26 January, 2016

La performance d’Emmanuel Macron à Davos

Le 46 ème Forum Economique Mondial (WEF) à Davos a une fois de plus été un moment important pour comprendre un peu mieux les contours de « La quatrième révolution industrielle », titre choisi cette année pour la réunion suisse la plus célèbre du monde.

 

Les robots ont été au centre de l’attention de nombreux participants. ABB veut devenir le leader du marché des robots en usine où il réalise déjà 60% de son chiffre d’affaires. Il ne faut pas voir les robots uniquement comme une menace. Les robots ne remplaceront pas les humains mais il faudra former les travailleurs aux nouvelles technologies.

 

La Cybersécurité  a été un sujet d’affrontement entre les américains et les européens sur deux visions opposées. Les américains estiment qu’il faut faire confiance aux entreprises. Les européens ne veulent pas du « safe harbor » à l’américaine et refusent de voir les flux de données de leurs citoyens traverser l’Atlantique. En matière de sécurité l’armée suisse avait mobilisé 5000 hommes et femmes pour 2500 participants !

 

Les Matières premières vont en Suisse bientôt faire l’objet d’une votation le 28/02/2016 sur l’initiative « Pas de spéculation sur les matières premières ». Elle risque de déclencher dans le trading de matières premières le même effet négatif que la votation sur le secret bancaire a eu sur les banques suisses. Le texte représente un danger si la votation est adoptée pour les sociétés suivantes toutes présentes en Suisse : Cargill Investments, Louis Dreyfus Comodities, Bunge, Ecom Agro Industrial, Sucafina, Walter Matter,Webcor, Scipio, Ifaco, Noble Agri, Wilmar Sugar

 

Une baisse du prix du pétrole signifie habituellement une stimulation pour l’économie. Le problème est que la chute du prix du baril affecte en ce moment tous les pays du Golfe. Les budgets sont dans le rouge, les soldes courants dévissent et les bourses reculent (- 35% pour l’Arabie Saoudite depuis le début de l’année). La chute de la Russie se poursuit. A Davos aucun dirigeant russe important n’a pris la parole en séance plénière. Même si le prix du pétrole est loin d’être représentatif de l’activité mondiale son cours est devenu une véritable obsession pour les investisseurs. Le vrai problème se situe au niveau de l’endettement des sociétés du secteur. L’ensemble des sociétés nord américaine ont accumulé une dette de 353Md$ dont 75% sont désormais classés par les agences de notation dans la catégorie « junk ». Le marché du « High Yield US » (obligations à haut rendement) est dans une situation préoccupante depuis la faillite de Third Avenue, un fonds de « junk bonds »…

 

Le mot entrepreneur est en train de redevenir un mot français grâce à Emmanuel Macron. Quand il déclare que « la vie d’un entrepreneur est plus dure que celle d’un salarié » il déstabilise toutes les troupes de gauche. Il donne une idée de la France qui voudrait en découdre avec la modernité et embrasser son époque. A Davos, il a multiplié les interviews avec les grandes chaines d’information anglo saxonnes (CNN, CNBC, Bloomberg, BBC …) comme quelqu’un qui penserait beaucoup à la prochaine élection présidentielle. Pour le moment, il ne suffit pas d’annoncer des réformes pour qu’elles se produisent. François Hollande a jusqu’à maintenant utilisé Emmanuel Macron pour enlever de l’air à Manuel Valls. Cette partie de sa stratégie a parfaitement réussi.

Pour le reste le gouvernement se contente de détricoter lentement la Loi Alur portée par Cécile Duflot. Cette semaine il enterre la « Garantie Universelle des Loyers ».

La Loi sur les 35 heures de Martine Aubry est aussi progressivement démantelée. On va en faire autant avec le Code du Travail tout en marchant allègrement vers les 60% du PIB en dépenses publiques !

 

La période où on vous expliquait que « il n’y a pas d’alternative à l’investissement en actions en période de taux bas ou négatifs » semble bien révolue. Est ce que le marché connaît quelque chose que nous ne connaissons pas ? C’est la question que l’on doit toujours se poser quand les marchés baissent comme une pierre. Si on veut bien accepter que « le marché ne pense pas », mais ne fait que refléter les espoirs et les angoisses à un moment donné des investisseurs, il faut se souvenir que tout investisseur aime bien que le marché se trompe, car cela lui fournit des points d’entrée particulièrement attractifs. Ce sont les Fonds souverains qui ont été les plus gros vendeurs d’actions depuis le début de l’année. Il faut attendre la fin de leurs ventes avant de sortir de la période de marchés baissiers que nous traversons. En attendant, les investisseurs devraient prendre le maximum de précautions pour protéger leur portefeuille…

 

Le reste du Monde ne donne pas beaucoup de signes positifs

 

Les réductions d’effectifs et les fermetures d’usines se poursuivent presque partout. Parmi les annonces de la semaine on peut retenir : Johnson & Johnson qui supprime 3000 postes soit 2,5% de ses effectifs. Barclays qui élimine 1200 emplois dans son activité de banque d’investissement. Alstom désormais partie de General Electric qui supprime 1300 postes en Suisse.

 

En Europe, les exportations européennes ont encore progressé. On assiste au redressement du marché de la construction en Allemagne et en Italie mais pas en France ! Même si Mario Draghi le président de la BCE nous annonce qu’il est prêt à agir « sans limites » on voit bien que les options qu’il a à sa disposition sont limitées.

 

Aux Etats Unis, la production industrielle et les ventes de détail ont baissé en décembre.

Les mises en chantier de maison neuves reculent. Ce ne sont pas des indicateurs très encourageants sur la vigueur de l’économie américaine.

 

La Chine n’est pas responsable de tout ce qui se passe dans le reste du monde. Le sujet particulièrement préoccupant est celui de l’endettement des sociétés chinoises en dollar. Il atteindrait directement et indirectement les 3000 Md$.

 

A suivre de près

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

7 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • riZ

    28 January 2016

    A noter que la production d’acier dans le monde a baissé en 2015 (rarissime) , ce qui n’augure rien de bon .En Espagne 680 000 chômeurs de moins en 2015 , France 80 000 de plus , je passais devant le Prado la semaine dernière et le ministère de l’économie et de la compétitivité tout est là “compétitivité” alors qu’en France la rallonge sera plutôt ministère de l’économie et de l’ENArchie (= anarchie économique ).Le pétrole a fait un gros point cible à 27 $ (gros bas intermédiaire ou définitif ?) .Le chômage augmente en France alors que nous sommes en haut de cycle , du moins aux usa , le + 80 000 pourrait rapidement se transformer en +200 000 l’an en cas de récession sévère et les 4 millions de chômeurs seraient d’ici la fin de la décennie .L’alignement de planètes c’est terminé car les taux vont remonter dans le monde (us leader) , le pétrole est au fond du trou et pourrait bien être vers les 45 $ en 2017 quant à l’euro il ne se déprécie guère par rapport aux émergents (concurrents hors union européenne) et le QE est un non événement puisque les cours sont repassés sous le niveau de l’annonce de Draghi il y a un an environ .N’oublions pas qu’en décembre des fonds ont alerté leurs clients qu’ils ne pouvaient plus coter au jour le jour le high yield je crois (ne sait plus quel compartiment) , on se souviendra de bnp qui ne parvenait plus à coter non plus avant la crise de 2008 .

    Répondre
  • jemapelalbert

    27 January 2016

    il semblerait que la votation Suisse sur l’initiative « Pas de spéculation sur les matières premières » ai peu de chance d’aboutir car issue d’une gauche totalement pulvérisée aux dernières élections , ainsi cette initiative est vue comme la recherche d’un sujet de rassemblement plutôt qu’une véritable volonté d’imposer des règles de commerce…à voir

    Répondre
  • Francis

    27 January 2016

    Pour compléter votre panorama hebdomadaire sur l’économie et la politique internationale, il serait intéressant d’avoir les réflexions de JC Gruffat sur les probabilités de voir M. Bloomberg entrer dans la campagne présidentielle et ses chances d’en sortir vainqueur.

    Répondre
  • nolife

    27 January 2016

    “Le sujet particulièrement préoccupant est celui de l’endettement des sociétés chinoises en dollar. Il atteindrait directement et indirectement les 3000 Md$.”

    On m’a toujours expliqué que les réserves de change de la Chine (> 3000 milliards de $) seraient suffisants pour couvrir ce qui se passe …

    https://pbs.twimg.com/media/CZpDwL2WAAI_Ktw.jpg:large

    Shadow banking ???

    Dites-moi, a-t-on de si bonnes raisons d’être optimistes sur l’Empire du milieu ?

    Répondre
    • septic

      28 January 2016

      A no Life : il faut rapporter les réserves de change en $ à la masse monétaire à couvrir .

      La masse monétaire chinoise (M2) est passée d’environ 26 000 milliards de yuan à plus de 128 000 milliards de yuan — soit près du quintuple en seulement 10 ans !

      Voir ce rapport de 4 pages de Natixis : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=88547

      “les réserves de change, en supposant qu’elles soient entièrement liquides, ne couvrent qu’environ 16% du total des dépôts, ce qui serait insuffisant si tous les déposants décidaient de convertir leurs yuans en dollars.”

      Ces réserves servent aussi à bricoler le cours du yuan.

    • nolife

      29 January 2016

      Merci et d’autant plus que d’après ce que j’ai compris, des réserves de changes, cela peut soigner une crise de liquidité mais pas résoudre des problèmes structurels.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!