8 September, 2016

La France est en état d’urgence économique

Le monde est toujours confronté à un ensemble de problèmes sur lesquels il est difficile de trouver rapidement une issue. Cela n’empêche pourtant pas les marchés financiers de se retrouver pratiquement au plus haut, tant la foi des investisseurs dans l’action des banques centrales reste grande. Tout le monde connaît la fin du film (peu réjouissante) , mais pour de nombreux investisseurs « il faut continuer d’être investi pour ne pas avoir idiot, si jamais cela continuait de monter encore ».

 

Le Japon est le meilleur laboratoire avancé de ce qui pourrait nous attendre. Après de longues années de « quantitative easing »  et de taux zéro qui ont complètement déstabilisé les secteurs de la banque et de l’assurance, sans produire aucun résultat significatif sur la croissance, la Banque du Japon (BOJ) a acheté pratiquement tout l’encours de la dette souveraine. Le marché obligataire est donc asséché. C’est pourquoi une nouvelle étape vient d’être franchie. La BOJ achète désormais  des actions par l’intermédiaire d’ETF. Elle détient notamment déjà plus de 10% du capital des sociétés suivantes : Advantest, Fast Retailing (=Uniqlo), Taiyo Yuden, TDK

On aimerait bien savoir comment les banquiers centraux vont s’y prendre quand ils détiendront la quasi totalité de la dette souveraine et la majorité du capital des grandes entreprises de leurs pays….

 

La France est en état d’urgence économique

 

La faible croissance complique la donne, car elle réduit les marges de manœuvre de l’exécutif pour financer ses cadeaux électoraux. Cela n’empêche pas François Hollande de continuer à faire des chèques en bois en promettant de faire baisser l’impôt sur le revenu l’année prochaine…

On nous explique que la baisse du chômage est engagée.  En fait l’amélioration est trompeuse car elle est facilitée par les 500 000 contrats de formation qui ne sont que du   «  traitement social du chômage »….

Le fameux choc de simplification n’a rien donné  pour les entreprises moyennes. Bien au contraire le compte pénibilité et le prélèvement de l’impôt à la source vont encore compliquer la vie des entrepreneurs.

 

Les secteurs du luxe (Chanel est durement touché) et le tourisme français en berne

L’hôtellerie de prestige souffre beaucoup à cause de la diminution des visiteurs étrangers notamment américains et japonais à Paris dont le nombre a diminué de moitié.  La France est avec plus de 230 morts et près de 800 blessés depuis janvier 2015  le troisième pays le plus touché par le terrorisme en dehors des régions en guerre. Depuis le mois de janvier on estime que le manque à gagner pour la ville de Paris serait de 1 Md€… Les marges des banques se réduisent au moment où le renforcement de la régulation les oblige à détenir plus de fonds propres en face de leurs engagements… Le marché des télécoms poursuit sa mutation…

 

 

 

 

Pour ramener son déficit public en dessous de 3%, la France n’obtiendra pas de nouveau délai. « Les engagements de la France doivent être tenus » nous dit Pierre Moscovici Commissaire européen aux affaires économiques…

 

En Grande Bretagne les effets négatifs  Brexit ne se sont pas encore produits. L’incertitude sur la date de déclanchement  du fameux article 50 n’a toujours pas été précisée par Theresa May la Premier Ministre…

 

 

Un échec de Matteo Renzi en Italie serait très préoccupant pour l’Europe

 

En Europe, face à la gravité des crises géopolitiques et économiques, il va devenir de plus en plus difficile pour la BCE de gérer sa politique monétaire. Il est probable que la baisse des taux arrive à une limite au delà de laquelle toute baisse supplémentaire dans le territoire négatif pourrait avoir des effets totalement contraires à ceux qui sont recherchés.

 

En Allemagne, l’excédent budgétaire continue de  grossir. On assiste à une flambée des prix de l’immobilier en Allemagne. La valeur du mètre carré a doublé en dix ans à Berlin. En revanche, l’indice de confiance des chefs d’entreprises faiblit et les turbulences du secteur de l’automobile après le scandale Volkswagen touchent le cœur de l’industrie allemande.  Signe de la nervosité des marchés, une rumeur s’est propagée la semaine dernière selon laquelle  contrairement à ses engagements, la Deutsche Bank aurait cessé de livrer de l’or physique au porteurs de part d’un de ces fonds : Xetra Gold. Cette rumeur a été démentie par la banque.

 

En Italie, le pire serait que le référendum tourne mal. Matteo Renzi a tout misé sur sa réforme constitutionnelle qui devrait lui permettre de disposer d’une majorité forte et d’un pouvoir stable. Un mauvais résultat serait probablement plus déstabilisant pour l’Europe que le vote du Brexit par les anglais.

 

L’Espagne n’a toujours pas de gouvernement. Mariano Rajoy a manqué de six vois l’investiture. L’économie espagnole a profité de la politque de taux zéro car pratiquement tous les emprunts hypothécaires sont indexés sur l’Euribor.

 

 

L’Amérique est affaiblie sur le plan international.

 

On voit bien que l’Amérique va prendre son plus important virage depuis soixante dix ans car il devient impossible de maintenir son leadership global dans le contexte d’un monde multipolaire. Elle devra aussi revoir ses relations avec l’Europe, car elle vient de perdre avec la Grande Bretagne son meilleur allié au sein de l’Europe. Elle devrait donc se rapprocher de l’Allemagne. Sur le plan intérieur, les tensions raciales et l’ascension de Donald Trump ont porté un coup dur à l’image du pays.

La majorité des indicateurs de l’économie américaine continuent de se détériorer. Cela n’empêche pas le marché actions de monter. Si la prochaine action de la Fed est de remonter prochainement ses taux,   ce serait certainement une erreur.

 

En Corée du Sud le ralentissement économique  vient indirectement de provoquer la faillite de Hanjin Shipping société de containers sud-coréenne.  Le transport maritime mondial traverse une véritable tempête car aux tarifs actuels aucun armateur ou presque ne gagne de l’argent…

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

7 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Libre

    12 September 2016

    Il y existe un basculement totalement inquiétant vers des pays de tradition autoritaires comme la Chine ou la Russie.Nous voyons émerger de par le monde (voir les Philippines par exemple) une montée de l’autoritarisme et un déclin des valeurs incarnées par les lumières au profit des valeurs incarnées par ces pays…Ou va le monde? Sans compter la fin d’une monnaie saine qui ne permettra jamais une reprise économique…

    Répondre
    • Raphael

      4 October 2016

      il y a l’ autoritarisme flagrant et il y a celui bien dissimulé de Bruxelles-Francfort-Berlin. Derriere le mot ” commission ” vous avez le commissaire en chef , qui donne ses consignes sans appel ; puisque le parlement de Strasbourg est une vaste plaisanterie, et la démocratie ” communautaire ” un diktat permanent de Mme Merkel.
      Quant à l’ Italie , je donne Renzi perdant, cette marionnette ” post-moderne ” ce Pinocchio est pathétique.
      Je notes que vous n’ avez pas salué le courage des britanniques qui ont envoyé paître toute cette soi-disant ” élite ” globaliste. La démocratie, le peuple a repris les rênes de son destin, c’ est salutaire

  • Garofula

    9 September 2016

    “On aimerait bien savoir comment les banquiers centraux vont s’y prendre…”

    Lorsque les banques centrales auront épuisé le flottant, elles orchestreront la chute des marchés afin de pousser les détenteurs d’actifs désespérés à la vente.

    Au programme : échange d’actifs réels contre monnaie de singe.

    Répondre
    • gil

      12 September 2016

      Bonjour,

      “Lorsque les banques centrales auront épuisé le flottant” il restera la guerre.

      Cordialement

  • candide

    8 September 2016

    En France, les taux négatifs font baisser le rendement de l’épargne. Si cette baisse est de 2% sur les 4500 milliards d’épargne, cela fait 90 milliards, qui représentent des impôts déguisés. Ils peuvent bien faire les beaux et nous en rendre 100 millions, c’est un pourboire en comparaison.

    Par ailleurs, je me pose une question : un taux négatif a pour conséquence que le remboursement total est inférieur à la somme empruntée. Or, ne pas rembourser l’intégralité de sa dette, cela s’appelle un défaut de paiement. Les taux négatifs ne sont-ils pas, de ce point de vue, un défaut qui ne dit pas son nom ? (et dont nous payons la note par le biais de l’épargne).

    Répondre
  • R.

    8 September 2016

    <>

    Fascinant.

    Je crois que le mot «laboratoire» est approprié.

    Le coût du capital est donc faussé. Donc une mauvaise allocation des actifs, ou, du moins, sous-optimal.
    Donc le Japon devrait prendre du retard. Or il n’a pas l’air spécialement attardé.
    C’est peut-être que, comparativement, nous sommes aussi fortement collectivisés et donc c’est un concours entre mauvais élèves… Le meilleur est alors le moins mauvais…

    Je suis curieux de voir ce qu’il va en sortir.

    Répondre
  • nolife

    8 September 2016

    Bonjour,

    Si les armateurs ont du mal à l’heure actuelle, est-ce que cela va de nouveaux nous ramener la Grèce sur le devant de la scène ?

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!