La génération la plus bête aura eu la peau du grand Duduche

 

Cher tous,
J’ai été en Fac a Toulouse au debut des années 60 avec Bernard Maris qui avait la qualité remarquable de savoir faire une passe sur un pas et de chaque cot’ au rugby, ce que j’admirais beaucoup. Nous jouyons ensemble dans l’equipe de Sciences Eco qui prenaient de solides raclées contre les etudiants en droit qui etaient 10 fois plus nombreux, ce qui ne nous empechaitpas d’y retourner l’année d’après pour prendre une autre dégelée
Bernard était un bon garcon, avec des convictions très fortes,beaucoup de respect pour les autres et enormement de courage physique.
Je l’avais revu il y a une dizaine d’annees chez des amis communs, et nous avions beaucoup ri en invoquant notre jeunesse
Son assassinat me touche profondément.
Quand un crime comme celui la a lieu, le pire est de se taire.
Tous les journaux Francais devraient publier chaque jour dans l’année qui vient une caricature sur Mahomet en première page.
Apres tout dans le Coran , il me semble qu’il est spécifié que celui qui se moque du Prophète doit etre mis a mort, de même que celui qui change de religion ou qui ne croit pas en Dieu
Cela n’est pas acceptable dans une Démocratie.
L’Etat ne peut pas y repondre sauf a faire dsiparaitre les libertés individuelles.
La seule réponse à ce genre d’anerie sanglante ne peut être qu’individuelle.
Vous ne me faites pas peur et je ne me soumetttrai pas, meme si je dois y laisser ma vie.
C’est ce que les gens de Charlie Hebdo ont fait. Ils y ont laisse leurs vies. Honneur à eux.
Mais le pire serait de mal analyser ce qui les a tue en maintenant des fictions improbables
Les frontières de l’Islam sont sanglantes partout comme le disait Hutington.
Ca ne peut pas etre un hasard et les Musulmans doivent traiter ce problème. Nul ne peut le faire à leur place.
Charles Gave

 

 

 

Toynbee, le grand historien Anglais, expliquait que le monde était mené par ce qu’il appelait des « idées missionnaires »  c’est-à-dire des idées qui  pouvaient se développer en dehors du terreau dans lequel elles étaient nées. Et presque toujours ces idées missionnaires avaient une origine religieuse.

Charles Gave, s’appuyant sur ce concept, avait publié, en été 1988, une étude pour ses clients de l’époque que intitulée « l’Histoire bouge à nouveau ».

 

La thèse était simple : le monde, depuis le XVIII siècle était en proie  à la lutte entre trois idées missionnaires, celles qui venaient de la Révolution Américaine, celles qui venaient de la Révolution Française et celles qui venaient de la religion Musulmane, les deux premières étant bien sur des avatars de la religion Chrétienne.

 

  • Pour la Révolution Américaine, le but était  d’arriver à  la Liberté Individuelle, que seul garantit un état de Droit, le moyen était la séparation des pouvoirs et des élections fréquentes  au plus grand nombre de postes possible et la traduction économique était l’existence d’un marché libre et concurrentiel.

 

  • Pour la Révolution Française, le but était d’arriver à l’Egalité, que seul permet un Droit de l’Etat supérieur à tous les autres droits, le moyen était la Technocratie reposant sur une élite intellectuelle de « sachants » et la traduction économique était le « contrôle » du marché et de tous les corps intermédiaires par cette élite.

 

  • Pour la Religion Musulmane, le but était la soumission de l’individu à la volonté de Dieu telle qu’elle s’exprime dans le Coran, incréé et éternel, (Islam veut dire soumission. Il n’y a pas de mot pour la notion de Liberté en Arabe), le moyen était la théocratie et la réalité économique une inévitable stagnation puisque les taux d’intérêts étaient interdits, ce qui interdit toute comparaison entre le futur et le présent et donc tout calcul économique rationnel.

 

Ma thèse à l’époque était que l’idée missionnaire issue de la Révolution Française qui avait été reprise  par l’URSS qui en était devenue le porte drapeau, était en train d’échouer lamentablement et que donc son pouvoir d’appel allait disparaitre, ce qui allait laisser face à face les idées de la Révolution Américaine et les idées issues de la religion Musulmane.

A l’époque, j’en avais tiré comme conclusion que la prochaine guerre aurait lieu entre les Etats-Unis et le monde Musulman tant leurs points de départ, liberté individuelle pour les USA et soumission de l’individu à  une charia qui ne peut être changée pour les Musulmans, étaient antinomiques.

 

En revanche, ce que je n’avais pas prévu du tout, mais pas du tout, était que les élites Françaises allaient purement et simplement refuser d’accepter que leurs idées de toujours avaient échoué comme peu d’idées l’ont fait dans l’Histoire et allaient mener, en France, un grand combat d’arrière garde  pour essayer de prouver au monde entier qu’ils avaient eu raison d’avoir tort.

Et donc, la France a mis tout ce qui lui restait de pouvoir dans la balance pour prouver qu’une technocratie pouvait arriver à créer une société égalitaire « ex post « en autorisant le poids de l’Etat dans l’économie à monter sans cesse, au détriment bien sur de la Liberté.

 

Or l’un des principes de la Logique Aristotélicienne est que  les mêmes causes  produisent les mêmes effets.

De fait, la France est en plein dans ce que l’on pourrait appeler ses années Brejnev.

Tout le monde se souvient des années Brejnev en Union Soviétique où le système lentement mis surement se prenait en  masse  pendant que toute vie économique, intellectuelle ou artistique s’arrêtait.

Nous en sommes là en France.

 

Depuis la chute du mur de Berlin en effet, le seul but de nos élites, de Droite comme de Gauche a été de siphonner toute la matière vive de ce qui restait chez nous comme espace de liberté pour continuer à faire croitre le secteur technocratique, au détriment bien sur du secteur libre qui s’est réduit comme une peau de chagrin.Et comme cela ne suffisait pas a couvrir la note, ces mêmes élites ont utilisé les ressources que leur offraient les marchés financiers pour s’endetter de façon à transférer vers les secteurs étatiques et égalitaires les ressources qui permettent à ces parties de l’économie, toujours en déficit, de continuer à survivre.Et l’on en vient à se demander si ces mêmes élites ne préféreraient pas TOUT sauf la liberté, et même si cela doit être la charia.

 

« Que périsse mon pays plutôt que mes idées », telle a été le cri de guerre de tous ceux qui nous gouvernent depuis au moins 1973.

Nos élites sentent  cependant confusément  que nous arrivons à  la fin  des astuces comptables  et n’ont qu’un seul mot à la bouche, « réforme, réforme ».Et donc,  comme en URSS après Brejnev, nous avons de fort belles déclarations selon lesquelles, grâce à  la Perestroïka et la Glasnost,  nous allons pouvoir réformer un système dont tout le monde sait cependant qu’il ne peut pas marcher pour des raisons de logique interne.

Apres tout Von Mises avait montré des les années 30  que le communisme (la recherche de l’égalité ex post) ne PEUT pas marcher.Nous avons donc une élite incompétente cherchant à prolonger coute que coute les erreurs qui nous ont amené là ou nous nous sommes et ceci au dépend même de notre sécurité. Ce qui nous ramène à  notre point de départ.

 

Pour Toynbee, lorsqu’un défi se présente à un pays le rôle des élites est d’y répondre.

Si elles n’arrivent pas, le défi se présente encore et encore.

 

Si les classes dirigeantes  ne trouvent pas de solution, alors, on a soit un changement  de régime  (La V République succédant à la IV pour régler le problème de la décolonisation), soit la disparition du pays (URSS) soit enfin la disparition de la Civilisation (Amérique du Sud après l’arrivée des Espagnols).

Le drame de la France est que le logiciel de base de nos élites est faux et que donc, dans notre pays, il ne peut y avoir de changement politique autrement que par une Révolution, puisque toutes les élites souscrivent aux idées issues de la Révolution Française.

 

Imaginons par exemple  que le FN arrive au pouvoir en France, compte tenu de l’inimaginable incompétence de qu’il est convenu d’appeler les Partis de Gouvernement ( ?), oxymore s’il en fut.

Qui croirait une seconde que le logiciel de ce parti soit porteur de Liberté ?

Le FN a  exactement le même bagage intellectuel que la gauche de 1936 ou l’extrême gauche d’aujourd’hui.

 

Reste  un sursaut du Peuple et de la Société Civile, appuyé sur  un profond changement des mentalités  consécutifs à un effondrement économique, un peu du style de ce que la Grande Bretagne a connu a la fin des années 70.

 

Mais il avait fallu d’abord le FMI à Londres et une perte totale de Souveraineté en Angleterre.Comme je ne cesse de l’écrire, la France est en train de rentrer dans des temps révolutionnaires. Mon pari était et reste qu’elle survivra à la génération la plus bête de l’Histoire de France, celle de Mai 1968.