteurs, peut décider, en fonction de ses propres convictions, de ne pas suivre ce conseil et par exemple d’acheter de l’or , ce qui est aussi une très bonne idée.

Pour résumer, l’éthique de responsabilité doit être utilisée lorsque vous prenez des décisions qui affecteront des tiers, et l’éthique de conviction quand vous devez prendre des décisions qui n’affecteront que vous.

  • En 1981, ma femme et moi avons décidé de quitter la France car nous n’acceptions pas qu’il y ait des ministres communistes dans notre pays. Ethique de conviction.
  • En 1983, je recommandais à tous mes clients d’acheter la bourse de Paris, alors même qu’il y avait toujours des ministres communistes, parce que j’étais à peu près certain que la Bourse allait monter. Ethique de responsabilité.

En bon Libéral, je fais confiance à chaque lecteur pour faire son choix, mais pour qu’il puisse le faire en connaissance de cause, encore faut il qu’il comprenne quels sont les enjeux, et c’est ce que j’ai essayé de faire dans ce papier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

49 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Clément

    22 October 2020

    Article éclairant comme d’habitude, un pur plaisir d’apprendre l’économie et les enjeux mondiaux comme ça. J’ai une question de pure curiosité : vous écrivez “A ce jour, je sais qui j’espère va gagner mais cela n’a guère d’importance pour les décisions à prendre” ; pourriez-vous me dire si vous pensez aux USA ou à la Chine ? On sort de la finance pour rentrer vers la morale, mais votre morale m’intéresse beaucoup aussi.

    Répondre
  • Nicolas

    12 October 2020

    Merci pour ce très éclairant billet, M. Gave !

    Il est cependant un point que je ne suis pas sûr d’avoir saisi, ce qui m’amène à vous poser 2 questions.

    Voici tout d’abord le passage concerné : « … et si ce pays ne veut pas des obligations, et bien la banque centrale Chinoise lui rachètera ses yuans en… or », ce qui revient ni plus ni moins qu’à la « réintroduction en catimini de l’or dans les transactions internationales », indiquez-vous.

    1. Vous employez le futur (« lui rachètera ») : dois-je comprendre par-là qu’il s’agit de votre hypothèse privilégiée dans le cadre des développements à venir, ou bien que la Chine a déjà échangé des yuans contre de l’or à la demande de certains de ses partenaires commerciaux disposant de forts excédants dans la devise chinoise ? Si la bonne réponse est la seconde, alors vous serait-il possible de me renvoyer vers un article traitant de ces évènements ?

    2. Devrait-on considérer qu’il s’agit (ou s’agirait)-là de la « réintroduction en catimini de l’or dans les transactions internationales » ? Si la PBoC échangeait, sur simple demande des partenaires commerciaux de la Chine, des yuans contre de l’or, n’assisterait-on pas alors, avec un yuan désormais « as good as gold », à l’établissement d’un nouvel étalon de change or, sur le mode du système monétaire d’avant août 1971 (mais cette fois-ci avec taux de change or/yuan fixé par le marché), ce qui aurait alors des conséquences gigantesques ? Voilà ce qui m’amène à penser que je vous ai sans doute mal compris…

    Répondre
  • Dominique

    8 October 2020

    Petite réponse à Quentin :

    ” L’incroyable succès ” est du :
    – à un plan du CFR américain ( les grands banquiers new yorkais Rockefeller succédant aux grands banquiers anglais Rotschild pour fait court ) : reconnaissance par les USA de la RPC ; intronisation de la RPC dans l’OMC.
    – attribution par les USA de la clause de “pays le plus favorisé” à la RPC.
    – fuites d’entreprises occidentales pour ne pas mourrir ( cas de la France ) sous les charges sociales … après la Pologne, la Turquie, elles ont essayé la Chine. Même Air France y fait entretenir ses avions…
    – utilisation d’un peuple réduit en esclavage depuis Mao Tsé Tung et à ? une répression politique atroce, toujours en cours, peuple fournissant une main d’oeuvre inépuisable à TRÈS bas prix. Et ceci depuis des décades.
    .
    Les entreprise françaises en profitèrent même en dehors de Chine : j’ai vu au Koweït un pont de plusieurs km de long construit par Bouygues. Plans élaborés en France. Quelques ingénieurs français sur place et 500 Chinois techniciens et ouvriers faisant les travaux pour 1 dollar par jour par tête …
    – pillage des brevets et des procédés lors de la délocalisation des usines occidentales. Je l’ai vu à Rhône Poulenc qui envoyait en Chine des caisses de dossiers ” CONFIDENTIEL ” au grand désespoir des cadres français
    – pillages des découvertes des universités et centre de recherche occidentaux. Trump y met fin aux USA.
    – corruption d’occidentaux, qui se mettent au service du PCC
    etc
    .
    Supprimer ce pillage, supprimer cette délocalisation des entreprises occidentales, et supprimer ce détournement des finances occidentales opérées par les banques européennes ( et françaises ! ) expliqué aujourd’hui par Charles Gave et le ” miracle ” chinois s’effondre.
    .
    Car il n’y a pas de génie chinois moderne ( cela se saurait ) toutes les usines sont construites par des occidentaux, et un peuple en esclavage ne peut RIEN créer. La propriété des entreprises n’appartenant de plus qu’aux 60 millions de membres du PCC.
    .
    Hélas une minorité choyée suffit pour construire une armée dangereuse ( comme en Corée du Nord ). Et c’est ce qui commence à faire peur aux Américains pro Trump. Mais hélas c’est le CFR qui dirige les USA et les banquiers américains ont voulu bâtir en RPC une société capitalo-communiste qui serait le modèle du monde de demain. Lisez ” 1984 ” écrit par Orwell. Tout y est y compris la surveillance électronique installée depuis 10 ans par Apple, Microsoft, Google avec des centaines de millions de caméras et l’intelligence artificielle pour suivre les individus esclaves, les noter, les récompenser et les punir.

    Répondre
  • Dominique

    8 October 2020

    En vous lisant c’est toute l’idée que je m’étais faite de vous qui s’est déchirée. Prêter aux tortionnaires chinois n’a rien à voir avec prêter aux entreprises françaises maltraitées sous Mitterand. Vous avez commis un amalgame effrayant. Et,
    .
    Jamais je ne pourrais prêter mon argent ou celle des autres à la République Populaire de Chine qui est une mafia ( c’est à dire une secte criminelle ) de 60 a 80 millions de membres du Parti Commumiste Chinois qui ont tué une centaine de mllions de Chinois depuis 1948, font travailler dans des camps de la mort des populations entières, soumettent à la torture et tuent les Chinois qui prient leur Dieu ou pratiquent le Falun Gong et tous ceux qui résistent aux tyrans, et au final s’enrichissent du travail de centaines de millions de Chinois, tout en ruinant d’autres peuples dont les usines ont été délocalisées en Chine communiste.
    .

    Prêter à la RPC c’est, pour un chrétien, faire un pacte avec le diable et j’ose écrire : ” Finance sans conscience n’est que ruine de l’âme. ”
    .

    Je vous souhaite que l’auteur de ” Jésus-Christ un libéral ” que vous êtes révisera sa position, je vous le souhaite et j’en suis même persuadé, parce que votre foi et votre intelligence sauront parler en vous et remettre la rêgle à calcul financière à sa juste place. Sinon où vont les humains de la planête Terre si des financiers comme vous ne peuvent que ” placer l’argent ” que dans cette horrible RPC ?
    .
    Beaucoup trop d’entreprises et de banques se sont précipitées en Chine, lorsque le CFR américain a scellé un pacte capitalo-communiste avec Pékin. Le CFR savait ce qu’il faisait et a fait croire à l’Occident que la Chine allait s’occidentaliser et donc devenir peu à peu un pays de libertés. Il est temps de nous apercevoir tous de ce mensonge historique et d’en tirer les conséquences.
    .

    Non, un chrétien ne peut prêter à un mafieux. Et encore moins celui qui dirige un fonds d’investissement à un état aux mains de la gigantesque mafia que représente le PCC dont les membres possèdent les entreprises qui les enrichissent.
    .
    En outre, prêter in fine à la RPC c’est aussi participer à la construction de l’armée qui veut devenir la plus puissante du monde pour soumettre tous les peuples sous le joug communiste chinois.
    .
    Puisque, comme vous l’avez expliqué clairement c’est plus une guerre financière qui se joue entre les USA et la Chine, qu’une guerre économique, alors il faut gagner cette guerre financière aux côtés des Américains. Car, bien que je déplore la toute puissance des grands banquiers américains ( avec le CFR etc. ) l’avenir de l’Occident, avec ses valeurs chrétiennes, ne doit pas mourir sous les coups des Chinois communistes. Les banques européennes devront donc placer ailleurs qu’en RPC les dollars dont elles regorgent. Ce sera peut-être difficile sans remettre en question leur modèle économique, et il faudra que des patriotes les contraignent certainement, mais un petit poisson comme votre fonds devrait pouvoir se retirer de cette terre maculée du sang de ses martyrs facilement et investir ailleurs : la planête est grande.
    .
    Sur des crimes communistes chinois, je vous indique à toute fin utile l’oeuvre de Pierre Courtois si vous ne l’avez déjà lue, et aussi les articles d’un journal réalisé par des Chinois anti-communistes exilés, probablement des membres des Falun Gong, qui nous éclairent sur les crimes passés, présents, et en préparation des membres du PCC. Voici un article en français :
    .
    https://fr-mb.theepochtimes.com/chapitre-18-les-ambitions-mondiales-du-parti-communiste-chinois-1re-partie-1282973.html

    Répondre
  • Quentin Grenet

    29 September 2020

    Bonjour M.Gave. Merci encore pour cet article. toutefois vous allez un peu vite sur les mécanismes monétaires pas toujours évident à saisir pour un non initié. Je profite de cet article pour vous poser une question sur l’un de vos ouvrages ( que jai dévoré comme les autres cela dit en passant) : un liberal nommé jésu. Vous taillez en pièce le socialisme et vous démontrez son incompatibilité par essence à créer de la richesse et à developper les sociétes. Je rejoins votre pensée mais quid du coup de la Chine? Comment expliquez vous l incroyable succès économique de la Chine pourtant “socialiste” ?

    Répondre
    • Louis-Vincent Gave

      1 October 2020

      Cher ami,

      Si un pays evolue d’une stupidite complete, a une stupidite moindre, il y a un net progres, d’ou croissance.

      Sous Mao, le gouvernment Chinois voulait tout controller: les habits que les gens portaient, la ou ils vivaient (excusez le manque d’accents, je tape sur un clavier Anglais), leurs travails. Le systeme fut si bete que les professeurs d’universite etaient envoye travailler dans les champs sans outils pendant que les gamins de 16 ans etaient mis en charge des hopitaux…

      Arrive Deng Xiao Ping et Deng dereglement le marche du travail. Premier gros boom Chinois et ceux qui s’enrichissent sont ceux qui lancent des usines et utilisent ce travail dereglemente.

      Suis ensuite Zhu Rongji qui dereglemente l’immobilier et le droit a la propriete. Enorme boom de l’immobilier et les gens qui font des fortunes le font dans la prmotion.

      Suis ensuite Wen Jiabao, qui dereglemente le marche des matieres premieres (charbon, cuivre, petrole…). Enorme boom dans les matieres premieres.

      Et ainsi, ayant dereglemente le travail, la terre, et les matieres premieres, nous arrivons a la frontiere finale du capitalisme: la dereglementation du monde du capital. Nous y sommes aujourd’hui avec Xi Jin Ping. Mais cette dereglementation se fait de facon NOUVELLE. Elle se fait par Ant Financial, par Tencent, par wepay, alipay etc… Quelque part, la dereglementation du capital se fait aujourd’hui par un ‘bypassing’ de la monnaie.

      Mais bon, pour revenir a votre question: au source de la croissance Chinoise, il y a le RETRAIT de l’etat chinois de tout d’un tas d’activite. Il y a 50 ans, l’etat chinois representait la totalite de l’economie, et de la societe. Et depuis 1978, son poids s’amoindrit chaque annee.

      Malheureusement, en France, c’est le contraire…

      Amities

      LVG

  • Hubert GLARDON

    29 September 2020

    bonjour monsieur Gave, reprenez moi si je me trompe, mais si un citoyen chinois veut investir dans une entreprise U.S. ou européenne ou asiatique ne lui faudra t’il pas obligatoirement convertir ses Yans en Dollars ou en Euros pour ce faire .

    Répondre
  • sangmelima

    28 September 2020

    Un sincère merci pour l’éclairage très accessible que nous offre Ch. Gave dans ce dernier article, mais… quand on est en bas de l’échelle sociale avec assez peu de pognon à disposition on ne se pose pas la question de savoir dans quelle valeur/pays on va investir, mais on essaie surtout de protéger les 3 radis (assure-vie par exemple) qu’on a peiné à épargner…
    Quelques conseils à ce bas niveau serait-il possible ?
    Merci d’avance…

    Répondre
    • Soufiane

      28 September 2020

      Tout ceci realisable avec un courtier en ligne meme avec de faibles sommes (quelques milliers voir centaines d’euros)

  • germain

    28 September 2020

    La guerre monétariste entre les USA et la Chine est une étape qui nous mène à la guerre, au conflit armé: si les USA échoue dans leur stratégie- bloquer le progrès technologique en Chine-, ils engageront les hostilités dans une nouvelle stratégie-la guerre totale. Ils inventeront une cause morale-une agression par exemple avec des morts- pour faire croire à leur bon droit. L’attaque de Pearl Harbour est un exemple historique.

    Répondre
    • Hubert GLARDON

      29 September 2020

      Pearl Harbour est JAPONAIS………. sauf erreur de ma part et non chinois.

    • Robert

      6 October 2020

      La “logique historique” de la situation actuelle entre les USA et la Chine serait effectivement un conflit armé.
      Mais, d’une part le pire n’est jamais certain, d’ autre part ce conflit a déjà commencé sous d’autres formes, ce que vous n’ignorez pas si vous êtes un fidèle lecteur de ce site.
      Je profite pour remercier Louis-Vincent Gave pour ses interventions.

  • jacqueshenry

    28 September 2020

    Je me pose la question de savoir quelle est la signification des transferts de capitaux de fonds européens (en dollars et euros) vers l’Extrême-Orient. Ce phénomène dure depuis plusieurs mois et atteint parfois des montants de plusieurs centaines de millions chaque jour.
    Une autre interrogation : si le Japon a refusé sa participation dans le “FMI” asiatique le gouvernement nippon ne faisait que se plier aux menaces américaines. Les accords de swap yuan-yen existent pourtant depuis plusieurs années et il ne faut pas oublier que la Chine est le premier partenaire commercial du Japon.

    Répondre
  • Bilibin

    28 September 2020

    Ce plan me semble intéressant et plausible mais comment goupiller cela avec le fait qu’ils soient fâchés avec tous leurs voisins?
    L’Inde les déteste.
    Le Japon les déteste.
    L’Australie (un peu loin mais quand même) les déteste.
    Taiwan (faut-il le dire?) les déteste.
    La Russie ne les aime pas beaucoup…
    Pour les autres je ne sais pas trop.
    Naturellement ces sentiments semblent fort réciproques et ça ne s’améliore pas avec le temps…
    Même la Corée du Nord s’est sacrément refroidie à leur égard, du moins c’est l’impression que j’ai eue.
    Les raisons que vous avez citées sont-elles suffisantes pour mettre tout ce monde autour d’une table malgré l’ambiance un tantinet tendue?

    Répondre
  • Aura

    28 September 2020

    Cher Charles,

    Excellent article comme d’habitude.

    J’ai une question.

    Je crois que vous avez vécu un moment à HK et avez toujours un business là bas donc vous avez une bonne expérience de HK et j’imagine du Mainland.

    Mon expérience professionnelle à Londres avec des Chinois de HK et Mainland a été un cauchemar à chaque fois.

    Le sentiment que j’avais est qu’ils avaient tellement l’habitude de se “baiser”( excuser moi du mot) entre eux qu’ils assumaient que tout le monde était comme ca et agissaient en conséquence ce qui était extremement énervant.

    Un très bon ami, membre d’une des familles “royales” du Golfe était le représentant de son pays pour les relations commerciales avec la Chine et le Japon dans les années 1990-2000

    Et je me souviendrai toujours qu’il nous avait dit que quand il négociait avec les Japonais, cela durait des mois et qu’ils etaient extremement pointilleux. Mais, une fois l’accord signé on pouvait le mettre dans un tiroir et ne plus s’en occupper, tout marchait comme prevu sur des roulettes.

    En revanche, avec les Chinois, les négociations étaient toutes aussi difficiles et qu’une fois l’accord signé les vrais emmerdements commencaient et que ca n’etait qu’un bout de papier.

    Ma question: je ne dois pas etre le seul à avoir eu ces expériences et donc j’imagine que les gens de la région doivent etre un peu réticents à devenir dépendents des Chinois

    Répondre
    • Alamartine

      29 September 2020

      Alors que dire des affaires avec les indiens !

  • Jean-Claude Epiphani

    28 September 2020

    Y a t’il un ouvrage de Charles Gave qui résume l’essentiel de ce qu’il faut savoir en matière d’économie et de finances ?
    Merci à l’avance de votre réponse.

    Répondre
    • Vaik

      29 September 2020

      A ma connaissance, aucun ouvrage de Charles ne résume tout l’essentiel, ce sont surtout des essais. Vous pouvez lire: “Sire, surtout ne faites rien” si vous voulez mieux connaitre sa pensée mais si vous voulez connaitre l’essentiel je vous conseillerais de vous pencher sur Schumpeter dont Charles est très friand:
      – Capitalisme, socialisme et démocratie
      – Le cycle des affaires
      – Histoire de l’analyse économique
      – Théorie de la monnaie et de la banque Tomme 1 & 2

      Cet auteur, en plus d’être prolifique a l’avantage d’une vision complexe et non manichéenne (que l’on pourrait reprocher à pratiquement tout les autres économistes, qu’ils soient libéraux ou non).
      Si vous voulez connaitre la finance alors la c’est une tout autre histoire, car cela a peut de choses à voir. Étant moi même en étude boursière, je pourrais vous renvoyer vers une myriade d’auteur.

      Si vous voulez des connaissances en investissement, penchez vous sur l’investisseur intelligent de Benjamin Graham, le reste suivra.
      Si vous voulez des connaissances en spéculations, là, c’est une tout autre histoire… Cela nécessiterait un pavé entier mais je ne suis pas sur que c’est ce dont vous avez besoin.

      J’espère avoir répondu à votre question, bonne journée

  • Arsene Holmes

    28 September 2020

    Pour pouvoir remplacer le USD, il va falloir que la Chine augmente massivement son marché obligataire gouvernemental, meme si ca n’est que pour le commerce.

    Je n’arrive pas à trouver les chiffres précis de la taille du marché de US Treasuries ou du du marché des obligations gouvernementales Chinoises mais je pense que le rapport doit etre minimum de 10 fois plus.

    Donc il y a de la marge et je ne suis pas certain que les voisins de la Chine soient trop ravis de l’avoir comme super puissance et d’en etre dépendants . Surtout si près d’eux avec ses tendances hégémoniques

    Répondre
  • Jordi

    28 September 2020

    Question lexicale : vous mentionnez deux fois le concept de “compte capital”. C’est quoi ?

    Répondre
  • Gilles

    28 September 2020

    Merci pour cet article instructif!

    Deux questions:
    1. Pouvez-vous developer ce point? Je ne comprends pas la connexion entre la de-dollarisation de l’Asie et le besoin d’avoir un acces illimitee a un marché financier.

    2. Que pensez-vous de l’evolution du HKD? Va-t-il rester aligné sur le USD?

    3. Question bonus… connaissez vous des bons fonds pour investir en tant que particulier sur des bonds chinois?

    Répondre
  • Gilles

    28 September 2020

    Bonjour! Merci pour votre article instructif, d’autant plus interessant que je vis a HK.

    Deux questions:
    1. Pouvez-vous developper ce point? Je ne comprends pas la connexion entre la de-dollarisation de l’Asie et le besoin d’avoir un acces illimitee a un marché financier.

    2. Que pensez-vous de l’evolution du HKD? Va-t-il rester aligné sur le USD?

    3. Question bonus… connaissez vous des bons fonds pour investir en tant que particulier sur des bonds chinois?

    Répondre
  • Soufiane

    28 September 2020

    Je comprend l’idee mais j’ai aussi du mal a imaginer les pays asiatiques, qui dependent massivement des exportations il faut le rappeler, laisser leurs monnaies s’apprecier fortement face au dollar.
    Je vis en Thailande et l’appreciation de la monnaie locale est bien reelle, mais elle est continuellement denoncee comme etant plus une source de problemes que d’avantages.
    Donc je resterai mefiant, il est possible qu’au dela d’une certaine limite les gouvernements asiatiques emboitent le pas a l’occident pour baisser leur monnaie.

    Répondre
  • MARIE

    28 September 2020

    BIEN COMPRIS MAIS OÙ ACHETER DES OBLIGATIONS CHINOISES SI ON PASSE SUR LA RÉPULSION À FAIRE

    CE CHOIX ?

    Répondre
    • gilbros

      28 September 2020

      Pour moi, le plus simple, je suis chez Binck Bank,
      c’est :
      – un ETF Ishares IGEA coté à Londres pour des obligations asiatiques
      – un ETF Ishares CNYB (avec div) coté sur Euronext Amsterdam pour des obligations chinoises ou le même CYBA (Accumulation).

    • Soufiane

      28 September 2020

      @gilbros merci pour les conseils!

      Est-ce normal que le second qui est cote sur Euronext le soit en USD?
      C’est la 1ere fois que je vois ca, d’habitude quand un titre est cote sur Euronext il l’est en Euro.

      Merci

    • Gilles

      29 September 2020

      Bonjour Soufiane,

      Cela dépend du support coté. Chez certains émetteurs, il y a plusieurs ETF, un coté en euro, un coté en $ et un coté en £ …
      mais c’est le même, avec la même valeur.
      Par contre, les dividendes sont des fois payés dans une autre monnaie que celle de l’ETF.
      J’ai l’ETF IAPD (dividendes asiatiques) qui est coté en €uro et qui versent son dividende en $ …
      J’ai apprécié chez Binck d’avoir un compte avec plusieurs monnaies possibles.
      L’intérêt, c’est de toucher les dividendes dans la monnaie et de ne payer de frais de conversion que quand vous le décidez.
      Ou de pouvoir laisser le cash dans la monnaie choisie…
      Bonne soirée,

    • Hubert GLARDON

      29 September 2020

      SAUF erreur de ma part il vous faudra convertir vos euros en Dollars ou en Bitcoins pour ce faire.

    • Soufiane

      2 October 2020

      Je vais partir sur l’ETF CYBA en USD avec accumulation pour eviter le casse tete des dividendes.

      Vu que l’ETF est cote sur Euronext mais en USD, savez-vous ce qu’il en sera des frais de transactions ? Meme fonctionnement que les transactions en EUR sur Euronext ?
      J’utilise egalement Binck.

      Merci a tous pour vos reponses.

  • Charles Heyd

    28 September 2020

    Remarquable article même s’il repose en grande partie sur des hypothèses mais largement étayées!
    – Je ferais cependant un parallèle avec les 2 Allemagnes; imaginez que la RDA soit restée “à côté” ou aux côtés de la RFA, avec son mark de l’est, c-à-d un pays mais deux systèmes! Il n’y aurait eut plus qu’à attendre comme vous dites: “attendre tranquillement que le fruit mûr ne tombe de l’arbre ?”
    A vrai dire la RDA est effectivement tombée comme un fruit mûr!
    – Qui a protesté contre cette annexion? Je veux dire qui d’autre que les USA?
    – si cette annexion financière est, je cite toujours: “Cet ensemble de mesures est littéralement un « copier-coller » des accords qui fonctionnaient en Europe entre la Bundesbank et les pays qui participaient au SME Européen des années 1980 à 2000.”
    Pourquoi ne pourrait-on pas imaginer un système comparable pour l’Europe?
    – Vos références à Kadhafi et Saddam Hussein éclairent d’un jour nouveau ces deux conflits où nos “stratèges” hexagonaux ne se sont pas illustrés! Et dire qu’on impute maintenant tout cela à ce “pauvre” Sarkozy et ses valises de billets et ce va-t-en guerre BHL!

    Répondre
    • Bilibin

      28 September 2020

      J’ai toujours trouvé curieux (ou peut-être que mon expérience est trop limitée?) que nos cousins d’outre atlantique ne fassent jamais la moindre référence à la France dans l’histoire de Kadhafi. Pour eux c’est juste une bêtise d’Obama et des démocrates, la France n’a même pas un rôle mineur, alors qu’ici c’est presque le contraire.

    • Alamartine

      29 September 2020

      Kadhafi, Saddam et … BNPP (les $9 Bio d’amende), qui gérait je le rappelle le programme Oil for Food libellé en … EUR
      On pourrait ajouter DSK! dont la durée de vie (politique) a été écourtée dès lors qu’il a envisagé de mettre en place une nouvelle architecture financière internationale (diversification des réserves de change, DTS …)
      https://www.imf.org/fr/News/Articles/2015/09/28/04/54/vcstronger-financial-architecture

    • Robert

      6 October 2020

      En Libye, Sarkozy et BHL ont été, soit les “idiots utiles” des Ricains, soit leurs mercenaires. Personnellement je penche pour la seconde hypothèse !

  • Hardy

    28 September 2020

    magnifique de Maestria , point n’est utile de préciser que ce n’est pas une flagornerie mal placée que d’écrire: encore une fois ! . Vous auriez pu aussi ajouter je pense , que cette bascule d’une puissance sur une autre , la dernière fois que ça s’est passé c’était pendant l’entre 2 guerres……. c’est d’ailleurs le sujet de mon étude.

    Répondre
  • Karl Descombes

    28 September 2020

    Une question et un commentaire:
    ______

    Pourquoi la Chine prend-t-elle le contrôle de la société civile, alors que le contrôle du secteur financier aurait suffi pour atteindre le but décrit dans cet article. (Voir ce qu’il se passe aux USA.)

    Cela me semble contre-productif, car envoyant un mauvais signal à tous les pays asiatiques:
    1) La Chine ne respecte pas ses engagements internationaux les plus fondamentaux (vis-à-vis de l’Angleterre).
    2) Qui devient dépendant de la Chine met ses structures politiques en danger.

    Mon analyse est surtout que l’écart politique entre une Chine mainland avec une dé-libéralisation politique grandissante depuis 8 ans et Hong Kong férocement démocratique est devenu trop criant.
    Le risque de contestation en Chine est perçu comme inacceptable par le PC chinois, pour ce que le PC veut continuer à faire en Chine mainland.

    L’analyse monétaire est très juste, mais pas le déclencheur pour moi..

    ______

    Les conflits entre éthique de conviction et de responsabilité viennent des intérêts divergents entre les besoins de la société et ceux individuels.

    L’économie, au sens des échanges entre être humains, a pour but de faire vivre un maximum de personnes le mieux possible.
    Mais je (et/ou ma descendance) dois survivre avant tout.

    Mais si l’économie meurt, mais que je je vis bien à titre personnel, comment me situer philosophiquement?

    Pour les personnes “décentes”, le hiatus entre éthique de conviction et de responsabilité vient du fait que l’individu ne peut plus identifier les conséquences macro et micro dans les choix qu’il a à faire.

    Il ne faut pas non plus oublier que les sociopathes représentent 5-6% de la population.
    Il n’ont simplement rien à faire de ce question.

    Si de surcroît, les sociopathes ont pris le pouvoir, ils amènent la société dans le mur et obligent les individus à renier leurs convictions pour faire vivre leur famille.

    Répondre
    • dede

      28 September 2020

      “Si de surcroît, les sociopathes ont pris le pouvoir”

      Aucun risque: les psychopathes ne les laisseront pas leur marcher sur les pieds.

    • hugeus

      28 September 2020

      Karl, les sociopathes représentent 5-6% de la population dans notre pays, mais sont sur-représentés chez les entrepreneurs… et chez les politiques, n’en parlons pas, citons plutôt Alain :
      “Car le trait le plus visible dans l’homme juste est de ne point du tout vouloir gouverner les autres, et de se gouverner seulement lui-même. Cela décide tout. Autant dire que les pires gouverneront.”
      Pour un développement intéressant, lire Lobaczewski : la ponérologie politique.
      PS : tes articles sur objectif eco : rares mais excellents !-)

  • Jacques Peter

    28 September 2020

    Le HK dollar est lié au US dollar par un taux de change à peu près fixe (PEG). Est-ce que cela va durer avec la prise de contrôle de HK par la Chine?

    Répondre
    • dede

      30 September 2020

      Avoir deux monnaies, l’une attachée au dollar et l’autre souveraine présente quelques avantages dont beaucoup rêveraient… Sauf à ne plus être en mesure de tenir la parité de change, on voit mal pourquoi cela changerait.
      Pour mémoire, cette fixation du prix du dollars de Hong Kong a été menée par des gouvernements libéraux (sic): je ne vois pas pourquoi un gouvernement communiste ne poursuivrait pas la seule mesure autoritaire déjà en place.

  • Yes-Comment

    28 September 2020

    Sacré exercice de corde raide que de vouloir marcher -en funambule- entre les éthiques de Weber… quand l’éthique demeure singulière.
    Quand les convictions fuient leurs responsabilités, ou quand les responsabilités ne s’appuient sur aucune forme de convictions, il n’est guère besoin de philosopher pour mesurer que l’on a abandonné et perdu le chemin de l’éthique.
    Au cas particulier, pour ne pas s’égarer, il suffit d’éviter de confondre ce chemin avec la route de la soie…

    Répondre
    • Hubert GLARDON

      29 September 2020

      où avez-vous appris que le biseness pourrait être morale et comportait une page philosophique?

  • Stefano

    28 September 2020

    L’éthique de conviction pousse également à penser que les Anglais ont mis la main sur Hong Kong au XIX ème siècle à l’issue de la scandaleuse guerre de l’opium, et qu’il est temps que les occidentaux admettent qu’il s’agit d’un territoire chinois, et que le colonialisme n’est plus à l’ordre du jour.

    Répondre
  • Gerldam

    28 September 2020

    La question que je me pose est de savoir si Hong Kong peut devenir un “première place financière en Asie” avec une rue plutôt bruyante et le fonctionnement de l’ïle pas mal entravée.

    Répondre
  • Vaik

    28 September 2020

    Sans doute un des articles les plus intéressants que je n’est jamais lu chez IDL:
    Parle d’un sujet peu abordé, stratégique, et de manière très précise et dés-idéologisé.
    La définition de l’article parfait.
    On en redemande!

    Ps: Sinon, serait-il possible d’avoir des articles encore plus avancés sur le fonctionnement des marchés financiers? Ce serait génial pour ceux qui veulent passer à l’étage supérieur!

    Répondre
    • dede

      30 September 2020

      “le fonctionnement des marchés financiers”

      Là, c’est simple, pas besoin d’un article complet:

      Ceux qui ont de l’argent cherchent à le faire fructifier, ils cherchent donc à le placer dans des titres de propriété (actions) dans l’espoir d’une création de valeur ou à le prêter (achat d’obligations) contre rémunération (intérêts).
      Les entreprises qui ont des besoins de financement émettent des titres de propriétés ou des titres de dettes qu’elles vendent aux investisseurs (c’est le marché primaire).

      Comme il est fort peu probable que la période de placement de l’épargne corresponde à la période de financement dont a besoin l’entreprise, un marché secondaire a été créé sur lequel les investisseurs achètent et vendent les titres déjà émis (actions et obligations), à un prix fixé en fonction de l’offre et de la demande.

      Ensuite, il y a les marchés dérivés qui permettent d’effectuer des transferts de risques entre les différents acteurs du marché, mais là, ça devient beaucoup plus technique et en général, ceux qui ne savent pas comment ça fonctionne ne devraient pas y mettre les pieds.

      Pour passer à l’étage supérieur, faites un tour sur le site de l’autorité des marchés financiers, amf-france.org : à chaque terme incompris, une petite recherche sur google vous permettra de mieux comprendre.
      Mefiez-vous de ce qu’ils ecrivent sur les crypto cependant: il est impossible de reglementer les fraudes et l’AMF est un peu neuneu sur le sujet.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!