16 May, 2022

Contribution totalement inutile à la campagne électorale.

 

 

J’ai deux convictions assez fortes.

  • La première est qu’un bon citoyen, lorsque « les ombres s’allongent devant lui », doit essayer de ‘’ rendre’’ à son pays ce qui lui a été donné pendant sa vie.
  • La seconde est, qu’en matière de compréhension de l’économie quand je me vois, je me désole, mais quand je vois les autres, je me console.

Et donc, depuis des lustres, j’essaie de convaincre les hommes politiques français qu’il m’arrive de rencontrer, que je pourrais peut-être les aider, non pas à prendre les bonnes décisions (à l’impossible nul n’est tenu) mais au moins à ne pas en prendre de stupides. L’échec a été complet et total, la réponse étant toujours la même : « Vos idées sont bonnes, mais ne permettraient pas de gagner les élections. » Et donc, mes pauvres propositions ne sont jamais retenues, et « ils » continuent à perdre non seulement les élections mais aussi leur honneur, puisqu’ils défendent des idées auxquelles ils ne croient pas tandis que notre pays continue son lent et inévitable naufrage.

Et c’est pour cela que l’IDL fût créé il y a bientôt dix ans, pour parler au citoyen directement puisque les « élites » sont atteintes de surdité dès qu’on leur parle de la réalité économique.

C’est dans cet esprit que je vais faire une comparaison entre la France d’aujourd’hui et la Suède en 1992-1995.

A cette époque, la Suède, gérée par un parti politique tout acquis aux idées que défend monsieur Mélenchon aujourd’hui, fît faillite, et son rétablissement depuis a été incroyable.

Et, toujours optimiste, je me dis que ce qui a marché en Suède pourrait peut-être marcher en France ?

Bien entendu, aucun parti ne défendra ces idées aux prochaines élections, et je ne me fais aucune illusion sur les chances qu’elles auraient d’être retenues puisque nos problèmes ne viennent que de l’incroyable incompétence de ceux qui nous gouvernent depuis cinquante ans et que nous venons d’en reprendre pour cinq ans avec eux.

Mais au moins, je n’aurai pas déserté.

J’ai toujours eu beaucoup de sympathie pour les cadets de Saumur chargeant à cheval les chars allemands en 1940.

Venons-en à la Suède.

Par un hasard du calendrier de mes visites, le 16 novembre 1992, j’étais dans le bureau du Gouverneur de la banque centrale suédoise (la plus ancienne du monde), et ce jour-là justement, tout le système financier Suédois était en train de sauter : la monnaie était violemment attaquée, le taux de change étant bloqué vis-à-vis du DM dans l’imbécillité Giscardienne qu’était le SME, l’ancêtre de l’Euro, les réserves de change disparaissaient à vue d’œil, les taux cours étaient à 35 %, les taux longs à 12 %, la bourse s’effondrait avec l’immobilier et une panique bancaire d’anthologie commençait puisque tout le monde savait que les banques avaient prêté comme des malades à l’immobilier Suédois.

Bref, une atmosphère de fin du monde.

Et pourtant, je trouvais le gouverneur de la banque centrale Suédoise parfaitement détendu, voir rigolard. Et il me fit comprendre, en peu de mots (le Suédois est peu bavard) que lui aussi pensait qu’il valait mieux « la fin dans l’horreur qu’une horreur sans fin », l’horreur sans fin étant la combinaison de politiques monétaire et budgétaire débiles combinées avec un taux de change fixe (ce que nous faisons en France depuis vingt-cinq ans). Dans un accès de générosité surprenant pour un banquier central, il me conseilla d’acheter les obligations gouvernementales suédoises indexées sur l’inflation qui offraient un rendement réel de plus de 7 % et qui furent le meilleur placement des dix années suivantes.

Le lendemain, ou le surlendemain, la couronne sortait du SME et flottait librement, et les Suédois se mirent au travail, en bon ordre comme d’habitude.

Les banques, toutes en faillite (sauf la banque des Wallenberg) virent leurs dépôts garantis par l’Etat Suédois et furent nationalisées, leurs actionnaires perdant tout, et quelques dirigeants de ces institutions mis en prison, pour entretenir le moral des troupes…Quelques années plus tard, les mêmes banques furent privatisées et réintroduites dans le marché des actions et l’Etat suédois fit plusieurs fois la culbute.

Les dépenses de l’Etat, à plus de 60 % du PIB, furent coupées fort intelligemment, le principe de base étant que l’Etat devait devenir « prescripteur » et cesser d’être « producteur ».

Ce principe fut par exemple appliqué dans l’éducation , les retraites, la gestion des transports publiques, les hôpitaux…et les effets de cette baisse furent remarquables, comme le montrent la bande dessinée que j’ai préparé pour les lecteurs de l’IDL. Suède en bleu, France en rouge.

  • Les dépenses gouvernementales s’écroulèrent ( de 65 % à 50 %, l’une des plus fortes baisses dans l’histoire)), tandis qu’elles continuaient à monter en France, passant de 51 % à 60 % aujourd’hui…

 

  • Contrairement a ce que pense la vulgate Keynésienne, « JE (DE)PENSE, DONC JE SUIS », qui sert de pensée économique à notre classe dirigeante , la croissance ACCELERA en Suède et S’ECROULA en France, ce qui ne surprendra pas les lecteurs de l’IDL qui ont entendu parler de Schumpeter.

 

Ces deux graphiques illustrent parfaitement que, lorsque le poids de l’état est supérieur à 50 % du PIB, si l’on veut que la croissance accélère, alors il faut faire baisser le poids de l’état, l’inverse étant également vrai.

  • Et du coup, les deficits budgétaires structurels disparurent en Suède, tandis qu’ils ne cessaient d’augmenter en France.

La Suède oscille depuis 1998 entre des surplus (en temps normal) et des deficits budgétaires (pendant les récessions) tandis que la France, depuis cette date, voit son déficit budgétaire augmenter de cycle en cycle et devenir pire de récession en récession.

Ce qui amène, évidemment, à notre graphique suivant.

 

A partir de 1999, la dette française en % du PIB devient supérieure à la dette Suédoise.

Depuis cette date, la dette Suédoise a été divisée par deux tandis que la dette Française doublait. Et bravo à monsieur Trichet, le Gamelin de l’économie française, grâce à qui les Allemands sont à Paris.

Ce qui nous amène, logiquement, au graphique des comptes extérieurs des deux pays.

 

Bien entendu, et avec le délai habituel de quelques années, la hausse du poids de l’état dans l’économie entraine une détérioration des comptes extérieurs puisque peu de fonctionnaires produisent des biens ou services exportables. Mais ils aiment bien importer et conduire des voitures allemandes comme tout le monde, ou prendre leurs vacances en Thaïlande ou aux Baléares.

Et donc nos deficits tant intérieurs qu’extérieurs vont continuer à grimper.

Et tout cela finira, comme en Suède il y a trente ans, dans une faillite du secteur privé, qui ne pourra plus rembourser ses prêts au système bancaire, qui lui-même sautera comme un bouchon comme son homologue en Suède en 1992.

Nous sommes en bonne voie, la moitié du chemin étant déjà parcouru (le cours des banques dans la zone Euro est déjà passé de 100 à 50. Encore un effort ! et nous serons enfin à zéro. Pendant la même période, le cours des banques suédoises était multiplié par six…).

 

Conclusion.

Comme je ne pense pas être invité par le Gouverneur de la Banque de France pour lui prodiguer mes conseils le jour de la crise finale de l’Euro et comme les Suédois ne sont pas des Français, je ne m’attends pas vraiment à ce que les choses se passent socialement aussi bien en France qu’en Suède.

Mais les évènements se passeront exactement de la même façon et dans le même ordre.

Le coup partira de la monnaie et des marchés obligataires se cassant la figure, alors même que nous serons en récession, et se terminera avec des files d’attente devant les banques qui devront être nationalisées. Que le lecteur se rassure : en France, personne n’ira en prison. Les responsables seront promus et des lampistes découverts et punis sévèrement.

La question subsidiaire, à laquelle je ne peux pas répondre, est de savoir s’il y aura des distributions de claques dans les rues, ou pas. En fait, la France étant la France, je compte sur monsieur Mélenchon pour que le scenario français habituel soit respecté.

Achetez vos gilets jaunes, je crains une pénurie et vous allez en avoir besoin pour pouvoir passer les barrages quand vous voudrez rejoindre vos maisons de campagne.

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

74 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Patrice Pimoulle

    28 May 2022

    C’est ce que disait Barre en 1977.mais nous, en France, on a eu un Chirac qui disait qu’il fallait” debarasser la France de M. VGE fut-ce au prix de la victoire de M. Mitterrand”. On a eu les deux. En France, le sentiment nationl n’existe pas.

    Répondre
    • brousse.ouillisse

      29 May 2022

      Tout à fait d’accord. C’est l’ambition de Chirac qui nous a mis dedans pour 30 ans. Et dire que je l’aimais bien…Mais j’étais jeune.
      Et puis les Français ont (eu) la mémoire courte. “L’attentat de l’observatoire” aurait dû disqualifier Mitterand à vie de toute ambition politique. Mais dans le marigot, les vieux crocodiles sont les plus malins…

  • john smith

    24 May 2022

    ca y est j’ai lu votre article….on ne peut pas comprendre l’effondrement de la France si l’on ne lis pas les cours des enfants en 1900…. j’ai le cours du mousse en 1890 (le mousse de 1890 représentant je pense le plus bas de l’échelle sociale de l’époque) et je mets au défis n’importe quel bachelier d’aujourd’hui d’obtenir le brevet de mousse sur la base de l’enseignement de celui ci en 1890… prenant le train, écoutez la plèbe parler (si elle parle Français vous avez de la chance…) et vous comprendrez que non seulement nous ne sommes pas des Sudéois mais surtout nous ne sommes plus des Français si l’on entend par la une population qui parle Français et qui lis maupassant et balzac…partant de la tout est foutu et nous nous retrouvons dans la situation de 1789 ou les barbarres sont Français et font parti de la population…20% de notre jeunesse (il y a 20% d’analphabétes en 6 eme) seront des délinquant à vie…comme dis Tocqueville il n’y a rien de pire pour une démocratie qu’un peuple ignorant vulgaire et sans foi…si vous n’entreprenez pas une croisade de rechristiannisation de ce pays et si vous ne convertissez pas les musulmans (voir les socialistes, mais à l’impossible nul n’est tenu) au christianisme, tous vos graphes, qui sont exactes, ne serviront pas à grand chose parce que l’on a jamais vu des brutes aimer js Bach et lire Saint Augustin….alors comprendre vos graphes, je vous raconte meme pas…
    vos graphes s’adressent à des gens éduqués qui aiment apprendre ce qui doit représenter moins de 20% de la population…les politiques sont des marchands de soupe et ils préfèrent offrir les jeux du cirque à la plébe plutot que d’en faire un peuple Chrétien éduqué…
    j’aimerai bien discuter avec vous…mais comme je cherche du boulot il faudra que je mette un masque de mélanchon…

    Répondre
  • john smith

    24 May 2022

    ah ah ah
    je vous adore…le mâle blanc dominant de plus 50 ans à tendance judéo chrétienne prononcée…ne soyez pas trop amère, il me semble que zemmour a repris beaucoup de vos idées hormis l’euro qui, oui est une imbécilité, et, oui s’effondrera quoiqu’il arrive et quoiqu’il en coute…cependant vous avez vu que macron dépense un pognon de dingue pour les boumeurs (le covid) et maintenant pour les islamos gauchistes (un indigéniste ministre de l éducation. en attendant une femme voilée ou mieux en burka…)…il est réélu parce que le QI s’effondre depuis 20 ans et c est une donnée fondamentale que l’on ne sait pas contre carrer l’avenir d’un “pays ignorant vulgaire et sans foi”….(Tocqueville)
    bon…maintenant que j’ai écris mon commentaire je vais aller lire votre article…

    Répondre
  • BRUART Jacques

    22 May 2022

    J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour vos conseils toujours judicieux pour un béotien comme moi. Question? Que pensez-vous du dollar/euro? Merci

    Répondre
  • Dominique

    21 May 2022

    Charles Gave,
    Vouloir “convaincre les hommes politiques français “ ne peut réussir à leur faire “ prendre de bonnes décisions “.
    D’autres défilent en scandant Libertés – Libertés, sans succès.
    Là où vous voyez un échec, il y a un surtout un ennemi gigantesque : la révolution française permanente depuis 1789.
    Elle s’est dénommée République Française pour camoufler qu’elle est une dictature, et elle a repris la triple acclamation des Franc-maçons : Liberté – Égalité – Fraternité orwellienne avant l’heure.
    Construite sur les Lumières pour détruire le droit naturel et sur l’Être Suprême pour prendre la place de Dieu, la révolution de 89 n’a cessé de se maintenir en perfectionnant ses armes.
    Sa laïcité remplace l’Être Suprême pour mieux détruire la religion catholique, et ses élections représentatives font croire à l’existence d’un régime démocratique. Ce sont des impostures et elles sont les armes d’êtres diaboliques.

    Répondre
    • Patrice Pimoulle

      5 June 2022

      Je partage cette conviction, mais je suis plus nuance,
      La Revolution a qund me em apporte les principes de 89, qui ne sont pas meprisables.
      Apres les desastres du Ier Empire est venue la Restauration, qui, avec Talleyrand, a donne a la France une politique etrangere qui a fait la fortune et le bonheur de la FRance jusqu’en… 1944, En effet, la IIIe Republique a respecte l’oeuvre de la REstauration, et pour cause…

      La chute est venue en 1945, lorsque justement, “on” a aboli la IIIe Republique et renverse la politique traditionelle: “les 130 ans d’infirmite, d’insecurite, d’amertume” (gl de Gaulle, Memoires de Guerre). fondant son pouvoir sur une allaince objective avec la PC, il a eu les mains libres pour revenir a Chateaubriand. C;est ainsi que la France s’est trouvee ecrasee a Geneve en 1954, a l’ONU sur le contentieux franco-tunisien. Il restait au couple Mitterrand-Chirac de finir le travail. C’est fait.

  • KANYAMA

    19 May 2022

    J’&i été élevé à la négritude radicale mais vous êtes le premier leucoderme contemporain à vraiment tomber amoureux de sa pensée mais une question me taraude l’esprit comment vous pouvez vous acharner contre l’Allemagne qui maintient les prix fixes avec l’Euro alors que la France maintient les taux de change fixe grâce au Franc CFA depuis plus de soixante ans plombant l’Industrie de plus de quinze pays ?

    Répondre
    • idlibertes

      23 May 2022

      Vous n’avez pas compris comment fonctionne un taux de change fixe.

  • sylvkai

    18 May 2022

    Il y a peu je me suis imaginé écrire un livre, un livre qui expliquerait le véritable business de diverses entreprises ou professions. Par exemple:
    – la société McDonald’s est dans l’immobilier, pas dans l’alimentation (1)
    – les chaînes de télévision et radio vendent du temps d’attention, pas des programmes (2)

    Et il y aurait un chapitre sur les politiciens. Car leur métier, leur compétence clé, n’est pas d’améliorer le sort de la population, mais d’être élus, uniquement (3). Guère de surprise donc quand M Gave écrit: “L’échec a été complet et total, la réponse étant toujours la même : « Vos idées sont bonnes, mais ne permettraient pas de gagner les élections. »”. Hélas.

    (1) Harry J Sonneborn, ex-McDonald’s CFO: “We are not technically in the food business. We are in the real estate business. The only reason we sell fifteen-cent hamburgers is because they are the greatest producer of revenue, from which our tenants can pay us our rent.” De fait McDonald’s est un des plus grands propriétaires d’immobilier commercial au monde.
    (2) Patrick Le Lay, ex PDG de TF1: “Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible”.
    (3) Thomas Sowell, brillant économiste de l’Ecole de Chicago: “No one will really understand politics until they understand that politicians are not trying to solve our problems. They are trying to solve their own problems—of which getting elected and re-elected are number one and number two. Whatever is number three is far behind.”

    Répondre
    • Nox

      23 May 2022

      Et d’ailleurs les compétences pour se faire élire n’ont rien à voir avec celles nécessaires pour gouverner. Pour être élu il faut savoir convaincre les électeurs et être capable de fédérer un maximum d’autres forces politiques (c’est à dire des concurrents) autour de soi. Donc l’élu est un mélange de bonimenteur et de corrupteur…
      Les partis politiques exercent parfois un filtre en ne laissant passer que des hommes d’état (par exemple Pompidou), mais cette pratique appartient bel et bien au passé.

  • Chabouda

    18 May 2022

    On ne pourra même plus rejoindre nos maisons à la campagne : Mme Hidalgo aura pris soin auparavant de supprimer toute circulation sur le périphérique parisien afin que les Parisiens soient confinés de facto dans cette ville de plus en plus hostile.

    Répondre
    • Charles HEYD

      19 May 2022

      Pour les Parisiens, c’est pas grave, ils ont le champ de Mars et bientôt le périphérique végétalisé! Et, j’oubliais, le bois de Boulogne pour batifoler.

  • Philippe

    18 May 2022

    Comment toujours, analyse pragmatique sans concession mais juste le reflet foudroyant d’une triste vérité.

    Répondre
  • nikoopol

    18 May 2022

    @gave
    Le contre argument à ce raisonnement a été de dire que la Suéde ne “payait pas” sa défense (avant la situation en Ukraine)& ramassait la rançon de la paix.

    Parions, comme quand on investit dans un club de foot, que la Défense est un fond perdu !

    Répondre
    • Nox

      23 May 2022

      En fait la Suède ne payait pas sa défense ni avant 1992, ni après. Donc cela neutralise l’argument.

  • Ockham

    18 May 2022

    Votre foi dans une vérité supérieure de la logique vous honore. Toutefois si cette passion protestante ou cathare vous permet de lire correctement les faits économiques, elle n’a effectivement pas l’heur d’intéresser la sphère poiltique. Il faut dire que la France produit moins de chaudronniers nucléaires que de science-pos . Ces pasdarans des énarques, sorte de janissaires de la communication, sont en revanche des passionnés de l’écologie. C’est tout dire de la qualité scientifique du discours public cherchant à gommer la fracture Province- Europe pour la sublimer en amour une fois de plus éthéré d’une certaine “méta” planète qui n’existe pas. Je crains que vous-même et votre fidèle lecteur, ne terminent au moins au sens figuré comme Jan Hus. A ce propos L’église pense sérieusement ces jours-ci à réhabiliter ce penseur qui n’eut pas l’avantage de l’imprimerie pour diffuser quelques bonnes vérités -reprises par Luther comme savoir lire un texte avant de chanter des idées universelles et stratosphériques apprises par coeur, aussi vous serez peut-être réhabilité dans un demi-millénaire en France et j’en profiterais aussi ! Mettre la charrette avant les boeufs est un art millénaire consommé dans ce beau pays !

    Répondre
  • Max

    18 May 2022

    Très justement analysé , mais vous oubliez un point. “Notre” monnaie n’est justement pas la notre et donc, ça ne partira pas de la monnaie, les pays frugaux n’accepteront pas de sacrifier la monnaie pour faire durer l’horreur en France . Les pays du sud ne l’accepteront pas non plus,ils ont dût accepter des dévaluations massives pour s’ajuster. Par contre, l’étape : faillite du secteur privé puis des banques françaises, certainement. L’or devient donc un produit intéressant, d’autant que les allemands en achètent pour se protéger de l’inflation , sans parler des russes ou des chinois. Le récent replis nationaliste depuis le covid fait sans doute oublier que la monnaie utilisée n’est pas gérée en France.

    Répondre
  • Dominique

    17 May 2022

    Valérie Bugault a fait un énorme travail d’analyse critique des institutions françaises, très documenté dans ses sites et ses livres.
    Souverainiste, elle propose une nouvelle constitution basée sur la subsidiarité et la démocratie directe, et une organisation sociale et économique fondée sur l’auto-organisation des métiers et des secteurs économiques, ( inspirée, sans le dire, du corporatisme sous la monarchie ).
    Cette organisation permettrait notamment d’empêcher les banques d’agir en prédateurs des entreprises, et redonnerait aux entrepreneurs et aux employés la liberté que les hommes-de-l’état leur ont volée.
    Il y a là plus qu’une excellente proposition…
    Enfin, elle a développé une théorie nouvelle de la monnaie ( qui est évidemment nationale ) , après avoir sans doute réalisé que la monnaie est un facteur capital sinon le nerf de la guerre.
    Mais elle complique les choses à mon avis : la valeur de sa monnaie dépend de critères multiples. Elle ne propose pas les moyens de les quantifier, et sa théorie n’est donc pas aboutie.
    Dommage, car si elle est certainement une bonne juriste constitutionnelle, elle n’a pas les connaissances économiques qui lui permettraient de traiter de la monnaie.
    Sur ce point, je m’étais permis de suggérer au propriétaire de IDL de lui donner un éclairage critique ( au cours d’un entretien chez IDL ? )
    Cela lui permettrait éventuellement de prendre un chemin plus réaliste en matière monétaire. Mais ce n’est que mon avis.
    https://valeriebugault.fr/

    Répondre
    • caullet

      18 May 2022

      Très bon résumé du travail de Valérie Bugault.
      En ce qui concerne la monnaie, il ne faut pas oublier la citation d’un expert en la matière:
      ” Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait ses lois “.
      Et arriva la création de la Réserve Fédérale par le Fédéral Act de 1913 dans les conditions rocambolesques que l’on retrouve dans ” Les secrets de la Réserve Fédérale ” d’ Eustace Mullins:
      https://www.babelio.com/livres/Mullins-Les-secrets-de-la-Reserve-Federale/325017

    • Dominique

      18 May 2022

      +1 !
      Ce livre sur la FED complête le travail de Jacques Bordiot sur le Mondialisme ( Une main cachée dirige ).
      Eustace MULLINS est un grand historien et un formidable analyste des méfaits des grands banquiers américains, évidemment il est inconnu en France… comme Bastiat.
      Il a publié un livre sur le Nouvel Ordre Mondial, et sur le Meurtre par Injection : en 1993 il y démontrait la main mise criminelle des banquiers sur la pharmacie !
      Livres a lire. Merci de l’avoir cité.

  • Frank Deljeune

    17 May 2022

    J’ai quand même.comme.qui dirait l’impression que je suis grillé de commentaires sur l’IDL.Tant pis.

    Répondre
    • nikkoopol

      18 May 2022

      hasard de l’informatique, mais il(le code source) est sensible parfois. le site n’aime pas que l’on dépasse une certaine limite de mots !

  • Frank Deljeune

    17 May 2022

    Je ne crois pas que l’on puisse vraiment comparer la Suède et la France, ne serait-ce que du fait de l’écart de populations. En tout cas, la Suède n’aurait pas pu servir de second pilier à l’€, pour laquelle la France fait office. Et tant que cela arrange l’Allemagne, elle peut faire à peu près n’importe quoi en politique monétaire. L’Allemagne fera en sorte que cela ne se traduise pas trop dans les taux obligataires sur emprunts de la France. Il faut aussi rappeler que la Suède était très inégalitaire dans sa répartition du revenu et des patrimoines avant guerre, et que, par réaction elle est devenue beaucoup plus égalitaire dans les années qui ont suivi l’après-guerre, un cheminement suivi d’ailleurs par la plupart des pays occidentaux, à commencer par les USA, et qui a été suivi de ce que l’on a appelé les « 30 glorieuses ». En Suède, les Wallenberg s’en sont peut-être tirés En tout cas, pas Raoul. Mais c’est pour un autre raison.

    Répondre
  • yvan

    17 May 2022

    Bonjour Mr Gave, j’admire beaucoup votre courage et vos idees. Je vis au US depuis 27 ans et je viens de voir un programme de tele qui vous interessera beaucoup je crois. C’est sur amazon prime sur Milton Friedman, Nobel Prize, une serie de 1980 ou il expose et discute ses idees. J’ai pense a vous 🙂

    Répondre
  • JANINE BRANDEIS

    17 May 2022

    Bonjour, plutôt que d’avoir un commentaire, j’ai une question si vous permettez, ma petite fille habite et travaille au Royaume Uni, elle possède encore un compte en banque en France avec quelques économie sur un livret LLD. Conseilleriez vous qu’elle transforme ses francs en livres sterling puisqu’elle a aussi un compte à la banque d’Ecosse ? Merci

    Répondre
  • Terenui SALVI

    17 May 2022

    Je vous remercie pour ce partage d’information.
    Votre site m’a été conseillé par mon professeur en ses qui voyait que j’avais des visions politiques, économiques et financières différentes de ma classe. Je reste encore un adolescent de 17 ans, mais grâce a vos idées et visions, j’arrive personnellement à m’orienter pour mon futur et a affiner mes pensées.
    Merci encore.

    Répondre
  • Quiviger

    17 May 2022

    La fin du calvaire approche. L’ogre fiscal français essaie désespérément de se sauver en forçant le saut fédéral pour mettre la main sur l’épargne des petits pays mais les dés sont jetés. Le plus drôle c’est que ce sont les idolâtres de l’euro comme macron qui auront accéléré son implosion.

    Répondre
    • caullet

      18 May 2022

      Parlez-vous du filleul de Klaus Schwab qui préconise ” Le grand Reset ” ?

  • caullet

    17 May 2022

    Valérie BUGAULT, dans ” Les raisons cachées du désordre mondial “, notamment dans le tome 2, donne son analyse de juriste de la situation.
    Pour elle l’état français a disparu le jour où le haut conseil scientifique est apparu, se réunissant le mardi quand le conseil des ministre se tient le mercredi…
    Est-il nécessaire de rappeler la grande discrétion ( secret défense pendant 50 ans ) de cette institution née d’un simple décret que Valérie Bugault qualifie d” a-constitutrionnel.
    Les conséquences de cette dérive sont absolument gigantesques.
    C’est la raison pour laquelle, une chatte n’y retrouverait pas ses chatons.
    D’où le grand désarroi de ceux qui se donnent la peine de réfléchir à la situation de la France, et du monde en général.
    https://www.livresenfamille.fr/actualite-etudes-essais/21968-valerie-bugault-les-raisons-cachees-du-desordre-mondial-tome-2-analyses-de-geopolitique-economique-juridique-et-monetaire.html

    Répondre
  • jean-michel

    16 May 2022

    Cher Charles Gave,
    Merci pour vos articles et vos analyses si pertinentes et d’une grande qualité professionnelle, dans cette époque où nos soi-disant élites dirigeantes occidentales nous mènent dans des situations préoccupantes pour l’avenir du pays, dans un état esprit partisan et sans nuance.
    Renault vient d’être cédé pour un rouble à la Russie!!!
    Je voulais vous poser une question: Pensez-vous que les gouvernements actuellement en place puissent nous amener à la guerre non plus commerciale mais militaire, afin de masquer leur mauvaise gestion économique, et tenter de faire endosser la responsabilité de leurs échecs à la Russie?

    Répondre
  • hubert rodarie

    16 May 2022

    merci, mon cher Charles, pour ce billet toujours aussi brillant, mais permettez moi une petite rectification historique, votre plume a dû glisser. C’est au sujet des cadets de Saumur. Moi-aussi, je suis un admirateur de leur courage héroïque. Ils firent face, non pas avec des chevaux, bien qu’appartenant pour la plupart à l’École de la cavalerie mais avec leur “armes d’études” pour défendre des ponts sur la Loire. Et ils le firent avec tant de courage que les allemands les laissèrent repartir. Les lanciers qui se lancèrent face aux chars allemands, ce sont plutôt les cavaliers polonais… Cela n’enlève rien à l’argument car globalement l’incompétence et le manque de préparation étaient, comme aujourd’hui hélas, la marque des élites. Et vous résistez face à l’esprit du temps, comme les cadets, avec panache. C’est le plus important.

    Répondre
  • Rolland Pomaret

    16 May 2022

    Merci pour vos lumières. Est-il encore temps pour entrer sur les obligations chinoises. Quel risque en cas de sanctions occidentales contre la Chine ?

    Répondre
    • pouet

      18 May 2022

      Question pertinente. Les avoirs russes sont confisqués malgré leur grande qualité surtout depuis que le rouble est à la hausse. Et confisqués par les occidentaux… donc nos dirigeants. C’est une spoliation interne tranquille pépouze, sans bruit.

  • Guillaume Le Baube

    16 May 2022

    Merci pour cet article et félicitations pour votre courage. Vous pourriez quitter le navire qui prend eau de toutes parts ; or en grand capitaine que vous êtes, vous choisissez de rester à bord, avec l’équipage qui aime son vieux rafiot et qui n’a pas les moyens de s’offrir des chaloupes pour fuir à l’étranger. Tenons bon : la France est en nous, et tant que nous lui serons fidèles, nous pourrons toujours espérer une renaissance.

    Répondre
    • Frank Deljeune

      17 May 2022

      Remarquable,: sauf que la Suède (10,4 millions habitants), n’est pas la France qui sert de second pilier à l’€. Et qui, tant que cela durera, peut faire à peu près n’importe quoi en politique budgétaire.

    • Charles HEYD

      19 May 2022

      On a aussi dit à propos du covid que la comparaison France/Suède n’était pas valide; un certain Raoult démontre tous les mardis que la comparaison est tout à fait valide; ce que CG s’échine à dire et à montrer avec des graphiques absolument remarquables est tout simple, les mêmes causes conduisent aux mêmes résultats, ici au désastre. Vivement la fin de l’horreur!

    • Frank Deljeune

      19 May 2022

      @ Charles Heyd. Bien sûr le raisonnement de CG sur le déficit budgétaire vaut quel que soit la taille du pays. Mais ce que je dis ici est que la France a été embarquée dans le soutien à l’€, du fait de son poids économique, et que ça lui permet de bénéficier du soutien de l’Allemagne zur la dette ; ce qui, à mon avis n’aurait pas été le cas pour la Suède.

    • Charles HEYD

      22 May 2022

      Pour l’instant on s’appuie effectivement sur l’Allemagne pour laisser filer notre dette; mais lorsque les Allemands diront “nein, jetz ist es fertig” on fera quoi?

  • Frank Deljeune

    16 May 2022

    Toujours remarquable. Ce qui me fait me souvenir de mon ami Gunnar Duriez qui au début des années 80 avait préparé la refonte du système fiscal suédois. Il y a, évidemment, une oscillation entre égalitarisme et inegalitarisme.´La société suédoise d’apres guerre était devenue très égalitariste, par contraste avé celle d’avant guerre. Que les Wallenberg s’en soient bien tirés (sauf Raoul) confirme la justesse des vues de Hanna Arendt.
    Mais, pour en revenir à l’analyse, on ne peut pas comparer la Suède et la France, ne serait-ce que par l’ecart de population. Disons que la Suède ne pourrait pas jouer le rôle de second pilier de l’€. Et tant que l’a France (qui sera le dindon de la farce – je l’ai démontré par ailleurs), elle peut faire n’importe quoi en politique budgétaire, surtout en ce moment, l’Allemagne fera en sorte de lui épargner la sanction des taux obligataires.

    Répondre
  • Frank Deljeune

    16 May 2022

    Toujours remarquable. Et je pense â mon ami Gunnar Duriez qui au début des années 80 avait entrepris, sur base de modélisation APL, la refonte totale du système fiscal suédois. C’est quand même une affaire compliquée. La Suède est passée d’un extrême à l’autre en matière de répartition du revenu et des patrimoines, et le société suédoise des années 70-80 était bien plus égalitaire que celle d’avant guerre. Que les Wallenberg s’en soient bien tirés (sauf Raoul) montre la justesse des vues de Hanna Arendt, mais c’est un autre sujet.
    Il y a évidemment une oscillation entre égalitarisme et inegalitarisme. Mais je pense que ceci doit être disjoint de la politique budgétaire de l’état. De même qu’il faut disjoindre la théorie keynésienne de certaines préconisations en matière de dépenses publiques en période de sous emploi. Et je pense que les « conservateurs » suédois d’aujourd’hui sont plus « socialisants » que les mélenchonistes français.
    Mais pour revenir à l’analyse. Il y a tout de même une différence fondamentale de positions entre la Suède et la Frànce, ne serait-ce que par le nombre des habitants. De fait, la France est, avec l’Allemagne, l’un des deux piliers de la monnaie unique, l’euro, ce que la Suède n’aurait jamais pu être. Que l’Allemagne soit .le principal bénéficiaire de l’€ n’est pas discutable, et je l’ai amplement démontré : http://wp.me/p7ciWq-L , et que la France soit le dindon de la farce me paraît une évidence. Il n’empêche, tant que l’Allemagne aura besoin de l’€, la France pourra faire à peu près n’importe quoi en politique budgétaire, ça passera, car l’Allemagne veillera à ce qu’il n’y ait pas de sanction dans les taux obligataires. Et pendant tout ce temps, la banque nationale de Suède fera en sorte de limiter les fluctuations du cours de la Couronne suédoise contre €.

    Répondre
  • erone

    16 May 2022

    Question périphérique au sujet mais qui au fond est un peu lié. Le dollar se porte vraiment bien et semble servir de refuge au vue de la conjoncture. Que pensez vous de ceux qui soutiennent qu’ il vaut mieux se réfugier sur le dollar, grand gagnant de ces évènements et que son heure n’est pas encore arrivé? Ce qui expliquerai que l’or ne monte pas et qu’il ne jouera pas son rôle habituel.

    Répondre
    • Yvan

      17 May 2022

      Hausse technique. Il faut d’abord avoir les dollars avant de s’en débarrasser. Un peu de patience, mettez-vous en arrière sur votre fauteuil et assistez au spectacle de la hausse de l’or à venir sous peu.

  • Nanker

    16 May 2022

    Appendice politicard de ce billet magistral : nous allons avoir un Parlement composé essentiellement de clones macronistes dont le QI moyen est égal à leur température rectale, et en face de mélenchonistes enragés (pléonasme) dont le QI atteint péniblement le titrage alcoolique d’un rosé de Provence médiocre. Avec – en arbitres – quelques gamélards du R.N. qui vivent de leur rente parlementaire depuis 20 ans.

    Partant de cela on PEUT être pessimistes, sinon inquiets pour la conduite du pays…

    Répondre
  • Cheunbaba

    16 May 2022

    @Rober : Et qui participe à cette mascarade consent. Le jour où il y aura une information médiatique contradictoire sur de grands canaux, je retournerai voter, peut-être. En attendant, ceux qui participent à ces élections truquées sont des collabos car ils cautionnent un système corrompu.

    Répondre
    • Anonyme

      16 May 2022

      Pour moi, le fait de payer des impôts, c’est contribuer à faire tourner le système. Voyant le gâchis de ma contribution et n’ayant pas mon mot à dire, j’ai pris le large il y a 6 ans. Voter avec ses pieds.

    • Jacques B.

      18 May 2022

      “ceux qui participent à ces élections truquées sont des collabos car ils cautionnent un système corrompu.”

      Solution de facilité : vous vous donnez le beau rôle à peu de frais en disant cela.

      Aucun système n’est parfait, comme le disait Churchill (“la démocratie est le pire des systèmes, etc.”), donc attendre un “système” qui vous convienne peut durer trèèèèèèèèèès longtemps.
      En attendant, on peut voter en choisissant le “moins pire”. Dire qu’il n’y a aucune différence entre les candidats n’est pas vrai, des tas d’exemples dans des tas de pays le montrent. Pourquoi ont-ils attaqué avec tant de virulence Trump pendant 4 ans ? Pourquoi Chavez a-t-il précipité son pays dans le chaos ? etc.

      Vous avez tout à fait le droit de ne pas voter : ce faisant, vous laissez les autres choisir pour vous, par définition. C’est respectable comme choix, dès lors que vous assumez.

    • Robert

      18 May 2022

      Cheunbaba : Votre argumentation est celle du fataliste résigné face à une situation qui le dépasse…
      On pourrait rétorquer que votre résignation est également une forme de caution ” passive ” envers le système.
      Quant à ” l ‘information médiatique contradictoire ” : vaste sujet dirait le général !

  • VINCENT

    16 May 2022

    C’est réjouissant, mais cela me parait assez réaliste, merci Charles Gave, moi je n’y connait pas grand chose, mais lire vos explications avec Emmanuel en plus, on se cultive !

    Répondre
  • GILBERT THEBERGE

    16 May 2022

    Claire analyse de votre catastrophe – J’aimerais que quelqu’un de chez-nous ose la même chose – Je pense mais j’espère me tromper que vous êtes trop optimiste – si le mouvement des chose se poursuit à ce rythme et dans le sens actuel, vous êtes bon pour un nouveau 14 ou 40 – que la majorité voit avec ravissement – de chez-nous nous regarderons les fusées et les poètes seront aussi horrifiés que les Romains en voyant leur Rome tomber (ou Paris) (ou Berlin) ou, encore, Rome… Chamfort disait: Il faut que le coeur se brise ou se bronze – mais je ne suis pas capable…

    Répondre
  • Robert

    16 May 2022

    La France est en état de faillite, aussi bien financière que sociétale.
    Les français en sont responsables : ces politiques médiocres sont élus par une majorité. Quant à ceux qui s’abstiennent : qui ne dit mot consent !

    Répondre
    • Bilibin

      16 May 2022

      Si vous avez le choix entre une politique médiocre et une politique médiocre, vous aurez une politique médiocre, et on pourra toujours vous prouver par A + B que c’est ce que les gens veulent, puisqu’ils ont voté, et que s’ils ne votent pas, ils y consentent encore selon vous.

    • pouet

      18 May 2022

      Je suis d’accord avec vous. Mais aussi avec ceux qui s’abstiennent : de toute façon celui “élu” par les non élus est élu par les médias et les sondages, et de facto par la population puisque la moitié de la population est aux fraises, d’autant plus passé un certain âge (sauf notre cher Charles).

      On nous a foutu 600 Mds de dette pour faire gagner 3 jours aux vieux, enfermé toute la population… explosé un paquet d’entreprises, et les vieux remercient les actifs et la jeunesse comment ? en votant pour la retraite à 65 ans et la fin de l’hôpital et de l’éducation ! C’est magique ! A côté le porno c’est sain.

    • Charles HEYD

      19 May 2022

      Je réponds à #Bilibin; vous avez, hélas, mille fois raison; je n’avais pas voté au deuxième tour en 2017 et cette année j’ai dit que je ferai pareillement; finalement j’ai voté pour le “moins pire” pour que le pire n’ait pas un score à la russe; mais on ne m’y reprendra pas!

  • Robert

    16 May 2022

    Nous vivons actuellement une faillite de la France, non seulement dans le domaine économique et financier, mais également sur le plan social et sociétal.
    Une majorité de Français en est responsable car si nos politiques sont effectivement médiocres, ils sont élus par les mêmes Français !
    Quant à ceux qui s’abstiennent de voter : qui ne dit mot consent !

    Répondre
    • bob razovski

      17 May 2022

      Qui ne dit mot ne se sent pas concerné. Tout simplement.

      Pour rappel, un vote intègre 3 paramètres :

      – pour
      – contre
      – abstention

      Inutile de rejeter la responsabilité de la médiocrité des protagonistes sur ceux, justement, qui n’en veulent plus ou qui ne veulent plus cautionner ce système pourri jusqu’au trognon.

    • Jacques B.

      18 May 2022

      @ bob razovski : plus précisément : qui ne dit mot accepte que les autres choisissent pour lui. C’est tout à fait respectable également.

    • bibi

      19 May 2022

      Si on vote pour le vainqueur on consent, si on vote pour le perdant, on consent en prenant part à l’élection au fait que la majorité impose sa volonté, et si on ne vote pas, on consent car on émet aucune protestation.

      Conclusion que l’on vote pour A ou que l’on vote B ou que l’on s’abstienne, et bien on consent, donc personne n’a le droit de se plaindre des lois votées par nos représentants, même si ces lois violent nos droits, car tout le monde y consent.

      Pour finir je présume que vous considérez que le peuple français a consenti à la ratification du traité de Lisbonne, car c’est le peuple français qui a élu les parlementaires qui ont voté la ratification du traité de Lisbonne, et cela malgré le fait que ce même peuple ait voté non lors du referendum sur le TCE?

  • DANIEL DE LA TAILLE

    16 May 2022

    Charles Gave a raison.
    Quant à garder notre niveau de vie en tant que “vieux retraité”…
    Les placements font l’objet d’une imposition confiscatoire.
    Travailler n’est pas évident car ce qui reste du salaire gagné est imposé dans la tranche la plus élevée.

    Répondre
  • Du goudron et des plumes

    16 May 2022

    La Suède et la Finlande demandent leur adhésion à l otan alors que Poutine cherche à créer une zone tampon entre l otan et la Russie (Ukraine neutre)
    Je pense que Vladimir fait arrêter de jouer au hockey pour nous annoncer que la ligne rouge est franchie
    J attends de voir sa liste avec curiosité

    Répondre
  • Veromg

    16 May 2022

    Merci Mr Gave. Vos analyses sont toujours enrichissantes à contrario de notre avenir financier. Alea jacta est.

    Répondre
  • olivier R

    16 May 2022

    Suer article de M. Gave comme toujours !

    Question d’un néophyte total en économie, serait-il possible d’avoir une section bilbiographie sur le site IdL, notamment pour découvrir directement les théories de M. Schumpeter mais pas seulement ?

    Répondre
    • @WillesdenFrog

      16 May 2022

      Les premiers episodes de “L’économie expliquée par mon père” passaient la littérature en revue. La réponse à votre question est donc sur YouTube.

    • idlibertes

      16 May 2022

      Il y en a une

  • guillaume.pierrot

    16 May 2022

    Bonjour, Un article très intéressant, en gros, il nous reste une vingtaine d’années…je me permets d’ajouter un chiffre “le ratio de dépendance” qui explique aussi les chiffres catastrophiques de l’économie française, une politique de natalité serait la bienvenue.

    Le ratio de dépendance démographique montre la charge sur la société et l’économie de la population qui n’appartient pas à la population valide (partie dépendante de la population).

    Ratio de dépendance total est calculé comme le rapport entre la partie dépendante de la population et la partie valide ou productive de la population:

    Ratio de dépendance total = population de moins de 15 ans + population de plus de 64 ans divisé par la population de 15 à 64 ans

    En 2022, Ratio de dépendance total en France est de 54.5 %.

    Cette attitude signifie que de la France connaît une charge sociale élevée sur la société. Cela signifie que chaque personne qui travaille en France doit fournir plus de 1,5 fois plus de biens et de services qu’il n’en aurait besoin pour lui-même.

    Répondre
    • Oblabla

      16 May 2022

      Une erreur de calcul. Si en 2022, le ratio de dépendance total en France est de 54.5 %, alors cela signifie que chaque personne qui travaille en France doit fournir 54% de biens et de services en plus qu’il n’en aurait besoin pour lui-même.

    • Frank Deljeune

      17 May 2022

      @oblabla. Tu dérailles. Mais si tu penses que tu peux vivre sans services publics, sans politiciens et sans blablateurs dans ton style, je retire cette appréciation.

    • nikkoopol

      18 May 2022

      cet indicateur est à mettre en corrélation avec, “combien un agriculteur nourrit de personnes”. Nous sommes dans une civilisation de “surproduction”, il est donc plausible que tendanciellement cela augmente ce fameux ration.

    • nikoopol

      18 May 2022

      erratum jai ergoté

    • nikoopol

      18 May 2022

      pour étre explicit en 2008, 1x agriculteur nourrit 60 personnes
      ils(elles) étaient 514 000 personnes -> population nourrit 30.8 millions
      population française en 2008, 64 millions. C’est en contradiction avec “la france est(était en 2022) auto-suffisante”.

      Quelques heures de recherche plus tard, il est entendu chez les historiens, que c’est la société mercantile& monétariste qui permet une population supérieure à ce que peut produire son territoire.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!