26 April, 2021

La Notion de masse monétaire excédentaire.

L’inflation, c’est de subventionner des dépenses qui ne rapportent rien avec de l’argent qui n’existe pas.

Jacques Rueff

Avis au lecteur : Il va falloir s’accrocher. Dans ce papier, je vais essayer d’expliquer du mieux que je le peux une notion qu’une grande majorité de mes clients institutionnels ont du mal à comprendre, et pourtant c’est leur métier. Je vais faire mon possible. La bonne nouvelle est qu’il n’y aura pas d’interrogation écrite à la fin et que vous pourrez poser des questions sur le site comme d’habitude.

 

Pour faire tourner une économie, il faut de l’argent et cet argent qui tourne à son tour, les économistes l’appellent la « masse monétaire » qui n’est rien d’autre que la somme des billets de banque, du cash, des crédits etc. Dans le graphique ci-dessous, je prends M2 qui est ce que Milton Friedman recommandait de prendre. La ligne bleue représente le PIB NOMINAL et la ligne rouge la masse monétaire, ajustée pour le PIB nominal. Pourquoi ajustée ? Parce que, historiquement, la masse monétaire « tournait » deux fois dans l’année et donc, aux USA, M2 en circulation représentait d’habitude environ la moitié du PIB.

Venons-en au graphique montrant la relation historique entre les deux.

 

 

 

 

De 1960 à 1985 environ, la masse monétaire croît constamment plus vite que le PIB, ce qui est sans doute à l’origine de l’inflation des prix de détail des années 1965 à 1980, qui fut « tuée par Volcker », ce qui fut visible à partir des années 1985-90.

De 1985 à 2004, nous sommes dans un boom déflationniste tout à fait classique, forte activité sans inflation.

Puis arrivent les banquiers centraux keynésiens », Bernanke, Yellen, Powell et les folies reprennent.

Je ne vais pas revenir sur la question « pourquoi en est-on arrivé là », il me faudrait écrire un livre et je l’ai déjà fait (voir « Libéral mais non coupable »), mais je vais me concentrer sur la deuxième question : comment en est-on arrivé là ? Et là encore, il me va falloir simplifier au maximum, au risque de sursimplifier. Mais comme le disait Keynes :’’ Il vaut mieux avoir approximativement raison que précisément tort »

Voilà ce qui s’est passé.

  • En 2008-2009, la Grande Crise Financière (GCF) a créé un déficit budgétaire monstrueux, qu’il fallait financer. S’il avait dû l’être par l’épargne américaine, les taux d’intérêts réels auraient explosé à la hausse, ce qui aurait transformé la récession en dépression. Et donc, pour éviter une telle catastrophe, la banque centrale s’est mise à acheter des obligations de l’état, en créant de l’argent qui n’existait pas, et à en acheter suffisamment pour que les taux d’intérêts réels baissent au lieu de monter. Le moyen utilisé était donc de remplacer de l’épargne par de la monnaie supplémentaire, ce qui veut dire que la ligne rouge commence à monter par rapport à la ligne bleue… ce faisant, le bilan de la banque centrale explosait à la hausse, gorgé qu’il était de nouvelles obligations émises par le gouvernement des Etats-Unis. Et de l’autre côté du bilan, la masse monétaire augmentait. Le déficit budgétaire fut donc financé par la banque centrale, a la place de l’être par l’épargne locale, ce qui d’habitude n’a lieu qu’en cas de guerre, quand la survie du pays est en jeu. Mais, bonne nouvelle, ça marche, les actions et les obligations se mettent à monter, les taux réels baissent et tout repart pour un tour…
  • Survient la crise de l’Euro de 2011 -2012. Pour éviter que mon Frankenstein financier favori, l’Euro ne disparaisse, la BCE fait ce qui était formellement interdit par les Traités, et se met à suivre la même politique que les USA trois ans plus tôt, c’est-à-dire a financer directement les déficits des pays mal gérés et en plus, double la mise en 2016 en se mettant à acheter des obligations du secteur privé, ce qui était également interdit. Le bilan de la BCE explose… Les actions et obligations montent et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.
  • Monsieur Trump est élu, baisse les impôts et augmente les dépenses militaires, faisant exploser les déficits et tout cela sera financé par… La Fed qui maintient des taux courts très bas, et l’économie américaine se porte comme le pont neuf… mais la masse monétaire excédentaire reprend sa hausse car…
  • … Arrive la crise du Covid. Europe et USA décident de mettre leurs économies à l’arrêt et de payer les gens à ne rien faire et du coup les déficits explosent, et sont financés par…le lecteur l’aura deviné… les banques centrales qui achètent obligations du secteur public et du secteur privé à tour de bras et les bourses font des plus hauts…A noter que la Chine et l’Asie refusent de suivre cette fois-là.
  • Enfin, monsieur Biden arrive à la Présidence des USA avec de nombreuses idées sur de nouvelles façon de dépenser de l’argent (et pas qu’un peu, environ 2000 milliards de dollars), que bien sûr il n’a pas, et la question est : comment ces dépenses nouvelles seront-elles financées ?  Mais par la banque centrale bien sûr, alors même que la situation est redevenue normale.

Et nous nous retrouvons après toutes ces brillantes manœuvres avec une masse monétaire excédentaire d’environ 9000 milliards de dollars, équivalents à environ 37 % % du PIB Américain, ce qui est gigantesque et qui va sans aucun doute continuer à augmenter… Nous en sommes en effet arrivés à un point où les hommes politiques croient avoir trouvé la pierre philosophale puisque produire plus de monnaie ne semble avoir aucune conséquence négative, bien au contraire.

Résumons-nous : La technique est simple.

  1. Le gouvernement se met à emprunter comme un fou, ce qui devrait faire monter les taux, mais ceux-ci baissent car la banque centrale achète toutes les obligations émises. La dette explose.
  2. Cette dette est « portée » par la banque centrale chargée du contrôle de la monnaie dont le bilan explose à son tour. Inutile de dire que les taux d’intérêts sont des faux prix qui ne rééquilibrent en rien l’offre et la demande d’épargne, puisque la quantité de monnaie monte tandis que le stock d’épargne baisse, l’épargne n’étant plus rémunérée.
  3. L’Etat transfère ces montants gigantesques au secteur privé ou à ses “clients” (industries pharmaceutiques, armement, infrastructure), ce qui veut dire que profits des sociétés et épargne des ménages explosent à la hausse. Remarquons ici qu’il s’agit de profits et d’épargne non gagnés et que l’épargne n’a pas augmenté. Ce qui a énormément cru c’est la quantité de monnaie, pas l’épargne et donc, à terme, la croissance en volume ralentit.

A ce point de la démonstration, le lecteur doit se demander, mais pourquoi les prix ne montent-ils pas comme dans les années 70 ? et c’est la bonne question.

Pour comprendre, il faut revenir au sens des mots comme toujours.

Inflation en bon français veut dire hausse de la quantité de monnaie par rapport au volume de production. Sommes-nous en inflation ? La réponse est : Oui, comme rarement dans notre histoire.

Et donc, la question devient : pourquoi n’avons-nous pas de hausse des prix de détail ? Et la réponse est : parce que nous sommes dans un système de libre échange qui n’existait pas en 70 et à cause de ce que certains appellent la mondialisation.

Beaucoup des produits de consommation vendus dans nos pays sont produits ailleurs. La hausse des prix de détail se produira quand ces pays n’accepteront plus nos monnaies en échange de leur production. Et à ce moment-là, nous n’aurons ni produits étrangers, ni appareil de production chez nous. C’est ce qui est arrivé au Venezuela ou à l’Argentine…

Mais en attendant, nous avons des hausses de prix formidables dans des biens durables tels que l’immobilier ou certaines actions dont la valeur monte de façon exponentielle. Mais le lecteur doit se rendre compte d’une réalité toute simple : En fait, ce n’est pas la valeur de l’appartement à Paris ou de l’action Air Liquide qui monte, c’est la valeur de la monnaie avec laquelle on achète l’un ou l’autre qui baisse.

Et comme la valeur du travail en France ou aux USA ne monte pas autant puisque les travailleurs locaux sont en concurrence avec les travailleurs de pays non inflationnistes ou dont les monnaies peuvent dévaluer, eh bien, ceux qui ont des actifs « les riches » s’enrichissent tandis que ceux qui n’ont que leur travail à offrir, les « pauvres » s’appauvrissent, ce qui est désastreux pour la volonté de vivre ensemble.

Prenons un exemple. Il y a quarante ans, un travailleur payé au salaire horaire aux USA pouvait s’acheter la maison « médiane » en travaillant 3300 heures.

Aujourd’hui, il lui faut travailler plus de 6000 heures…

Prenons un autre exemple, ma chère action Air Liquide, dont le cours a doublé en 6 ans, ce qui revient à une hausse de 12% par an, à laquelle il faut ajouter le dividende qui a monté presque chaque année.

Est-ce bien normal ? Bien sûr que non !

Dans le temps, il fallait 10 à quinze ans pour que double le cours, et ce raccourcissement de la période nécessaire au doublement de votre capital n’a rien à voir avec les mérites de l’Air Liquide mais tout à voir avec le fait que la fuite devant la monnaie, caractéristique essentielle d’une période de hausse de prix a bel et bien commencé.

La preuve en est que si je calcule la valeur d’Air Liquide non plus en Euro mais en or (qui lui garde sa valeur au travers des siècles), le cours d’Air Liquide, dividendes réinvestis, est plus bas qu’en 2000…

Première réalité donc : Nous sommes bien dans une période inflationniste et la valeur de la monnaie a commencé à baisser très fortement contre les biens et services à duration longue très longues. Garder du cash ou détenir des obligations dans les monnaies des pays qui suivent une politique inflationniste est suicidaire.

Deuxième réalité : historiquement, les politiques inflationnistes se sont toujours mal terminées et il n’y a pas d’exception.

Ce qui amène à la dernière question : quand l’inflation va-t-elle détruire nos systèmes de production ?

Réponse : Aucune idée, mais je sais que chaque monnaie a trois fonctions.

  1. Réserve de valeur : Cette fonction est détruite.
  2. Étalon de valeur : Cette deuxième fonction est en voie d’être détruite, comme l’exemple d’Air Liquide le montre.
  3. Moyen d’échange : c’est quand les producteurs vous demanderont d’être payés en or ou en litre de vin plutôt qu’en Euro ou en dollar, que le troc réapparaîtra, que vous saurez que nous sommes à la fin. Et cela se traduira par l’apparition de nouvelles monnaies qui n’auront rien à voir avec le pays. L’émergence du Bitcoin est donc parfaitement normale.

Mon conseil reste le même : Les pouvoirs publics sont en train de détruire nos monnaies. Il faut donc échanger ces monnaies dont la valeur va s’effondrer contre des actifs qui vaudront toujours quelque chose, un lopin de terre, une pièce d’or, une action Air Liquide, un stock de Carambars ou que sais-je encore.

Et le cas échéant et si vous le pouvez, emprunter à taux -fixe pour acheter de vrais actifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

60 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • OLIVIER

    4 May 2021

    Le Bitcoin est bien dans l’air du temps. A la fois monnaie (moyen de paiement plutôt pour l’instant) et jeton spéculatif.

    Répondre
  • Garofula

    3 May 2021

    Pour voir l’inflation, rien de tel que les indices incidents ne pouvant pas être facilement manipulés. Un exemple avec le Cass Freight Index.

    https://www.cassinfo.com/freight-audit-payment/cass-transportation-indexes/cass-freight-index

    Sur cette page, vous disposez de deux graphiques basés en 1990. Le premier montre l’évolution du nombre d’expéditions, le second l’évolution de la valeur de ces mêmes expéditions. En 3 décennies, le volume des expéditions a progressé de 20%. Sur la même période, le prix de ces mêmes expéditions a progressé de… 240%, soit plus de 4% par an en moyenne. Notez que les phases d’accélération de la courbe du second graphique correspondent parfaitement (miracle !) aux principales vagues d’injections monétaires de la Fed depuis un peu plus d’une décennie.

    Bien sûr, une part de cette hausse relève du progrès technologique. Mais une part seulement. En effet, on n’achète pas que des smartphones et une tonne de riz de 1990 vaut bien une tonne de riz de 2020.

    Si vos revenus ont progressé de 4% chaque année depuis 30 ans, tout va bien et vous pouvez vous offrir le dernier iphone à la mode. En revanche, si vos revenus ont progressé plus lentement, vous vous contentez désormais de lécher la vitrine. Pour que l’inflation soit un succès au service de ceux qui la provoquent, il faut toujours et partout des perdants en grand nombre.

    Répondre
  • Ockham

    2 May 2021

    Dans votre démonstration vous ne faites pas mention de la tendance déflationniste. En effet avec le Complexe SOI (smartphone-ordi-internet) les coûts de transaction plongent partout. Avec une robotisation qui envahit même la Chine les coûts de production pour les produits de masse suivent le mouvement de baisse. Il n’y a donc jamais eu autant de produits à bas prix réel en bout de chaîne. Cette déflation atténue les effets de l’inflation attendue. En outre pour expliquer l’inaction du voyant “inflation”, il y a un argument technique à savoir que l’immobilier et les produits financiers ne font pas parti de l’indice des prix servant au calcul de l’inflation. En plus, les produits liés au SOI sont de plus en plus puissants à prix stable puisque l’ordi de 1995 comparé à celui de 2021 est une trottinette par rapport à un avion supersonique. Or l’Insee divise d’autant son impact ! Donc votre raisonnement mixé avec ces remarques donnerait une résultante au moins différente.
    En plus nous sommes dans une période de transition énergétique avec un glissement probable des prix du pétrole si elle réussit avec l’hydrogène à un coût compétitif (nucléaire …) ce qui n’est pas encore acté. Ajoutons les délires de minorités que nos gouvernants satisfont même après des centaines de jugements défavorables à ces obsédés. Il est vrai que certaines élections se gagnent à la marge … et valent d’entendre ces perturbés mentaux (woke). Faute de voyants car ils sont tous cassés comme vous l’écrivez, il est donc très difficile de savoir- au moins de mon point de vue – de quel côté et quand le fléau balance va pencher voire aura son fléau décapité ! En tout cas c’est un essai de raisonnement et ce en toute humilité.

    Répondre
  • Alex

    1 May 2021

    La quantité de monnaie en circulation dans l’économie doit être en adéquation avec le volume de la production (PNB) Produit National Brut.

    Répondre
  • ChrisJr

    28 April 2021

    Un exemple lié a l’importance de la vélocité de la monnaie : Tesla, largement financé par la politique monétaire “non conventionnelle” de la FED, utilise cette source de financement pour acheter des bitcoins. (cf. n’importe quel site d’actualités ) Comment apprécier l’impact de cette injection de monnaie crée ex-nihilo qui, une fois dans les poches de notre cher Elon a finit par acheter des bitcoins, une “monnaie” adossée à rien et dont la confiance (et donc la valeur) ne repose que sur les dires de 10 000 geeks dans le monde et quelques personnes très crédules. Qui, en plus, génèrent une sorte de “prophétie auto-réalisatrice en disant “acheter du bitcoin il va monter”, du coup tout le monde achète et ca monte….Plus généralement pouvez vous Mr Gave répondre à la question que beaucoup d’entre nous se pose : Ou passent ces milliards injectés par la FED et la BCE ? Quel est le parcours de cet argent vs le parcours moyen d’un injection de monnaie en 1990 ou en 1960 ? Au delà même de la chute de la vélocité de la monnaie je pense qu’il y a une vraie réflexion à mener autour du “parcours” de l’argent, notamment pour expliquer pourquoi des injections massives de cash crée ex-nihilo n’ont aucune incidence sur l’inflation. Si le cœur vous en dit, j’aimerai beaucoup vous entendre sur le sujet, et je suis sur que Gavekal à beaucoup de data à fournir pour étayer vos réflexions

    Répondre
    • Franck

      29 April 2021

      Merci de le souligner !!!!
      Je me pose également la même question.
      Quel est le parcours de l’argent ?
      Mais il y a des lois qui sont faites pour nous empêcher de retracer ce parcours.
      Le code monétaire nous empêche de voir qui détiennent ou rachète nos dettes à l’etranger parmi les résidents étrangers qui sont très nombreux.
      Bizarre non ? Les actionnaires oui ! mais les détenteurs de nos dettes notre argent non !
      Ce qui a bcp éveillé ma curiosité a été, il y a plusieurs années, de m’apercevoir qu’il y avait un certain nombre de banques étrangères notamment Américaines(SVT) qui gérait les adjudications qui représentent les taux d’emprunt à déterminer lorsque la France par exemple emprunte pour faire rouler sa dette sur donc le marché primaire en France. (Marché des SVT).
      On sait que ces dettes sont rachetées par la BCE sur le marché secondaire étant donné que son statut lui empêchait d’acheter les dettes directement sur le marché primaire comme aux USA avec la Fed.
      On peut savoir le pourcentage des dettes detenu par les banques françaises les compagnies d’assurance par l’état français bien sûr mais pas les dettes détenus par les résidents étrangers c’est un mystère !!!!!
      j’aimerais bien le savoir !!!
      Qui détient encore une bonne partie de notre pognon ?
      la BCE n’en ayant rachetée qu une partie.
      Après l’on sait que l’argent créé ex nihilo créé PAR LES BANQUES COMMERCIALES est replacé en partie à la banque centrale (la BCE) ce qui permet aux banques de toucher un intérêt lorsque la vélocité de la monnaie a chuté. Leurs réserves auprès de la BCE a fortement augmenté.
      J’avais lu il y a déjà quelques années comment la banque centrale Italienne gagnait de l’argent en empruntant sur le marché interbancaire à un taux plus bas pour le placer à la BCE à un taux plus élevé ensuite engrangeant un profit sur le différentiel de taux.
      En fait la monnaie n’est pas détruite mais placé bien au chaud à la BCE.

      Pour que la monnaie soit détruite il faut que la BCE vendent les obligations qu elle a précédemment acheté ou attendent qu elles arrivent à échéance.

      Les banques commerciales elles se servent de cet injection massive de liquidité pour INVESTIR DANS LES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS par exemple.
      J’AVAIS ENTENDU PARLER DE 35000 MILLIARDS INVESTI DANS DES PRODUITS DÉRIVÉS.
      Elles sont censés relancer l’économie en prêtant aux entreprises mais J’AI LU ENCORE UNE FOIS qu’elles préféraient investir dans des produits financiers. Tous ceux qui vendent leurs dettes pourri des pays du sud achète de la dette et des produits financiers Allemands par exemple ou encore au Luxembourg.
      Je m’étais demandé pourquoi certains achetait de la dette Allemande à taux négatifs et en fait la meilleure réponse n’est pas que ces investisseurs mettent leur argent en sécurité mais surtout qu en cas d’explosion de la zone euro elles engrangeraient des bénéfices sur la hausse du Mark Allemand.
      Il faut savoir que grâce à TARGET 2 la banque centrale Allemande “se débarrasse” de l’excédent des dépôts placé chez elle grâce à une manipulation comptable. Cet argent est “dilué” dans une caisse commune (façon de parlé). Ils n’ont pas envie de porter le chapeau qd l’euro explosera !!! Ils sont malins les Allemands et ceux sont eux JE CROIS qui ont négocié cela afin qu en cas de crise ou de sortie de l’euro elle ne paiera qu à hauteur du pourcentage de répartition des dettes. l’Allemagne je crois que c’est 25% environ ce qui est énorme mais peu au regard des excédants monstrueux qui figure à son bilan.
      la France un peu moins et ainsi de suite. En fait la France paiera donc pour l’Allemagne.
      Tout comme nous paierons en cas de faillite d’une de nos banques too big too fail.
      QUOI QU IL ARRIVE LA FRANCE SERA PERDANTE À MOINS PEUT-ÊTRE QU ON SORTE DE L’EURO ET DE L’UE LES 1ERS !!!!
      En Europe tout ce pognon injecté aura servit à supprimer le risque pour sauver l’euro.
      Le risque est supprimé pour tout le monde et comme personne n’a confiance paradoxalement, l’économie tourne au ralenti, l’investissement ne repart pas, les banques préférant placer les liquidités offertes par la BCE à la BCE (retour à l’envoyeur lol)
      Qui sont les gagnants et qui sont les perdants !!! Je préfère en rire qu en pleurer. Tous les travailleurs peu qualifiés, les plus démunis qui subissent tous les pertes d’emplois.
      Mais je me pose la même question FONDAMENTALE que vous : quel est le parcours exacte de l’argent créé ex nihilo ?

      Bien cordialement.

  • Franck

    28 April 2021

    Bonjour,

    Un sujet fondamentale mais je sais oh combien compliqué.
    Vous nous expliquer: Que l’inflation dû à une trop grande injection de liquidité s’est propagé en premier lieu et a desservi donc le monde de la finance entraînant une hausse sur le marché des actions outrageante notamment sur le NASDAQ dès lors qu’a commencé la crise du covid, de l’immobilier, surtout du bitcoin de manière vertigineuse comme chacun aura pu le constater en suivant l’actualité, et tant mieux pour ceux ayant miser sur le bitcoin (sacré bénéfice j’ai un ami qui est heureux que la crise du covid soit apparu et remercie tous les incompétents qui nous gouvernent lol).
    Ensuite Que cette inflation se propagera dans les prix de consommation de bien et services au fur et à mesure que la monnaie continuera à chuter.
    Mais il y a quelque chose dont vous nous aviez déjà parlé il y a longtemps et ceux sont les prix Futures, les spéculateurs ou agriculteurs se servant des produits dérivés afin de se prémunir contre la hausse des prix. Puis il y a également donc la concurence des produits étrangers en Asie notamment qui empêche l’inflation d’avoir lieu comme vous l’avez dit dans cet article.
    Cela dit en passant on ne peut que constater que le choix du protectionnisme serait d’autant plus dangereux dommageable en Europe que cela ne nous empecherait pas de continuer à acheter des téléphones chinois coréens par exemple.
    Les protections contre l’inflation sont donc doubles triples me semble t-il.
    Si l’inflation fait son apparition dans les prix de détails, serait-il possible que nous revivions le cauchemar qu avait vécu L’ALLEMAGNE à l’époque de la République de Weimar où les gens se retrouveraient à marcher avec une brouette rempli de billets pour s’acheter une demie baguette de pain ???????.
    J’ai tendance à penser, sans doute à tord, que le marché de la stérilisation effectué par les banques centrales en prévision de l’inflation, les contrats Futures (même si la spéculation peut entraîner une hausse, un agriculteur par principe se prémunir contre la hausse) et la concurrence lié à la mondialisation peuvent freiner voire empêcher les prix des biens et services de monter trop fort !!!!!

    Ensuite si la confiance en l’euro n’est plu, les taux d’intérêt sur le long terme vont bien finir par augmenter et pour empêcher cela donc la banque centrale est prisonnière et rachète continuellement les dettes publiques et privées. Mais j’aimerais bcp que vous nous éclairiez sur les liens forcément étroits qu’ont tissé les banques centrales avec les banques nationales et elles mêmes avec les banques commerciales.
    Franchement la stérilisation et donc les programmes de destruction de la monnaie pour au moins ralentir l’inflation (qui semble en toute logique inévitable j’imagine bien) organisé par la BCE par exemple a l’air d’être un marché sacrement juteux pour les banques qui touchent un taux (réserve obligatoire par exemple) une créance que l’on peut assimiler à une rente garantie par la BCE. La BCE arbitre entre les besoins de rachat de dette (d’état) pour injecter la liquidité, l’argent, et emprunte donc auprès des autres banques pour retirer ces liquidités ce qui lui permet de détruire la monnaie et permet aux banques commerciales de faire DONC des bénéfices DONC en ayant la garantie, protection de la BCE, PLUTÔT QUE DE DÉPENDRE DES ÉTATS. En fait les banques reprennent à leurs compte les obligations d’états racheté par la BCE. ELLES ONT DONC BATTI UN SYSTÈME QUI LEUR PERMET DE SE PRÉMUNIR CONTRE LE RISQUE DE FAILLITE DES ETATS ALORS MÊME QUE, PARADOXALEMENT, CES ÉTATS DU SUD DONT LA FRANCE EMPRUNTE À 0%.
    J’ai comme l’impression que le monde de la finance s’est organisé (c’est difficile de ne pas croire au complot) pour se donner toutes les garanties nécessaires afin de maintenir les taux bas tout en profitant de cette argent imprimé pour investir avec effet de levier dans les produits dérivés les actions internationales schumpeteriennes et l’immobilier, les etats participant à ces facilités en faisant rouler leur dette donc avec des taux très bas à CT ou moyen terme pour financer leur éolienne et les centrales nucléaires EN POLOGNE LOL. Sans oublier tous les gros gérants de fonds spéculatifs qui touchent qd même de belles rentes sur le marché des CDS garantie là aussi par le pouvoir qu ont les banques centrales d’imprimer à volonté.
    Ces fameux contrats d’assurance (CDS) en quelque sorte permettant de se prémunir contre le risque de faillite et qui si mes souvenirs sont bons sont responsable de la faillite de IMG en 2008 et ayant amplifié la crise des subprimes de 2008.
    Tant pis pour l’économie réelle et la rentabilité marginal du capital pour un bon nombre d’entreprises j’imagine.
    On nous prends vraiment pour des imbéciles. C’est incroyable.
    J’aimerais d’ailleurs savoir si les réglementations ont évolué à ce sujet parce que chacun aura pu constater, et même les banques Américaines JP Morgan par exemple en avait parlé, à raison, que nos BANQUES FRANÇAISE SONT ENCORE PLUS TOO BIG TOO FAIL qu’auparavant. La réglementation dans tout ça ????????
    Nos fonds peuvent-ils être garantie à 100000 euros comme le prétendent les politiques ? Bien sûr que non c’est impossible étant donné la taille de nos banques. Un simple calcul peut le démontrer.

    Finalement les banques doivent elles aussi participer, avec les États et cela financé par les banques centrales, au nouveau projet mondialiste mettant en avant le développement des énergies renouvelables la lutte contre le réchauffement. Tant pis pour bons nombres d’entreprise ne souhaitant pas participer à ce grand reset !!!
    Les journaux devant un kiosque à journaux sont titré en 1ere page : lutte contre le réchauffement, projet éolien etc etc. C’est fou qd même !!!

    Concernant la DÉFLATION Serait-il possible que nous rentrions paradoxalement dans une période non pas d’inflation mais de déflation à la japonnaise, les prix étant continuellement maintenue à la baisse grâce/à cause de la mondialisation et ON POURRAIT IMAGINER ÉGALEMENT QUE LES PAYS ÉTRANGERS N’AURAIENT D’AUTRES CHOIX QUE DE CONTINUER À ACCEPTER NOTRE MONNAIE POUR CONTINUER À ECOULER LEUR PRODUITS ?????
    Je dis certainement une connerie (il y a tellement de donné à prendre en compte) mais c’est pour obtenir une réponse lol.
    En fait, comment éviter l’euro ??? (en admettant qu’il survive), un marché aussi grand et liquide !!!!!
    Finalement les pays d’Europe du Nord se portent bien et c’est nous qui crevons. Admettons donc que l’Europe retrouve une stabilité sur le LT avec un rattrapage des économies du sud qui se reformeraient petit à petit DANS LA DOULEUR OUI JE SAIS (appauvrissement par la baisse des salaires comme en Grèce les années précédentes, puisque qu il n’a pas pu y avoir d’ajustement par la baisse de l’euro). Ce rattrapage aurait lieu justement GRÂCE À LA BAISSE DE L’EURO qui permettrait à l’avenir de relancer le marché à l’exportation si les pays du sud SE REFORMENT !!!!!
    Ne pensez vous pas que les banques centrales surveillées de près et soutenues par quelque unes des plus grandes banques d’affaires et d’investissement Américaine sur le marché primaire des SVT qui gèrent donc les adjudications sur ce marché primaire en France ont prévu le coup (obliger les pays du Sud à se réformer) et se sont organisés habilement pour empêcher cette inflation d’avoir lieu ????
    Au fond je me dis que qd même ces gens sont forcément intelligent et ont accès à des informations dont nous ne disposerons jamais.
    Un bon exemple : le code monétaire nous interdit de savoir qui détient les dettes parmi les résidents étrangers.
    C’est fou qd même !!!
    Au fond je me dis que les conflits d’intérêts doivent être colossaux pour maintenir en vie coûte que coûte l’euro !!!
    En maintenant artificiellement les taux bas en espérant que les pays du sud se reforment afin de sauver l’euro et constituer une Europe fédérale avec une union fiscale budgétaire et bancaire, cet ensemble ne permettrait-il pas à ces gens d’arriver à leur but cad constituer en quelque sorte les ÉTATS UNIS D’EUROPE !!!
    J’espère que non car comme vous l’aviez dit depuis longtemps tous ces hommes n’ont été elu par personne.
    Nous ne sommes déjà même pas capable de faire respecter notre droit en France, on peut s’imaginer ce que cela va donner au niveau européen, tel que se constitue se construit actuellement le droit européen avec des juges au sein de la Cour européenne des droits de l’homme qui défendent forcément les intérêts des ONG dans lesquelles ils avaient fait carrière auparavant et qui ont été placé là sans que cela ait l’air de gêner personne. D’ailleurs, ce qui est passionnant en ce moment est la bataille juridique que se livrent les ONG issues du parti républicain chretien conservateur (avocat de Trump), dont un des responsables (juriste) d’une de ces ONG (CNIL ou CNEL je sais plus) a rendu un rapport dénonçant la surrepresentation des juges issue des ONG financés par notamment par l’open Society de Soros, et donc des ONG acquises à la cause du parti démocrate Américain on peut dire l’état profond.

    Il y a forcément un complot mondial.
    Le pire étant que cela est plus ou moins rendu officiel dans un livre (le grand reset par les hommes de Davos que je n’ai pas lu cependant mais dont j’ai entendu parlé très brièvement), puis dans toutes sortes de rapports sur la décroissance avec lutte contre réchauffement, développement énergies renouvelables etc etc.

    Bien cordialement

    Répondre
  • Nanker

    27 April 2021

    “Nous en sommes en effet arrivés à un point où les hommes politiques croient avoir trouvé la pierre philosophale puisque produire plus de monnaie ne semble avoir aucune conséquence négative, bien au contraire.”

    Il n’y a pas qu’eux! Mon ami communiste (oui j’ai un ami communiste… Mea maxima culpa!) m’ASSURE que la planche à billet “ad infinitum” ne pose aucun problème (il vit à Paris et est fan d’Anne “7 milliards de déficit, hihihi” Hidalgo. Pourquoi? Ben… il a entendu Picketty le dire sur Inter, pardi!
    Qui a dit que l’économie était une chose compliquée à comprendre… 😉

    Répondre
  • Michel Dijoux

    27 April 2021

    Charles, il faut vous présenter à l’élection présidentielle. On n’en peut plus du duo Manu-Marine

    Répondre
    • Sébastien Parenty

      1 May 2021

      Oui clairement, nous commençons à être nombreux parmi ses lecteurs à le penser. Charles Gave est le seul dont le discours est audible pour les gens normaux, et notre pays à besoin d’entendre ce qu’il dit. l’IDL média est un très bon premier pas pour cela, mais allez-y Mr Gave en 2022, pour la France !

  • Vmg

    27 April 2021

    Je vous remercie pour votre générosité, celle de prendre le temps d’expliquer à nous, petits, ce qui va nous arriver car rares sont les personnes ayant cette forme d’altruisme.

    Répondre
    • Franck

      28 April 2021

      c’est claire !!!
      cela fait longtemps que je pense la même chose.
      Qu’un expert dans le domaine de la finance de l’analyse des systèmes économiques soit aussi honnête intellectuellement et altruiste comme vous dîtes est plutôt rare voire unique en tout cas en France.
      C’est tout un travail une expérience acquise après 40 ou 50 ans d’expérience dans le domaine qu il prend PLAISIR à partager.
      Ce n’est pas quelqu’un qui enterre son talent !!! c’est le moins que l’on puisse dire.
      Altruiste à n’en pas douter, mais surtout PASSIONNÉ par son métier et par la recherche de la VÉRITÉ !!!!!!

  • Jacques Ady

    27 April 2021

    Magistral, merci M. Gave. Je me posais la question depuis un moment à la fois de l’ampleur de la création de monnaie par les banques centrales – j’ai la réponse au moins pour les USA avec votre graphique – mais aussi de l’inflation, en principe automatique, qui devait suivre cette création de monnaie. Vous avez aussi répondu à cette question : ce n’est qu’une question de temps pour que le citoyen lambda ne comprenne sa douleur, non seulement en matière d’immobilier, mais tout simplement quand il ira faire ses courses au supermarché du coin.
    Vous avez donc démontré que le keynésianisme est une foutaise, et que la création de monnaie, la politique consistant à encourager “la demande” (via des dépenses publiques) plutôt qu’à faciliter l’offre (en déréglementant et en arrêtant d’emm**der les chefs d’entreprise) est vouée à l’échec. On s’en doutait, on le voit dans la pratique de plus en plus clairement.
    C’est désespérant d’être gouverné par des ânes doublés d’escrocs ; désespérant de constater que nos compatriotes cèdent aux sirènes marxisantes du “demain on rasera gratis” et continuent de voter pour ces imposteurs.
    Merci M. Gave.

    Répondre
  • Adrien

    27 April 2021

    Bonjour,

    J’aurais une petite question au sujet des fonds Gavekal.
    J’ai lu dans les commentaires des articles précédents que pour investir dans ces fonds il faut au minimum 50 000 USD. Pourtant, sur le site boursorama (https://www.boursorama.com/recherche/fonds%20gavekal?searchId=) le cours du fonds Gavekal Asian Opportunities est à 290,22 EUR. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer?
    Merci.

    Répondre
    • CharlesM

      27 April 2021

      2 choses qui n ont rien à voir, le montant minimum d’ investissement ( c est une question de coût administratif ) et la valeur unitaire de la part qui permet de choisir plus finement le montant que vous voulez souscrire.
      Ce fonds a un compartiment ” C” pour lequel le montant mini est de 10.000 USD ( avec un peu + de frais)

    • Adrien

      28 April 2021

      Merci

  • vincent herrmann

    26 April 2021

    Pourquoi mélangez vous Milton Friedmann, un tueur de pays, avec vos explications si merveilleuses ?
    Merci pour tout ce que vous faites mais arrêtez de grâce de parler des chicago boys.

    Répondre
    • idlibertes

      27 April 2021

      Milton Friedmann était un TRES bon ami. Une autre question?

    • Franck

      28 April 2021

      Sans chercher à défendre Friedman humainement parlant (je m’en fous), mais ayant étudié à l’université la théorie (également Keynes et autres économistes), je dirais tout simplement Parce qu’il y de très bonnes idées qui avaient été véhiculé par Friedman auparavant.
      Le problème étant les modifications , la mauvaise interprétation de ces idées, et le non respect en pratique par les politiques de ces idées !!!
      Mieux vaut se forger sa propre opinion à ce sujet mais cela demande de consacrer du temps de la recherche et de la réflexion dans le domaine économique et financier.

    • Traderidera

      2 May 2021

      Friedman a inspiré les Chicago boys du Chili, sous Pinochet … et le Chili est la première économie d’Amérique du Sud. Où voyez-vous un « tueur » de pays ?

  • Hugues

    26 April 2021

    De la M2 excédentaire, au surplus de M16, il n’y a qu’un pas.
    Merci pour ce billet.

    Répondre
  • Idomar

    26 April 2021

    j’aime bien “la duration longue” … (qui risque de se terminer en induration du cash 😆 ? )
    ah ces polyglottes

    Répondre
  • Soufiane

    26 April 2021

    Merci bcp pour cet article tres interessant.
    Je pense avoir compris, je dois avouer que je ne suis pas peu fier d’etre plus intelligent que vos clients institutionnels!

    Répondre
  • Sebastien

    26 April 2021

    La situation ressemble a la France de 1941: la bourse de Paris a beaucoup augmenté quand on sut que des “frais d’occupation” de 146mld complètement improductifs pour la France allaient être imprimés par la BdF. Les épargnants voulaient convertir leur monnaie en titres de propriété et n’avaient plus accès aux marches internationaux. Plus récemment depuis 1990, l’exemple du Japon semble indiquer qu’il n’y a pas d’inflation si les salaires ne suivent pas. Il me semble que les salaires ne suivent pas parce que le salariat des pays développés n’est plus un marché tendu comme avant 1980. Cela ressemble a un effet Cantillon. Est ce que vous auriez les mêmes données pour la zone Euro, le Japon et la Chine que pour les USA?

    Répondre
  • Yasmine Djouab

    26 April 2021

    Bonjour Mr Gave
    Il me semble que concernant les US, et dans une moindre mesure l’UK et la France, de part les restes d’influence géopolitiques, que la monnaie créé repose sur les richesses minières encore enfouies et qui sont la contrepartie gold-like. D’où l’opposition au North stream qui ruinerait effectivement par le prix, ces réserves minières…

    Répondre
    • Hoho

      26 April 2021

      Sans oublier total qui a quitté l’Iran la Russie et le Mozambique pour satisfaire l’ogre de la dette américaine

  • Xavier Denoel

    26 April 2021

    Au final, cest le quidam qui travaille et finance l’entretien des routes … viendra un moment où ils diront “assez c’est assez !”. Cela ne pourra se terminer que dans la rue, les urnes étant biaisées, à l’image de tout le système …

    Répondre
    • Cheunbaba

      26 April 2021

      Parce que vous trouvez que les routes sont bien entretenues ? Nous ne vivons pas dans la même région. Chez nous, les seules qui le soient sont les autoroutes. Il y a bien longtemps que nos édiles locaux et nationaux ne remplissent même plus les offices pour lesquels ils sont élus.

  • Fc

    26 April 2021

    Simplement Merci d’aider les gens à passer cette période folle

    Répondre
  • ChrisJr

    26 April 2021

    Bonjour Mr Gave, Je vous parle en profane mais ne serait-il pas judicieux d’inclure la vélocité de la monnaie dans votre démonstration. En effet, il me semble que 10€ de 1970 se reproduisait 100X plus que 10€ d’aujourd’hui. Surtout si ces 10€ proviennent d’un achat d’obligation de le BCE et/ou finit par alimenter la “dumb money” sur les marchés financiers. Que pensez vous du rapport entre chute de la vélocité de la monnaie (phénomène récent) et inflation ?

    Répondre
  • Ok

    26 April 2021

    Bonjour
    Nous voyons déjà aux us l inflation galopante des biens comme le bois le maïs l essence le café enfin bref les commodities
    Tout ce qui est essentiel à la vie
    Cela tombe bien pendant le confinement aux pays bas ou j habite nous avons été privés aux accès de tous les magasins non essentiels depuis le 15 décembre
    Alors ok pour le troc mais comment connaître la valeur du blé ou du kilo de porc sans étalon monétaire
    Tout monte sauf deux valeurs j attends que le comex se vide et là nous connaîtrons vraiment la valeur de nos monnaies

    Répondre
  • Alban R.

    26 April 2021

    Bonjour,

    La question qu’il serait intéressant de creuser est qu’elle sera la réaction de la chine (et le comportement de son marché financier) quand l’écart (économico-monétaire) sera trop important entre les zones.
    La force de la chine étant son organisation politique mais sa faiblesse ne serait-elle pas les réserves de change de la BOC ?

    Répondre
  • docdory

    26 April 2021

    Bonjour

    Vous dites, je cite ” En 2008-2009, la GCF a créé un déficit budgétaire monstrueux, qu’il fallait financer.” .
    Mais qu’est-ce que la GCF ? J’ai cherché l’acronyme GCF sur google et j’ai trouvé “les grands chais de France” et le “green climate fund” . Ni l’une ni l’autre de ces entités ne peuvent avoir commandité un déficit budgétaire, alors que signifie cet acronyme GCF, énigmatique pour le commun des mortels ?

    Répondre
    • de Carné Bertrand

      26 April 2021

      Grande Crise Financière ?

    • YOLO

      26 April 2021

      Global Financial Crisis, i.e. la crise des subprimes

    • Mickaël

      26 April 2021

      Bonjour,

      Sans certitudes, je dirais grande crise financière.

    • Philippe

      26 April 2021

      Grande Crise Financière

    • Paul

      26 April 2021

      Je pense qu’il s’agit de Grande Crise Financière (de 2008)

    • Miguel

      26 April 2021

      Grande Crise Financière. GCF. Merci à vous.

  • woiliwoilou

    26 April 2021

    une question peut être bête… notre monnaie chute par rapport au Yuan, OK.
    mais lorsque le Yuan sera trop haut, les Chinois ne seront plus compétitifs, non ?
    donc soit les usines reviendront chez nous (et nous deviendrons les petites mains des Chinois) soit les Chinois dévaluerons le Yuan pour rester compétitifs, non ?
    Une vidéo sur ce sujet serait bien venue 🙂

    Répondre
    • ESPIC Roger

      26 April 2021

      Pour rapatrier une usine, il faut beaucoup de temps, une main d´oeuvre tres qualifie et une absence d´ecolos.

    • Jepirad

      26 April 2021

      En fait le rapatriement des productions à largement commencé à la faveur de la robotique. Production plus rapide, de meilleur qualité, de proximité. Quelques techniciens d’un bon niveau suffisent pour faire fonctionner le système. Covid à considérablement accéléré le processus.

    • Charles Heyd

      26 April 2021

      Je réponds en fait à #ESPIC Roger;
      Et une volonté de la part de nos dirigeants de le faire (rapatrier les usines) et avant tout de leur permettre (diminuer les impôts et taxes sur la production pour permettre d’être compétitives par rapport à celles de nos adversaires directs, les Allemands)!

    • Franck

      28 April 2021

      Les salaires sont 10 fois inférieur en Chine et ils travaillent plus et mieux que nous dans les usines donc même avec une hausse du yuan et baisse de l’euro nous ne sommes pas près d’avoir un retour de nos usines chez nous. De toute façon nous n’avons aucun intérêt hélas à faire cela. La France devant plutôt rechercher de la main d’oeuvre qualifié plutôt que de chercher à concurrencer l’Asie ou l’Inde sur une production à bas coût.
      On pourrait toujours supprimer le SMIC en France et toutes les aides sociales supprimer les 35 heures et installer une semaine à 50 heures en rétablissant un protectionnisme à la dure que cela ne pourrait probablement même pas suffir !!!!

  • gérard mercadier

    26 April 2021

    D’accord avec la perte de valeur des monnaies occidentales (euro ..dollar usa..).Quand ç’est
    possible, réaliser des achats d’actifs qui vaudront toujours quelque chose.
    Il faut essayer d’utiliser l’emprunt à taux fixe pour réaliser ces achats.
    Merci à vous Charles Gave et à votre équipe.

    Répondre
  • Roger Galinié

    26 April 2021

    Bonjour M. Gave, je ne suis pas économiste mais je fais mes courses chaque semaine chez Intermarché.

    Il y a peu ma note ne dépassait que rarement les 100 euros. Depuis quelque temps elle monte facilement à 120.

    Les prix au détail ont ils augmenté, ou bien la valeur de l’euro est elle diminuée ? Cruelle interrogation !

    Je vais tenter de répondre : n’est ce pas cela que l’on appelle l’inflation ?

    Répondre
    • Cheunbaba

      26 April 2021

      Sans parler des produits chinois dont les prix commencent à augmenter sérieusement. Ceci expliquant d’ailleurs cela à mon avis. Et ce n’est qu’un début.

    • marc durand

      26 April 2021

      @Cheunbaba
      Les produits Chinois n’augmentent pas, je suis en Chine depuis 26 ans, c’est meme le contraire, on a plus de produits pour le meme prix.
      C’est l’euro et de USD qui coule.

    • Franck

      28 April 2021

      Les prix pour les légumes et fruits sont très sensible et peuvent varier sensiblement en fonction des périodes climatique de offre et de la demande. Donc conserver votre panier votre ticket et faites à nouveau les courses en achetant exactement les MÊMES PRODUITS locaux ou étrangers pour les légumes et fruits ou pour tout autre produit figurant dans votre panier, sur votre ticket de caisse.
      Le mieux étant de répéter cela chaque année. Ce serait une étude très interessante pour étudier l’inflation réelle sur un panier de consommation.
      Là où le problème est faussé concernant le calcul de l’inflation viendrait des produits de consommation Durable (prix ordinateur) et bien évidemment du patrimoine dans l’immobilier.
      Vous trouverez des vidéos très intéressantes va à ce sujet sur internet.

    • Cheunbaba

      4 May 2021

      @Marc Durand. Je parlais bien des prix des produits chinois en France. Il aurait été intéressant de nous dire quel était votre vécu concernant les produits européens en Chine.

  • Challain

    26 April 2021

    Merci Charles ! C’est très clair !
    Je me dis que le stock d’huile d’olive ou de grains de café est préférable aux carambars 🙂

    Répondre
  • Hardy

    26 April 2021

    Quel article !!! C’est en tout point remarquable merci Mr Gave. Commencer par J Rueff ne pouvait etre que gage de qualité d’ailleurs.
    Cela étant dit , le mystérieux quant on parle des banques centrales n’est jamais bien loin .
    Bernanke utilisa un pseudo pendant la crise financiere de 2008 , celui de Edward Quince qui est …… un anagramme de QE INDUCED WAR, je vous laisse juge. Bernanke est un spécialiste de la crise de 1929 dans laquelle le grand prêtre d’alors était Montagu Norman qui lui aussi utilisait des pseudos et qui créa les politiques d’open market (le QE en fait partie). Il se pourrait bien qu’il faille regarder de plus prés ce qui s’est passé en 1929 et aprés https://pan-sait-age-hissez.webnode.fr/

    Répondre
    • Franck

      28 April 2021

      Il peut y avoir des similitudes mais hélas ces grandes crises lorsqu’elles sont très éloigné des unes des autres ne sont pas tout à fait comparables pour la simple et bonne raison que les lois évoluent et changent.
      On peut cependant noter que la période de répression financière qui a suivi la crise de 1929 bien après après empêchait finalement la finance de faire des bêtises je pense.
      Mais avec l’arrivée de la dérégulation dans les années 1980 est apparu et comme par hasard la crise de 2008.
      C’est bien le cadre juridique, les lois limitant les abus les excès en augmentant la réglementation en finance qui permet de prévenir et d’empêcher ces crises systémiques d’avoir lieu.
      J’ai tendance à être plutôt libéral pour des raisons de logique mais il faut tout de même reconnaître qu’il faudrait mieux retourner à une période de répression financière pour empêcher des gens de faire n’importe quoi avec notre argent, d’autant plus que tant qu il n’y aura pas à nouveau de réglementation de répression financière, c’est nous qui payons pour tous les “Crimes” les fautes et les abus que commettent des banques, des gérants de fonds spéculatifs etc.

  • Denis Monod-Broca

    26 April 2021

    Une question me taraude : est-il possible, avant l’inéluctable explosion finale, de sortir d’une telle situation de façon délibérée, volontaire, ordonnée ? Autrement dit, en aurons-nous, individuellement et collectivement, le courage, le courage de la lucidité et le courage de l’action ?

    Répondre
    • Roger ESPIC

      26 April 2021

      La solution est individuelle et non collective. Ce qui veut dire: proteger votre famille et vos amis, l´etat ne le fera pas.
      Les grands changements ne se font que dans la douleur (emeutes, guerres, revolutions) et non dans les urnes.

    • Cheunbaba

      26 April 2021

      Et où trouverez-vous une majorité en démocratie pour accepter le moindre sacrifice, tandis que les gens se sont habitués à vivre dans un monde incohérent ?

    • Franck

      28 April 2021

      Les hommes qui nous gouvernent au sein de l’UE ont écrit des rapports depuis longtemps sur ce que nous devrions faire. Comme aller travailler à l’étranger.
      Je me suis tapé des rapports de centaines de pages lol.
      ils appellent cela en terme économique le facteur mobilité travail, donc en copiant sur le modèle US ils comptent sur le fait qu un Grec ou un portugais et bientôt un Français parte en Allemagne chercher du travail lol. Comme si cela allait changer quelque chose !!!
      Il faut bien comprendre qu’ils ont parfaitement conscience des conséquences dramatiques que cela peut entraîner pour certains mais il faut sauver l’euro. Le plus important est de sauver l’euro.
      Le seul moyen de sauver l’euro étant que l’Allemagne accepte de gros transferts budgétaire vers le sud, que l’euro baisse que nous quittions notre pays pour trouver du travail ailleurs qd on n’en trouve plus chez nous, et je pense pas qu une immigration massive suffira aux Français pour les inciter va à partir.
      Tout cela est bien sûr triste et dramatique pour les nations.
      Mais c’est le projet va Européen.
      Mon opinion est que probablement comme vous l’affirmer il va sans doute y avoir une explosion finale mais en plusieurs étapes. La première étant de voler directement de l’argent à ceux qui en ont en France comme à ce qu’il s’est passé à Chypre par exemple où on volait l’argent des déposants en les taxant.
      Une fois l’appauvrissement généralisé et une fois qu il n’y aucun plus d’argent plus d’épargne à voler !!! plus d’investissement l’euro explosera ou on organisera une sortie de l’euro ce qui serait plus souhaitable.

  • Dame Ginette

    26 April 2021

    Merci pour cette belle démonstration compréhensible pour la littéraire que je suis.
    Au final, je me fais du souci pour mes enfants…

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!