13 January, 2016

La fin de la hausse pour les investisseurs?

Le début d’année a été très agité avec une baisse du baril de pétrole de 11,5% dans la semaine, de -8,3% pour les marchés émergents, de -6,5% pour l’Europe, de -5,9% pour le marché américain et de 5,7% pour l’Asie en moyenne avec la Chine à -8,2%. La seule hausse significative étant celle de l’or avec + 4%.

 

Cette évolution est due pour l’essentiel aux inquiétudes sur l’économie chinoise. Pourtant, la Chine ne va pas s’écrouler comme un château de cartes. Les marchés sont angoissés par la baisse du renminbi qui ressort à seulement moins de 5% contre le dollar en un an. Pour le Real brésilien la baisse est de 33%, pour la Rouble russe de 17% et pour la Lire turque de 20% …

 

La France est toujours dans le palliatif pour traiter le chômage

 

La France dépense toujours des sommes considérables pour le soutien à l’emploi avec très peu de résultats. Les seuls emplois d’avenir ont coûté 1,2 Md€ en 2016. Ils produiront peu d’emplois définitifs puisque les jeunes qui en bénéficient se trouvent pour l’essentiel dans le secteur public ou les associations. Tant que le gouvernement ne voudra pas évoluer sur le Code du Travail, le SMIC ou le temps de travail aucun résultat significatif ne pourra être obtenu. On restera dans le traitement statistique du chômage…

 

En Europe préférer les sociétés exposées au marché américain

 

En Europe, la meilleure performance des marchés européens a été réalisée l’année dernière par l’Italie avec 13% de progression suivie par l’Allemagne avec 9,5% et la France de 9%. Au début de l’année les perspectives économiques étaient bien orientées avec une bonne demande domestique et étrangère qui confortait l’indice PMI manufacturier. Ce n’est plus tout à fait le cas aujourd’hui.

Parmi les sociétés susceptibles de profiter de la bonne tenue relative de l’économie américaine figurent les sociétés qui réalisent une partie importante de leur chiffre d’affaires aux Etats Unis : Fresenius Medical Care (64% du chiffre d’affaires), Grifols(60%), MTU Aero Engines (60%), Luxottica(60%), Tate and Lyle (55%), Aegon (55%), Fiat (50% du chiffre d’affaires), Novo Nordisk (49%), Publicis (46%),Essilor (43%), Roche (43%), Husqvarna(42%), Sodexo(40%), Anheuser-Busch-Inbev(40%),

 

Aux Etats Unis, priviligier les obligations du Trésor US et les valeurs value

 

Entre la nouvelle baisse du prix du pétrole et la baisse des bourses une nouvelle hausse des taux de la Fed en mars est improbable. Les chiffres de l’emploi ont été plutôt bons, mais le secteur manufacturier n’a aucune raison de rebondir pour le moment compte tenu de la force du Dollar.

Les investisseurs doutent maintenant que la croissance des résultats des sociétés américaines soit de 11% en 2016 après -7% en 2015. Ce qui est inquiétant c’est que le rendement du S&P 500 (2,30%) soit supérieur à celui d’une obligation à 10 ans (2,12%). C’est ce phénomène qui provoque dans un premier temps une mauvaise allocation de capital et ensuite une bulle.

 

Le dollar devrait au moins maintenir sa valeur, ce qui incite à détenir des Bons du Trésor US dans son portefeuille car ils ont de très bonnes chances de conserver leur valeur dans des marchés difficiles.

 

Les valeurs Value pourraient aux Etats Unis performer mieux cette année que les valeurs de croissance.

Les sociétés qui pourraient en profiter sont : Apple , Intel , Merck , Pfizer , Ford Motor General Motors , Dow Chemical , JPMorgan Chase , Citigroup , Bank of America , Goldman Sachs . Some battered retailers already are getting a lift, including module article chiclet Wal-Mart Stores (WMT) and module article chiclet Macy’s (M).

 

Trois idées sectorielles attractives

 

Le prix du pétrole pourrait baisser à 20$ si la lutte entre Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, roi d’Arabie Saoudite et Hassan Rohani, président de la République islamique d’Iran s’intensifie… Il faudra racheter ExxonMobil, Schlumberger et Chevron et ne pas oublier que la Russie et le Mexique seront les principaux pays bénéficiaires d’une stabilisation des cours du pétrole

 

 

L’internet des objets est un thème d’investissement qui fait les titres des journaux pendant le « Consumer Electronic Show » de Las Vegas. Tout ce qui est montré n’aboutira pas forcément. Tous les objets que nous utilisons au quotidien seront bientôt connectés. IOT pourrait devenir un marché encore plus important que ceux du smartphone, du PC et de la tablette réunis.

Les domaines dans lesquels le développement va être rapide sont : L’agriculture de précision qui permet de donner aux agriculteurs des recommandations précises sur les domaines qui ont besoin d’une intervention ; L’automobile connectée; La conservation de l’énergie ; Les objets connectés pour la santé ; L’automatisation des usines ….

 

Parmi les valeurs qui profiteront de cette évolution on peut retenir : parmi les grandes capitalisations: GE, Cisco, Google,Apple, Samsung, IBM, Salesforce.com, Rockwell Automation, Flextronic ; parmi les moyennes capitalisation: PTC, Splunk,Red Hat, Tableau, Qlik, Trimble, Akamai ; parmi les petites capitalisation : Sierra Wireless, Telit, Skyworks, CalAmp, Ambarella, ThinFilm, Atmel, Hortonworks, LogMeIn

FitBit qui produit les modules qui sont installés sur un smartphone ou une smartwatch pour gérer votre santé

 

 

 

 

 

Les Sociétés de gestion traditionnelles sont confrontées à un très fort développement des « Trackers » (ETF) qui menace le modèle de développement de nombreuses sociétés de gestion. Quand on gère avec des algorithmes avec de la gestion passive, on n’a plus besoin de gestionnaires…

 

Parmi les conséquences prévisibles, on va assister à de nombreuses restructurations pour réduire les coûts, car les capitaux gérés par les sociétés traditionnelles risquent d’avoir du mal à se développer. De nombreuses fusions et rapprochement vont avoir lieu. L’ « ubérisation » est aussi une menace pour toute l’industrie. Le « Robot Advising » va prendre presque partout la place du « Chargé de Clientèle ». Les risques de Brexit risquent de compliquer aussi la situation car les sociétés de gestion basées à Londres. Elles risquent d’avoir plus de mal à poursuivre leur développement sur le continent.

 

Dans cet environnement difficile, les sociétés qui pourront le mieux tirer leur épingle du jeu seront : Blackstone , BlackRock , Invesco and Oaktree Capital.

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

10 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Lio

    19 January 2016

    1/ “Pourtant, la Chine ne va pas s’écrouler comme un château de cartes.” Je n’en suis pas si sûr! Les stats officielles dissimulent de graves problèmes de malinvestissement et de surendettement.

    2/ “Le prix du pétrole pourrait baisser à 20$ si la lutte entre Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, roi d’Arabie Saoudite et Hassan Rohani, président de la République islamique d’Iran s’intensifie…”

    Je dirais plutôt le contraire! Les tensions au moyen orient sont plutôt de nature à faire monter le prix du baril!

    3/ “Les chiffres de l’emploi (US) ont été plutôt bons”. Cette blague! Plus de 90% des nouvelles embauches communiquées lors du dernier rapport sur l’emploi sont dûs à des traitements statistiques (ajustements saisonniers). Et le taux de participation au marché du travail est au plus bas historique à 66% (34% de la population active ne travaille pas; compte tenu du taux de chômage officiel à 5%, cela veut dire qu’il y a beaucoup de chômeurs non inscrits).

    http://www.zerohedge.com/news/2016-01-18/cashins-ominous-warning-what-you-get-you-slip-crisis

    Répondre
    • Aljosha

      19 January 2016

      Lio, une voix contrariante

  • riz

    14 January 2016

    Il faut rester à l’écart des marchés et revenir quand ils seront 100 marches plus bas .Si on regarde le nasdaq il est revenu sur ses plus hauts de 2000 et il bloque .Si on regarde les biotechs on s’aperçoit bien que cet argent est venU s’investir sur ces supports hautement toxiques (la plupart sont des coquilles vides et ne gagnent pas d’argent, c’est de la pure cochonneries , une cochonaille à broyer du petit investisseur attiré par l’appât du gain appelons cela les sirènes techno? historiquement ils se ratatinent magistralement) .
    Donc comme dirait Kostolany le moment est venu de passer d’un vase commnunicant des actions vers les obligations avec la hausse des taux et les niveaux eu regard du niveau stratosphérique du marché .Nous avons une volatilité monstre en développement et à venir sur les marchés , les momentums sont 100% bear sur le cac 40 (nokia n’est pas français) depuis le début de l’année .Si on fait une at au niveau monthly (ceux qui pilotent le marché) on a une triangularisation comme on a eu sur le pétrole , sur le cac l’année dernière ….mais là on a un triangle symétrique 5283-4076 (je zappe les months juillet août outside)apex 4679 (close du 30 décembre à 4677) report donc à l’apex donne 3672 (tient , tient comme c’est bizarre pile g1 (6944/2)) . Méthode numéro 2 , on zappe les month neutral, on introduit le concept d’harmonicité ce qui nous amène sur s 2 et la figure graphique 5095-4278 (on zappe les outsides) et 4278-817 = 3461 (G1 toujours comme ça avait été le cas suite au 11 septembre 2001) , le marché veut manger du G1 c’est ce qu’il annonce pour ceux qui savent bien lire entre les charts C’est donc l’alignement des planètes de la mort qui s’annonce avec le ralentissement chinois , le cours du pétrole au tapis et là la nouvelle news le ralentissement au usa .Il faut donc attendre G1.

    Répondre
    • riz

      14 January 2016

      “report à l’apex 3472 = 4679 – 1207”

  • Roger Duberger

    13 January 2016

    Merci pour ce billet. Vos pistes sont interessantes, pour ceux qui veulent des chiffres, ils peuvent consulter les sociétés sur yahoo finance et aller sur l’onglet key statistics…
    Tout le monde se félicitait de la baisse du prix du pétrole, de la disparition de la rente pétrolière, à présent on se rend compte que tout le système chancelle et que les conséquences d’une chute vertigineuse des prix risque d’être gravissime. Bienvenue à Domino party ! C’est un peu comme DAECH, il y a 3 ans , on ne savait même pas ce que c’était ! Croyez-vous que l’opep ait une utilité ?
    Pour ma part, je ne crois pas que l’économie s’arrête, il y a trop de besoins en Asie du sud est (et ailleurs), et des gens qui en veulent. Par contre, l’europe est une terre d’asile et une terre de vieux, et je ne crois pas que c’est le million de migrants syriens et autres qui fera mon bonheur !

    Répondre
  • Aljosha

    13 January 2016

    Bonjour,
    vous citez 4 bancaires parmi les valeurs values aux US : vous ne voyez pas à court terme de risque systémique sur le secteur, et donc pas de risque majeur sur les banques européennes ?
    Merci

    Répondre
  • Smith

    13 January 2016

    Bonjour, vous abordez brièvement le comportement de l’or en ce début d’année, et justement, la baisse des marchés Chinois ne va t’elle pas inciter les petits porteurs de ce pays à revenir à leurs premières amours et à racheter l’or qu’ils avaient vendu pour acheter …des actions?
    Merci.

    Répondre
  • Smith

    13 January 2016

    À propos du pétrole, quelle valeur est la moins investie dans les gazs de schiste: Exon ou Chevron?
    Merci.

    Répondre
  • Delatour

    13 January 2016

    Inintéressant et excellent papier, comme chaque semaine. Une remarque sur cette affirmation sur le chômage “Tant que le gouvernement ne voudra pas évoluer sur le Code du Travail, le SMIC ou le temps de travail aucun résultat significatif ne pourra être obtenu”.
    Cette affirmation est en grande partie un leurre du système en place dans ce pays qui fait toujours porter la responsabilité du chômage de masse sur le secteur privé.
    La réalité est différente. Ce sont les excès de dépenses publiques qui tuent l’emploi privé en France. Comme l’a démontré Cameron en UK où la suppression de 600.000 emplois publics a permis en 2 ans de créer 1.200.000 emplois dans le privé.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!