28 May, 2012

Dexia sous gravier?

Comme le lecteur le sait, je m’attendais à ce que le marché obligataire Français « dévisse » après les élections du 6 Mai et que nous ayons une baisse du marché des actions accompagnée d’une hausse du dollar et d’une intensification de la crise Européenne.

Tout se passe comme prévu, si ce n’est que le marché obligataire Français, à la place de baisser à fortement monté, ce qui est d’autant plus bizarre que les CDS (credit default swaps) sur la France sont fortement montés depuis le 6 mai, ce qui ne se passe que quand la défiance augmente sur la France.

Dans mon expérience quand quelque chose d’incongru se produit dans les marchés financiers, cela veut dire en général qu’une banque , une banque centrale ou les deux à la fois sont en train de faire quelque chose de pas très catholique et que les prix en sont affectés de façon anormale.

Nous sommes peut être dans une telle situation.

J’hésite à écrire ces lignes tant pour l’instant il ne s’agit que de rumeurs et il faut que le lecteur prenne ce qui suit avec une solide dose de scepticisme, mais enfin, il n’y a pas de fumée sans feu.

Le monde financier à Paris bruisse de rumeurs selon lesquelles Dexia connaitrait de grandes difficultés.

Dexia, c’est cette grande banque spécialisée dans les prêts aux communautés  locales, créée par Pierre Richard, ancien haut fonctionnaire Français très marqué à gauche  et qui est conjointement détenue par la Belgique , la France et le Luxembourg (3 % pour le petit pays)

Selon les rumeurs que j’ai mentionné plus haut, cette banque aurait massivement assuré ses clients qu’en cas de baisse des taux longs Français, ils prendraient la perte que cela pourrait entrainer à ces clients a leur compte. En termes clairs pour le lecteur non spécialiste, cela veut dire que Dexia s’est mise massivement à découvert sur les obligations de l’Etat Français et il semble qu’elle n’est pas couvert ce risque.

Comme les obligations Française ont  monté plutôt que baissé, Dexia serait en train d’encourir une perte gigantesque et aurait déjà consomme les 55 milliards de recapitalisations accordes en automne dernier. Perdre 55 milliards en 6 mois n’est pas a la porte du premier banquier venu, fut il sorti de nos grandes écoles

Je n’ai aucune idée de ce que Dexia a vendu ou acheté pour perdre autant d’argent, mais la perte est là…

Pour mettre les choses en perspective, la première page des journaux il y a quelques semaines étaient remplies d’articles sur les pertes encourues dans ses opérations de trading par JP Morgan qui se montaient à 2 milliards de dollars.

Les pertes de Dexia seraient de 35 fois supérieures à ce montant et devront être couvertes in fine par les Etats actionnaires.

La Banque de France, la Banque centrale de Belgique seraient en train de dénouer les positions et seraient donc forcées de racheter les positions à découvert de Dexia, ce qui expliquerait la hausse du marché obligataire Français.

Encore une fois , il ne s’agit que de rumeurs et tout cela n’est peut être que de la finance fiction.

Je dis toujours que les crises financières ont des similarités avec la pêche à la dynamite.

Quand une explosion se produit à grande profondeur, les petits poissons remontent les premiers le ventre a l’air, les baleines beaucoup, beaucoup plus tard…

Si ces rumeurs sont vraies, alors je peux assurer le lecteur que c’est la l’une des plus belles baleines que j’aurai vu en quarante ans de carrière et que nous n’avons pas fini d’entendre parler de Dexia…

 

 

Charles Gave

 

 

 

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!